Archives mensuelles : août 2011

Appel à communications – « La pensée littéraire/Thinking Literature »

La pensée littéraire/Thinking Literature

L’intérêt de la théorie et de la critique actuelles pour la singularité et les usages sociaux de la littérature rejoint aujourd’hui les préoccupations des philosophes et intellectuels engagés dans la défense des humanités contre les attaques de ceux qui n’y voient qu’une activité obsolète et superfétatoire.

Ce numéro invite donc à une réflexion principalement théorique, mais pouvant aussi reposer sur des analyses de cas, au sujet de la pensée littéraire. Celle-ci sera envisagée non seulement en tant que subversion et interrogation des discours de vérité (ce que Pierre Macherey a pu appeler il y a vingt ans la « philosophie littéraire »), mais en tant qu’élaboration de schémas représentationnels et interprétatifs multiples (affectifs, cognitifs, éthiques, artistiques, historiques, politiques etc.). Pour mieux faire ressortir ces caractéristiques de la pensée littéraire, les articles recueillis dans ce numéro s’intéresseront aux questions suivantes:

  • la pensée modélisante (élaboration de formes conceptuelles, intelligibles et consensuelles)
  • penser avec/penser contre (discours partisan et/ou polémique)
  • la pensée de l’histoire (y compris de l’histoire littéraire)
  • penser le monde autrement (utopie/dystopie/hétérotopie/paratopie)
  • les limites de la pensée/limites de l’écriture (illisibilité/incompréhensibilité)
  • la pensée de l’ordinaire (le quotidien, la norme, l’insignifiant) et de l’événement (le traumatisme, le scandale, l’anomalie)

Current literary theory and criticism underscore both the singularity and the individual and social uses of literature, thus resonating with the recent preoccupation of philosophers and intellectuals engaged in the defense of the humanities under attack from those who denounce them as outmoded and unproductive.

This issue will invite contributions addressing primarily theoretical but without excluding historical aspects of the thought processes and models proper to literature. Thinking literature will be examined here not only as a form of subversion and questioning of the dominant discourse (that which Pierre Macherey termed « literary philosophy » twenty years ago), but also as a laboratory of multiple representational structures and hermeneutical models (affective, cognitive, moral, artistic etc.). The articles gathered in this issue will therefore follow these axes of reflection:

  • thinking models (literary elaboration of conceptual models, forms of intelligibility and consensus)
  • thinking with/thinking against (partisan and/or polemical literary discourse)
  • literature and historical thought (including literary history)
  • re-thinking the world (utopia/dystopia/heterotopia/paratopia)
  • limits of thought/limits of the text (unreadable/incomprehensible texts)
  • thinking the ordinary (the quotidian, the norm, the insignificant) and the event (the trauma, the scandal, the anomaly)

Prière d’envoyer les propositions d’articles (300-500 mots, sous Word) accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique à Oana Panaïté à l’adresse opanaite@indiana.edu avant le 30 novembre 2011.

Please send article proposals (300-500 words, Word format) and a short bio-bibliographical note to Oana Panaïté to opanaite@indiana.edu by November 30, 2011.

 

 

Responsable : Oana Panaïté

 

Adresse : Department of French and Italian Indiana University-BloomingtonBallantine Hall 6421040 E. Kirkwood Ave.Bloomington, IN 47405

Appel à communications – « L’héritage de la guerre d’Algérie »

L’héritage de la guerre d’Algérie,

Entre histoire, mémoire et représentations

The Legacy of the Algerian War

Between History, Memory, and Representations

Florida International University (Miami)

22 et 23 mars, 2012

Conférence plénière par Prof. Réda Bensmaïa,

French Studies and Comparative Literature, Brown University

Argumentaire du colloque

Cinquante ans après l’indépendance de l’Algérie, le but de ce colloque est
d’interroger l’héritage de la guerre qui en permit l’avènement. La guerre
d’Algérie fonctionne assurément comme une métonymie pour dire la condition
coloniale elle-même, ainsi que l’atteste le succès jamais démenti du film de
Gillo Pontecorvo, La Bataille d’Alger (1966). Très vite perçu comme un moment
emblématique de l’anticolonialisme, la guerre d’Algérie, en effet, a engendré
un héritage complexe, qui va bien au-delà de la simple opposition
France-Algérie et de sa (possible) résolution : ses répercussions, encore
présentes des deux côtés de la Méditerranée, relèvent de formes d’expression
multiples et composites, souterraines ou ostentatoires, qui traduisent la
difficulté à fixer une mémoire – c’est-à-dire à faire advenir le Sens de ce
qui demeure confusément un ensemble d’« événements ».

Le colloque a donc pour ambition d’interroger cette mémoire de la guerre
d’Algérie à travers les récits historiques produits depuis l’indépendance et
les représentations littéraires ou cinématographiques qui la nourrissent, et
se nourrissent d’elle. Cette mémoire est de toute évidence problématique
comme le confirment les réactions virulentes au film récent de Rachid
Bouchareb, Hors-la-loi (2010). Le colloque sera un moment privilégié pour
interroger ce qui agite constamment et douloureusement nos mémoires des «
événements d’Algérie », ou « de la guerre d’Algérie », ou de la « révolution
»/« thawra », ou encore de « harb al tahrir ».

Cette division symbolique encore douloureuse, opposant des mémoires
controversées et contradictoires, nous oblige, comme le suggère Benjamin
Stora, à repenser l’écriture de l’histoire au-delà des intérêts nationaux. En
d’autres termes, la conversation sur la mémoire de la guerre d’Algérie nous
invite fortement à renoncer aux particularismes de l’histoire nationale pour
une histoire à plusieurs voix qui ne peut, dans notre cas, s’écrire qu’à
l’intersection des mémoires algériennes et françaises. C’est pourquoi il
paraît important de faire dialoguer non seulement les récits d’histoire
produits depuis le conflit, mais encore les fictions, toujours et
heureusement ambiguës. Il nous faudra aussi songer à l’impact international
de ce conflit et d’une écriture historique qui implique d’autres acteurs.
Située à l’articulation entre les différentes mémoires, entre l’histoire et
les représentations, entre la réalité politique actuelle et les imaginaires,
la guerre d’Algérie exige de nous une déconstruction méthodique de l’écriture
linéaire et rigide de l’histoire nationale, pour une histoire transnationale
qui renonce à renforcer la nation par le discours, et pour une fiction
capable de transcender les traumatismes.

L’héritage de la guerre d’Algérie, en somme, engage toutes les expériences de
l’oppression coloniale à se reformuler de manière plurielle et
multidirectionnelle.

Quelques axes que nous allons privilégier :

1- L’héritage de la guerre d’Algérie dans le monde

2- L’impact de la guerre d’Algérie sur la pensée française.

3- Comment écrire une mémoire transnationale de la guerre d’Algérie

4- Fiction et mémoire de la guerre ou comment l’Histoire peut apprendre du
discours de la fiction

Veuillez faire parvenir une proposition de communication entre 200 et 300
mots avant le 15 décembre 2011, par e-mail à Maya Boutaghou, Assistant
Professor of Modern Languages and Women’s Studies, fboutagh@fiu.edu.

***

The Legacy of the Algerian War

Between History, Memory, and Representations

March 22-23, 2012

The aim of this conference is to interrogate the legacy of the Algerian War
fifty years hence. The Algerian War acts as a metonymy, concentrating
colonial conflicts as it appears in the movie by Gillo Pontecorvo, The Battle
of Algiers (1966). Trough Pontecorvo’s film, the Algerian war will
permanently represent metonymically the event of the war, the violence of
colonialism and anti-colonial struggles in general. The legacy of the
Algerian war could be understood beyond France and Algeria. It is not only
the War of Algerian or French people, but it has also become a symbol, maybe
a myth, allowing for reflection and discussion on anticolonial struggles. It
is still the symbol of resistance to oppression. This is the reason why
questioning the legacy of the Algerian War implies addressing the legacy of
colonial memory in general. The conference will be a privileged moment to
question today’s legacy of what was called in French, “les événements
d’Algérie”, but also “la guerre d’Algérie” (Algerian War), or in Arabic, “al
thawra” (the revolution), “harb al tahrir” (the war of independence). As the
negative reaction to the recent movie by Rachid Bouchareb Hors-la-loi,
(Outside the law), 2010, shows, the Algerian War is still controversial. It
is still a symbolic divide between France, Algeria and their oppositional
memories of the conflict, just as it still represents the opposition between
the colonizer and colonized in general. To quote Benjamin Stora, we can write
this history only with two voices alluding to what was done by historians,
novelists, directors, artists, from both shores of the Mediterranean sea, who
try to show the complexity of the clash between memory and History. Important
works have already been accomplished around the History of the Algerian
Revolution. We will not only address history, but also movies and novels that
discuss and rewrite the Algerian War as the turning point for the new
postcolonial era. We will consider a time beyond colonialism that could lead
to a transnational understanding of History and representations and provide
an answer to our questions. We will discuss in terms that articulate
imaginaries and real politics, representations and actual discourses, erasing
the strong limits between history and fiction. As outlined by Benjamin Stora,
there is a resistance to acknowledge that the Algerian War -as other wars in
the History of Independent movements– has only a bilateral history, imposing
the need to deconstruct a linear understanding of memory and a rigid writing
of History as informed by national borders. Maybe the work of fiction could
help by displacing borders of Historical discourse as reinforcing nations?

Major perspectives that will be considered:

1- The Global legacy of the Algerian War

2- The impact of the Algerian War on French thought

3- How to write a transnational memory of the Algerian War ?

4- Fiction and Memory of the War: What can History learn from fiction?

Please send an abstract between 200 and 300 words before December 15th, 2011
to Maya Boutaghou, Assistant Professor of Modern Languages and Women’s
Studies, fboutagh@fiu.edu.

Responsable : Maya Boutaghou et Pascale Becel

Adresse : Florida International University Modesto A. Maidique Campus
Deuxième Maison, Office 21011200 SW 8th Street Miami, FL 33199

Appel à contribution – « Représentations littéraires de la féminité et modèles comportementaux reflétés dans l’espace social »

Université “Dunărea de Jos” de Galaţi – ROUMANIE

Faculté des Lettres

Centre de Recherche Communication interculturelle et littérature

Le Colloque International

Représentations littéraires  de la féminité et modèles comportementaux reflétés dans l’espace social

11 – 12 novembre 2011

Appel à contribution

Première circulaire

ARGUMENT. AXES DE RECHERCHE

En prolongeant les thèmes des éditions précédentes, le colloque inscrit ses travaux dans une démarche interdisciplinaire orientée en deux directions : d’une part, une approche critique des stratégies à l’aide desquelles la littérature construit / déconstruit les modèles féminins d’une époque et, d’autre part, une approche socio-psycho-éducationnelle des modalités par lesquelles ces modèles sont intériorisés et assumés, en engendrant des comportements sociaux. La recherche interdisciplinaire visera les modèles littéraires susceptibles d’être transférés dans la réalité et expérimentés comme tels, tout en  permettant de déceler les catégories socio-psycho-éducationnelles au niveau desquelles a été accompli ce transfert, en fonction des changements paradigmatiques survenus à de diverses époques culturelles. À la fin du XXe siècle et au début du XXIe , en plein débat sur les identités culturelles, le rôle des femmes dans le processus de mutation des valeurs est considérablement accru, étant donnée la prise de conscience de leur autoreprésentation en tant que sujets de leur vie personnelle, de leur histoire et, implicitement, de la transformation de la société actuelle. Dans un univers cohérent de représentations et de pratiques, orienté vers la création de soi et vers la reconstruction sociale, les femmes revendiquent aujourd’hui, d’une manière de plus en plus forte, le droit de devenir des sujets à travers l’édification d’un espace de la liberté, capable de se soustraire tant aux conditionnements politiques, qu’à ceux liés à une longue tradition de la suprématie masculine.

Souvent privées de leur subjectivité, définies par rapport à leurs fonctions sociales restreintes plutôt que par rapport à leur conscience, les femmes en tant que non-acteurs sociaux ont alimenté tant les idéologies contemporaines – par les théories féministes – que les divers types de comportement social, ce qui leur  a permis de s’affirmer pleinement, de toutes leurs ressources. En tant qu’agent stimulateur, organisateur ou perturbateur, par le truchement du modèle comportemental qu’elle illustre au niveau social, la femme pénètre, avec le postmodernisme littéraire, dans l’univers des discours fondateurs, c’est-à-dire dans l’univers autoritaire du langage. En tant que sujet genré et soumis au changement historique, le personnage féminin enrichit et diversifie sa typologie par son image fragmentée, dépourvue de la cohérence propre aux conventions littéraires antérieures. Le caractère de recherche fondamentale et les implications scientifiques de la démarche intégrative du colloque est le résultat de l’association théorique-méthodologique des éléments idéologiques (les théories féministes, les idéologies politiques) avec les théories de la réception et de la lecture, avec la psychanalyse du discours répressif / défoulateur et avec l’analyse socio-psycho-éducationnelle.

Une sélection des articles sera publiée dans la revue Communication interculturelle et littérature, indexée dans MLA International Bibliography & Directory of Periodicals, dans Index Copernicus Journals Master List et dans Fabula. La recherche en littérature, le reste étant intégré dans les Actes du Colloque (un volume avec ISBN, publié à une maison d’édition accréditée par le CNCS).

COMITÉ D’ORGANISATION

Présidente : Chargée de cours, dr. Alina CRIHANA

Membres :

  • Professeur des universités,  dr. Simona ANTOFI
  • Professeur des universités, dr. Nicolae IOANA
  • Professeur des universités, dr. Doiniţa MILEA
  • Chargée de cours, dr. Nicoleta IFRIM
  • Chargée de cours, dr. Gina NECULA
  • Chargé de cours, dr. Ionel APOSTOLATU
  • Chargée de cours, dr. Mihaela CÎRNU
  • Chargé de cours, dr. Cătălin NEGOIŢĂ
  • Maître assistante, dr. Oana CENAC
  • Maître assistant, dr. Matei DAMIAN

COMITÉ SCIENTIFIQUE

  • Académicien Eugen SIMION, L’Institut d’Histoire et de Théorie littéraire „George Călinescu” de l’Académie Roumaine, Bucarest
  • Professeur des universités, dr. Silviu ANGELESCU, L’Institut de l’Histoire de l’Art „George Oprescu” de l’Académie Roumaine, Bucarest
  • Professeur des universités, dr. Michèle MATTUSCH, Institut für Romanistik, Humboldt Universität zu Berlin
  • Professeur des universités, dr. Antonio LILLO BUADES, Faculté de Philosophie et des Lettres, Université d’Alicante, Espagne
  • Professeur des universités, dr. Alain MILON, Université Paris Ouest Nanterre La  Défense
  • Professeur des universités, dr. Ana GUŢU, Université Libre Internationale, Chişinău, République de Moldavie
  • Professeur des universités, dr. Elena PRUS, L’Institut de Recherches Philologiques et Interculturelles, Université Libre Internationale, Chişinău, République de Moldavie
  • Professeur des universités, dr. Mircea A. DIACONU, Faculté des Lettres, Université „Ştefan cel Mare”, Suceava
  • Professeur des universités, dr. Teodor DIMA, membre correspondent de l’Académie Roumaine, Directeur de l’Institut de Recherches économiques et sociales ”Gh. Zane”, Iassy
  • Professeur des universités, dr. Marin AIFTINCĂ, l’Académie Roumaine, Bucarest
  • Dumitru PAICA, Chancelier en chef de l’Académie Roumaine, Bucarest
  • Professeur des universités, dr. Nicolae IOANA, Faculté des Lettres, Université „Dunărea de Jos”, Galaţi
  • Professeur des universités, dr. Doiniţa MILEA, Faculté des Lettres, Université „Dunărea de Jos”, Galaţi
  • Professeur des universités, dr. Simona ANTOFI, Faculté des Lettres, Université „Dunărea de Jos”, Galaţi
  • Professeur des universités, dr. Virginia LUCATELLI, Faculté des Lettres, Université „Dunărea de Jos”, Galaţi
  • Professeur des universités, dr. Michaela PRAISLER, Faculté des Lettres, Université „Dunărea de Jos”, Galaţi
  • Professeur des universités, dr. Anca GÂŢĂ, Faculté des Lettres, Université „Dunărea de Jos”, Galaţi
  • Professeur des universités, dr. Pierre MOREL, L’Institut de Recherches Philologiques et Interculturelles, Université Libre Internationale, Chişinău, République de Moldavie
  • Maître de conférences, dr. Cătălina ILIESCU GHEORGHIU, Departamento de Traducción et Interpretación, Diretora de la Sede Universitaria „Ciudad de Alicante”, Université d’Alicante, Espagne

 Domaines d’intérêt

  • Etudes de genres
  • Anthropologie culturelle
  • Histoire de la culture et de la civilisation, histoire des mentalités, l’histoire de l’art
  • Critique, théorie et histoire littéraire, littérature comparée
  • Linguistique
  • Sociologie
  • Etudes politiques
  • Histoire de la presse, journalisme et communication
  • Psychologie et pédagogie

 CONTACTS

  •  Crihană – crihanoali@yahoo.com
  • Simona Antofi – simoantofi@yahoo.com

INFORMATIONS PRATIQUES CONCERNANT L’ORGANISATION ET LE DEROULEMENT DU COLLOQUE

Les travaux du colloque se dérouleront pendant deux journées, les 11-12 Novembre 2011.

Délais

  •  20 août 2011 : envoi de l’intention de participation dans une fiche préliminaire qui comprenne :

le titre et le résumé de la proposition, ce dernier rédigé dans une langue autre que celle de la communication (200 mots au maximum).

  • 20 septembre 2011 : inscription finale,  envoi des communications in extenso (par courriel électronique) et des frais de participation.

Frais de participation

  • Frais de participation effective couvrant les matériaux de présentation du colloque, les pauses café, le dîner collectif, les frais d’édition et d’expédition des Actes – 50 euros
  • Frais d’édition et d’expédition des Actes (sans participation effective) – 30 euros
  •  Le paiement sera fait par mandat postal à l’adresse : Alina Crihană, 3, rue Macedonă, imm. F2, app. 58, Galaţi, 800459, Roumanie. Pour les participants de l’étranger le paiement sera fait par le truchement du service Western Union à la même adresse.
  • Les langues de communication seront : le roumain, le français, l’anglais, l’allemand. Les communications peuvent être présentées en roumain et rédigées en vue de la publication dans une autre langue selon les volontés des auteurs. Les communications rédigées dans une langue étrangère par les participants de Roumanie seront accompagnées par leurs versions en roumain.

CONSIGNES DE RÉDACTION

La communication sera rédigée en Windows, Microsoft Word, format A4, police Times New Roman, 12, interligne simple, justifié.

La communication ne doit pas dépasser 10 pages (y compris la bibliographie).

Mise en page:

  • haut et bas: 2 cm
  • gauche et droite: 2,5 cm

Titre de la communication : caractères gras, au centre, TNR, 12.

Titre universitaire, nom et prénom : caractères gras, aligné à droite, TNR, 10, au-dessous d’un interligne simple.

Institution de provenance/ d’affiliation : caractères gras, au centre, TNR, 10, au-dessous d’un interligne simple.

Résumé : TNR, 10, caractères italiques, suivi d’un blanc (rappel : le résumé sera rédigé dans une langue autre que la langue de la communication), au-dessous d’un interligne simple.

Mots-clés (5-6): TNR, 10, caractères italiques, suivis d’un blanc (dans une langue autre que la langue de la communication).

Notes de fin de texte : TNR, 10, introduites manuellement (n’employez pas la fonction automatique « notes sous le texte »), comme suit :

[1] Christiane Blot-Labarrère, „Passion de l’écriture et écriture de la passion chez Marguerite Duras”, dans Benjamin Cieslak, Yve Beigel (éds.), Marguerite Duras: l’existence passionnée : actes du colloque de Potsdam, 18 – 24 avril 2005, Universitätsverlag Potsdam, 2005, pp. 40-41.

ou

[1] Danielle Bajomée, Duras ou la douleur, 2e édition, Paris-Bruxelles, De Boeck & Larcier, Département Duculot, 1999, pp. 8-9.

Entre les notes et la bibliographie : un interligne simple

Les références bibliographiques seront enregistrées en ordre alphabétique : TNR, 10), selon le modèle :

Blot-Labarrère, Christiane, « Passion de l’écriture et écriture de la passion chez Marguerite Duras », dans Benjamin Cieslak, Yve Beigel (éds.), Marguerite Duras: l’existence passionnée : actes du colloque de Potsdam, 18 – 24 avril 2005, Universitätsverlag Potsdam, 2005

ou

Fernandes, Marie-Pierre, Travailler avec Duras, Paris, Gallimard, 1986

La communication enregistrée sur CD-ROM et/ou envoyée en pièce jointe aura comme type de fichier doc. et rtf.