Archives mensuelles : mars 2011

Journée d’étude – « La culture (de masse) et la constellation de l’Ecole de Francfort »

Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques

"La culture (de masse) et la constellation de l’Ecole de Francfort"

Journée d’étude internationale
17 mars 2011
9h30 Ouverture de la journée

9h45 Gilles Moutot
Dialectique de l’industrie culturelle

10h30 Julia Christ
Les transformations de la subjectivité par la culture de l'information

11h15 Philippe Ivernel
La revue de recherche sociale et la question de la culture des masses

12h Discussion générale

14h30 Marc Berdet
La culture de masse chez Theodor W. Adorno et Walter Benjamin. Une controverse épistolaire

15h15 Meike Schmidt-Gleim
Le concept de culture chez Walter Benjamin

16h Olivier Agard
Kracauer et la culture de masse

16h45 Discussion générale

Site Javelot, salle des thèses, 2e étage
Contacts : laurent.fleury@univ-paris-diderot.fr
anne.kupiec@univ-paris-diderot.fr

Colloque –  » L’idée de littérature à travers les médias et les médiations. 1860-1940″

Journée d’études HIDIL

Organisée par le réseau « Littérature et communication »

Gripic (Celsa Paris-Sorbonne) et RIRRA 21

21 mars 2011

Salle des Actes

Université Paris Sorbonne

15 rue de la Sorbonne

75005 Paris

« L’idée de littérature à travers les médias et les médiations. 1860-1940 »

9h15 : accueil

9h30 : ouverture

Présentation de l’ANR HIDIL

Didier ALEXANDRE

Séance 1

La littérature à l’heure républicaine : littérature-texte et industries culturelles

Présidence : Jacques MIGOZZI

09h45

Marie-Ève THERENTY

« Le moment Huret : les enquêtes médiatiques et la mobilisation de l’idée de littérature »

10h15

Adeline WRONA

« L’épisode de la Comédie humaine, journal naturaliste (1880) : Émile Zola et l’idée de littérature, entre politique et médias ».

PAUSE

11h15

Alain VAILLANT

« De Lanson à Thibaudet : la littérature à la croisée de la presse, de l’École et de l’édition »

Séance 2 : Le lecteur, au cœur du texte

Présidence : Daniel BOUGNOUX

12h00

Emmanuël SOUCHIER

Raymond Queneau dans L’Intransigeant : « Connaissez-vous Paris ? »

12h30

Yves JEANNERET

« Le mythe Jean-Christophe : Romain Rolland et les figures de la lecture »

DÉJEUNER : buffet-repas au Club des enseignants de la Sorbonne

Séance 3 La littérature, théorie et pratique de la médiation

Présidence : Michel MURAT

14h30

Anneliese DEPOUX

« La poétique de Paul Valéry : une pensée de la médiation littéraire »

15h30

Marc LITS

« Georges Simenon et la tentation du journalisme : de l'affaire Stavisky au reportage africain»

16h00-16h30

Débats

17h00 CONCLUSION DE LA JOURNÉE

Appel à communications – « La médiatisation du littéraire dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles »

La médiatisation du littéraire dans l’Europe

des XVII° et XVIII° siècles

Appel à communications

Le Centre de recherches su l’Europe classique (XVII° & XVIII° siècles) de l’université de Bordeaux, organise un colloque international, à Bordeaux, les 17 et 18 mai 2012, sur le thème suivant :

La médiatisation du littéraire dans l’Europe des XVII° et XVIII° siècles.

Médiatisation est un terme d’apparition récente, qui renvoie à une réalité extrêmement contemporaine des sociétés où la diffusion massive d’informations repose sur des supports techniques variés et souvent perfectionnés. Qu’aujourd’hui la littérature, avec ses rentrées littéraires, son calendrier de prix, ses coups de gueule d’écrivains ou ses célébrations institutionnelles, entre parmi les phénomènes médiatiques, cela apparaît comme une évidence dans un monde marqué par l’instantanéité de l’information, le renouvellement constant de l’étonnement et la surenchère des surprises, fussent-elles artificielles.

Appliquer ce terme aux XVII° et XVIII° siècles relève donc d’abord d’un anachronisme volontaire, destiné à déstabiliser le regard que l’on porte sur notre passé littéraire et à provoquer une réévaluation de la place accordée à la littérature dans la vie publique et sociale de l’Europe classique.

Médiatiser, c’est donner une publicité aux faits, attirer l’attention sur un événement, faire entrer une oeuvre et son auteur sur la scène de l’échange public. Ce travail, auquel les développements de la presse contribuent dès le XVIIe siècle, est une activité essentiellement politique : l’orchestration du littéraire dans l’Europe des XVII° et XVIII° siècles entre dans le champ des pouvoirs.

Si notre réflexion sur la médiatisation de la littérature pourra prendre appui sur les définitions de l’événement littéraire avancées par la critique de cette dernière décennie (voir notamment : Isabelle Tournier,  « Événement historique, événement littéraire. Qu’est-ce qui fait date en littérature? », Revue d’histoire littéraire de la France, 2002, n°5, p.747-758 ; D. Alexandre, M. Frédéric, S. Parent et M. Touret (dir.), Que se passe-t-il? Événements, sciences humaines et littérature, Rennes, PU Rennes, 2004 ; E. Boisset et P. Corno (dir.), Que m’arrive-t-il? Littérature et événement, Rennes, PU Rennes, 2006 ; Corinne Saminadayar-Perrin (dir.), Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle?, Saint-Etienne, PU Saint-Etienne, 2008), elle s’orientera vers la question de la représentation publique de la littérature, en s’inspirant par exemple des travaux menés par Hélène Merlin (Public et littérature en France au XVIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1994).

Nous nous interrogerons sur les multiples aspects de la « mise en spectacle » de la littérature dans la vie publique des XVII° et XVIII° siècles européens :

Médiatisation institutionnelle : l’on pourra recenser et étudier les festivités, jeux et concours, inaugurations et célébrations, qui jalonnent la vie littéraire des XVII° et XVIII° siècles. Quelle est la place du texte littéraire dans ces fêtes autour de la littérature ? Quel y est le statut de l’auteur ? Quelles institutions régissent ces célébrations ? Selon quelles modalités et avec quels enjeux ? Quel retentissement public ont ces manifestations ?

Médiatisation sociale : comment l’information littéraire circule-t-elle dans la société ? La presse est-elle la caisse de résonance des manifestations littéraires officielles ? Existe-t-il des « événements littéraires » directement liés à l’expression journalistique ? Ou d’autres confinés dans les Salons ? Pourrait-on cerner une médiatisation populaire de la littérature ?

Durée de médiatisation : combien de temps dure l’effervescence autour d’une oeuvre ou d’un auteur ? Existe-t-il une temporalité propre aux affaires littéraires, débats, batailles esthétiques ? Peut-on identifier des dates de début et de fin de la médiatisation ? Peut-on repérer des cas de médiatisation littéraire liés à un événement historique ?

Lieux de médiatisation : quels sont les espaces récurrents de la médiatisation du littéraire ? Outre le lieu théâtral, quels sont les autres lieux ouverts ou non au public auxquels l’on peut assigner cette fonction de médiatisation ? Les lieux de médiatisation du littéraire sont-ils des espaces de la vie politique ?

L’objet de la médiatisation : l’on ne manquera pas de cerner l’objet littéraire sur lequel porte la médiatisation, que ce soit le texte littéraire (oeuvre complète ou simple segment, citation tronquée ou déformée, rumeur sur le contenu ou contenu réel), la personne de l’auteur (identifiée ou non, contestée ou admirée, célèbre par ses écrits ou par sa personnalité), l’écriture (l’acte d’écrire, l’inspiration, l’imagination, le style), la fête elle-même (si l’événement littéraire médiatisé est une célébration ou un concours ritualisé), ou encore le contexte de publication (changement de régime, instabilité politique, évolution scientifique, conflits théologiques, etc.).

Les investigations dans ces différents domaines mettront en lumière la façon dont les sociétés européennes des XVII° et XVIII° siècles percevaient et utilisaient la littérature : des contributions permettant de comparer les situations dans les différents États d’Europe sont les bienvenues.

Les propositions de communication, comportant un libellé assorti d’un paragraphe explicatif, seront envoyées avant le 1° septembre 2011 à Florence Boulerie, responsable scientifique du colloque, et à Charles Mazouer, directeur du Centre.

Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3

U.F.R. Humanités

Domaine universitaire

F 33604 – PESSAC Cedex

Florence.Boulerie@u-bordeaux3.fr

charles.mazouer@wanadoo.fr.

Appel à contribution – « Écritures et langages du personnalisme chrétien au XXe siècle »

Colloque international, Paris, EHESS, 15 et 16 novembre 2011

Appel à contribution

Écritures et langages du personnalisme chrétien au XXe siècle.

Inventions et influences.

Résumé

Le but du colloque est d’actualiser la connaissance historique du courant personnaliste chrétien et de ses héritages en interrogeant la manière dont les arts et les discours sur l’art se sont approprié ses principes théoriques. À terme, il s’agit de désigner la place de ce courant dans le développement des cultures contemporaines et d’établir une typologie et une chronologie de ses lieux et modes d’expression.

Problématique

Le personnalisme a depuis longtemps été l’objet d’études historiques et critiques. Ces analyses nous ont aidés à replacer ce courant de pensée dans le contexte de remise en question et d’expérimentation propre à l’Entre-deux-guerres et à mieux en saisir les principaux principes politiques. S’écartant de ces lectures sociales et politiques le colloque « Ecritures et langages du personnalisme chrétien au XXe siècle. Inventions et influences » vise quant à lui à interroger à nouveaux frais les pratiques artistiques et culturelles qui se sont inspirées du courant personnaliste.

Les grands principes de la révolution personnaliste qu’appelle un philosophe comme Emmanuel Mounier (1905-1950 sont bien connus. Ils invitent chaque homme à dépasser son statut d’individu anonyme par l’accomplissement d’une œuvre – un « acte créateur » – ; mesure ultime d’un engagement dans la communauté. Pour remédier à l’atomisation de la société chacun doit en effet fonder ou retrouver les liens qui l’unissent à ses semblables, lesquelles le relient à sa « vie profonde », qui passe par l’élargissement de la conscience qu’il a de son histoire, de son milieu, de ses attaches, bref de sa culture. De la sorte, le chemin qui mène vers une spiritualité authentique et vivifiée (non dogmatique, personnelle) passe par la culture. Théoriquement, l’art a pour mission, d’une part, de puiser dans la spiritualité de l’homme pour tisser un « lien entre les vies » et, d’autre part, de « faire surgir la vision concrète de l’homme » pour faire éclater les formes délétères de la vie moderne.

De ces quelques principes généraux aux réalisations artistiques concrètes, le chemin fut long et parfois compliqué. Quels sont les obstacles intellectuels, institutionnels, esthétiques et pratiques qui jalonnèrent l’histoire d’une spiritualité renouvelée attendue par les générations d’artistes nourris du renouveau chrétien ? Certes, parce qu’ils veulent imposer une nouvelle manière de voir l’homme, les personnalistes doivent inventer un langage qui rende compte de toute la profondeur que recèle chaque personne. Mais comment montrer la recherche des significations profondes des personnes et des communautés, en disant autre chose que le biologique, le social et le psychologique ? Quels moyens picturaux, cognitifs, narratifs, poétiques et sémiotiques utiliser pour faire voir la vie intime, « la protestation du mystère », « la présence même du réel » à incarner par la spiritualité ? D’Henri Ghéon à Gabriel Marcel en France à Charles-Ferdinand Ramuz en Suisse, en passant par Robert Élie au Québec, quels ont été les apports du personnalisme à la construction d’une nouvelle littérature, d’un nouveau cinéma, d’un nouveau théâtre, d’une nouvelle critique d’art ? Qui ont été ses principaux passeurs et ses animateurs ? Qu’en est-il des irrigations sans héritage et des inspirations sans revendications ? Telles sont les questions que nous nous posons.

Modalités de soumission

Des communications sont attendues des différentes disciplines des sciences humaines et sociales. Les propositions de communication devront être envoyées par courrier électronique (en fichier attaché sous le format «. doc ») à l’adresse suivante : cecile.vanderpelen@ulb.ac.be

avant le 1er juin 2011

Outre le nom, les coordonnées et l’institution du ou des auteurs, elles devront comporter le titre et un résumé en français ou en anglais de 15 lignes environ.

Le comité scientifique sera en charge de la sélection des communications. Une réponse à chacune des propositions sera envoyée début juillet 2011.

Lieu du colloque : EHESS, Paris

Comité scientifique

Paul Aron, Fonds de la Recherche scientifique, Université libre de Bruxelles

Frédéric Gugelot, CEIFR-EHESS, Université de Reims

Denis Pelletier, EPHE

Cécile Vanderpelen-Diagre, CIERL, Université libre de Bruxelles

Jean-Philippe Warren, Université Concordia

Comité organisateur

Frédéric Gugelot, CEIFR, Université de Reims

Cécile Vanderpelen-Diagre, CIERL, Université libre de Bruxelles

Jean-Philippe Warren, Université Concordia

Contacts

L’organisation du colloque est assurée par la Chaire Concordia d’études sur le Québec (Department of Sociology and Anthropology ; Concordia University ; 1455 de Maisonneuve Blvd. West Montréal, Québec H3G 1M8) ; le Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux (CEIFR) (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales ; Monsieur le Prince ; 7500 ; Paris) et le Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité (CIERL) (Université libre de Bruxelles, 17 avenue Franklin Roosevelt ; CP 108 ; B – 1050 Bruxelles).

Appel à contribution – Ouvrage collectif sur la sociocritique

APPEL À CONTRIBUTION POUR UN OUVRAGE COLLECTIF SUR LA SOCIOCRITIQUE

ARGUMENTAIRE

La littérature est d’une certaine manière l’expression de la société. Cette affirmation revêt plusieurs acceptions. Elle signifie pour nous qu’il y a des liens certains entre les formes et les structures sociales et les formes et les structures littéraires. Il y a une étroite relation entre la littérature et la société qui la produit. Elle n’est pas un simple ‘‘produit passif ». Elle peut être un instrument d’action. La littérature sert à juger une société. La société sert à expliquer la littérature.

La critique sociohistorique est née de cette conceptualisation de la littérature. La sociocritique en est une émanation. Elle est plurielle. Ce caractère polysémique fait qu’on en parle souvent sans savoir toujours très bien ce qu’il faut entendre par là. Le Centre de Recherche Interuniversitaire en Sociocritique des textes (CRIST) montre qu’elle est constamment en émergence : « La sociocritique n’est ni une discipline, ni une théorie. Elle n’est pas non plus une sociologie, encore moins une méthode. Elle est une perspective. A ce titre, elle a pour principe fondateur une proposition heuristique générale de laquelle peuvent dériver de nombreuses problématiques individuelles cohérentes (…). »

Comment comprendre donc la sociocritique ? Quelles sont ses ambitions théoriques ? Quelles sont ses ressources méthodologiques et analytiques, ses frontières, ses limites épistémologiques ?

Le projet de cet ouvrage est de tenter de mieux connaître et comprendre la sociocritique dans ses conditions d’émergence, ses outils théoriques et pratiques en vue d’une étude plus rationnelle, plus scientifique, plus systématique des oeuvres.

Aussi, le Groupe de recherche « Littérature et Société » de l’université de Cocody (Abidjan) dont les Professeurs Koui Théophile et Kouamé Kouamé sont les co-fondateurs, invite – t – il tous ceux qui font de la sociocritique un outil méthodologique dans les champs disciplinaires des sciences humaines (littérature, philosophie, histoire, sociologie, anthropologie…) de bien vouloir lui soumettre une contribution d’essence théorique ou analytique.

CONSIGNES DE REDACTION

– Les propositions sous forme d’un résumé (5 à 10 lignes) et d’un titre sont à adresser au Docteur Adama Samaké, responsable du comité de coordination, à l’adresse suivante : adamasamake71@yahoo.fr avant le 31 Mars 2011. Après acceptation, de la proposition, l’article (15 pages maximum= environ 30000signes) sera à envoyer avant le 30 Juin 2011. Chaque article sera soumis avant publication à l’approbation du comité de lecture.

– Numérotation numérique automatique continue à partir du chiffre 1. Logiciel utilisé Word 2003 ou 2007.

– On utilisera exclusivement le Times New Roman, la taille de caractères 14 (pour le titre), 12 pour le texte principal et 10 pour les notes et les citations plus étendues, l’interligne 1,5. Les citations seront inclues dans le texte.

– Merci de bien vouloir accompagner vos textes d’une brève notice biobibliographique.

Comité de coordination

Responsable : Dr. Adama Samaké, Université de Cocody Abidjan,

UFR Langues, Littératures et Civilisations, Département de Lettres Modernes

06 BP 2102 Abidjan 06 Côte d’Ivoire (225) 07 75 09 75

adamasamake71@yahoo.fr

Adresse : 06 BP 2102 ABIDJAN 06 COTE D’IVOIRE

Parution – « Les médiations de l’écrivain. Les conditions de la création littéraire »

Centre de recherche sur les médiations
(EA 3476, université Paul Verlaine-Metz, université Nancy 2, université de Haute-Alsace)


Vient de paraître

Les médiations de l’écrivain. Les conditions de la création littéraire

Sous la direction de Audrey Alvès et Maria Pourchet

Paris · L’Harmattan · Collection Communication et Civilisation · 272 p. · 26 €

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=33392

L’exercice littéraire implique différentes situations de communication qui concourent à l’existence, à la signification d’une œuvre, comme à celle d’une personnalité auctoriale. Ces opérations peuvent être avantageusement comprises à la lumière du concept de médiation. Mobilisant, parmi les écrivains classiques ou contemporains, une quinzaine de cas, les contributeurs de cet ouvrage s’intéressent tour à tour aux avant-textes, aux paratextes, aux contraintes éditoriales, aux épreuves de la promotion médiatique ou de la reconnaissance. Un matériau qu’ils soumettent utilement au champ de questionnements suivant : que nous disent ces supports et processus de médiation, des modalités de l’écriture ? Qu’éclairent-ils de la complexité des rapports de l’écrivain à son travail, à la réception de celui-ci, à sa propre image ? Que nous révèlent-ils du sens de l’œuvre et de l’auteur, des représentations sociales du livre, de la littérature, de l’écriture, de l’écrivain d’hier et d’aujourd’hui ?

Parution – « La vie littéraire au Québec, t. VI : 1919-1933 »

En librairie le 9 février
La vie littéraire au Québec, t. VI : 1919-1933. Le nationaliste, l’individualiste et le marchand, sous la direction de Denis Saint-Jacques et Lucie Robert, Québec, Presses de l’Université Laval.

Durant l’entre-deux-guerres, les partisans du régionalisme paraissent dominer doute l’activité littéraire. Toutefois, la grande presse, les magazines, les romans en fascicules puis, bientôt, la radio et le cinéma forment progressivement un marché culturel élargi, courtisant les jeunes et les ménagères, représentant le monde contemporain ou promettant l’aventure. Et c’est sans compter la poussée d’une jeune génération d’écrivains et d’écrivaines pressés d’en finir avec les vieilles querelles. Ils ont 25 ans en 1925, n’attendent pas leur tour et investissent la poésie, le roman, la scène, leur insufflant une bouffée d’air frais qui fait éclater les modèles traditionnels. L’espace littéraire des années folles à la crise économique est ainsi marqué par l’affrontement de ces trois forces. De L’appel de la race à La chair décevante, des Éditions Édouard Garand à la radio de CKAC, d’Aurore l’enfant martyre aux Fridolinades, les pratiques se diversifient et la littérature s’éloigne progressivement de la religion et de la politique. De ce bouillonnement émergent parfois des classiques, comme Un homme et son péché, qui traversent les barrières médiatiques et temporelles pour marquer de manière durable l’imaginaire collectif.

La vie littéraire au Québec est conçue d’abord comme un outil de référence scientifique qui tente de cerner le fait littéraire non seulement grâce à l’examen des textes eux-mêmes, mais aussi par l’analyse des processus de leur production et de leur réception. Cette histoire littéraire traite des mouvements et des tendances autant que des œuvres et des auteurs singuliers.

L’équipe de rédaction : Luc Bonenfant, Annie Cantin, Karine Cellard, Daniel Chartier, Marie-Frédérique Desbiens, Michel Lacroix, Kenneth Landry, Hélène Marcotte, Pierre Rajotte, Lucie Robert, Denis Saint-Jacques et Chantal Savoie.

La vie littéraire au Québec (CRILCQ)

http://www.crilcq.org/recherche/histoire/vie_litteraire_qc.asp

Presses de l’Université Laval

http://www.pulaval.com/

Parution – « Björn-Olav Dozo, La Vie littéraire à la toise »

AVIS DE PARUTION

Björn-Olav Dozo, La Vie littéraire à la toise. Études quantitatives des professions et des sociabilités des écrivains belges francophones (1918-1940), Bruxelles, Le Cri / CIEL-ULB-ULg, 2011, ISBN 978-2-8710-6561-6, 188 pp., 18.00 euros.

Ce livre rassemble six articles dans lesquels la vie littéraire belge francophone est étudiée sous l’angle quantitatif et sériel. Ces différentes études se fondent sur un outil développé collectivement, dont la présentation constitue le premier chapitre : la base de données du Collectif Interuniversitaire d’Étude du Littéraire (CIEL). Le deuxième chapitre teste l’approche statistique sur un corpus bien délimité — le personnel littéraire de l’Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique (ARLLF) — et constitue ainsi une forme de première expérience, visant à montrer les résultats que l’on peut obtenir à partir de cette perspective. Deux thèmes principaux sont ensuite au fondement de ce recueil : les professions d’écrivains — la professionnalisation de l’écrivain en Belgique concernant peu d’auteurs, comme on va le voir — et leurs sociabilités, étudiées à partir des réseaux de relations. La période abordée dans ces études est principalement l’entre-deux-guerres, avec une exception pour le chapitre sur les écrivains-journalistes, qui étend la période analysée de 1918 à 1960.

Annonce de parution : COnTEXTES, n° 8 : La Posture. Genèse, usages et limites d’un concept

ANNONCE DE PARUTION :

COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, no 8, janvier 2011 : La Posture. Genèse, usages et limites d’un concept

« Ce huitième numéro de la revue COnTEXTES se propose de s’arrêter sur le concept de posture. L’occasion de revenir sur la genèse de cette notion, d’en interroger les usages, mais aussi de dégager ses limites. Pour ce faire, amorçons ici la réflexion en nous fondant sur trois axes problématiques : un axe purement métacritique, tout d’abord, qui invite à une réflexion épistémologique générale sur les enjeux et les limites du concept de posture ; deux axes directement liés à des questions particulières procédant de l’application de ce concept, ensuite. Le premier centré sur l’appréhension de la posture d’auteur à travers le prisme de la fiction ; le second se tournant vers l’autre pôle de la communication littéraire, le récepteur, afin d’interroger les modalités de réception d’une posture. » (Extrait de l’introduction, par Denis Saint-Amand et David Vrydaghs ; lire la suite : http://contextes.revues.org/index4712.html ).

L’intégralité du numéro est accessible en ligne gratuitement à l’adresse : http://contextes.revues.org/index4692.html

Sommaire :

Denis Saint-Amand et David Vrydaghs, « Retours sur la posture »

Valérie Stiénon, « Filer la métaphore dramaturgique. Efficacité et limites conceptuelles du théâtre de la posture »

Claire Clivaz, « Peut-on parler de posture littéraire pour un auteur antique ? Paul de Tarse, Galien et un auteur anonyme »

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Des hommes d’élite ? L’identification des écrivains à une classe sociale en reconstruction (Belgique, XIXe siècle) »

Clément Dessy, « Postures du rapport à l’oeuvre. Les cas de Gide et de Jarry vers 1895 »

Paul Aron, « Postures journalistiques des années 1930, ou du bon usage de la “bobine” en littérature »

Sarah Sindaco, « Mai 68, les avatars d’une posture générationnelle. Ou comment Dany le Rouge est passé aux Verts »

Denis Saint-Amand, « Quelque part entre Charleville et l’Arcadie. Esquisse d’une lecture croisée des postures de Virginie Despentes et de Patti Smith »

Laurence Rosier, « Postures de l’érudit-puriste et sociotypifications imaginaires. L’exemple de Pierre Daninos »

Sur la même problématique, signalons également la parution imminente du nouvel ouvrage de Jérôme Meizoz : La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine Erudition, à paraître. Ce titre ajoute un second volet au travail entrepris dans Postures littéraires, paru en 2007.

Outre ses dossiers thématiques, la revue COnTEXTES publie régulièrement des notes de lecture et des articles « varia ». On trouvera les dernières parutions aux pages suivantes :

http://contextes.revues.org/index224.html (notes de lectures)

http://contextes.revues.org/index231.html (varia).

Depuis septembre 2010, la revue propose également un répertoire des thèses en sociologie de la littérature et en sociocritique, mis à jour tous les trois mois. Informations et consultation du répertoire à l’adresse suivante : http://contextes.revues.org/index4682.html.