Archives mensuelles : septembre 2011

Colloque – « Mutations des avant-gardes? »

Mutations des avant-gardes?

Montréal: Usine C et Université de Montréal

2 – 5 octobre 2011

Si les pratiques sociales de toute nature se réclament, aujourd’hui comme jamais, de l’innovation, peut-on reconnaître dans l’art contemporain une avant-garde au sens où l’ont été les démarches futuristes, dadaïstes ou surréalistes? À travers des performances, des prestations ainsi que des débats, des artistes ainsi que des universitaires réfléchiront aux différentes formes d’art contemporain le plus en pointe pour voir si l’on peut y reconnaître ce qui distinguait les avant-gardes historiques d’autres constellations d’artistes : l’innovation, le scandale, la critique sociale. Les artistes issus des avant-gardes historique avaient la volonté de faire du neuf, un certain goût du scandale qui reposait moins sur le désir de choquer le bourgeois que sur le souci d’appréhender l’oeuvre autrement, avec d’autres codes, la volonté de s’associer à plusieurs autour d’une revue, d’une galerie, d’un théoricien pour affirmer une ambition et faciliter la diffusion des oeuvres, étaient porteurs d’un rapport ambigu au politique, alors qu’ils avaient la nette ambition de bousculer des schèmes connus de la perception et de la connaissance. Nous porterons cette interrogation sur différentes sortes d’art contemporain : la musique, les arts plastiques, l’art numérique, la poésie, le théâtre et les performances, autour de quatre thématiques qui structureront les trois journées de colloque.

Responsables : M. Pierssens, C. Gendron, B. Girard, L. Poissant

Url de référence :
http://mutationdesavantgardes.org/index.html

Appel à communications -« Représenter l’auteur de bande dessinée »

« Représenter l’auteur de bande dessinée »

 

Benoît Berthou (université Paris 13),

Sylvie Ducas (université Paris Ouest-Nanterre La Défense)

 

 

Comicalités. Études de culture graphique est une revue en ligne entendant aborder la bande dessinée, et plus largement les formes de rencontre entre textes et images, selon des approches esthétiques, économiques et sociologiques. Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? », nous lançons aujourd’hui un nouvel appel à communication intitulé : « Représenter l’auteur de bande dessinée ».

Confondue avec son noble alter ego – l’écrivain – ou sa variante romantique – l’artiste, l’auteur est, en effet, ce complexe faux ami mis à toutes les sauces par tous ceux qui prétendent poser l’épineuse question de la création artistique. Appliqué au « mauvais genre » de la « BD », cet auteur n’en avance pas moins masqué : est-il une figure, une simple représentation de celui qui prend le crayon et signe le livre ? le sujet de l’énonciation (qui n’existe que dans l’espace de la planche) ? une représentation de soi imaginaire, voire fantasmée ? ou les trois à la fois ? et que déduire d’une telle « fonction auteur » des réalités nouvelles liées aux industries du livre et de la culture dont la BD est une incarnation ?

Cette « thématique » invite les chercheurs à s’appuyer sur des dessins représentant l’auteur de bande dessinée dans son activité créatrice, que celui-ci apparaisse dans une simple case (à l’instar d’Hergé dans Tintin ou Quick et Flupke) ou se voit accordé une place prépondérante dans le récit. Nous sommes donc ouverts à l’analyse de toutes sortes de productions que nous pouvons sommairement ranger dans plusieurs catégories.

 

  • Autoreprésentation lorsque l’auteur se met en scène lui-même, comme dans le cas de l’autobiographie ou de l’autofiction, selon des modalités qu’il serait intéressant d’étudier (Fabrice Neaud se représente ainsi, dans le quatrième tome de son Journal[1], sous les apparences d’un petit personnage rappelant une marionnette et contrastant avec le trait précis du reste du récit, alors que Jean-Christophe Menu semble oscille dansLivret de phamille[2] entre dessin d’après nature et caricature). On pourra notamment interroger la mise en abyme des outils et du geste de la création, ainsi que celle de l’album ou de la planche en train d’être créé(e) dans ce qui s’apparente alors à des autoportraits. Seront les bienvenues des propositions se demandant quels rapports (contestation ? imitation ? indifférence ?) entretiennent ces représentations avec les postures auctoriales littéraires et se demandant quels nouveaux modes d’apparition se construisent avec l’auteur de bande dessiné.
  • Représentation de ses pairs lorsque l’auteur semble vouloir porter un regard sur d’autres auteurs, que celui-ci soit particulièrement sarcastique (dans le cas des Mauvaises humeurs de James et la Tête X[3], voire d’Approximativement[4] de Lewis Trondheim) ou mette l’accent sur leur place au sein d’un dispositif de publication (à l’instar duJournal[5] de Serge Clerc qui relate la création de Métal Hurlant et des Humanoïdes Associés ou encore de La Véritable Histoire de Futuropolis). Le travail biographique consistant à évoquer la vie ou l’oeuvre d’autres auteurs nous semble également relever de modalités qu’il nous semble très intéressant d’examiner : au parti-pris que l’on pourrait dire « critique » du McCay[6] dessiné par Bramanti et construit autour de la notion « d’attraction » chère au scénariste Thierry Smolderen, s’oppose ainsi sans doute le parti-pris « épique » de la très longue biographie consacrée à Tezuka[7]

Cette liste est très loin d’être exhaustive et nous invitons des chercheurs à la compléter par des oeuvres ou des représentations d’auteurs par exemple issus de bandes dessinées japonaises ou américaines. Nous entendons, en effet, avant tout permettre le traitement le plus exhaustif possible d’une question : quelle valeur et quels enjeux recouvrent la représentation de l’auteur de bande dessinée ?

Il est en effet frappant de constater qu’une représentation de l’auteur encore complètement marginale il y a 30 ans (au sens propre, pensons aux « Hauts de page » de Yann et Conrad ou au caractère cocasse des signatures de Franquin qui s’exprimait en périphérie de la planche) est aujourd’hui extrêmement courante et nous semble pouvoir donner lieu à plusieurs approches que nous soumettons à titre d’exemples.

 

  • Approche éditoriale : il serait intéressant de mieux cerner (dans le temps ou l’espace) les modalités d’apparition de l’auteur de bande dessinée, autrement dit de s’interroger sur les modes de publication (collections, traductions…) des oeuvres concernées ainsi que sur l’aspect structurant (au sein de la pratique du « blogging » ou encore à travers la définition du « roman graphique ») de cette pratique.
  • Approche esthétique : il s’agit de cerner les modalités d’apparition de l’auteur, que ce soit sur le plan graphique (s’apparente-t-elle à des genres comme le portrait, la caricature ?) ou narratif (l’auteur devient-il un personnage à part entière ou est-il traité sur le mode de la référence, voire de la connivence ?)
  • Approche symbolique : elle s’interroge sur la valeur qu’acquiert cette représentation de l’auteur sur le plan des filiations (comment se réclame-t-on d’un auteur ou d’une école en bande dessinée ?) ou plus largement d’une inscription dans le champ de la littérature (en représentant un auteur de bande dessinée à côté d’écrivains ou en s’inscrivant dans un dispositif comme le pacte autobiographique). Pastiche et hommage, ou parodie et subversion des héritages, pourront notamment être examinés à l’aune de la question des filiations ou au contraire des avant-gardes dans la création artistique initiée par la bande dessinée.

Le présent appel à communication est ouvert à tous les chercheurs, quel que soit leur statut (universitaire ou non) et leur origine (même si nous ne pouvons publier que des textes écrits en français ou en anglais). Nous les invitons à nous répondre en nous soumettant deux documents :

  • Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.
  • Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivante avant le 1er novembre 2011:

ben.berthou@orange.fr

sylvie.ducas@wanadoo.fr

Pour plus d’information :

http://carnetsbd.hypotheses.org/

http://comicalites.revues.org/

Bibliographie (non exhaustive et non indicative)

Ayroles François, Nouveaux moment clés de l’Histoire de la bande dessinée, Alain Beaulet Editeur, 2008.

Ayroles François, Mon Killoffer de poche, L’Association, 2006.

Baladi Alex, Encore un effort, L’Association, 2009.

Cauvin Raoul, Pauvre Lampil, Dupuis, 1977.

Cestac Florence, Comment faire de la bédé sans passer pour un pied nickelé, Dargaud, 1998.

Cestac Florence, La Véritable histoire de Futuropolis, Dargaud, 2007.

Cestac Florence, La Vie d’artiste, Dargaud, 2002.

Clerc Serge, Journal, Denoël, 2008.

Clowes Daniel, Pussey !, Rackham, 2002.

Crumb Robert, Mes problèmes avec les femmes, Cornelius, 2007.

Davodeau Etienne, L’Atelier, PMJ-Les Rêveurs, 2002.

Dupuy et Berberian, Journal d’un album, L’Association, 1994.

Eisner Will, Le Rêveur, Delcourt, 2009.

Fabcaro, La Clôture, 6 pieds sous terre, 2009.

Fromental Jean-Luc et Stanislas, Les Aventures d’Hergé, Reporter, 2007.

Gaudelette Michel, La Vie des festivals, Fluide Glacial, 2001.

Guillevic Joëlle, Le Journal de Joe Manix, Flblb, 2009.

Horrocks Dylan, Hicksville, L’Association, 2002.

James et la Tête X, Les Mauvaises humeurs, 6 pieds sous terre, 2007.

Killoffer, 676 apparitions de Killoffer, L’Association.

Larcenet Manu, Critixman, Les Rêveurs, 2006.

Long Guillaume, Comme un poisson dans l’huile, Vertige Graphic, 2002.

Malher Nicolas, L’Art selon madame Goldgruber et L’Art sans madame Golgruber, L’Association.

Matt Joe, Le Pauvre type, Delcourt, 2001.

Matt Joe, Strip-tease, Le Seuil, 2004.

Menu Jean-Christophe, Livret de phamille, L’Association, 1995.

Neaud Fabrice, Journal (4 tomes), Ego comme x.

Ohba Tsugumi, Bakuman, Kana, 2010.

Osamu Tezuka. Biographie, Casterman, 2004.

Pekar Harvey, American splendor. Lire la série éditée par Ballantine Books et traduite en Français aux éditions ça et là sous le titre de Harvey Pekar, Anthologie, volume 1.

Roosevelt José, Juanalberto Dessinator, La Boîte à bulles, 2007.

Seth, La Vie est belle malgré tout, Delcourt, 1998.

Sfar Joann, Harmonica (l’un des Carnets de Joann sfar, 9 tomes), L’Association, 2002.

Smolderen Thierry et Bramanti Jean-Philippe, McCay, Delcourt, 2004.

Spiegelman Art, Breakdowns, Casterman, 2008.

Taniguchi Jiro, Un zoo en hiver, Casterman, 2009.

Tatsumi Yoshihiro, Une vie dans les marges, Cornelius, 2011.

Trondheim Lewis, Carnets de bord, L’Association, 2002.

Trondheim Lewis, Désoeuvré, L’Association, 2005.

Yann et Léturgie Simon, Spirou dream team, Dupuis, 2011.

Zep, Le Portrait dessiné, Glénat, 2010.
[1] Fabrice Neaud, Journal (4). Les Riches heures, Ego comme x, 2002.

[2] Jean-Christophe Menu, Livret de phamille, L’Association, 2003.

[3] James et la tête X, Les mauvaises humeurs de James et la tête X, 6 pieds sous terre, 2007.

[4] Lewis Trondheim, Approximativement, Cornelius, 1995.

[5] Serge Clerc, Le Journal, Editions Denoël, 2008.

[6] Bramanti et Smolderen, McCay (4 tomes), Delcourt, 2004.

[7] Tezuka Productions, Osamu Tezuka, Casterman, coll. « Ecritures », 2004.

Url de référence :
http://comicalites.revues.org/
Adresse : ComicalitésÀ l’attention de Benoît BerthouUniversité Paris 13UFR de Sciences de la communication99 avenue Jean-Baptiste Clément93430 VilletaneuseFrance

Parution – « Institutions and Power »

The following is a new publication which might interest you.

At the moment it is offered with 30% discount until October 31st*. More information at info@rodopi.nl <mailto:info@rodopi.nl>

 

 

Institutions and Power in Nineteenth-Century French Literature and Culture

 

Edited by David Evans and Kate Griffiths

 

Rodopi, Amsterdam/New York NY, 2011. 322 pp. (Faux Titre 363)

ISBN: 978-90-420-3384-9                                             Paper

ISBN: 978-94-012-0080-6                                             E-Book

Online info: http://www.rodopi.nl/senj.asp?BookId=FAUX+363

 

The French Revolution of 1789 altered the face of power and the institutions it inhabited in France, and the aftershocks of this seismic change rippled throughout the nineteenth century. With power changing hands between monarchy, empires and republics in quick succession, the nature of power, both personal and political, and institutions, both real and metaphorical, was constantly being redefined, argued over and fought for. This volume provides innovative analyses of nineteenth-century power relations in France across a series of interlinked spheres: artistic, literary, cultural, political, scientific and topographical. Its seventeen chapters trace the direct impact of politics and the shifting power of regimes on the creative arts, and explore power relations in a wide range of contexts including novels, sculpture, painting, education, religion, science, museums and exhibitions across a wide geographical area from Paris to the provinces, southern France and the colonies. The contributors, all experts in their fields, assess the evolving relationship between institutions and power in nineteenth-century France, exploring how the nation debates its past, negotiates its present and, as the foundation of the Third Republic ushers in a period of relative stability, sets about creating its common future.

 

Contents

List of illustrations

David Evans and Kate Griffiths: Introduction

Political Power: Legacies and Myths

Nicole Mozet: Balzac, Théoricien du pouvoir absolu et romancier du chaos post-révolutionnaire

Damian Catani: The French Revolution: Historical Necessity or Historical Evil? Terror and Slavery in Hugo’s Quatrevingt-treize and Confiant’s L’Archet du colonel

Jean-Marie Seillan: Institutions et pouvoirs occultes: Huysmans et l’imaginaire conspirationniste

Janice Best: Les Hommes de bronze de la Troisième République: Commémoration ou oubli de l’histoire?

Power and Space

Elisabeth Gerwin: Power in the City: Balzac’s Flâneur in La Fille aux yeux d’or

Claire I.R. O’Mahony: The Colony Within? Poets and the Politics of Particularism in Toulouse’s Capitole

Anne-Emmanuelle Demartini: Le Pouvoir de la représentation: Écriture pittoresque et construction de la nation dans la série provinciale des Français peints par eux-mêmes

Leonard R. Koos: Razzia in Stone: Building Colonial Algiers, 1830-1900

Institutions and Knowledge

Francesco Manzini: Doctors, Priests, Magistrates: Stendhal, Cabanis and the Power of Medical Practitioners

Rosemary Lloyd: The Crocodiles of Caen and the Molluscs of the Museum: Rhetoric, Science, and Power in Nineteenth-Century France

Mary Orr: Education, Education, Education: The Space of the Muséum as Showcase for Thinking its Public

Scott A. Gavorsky: L’État comme propriétaire? Schools as Property in Nineteenth-Century France

Writing Art History: Institutions and Alternative Authorities

Juliet Simpson: Whose History? Art, History and the Nation State in Early Third Republic France

L. Cassandra Hamrick: Beyond Institutions: In Search of le souffle moderne in Gautier’s Salon de 1844

Gilles Bonnet: Le Contre-pouvoir critique: Huysmans, vers une fiction d’art

Sonya Stephens: Auguste Rodin, or the Institutionalization of the Self as Artist

Notes on contributors

Index

*Please note that this offer is not valid in combination with any other offer

 

L’adresse administrative: k.s.griffiths@swansea.ac.uk

Appel de communications – 7e colloque étudiant du Grélq

Les étudiantes et étudiants du Groupe de recherches et d’études sur le
livre au Québec (GRÉLQ) lancent un appel de communications en vue de
la septième édition de leur colloque étudiant. Ce dernier portera sur
la transmission d’un héritage littéraire et culturel aux nouvelles
générations. Plus spécifiquement, le colloque sera l’occasion
d’explorer les diverses manifestations – d’ordre textuel, discursif ou
éditorial – de ces legs littéraires permis par le livre pour la
jeunesse.

Les organisatrices recherchent des propositions dont la problématique
s’oriente vers un ou l’autre de ces axes de recherche : la
représentation de la médiation littéraire et culturelle dans la
fiction pour la jeunesse ; l’éditeur comme passeur littéraire et
culturel.

Le colloque prendra place le 24 février 2012 au Carrefour de
l’information sous la présidence d’honneur de madame Suzanne Pouliot,
professeure associée au département des lettres et communications de
l’Université de Sherbrooke.

Les communications devront être inédites et d’une durée maximale de 20
minutes.

Les propositions doivent contenir les éléments suivants :
•    les coordonnées de l’étudiante ou de l’étudiant : adresse postale et
électronique, numéro de téléphone
•    le niveau d’études, l’université et le département d’affiliation et,
si l’étudiante ou l’étudiant le souhaite, le nom de la directrice ou
du directeur de mémoire ou de thèse, le sujet du mémoire ou de la thèse
•    la proposition de communication d’environ 500 mots, incluant la
problématique, le corpus ainsi que la méthodologie
•    une notice biobibliographique d’environ 200 mots

Les propositions doivent parvenir au plus tard le 15 octobre 2011 à
l’adresse suivante :
Isabelle.Proulx@USherbrooke.ca

Pour plus d’informations: http://www.usherbrooke.ca/grelq/

Colloque – « le genre à l’oeuvre »

Le Réseau Mage-cnrs,
le gdri opus2-cnrs,
le Comité de Recherche 18 Sociologie des arts
de l’aislf

organisent un colloque international

mardi 20 et mercredi 21 septembre 2011
à la Sorbonne

LE GENRE À L’ŒUVRE
Réfectoire des Cordeliers – 15 rue de l’École de médecine – 75006 Paris
et la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne – 28 rue Serpente – 75006 Paris

en partenariat avec
le Cerlis, Centre de recherche sur les liens sociaux
l’OMF, Observatoire musical français
l’IDHE, Institutions et dynamiques historiques de l’économie
l’Université d’Athènes
les revues Travail, genre et sociétés et Sociologie de l’art
et la Mairie de Paris

Ci-joint, vous trouverez les programmes détaillés (colloque <http://www.mage.cnrs.fr/pdf/Programme%20Le%20Genre%20a%20l%27oeuvre%20%2020et21-09-2011.pdf> et soirée musicale<http://www.mage.cnrs.fr/pdf/Programme%20soiree%20musicale_F.Launay-L.Hasson%20Le%20genre%20a%20l%27oeuvre.pdf>) ainsi qu’un plan du quartier Sorbonne<http://www.mage.cnrs.fr/pdf/plan%20quartier%20sorbonne_Colloque%20Genre%20a%20l%27oeuvre_20%20et%2021-09-2011.pdf>
ou en cliquant sur le texte souligné

Les inscriptions (par mel àmage.cnrs@shs.parisdescartes.fr<mailto:mage.cnrs@shs.parisdescartes.fr>) seront closes vendredi 16 septembre, mais l’entrée est libre pour les non inscrit-e-s dans la limite des places disponibles

Pour voir toutes les manifestations du Mage en 2011, voirhttp://www.mage.cnrs.fr/news2011.htm

Appel – séminaire doctoral du CRAL

Bonjour à tous,

 

 

Pour la quatrième année consécutive, s’est tenu, en 2010-2011, un séminaire dirigé par les doctorants du CRAL (EHESS) qui avait pour vocation la présentation des travaux de recherche en cours dans le cadre d’une plateforme de discussions et qui relevait du profil transdisciplinaire du centre.

 

L’expérience s’est avérée très satisfaisante nous confirmant la nécessité et la pertinence de cet espace d’échange scientifique.

 

Nous sommes donc en train de travailler à la mise en place d’un nouveau calendrier pour l’année universitaire 2011-2012.

 

Chaque séance consistera dans la présentation de deux travaux doctoraux ou post-doctoraux, dans leur ensemble ou sur un point précis, à travers ses contenus ou ses méthodes, ses résultats ou ses difficultés. Notre séminaire est ouvert à tous ceux qui cherchent à établir une relation entre les arts.

 

 

Nous invitons les personnes intéressées à participer à nous envoyer jusqu’au 21 septembre 2011 un mail avec les coordonnées, l’intitulé et résumé (max 10 lignes) de l’intervention, le nom du directeur de recherche et le rattachement universitaire à l’adresse suivante : seminaire.doc.cral@gmail.com .

 

Une publication des textes présentés est envisagée pour la fin de l’année universitaire dans notre « carnet de recherche ». Cette publication reflètera les étapes d’une réflexion et permettra d’augmenter la visibilité de votre travail.

 

Nous sommes à votre disposition pour toute information complémentaire.

 

Cordialement,

 

Sylvie Anahory, Florine Andrieux, Mihaela Gherghescu, Maël Guesdon, Aline Moco Silva Miklos, Yoko Tsuchiyama

Appel à communications « Material Meanings/Les significations matérielles »

Appel à communications
Material Meanings
‘Les significations matérielles’
 
 
Troisième conférence biannuelle du Réseau européen de recherche sur l‘avant-garde et le modernisme
 
7-9 September 2012
 
University of Kent, Canterbury, England
 
Le colloque se propose d’explorer la reconfiguration de la matière et des matériaux déployés par les avant-gardes artistiques et littéraires afin d’obtenir de nouvelles significations ou des effets inattendus.
 
Au centre de nos préoccupations sera la mixité et l’échange des stratégies, des théories et des techniques de création parmi les différentes disciplines artistiques, ainsi que la traduction, la transformation et l’intégration de moyens d’_expression_ empruntés a d’autres systèmes signifiants.
 
Nous serons particulièrement heureux de recevoir des propositions de communication qui traitent des thèmes suivants : l’interférence ou la rencontre conflictuelle entre différentes disciplines artistiques ; l’interaction de divers moyens d’_expression_ au sein d’un mouvement artistique ; la conjonction de divers moyens d’_expression_ dans une seule œuvre d’art ou un seul genre artistique ; l’emploi du signe comme matière ou de la matière comme signe ; la matérialité de l’art et l’art de la matérialité ; l’art et son environnement matériel ; le monde en tant que matière et signification ; le texte en tant qu’objet, l’objet en tant que texte ; la transfiguration des matériaux conventionnels ou trouvés ; les effets matériels des avant-gardes ; les rapports entre le manifeste et l’œuvre d’art ; la technologie en tant que transformateur de signification ; l’incorporation de matériaux étrangers ou exogènes.
 
Seront bienvenues des interventions traitant de tous les champs de création investis par l’avant-garde : art, littérature, musique, architecture, cinéma, mouvements artistiques et sociaux, mode, télévision, théâtre, performance, activisme, design, technologie. Nous serons particulièrement heureux de recevoir des projets de communication se proposant d’explorer les rapports entre divers moyens ou genres d’_expression_ dans une seule œuvre ou au sein d’un environnement particulier.
 
Les langues du colloque sont l’anglais, le français, et l’allemand.
 
Nous accepterons des communications individuelles, ainsi que des sessions thématiques (groupes de 3 ou 4 – exceptionnellement, de 6 ou 7 – participants). Nous serons particulièrement heureux de recevoir des propositions de sessions, et nous préférerons des groupes inter-institutionnels, interdisciplinaires, ou internationaux.
 
La proposition d’une session doit inclure:
 
1.      Le titre de la session, et la langue (anglais, francais, allemand)
2.      Le nom et les coordonnées précises, du ou de la responsable, son rang ou statut et son rattachement institutionnel
3.      Un résumé du thème de la session (de 300 mots maximum)
4.      Le titre, et un résumé, pour chacune des communications (de 300 mots maximum)
5.      Les coordonées des participants
6.      Un résumé des intérêts de recherche des participants
 
Une proposition individuelle doit inclure:
 
1.      Le titre de la présentation, et la langue (anglais, francais, allemand)
2.      Le nom et les coordonnées de l’auteur, son rang ou statut ainsi que son rattachement institutionnel
3.      Un résumé de la communication (de 300 mots maximum)
4.      Un résumé des intérêts de recherche de l’auteur, ou de l’auteure
 
Il y aura aussi des ‘research seminars’ pour les doctorants, conduits en anglais. Chaque séminaire accueillera 12 étudiants, et sera dirigé par un professeur expert. Des auditeurs libres ne seront pas permis. Les présentations seront pré-diffusées entre les participants avant la conférence et discutées aux séminaires. La liste des séminaires disponibles sera publié sur notre site prochainement. Les propositions des doctorants souhaitant participer doivent inclure les informations suivantes:
 
1.      Session préférée
2.      Le titre de la communication (English only)
3.      Un résumé de la communication (de 300 mots maximum)
4.      Le nom et les coordonnées de l’auteur, les, son rang ou statut ainsi que son rattachement institutionnel
5.      Un résumé des intérêts de recherche de l’auteur
 
Veuillez envoyer toutes propositions à eam2012@kent.ac.uk
 
La date limite pour l’envoi des propositions est le 16 décembre  2011.

Appel de textes – « Ecrire ensemble »

Appel de textes

 

Volume 4, Numéro 1, automne 2012

« ÉCRIRE ENSEMBLE : RÉSEAUX ET PRATIQUES D’ÉCRITURE DANS LES REVUES FRANCOPHONES DU 20E SIÈCLE » Sous la direction de Michel Lacroix (UQAM) et de Jean-Philippe Martel (UQAM)

 

Vecteurs privilégiés des différentes positions esthétiques et idéologiques mises de l’avant au 20e siècle, les revues informent notre compréhension de l’histoire littéraire. Elles peuvent aussi bien être envisagées comme documents historiques – espaces de débats et témoins de luttes particulières entre différents acteurs – qu’en tant que monuments littéraires, c’est-à-dire comme des œuvres à part entière. D’un point de vue poétique, elles donnent à lire des « numéros » ; leur forme générale est celle d’un petit livre mêlant les genres, les thématiques, les tons et les propos. Sous la couverture, on trouve des « prises de position », mais aussi des essais, des comptes-rendus critiques, des poèmes, des extraits de romans… À cette variété de discours et de pratiques, correspond une semblable variété de signatures.

Ce numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture sera consacré à l’invention et à la diffusion de pratiques d’écriture et de discours critiques nouveaux dans les revues littéraires francophones d’Europe et d’Amérique, au 20e siècle.

En premier lieu, il s’agira d’interroger les revues en fonction des champs littéraires retenus. Quels sont, par exemple, les liens entretenus entre les équipes de rédaction d’un périodique et d’une maison d’édition ? Et, surtout, dans quelle mesure ces relations éclairent elles le champ ? De quelles valeurs sont investies les revues et quel est le sort réservé à ces valeurs dès lors que les objectifs des agents interpellés sont, ou bien atteints, ou bien définitivement écartés ? Ce numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture se présente donc comme l’occasion d’examiner des parcours individuels ou collectifs significatifs, qu’ils soient ou non « réussis » en regard des enjeux littéraires, idéologiques ou commerciaux mis en jeu par ces relations.

En second lieu, c’est à l’étude des enjeux poétiques portés par certains individus ou certains groupes au sein de réseaux plus vastes (constitués, par exemple, par des revues ou des maisons d’édition) que ce numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture convie les chercheurs. Car, si les discours critiques et les pratiques d’écriture valorisés par les différentes revues francophones du 20e siècle sont assez bien documentés, l’histoire de leur introduction et de leur défense, voire de la résistance à leur égard, par les différents acteurs des réseaux mobilisés par les revues, demeure largement lacunaire. Par exemple, on se demandera par quelles postures (Meizoz), ethè et stratégies énonciatives (Maingueneau), variantes génériques, certains auteurs ou groupes d’auteurs se distinguent des autres. On cherchera en outre à voir si ces tendances sont les corollaires de relations concrètes entre les acteurs des revues et, par suite, dans quelle mesure ces relations ont joué dans l’histoire des revues francophones du 20e siècle, et peut-être de toute la littérature, en « intégr[ant] la relecture de ce qui fut public et la prise en compte de ce qui est demeuré de l’ordre du privé » (Lacroix).

Les propositions d’articles, d’une vingtaine de lignes (250 mots), devront parvenir par courriel pour le 15 octobre 2011 à Jean-Philippe Martel (jean-philippe.martel@usherbrooke.ca). Après évaluation par le comité de rédaction, une réponse sera donnée pour le 30 octobre 2011. Les articles dont la proposition aura été acceptée seront à rendre pour le 15 janvier 2012. Ils seront alors soumis au comité de lecture, qui rendra un avis. La version définitive sera à envoyer pour le 15 avril 2012. La publication du dossier est prévue pour l’automne 2012.

 

 

 

Call For Papers

 

Volume 4, Number 1, fall 2012

“WRITING ENSEMBLES: NETWORKS AND WRITING PRACTICES IN TWENTIETH-CENTURY FRANCOPHONE JOURNALS”

Under the direction of Michel Lacroix (UQAM) and Jean-Philippe Martel (UQAM)

 

Privileged vectors of the different aesthetic stances and ideologies put forward in the 20th century, journals shape our understanding of literary history. They can be seen as historical documents – sites of debates and witnesses to certain controversies among various individuals – as well as literary monuments in that they are in and of themselves separate creations. From a poetic perspective, they offer “numbered editions”; their form, in general, is that of a small book in which genres, themes, tones and topics mingle together. Between their front and back covers one finds “contentions,” but also essays, critical reviews, poems and excerpts of novels . . . Corresponding to these many forms of discourse and practice is a similar variety of signatures.

This issue of Mémoires du livre/Studies in Book Culture is dedicated to the invention and distribution of new writing practices and critical discourses in the 20th-century Francophone literary journals of Europe and North America.

Firstly, it sets out to interrogate the journals in terms of accepted fields of literature. What are the connections that are fostered between the editorial boards of a periodical and those of a publishing house, for example? More precisely, to what degree do such relationships shed light on the field? What values have the journals been invested with and what is the outcome reserved for such values if, at some point, the objectives of those demanding them are either fully achieved or definitively disparaged? Thus, this issue of Mémoires du livre/Studies in Book Culture offers the opportunity to study significant individual or collective developments, whether or not they “succeeded” in terms of the literary, ideological or commercial stakes established by these relationships.

Secondly, this edition of Mémoires du livre/Studies in Book Culture invites researchers to consider the poetic stakes put in place by certain individuals or groups within a larger network (formed by journals or by publishing houses, for example). For, even if the critical discourse and the writing practices privileged by different 20th century Francophone journals have been adequately documented, the history of their introduction and of their defence, indeed resistance in those respects, by various agents in the networks mobilized by the journals, is greatly lacking.  For example, we need to ask which stance (Meizoz), “ethè” and enunciation strategies (Maingueneau), generic variants, certain writers or groups of writers use to distinguish themselves from others. Moreover, we seek to discover if these tendencies are the corollaries of concrete relationships amongst journalistic agents and, if that is the case, what role these relationships played in the history of 20th century Francophone journals, and possibly, the history of all literature, by “integrating the rereading of that which was made public with a consideration of that which remained in the private domain” (Lacroix).

Article proposals approximately twenty lines (250 words) in length should be sent by email by October 15, 2011 to Jean-Philippe Martel (jean-philippe.martel@usherbrooke.ca). The proposals will be evaluated by the editing committee and a response will be sent by October 30, 2011. Proposed articles that have been accepted are to be submitted by January 15, 2012. They will then be reviewed by a reading committee who will give their comments.

Final versions of articles are to be sent by April 15, 2012. Publication is expected to take place in autumn, 2012.

 

Parution: dossier « Nouveaux regards sur l’illusio »

Denis Saint-Amand & David Vrydaghs (dir.), « Nouveaux regards sur l’illusio
», COnTEXTES, n° 9, septembre 2011, en ligne (URL :
http://contextes.revues.org).

On sait depuis longtemps la haute efficacité des concepts puisés au cœur de
la boîte à outils élaborée par Pierre Bourdieu qui permettent d’éclairer les
rouages du monde littéraire, depuis le point de vue macrostructurel permis
par le « champ » jusqu’à la perspective individuante impliquée par l’«
habitus ». Trait d’union potentiel entre ces points de vue général et
particulier, la notion d’illusio a généré moins de commentaires critiques que
les deux inventions conceptuelles susmentionnées. L’illusio, pourtant,
appelle le commentaire : à l’image de celle d’habitus, récrite et réinventée
d’un travail à l’autre, la définition du concept n’est pas définitivement
arrêtée et se voit constamment aménagée par Bourdieu au fil de ses essais.
Proche de l’« intérêt », la notion est à la fois synonyme d’adhésion, souvent
aveugle, à un espace dont les règles font sens et de capacité à intérioriser
les règles et les enjeux de ce jeu. Il est toutefois, notait Bourdieu,
quelques écrivains et artistes auxquels est donnée la capacité de déjouer le
jeu en déconstruisant ses mécanismes : ceux-là, selon le sociologue, sont à
chercher du côté d’un Stéphane Mallarmé ou, pour le champ artistique, d’un
Marcel Duchamp. Dans le présent dossier, Pascal Durand, Patrick Thériault et
Benoît Monginot discutent ce statut privilégié que Bourdieu, à la lecture de
l’article « La musique et les lettres », avait dévolu à l’auteur du Coup de
dés, et poursuivent, sans toujours partager les mêmes conclusions, l’analyse
du si fécond cas Mallarmé.
Au-delà des cas extrêmes typiques, il existe aussi des modalités de
participation au jeu qui se situent dans une sorte de moyen terme : c’est ce
que font voir, dans ce dossier, Jacques Dubois, en se penchant sur le cas de
la romancière contemporaine Christine Angot, Annick Ettlin, en interrogeant
le long silence puis le retour de Valéry à la poésie, et Anne-Marie Havard en
questionnant le positionnement à l’intersection de plusieurs champs des
poètes du Grand Jeu.
Ces études, du reste, amènent à interroger la validité même du concept
d’illusio. C’est dans cette perspective que Géraldine Bois met l’illusio à
l’épreuve des écrivains amateurs, catégorie particulière évoluant en marge du
« champ » délimité par Bourdieu. Frédérique Giraud, enfin, voit en l’illusio
une question plus qu’un concept : celle qui invite le chercheur à
reconstruire les socialisations diverses d’un écrivain, en l’occurrence Émile
Zola, en vue de comprendre comment et avec quelle intensité le goût du jeu
littéraire s’est développé chez lui.
Sans chercher à répondre définitivement aux questions soulevées par la notion
d’illusio, ici appliquée à l’univers littéraire, tant en ce qui concerne les
modes de fonctionnement fondamentaux qu’elle suppose que sur le plan de sa
propre axiologie, le présent dossier a principalement pour objectif
d’interroger ce concept à nouveaux frais, en le mettant à l’épreuve et en
tentant de cerner ce qu’il permet ou non de mettre en lumière en matière de
logiques bien littéraires.

Sommaire
Le Cas Mallarmé
Pascal Durand, « Vers une illusio sans illusion ? »
Patrick Thériault, « In umbra voluptabis lusi »
Benoît Monginot, « Mallarmé critique de Bourdieu »
Avatars de l’illusio
Jacques Dubois, « Christine Angot : l’enjeu du hors-jeu »
Annick Ettlin, « Comment écrire des vers quand on ne veut pas être poète »
Anne-Marie Havard, « Le Grand Jeu, entre illusio et lucidité »
Les limites de la croyance ?
Frédérique Giraud, « La double croyance dans le jeu littéraire d’Émile Zola »
Géraldine Bois, « Des degrés et des formes d’investissement »

Ce dossier est accessible intégralement et gratuitement en ligne, à l’adresse
suivante : http://contextes.revues.org

Parution • De l’acteur vedette au théâtre de festival

Schryburt, Sylvain, _De l’acteur vedette au théâtre de festival. Histoire des
pratiques scéniques montréalaises. 1940-1980_, Montréal, Presses de
l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2011, 395 p. Ill. ISBN :
2-978-7606-2240-1. (34,95 $ / 31 euros)

Qu’est-ce qui a changé sur les scènes de théâtre à Montréal entre 1940 et
1980 ? Dans quelles circonstances la mise en scène au sens moderne du terme
est-elle apparue au Québec ? Comment et sous quelles influences croisées
s’est-elle transformée depuis son émergence dans les années 1940 jusqu’à sa
contestation par les collectifs de création des années 1970 ? Quel type de
jeu de l’acteur, d’esthétique scénique, de répertoire privilégiait-on et
pourquoi ? Voilà des questions auxquelles Sylvain Schryburt répond dans cette
première histoire des pratiques scéniques montréalaises au XXe siècle.

Nourri par d’abondantes sources archivistiques, illustré de photographies
rarement ou jamais publiées, cet ouvrage fait revivre quarante années
d’activité théâtrale montréalaise. Il raconte les grandes troupes comme les
petites, il fait entendre des voix connues et d’autres qui le sont moins, il
dresse la cartographie d’un théâtre en pleine ébullition dont il ne reste
aujourd’hui que quelques échos lointains.

Professeur au Département de théâtre de l’Université d’Ottawa, Sylvain
Schryburt a été rédacteur en chef de la revue L’Annuaire théâtral et critique
aux Cahiers de théâtre Jeu. Entre l’histoire et l’essai critique sur les
pratiques scéniques les plus contemporaines, ses travaux portent sur les
relations entre l’esthétique et l’institution théâtrale. De l’acteur vedette
au théâtre de festival est son premier livre.

Table des matières détaillée à
<http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/socius.html#schryburt>.

•••••

Benoît Melançon
Professeur titulaire, Département des littératures de langue française,
Université de Montréal
Directeur scientifique, Presses de l’Université de Montréal
Membre de la Société royale du Canada
C.P. 6128, succursale Centre-ville, Montréal (Québec) Canada H3C 3J7
Téléphone : 514.343.5612 (DLLF); 514.343.6933 poste 35195 (PUM)
Télécopieur : 514.343.2256 (DLLF); 514.343.2232 (PUM)
Courriel : benoit.melancon@umontreal.ca
Site personnel : <http://mapageweb.umontreal.ca/melancon/>
Blogue : <http://oreilletendue.com/>
Twitter : <https://twitter.com/benoitmelancon>