Archives mensuelles : octobre 2011

Parution – Björn-Olav Dozo, « Mesures de l’écrivain »

Collection Situations 1 (2011)

Toute œuvre est comptable d’une configuration historique et sociale, qui participe à sa mise en forme esthétique autant qu’à son processus de signification. Dirigée par Jean-Pierre Bertrand et Pascal Durand, la collection “Situations” accueille, dans un double esprit de rigueur et d’ouverture, des travaux novateurs relevant de la sociologie de la littérature, de la sociologie de l’art et de l’histoire sociale des pratiques culturelles.

Björn-Olav DOZO, Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone

Qui sont les écrivains belges francophones de l’entre-deux-guerres ? De quoi vivent-ils ? Que publient-ils ? Chez quels éditeurs ? Dans quelles revues ? Sont-ils isolés, entièrement dédiés à leurs œuvres ? Prennent-ils part à une vie littéraire fondée sur des logiques d’opposition de groupes, comme en France ? Peut-on dégager des profils-types ? Existe-t-il des écrivains sans œuvre ? Quel est leur rôle spécifique ?

Ce livre aborde ces questions à partir d’une approche socio-statistique et relationnelle. Celle-ci met en évidence l’importance, pour les auteurs belges, de s’inscrire dans un réseau de relations afin d’exister comme écrivain. L’approche permet également de souligner la rupture socio-professionnelle qui a lieu après la Première Guerre, entre la génération symboliste et les entrants en littérature, qui renouvellent esthétiques et thématiques. Le livre dresse enfin un panorama de la vie littéraire de l’époque, en situant les grands parmi les minores et en interrogeant ce que retient l’histoire littéraire. Mais au-delà du cas belge, l’ouvrage propose une réflexion sur la construction d’une étude quantitative socio-historique de la littérature, sur ses enjeux et sur ses modes opératoires. Comment définir un corpus ? Comment choisir et construire des variables descriptives ? Comment interpréter des résultats graphiques ? Cette étude en acte offre des solutions pragmatiques sans ignorer les questionnements épistémologiques qui sous-tendent ce type d’approche.

Björn-Olav DOZO est chargé de recherches du F.R.S.-F.N.R.S. à l’Université de Liège. Après un séjour postdoctoral au Québec, à l’Université de Montréal et à l’Université de Sherbrooke, il étudie à présent les prix et les animateurs de la vie littéraire. Co-fondateur et co-directeur (2006-2011) de COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, il s’est spécialisé dans les digital humanities. En 2010, il a publié La vie littéraire à la toise aux éditions Le Cri (Bruxelles).

 

PRIX: 25 Euros (HTVA & Frais de port)
304 pages
ISBN : 978-2-87544-002-0

 

3e journée d’études du GREMLIN – « Le travail de la référentialité »

Le travail de la référentialité : romans à clés et romans de la vie littéraire

3e journée d’études du GREMLIN

Organisation : Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions (GREMLIN)

Responsables : Anthony Glinoer (U. de Sherbrooke), Michel Lacroix (UQAM)

Lieu : Université McGill – Pavillon des arts, salle 160

Date : 28 octobre 2011

 

 

9h Michel Lacroix (UQAM) – « Introduction de la journée d’études. Écrivains fictifs, imaginaires ou légendaires? »

 

9h30 Jean-Pierre Esquenazi (Lyon-III) – « Valeurs de la référentialité fictionnelle »

 

10h15 Pause

 

10h45 Denis Saint-Amand (Liège) – « De l’homme à l’oeuvre (et vice-versa) : microfictions dictionnairiques »

 

11h30 Anthony Glinoer (CRC-Sherbrooke) et Vincent Laisney (Paris-X) – « Les illusios perdus, ou les romans cénaculaires »

 

12h15 Dîner

 

14h Anne Strasser (Nancy-II) – « Les Mandarins, les clés pour se dire »

 

14h45 Mathilde Barraband (Trois-Rivières) – « Organisations secrètes. La GP dans la littérature française contemporaine »

 

15h30 Pause

 

16h Richard Saint-Gelais (Laval) – « Le théâtre sans son double : jouer sans le dire dans Scènes d’enfants de Normand Chaurette »

 

16h45 Alexandre Gefen (Bordeaux-III) – « Benjamin Jordane, roman : jeux identitaires et aventures métatextuelles dans l’oeuvre de Jean-Benoît Puech »

 

17h30 Fin des travaux

 

Programme Gremlin

Parution – « La sociologie de la littérature : Histoire, problématique, synthèse critique »

Vient de paraître:

LA SOCIOLOGIE DE LA LITTÉRATURE : Histoire, problématique, synthèse 
critique
Robert SAYRE

L'Harmattan
Collection : Logiques sociales, série Littérature et société
ISBN : 978-2-296-56085-7 • 24.50 € • 250 pages

À partir de la construction d’une problématique qui définit et organise 
le champ de la sociologie de la littérature, l’ouvrage explore un corpus 
d’écrits dans ce domaine qui s’étend des débuts du discours 
sociolittéraire jusqu’à son apogée dans les années 1960, 70, et au début 
des années 80. Prenant successivement chaque catégorie de la 
problématique, il met en confrontation, et fait dialoguer, les thèses et 
hypothèses que l’on a formulées à son sujet, en les soumettant à un 
regard critique. Il vise d’abord à mettre en relief tout un volet de 
travaux qui risqueraient autrement de tomber dans l’oubli, notamment la 
tradition marxiste en sociologie de la littérature. Mais ce livre est 
offert aussi dans l’espoir que la prise de connaissance de pistes 
explorées jadis, puis délaissées, pourra nourrir la réflexion et la 
recherche à l’avenir.

SOMMAIRE

Avant-propos

Introduction : La problématique et son histoire

Chapitre 1 : Définitions de la littérature, questions de méthode

Chapitre 2 : La littérature hors du texte : Le « circuit littéraire »

Chapitre 3 : Les « effets » de la littérature : L’influence du textuel 
sur le social

Chapitre 4 : L’incidence du social sur le texte I : Formes de conscience 
et réalités sociales

Chapitre 5 : L’incidence du social sur le texte II : Dimensions textuelles

Épilogue

Index des noms propres

<http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=34946>

Appel d’offres pour des bourses post doctorales

Laboratoire d’excellence ICCA (Industries culturelles et création artistique)

Appel d’offres pour des bourses post doctorales

Echéance : 1er  décembre 2011

Le LABEX ICCA propose 3 bourses post doctorales. Les lauréats travailleront sur des projets de recherche originaux dans les domaines suivants :

 Édition, cinéma, et audiovisuel à l’ère du numérique (prospective et analyse des mutations induites par le numérique dans ces secteurs, stratégies d’acteurs, modèles économiques, créateurs, usages…)

 Convergence des contenus (analyse des pratiques d’exploitation multi-supports et de l’évolution des processus de conception des contenus) et développement de nouvelles formes de production et de circulation de ces contenus sur le Web2.

 Régulation des industries créatives et de l’internet (analyse des dispositifs et besoins de régulation ; aspects juridiques et économiques ; évaluation)

 Jeux vidéos et industries de l’éducation (analyse des interactions entre les secteurs du jeu vidéo et de l’éducation ; serious games, e-learning)

Apport de l’économie de la culture à la croissance, notamment dans la perspective de l’intégration des industries culturelles dans les industries créatives. Attractivité des territoires (analyse des enjeux territoriaux des industries culturelles et du numérique ; emploi, aménagement, population, formation à l’échelle des régions, départements, communautés urbaines ou d’agglomération, ou villes)

Les post doctorants seront accueillis dans l’un des groupes de recherche du Laboratoire ICCA :

Laboratoire d’accueil Discipline dominante Université ou école Contact
LabSIC (Laboratoire des sciences de l’information et de la communication) Sciences de l’information et de la communication Université Paris 13 Bertrand Legendre (legendre.bertrand@wanadoo.fr)
CEPN (Centre d’Economie Paris Nord) Economie Université Paris 13 Françoise Benhamou

(francoise.benhamouniv-paris13.fr)

IRCAV (Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel) Economie et sociologie du cinéma et audiovisuel Université Paris 3 Laurent Creton (Laurent.Creton@wanadoo.fr)
CEISME (Centre d’Etude sur les Images et les Sons Médiatiques) Sciences de l’information et de la communication Université Paris 3 François Jost (francoisjost@ceisme.fr)
CERLIS (Centre de recherches sur les liens sociaux) Sociologie Université Paris 5 Bruno Pequignot (bruno.pequignot@univ-paris3.fr)
IRDA Droit Université Paris 13 Pascale Bloch

(pascale.bloch@free.fr)

EXPERICE Sciences de l’éducation Université Paris 13 Gilles Brougère

(brougere@noos.fr)

ENSADlab (Laboratoire de recherché de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs) Art, esthétique  ENSAD Jean-François Depelsenaire

(jfd@ensad.fr)

 

Les bourses post doctorales sont d’une durée maximale de 24 mois. La date de début du contrat sera fixée en fonction des contraintes des lauréats.

Les projets pluridisciplinaires sont acceptés et même recommandés.

Condition de candidature

A la date de la candidature, il est nécessaire d’avoir obtenu le titre de docteur (ou de fournir un certificat du directeur de thèse certifiant l’obtention du titre avant le début du contrat post doctoral) dans un des domaines de recherche couverts par le LABEX. Ce diplôme doit avoir été obtenu en 2008, 2009, 2010 ou 2011.

Candidatures

Les candidatures comprendront :

–        un CV d’une page

–        une liste de publications

–        un projet de recherché en français ou en anglais (trois pages) comprenant un budget prévisionnel des dépenses de déplacement

–        des lettres de recommandation (deux minimum)

–        une lettre de soutien provenant du groupe de recherche qui accueillera le candidat.

Les candidatures seront envoyées à : labex.icca@univ-paris13.fr

Les candidatures doivent parvenir au plus tard le 1er décembre 2011.

Appel à articles – « Mythologies du superhéros : physiologie, géographie, histoire »

Mythologies du superhéros : physiologie, géographie, histoire

Ouvrage collectif dirigé par François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

Appel à contribution

Date limite : 1er décembre 2011

Les superhéros, demi-dieux d’un monde sans Dieu, constituent collectivement une mythologie laïque qui se diffracte en sous-ensembles de mythologies au sens où l’entendait Roland Barthes. Mais qu’est-ce qui fait le superhéros? Son incapacité à rester tranquille quand les forces du mal se manifestent? Son costume qu’on voudrait parfois plus discret et moins moulant, et qui fait systématiquement converger les regards vers lui (ou vers elle)? En quoi le superhéros se signale-t-il comme tel et qu’est-ce qui le distingue du simple héros? Partant de l’affirmation d’Ernst Cassirer selon laquelle le mythe est «l’objectivation de l’expérience sociale de l’humanité», on pourra s’interroger sur la socialité de ces êtres d’irréalisme pur : comment, à quelles conditions et pourquoi est-il permis au lecteur ou au spectateur de s’identifier à un personnage dont les caractéristiques transcendent celle de l’humanité ordinaire? Cet ouvrage collectif se fixe comme premier objectif de répondre à ces questions à la lumière tant de l’histoire culturelle que de la sociocritique et de l’analyse du discours social.

Le superhéros est né dans une Amérique triomphante à la veille de la Seconde Guerre mondiale et, même s’il est largement associé au corpus bédéesque des maisons DC (Superman, Batman, Wonder Woman, Green Lantern, Flash) et Marvel (Spiderman, Fantastic Four, Hulk, X-Men), il a infiltré massivement les productions télévisuelles et cinématographiques des cinquante dernières années, et a su, en dépit (peut-être en raison) de l’apparente fixité de ses traits sémiotiques et de la minceur des scénarios auxquels il a souvent été intégré, se maintenir dans la faveur publique. Ce livre consacré à la mythologie du superhéros ne cherchera évidemment pas à pourfendre — ni d’ailleurs à défendre —, les productions culturelles de grande diffusion qui ont servi de véhicule au type du superhéros, mais à contribuer à une meilleure compréhension de ces personnages, de leurs conditions d’apparition et modes de diffusion.

3 axes de recherche :

Physiologie du superhéros. On sait que, au cours du premier xixe siècle, les physiologies, ces petits livres illustrés qui s’attachaient à décrire un phénomène du monde extérieur, se voulaient une méthode positive d’analyse des faits sociaux. Par sa survie durable dans l’imaginaire collectif, la mythologie du superhéros s’impose bien comme un phénomène social, quoique non référentiel, dont il sera pertinent de mettre en lumière la topique et les principales caractéristiques. Puisque tout superhéros qui s’implante dans l’imaginaire collectif atteint «une fixité emblématique qui le ren[d] facilement reconnaissable» (Umberto Eco), les contributions à ce collectif pourront aussi s’attacher à un seul personnage afin d’isoler les signes par lesquels il demeure le même au gré de ses divers avatars (littéraires, graphiques, télévisuels, cinématographiques).

Géographie du superhéros. On imagine sans peine le héros à la campagne, un peu ennuyé parfois, certes, et lorgnant souvent le chemin de la ville, mais on peut l’y situer et le forcer à y rester, le temps d’un roman, du moins. Peut-on faire de même avec le superhéros? Que ferait Spiderman sans les gratte-ciels de New York ou Batman en banlieue de Gotham City, loin du bruit, des journalistes et des foules? Le phénomène est-il généralisé? Clark Kent grandit à Smallville, au Kensas, mais c’est à Metropolis qu’il passe sa vie adulte. Un certain Actarus et son robot Goldarak, issus des Mangas japonais, cherchent à se faire oublier à la campagne, mais ils doivent systématiquement en sortir lorsque les forces de Vega envoient depuis l’espace les puissants Golgoth tuer les citadins et faire sauter les puits de pétrole (ou, encore, découvrir des super-métaux). Qu’indique ce rapport à l’espace (sans jeu de mot) du superhéros? En outre, comment les superhéros s’imposent-ils comme des héros «nationaux», qui condensent et amplifient les qualités présumées de leur nation d’appartenance (Wolverine, l’homme sauvage du Nord canadien; Captain America, protégé par un bouclier à l’effigie du drapeau américain)? Existe-t-il au contraire des superhéros internationaux, dont l’essence aurait partie liée à la citoyenneté du monde?

Histoire du superhéroïsme. On connaissait le héros épique, qui se livra sur les champs de bataille de Troie ou de Roncevaux à des carnages mémorables sous le regard approbateur des dieux; on connaissait également le héros romanesque évoluant dans un monde opaque, déserté par la transcendance (Lukács). Qu’est-ce qui laissait présager l’émergence du superhéros? L’un des axes de réflexion sera ce passage historique du personnage humain, quelquefois doué, voire intellectuellement surdoué (Sherlock Holmes, Rouletabille), parfois pourvu d’une force physique extraordinaire (Porthos, Jean Valjean), mais appartenant résolument à l’humanité, à un personnage de surhomme, transformé, transfiguré ou génétiquement modifié par la science et la technologie. Comment et à quel moment s’effectue cette transition? Quels en sont les moments clés? Sur quels facteurs historiques, culturels, discursifs, économiques, politiques ou sociologiques s’est-elle appuyée?

La publication de ce collectif se fera aux Presses Universitaires de Liège – Sciences humaines (PULg), dans la collection ACME. Les contributions soumises feront l’objet d’une évaluation par les pairs (« peer review »). La parution du recueil est prévue pour l’automne 2012.

Les propositions de textes, en français, doivent inclure un résumé de 400 mots, un titre, l’axe de recherche privilégié et les coordonnées de l’université et du département d’attache. Elles doivent parvenir à l’adresse suivante avant le 1er décembre 2011 : boucher-f@rmc.ca

 

 

 

Adresse : François-Emmanuël Boucher Directeur du Département d’études françaises Professeur agrégé Collège militaire royal du Canada CP 17000, Succ. Forces Kingston, Ontario (Canada) K7K 7B4 Tél. : (613) 541-6000 ext.6436 Courriel: boucher-f@rmc.ca

Journée d’étude – « La reconnaissance de l’écrivain à l’épreuve de la célébrité »

Journée d’étude
« La reconnaissance de l’écrivain à l’épreuve de la célébrité »

Laboratoire Communication et politique (CNRS)
Groupe de Recherche sur la presse magazine (Centre d’Histoire de
Sciences-Po)

Mardi 11 octobre 10h-17h
IPJ (Institut Pratique du journalisme)
24 rue Saint-Georges
75009 Paris
Amphi de l’IPJ, accès libre

Cette journée d’étude marque l’ouverture du projet « La reconnaissance
littéraire à l’épreuve de la célébrité : les représentations médiatiques
des écrivains en France (1945-2011) » financé par le Ministère de la
culture et de la communication, (Département Etudes, Prospective,
Statistiques - DEPS). Mené conjointement par le groupe de recherche «
Pratiques créatives sur Internet » du Laboratoire Communication et
Politique (UPR3255, CNRS) et le groupe de recherche sur la Presse
Magazine de Sciences-Po (CHSP), ce projet vise à analyser les variations
des représentations médiatiques des écrivains en France, tant d’un point
de vue diachronique - de la Libération à nos jours -, que synchronique,
selon les supports examinés : presse magazine, radio, télévision et web.
En croisant les champs disciplinaires (littérature, histoire,
sociologie, sciences de l’information et de la communication) et les
angles de saisie (corps, salons, émissions littéraires, auxiliaires de
la médiatisation), l’objectif de cette journée d’étude est donc
d’inaugurer une réflexion sur l’évolution historique de la production
médiatique de notoriété, dans le cas des écrivains en France, mais aussi
sur des techniques de notoriété éventuellement spécifiques à des
dispositifs matériels, formats et formules médiatiques donnés. Il s’agit
de prendre la mesure des relations complexes qui peuvent se nouer entre,
d’une part, des stratégies de légitimité visant à une reconnaissance au
sein même du champ littéraire, sous une forme plus ou moins
institutionnalisée (critique, cercles littéraires, prix, académies) et
plus généralement selon les critères de la culture « cultivée », et
d’autre part, des ambitions commerciales et/ou la volonté d’être reconnu
par un large public.

Programme

Matinée : 10h-12h30

L’écrivain en représentations médiatiques

Sous la présidence de François Provenzano, chargé de cours en Sciences
du langage, Université de Liège, et Pierre-Louis Fort, maître de
conférences en langue et littérature française à l’Université de
Cergy-Pontoise

Présentation du projet : Jamil Dakhlia, maître de conférences HDR en
SIC, Université Nancy 2

Paul Dirkx, maître de conférences en Littérature française à
l’Université Nancy 2 et coordinateur du numéro « Le corps de l’écrivain
» de Sociologie de l’art – OpuS(à paraître),
Le corps de l'écrivain entre texte et contexte

Adeline Clerc, ATER en Sciences de l’information et de la communication,
IUT Charlemagne (Nancy),
Les célébrités littéraires en salon

Emilie Saunier, doctorante au Centre Max Weber, CNRS UMR 5283,
Stratégies de visibilité et stratégies de légitimation dans une économie
médiatico-publicitaire : le cas de l’écrivaine belge Amélie Nothomb

Sylvie Ducas, maître de conférences à Paris Ouest Nanterre La défense,
Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (UVSQ),
La célébrité à quel prix? Prix littéraires et consécration

Après-midi : 14h30-17h

Table ronde : Quelles médiations pour la célébrité?

Sous la présidence de Claire Blandin, maître de conférences en histoire
à l’UPEC et Brigitte Chapelain, maître de conférences en SIC à
l’Université Paris 13

Frédéric Delarue, auteur de la thèse de doctorat A la croisée des
médiations : les émissions littéraires de 1968 à 1990

Delphine Naudier, chargée de recherches au CNRS, CRESPPA,
CNRS/Université Paris8 (UMR 7217), thème d’intervention : Construire la
notoriété des écrivains: le travail
des attachées de presse

Avec la participation des intervenants de la matinée

Appel à communications – « Enjeux contemporains de la confrontation entre l’art, la morale et la politique »

Enjeux contemporains de la confrontation entre l’art, la morale et la politique.

 

Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Les 1er et 2 juin 2012

 

Penser ensemble « art, morale et politique » revient avant tout à rendre problématique une relation qui ne va plus de soi. Si l’art s’est historiquement défini dans ses rapports au pouvoir et à la norme – qu’il soit en posture de soumission (le clergé égyptien qui codifie l’esthétique), d’adhésion (David, d’abord porté par les idéaux révolutionnaires, finalement inspiré par l’épopée napoléonienne), ou d’opposition (l’engagé sartrien) -, cette subordination des problématiques esthétiques aux intérêts publics ou aux principes moraux a en effet trouvé son terme dans le contemporain. Tout au long du XXeme siècle, la dé-fonctionnalisation de l’art (Dada, Fluxus), la laïcisation de ses institutions et l’affirmation de son rôle transgressif l’ont libéré de sa tutelle morale, tandis que le modèle kantien de la communauté idéale du goût, tenu en échec, ne fédère plus esthétique, morale et politique autour d’un projet politique commun et émancipatoire. Pour autant, l’art ne semble avoir rien perdu de sa force d’évocation et de représentation, de sa capacité à incarner les symboles ou à véhiculer les croyances collectives. Les récentes affaires de censure (Larry Clark, au Musée d’art moderne de Paris et David Wojnarowicz à la National Portrait Gallery de Washington en 2010), les cas de vandalisme, motivés par un intégrisme actif (Piss Christ d’André Serrano endommagé en Avignon, France, 2011), et la vitalité du lobbying associatif et bien-pensant à l’encontre de l’art, prouvent combien les interactions entre ces trois pôles ne sont ni complètement définies, ni entièrement régulées. Nous voulons interroger ces relations ambiguës, mais néanmoins constantes, entre le potentiel d’influence de l’art et les autorités qui s’en emparent, le combattent ou le préservent.

Le débat met l’autonomisme esthétique en question. L’art peut-il se constituer comme un champ clos, évaluable selon ses qualités propres, en dehors de toute considération morale ou politique ? L’autodéfinition, comme dynamique contemporaine de l’art, ne pouvant suffire à le rendre indépendant de la sphère éthico-politique. D’autant que, si « désaffranchissement » il y a, au sens où l’entend Arthur Danto, l’art a malgré tout du mal à se défaire de son fonctionnalisme, qui l’envisage, sinon comme une force d’opposition, au moins en tant qu’outil critique et moyen d’intervention dans la société.

Qu’en est-il du moralisme en art ? La question de l’appréciation esthétique et de l’évaluation morale se complexifie avec les apports récents des neurosciences et des philosophies de l’esprit, qui mettent en lumière la complexité et la pluralité du fait perceptif : l’expérience d’une œuvre engage tout l’outillage cognitif du sujet. La redéfinition de ces articulations est pourtant rendue nécessaire par la multiplication des situations de conflictualité : là où l’effritement contemporain des valeurs morales s’oppose à la valeur symbolique des objets artistiques, l’axiologie de l’œuvre d’art – ou son ontologie – semble relever de l’indécidable.

Quant au politique, s’il n’a pas la compétence du jugement esthétique, il n’empêche que son caractère instituant l’oblige souvent à prendre position. La logique de la politique culturelle (par le biais des choix curatoriaux des musées, de la distribution des subventions, des commandes publiques…) renforce le lien de dépendance des artistes à l’Etat par le jeu de l’institutionnalisation, et renvoie dos-à-dos liberté de la création et préservation de l’intérêt général. Dans le prolongement de ces réflexions, le problème des lieux de l’art se pose avec d’autant plus d’insistance : le musée doit-il relever de l’espace public, et être soumis aux mêmes règles que la vie sociale, ou peut-il constituer un espace réservé, une zone de transgression autorisée ? Les nouvelles technologies ne sont pas non plus sans conséquence: espace médian entre public et privé, le lieu virtuel échappe en partie à la législation et pose avec force la question du visible et du montrable.

En réfléchissant ainsi les partages épistémologiques entre art, morale et politique, il devient possible de requalifier des dialogues culturels permanents qui constituent l’actualité de la pensée contemporaine. À partir de l’analyse des rencontres entre ces trois pôles culturels, ce colloque entend faire un point sur le rôle de chacun au sein de la communauté, et organiser le discours de la philosophie face aux renouvellements de leurs enjeux respectifs  au siècle naissant.

Les propositions de communication chercheront à se situer à la fois par rapport à la problématique d’ensemble et en référence à l’un des axes autour desquels s’organisera le colloque. Les chercheurs et praticiens qui souhaiteraient présenter leurs recherches lors de ces ateliers sont invités à proposer des communications susceptibles d’aborder les thèmes suivants, mentionnés à titre indicatif :

 

  • Les fonctions de l’art : autonomisme, moralisme et immoralisme esthétiques
  • Imagination esthétique et imagination morale
  • Les rapports entre neuro-esthétique et neuro-éthique
  • Juger l’œuvre : appréciation et reconnaissance.
  • L’institution de l’espace de l’art : lieu d’asile ou de contrôle ?
  • Les rapports entre les avant-gardes artistiques et les avant-gardes politiques

 

Ces suggestions ont pour seul but d’encourager la confrontation des analyses de théorie normative avec les faits socio-politiques et de promouvoir ainsi les perspectives interdisciplinaires qu’une telle confrontation réclame.

 

Organisation :

Pauline Colonna d’Istria (Université de Poitiers, CRHIA)

Florian Gaité (Université Paris Ouest Nanterre, SOPHIAPOL)

Roberto Merrill (Université de Minho)

 

Intervenants :

Noël Carroll (CUNY Graduate Center)

Nathalie Heinich (EHESS) (à confirmer)

Matthew Kieran (University of Leeds)

Jerold Levinson (University of Maryland)

Jacques Morizot (CEPERC, Université de Provence)

Ruwen Ogien (CERSES, CNRS)

Jacques Rancière (Université de Paris XIII) (to be confirmed)

Christian Ruby (revue Raison présente)

Anne Sauvagnargues (CRéART-PHI, Université de Nanterre) (à confirmer)

 

Comité scientifique :

Noël Carroll (CUNY Graduate Center)

Matthew Kieran (University of Leeds)

Christian Lazzeri (Université Paris Ouest Nanterre)

Jerold Levinson (University of Maryland)

Ruwen Ogien (CERSES-CNRS)

Anne Sauvagnargues (Université Paris Ouest Nanterre)

 

Modalités de soumission :

 

Les propositions pourront être soumises en français et en anglais. La date limite pour l’envoi des résumés est fixée au 15 janvier 2012 , leur acceptation ou leur refus sera notifié le 1er mars 2012. Elles sont à envoyer conjointement, sous forme d’un abstract de 300 à 400 mots, de préférence au format RTF, en accompagnement d’un courriel intitulé « Art, morale et politique : proposition» à : Pauline Colonna d’Istria (p.colonnadistria@hotmail.fr), Florian Gaité (florian@floriangaite.fr) and Roberto Merrill (nrbmerrill@gmail.com). Les résumés en anglais sont les bienvenus, même si une bonne compréhension du français est requise pour la participation au colloque.

 

Droits d’inscription :

Les frais de participation à ces journées s’élèvent à 50 € et pourront être réglés en espèces à l’accueil de la conférence.

 

 

Appel à communications – « Génocides : Place, figure et rôle du tiers et du témoin second »

Appel à communications

29 avril – 1 mai 2012 (Ottawa)

 

Génocides : Place, figure et rôle du tiers et du témoin second

Le présent colloque s’inscrit dans la suite de deux autres colloques organisés par AIRCRIGE Canada et se veut donc aussi international et multidisciplinaire. Nous étant déjà penchés, lors des précédentes rencontres, sur la figure de la victime et sur la trans-mission des mémoires, nous proposons à présent de nous concentrer sur la place du tiers d’une part, et sur celle du témoin second, d’autre part. Nous voulons en discerner les manifestations discursives dans l’écriture des témoignages et invitons à réfléchir sur ces présences, les propriétés et modalités de leur manifestation dans la passation de la mémoire. Nous voulons ainsi aussi réfléchir sur les distinctions et nuances à apporter entre ce qu’il convient d’appeler le « tiers » et celui que l’on entend généralement par « témoin second ».

Pour le philosophe roumain Stéphane Lupasco (L’homme et l’oeuvre), les lexies « trois » et « tiers » possèdent la même racine étymologique, « trois » est la transgression du deux, ce qui va au-delà de deux, au-delà donc de l’antagonisme et du principe de contradiction développé depuis Aristote, d’où le tiers est irrévocablement exclu : « Il ne peut y avoir d’intermédiaire entre deux contraires, un sujet possède ou ne possède pas un attribut donné » (Métaphysique VII, 1021b23-29). Le tiers est donc un dépassement du binaire, une ouverture vers le ternaire et donc une possibilité d’évitement ou de résolution de conflits antagonistes, une voie de passage entre deux contraires.

Le tiers, qu’il s’agisse d’un gouvernement, d’une force politique, d’une communauté ou d’un organisme assumant et assurant l’arbitrage entre les parties en conflit serait dès lors le garde-fou contre les dérives et aberrations totalitaires, dictatoriales et/ou exterminatrices. Pour reprendre Lupasco : « Le tiers secrètement inclus est le gardien de notre mystère irréductible, seul fondement possible de la tolérance et de la dignité humaine. Sans ce tiers, tout est cendre. » Mais ce tiers garde-fou peut se manifester de diverses façons. Nous voulons ici tenter d’en saisir les possibles. Nous voulons ouvrir les réflexions pour faire émerger les figures de ces êtres qui, parfois même à l’intérieur des camps de concentration, à l’intérieur des ghettos, au cours des massacres quotidiens — dans le cas du Rwanda -, ont montré dans les faits que la logique du tiers inclus permet l’avènement d’un troisième axiome T (T de tiers inclus). Cela dit, nous voudrions également mettre en relief les différents possibles qui ont échoué à se manifester ou qui ont refusé d’endosser ce rôle, permettant ainsi que le pire arrivât. Des analyses centrées sur les systèmes idéologiques, les rapports politiques, les forces politiques et économiques, etc. permettront de penser la vacuité laissée par le tiers alors que s’exacerbaient les polarisations idéologiques visant à exclure et à éradiquer des êtres humains.

Quant à la place du témoin second que nous proposons aussi d’aborder, elle est dès lors perçue comme tout autre. Ce n’est plus le tiers, qui est, pour reprendre Dulong, celui qui était là pour voir, mais plutôt un sujet qui rapportera ce à quoi il n’a pas assisté, le témoin second n’ayant pas été une victime directe de ce qu’il rapporte. Qu’il s’agisse des descendants des déportés durant la Deuxième Guerre mondiale, des romanciers, cinéastes, journalistes ou des experts (historiens, psychologues, universitaires, juristes, etc.), en témoignant du sort des autres, chacun doit répondre de sa personne, à partir de son expertise et du cadre ainsi fixé, afin de rendre des vérités que ces connaissances lui dicteront. Ainsi chacun assumera-t-il des responsabilités par rapport à ce qu’il rapporte et qu’il rend accessible à d’autres, que ce soit pour prévenir du pire, pour en rendre compte alors même que l’extermination d’êtres humains bat son plein ou une fois que les massacres ont cessé et que les forces exterminatrices ont été déboutées. L’analyse de ces instances témoignantes doit s’inscrire dans cela même qui les caractérise, soit leur énonciation. Chacun optant pour un cadre d’énonciation particulier ou étant contraint, selon la place qui sera la sienne, à s’y soumettre et à l’adopter. Ces diverses formes ayant précisément des normes lui étant propres et des contraintes particulières, nous voulons réfléchir sur cela même qui les caractérise et qui peut faciliter ou entraver la démarche énonciative dans les visées qu’elles voudraient se fixer ou s’étaient fixées, que celles-ci entendent restituer les faits, les déformer, voire les nier.

Enfin, nous nous pencherons également sur la réception des témoignages. Nous proposons à titre indicatif deux pistes, à savoir comment le tiers récepteur est inscrit dans les témoignages, qu’il s’agisse des témoignages des victimes directes, indirectes ou secondes, et les traces de la réception testimoniale que l’on retrouve dans les discours des témoins seconds. Car le témoin second, que ce soit le descendant, le journaliste, le juriste, le romancier, l’historien, le psychologue, etc. ne peut faire abstraction de l’empreinte laissée par l’objet de son témoignage, objet qu’il a dû dans un premier temps accueillir, saisir, appréhender, avant d’être en mesure de le restituer. Dans le cas des descendants, l’héritage du traumatisme en porterait les traces ; dans le cas des autres témoins seconds, il convient de se demander si un parti pris s’affiche et comment cela se manifeste ; comment cela s’inscrit dans une grille de lecture ; comment cette grille elle-même découle de la logique classique des contradictoires ; comment transparaît l’affectivité de l’instance énonciative, comment se met en discours la possibilité ou l’impossibilité d’une pensée dans le cadre de la contemporanéité conceptuelle et idéologique de l’instance énonciative, etc. Il s’agirait donc ici de percevoir l’empreinte laissée chez ces instances témoignantes secondes par la réception de l’objet du témoignage.

Les pistes que nous proposons sont donc les suivantes, mais ne se veulent en aucun cas exclusives et limitatives :

1) Place, figure et rôle du tiers (absent, exclu, inclus)

2) Vérités et responsabilités du témoin second

3) L’énonciation du tiers et / ou du témoin second : formes, normes et contraintes

4)  La figure du tiers récepteur dans l’énonciation des instances testimoniales (tiers, témoins directs, indirects, seconds)

 

Calendrier :

 

Soumission des propositions : avant le 30 octobre 2011

Acceptation des propositions : 30 novembre 2011

 

 

Envoyez vos propositions (250 mots maximum) et une brève notice bio-bibliographique à l’une des deux adresses suivantes :

 

Catalina Sagarra : catalinasagarra@trentu.ca

Eugène Nshimiyimana  : nsheug@mcmaster.ca

 

Comité scientifique : Eugène Nshimiyimana, McMaster University; Catalina Sagarra, Trent University; Josias Semujanga, Université de Montréal; Jacques Walter, Université de Metz.

 

Seminar – « Constructing ’21st-Century Literature in French' »

 

 

Constructing ‘21st-Century Literature in French’.

Publication, translation, collection.

Organised by the Society for French Studies and the French Studies Library Group,

with the collaboration of the Institut français

 

Friday December 2nd 2011

at the Institut français, 17, Queensberry Place, London.

 

 

This is a seminar about the contemporary French literary scene and its impact in the UK.

It brings together publishers, translators, journalists, librarians and academics to discuss how books are produced and transmitted within and across cultures – notably across the Channel – and the state of play for French literature at home and abroad in the second decade of the 21st century.

 

The close textual study of literature, including contemporary literature, is an important part of research and teaching in Modern Languages. For this, we depend on the materialisation  of the author’s inspiration: on the publishers who select, produce and market books; on the journalists who evaluate and make them known, helping to determine reception and readership; on the librarians who select, purchase, conserve and make them available. In this seminar, books will be discussed as material and cultural objects whose impact, evaluation and longevity depend on this complex set of processes.

 

If French literature is to fulfil its aim to become again a world literature, then transmission across cultures is a crucial dimension of the contemporary scene. Yet despite the vitality and variety evident in contemporary French literature, relatively few novels reach the largely monolingual reading public of France’s close neighbour across the Channel.  Engaging the expertise of key players in the process of transcultural transmission, we ask how texts for translation are selected, translated, marketed, collected, and received. A case-study of one recent French critical and commercial success (Marie Ndiaye’s Trois femmes puissantes, soon to appear in translation) will crystallise many of these questions. Thus we hope to open up a new perspective in the study of contemporary French literature – one that takes full account of the book as commodity and as cultural vector.

 

Programme [panels will consist of short papers and open discussion]

From 10.00: coffee and welcome.

 

10.30 -12.30: Contemporary French writing: cultural trends.

–  Marie-Hélène Martin [London-based arts correspondent for the Nouvel Observateur]:

The literary scene in contemporary France.

–  Audrey Small [University of Sheffield]:  Publishing trends in ‘francophone’ literature.

–  Patrick Crowley [University College Cork]: Is there a centre that holds? Literary canons and the market place in contemporary France.

–  Koukla MacLehose [UK literary scout]:  The phenomenon of la rentrée.

 

12.30: lunch

1.30 – 3.30: Publishing and collecting French fiction in the UK

–  Hélène Fiamma [Cultural attachée and head of the London Bureau du livre]:  The role of the Bureau du livre.

–  Jane Aitken [publisher -Gallic Books; authors include Muriel Barbery and Anna Gavalda]:  Publishing French fiction in translation.

–  French Studies Library Group panel:  Collecting in UK libraries.

 

3.45 – 5.00: Case study and round table: Marie  Ndiaye’s Trois femmes puissantes – from publication to Goncourt to popular success and translation (2012, Maclehose Press [Quercus]).

–       Shirley Jordan (Queen Mary University of London) + Andrew Asibong (Birkbeck College).

–       Christopher Maclehose [publisher – Maclehose Press].

–       John Fletcher [translator].

 

5.00  Closing vin d’honneur.

 

Organisers:

Diana Holmes (University of Leeds); Teresa Vernon (British Library, FSLG)

Charles Forsdick (University of Liverpool); Michael Syrotinski (University of Aberdeen).