Archives mensuelles : juin 2011

Appel – « Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques »

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

10-11 mai 2012

 

Université Paris Ouest-Nanterre

 

CSLF-PHISTEM

 

LPCM

Les productions de la culture médiatique et les fictions imprimées de grande consommation reposent sur des principes de communication qui mettent en jeu des logiques sérielles. Ce qui les caractérise est une tendance à saisir la relation à l’œuvre médiatisée par un ensemble plus vaste à partir duquel elle se conçoit. C’est bien un tel mécanisme que l’on peut repérer dans la décision d’écrire ou de lire une œuvre de genre (récit policier, d’aventures, de science fiction, etc.) ou d’investir des ensembles stéréotypiques et des scénarios intertextuels moins formalisés à l’aune desquels le récit demande à être évalué. C’est également dans cette perspective que se situent les auteurs qui choisissent d’écrire pour une collection éditoriale dominée par des contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.). De même, les auteurs qui se lancent dans des séries à personnages récurrents thématisent-ils les mécanismes de la communication sérielle dans leur œuvre. Enfin, les créateurs d’univers de fiction transmédiatiques conçoivent des séries avant d’inventer une œuvre. Le développement de telles pratiques s’explique en partie par l’histoire des supports et de leur usage dans les productions de grande consommation qui, du feuilleton à la collection en passant par les livraisons et les fascicules, ont généralement sérialisé le texte, soit en le traitant comme une série, soit en l’inscrivant dans un ensemble plus vaste.

Ainsi est-ce l’ensemble de la communication qui est affecté par ces mécanismes sériels. Ils se traduisent par des modes d’écriture et de lecture particuliers. Le lecteur compare les œuvres, aussi bien pour les rapporter à ces ensembles plus vastes que pour tenter de saisir ce qui en fait l’originalité au sein de la série. L’auteur quant à lui s’inscrit dans une perspective dialogique dans laquelle le processus de singularisation se pense dans la relation aux principes sériels. Ainsi, loin de se concevoir uniquement en termes de ressassement, les pratiques sérielles s’inscrivent tout autant dans une perspective de variation, voire de distinction, qui explique pourquoi les goûts des amateurs mettent en jeu des postures discriminantes, et combien les auteurs, loin de se contenter d’exploiter des filons du genre, peuvent chercher à le renouveler ou à le sublimer.

C’est l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940, mais sans s’interdire les détours vers des périodes plus récentes. On cherchera autant que possible à mettre en évidence les articulations existant entre les différents niveaux entrant en jeu dans la communication sérielle (support, éditeur, conditions de production, relation aux architextes, etc.), et tentera d’en tirer les conséquences en termes de poétique et d’esthétique.

On s’intéressera aux modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper.

On étudiera les stratégies d’appropriation, de singularisation et de resémantisation que peuvent mettre en place les auteurs qui s’inscrivent dans des logiques sérielles, en essayant de décrire le dialogue entre reprise des codes (collection, genre, personnage récurrent) et réarticulations.

On tentera de réfléchir aux transformations que subissent les figures sérielles : mutations de genres, réinvention de personnages sur la longue durée, redéfinition des traits sériels suivant les pays, les époques et les variations des situations sociales, politiques et culturelles. On essaiera de montrer quelles sont les logiques qui permettent de concilier principes de transformation et de répétition.

On s’interrogera sur les relations entre sérialité et circulation, en se demandant comment une même œuvre ou un même personnage peuvent s’inscrire dans des systèmes intertextuels et architextuels différents suivant les pays, les époques et les contextes culturels.

On s’intéressera aux rôles des autres figures intervenant dans la production du sens – éditeurs, illustrateurs, traducteurs – par la mise en résonance du texte avec d’autres textes, et à la façon dont ils peuvent reformuler les œuvres et leur lecture.

Les propositions sont à renvoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr), avant le 15 novembre 2011.

Matthieu Letourneux

Université Paris Ouest-Nanterre ; CSLF-PHISTEM

LPCM (association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique)

Appel à contributions – « Champs littéraires et stratégies d’écrivains »

CRASC

Colloque international

Novembre 2012

Champs littéraires et stratégies d’écrivains

Que sont devenus les grands dispositifs de définition des pratiques, des ‘systèmes'(Halen) littéraires qui ont mobilisé ces dernières décennies études et conceptions des multiples univers dédiés à la littérature ? Fondés en grande partie dans l’examen des configurations littéraires nationales (Bourdieu, Dubois, Anderson), les travaux théoriques ou empiriques ont peu à peu relativisé les frontières de l’activité littéraire, développé des formulations plus transversales : Le Tout Monde (Glissant/Chamoiseau); Littérature-Monde (Le Bris/Rouaud) ou carrément globalisantes : La République mondiale des Lettres(Casanova).

Les différentes approches du champ littéraire, qui ne sont pas exclusives des autres approches, tendent à prendre en charge les aspects textuels et contextuels de la production littéraire, définissant la position de l’auteur dans l’espace multiforme de production, (posture dans le champ national ou l’inscription dans une démarche de subversion transnationale à l’instar d’écrivains, tels que Joyce, Faulkner et Beckett). Il s’agit pour nous, lors de cette rencontre d’opérer un dévoilement des mécanismes instituant le champ littéraire dans le vaste marché des biens symboliques et d’essayer de porter un regard sur les différentes stratégies pratiquées par les écrivains pour s’assurer une présence éditoriale dans leur pays et/ou dans le monde.

Les apports dans la définition des nouveaux enjeux auxquels fait face la littérature ne seront pas en reste. Pour ce faire, la mobilisation des modèles d’analyse des champs et l’analyse des discours y afférant seraient d’une grande pertinence scientifique. L’objectif final est bien d’appréhender la littérature sous une double vision : la particularité et l’historicité, d’une part et d’autre part, le local et le transnational.

Axes généraux

1. Configurations locales, nationales, régionales et internationales de l’activité littéraire

2. Instances et institutions littéraires en action. Étude de cas

3. Les figurations de l’écrivain : individualité/collectif ; représentations sociales/représentations littéraires ; statut symbolique/statut professionnel

4. La littérature et ses écrivains face au défi de la médiatisation et des nouvelles technologies de la communication.

Repères bibliographiques

Becker Howard. S., Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988

Bonn Charles et Boualit Farida (dir), Paysages littéraires algériens des années 90 : Témoigner d’une tragédie ?, L’Harmattan, 1999

Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Seuil, 1992

Casanova Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Éditions du Seuil, [1999], coll. Points, 2008

De Toledo Camille, Visiter le Flurkistan, ou les illusions de la littérature-monde, PUF 2008

Dubois Jacques, L’institution de la littérature. Nathan/Labor, 1978

Lahire Bernard, Frantz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, Éditions La Découverte, 2010

Le Bris Michel et Rouaud Jean, Pour une littérature-monde, Paris, Éditions Gallimard, 2007

Miliani Hadj, Une littérature en sursis ? Le champ littéraire de langue française en Algérie (1970-2000), Paris, Éditions l’Harmattan, Collection  »Critiques littéraires », 2002

Mokhtari Rachid Le nouveau souffle du roman algérien. Essai sur la littérature des années 2000, Alger, Editions Chihab, 2006

Mokhtari Rachid, La graphie de l’horreur, Alger, Éditions Chihab, 2002

Poliak Claude, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Économica, coll. « Études sociologiques », 2006

Sapiro Gisèle, La responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe -XXème siècle), Paris, Éditions du Seuil, 2011

Coordinateur du colloque : Mohamed DAOUD

Comité scientifique :

Président : Hadj MILIANI, Professeur, Université de Mostaganem, CRASC

Membres :

– Charles BONN, Professeur émérite, Université de Lyon 2 (France)

– Mohamed DAOUD, Professeur, Université d’Oran, CRASC.

– Fouzia BENDJELID, Maître de conférences, Université d’Oran, CRASC.

– Christine DETREZ, Maître de conférences, ENSLH, Lyon (France).

– Sonia ZLITNI-FITOURI, Maître de conférences, Université de Tunis (Tunisie)

– Ième VAN DER POEL, Professeur, Université d’Amsterdam (Pays-Bas)

– Hirèche BAGHDAD MOHAMED, Maître de conférences, CRASC.

– Ramona MALITA, Professeur, Université de Timisoara (Roumanie)

– Mohamed BACHIR BOUIDJRA, Professeur, Université d’Oran, CRASC.

– Ahmed Amine DELLAI, Chercheur permanent au CRASC.

– Ahmed EL JOUA, Professeur, Université de Sfax, (Tunisie)

– Dominique RANAIVOSON, Maître de conférences, Université de Metz, (France)

Comité d’organisation :

– Lahcen REDOUANE, Chercheur CRASC.

– Abdelkrim HAMOU, Chercheur CRASC.

– Sabrina FAHAS, CRASC.

– Yesma AOUEDJ, CRASC.

– Yasmine BENSAHLI, CRASC.

Les titres et résumes doivent parvenir au CRASC avant la fin juin 2012.

La sélection des propositions se fera avant la fin juillet 2012.

Le programme sera communiqué début septembre 2012.

Adresse électronique du colloque : champ.litteraire@gmail.com

C.R.A.S.C. B.P. 1955 El-M’Naouer – Technopôle de l’USTO. Bir El Djir 31000 Oran
TÉl. : (213) 41.56.04.75 – Fax. : (213) 41.56.04.63

 

 

Responsable : Mohamed DAOUD

 

Url de référence :
http://www.crasc.org

Parution – Les mouvements migratoires entre réalité et représentation (Italie, XIXe- XXIe siècle)

Les mouvements migratoires entre réalité et représentation (Italie, XIXe– XXIe siècle)numéro spécial de la revue Italies, Revue d’études italiennes (14/2010), Université de Provence, coordonnée par Carmela Lettieri, 624 pages.


Renseignements et commandes: sophie.nezri@wanadoo.fr

 

Carmela Lettieri : Présentation  

Enrico Pugliese Le modèle méditerranéen de  l’immigration. Contexte, espace, caractéristiques, stabilité.

Les cadres d’interprétation:

Raffaele Rauty : Il sogno americano. Rappresentazione dell’emigrazione italiana nei classici della sociologia statunitense.

Sonia Floriani : Qui e Altrove ? Per una tipologia di migranti fra sociologia e biografia.

Anna Maria Zaccaria : Naples-Piazza Garibaldi. Les images, les couleurs et les histoires de la mixité.

Aspects socio-économiques:

Federica Dolente, Il lavoro gravemente sfruttato degli immigrati. Una ricerca condotta a Roma e nell’Agro Pontino.

Mara Tognetti Bordogna et Annalisa Ornaghi, Le phénomène des badanti en Italie : carcatéristiques et spécificités.

Lorenzo FerranteNewcomers, fiducia e frammentazione sociale nelle comunità a forte differenziazione culturale.

Aspects générationnels:

Grazia Tatarella, Verso la società multiculturale : l’integrazione delle seconde generazioni di immigrati.

Paola Rebughini, Les jeunes descendants d’immigrés à Milan : identifications et vie quotidienne.

Simone Maddanu, La deuxième génération de musulmans en Italie : nouvelles pratiques quotidiennes de la religiosité.

Les politiques migratoires:

Jean-Pierre Darnis, L’immigration, enjeu de politique intérieure et de politique étrangère pour l’Italie contemporaine.

Mattia Vitiello, Les politiques d’entrée en Europe et la frontière méditerranéenne.

Giovanni Bonato, La libertà di circolazione e soggiorno nell’Unione europea e la tutela dell’ordine pubblico.

Caroline Savi, Le regroupement familial en Italie.

Fabio Corbisiero, La gouvernance des flux migratoires. L’accès des immigrés aux services territoriaux à partir de l’application de la loi Turco-Napolitano.                          

Rosalia Donnici, Teoria e pratica della mediazione culturale : il caso della città di Bologna.

Figures de migrants à l’époque de la grande migration:

Michela Toppano, Émigration et fierté nationale ou le mythe du bon retour chez Luigi Capuana et Enrico Corradini.

Adriana Coelho Florent, “A sociedade” d’Antonio de Alcântara Machado.

Isabelle Felici, La ‘petite patrie’ de Gigi Damiani, entre exil et émigration.

La littÉrature de l’immigration:

Daniele Comberiati, Lo sguardo obliquo : la tematica dell’emigrazione italiana nelle opere di scrittori immigrati.

Chiara Mengozzi, Strategie e forme di rappresentazione di sé nella letteratura italiana della migrazione.

Lucia Quaquarelli, Rappresentazione del conflitto nella letteratura italiana dell’immigrazione.

Emma Bond, “Verde di migrazione” : l’estetica perturbante dello straniamento ne La mano che non mordi di O. Vorpsi.

Anna Proto Pisani, Igiaba Scego, scrittrice post coloniale in Italia.

Paola CheccoliHarragas e nuovi cittadini : il migrante nella letteratura marocchina di espressione francese tradotta in Italia.

MÉdias, cinÉma et migrations:

Nicolas Violle, Admirer l’Italie fasciste, stigmatiser son immigration.

Domenico Guzzo, “Pane e cioccolata”. Cronaca ordinaria di una straordinaria emigrazione.

Marcello Maneri, Les médias dans le racisme consensuel.

Eugénie Saitta, « Metropoli », un exemple de média pour les migrants en Italie.

Gianluca Gatta, La production du ‘clandestin’. Ethnographie des débarquements à Lampedusa.