Archives mensuelles : février 2011

Parution : François Provenzano, « Vies et mort de la francophonie »

Vies et mort de la francophonie

Une politique française de la langue et de la littérature

François Provenzano

L’ouvrage

La « francophonie » fut un aspect clé de la politique culturelle de la France, voire de sa politique tout court. Mais le terme est vague, s’est prêté à de nombreux usages et à de multiples interprétations, a suscité autant de passions que d’agacements, tandis qu’il semble aujourd’hui évincé par le discours sur l’identité nationale. Le présent ouvrage dresse le constat de cette « mort » et parcourt les différentes « vies » qui la précèdent.

En particulier, l’auteur livre une image sans fard des discussions sur les littératures en langue française écrites en d’autres pays que la France, de la Belgique à la Suisse, du Maghreb au Québec, en proposant un double parcours. Historique d’abord : le livre examine l’origine et les avatars du concept de francophonie, chez des auteurs comme Remy de Gourmont, Jean-Paul Sartre ou Léopold Sédar Senghor. Critique et politique ensuite : à chaque étape, l’auteur éclaire ces discours sur la langue et la littérature d’une lumière qui en révèle les présupposés, les enjeux profonds et les implications idéologiques, depuis les ouvrages du géographe Onésime Reclus, qui accompagnent les débuts de l’entreprise coloniale française, jusqu’au fameux discours de Dakar de Nicolas Sarkozy en 2007. Ce double parcours se construit au fil d’une argumentation serrée et d’un commentaire approfondi des textes qui ont façonné l’idée francophone, depuis la période coloniale jusqu’au développement actuel des études francophones à l’université.

Ce livre prend ainsi position dans le débat fondamental sur la place de la France dans l’ère de la mondialisation, où l’usage de la langue française ne va plus de soi et où la littérature française a perdu le privilège d’universalité qu’elle a longtemps revendiqué. À ce titre, il s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des représentations sur la langue et la littérature. Mais il s’inscrit aussi pleinement dans le champ des études littéraires, en proposant des nouvelles manières de concevoir le discours critique sur les littératures dites « francophones », trop souvent imprégnées d’un vieux fonds d’humanisme lyrique et d’un exotisme de bon aloi. Il intéressera ainsi les littéraires soucieux d’élucider les enjeux politiques propres à leur discipline et de mieux comprendre la rhétorique d’un savoir construit sur le fait culturel francophone.

Le livre comporte une bibliographie, un index des noms et un index thématique.

L’auteur

François Provenzano travaille à l’université de Liège. Ses domaines de spécialisation sont la rhétorique des discours théoriques et l’histoire sociale des discours. Il anime le groupe et la revue COnTEXTES et a co-dirigé le volume La Fabrique du Français moyen : productions culturelles et imaginaire social dans la France gaullienne (1958-1981), paru en 2009 (Bruxelles, Le Cri).

Éditeur : Les Impressions nouvelles, http://www.lesimpressionsnouvelles.com/

Appel à contributions – « Le Travail sans fin »

Appel à contributions

Raison publique, n° 15, « Le Travail sans fin »

« La perpétuité des processus de travail est garantie par le retour perpétuel des besoins de la consommation[1] » écrivait Hannah Arendt en 1958. Ce faisant, elle attirait l’attention sur une propriété du travail, comme modalité de la vita activa, qui ne s’est aujourd’hui pas démentie. Le travail est sans fin parce que la production est désormais entièrement tournée vers la consommation, que le besoin de consommer ne s’interrompt jamais et que toute activité « laborieuse » tend à s’inscrire dans l’horizon étroit de la raison économique qui entend la prendre en charge.

Dans une telle perspective, peut se déployer cette « idéologie du travail » qu’André Gorz[2] s’est employé à dénoncer. S’engage ainsi une contestation du travail comme valeur et sa relativisation en tant que principal facteur d’intégration sociale. Que ce soit pour accompagner des développements économiques et technologiques ou pour prôner plus positivement l’émergence de sociétés qui ne seraient plus, en premier lieu, fondées sur le travail, une multiplicité de discours s’est ainsi développée pour en diagnostiquer ou en promouvoir la fin. La généalogie d’une telle idée est évidemment complexe : du « droit à la paresse » à la critique écologiste du productivisme et de la société de consommation, en passant par l’« éloge de l’oisiveté », les sources sont multiples et pourraient nous faire perdre de vue l’unité d’un questionnement qui vise à interroger fondamentalement la valeur travail telle qu’elle se pose et se pense aujourd’hui. Que serait une société sans travail ? On peut l’imaginer mais peut-on (et comment) la vivre ? Certaines oeuvres de science-fiction s’essayent parfois à le dire, tandis que, par l’étude critique des systèmes socio-économiques, des recherches nombreuses en sciences sociales s’attachent à justifier des formes de décentrement du travail. Bien loin de penser le travail comme vecteur d’émancipation et d’humanisation, les unes et les autres en font une forme d’aliénation dont il serait souhaitable de se libérer, renversant par-là même la perspective explorée par Thomas More qui plaçait précisément au coeur de l’utopie le travail comme moyen permettant à l’homme de s’affranchir de la nature et de devenir lui-même. Un monde sans travail serait-il l’utopie de notre temps ?

Très influente dans les années 1980 et 1990, une telle perspective se nourrissait alors d’un diagnostic alarmant et juste quant à la dégradation du marché de l’emploi et des conditions de travail. Si le travail pouvait avoir un sens, nul doute qu’en auraient raison le chômage de masse, la précarisation de l’emploi et la montée en puissance d’un discours managérial intégralement soumis, au nom d’une concurrence mondialisée, à des impératifs de rentabilité économique toujours plus contraignants. Cette perspective n’épuisait toutefois pas le sens de ce qui survenait alors dans ce domaine. La raréfaction de l’emploi, la mise en cause de la « condition salariale[3] », la détérioration des conditions de travail, bien loin de le déstabiliser comme valeur et comme statut, ont entraîné son fort réinvestissement social, politique, intellectuel et culturel. En témoigne la multiplication des travaux, documentaires, fictions de tout ordre qui se sont, depuis les années 1980, appliqués à dire, figurer, analyser, dévoiler et critiquer le monde du travail et de l’entreprise ainsi que le rapport à l’emploi.

C’est à ce niveau que la revue Raison publique entend situer son appel à contributions. Les angles possibles sur cette question sont nombreux. Pour interroger cette réalité complexe, le dossier privilégiera la question du sens du travail, telle qu’elle se pose, au niveau des organisations et des rapports sociaux. Il s’agira, autrement dit, d’examiner la manière dont on se représente aujourd’hui le fonctionnement des unités de production de biens et de services, et la manière dont l’individu contemporain en fait l’expérience à travers l’emploi comme statut, mais aussi comme activité, qui affecte non seulement son être social mais son être intime, son rapport à lui-même, aux autres et au monde. Nous voulons interroger la manière dont la question des finalités du travail se trouve saisie dans des discours et représentations, avec un intérêt particulier pour les modalités à travers lesquelles ceux-ci se trouvent produits, circulent, s’imposent et se voient éventuellement contestés.

Plusieurs types de propositions, mobilisant tant les ressources de l’investigation philosophique et de l’analyse sociale, que celles de la critique littéraire et culturelle son envisageables, et nous nous bornerons ici à présenter quelques axes de réflexion :

  • La forte thématisation du discours managérial accompagnant l’émergence d’un « nouveau productivisme[4] », a souligné les tensions qui se sont faites jour entre la manière dont les individus tendent à se représenter leur travail (ses exigences, ses fins, etc.) et les formes dominantes de rationalité économique à l’oeuvre. Comment se manifestent ces tensions ? Quels discours sur ces formes de rationalité ? A quelles critiques donnent-elles lieu ? On pourra aussi s’interroger sur les enjeux et modalités de la représentation, ou mise en abyme, de ces discours dans les oeuvres artistiques (littérature, théâtre, cinéma…) : comment résonne la voix du chef d’entreprise, et à quelles saisies (critique, parodique, ironique…) se prête-t-elle ? Quels sont les impacts de cette nouvelle langue managériale sur la perception même de la réalité vécue ? Et face à ces discours (de) dominants, quelles autres voix se font entendre, et comment ?
  • Quelles représentations pour la crise de l’emploi (chômage et précarité) ? Que nous révèlent-elles des aspirations contemporaines relatives au travail ? La question des conséquences de la perte ou de la précarisation de l’emploi mériterait également d’être abordée, tant sur un plan individuel que collectif : si la fermeture des usines ou la délocalisation participent d’un mouvement globalisé qui marque la fin d’un monde, voire d’une civilisation, c’est bien parce que disparaissent une histoire, un paysage, des traditions, des pratiques et un savoir-faire qui ont marqué des générations entières. Comment l’identité de l’individu, du groupe, ressent-elle de cette cassure dans l’ordre du temps et de l’espace ?
  • Comment, dans le rapport au travail, se figurent et se pensent, à l’époque contemporaine, les formes de l’injustice et de la justice sociale ? Quels comportements, quels (res-)sentiments suscitent-elles et quelle reconnaissance, et légitimité, leur sont-elles accordées ?
  • La question du travail appelle aussi une interrogation sur les rapports entre vie privée et vie professionnelle. Les perspectives qui s’y trouvent liées sont multiples : selon quelles modalités sont donnés à voir les liens entre, d’une part, la vie privée et intime des hommes et des femmes et, d’autre part, le travail ou son absence ? Comment cette question se trouve-t-elle en particulier posée pour les femmes qui, bien loin du partage des tâches dont on fait aujourd’hui à juste titre une figure du progrès, ont quasiment toujours en charge l’essentiel des tâches domestiques et familiales, tout en « travaillant » ?
  • On pourra se demander quel rôle joue le travail dans la perception qu’a l’individu de lui-même et qu’ont les autres de lui et décliner cette interrogation en termes de représentation fictionnelle : jusqu’à quel point la mention, ou la description du travail est-elle nécessaire à la création d’un personnage ? Simple effet de réel, élément de contextualisation historique ou véritable enjeu de l’oeuvre, le travail, dès lors qu’il entre dans un univers de fiction, se charge de sens et de valeurs qu’il convient d’interroger. Ce dernier questionnement peut du reste se prêter à une saisie diachronique : quelles différences, par exemple, entre la représentation du travail dans le roman du 19ème siècle et le roman contemporain ?
  • La critique des formes que prend aujourd’hui le travail peut se nourrir, plus ou moins explicitement d’une vision plus positive de l’activité productive. Quelles représentations pour un travail émancipateur, chargé de sens ? Quelles valeurs, quelles modes d’organisation, quelles pensées et images du pouvoir, contribuent alors à définir un travail qui, pour reprendre une catégorie mobilisée par H. Arendt, comprendrait quelque chose de la logique propre à l’oeuvre ?

Les propositions d’articles devront être adressées à la rédaction de Raison publique pour le 15 mars 2011 par courrier électronique (redaction@raison-publique.fr – préciser en objet du message : « Dossier : Le travail sans fin »). Des propositions détaillées, d’au moins 5000 signes (espaces compris), sont attendues. La remise définitive des articles est prévue pour le 1er juin 2011. Merci de joindre, sur un feuillet distinct, une brève présentation biographique de l’auteur et ses coordonnées, ainsi que des résumés en français et en anglais de l’article. Des informations supplémentaires sur le format des contributions et la revue Raison publique sont disponibles sur le site : http://www.raison-publique.fr/article37.html.

[1] Arendt H., La Condition de l’homme moderne (1958)¸ trad. G. Fradier, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Agora », p. 175.

[2] Gorz A., Métamorphoses du travail. Critique de la raison économique (1988), Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2004.

[3] Castel R., Les métamorphoses de la question sociale (1995), Paris, Gallimard, 1999.

[4] Askenazy Ph., Les désordres du travail. Enquête sur le nouveau productivisme, Paris, Seuil, coll. « Le République des idées », 2004.

Responsable : Raison publique

Url de référence :
http://www.raison-publique.fr/

Parution – Paul Aron (dir.), « Les écrivains-journalistes »

T E X T Y L E S N°39

Revue des lettres belges de langue française

Les écrivains-journalistes

Dossier dirigé par Paul Aron

On connaît la phrase célèbre d’Oscar Wilde : « le journalisme est illisible et […] la littérature n’est pas lue ». Cette citation illustre la concurrence, qui s’installe au xixe siècle, entre deux pratiques de l’écrit imprimé. Or, la séparation entre littérature et journalisme est essentiellement affaire de discours et de représentations, mais elle ne résiste guère aux faits : dès lors qu’on prend en compte l’ensemble de la production littéraire d’une époque, on s’aperçoit que les frontières entre les sphères littéraire et médiatique s’estompent et cèdent la place à un continuum de pratiques difficilement séparables.

C’est cet espace continu que la présente livraison de Textyles se propose d’explorer. Ce numéro, consacré aux écrivains-journalistes, vise à montrer que la vie littéraire est un ensemble complexe dans lequel interviennent des textes de tous types. Certains ont été considérés comme littéraires, d’autres ont été oubliés parce que relevant de la seule actualité. Les saisir de façon conjointe tend à renouveler le corpus et donc à déplacer des frontières : tel le rôle de ceux qui croient que la littérature est une matière vivante et non le reliquaire des beautés défuntes.

Sommaire

Les écrivains-journalistes

Paul Aron

Présentation 7

Valentin Saint Jean

Le publiciste de la Belgique hollandaise : entre écrivain et journaliste 17

Cécile Vanderpelen-Diagre

Ambivalent journaliste. Edmond Picard et la presse 27

Vanessa Gemis

Femmes écrivains journalistes (1880-1940) : questions de genre(s)

Pistes de recherche et réflexions autour de Marguerite Van de Wiele 39

Paul Aron

Charles d’Ydewalle : le dictateur et l’homme de qualité 51

Valérie Nahon

Profil d’une critique moderne :

Charles Bernard et la défense de l’art vivant dans l’entre-deux-guerres 63

Laurence Van Nuijs

La critique littéraire du Drapeau Rouge, de la Libération à la Guerre froide 85

Bibiane Fréché

La vie littéraire selon Le Soir 101

Daniel Maggetti

Presse et littérature en Suisse romande : terra incognita 109

Björn-Olav Dozo

Portrait statistique de l’écrivain journaliste

en Belgique francophone entre 1918 et 1960 123

Ingrid Mayeur

Les écrivains-journalistes (1920-1960) 145

Varias

Francis Mus

Le dialogue entre la Belgique et la Russie. L’image de la Russie

dans quatre revues littéraires de l’entre-deux-guerres 169

Émilie Saunier

Les « traces » littéraires d’une appropriation singulière

de l’héritage familial : le cas d’Amélie Nothomb 183

Chroniques

Chronique des Archives et Musée de la littérature 197

Échos 205

Thèses et mémoires 207

Revues 209

Comptes rendus 211

Bibliographie courante des travaux publiés en 2009 225

Index 239

Infos et commandes :

15,00 euros

Diffusion Le Cri éditeur

http://www.lecri.be/

lecri@skynet.be

Parution: Chantal Savoie (dir.), « Histoire littéraire des femmes »

Histoire littéraire des femmes

Cas et enjeux

sous la direction de

Chantal Savoie

Janvier 2011 – Ce livre se situe au cœur des plus importantes recherches sur la réactualisation de la place des femmes dans l’histoire littéraire au Québec.

Les auteures de ce recueil de textes ont voulu se pencher plus particulièrement sur des cas de figure qui sont particulièrement significatifs et qui démontrent clairement que l’histoire officielle n’a jamais donné la place qu’elles méritent aux femmes de lettres au Québec et au Canada-français. Chantal Savoie est une des coauteures du collectif La vie littéraire au Québec dont le sixième tome est en préparation aux Presses de l’Université Laval ; c’est donc forte de cette expérience qu’elle dirige cet ouvrage collectif de grand intérêt.

Entre autres cas abordés dans Histoire littéraire des femmes mentionnons : Éva Circé-Côté qui se cachait sous des pseudonymes « masculins » pour écrire ; les premières femmes dramaturges ; les chroniqueuses parisiennes dans les quotidiens du xixe siècle ; Germaine Guèvremont, qui, malgré son talent évident, n’a connu le succès que tardivement avec Le survenant et Rina Lasnier, poète trop méconnue, etc.

Avec des textes de : Marie-Frédérique Desbiens, Geneviève Dufour, Marie-Pierre Gagné, Sara-Juliette Hins, Michel Lacroix, Roxanne Martin, Claudia Raby, Lucie Robert, Chantal Savoie, Émilie Théorêt et Marie-Ève Thérenty.

Histoire littéraire des femmes. Cas et enjeux

Collection Séminaires, no 19

339 p.            21,95 $

ISBN: 978-2-89518-350-1         En librairie : 31 janvier 2011

Éditions Nota bene,
1230, boul. René-Lévesque Ouest, Québec, Québec
G1S 1W2

Tél : (418) 682-3535

Call for Papers – « Knowledge Networks Symposium »

Call for Papers

Knowledge Networks: American Periodicals, Print Cultures, and Communities

One-day Symposium

School of American and Canadian Studies

University of Nottingham, UK

Friday May 27, 2011

Plenary speaker:

Leon Jackson, Associate Professor of English, University of South Carolina

Author of: The Business of Letters: Authorial Economies in Antebellum

America (2008)

The recent turn to the study of print culture in American literary and

cultural histories has increasingly focused scholarly attention on the

dynamic interaction between writing, reading, and publishing. This has

opened up a range of new perspectives on the networks of communication

that shape and define creative, political, and intellectual

communities. The « Knowledge Networks » symposium will explore these

perspectives through the particular example of the American periodical

as a public site of debate and exchange.

How have American periodicals made broader social, political, and

intellectual trends and patterns visible? What role has

professionalization played in the development of periodical

publication? In what ways have readers engaged with American print

culture through magazines? What communities have been created and

shaped by American periodicals at different moments in the country’s

history?

This one-day symposium seeks to address such questions through the

analysis and interpretation of periodical content, while also

exploring the status, influence, and interrelation of authors,

illustrators, publishers, printers, and editors. We welcome proposals

for individual papers and/or panels that engage with American

periodicals from a wide range of disciplinary angles, including

literary and intellectual history, literary studies, cultural history,

visual culture, the history of science, and Victorian studies. In

particular, we encourage papers looking at the nineteenth century,

although submissions on American print culture in all periods are

welcome.

We hope that this interdisciplinary conversation will also prompt some

reflection on the various methodological approaches to the study of

print culture currently in use, and suggest new ways of mapping and

visualising the social networks in which periodical literature is

embedded. For further details about the symposium and the larger

« Knowledge Networks » research project, please visit

http://knowledgenetworks.wordpress.com.

Proposals for papers (20 minutes), with a 300-word abstract and

one-page CV, should be submitted to Dr Matthew Pethers and Dr Robin

Vandome, School of American and Canadian Studies, University of

Nottingham, by Monday 31 January 2011 at the symposium email address:

knowledgenetworksproject@gmail.com. There will be no delegate fee and

limited funds are available to help some panellists with travel

expenses.

Appel à communications – « Au nom de l’art »

Au nom de l’art. Enquête sur le statut ambigu des appellations artistiques de 1945 à nos jours

Lundi 30 mai – Mardi 31 mai 2011
Université Paris I-Hicsa
à l’INHA
Sous la direction de Katia Schneller et Vanessa Théodoropoulou

« Expressionnisme Abstrait », « Pop Art », « Art Minimal », « Art Conceptuel », « Art Corporel », « Land Art », « Néo-dada », « Nouveau Réalisme », « Néo-Expressionnisme », « Young British Artists », « Esthétique relationnelle » … Cette litanie d’étiquettes nous est présentée dans les salles de musée et les manuels d’histoire de l’art contemporain comme les différents « mouvements », qui ordonneraient la création de la deuxième moitié du XXème siècle. En dépit de leur succès dans la vulgate de l’art contemporain, le statut de ces termes reste incertain, voire problématique.
Si les spécialistes s’accordent sur la difficulté qu’ils rencontrent dès qu’il s’agit de les définir, les artistes qu’ils sont sensés regrouper n’hésitent pas à les rejeter, estimant qu’elles réduisent leur travail. Bien que l’historicisation de ces étiquettes semble sous-entendre une reconduction du projet des avant-gardes historiques, leur statut ambigu (style, période, projet esthétique, label ou technique de marketing?) participe à la mutation profonde à la fois du fonctionnement du système (marché, institution, critique) et de la nature des intentions créatrices.
Parallèlement à l’élaboration de ces étiquettes, un phénomène contigu s’est développé: un grand nombre de configurations (groupes, collectifs, coopératives, entreprises etc.) de l’Internationale situationniste et Fluxus, à Présence Panchounette, Group Material, Superflex, Temporary Services, The Yes Men, Société Réaliste, ou encore etoy.Corporation, sont apparues sur la scène artistique. A l’inverse des étiquettes mentionnées précédemment, leurs noms signalent une identité voire une intention commune, sans nécessairement suggérer l’élaboration d’une nouvelle esthétique. Si ces configurations, en tant qu’identités collectives autodéterminées, semblent s’inscrire dans le legs politique des avant-gardes, elles le redéfinissent radicalement.
Au lieu de s’arrêter au constat de ce double héritage paradoxal du phénomène avant-gardiste nous souhaiterions l’interroger. Quelle réalité recouvre la nature ambigüe des étiquettes de la deuxième moitié du XXe siècle ? Que révèle la prolifération de « collectivités » s’appropriant différents modèles de structuration ? Que cela permet-il de comprendre des relations problématiques existant entre les notions de modernisme et d’avant-garde? En interrogeant ces différentes appellations, ce colloque se penchera sur les rapports compliqués qu’entretiennent les artistes avec les notions de communauté et de style, autrefois intrinsèquement liées dans le projet des avant-gardes historiques. Il se divisera pour ce faire en deux journées: une première consacrée aux étiquettes, une seconde aux groupes.

Les propositions d’une longueur de 400 mots maximum en français ou en anglais pourront essayer de répondre aux questions suivantes:

  • La négation de ces étiquettes est-elle révélatrice du développement d’un individualisme? Et si oui, comment le comprendre? Témoignerait-il d’un rejet de la dimension politique de l’avant-garde?
  • Ces étiquettes désignent-elles des périodes, styles ou labels? Comment peut-on envisager le glissement de l’une de ces fonctions à une autre?
  • Comment une étiquette réussit-elle à s’imposer et supplanter les autres étiquettes concurrentes?
  • Que révèle le choix de soumettre son identité personnelle à une identité commune ? Que peut-on apprendre du fait de revendiquer ou de rejeter un nom générique?
  • Quelles sont les stratégies de communication et de manifestation de ces groupes? Comment se distinguent-elles par rapport à celles des avant-gardes historiques?
  • Que cela signifie-t-il par rapport au positionnement politique des artistes face au réel ou à l’ordre symbolique dominant? Quel type d’ordre alternatif cela produirait-il?
  • Comment les groupes redéfinissent-ils la notion d’engagement dans le domaine artistique?
  • Comment ces formations brisent-elles ou élargissent-elles des notions telles que la collectivité, la communauté ou la subjectivité? Comment les représentent-elles et les mettent-elles en pratique?

Les propositions devront être envoyées avec un Curriculum Vitae d’une page avant le 15 janvier 2011 à Katia Schneller et Vanessa Théodoropoulou à l’adresse : aunomdelart.lecolloque@gmail.com

In the Name of Art. Investigation on the ambiguous status of generic artistic names from 1945 to now

Monday 30th May – Tuesday 31st May 2011
Université Paris I-Hicsa
At the INHA
Organized by Katia Schneller and Vanessa Théodoropoulou

« Abstract Expressionism, » « Pop Art » « Minimal Art, » « Conceptual Art, » « Body Art, » « Land Art, » « Neo dada, » « Nouveau Réalisme, » « Neo-Expressionism, » « Young British Artists, » « Relational Aesthetics. » This litany of labels is presented in the modern and contemporary art museums and syllabi, as the different « movements » that have dominated the artistic production of the second half of the 20th century. Despite their success in the contemporary art vulgate, the status of these terms remains uncertain, or even problematic.
If the specialists agree on the difficulty that occurs each time they attempt to define them, the artists that they are supposed to regroup, don’t hesitate to reject them, as they consider that they reduce their work. While the historiography of these labels seems to imply the renewal or repetition of the so called « historical avant-garde” project, their ambiguous status (style, period, aesthetic project, label or pure marketing strategy?) participate in the profound mutation of the art system, of the way it functions (market, institution, critique) and of the nature of its creative intentions.
In parallel with the elaboration of these labels, a contiguous phenomenon has developed: a great number of configurations (groups, collectives, cooperatives, enterprises etc.), from the Situationist international and Fluxus, to Présence Panchounette, Group Material, Superflex, Temporary Services, The Yes Men, Société Réaliste, or even etoy.Corporation, has entered the artistic scene. Conversely to the labels mentioned above, their names imply an identity or some kind of shared intention, not necessarily related to the elaboration of a new aesthetic. If these configurations, as auto-determined collective identities, seem to integrate the political legacy of the avant-garde, they radically redefine it.
Instead of only acknowledging the paradoxical double legacy of the avant-gardist phenomenon, we would like to question it. What does the ambiguous nature of the labels that appeared in the second half of the 20th century reveal? What means the proliferation of « collectivities » adopting different forms of structure ? How do these phenomena allow us to reconsider the problematic relationship between modernism and avant-garde? By interrogating these different generic names, the aim of this symposium is to investigate the complicated relationships that artists maintain with notions of community and style, once intergraded in the historical avant-garde’s project. The symposium will therefore be divided in two days : a first one dedicated to labels and a second one to groups.

Propositions of a 400 words maximum in French or English could address the following questions :

  • Is the rejection of these labels related to the development of individualism ? And if this is the case, how can we understand it ? Is it the sign of a desire to reject the political aspect of the avant-garde ?
  • Do these names designate periods, styles, or labels ? How can we understand the sliding from one function to another one ?
  • How does a label succeed to establish itself over other rival labels ?
  • What does the choice to submit one’s personal identity to a common identity mean ? What can we learn from the claim or the rejection of a generic name ?
  • What are the strategies of communication and expression of these groups ? How do they distinguish themselves from the ones used by the historical avant-gardes ?
  • What can this situation mean about the political positioning of artists within reality or the dominant symbolic order ? Which type of alternative orders do they try to produce ?
  • How do groups redefine the notion of commitment in the artistic field ?
  • How do these formations break or enlarge notions such as community or subjectivity ? How do they represent them or put them in practice?

Propositions along with an one-page Curriculum Vitae should be submitted before January 15, 2011 to Katia Schneller and Vanessa Theodoropoulou to the following address : aunomdelart.lecolloque@gmail.com

Appel à communications – « L’amitié, lien social et politique »

L’AMITIÉ, LIEN SOCIAL ET POLITIQUE

en France et en Allemagne (XIIe-milieu du XIXe siècle)

Université d’été de l’Institut historique allemand de Paris (3-6 juillet 2011)
Organisée en collaboration avec le Centre Roland Mousnier (Paris-Sorbonne), l’École doctorale 2 de l’Université Paris-Sorbonne, le Graduiertenkolleg 1288 « Amis, protecteurs, fidèles » (Fribourg-en-Brisgau) et le Centre Norbert Elias (EHESS)

Cette université d’été s’adresse aux doctorants et post-doctorants qui, en France, en Allemagne, mais aussi dans d’autres pays, travaillent sur des thèmes en rapport avec l’amitié et le clientélisme, quelle que soit leur spécialité.

Elle souhaite accompagner le développement de recherches prenant en compte l’amitié sous la forme dominante qui a été la sienne durant des siècles. Si l’on peut la désigner comme un mouvement vers l’autre affiché avec effusion, une tension semble exister entre deux types de liens. Une relation intime et particulière, vécue sur un mode passionnel, exaltée comme un idéal, du roman courtois aux épanchements romantiques, en passant par l’amitié parfaite de Montaigne et La Boétie, coexiste avec une amitié publiquement affichée, impliquant des groupes sociaux plus ou moins larges, et fondée sur l’échange de services. Si l’équilibre est nettement à l’avantage de la première à l’époque actuelle, c’est le fruit d’une rupture historique. De lien plutôt formel, juridiquement et socialement reconnu, l’amitié prend à partir du xiie siècle les dehors d’une relation affective, qui tend à s’assimiler à l’amour et en adopte le langage, alors qu’est réactivé l’héritage antique ; elle n’en demeure pas moins un lien politique et social par excellence. Aux xviiie et xixe siècles, en opposition à celle-ci, s’affirme puis triomphe l’amitié sentimentale, dont la sincérité est la clé de voûte.

Alors que les études privilégient les affinités électives et exceptionnelles entre de grandes figures, l’objet de la rencontre est plus vaste. Il s’agit d’envisager l’amitié sur le long terme, dans ses diverses manifestations et mutations, en l’inscrivant dans une histoire qui n’a rien d’intemporel. Un rapprochement entre l’ensemble de ses dimensions – politique, sociale, religieuse, symbolique, émotionnelle – apparaît en outre aussi fécond que nécessaire. Enfin, l’enjeu est d’embrasser tout le spectre social alors que les élites ont grandement focalisé l’attention : la comparaison entre différents groupes sociaux et divers types de réseaux permettrait de mieux appréhender pratiques et cultures amicales.

Le choix de privilégier les cas français et allemand se justifie en premier lieu par la fécondité des recherches qui y sont menées, mais aussi par la richesse du matériau qu’ils proposent. Si leur rapprochement apparaît justifié, il ne prend tout son sens que si on l’envisage dans une histoire européenne.

En accord avec ces perspectives, la réflexion pourrait s’articuler autour des axes suivants :

L’amitié, lien politique et social :

– relations entre amitié et politique, du village au sommet de l’État ;

– amitié dans les différents groupes sociaux et dans tous types de réseaux ;

– amitié et engagement confessionnel.

Aspects théoriques et symboliques :

– évolution de la réflexion théorique sur l’amitié ;

– conceptions de l’amitié dans différents groupes sociaux et cas de figure ;

– relations entre lien d’amitié et parenté.

Amitié formelle et amitié affective

Cette manifestation, organisée par Bertrand Haan et Christian Kühner, se déroulera à l’Institut historique allemand de Paris. Les débats seront encadrés et animés par Ronald G. Asch, Lucien Bély, Jean Boutier, Klaus van Eickels, Nicolas Le Roux, Kenneth Loiselle, François-Joseph Ruggiu et Bénédicte Sère. Les langues de travail seront l’allemand, le français et l’anglais, dont une bonne maîtrise est souhaitable.

L’Institut historique allemand prend en charge l’hébergement à l’hôtel en chambre simple, les frais de déplacement, dans la limite de 200 € pour l’Europe et de 130 € pour la France, ainsi qu’un repas d’accueil et les déjeuners durant l’université d’été.

Une participation forfaitaire de 50 € sera demandée aux candidats dont le dossier aura été retenu afin de valider leur inscription.

Doctorants et post-doctorants souhaitant participer à cette rencontre sont invités à envoyer une proposition de communication de 3 000 à 4 000 signes (espaces compris), ainsi qu’un curriculum vitae, sous format Word ou pdf, à l’adresse suivante : summerschool2011@dhi-paris.fr

Date limite de candidature : 21 février 2011

Les communications seront publiées sur le site www.perspectivia.net.

Url de référence :
http://www.dhi-paris.fr/
Adresse : Institut historique allemand – 8, rue du Parc Royal – 75003 PARIS