Archives mensuelles : janvier 2011

Call for papers – Audience Section IAMCR Istanbul conference – July 13-17, 2011

CALL FOR PAPERS – reminder

Audience Section

(IAMCR Conference at Istanbul, Turkey, July 13-17, 2011)

The Audience Section invites submissions for its open sessions at the IAMCR to be held in Istanbul (Turkey) 2011 from July 13-17.  The conference theme for 2011 is “Cities, Creativity, Connectivity”.

The Audience Section invites papers within this overall theme and which reflect the Section’s interest in new approaches and thinking to audience research in the context of the urban, the creative, and the network.  The nature of audiences as ‘knowledge communities’ and producers, ethnographic approaches to researching them and their embeddedness in everyday life, and the extent to which traditional classifications of audiences (masses, publics and markets) are being challenged by the fluidity and ephemeral nature of virtual and mobile audiences are important concerns. The Section gives special attention to reassessing the theories, methods and issues that inform practices of audience researchers. The Section encourages and aims to inspire greater interest in exploring and understanding audiences in diverse settings. The Section also encompasses investigations of the appropriateness of ‘Western’ and ‘non-Western’ theories and methods in this diversity of settings.

Themes:

In addition to the open call for papers, we would like to invite papers and proposals for panels which address the following themes:

1.    Embedded audiences

The contextualisation of audiencehood in everyday life has opened up audience studies to look at the audience as radically embedded, also in space. The strong emphasis on the cultural turn has in some cases diverted our attention from an equally significant movement, which has been labelled the spatial turn. Falkheimer and Jansson’s core questions (in Geographies of Communication: The Spatial Turn in Media Studies) touch upon the key issues of this spatial turn for communication and media studies scholars: how does communication produce space and how does space produce communication. The translation to audience studies raises questions about the geography and spatiality of audiencehood: How do audiences relate to private and public spaces, how does the local, cultural, national (and the translocal, transcultural and transnational) relate to audiencehood, how are audiences embedded and embodied in urban cultures, and how do audiences function in online, networked, liminal and alternative spaces?

2.    Resistant audiences, critical audiences, networked audiences

Central to the audience research tradition has been a commitment to examining forms of resistance and opposition exhibited by audiences. Much of the seminal work of audience studies was forged in a time of economic crisis through the 1970s and 1980s when forms of audience resistance revealed deep-seated social tensions and a charged political environment. Are similar patterns evident in the current global economic crisis? The locus of resistance has shifted from the ideal-interpretative to the material-productive. How does this affect the nature of resistance? How do audiences network and join forces in alternative interpretative communities? How is the resistant and critical audience manifest across today’s more complex media landscape? How do media organizations and professionals deal with the resistant and critical audiences? And how is resistance, at the level of the ideal-interpretative and the material-productive incorporated and transformed into compliance? We invite papers that look across the full spectrum of audience experience and examine diverse accounts of readings, modes of engagement and mediation of audience relationships with the wider society.

3.    Decentralizing the audience

Audience studies have often implicitly centralized mediated experiences while at the same time contextualizing, qualifying and decentralizing the role of media in people’s everyday lives. This tension has lead to an over-emphasis on audience activity, both at the level of media consumption and media (self-)production, while more passive and indifferent media uses and referential interpretations are under-theorized and under-researched. We invite papers that focus on the everyday passiveness of (some) media audiences and their acceptance of or indifference to the media frameworks that are offered to them. Moreover, we also call for papers that theorize or research the sometimes limited importance attributed to media in the everyday life of audience members.

4.    Children as audiences

Children and young people represent are a hugely important constituency for today’s media and are frequently seen to be in the vanguard of new audience trends and emerging practices of consumption and engagement. As a distinct audience grouping, children are the focus of special public policy provisions including codes regarding media content, professional guidelines regarding children as subjects and participants in the media, and a host of initiatives designed to foster citizenship and creativity through media literacy. Empirical work on children as audiences remains scarce however and in this stream we invite papers that explore audience experience from the child’s perspective, and that examine opportunities, risks, and challenges faced by children in the current media environment. Questions might include the extent to which media literacies are evident in children’s audience practices  or how agency supported or strengthened through civil society, educational or governmental action?

Proposals for papers under any of the above can be made by submitting an abstract of between 300-500 words long through the Conference website. Each abstract must include title, name(s), affiliation, institutional address and email address of author(s).  Proposals for panels, containing details of each paper, are also welcome.  IAMCR accepts presentations in English, French and Spanish. However, it is requested that abstracts, if at all possible, be submitted in English.

For more on the submission of abstracts, registration, theme, location, etc., please go to http://iamcr2011istanbul.com or visit IAMCR at: http://iamcr.org/

The deadlines are as follows:
February 8, 2011:  Submission of abstracts (papers will be assessed by double blind review of abstracts).
March 25, 2011: announcement of acceptances.
June 3, 2011: Full papers due.

For enquiries or further information, please contact:

*Section Head : Nico Carpentier

Vrije Universiteit Brussel – Free University of Brussels
Centre for Studies on Media and Culture (CeMeSO)
Pleinlaan 2 – B-1050 Brussels – Belgium
e: nico.carpentier@vub.ac.be

*Deputy Head: Brian O’Neill

School of Media
Dublin Institute of Technology
Aungier Street, Dublin 2, Ireland
e: brian.oneill@dit.ie

*Deputy Head: Toshie Takahashi

Department of Communication and Media Studies
Rikkyo University
3-34-1 Nishi-Ikebukuro, Toshima-ku, Tokyo, Japan 171-8501
e: t-takahashi@rikkyo.ac.jp

Appel à communications – Conférence ESA 2011

L’ESA vient d’ouvrir son appel à communications pour
sa 10ème Conférence. Elle se tiendra à
l’Université de Genève du 7 au 10 septembre 2011.

Divers « Research Networks » y sont prévus, notamment
en Sociologie des arts (RN02). L’appel général de ce
RN invite à des questionnements les arts en période de
turbulence (économique), les actuels développements
théoriques et les récentes contributions empiriques en
sociologie des arts. S’y ajoutent des sessions conjointes
ouvertes ou thématiques, sur les arts dans les industries
culturelles et sur les professions artistiques et
culturelles.

L’appel est ouvert jusqu’au 25 février 2011. Le site
de la conférence, http://esa10thconference.com, fournit de
plus amples informations sur la tenue de cette rencontre et
sur les modalités de soumission des contributions.

Appel à articles – « Sociocritique du théâtre »

Appel d’articles

« Sociocritique du théâtre »

Revue Études littéraires, Université Laval, Québec

Dans le bilan récemment proposé par Anthony Glinoer sur les études sociocritiques (Texte. Revue de critique et de théorie littéraire, n° 45/46, 2009, « Carrefours de la sociocritique »), l’accent est porté sur la diversification et même la forte dispersion des pratiques comme des ancrages institutionnels de la recherche en sociocritique. Sa fécondité résiderait moins, selon l’état des lieux proposé près de quarante ans après la formulation de Claude Duchet, dans la fermeté des méthodes que dans sa puissance de questionnement des modes de textualisation du social. La mise en relation dialectique des phénomènes sociaux et des phénomènes littéraires constituerait toujours un champ d’expérimentation vivant et ouvert.

Les travaux menés en sociocritique, attachés à la construction discursive des représentations sociales, ont privilégié jusqu’à présent la fiction romanesque, de préférence réaliste, le texte d’idées et le discours journalistique – Alain Vaillant le rappelle avec une grande acuité critique dans la même revue (« De la sociocritique à la poétique historique »). Le théâtre a été partiellement omis du domaine d’application des lectures sociocritiques, comme si la « politique du texte » se lisait plus difficilement dans des oeuvres non encloses dans leur nature purement textuelle. Certes, des études sociocritiques de textes dramatiques ont été proposées, par Claude Duchet tout d’abord (« Théâtre, histoire et politique sous la Restauration », dans Romantisme et politique, Armand Colin, 1969). Mais ces études ont souvent concerné, symptomatiquement, un théâtre écrit au XIXe siècle pour la seule lecture : Claude Duchet, « La Saint-Barthélémy : de la “scène historique” au drame romantique », Revue d’Histoire littéraire de la France, n° 5, sept.-oct. 1973, « Théâtre et sociocritique : la crise de la parole dans deux pièces de Musset », dans Sociocritique, Nathan, 1979 ; Anne Ubersfeld, « Révolution et topique de la cité : Lorenzaccio », Littérature, N° 24, déc. 1976 ; Pierre Laforgue, « Lorenzaccio, ou Oedipe à Florence », « Fantasio, ou être bouffon en 1830 », dans L’Oedipe romantique, Ellug, 2002 ; Xavier Bourdenet, « D’une guerre à l’autre : l’histoire au miroir du présent dans Les Espagnols au Danemark, de Prosper Mérimée », Orages, n° 3, mars 2004. Le théâtre vivant, directement écrit pour être joué, serait-il soupçonné par les sociocriticiens d’obéir à des contraintes formelles imposées a priori et de reproduire des conventions telles que le discours sur la société s’en trouverait appauvri ? Surtout, si la sociocritique constitue un retour au texte et à sa « littérarité », on conçoit que le théâtre – dont le texte ouvert et troué ne fait pas toute l’oeuvre – ait été plus ou moins laissé de côté.

Pourtant, le théâtre représenté, en tant que phénomène collectif, acte social et politique, offre un champ d’observation et d’analyse privilégié des modes de symbolisation du social. Mais deux conditions sont peut-être à remplir pour mener à bien l’étude, conditions qui orienteront la constitution du projet de publication dans la revue Études littéraires. La première consiste à ne pas limiter le théâtre au seul panthéon des chefs-d’oeuvre du répertoire, et à travailler aussi sur un « corpus collectif » (Alain Vaillant), où les représentations dominantes ou contradictoires d’une époque et d’une société soient ressaisies à partir de ce que l’on jouait effectivement dans les théâtres – et non de ce que l’histoire du théâtre a retenu et « panthéonisé ». La thèse de Sylvie Vielledent, 1830 aux théâtres (Champion, 2009) offre ici un modèle méthodologique : elle ne réduit pas 1830 à Hernani, mais éclaire Hernani et, au-delà, l’ensemble des représentations symboliques dominantes, à partir de tout ce qui se jouait dans les théâtres cette année-là. La seconde condition concerne le « texte » théâtral. Une sociocritique du théâtre ouvre nécessairement une réflexion critique sur le statut strictement littéraire de l’oeuvre dramatique et sur les outils existants de la sociocritique (le « sociogramme » par exemple) forgés pour l’analyse textuelle. Comment lire et interpréter du point de vue de la socialité et du discours historique de l’oeuvre tout ce qui au théâtre ne relève pas du seul texte, mais d’un système de signes non verbaux ? Claude Duchet remarquait récemment : « La sociocritique n’est pas une sociologie de la littérature et elle n’a pas seulement la littérature pour objet mais tous les ensembles socio-sémiotiques. […] l’objectif de la sociocritique est l’étude socio-historique des représentations » (« Entretien avec Claude Duchet » par Ruth Amossy, Littérature, n° 140, déc. 2005, p. 132). On évitera donc de se limiter au seul texte théâtral écrit, comme de se cantonner à une étude contextuelle des conditions de création ou de réception du théâtre ; on dépassera, comme la sociocritique y invite, la relation mécaniste supposée mener du contexte au texte, pour privilégier les processus de symbolisation du social et de l’histoire portées par l’oeuvre théâtrale, dans la totalité des signes déployés sur scène. Enfin, même si la sociocritique a trouvé dans le siècle de la question sociale et des révolutions son premier terrain d’élection, on ouvrira la perspective en deçà et au-delà du seul XIXe siècle.

Les propositions, sous forme d’un court texte de 3000 signes et d’un titre provisoire, accompagnés d’un CV d’une page, sont à adresser avant le 1er mai 2011 à bara.olivier@wanadoo.fr Après acceptation de la proposition, l’article (30000 signes) sera à envoyer avant le 1er janvier 2012. Chaque article sera soumis, avant publication, à l’approbation du comité de lecture de la revue.

Olivier Bara, Université Lyon 2, UMR LIRE (CNRS-Lyon 2)

Responsable : Olivier Bara
Url de référence :
http://lire.ish-lyon.cnrs.fr
Adresse : Olivier Bara, Faculté LESLA, Département des Lettres, Université Lyon 2, 18 quai Claude Bernard, 69007 Lyon

Appel à communications – « Sociologie et Littérature : une relation incestueuse ? »

Colloque international

Sociologie et Littérature : une relation incestueuse ?


Dates du colloque28 et 29 avril 2011 à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université d’Agadir.
Argumentaire

Dans la mesure où le message, en l’occurrence la littérature, peut être le reflet de la réalité, et dans le sens où nous pourrions définir la littérature comme étant la passion des gens, du monde, le colloque se propose de faire état des interactions entre deux disciplines paraissant, à première vue, complètement distinctes, à savoir la sociologie et la littérature.

Les romanciers et écrivains des 18ème et 19ème siècles ont-ils fait de la sociologie sans le savoir

comme Monsieur Jourdain faisait de la prose ? Les sociologues sont-ils appelés, pour être lus et appréciés, à user de la rhétorique pour verbaliser, analyser, interpréter et expliquer le réel ? Depuis longtemps les frontières entre la littérature et la sociologie questionnent sur leur caractère étanche ou semi-ouvert, sachant que l’ethnographie, première étape du processus de recherche, n’est pas l’apanage des sciences humaines alors que des morceaux tout à fait de niveau issus des littératures sont de véritables chef-d’oeuvres sociologiques.

Si la « physique sociale » (A. Comte) considérait les faits sociaux comme ayant un niveau de réalité équivalent aux phénomènes naturels (E. Durkheim), la tendance aujourd’hui dans le champ de la recherche sociologique serait plutôt à l’éclatement et à « l’épuisement du paradigme » un et indivisible (Th. Kuhn). Il ne s’agit plus de dégager des lois sociologiques et de les généraliser, mais de décrire et d’interpréter un monde de plus en plus changeant, d’aller vers ce que C. Geertz appelait « local knowledge », c’est-à-dire à ce « thick description » en portant une attention particulière au sens que les acteurs donnent aux pratiques sociales qui sont les leurs.

Les écrivains réalistes situent l’action de leurs oeuvres dans le milieu contemporain, dans l’histoire de leur temps. Les romanciers comme Balzac, Stendhal ou Flaubert visent à la représentation du monde par l’analyse qu’ils en font. Ils sont animés par le souci de documentation scrupuleuse, le goût du «  petit fait vrai », à telle enseigne qu’ils sont souvent invoqués par les historiens de leur époque. Aujourd’hui encore, il existe des lecteurs non sociologues qui trouvent que la lecture de ces auteurs les dispense de celle des ouvrages de sociologie. Le fait qu’une catégorie importante de lecteurs soit fascinée par une lecture sociologique de la littérature est avéré. Elle voit dans l’écrivain un donneur de leçons, une sorte de substrat du sociologue. Le domaine des « représentations sociales », cher aux écrivains réalistes, est également investi par la discipline sociologique avec rigueur et objectivité. De même que les sociologues redécouvrent les vertus des configurations d’en-bas, ces petites choses de la vie quotidienne qui occupent les départements prestigieux des sciences sociales de la tradition de l’école de Chicago.

La littérature de différents auteurs est une sorte de regard porté sur leur société et sur l’homme (l’individu) la constituant. Même les textes des nouveaux romanciers (avant-gardistes), connus pour leur refus du roman classique et des différents aspects le caractérisant y compris la thématique, sont traversés par la circulation de thèmes socio-économiques, rendant parfois tentante une lecture sociologique de leurs oeuvres.

Toutefois, définir la littérature comme sociologique, c’est déjà la réduire quelque part, c’est la vider de sa substance, de son être propre. Même les écrivains réalistes, dans leur entreprise d’être le miroir de leur époque, ont essayé néanmoins de prendre le contre-pied du stéréotypique et du banal : « Le réaliste, s’il est un artiste, cherchera, non pas à nous donner une photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même ». (Maupassant, préface de Pierre et Jean).

Mais la littérature est-elle un fait social ? C’est le point de départ de ce qu’il est convenu d’appeler la sociologie de la littérature arguant que le fait littéraire a son public, ses consommateurs, ses évaluateurs, ses détracteurs. De même le texte littéraire dit et verbalise une époque, les contradictions d’une société locale et les enjeux qui la traversent. Bref la critique littéraire, en dépassant la fiction, offre au chercheur-sociologue, un document de travail, un matériau au service de l’analyse sociologique. De ce point de vue, les ouvrages de Driss Chraïbi illustrent parfaitement ce paradigme du texte à la lisière de la littérature et de la sociologie. En lisant Une enquête au pays par exemple, on est tout de suite saisi par les problématiques sociologiques soulevées, quoi qu’implicitement, par la beauté de l’écriture et par la centralité de cet humour acide pour moquer la réalité au lieu de l’analyser. C’est là, tout le clivage entre les deux disciplines au point que l’on considère la littérature comme synonyme de « paroles en l’air » et la sociologie comme un « sport de combat ».

Nonobstant, d’aucuns considèrent que l’intervention sociale d’un texte ne se mesure pas à la fidélité du reflet social qui s’y inscrit ou s’y projette. Selon eux, à la suite de Roland Barthes, la littérature n’est pas faite pour que les sociologues la prennent à leur compte, pour qu’elle les aide à comprendre les phénomènes sociaux : « L’intervention sociale d’un texte qui ne s’accomplit pas nécessairement dans le temps où ce texte paraît, ne se mesure ni à la popularité de son audience ni à la fidélité du reflet économico-social qui s’y inscrit ou qu’il projette vers quelque sociologue avide de les recueillir. Mais plutôt à la violence qui lui permet d’excéder les lois d’une société, d’une idéologie et d’une philosophie qui se donne pour s’accorder elle-même dans un beau mouvement d’intelligibilité historique. Cet excès a nom « Ecriture » (Roland Barthes, Sade, Fourrier, Loyola, p. 16).

L’intérêt de la littérature est dans l’excès. Elle ne doit pas se cantonner dans le rôle de détecteur de la réalité socio-économique, mais elle doit excéder toutes les lois et les subvertir. Faire de la littérature c’est renverser les mythes, transmuer le signifiant et faire basculer les signifiés.

Si le texte sociologique cherche à être efficace, le texte littéraire, lui, n’est pas censé l’être. Ce dernier doit être fondé sur le ludique (le jeu, le plaisir), sur la notion de gratuité. Le texte littéraire, quoi qu’étant traversé par le réel, ne cherche pas, contrairement aux sciences, à dire la vérité. On serait même tenté de dire que la littérature serait, plus ou moins, une construction imaginaire où le lecteur oscillerait entre l’invraisemblable et le vraisemblable.

Ce colloque se fixe comme objectif d’expliciter cette relation « incestueuse » entre la littérature et la sociologie en débrouillant les frontières qui les séparent, les enjeux qui les animent et en fin de compte de s’interroger sur la complémentarité et les distances qui les ajustent. Le débat contradictoire, nous semble-t-il, mérite d’être initié utilement à l’occasion de ce colloque que nous espérons fructueux.
Les communications sont appelées à s’insérer dans l’un des axes suivants :
– Ethnographie littéraire et sociologie : quels ponts ?

– Les intuitions sociologiques chez les littéraires.

– La sociologie de la littérature : quels objets et quels publics ?

– Littératures de voyage et sociologie : dissymétrie ou complémentarité ?

– La littérature réaliste et naturaliste sont-elles une sociologie ?

– Ecrits politiques : littérature ou socio-analyse ?

– Genre et littérature
Les propositions de communication sont à adresser aux coordinateurs du colloque avant le 15 février 2011 :
Hicham BOUCHAIB, Professeur de Littérature (hichambouchaib@yahoo.fr )

Brahim LABARI, Professeur de Sociologie (labarib@yahoo.ca )

Coordinateurs du colloque

Hicham Bouchaïb, Professeur de Littérature française, FLSH, Université d’Agadir

Brahim Labari, Professeur de Sociologie, FLSH, Université d’Agadir, membre du comité scientifique de la revue Esprit critique.

Comité d’organisation

Farida Bouâchraoui, Professeure de Linguistique, FLSH, Université d’Agadir

Zohra Makach, Professeure de Littérature française, FLSH, Université d’Agadir

Abderrahim Anbi, Professeur de Sociologie, FLSH, Université d’Agadir

Ahmed Lissigui, Professeur de Psychologie sociale, FLSH, Université d’Agadir

Abdelkrim Oubella, Professeur de Littérature française, FLSH, Université d’Agadir

Comité scientifique

Habiba Hafsaoui, Professeure de Sociologie, FLSH, Université d’Agadir

Touria Nakkouch, Professeure de Littérature anglaise, FLSH, Université d’Agadir

Fatima Ahnouch, Professeure de Littérature française, FLSH, Université d’Agadir

Renée Vigneron, Sociologue, CNRS / Université Paris X

Hicham Bouchaïb, Professeur de Littérature française, FLSH, Université d’Agadir

Brahim Labari, Professeur de Sociologie, FLSH, Université d’Agadir

Ahmed Raqbi, Professeur de Littérature française, FLSH, Université d’Agadir

M’hamed Wahbi, Professeur de littérature française, FLSH, Université d’Agadir

Georges Bertin, Coordinateur de la recherche en Sciences Sociales au CNAM des Pays de la Loire, directeur de la revue Esprit Critique.

Mohamed Benitto, Professeur d’Etudes anglophones, Université du Maine.

Abdelhak Bel Lakhdar, Faculté des Sciences de l’Education, Université Mohammed V-Souissi

Responsable : Hicham BOUCHAIB
Url de référence :
http://www.flsh-agadir.ac.ma
Adresse : BP. 30223 Poste Founty 80000 Agadir (Maroc)

Appel à communications – Colloque Autotraduction (Perpignan)

Le colloque AUTOTRADUCTION : FRONTIÈRES DE LA LANGUE ET DE LA CULTURE (Université de Perpignan – Via Domitia, 20-22 octobre 2011, voir le site : http://autotradperpi.univ-perp.fr/autotrad/index) vise à susciter des rencontres et confrontations interdisciplinaires et plurilingues. Il ambitionne également de développer à l’échelle internationale la réflexion sur le phénomène particulier de l’autotraduction en tant que domaine d’exploration scientifique jusqu’ici peu pratiqué mais néanmoins vaste et prometteur. Il s’appuie sur un certain nombre de précédents :

  • le colloque « Ecrire en situation bilingue » réalisé à Perpignan en 2003 ;
  • les activités successives (journées d’études, colloques, publications, thèses) réalisées aussi bien à Barcelone qu’à l’UAB depuis 1996
  • les activités des différents membres d’AUTOTRAD dans les universités où ils exercent (Ottawa, Paris 7, New York University, Santiago de Compostela).

Dans l’optique de l’équipe d’AUTOTRAD, l’autotraduction est jusqu’à preuve du contraire une forme de traduction, avec comme spécificité qu’il s’agit d’une traduction autographe et auctoriale, c’est-à-dire signée par un traducteur qui est nul autre que l’auteur de l’original. Si de manière très générale, les théories courantes ont été mises au point pour étudier les traductions « normales » (allographes) et accordent peu ou pas d’importance à ce cas particulier, il est néanmoins licite de voir comment et jusqu’à quel point s’y appliquent les questions récurrentes en traductologie. Cette dernière, on le sait, est une discipline-carrefour, une « interdiscipline » (Snell-Hornby) qui se nourrit de l’herméneutique et de la linguistique, de la sémiotique et de la déconstruction, des études (inter) culturelles et postcoloniales… On ne saurait donc écarter a priori, dans l’étude de l’autotraduction, aucune des questions qui se posent pour toute autre traduction qui fait jouer une frontière linguistique en la franchissant.

Parmi ces questions, se pose avec une acuité toute particulière celle, sociologique, du statut des langues mises en regard (égales ou inégales), de leur valeur sur les « marchés linguistiques », du positionnement des auteurs, de la critique et du public lecteur par rapport aux différents champs concernés. L’Autotraduction est en effet une activité qui, tout en pouvant s’exercer par goût chez l’auteur bilingue, est très souvent contrainte, soit par son itinéraire personnel (cosmopolitisme, exil, carrières internationales), soit par la nécessité qu’il éprouve d’accéder à la publication en elle-même, à un lectorat cultivé et élargi, et à la reconnaissance aux plans national et/ou international. L’auteur a-t-il toujours le choix de confier la traduction de son œuvre à un traducteur ou de s’autotraduire ?

Au-delà de l’écart de statut qui est susceptible d’exister entre les langues, apparaît également la problématique de la distance interlinguistique et surtout de la distance interculturelle qui les sépare. Cela peut amener l’autotraducteur à s’écarter de son texte original pour aboutir à une véritable re-création, elle aussi dès lors originale.

Outre une conférence inaugurale et une de clôture, il est fait appel à contributions (sous forme de communications de 20 minutes suivies de débats) autour des axes suivants :

  • 1. Réflexions théoriques et méthodologiques autour de l’autotraduction (problèmes de l’applicabilité de différentes théories de la traduction à la spécificité de l’autotraduction comme processus ou comme produit)
  • 2. Réflexions autour de la distance interlinguistique et/ou interculturelle et de ses effets sur le produit de l’autotraduction.
  • 3. Réflexions autour des sujets autotraducteurs : quel est leur profil habituel ?; peut-on en faire un portrait-robot, une typologie ? ; comment et dans quelles circonstances devient-on autotraducteur ?
  • 4. Réflexions autour du choix de et des motivations derrière la pratique autotraductive (se faire traduire ou s’autotraduire ?; s’en tenir à un seul essai ou systématiser la pratique ?)
  • 5. Réflexions autour des stratégies d’écriture (directionalité de l’autotraduction ; caractère consécutif ou simultané) en fonction de données personnelles et/ou collectives, des trajectoires d’écrivain et de la situation du (des) champ(s) littéraire(s) dans le(s)quel(s) ils sont amenés à évoluer.

Les communications pourront partir d’un auteur, d’une œuvre, d’une confrontation, d’un contexte socioculturel. Elles pourront éventuellement traverser les axes répertoriés mais devront toujours privilégier clairement l’un d’entre eux.

Appel à communications – 13e congrès de l’Institut international de sociocritique

Première circulaire

XIII Congres

de l’INSTITUT INTERNATIONAL

DE SOCIOCRITIQUE

UNIVERSITE DE PERPIGNAN VIA DOMITIA

12, 13, 14 octobre 2011

Sociocritique et Conscience

(inconscient, non conscient, conscient)

Institut International de Sociocritique

Centre de recherches Ibériques et Latino-américaines

De l’Université de Perpignan Via Domitia

CRILAUP EA 764

Le Centre de recherches Ibériques et Latino-américaines de l’Université de Perpignan (Crilaup) et l’Institut International de Sociocritique  (CIIS) organisent les 12, 13 et 14 octobre 2011, à l’Université de Perpignan Via Domitia (France), le XIII Congrès de l’Institut International de Sociocritique et vous invitent à y participer en présentant une communication sur le thème :

Sociocritique et Conscience (inconscient, non conscient, conscient)

Vos interventions porteront sur :

A – Théorie et théorie appliquées:  (littérature,  théâtre,  arts ou autres

domaines culturels) dans les champs suivants :

–        philosophie, psychanalyse

–        sociologie, anthropologie

–        histoire

–        linguistique, analyse du discours

–        sémiotique

–        études culturelles

–        études postcoloniales

–        études des mentalités

B – Application :

– (littérature, théâtre, arts ou autres domaines culturels).

Les travaux relatifs aux applications seront consacrés aux textes littéraires, cinématographiques, théâtraux, arts plastiques…,  mais, aussi aux mouvements (générations, avant-garde…) aux genres, aux histoires littéraires, aux thèmes… etc… envisagés sous le regard de la sociocritique et des théories en relation avec la sociocritique.

Les orientations du congrès mettront en avant la problématique de la conscience (inconscient, non conscient, conscient) envisagée par la théorie sociocritique selon les axes possibles suivants :

–        conscient, non conscient, inconscient

–        conscience de soi, conscience des autres

–        représentation de soi, représentation des autres

–        théorie du sujet : du sujet transindividuel au sujet culturel

–        moi idéal et idéal du moi

–        conscience, interdiscursivité et intertextualité

–        les mises en scène de la conscience

–        la conscience et les phénomènes de créolisation

–        sociocritique et métissages

–        articulation genre (gender), race/s, classes

Direction et adresse du Congrès

Président : Dr.  Edmond CROS

Professeur Emérite, Université de Montpellier III

Directeurs : Dr.  Daniel MEYRAN

Professeur, Université de Perpignan Via Domitia

Directeur du CRILAUP EA 764

meyran@univ-perp.fr

Dr.  Victorien LAVOU  ZOUGBO

Professeur Université de Perpignan Via Domitia

Directeur du Département d’Etudes Hispaniques

lavou@univ-perp.fr

********************************************************

CRILAUP

(Centre de Recherches Ibériques et Latino-américaines

de l’Université de Perpignan Via Domitia)

52 Avenue Paul Alduy

66860 Perpignan Cédex

France

Tél. : 00 33 4 68 66 22 79

Fax : 00 33 4 68 66 00 44

meyran@univ-perp.fr

lavou@univ-perp.fr

Secrétariat du CRILAUP : renoult.rosita@univ-perp.fr

Communications

Les participants au XIII Congrès de l’I.I.S. devront envoyer :

a)     Avant le 1er juin 2011, avec l’imprimé relatif à l’inscription, le titre de leur communication, accompagné d’un résumé d’une dizaine de lignes, en précisant l’axe thématique.

Le comité organisateur, à la lecture du résumé, fera savoir son acceptation par voie électronique (e-mail).

b)     Avant le 15 septembre 2011, le texte intégral de leur communication (une copie papier par courrier postal, une copie par email ou disquette) sous format Word, en observant les normes de notre revue MARGES.

Le comité organisateur  publiera les communications dignes d’intérêt scientifique dans le numéro 33  de MARGES 2012.

–        le texte à publier ne devra pas excéder 20 folios, bibliographies et notes comprises, interligne simple. Les normes seront communiquées ultérieurement.

–        La communication orale ne devra pas dépasser 30 minutes.

–        Les langues du congrès sont : le français et l’espagnol.

–     Les communications nécessitant un appui technique (power point, matériel vidéo, rétro-projecteur…) doivent être signalées.

INSCRIPTION

§  Les inscriptions sont ouvertes aux membres de I.I.S. et du CRILAUP ainsi qu’à tous ceux intéressés par la problématique du congrès.

§  Le coût de l’inscription au Congrès est de  60 €.

Pour les étudiants et les accompagnants :   30 €.

§  Le paiement de l’inscription devra être effectué lors de la séance inaugurale, le premier jour, par chèque, chèque convertible ou en espèces.

§  L’inscription au congrès comprend le repas de gala et la publication des Actes.

BULLETIN D’INSCRIPTION

Nom, prénom :

Institution:

Adresse personnelle :

Adresse professionnelle :

Téléphone :

fax :

e-mail:

Titre de la communication :

(joindre un résumé en document joint WORD de 10 lignes maximum)

Les informations concernant les  conditions d’hébergement  seront transmises dans la 2ème circulaire.

Parution – « Hergé reporter : Tintin en contexte »

Études françaises

http://www.erudit.org/revue/etudfr/apropos.html

Les Presses de l’Université de Montréal

ISSN : 0014-2085 (imprimé) 1492-1405 (numérique)

Fondée en 1965, Études françaises est une revue de critique et de théorie publiée en français. Elle s’intéresse aux littératures de langue française, aux rapports entre les arts et les sciences humaines, les discours et l’écriture. Chaque numéro contient un ensemble thématique ainsi que diverses études. Elle s’adresse particulièrement aux spécialistes des littératures française et québécoise, mais aussi à toute personne qu’intéresse la littérature.

Volume 46, numéro 2, 2010, p. 5-171 Hergé reporter : Tintin en contexte

Sous la direction de Rainier Grutman et Maxime Prévost
Rainier Grutman et Maxime Prévost

Présentation

Pages 5–10
Guillaume Pinson

Tintin avant Tintin : origines médiatiques et romanesques du héros reporter

Pages 11–25
Jean Rime

Hergé est un personnage : quelques figures de la médiation et de l’autoreprésentation dans Les aventures de Tintin

Pages 27–46
Marc Angenot

Basil Zaharoff et la guerre du Chaco : la tintinisation de la géopolitique des années 1930

Pages 47–63
Ludovic Schuurman

L’Île Noire, un album ancré dans le contexte culturel des années 1930

Pages 65–81
Rainier Grutman

« Eih bennek, eih blavek » : l’inscription du bruxellois dans Le sceptre d’Ottokar

Pages 83–99
Maxime Prévost

La rédemption par les ovnis : lectures croisées de Vol 714 pour Sydney et de la revue Planète

Pages 101–117
Varia

Shawn Duriez

Lire avec les yeux de l’histoire, ou le temps retrouvé de la critique sollersienne

Pages 121–135
Alexandra Reuber

À la recherche de l’identité dans Alto solo d’Antoine Volodine

Pages 137–152
Marie-Hélène Larochelle

De la crudité au grand Cru : une étude de l’invective dans les romans de Louis-Ferdinand Céline

Pages 153–171

Url de référence :
http://www.erudit.org/revue/etudfr/2010/v46/n2/index.html

Parution – Textyles : la bande dessinée contemporaine

Textyles. Revue des lettres belges de langue française, Numéro 36-37

La bande dessinée contemporaine, sous la direction de Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat

La bande dessinée a généré depuis près de quarante ans des discours de rupture variés. Elle revendique désormais une maturité et une exigence artistique que confirment la diversification de ses procédés graphiques ou narratifs, la mise en place d’un appareil de consécration spécifique et l’apparition de nouvelles pratiques éditoriales.

Les actes du colloque de Bruxelles (2008), qui sont publiés ici, ont pour ambition autant de dresser le bilan d’un champ en pleine mutation que de dépoussiérer les discours académiques sur la bande dessinée.

En se concentrant sur la BD francophone belge, ces contributions éclairent les démarches artistiques novatrices, se penchent sur des stratégies inédites dans la diffusion du medium et s’intéressent à l’apparition de sociabilités nouvelles. Elles étudient également l’évolution des genres et des registres ou les rapports entre bande dessinée et industrie culturelle. En outre, elles situent la place réservée à une avant-garde qui se cherche encore souvent entre littérature et art contemporain. Elles se penchent, enfin, sur l’engagement des auteurs.

Les pistes de réflexion que ce numéro de Textyles explore confirment que l’étude de la bande dessinée n’est plus en phase d’émergence et constituent un champ de recherche bien balisé qui, à son tour, remet en perspectives les disciplines des sciences humaines convoquées dans l’analyse de la BD.

Sommaire

Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat, « La bande dessinée francophone belge au présent »

Benoît Berthou, « La bande dessinée franco-belge : quelle industrie culturelle ? »

Floriane Philippe, « L’évolution du paysage éditorial de bandes dessinées en Belgique francophone »

Tanguy Habrand, « La « récupération » dans la bande dessinée contemporaine. Par-delà récupérateurs et récupérés »

Erwin Dejasse, « Bande dessinée alternative : mémoire et re-génération. Autour de l’expositionAlternatif Chaos. Onafhankelijk Beeldverhaal in Wallonië en Brussel »

Laurent Demoulin, « Du Rwanda au Coeur des ténèbres. Jean-Philippe Stassen illustre Conrad »

Laurence Brogniez, « Féminin singulier : les desseins du moi. Julie Doucet, Dominique Goblet »

David Vrydaghs, « Le récit de voyage en bande dessinée, entre autobiographie et reportage »

Björn-Olav Dozo, « Note sur la bande dessinée de reportage »

Hubert Roland, « Écriture et narration de l’histoire dans le projet Fritz Haber de David Vandermeulen »

Roland Baumann, « Remember ! La bande dessinée belge francophone et la guerre 1940-1945 »

Frédéric Paques, « Joe G. Pinelli, dans le no man’s land de la BD »

Clément Dessy, « La ville entre texte et image dans les bandes dessinées de Michaël Matthys »

Gert Meesters, « Les significations du style graphique : Mon fiston d’Olivier Schrauwen et Faire semblant, c’est mentir de Dominique Goblet »

Varias

Laurence van Nuijs, « Marnix, le révolutionnaire. Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde dans le discours communiste de la guerre froide »

Katherine Rondou, « Renouvellement du personnage de sainte Marie-Madeleine dans le théâtre de Michel de Ghelderode »

Daniel Laroche, « Entre bègue et borgne »

Élisabeth Castadot, « De Burniaux à Muno : l’atavisme d’une écriture de l’inadéquation »

Chroniques

Chronique des Archives et Musée de la littérature

Thèses et mémoires

Revues

Comptes rendus

Bibliographie courante des travaux publiés en 2008

Index

Le volume peut être commandé directement auprès de l’éditeur Le Cri :

http://www.lecri.be/lecri.acgi$criCat_fr?art=LC004152Fr

ISBN 978-2-8710-6529-6

344 p., 22 €

Annonce de poste – NYU

ASSISTANT PROFESSOR/FACULTY FELLOW
Institute of French Studies
ARTS AND SCIENCE
New York University

The Institute of French Studies (IFS) at New York University seeks to appoint an Assistant Professor/Faculty Fellow with a recent or expected Ph.D. in Anthropology, History, Political Science or Sociology to begin September 1, 2011, pending administrative and budgetary approval. The IFS is an interdisciplinary center for research and teaching on modern France, 1750 to the present. The initial appointment will be for one year, renewable twice, for a maximum of three years.  The teaching load is two courses per semester, mostly at the M.A. or Ph.D. level.  Candidates should have received or expect to receive their Ph.D. between September 1, 2006 and June 1, 2011.

Please send a letter of application with a brief discussion of current research and teaching interests, three letters of recommendation, plus one book or thesis chapter or one published article to: Edward Berenson, Director, Institute of French Studies, New York University, 15 Washington Mews, New York, NY 10003.  The application deadline is February 15, 2011.  For more information on the IFS, its programs and courses, please visit out website at: http://ifs.as.nyu.edu/page/home.

NYU is an Equal Opportunity/Affirmative Action Employer.

appel à contributions / call for papers : ACME, groupe de recherche en bande dessinée – 16-18 novembre 2011

FIGURES INDÉPENDANTES

DE LA BANDE DESSINÉE MONDIALE

TIRER UN TRAIT / TISSER DES LIENS

résumé

Le groupe de recherche sur la bande dessinée ACME (Université de Liège) organise en novembre 2011 un colloque sur le thème «  Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Tirer un trait / Tisser des liens. ». L’ambition de ce colloque est d’aborder la bande dessinée dans ses manifestations les plus novatrices, subversives ou dissidentes, à l’échelle mondiale, en se focalisant sur les structures éditoriales qui relèvent ou se réclament entre autres dénominations de « l’indépendance ».

argumentaire

À la faveur d’un double mouvement de rationalisation et de concentration dans l’industrie du livre, mais aussi de la participation d’acteurs d’un genre nouveau au sein du secteur (industrie lourde, groupes de communication, fonds d’investissement), les principes qui gouvernent la production et la diffusion des biens culturels ont évolué, dans le dernier quart du xxe siècle, dans le sens d’une attention accrue à la rentabilité. Cette exigence a contribué à durcir les critères de la sélection éditoriale en érigeant une barrière à l’entrée pour des œuvres peu susceptibles d’apporter les retombées financières escomptées.

Face à un tel élan, des structures nouvelles ont vu le jour qui ont fait le pari de combler les lacunes du système en place. Qualifiées d’« indépendantes », « alternatives », « underground » ou encore « d’avant-garde », ces initiatives se sont polarisées autour d’une conception commune du métier, activité — sinon activisme — vouée à la culture d’un catalogue original, dans un imaginaire de l’altérité contre le conformisme, sur le mode du small is beautiful. Après la peinture, le cinéma ou la musique, l’industrie du livre est ainsi passée à son tour à l’heure du grand retournement, de la littérature à l’essai en passant par le livre de jeunesse, ce moment où l’industrie semble générer sa propre contradiction.

La bande dessinée, en tant que secteur du marché du livre, n’a pas échappé à ce couple marchandisation/rébellion. Dans les années 1990, avec des structures telles que L’Association, Cornelius, Amok et Fréon, ego comme x ou les Requins Marteaux, une vague d’indépendants s’est faite le porte-drapeau d’une « autre » bande dessinée dans l’espace franco-belge. Sans doute un tel mouvement a-t-il des antécédents : Futuropolis, les Éditions du Fromage, Audie ou Artefact avaient eux aussi montré l’exemple d’une édition en rupture avec l’ordre établi. Inédite cependant, dans les années 1990, est l’apparition d’une collectivité d’éditeurs consciente d’elle-même, dont la raison d’être et le repoussoir seront et resteront l’industrialisation de plus en massive de l’édition de bande dessinée ; une collectivité, sinon une génération, qui en même temps qu’elle allait tirer un trait (sur les figures, les codes et les lieux de la standardisation), allait aussi tisser des liens (avec des ancêtres choisis, avec des pairs locaux, avec des homologues à l’étranger).

De pareilles observations pourraient être faites pour l’édition de bande dessinée hors de ce seul espace. Le mouvement underground qui se développe vers la fin des années 1960 aux États-Unis a donné lieu à d’importants éditeurs tels que Kitchen Sink Press ou Fantagraphics Books. S’y sont développés, à partir des années 1980, une bande dessinée dite « alternative » — dont les auteurs allaient devenir les figures de proue du « roman graphique » — en même temps qu’un travail de patrimonialisation ou de réhabilitation de prédécesseurs choisis. Sur un mode plus artisanal, l’auto-édition et un microcosme reposant sur la diffusion de « minicomics » photocopiés ou en ligne ont enrichi le champ des possibles de tout auteur désireux de s’imposer en marge du studio, omniprésent outre-Atlantique.

De l’espace franco-belge aux États-Unis en passant par la Belgique néerlandophone, l’Italie ou la Suisse, de l’Europe du Nord ou centrale à l’Asie en passant par l’Afrique du Sud, des tendances communes émergent sur fond de particularités locales et semblent bien témoigner d’un phénomène mondial.

Fort de ce renouveau créatif, le colloque «  Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Tirer un trait / Tisser des liens » entend interroger la bande dessinée dans ses manifestations les plus novatrices, subversives ou dissidentes, à l’échelle mondiale, en se focalisant sur les structures éditoriales qui relèvent ou se réclament entre autres dénominations de « l’indépendance ».

Un premier volet sera consacré à la discussion des concepts mis en place pour désigner les forces de renouveau de la bande dessinée à l’échelle internationale. Pour interchangeables qu’ils puissent paraître au premier abord, les termes « d’indépendance », « d’alternative », « d’underground » ou « d’avant-garde » (de l’autre côté du spectre, de « mainstream » ou de « BD ») sont lourds à la fois de présupposés et de connotations, et se trouvent mobilisés dans des contextes d’action bien spécifiques. Épingler les avatars de ce lexique, discuter la variété de ses définitions et de ses usages, constituera un premier enjeu.

Un second volet portera sur l’analyse des similitudes et des contrastes tant stylistiques que thématiques observés au sein de l’édition indépendante. L’abandon de la couleur, l’évolution du dessin dans une voie picturale ou minimaliste, l’augmentation significative de la pagination des albums ; mais aussi une forte propension à l’introspection, à de nouvelles formes de réalisme ou encore à l’engagement (critique sociale, positionnement politique, revendications culturelles des minorités), constituent autant de choix de forme ou de contenu qu’il convient d’interroger horizontalement.

Un troisième volet portera sur les dimensions socio-économique et politique de la bande dessinée indépendante internationale. L’analyse comparative envisagera des aspects tels que la nature de l’indépendance (en regard d’une industrie toute-puissante, d’un marché balbutiant, d’un État intrusif), la diversité des dispositifs techniques mis en œuvre par les structures (fabrication, diffusion, commercialisation), leur reconnaissance et soutien éventuels de la part des pouvoirs publics, la fédération ou non de ces entités, les possibilités d’échanges en matière de traduction à l’échelle internationale (foires, salons, contacts informels) ou encore les moyens développés pour légitimer et rassembler ces expériences (anthologies ciblées, foires et salons, ou encore expositions thématiques).

Procédure

Les propositions de communications doivent être envoyées à l’adresse acme2011@ulg.ac.be pour le 15 mars 2011 au plus tard. L’envoi comportera d’une part un résumé anonyme de 300 mots environ, d’autre part une fiche signalétique détaillée. Ces documents pourront se presenter au format doc ou pdf.

Réponse du comité de sélection : le 1er mai 2011.

Les communications se tiendront en anglais ou en français.

INDEPENDENT

COMICS WORLDWIDE

DRAWING A LINE / ESTABLISHING CONNECTIONS

SUMMARY

The comics research group ACME (University of Liege) is pleased to present their forthcoming conference entitled “Independent Comics Worldwide. Drawing a Line / Establishing Connections”. Held at the University of Liege, Belgium, from Wed 16 to Fri 18 November 2011, the conference seeks to discuss comics (including graphic novels) from all over the world in their most innovative, subversive or dissident manifestations by focusing on the publishing structures – independent or claiming to be – hosting them.

DISCUSSION

As a consequence of the rationalizing of means in the publishing business, in concert with the emergence of new participants in the sector (heavy industry, communication groups, investment banks), a more profit-oriented mentality has severely changed the principles governing the production and distribution of cultural goods in the last quarter of the twentieth century. The demand for economic guarantees now underpins harsher editorial gatekeeping practices and has created a threshold for works that are deemed less likely to bring in the financial revenues the publisher counts upon.

Reacting against such economic strategies, new structures have surfaced in order to challenge the existing system. Whether they are called “independent”, “alternative”, “underground” or “avant-garde”, these initiatives share a common goal in their activities. They are dedicated to the development of an original catalogue, in which thematic and aesthetic otherness is considered a plus. Moreover, they firmly believe in the “small is beautiful” approach to publishing.  Following the examples set by painting, cinema and music, the publishing business, in its broadest sense, thus seems to have reached a point of self-contradiction.

Part and parcel of the publishing industry, comics have likewise undergone the effects of the janus-headed couple commercialization/rebellion and the fracturing of allegiance it entails. In the Franco-Belgian scene of the 1990s, a wave of independent publishing houses such as L’Association, Cornelius, Amok, Fréon, ego comme x or Les Requins Marteaux, defended the possibility of a “different” kind of comics. Assuredly, these publishing structures had their precursors, one thinks for instance of Futuropolis, les Éditions du Fromage, Audie or Artefact and their attempts at contravening a status quo established by an order all too intent on defending its own premises. Unprecedented in the 1990s was the emergence of a group of self-conscious publishers whose raison d’être was, and still is, a willingness to counterbalance the massive industrialization of comics. This group — or should we call it a generation — drew a line under standardized business practice, under traditions and codes of mainstream comics, but also established its own connections with chosen predecessors, local peers or similar enterprises abroad.

Straddling all frontiers, similar reactions against the norm have emerged elsewhere. The underground movement that developed in the U.S. at the end of the 1960s, for example, has given rise to important publishers such as Kitchen Sink Press or (a little later) Fantagraphics Books. From the 1980s onwards, these publishers were home to “alternative” comics. The authors of these comics went on to become key figures of the “graphic novel”. But apart from new authors, this new kind of publishers also reprinted and rehabilitated chosen predecessors. Moreover, professional self-publishing and a vivid scene of “minicomics” — either xeroxed or published online — have extended the field of possibilities for American cartoonists who wanted to make comics without resorting to the ubiquitous studio system.

Without denying the particularities of each geographic area, it can nevertheless be affirmed that the independent movement in comics is currently a worldwide phenomenon, in the Dutch speaking part of Belgium, in Italy or Switzerland and, outside Europe as well, in Asia, America or even South Africa.

Inspired by this creative rebirth, the conference “Independent Comics Worldwide. Drawing a Line / Establishing Connections” seeks to discuss comics  and graphic novels from all over the world in their most innovative, subversive or dissident manifestations by focusing on the publishing structures – independent or claiming to be – hosting them.

A first panel of the conference will discuss the concepts that are called upon to make sense of this new aesthetic vitality in comics. However interchangeable they may seem to be, the terms “independent”, “alternative” “underground” or “avant-garde” (often set in contradistinction with “mainstream” or the French “BD”) are not devoid of connotations or prejudices in certain types of discourse. Unravelling the complexities of this terminological profusion and the agenda behind its uses becomes therefore an urgent task.

A second panel will analyse the stylistic and thematic similarities and contrasts that can be observed among countries and regions, as well as independents in distinct publishing houses. On a formal level, possible points of comparison include the increased page count, the preference for black and white and/or for pictorial or minimalist drawing styles, and so on. On a thematic level, the tendency towards introspection, the exploration of unfamiliar types of realism, the inclination towards political activism or towards gender-related themes are possible angles from which to approach the production of both authors and publishing houses.

A third panel will tackle the socioeconomic and political aspects of independent comics worldwide. Possible topics are the nature of the independent character in relation, for instance, to a powerful industry, an insecure market or an intrusive authority, the diversity of technical methods used by the publishing structures (production, distribution and commercialization), the appreciation of and support for these structures by public institutions (if any), the collaborative efforts made by these structures (if any), the possibilities of contacts abroad (translation or others: rights markets, festivals, informal contacts) or the ways to legitimize and collect their aesthetic experimentations (targeted anthologies, book fairs and festivals or thematic exhibitions).

Please e-mail anonymous abstracts of about 300 words (in English or French) to acme2011@ulg.ac.be before March 15th, 2011. Please send one file (MS Word or pdf) with the abstract on one page and the contact details on another.

Notification of acceptance: May 1st, 2011.

Conference languages: English and French.