Archives mensuelles : novembre 2011

Appel à contributions – « L’idée de littérature à l’épreuve des arts populaires »

PROJET ANR HIDIL (Université Paris Sorbonne)

HISTOIRE DE L’IDEE DE LITTERATURE

COLLOQUE « L’IDEE DE LITTERATURE A L’EPREUVE DES ARTS POPULAIRES »

(1870-1945)

UNIVERSITE PARIS-EST MARNE-LA-VALLEE

13-14-15 JUIN 2012

 

A l’encontre de la littérature pure, idéal qui fut porté pendant plus d’un demi-siècle par les générations des écrivains post-romantiques, symbolistes ou issus du symbolisme et qui a fait l’objet d’un colloque international organisé à Florence en septembre 2011, s’édifie une littérature, a priori moins pure, qui puise dans des formes artistiques considérées comme populaires : le feuilleton, l’almanach, le roman policier, le roman d’aventures, le roman colonial, le conte bleu, la bande dessinée, la chanson, le mélodrame, l’opérette, le jazz, le cirque, le carnaval, la pantomime, le music-hall, la littérature destinée à vulgariser les savoirs, la littérature scolaire… Bien des auteurs empruntent à ces littératures et ces pratiques populaires, Materlinck, Jarry, Apollinaire et ses héritiers, Mac Orlan par exemple, Péguy, Claudel, les avant-gardes, Colette, Cocteau. Bien des auteurs participent à la reconnaissance d’une littérature populaire, qui puise dans les traditions et les arts populaires son inspiration et son matériau. Que l’on songe aux écrivains de la terre, Giono, Pourrat, Ramuz, ou à la littérature nationale produite pendant la Première Guerre mondiale, ou à la littérature régionaliste, ou à la littérature scolaire destinée au public des écoles communales. On le voit, ce n’est pas tant la notion de littérature qui pose ici problème que l’épithète de populaire, qui recouvre autant la notion de peuple, héritée de la pensée romantique, repensée par les socialismes et le marxisme, que celle de nation, issue de la Révolution française ou encore celle de communauté, régionale, ethnique, religieuse, scolaire… Et cette culture populaire recoupe les pratiques propres à un groupe, le folklore, des arts pensés comme premiers ou originels, des esthétiques qui privilégient l’effet intense, le pathétique, l’émotionnel, le larmoyant. On mesurera bien l’empan du champ littéraire couvert par la notion en opposant, de 1870 à 1945, deux références aux arts populaires : Jarry, Claudel, Apollinaire, font de la marionnette l’acteur idéal de leur théâtre ; Roger Caillois fait du roman policier, en 1942, l’exemple même du romanesque, construit contre l’oeuvre de Valéry qui représente la littérature d’esprit.

Dans l’écriture, ce métissage bouscule les frontières et les hiérarchies, artistiques, esthétiques, génériques. Dans la mise en scène, il bouleverse la hiérarchie des spectacles. Dans le cadre d’une sociologie des littératures, il conteste l’élitisme intellectuel et social souvent associé à l’idée convenue de littérature. Dans la géographie littéraire, réelle ou symbolique, il défait les centres reconnus, institution, ville, nation, d’une autorité jusqu’alors incontestée : le populaire, dans ses multiples acceptions, c’est l’autre, non l’autre d’une alternative, mais la différence radicale et parfois irréductible. Dans le discours critique enfin, on pourrait mesurer la place occupée, dans la critique dramatique, par les arts populaires, ou l’introduction progressive de références aux écritures populaires dans la pensée de la littérature, par exemple par le collège de sociologie.

A ce titre, la littérature populaire s’avère un observatoire privilégié des mutations esthétiques, poétiques, spectaculaires qui travaillent l’idée de littérature impure de 1870 à la Seconde Guerre mondiale.

 

Le champ est immense. Ouvert aux monographies ou aux communications couvrant de larges corpus (un mouvement, un genre, un metteur en scène, un théâtre …), le colloque aura pour objectif d’étudier :

-le transfert de formes populaires (écrits, arts, traditions) dans la littérature de 1870 à 1945 ;

-les effets esthétiques et poétiques de ces transferts ;

-les bouleversements des canons littéraires provoqués par ces transferts ;

-la relation établie avec le public, de la complicité à la provocation ;

-la part faite à cette culture populaire, dans le discours critique de 1870 à 1945.

 

Les propositions de communication doivent être faites au plus tard le 15 février  2012 et adressées à pascale.alexandre@wanadoo.fr.

Symposium international de sociocritique

Symposium international de sociocritique

Paris, INALCO

14-15-16 décembre 2011

Première journée : Mercredi 14 décembre 2011

Salle : Amphithéâtre 4, INALCO

9h00 : Discours de bienvenue du président de l’INALCO, Jacques Legrand

Première séance : Lectures, in texto veritas

Président : Christophe Balaÿ (Inalco)

9h15 : Michael Rinn (Université Européenne de Bretagne)

«Penser le social dans le témoignage littéraire : Au sujet de Jan Karski de Yannik Haenel»

9h45 : Christiane Ndiaye (Université de Montréal)

«Ida Faubert : Ti-Louis et la résurrection de Lazare»

10h15 : discussion

10h30 : pause

10h45 : Anne-Marie David (Université de Montréal)

«Nous étions des êtres vivants ou le théâtre de l’entreprise»

11h15 : Mélanie Lamarre (Université de Lille 3)

«Cartographie d’une révolution ratée. Sur Un navire de nulle part d’Antoine Volodine»

11h45 : discussion

12h00 : déjeuner

Deuxième séance : La sociocritique à travers les âges

Président : Pierre Popovic (Université de Montréal)

13h00 : Geneviève Boucher (Université d’Ottawa)

«Amitié, unanimité, fraternité. Le lien social et le culte du héros chez Saint-Just»

13h30 : Geneviève Lafrance (Université du Québec à Montréal)

«Lire Fiévée après Claude Duchet : remarques additionnelles sur un “romancier d’occasion_»

14h00 : Francis Gingras (Université de Montréal)

«Codex et cotexte : le recueil médiéval et la construction du sens»

14h30 : discussion

14h45 : pause

Troisième séance : Mémoire, ville, histoire

Président : Marie Vrinat-Nikolov (Inalco)

15h00 : Sarah Sindaco (Université de Liège)

«Sociocritique et histoire culturelle. Pour une lecture du roman français en régime gaullien»

15h30 : Charles Grivel (Université de Mannheim)

«Ecrire la Commune. Un paradoxe ?»

16h00 : discussion

16h15 : pause

16h30 : Yan Hamel (Téluq/Université du Québec à Montréal)

«La polyphonie mémorielle du roman : microlecture d’un échange entre Swann et le prince de

Guermantes»

17h00 : Régine Robin (Université du Québec à Montréal)

«Propositions sociocritiques et flâneries dans les mégapoles contemporaines»

17h30: discussion

Deuxième journée : Jeudi 15 décembre 2011

Salle : Auditorium, INALCO

Quatrième séance : Langages, textes et médias

Président : Edmond Cros (Montpellier)

9h00 : Nathalie Bittinger (Université de Paris VIII)

«Des régimes d’historicité dans la fiction cinématographique»

10h30 : Djemaa Maazouzi (Université de Montréal)

«Approche sociocritique de la fabrication mémorielle. Pour une prise en compte de l’investissement

générique et médiatique»

11h00 : Pierre V. Zima (Université de Klagenfurt)

«L’institutionnalisation des langages littéraires»

11h45 : discussion

12h15 : déjeuner

Cinquième séance : Concepts et traverses théoriques

Président : Henri Mitterand (Professeur émérite Paris 3 / Columbia)

13h30 : Claudia Bouliane (Université McGill)

«Sur un chronotype romanesque de l’entre-deux-guerres»

14h00 : Stéphane Vachon (Université de Montréal)

«Sociocritique et sociogénétique»

14h45 : Edmond Cros (Professeur émérite, Université de Montpellier)

«Approche sociocritique d’un champ culturel»

15h30 : discussion

16h00 : pause

16h15 : Pierre Popovic (Université de Montréal)

«La Vierge Marie, le tiroir, l’annuaire téléphonique, Joseph Nye et le concept d’imaginaire social»

17h00 : Jean-Marie Privat, Marie Scarpa (Université Paul Verlaine – Metz et LAHIC, Paris)

«L’ethnocritique aujourd’hui»

17h30 : discussion

Troisième journée : vendredi 16 décembre

Salle : Auditorium, INALCO

Sixième séance : Mouvances du texte

Président : Pierre Zima (Université de Klagenfurt)

9h30 : Patrick Maurus (INALCO)

«Y a-t-il une pensée sociocritique de la traduction? Un dialogue Duchet-Meschonnic»

10h15 : Isabelle Tournier (Université de Paris VIII)

«Sociocritique et édition de textes»

11h00 discussion

11h30 Conclusion

Synthèse, présentation des Entretiens Duchet / Maurus, Revue Pratiques de décembre 2011, dirigé par Marie Scarpa et J-M Privat et des autres livres d’actualité



 

ACÉF-XIX Appel à communications

ACÉF-XIX

Appel à communications

 

La prochaine rencontre annuelle de l’Association canadienne d’études francophones du XIXe siècle (ACÉF XIX) aura lieu dans le cadre du Congrès des Sciences Humaines à l’Université Wilfrid Laurier et l’Université Waterloo (Waterloo, Canada) du 29 au 31 mai 2012.

 

Nous sollicitons dès à présent des propositions de communication portant sur les ateliers mentionnés ci-dessous.

 

Prière d’envoyer votre proposition de communication (250 mots environ) en indiquant l’atelier choisi à Geneviève De Viveiros (gdevivei@uwo.ca).

 

Date limite : 31 janvier 2012

 

Atelier 1 : Presse, conflit et société dans l’espace francophone du XIXe siècle

 

Agitations sociales, grandes guerres territoriales, mouvements ouvriers, heurts des idéologies politiques : la presse est au cœur des conflits qui secouent le XIXe siècle. En plus d’être une fenêtre sur l’événement et le prolongement de polémiques déclenchées sur la place publique, ce premier média de masse est une véritable caisse de résonnance qui donne vie et substance au conflit. Au sein du journal, les idées s’entrechoquent et les passions fermentent. Non seulement la presse témoigne-t-elle de ces remous, mais elle peut également en être le catalyseur, et, de surcroît, contribuer à l’orientation des débats qui en résultent. Que l’on pense par exemple aux révolutions (1830, 1848, 1871), aux guerres (Crimée, Italie, Prusse), à l’affaire Dreyfus ou encore, au Canada, à la rébellion des Patriotes, une constante demeure : le conflit moderne est indissociable de son traitement médiatique. De plus, le conflit se répercute au cœur de la culture médiatique, engendrant des prises de positions polarisées ou encore provoquant la création de nouvelles feuilles, comme ce fut le cas, notamment, sous la Commune de Paris.

 

Ainsi, c’est à cette complexité et diversité des rapports liant les grands conflits territoriaux, sociaux, idéologiques et politiques avec la presse d’expression francophone au XIXe siècle que cet atelier invite à s’intéresser. Toutes les propositions explorant la relation entre culture médiatique et culture du conflit seront les bienvenues.  Afin de lancer la réflexion sur ce sujet fécond, voici quelques pistes qui pourraient être explorées dans le cadre de cet atelier:

– La presse en tant qu’instigatrice de conflits

– La presse en tant que médiatrice de conflits

– La presse comme lieu d’une parole dissidente

– Le « premier-Paris », prolongement de la tribune politique et des débats sociaux

– Le rôle de la presse dans les conflits ouvriers

– Représentation de la guerre et reportages de guerres

– La censure gouvernementale sur la couverture médiatique des conflits

– Les difficultés rencontrées par le journal en raison de conflits, notamment les problèmes de production, de distribution, le manque d’information ou de personnel.

 

Responsables de l’atelier : Guillaume Pinson, Véronique Juneau (Université Laval) et Éloïse Pontbriand (Université de Sherbrooke)

 

Atelier 2 : Chiffres, codes, énigmes et rébus

 

Siècle des complots, des sociétés secrètes, des espions et de la police moderne, mais aussi siècle de la rationalisation et du désenchantement du monde, le dix-neuvième siècle décode, déchiffre et fait ses comptes. Des mystères de l’Égypte ou de l’Orient aux énigmes des bas fonds parisiens, narrateurs, personnages et lecteurs s’improvisent détectives, collectent des indices et reconstituent des puzzles.

Un culte du code se développe, donnant corps à une nouvelle babélisation du monde. L’information se diffuse via des signes qui deviennent inintelligibles aux non-initiés : Sémaphore des frères Chappe, télégraphe… etc.  En effet, les chiffres ne sont plus forcément des nombres et les lettres ne forment plus nécessairement des mots.

À la prolifération de ces codes qui allient vitesse et utilitarisme répondent des contre-codes et une culture de l’interprétation qui favorisent des mondes de l’imaginaire, que ce soit dans la quête du passé (mystérieux, exotique ou d’un âge d’or), ou dans celle de sociétés utopiques à venir.

 

Ce sont ces hypothèses de travail que nous souhaiterions voir discutées dans cet atelier et notamment, mais non exclusivement, autour des axes suivants :

– Intérêt pour toutes formes d’hiéroglyphes et de langage codé du passé.

– Sociétés secrètes, argot des bas fonds : ou comment communiquer sans se faire comprendre de l’autorité ?

– Chiffres symboliques, graffitis, acronymes : quand le signe se réduit pour dire plus.

– Télégraphe, chemin de fer…quand la technologie modifie le message.

Responsables de l’atelier : Rebecca Josephy (Université Western Ontario/ Paris X Nanterre) et Fabrice Szabo (Université Western Ontario)

 

Atelier 3 : Du XIXe siècle au surréalisme, et retour

 

Dans les numéros 11-12 de Littérature, en octobre 1923, figure une page où sont énumérés celles et ceux dont le futur surréalisme veut faire ses références ― ou plutôt ses contre-références. Parmi ces écrivains, beaucoup appartiennent au XIXe siècle français : Lacenaire, Aloysius Bertrand, Nerval, Pétrus Borel, Hugo, Baudelaire, Rimbaud, Lautréamont, plus étonnamment Zola, Saint-Pol-Roux et Musset.  Cette liste, que d’autres suivront, témoigne d’un intérêt particulier du surréalisme pour le XIXe siècle, où sont recrutés bon nombre de représentants du contre-panthéon que Breton, Éluard et les autres veulent édifier. Mais de quel XIXe siècle s’agit-il ? Comment ce XIXe siècle élu d’avant-garde va-t-il rejoindre, ou non, celui que les manuels scolaires commencent à canoniser à la même époque ? Quel dialogue va-t-il s’installer entre les surréalistes, et leurs héritiers, et la critique universitaire au sujet du XIXe siècle ? Quels traitements le surréalisme (français et francophone) fait-il subir aux auteurs qu’il reconnaît comme ses précurseurs ? Comment ces réhabilitations prennent-elles place dans une histoire littéraire des écrivains ? Telles sont quelques-unes des questions que pourront se poser les participants à cet atelier.

 

Responsable de l’atelier : Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)

 

Atelier 4 : Éditer Eugène Labiche

 

Éditer Labiche : tel est l’objectif que s’est fixé une équipe formée jusqu’ici de quatorze chercheurs en provenance de cinq pays (Allemagne, Canada, Espagne, France, Suisse) et de filières complémentaires (archivistique, histoire du théâtre, musicologie, histoire culturelle). La première phase de ce projet pour le compte des Éditions Classiques Garnier se circonscrit autour des cinquante-sept pièces retenues par Labiche pour l’édition Calmann-Lévy du Théâtre complet (1878-1879), dont il n’existe pas encore d’édition critique intégrale. En vue du bicentenaire de la naissance de l’auteur en 2015, l’édition critique du Théâtre complet relèvera exhaustivement les variantes manuscrites et imprimées, en plus d’exploiter les archives musicales de théâtres où des pièces furent en partie chantées dans la tradition du vaudeville. Pour ouvrir des horizons interdisciplinaires sur le projet et élargir l’équipe de recherche, nous convions la communauté dix-neuviémiste à apporter des éclairages variés sur la production scénique du XIXe siècle, telle qu’elle se manifeste en particulier au cours de la période où les théâtres subventionnés sont contrôlés par la censure et assujettis à des règles spécifiques dans chacun des cas. Nous envisagerons, entre autres, l’enjeu artistique et institutionnel que représente le transfert d’airs populaires (les « timbres ») dans les pièces à couplets. Cette pratique intergénérique relève d’un recyclage culturel (Walter Moser) qui rapproche le vaudeville d’autres genres parodiques comme l’opérette, la revue de fin d’année et la caricature dans la presse, et s’avère propice à une distanciation irrévérencieuse, voire risquée, à l’égard du patrimoine culturel et de l’actualité sous ses aspects risibles.

 

Responsable de l’atelier : Dominique Laporte (University of Manitoba)

 

Atelier 5 : L’Adaptation cinématographique d’oeuvres littéraires du XIXe siècle

 

Contestées (par une partie de la critique) ou adorées (surtout par les étudiants de notre temps), les adaptations cinématographiques de textes littéraires s’avèrent toujours des œuvres dignes d’enrichir le patrimoine culturel. La pratique de l’adaptation, d’abord, au XIXe siècle, une pratique théâtrale, continue de s’imposer au XXe siècle à travers le cinéma. De fait, les films produits en France avant la seconde guerre mondiale et plus tard aux États-Unis, s’inspirent pour la plupart de romans du siècle précédent. Que l’on pense, par exemple, aux adaptations cinématographiques des Trois mousquetaires (Berger, 1921) ou de La Terre (Antoine, 1922). De nos jours encore, les écrivains du XIXe siècle sont parmi les plus adaptés à l’écran : plus de douze adaptations de Madame Bovary, plus de quinze Nana portées à l’écran, sans parler des innombrables adaptations filmiques et musicales des Misérables.

 

Faisant suite à l’atelier sur les adaptations théâtrales et les relations roman-théâtre au XIXe siècle organisé l’an dernier, cet atelier aura pour but d’étudier les transpositions cinématographiques d’œuvres romanesques du XIXe siècle.  Nous proposons quelques pistes de réflexion possibles :

– les relations roman-cinéma

– la réception des adaptations

– les producteurs des adaptations (auteurs, scénaristes, etc.)

– une typologie des adaptations cinématographiques des œuvres du XIXe siècle – la distinction tripartite classique (adaptation littérale/libre/transposition radicale) reste-t-elle valable lorsqu’il s’agit d’œuvres du XIXe siècle ?

– les difficultés à transposer à l’écran des romans publiés au XIXe siècle ou au moins certains de leurs aspects – l’ironie et le discours indirect libre flaubertiens, les descriptions zoliennes, etc.

– comment expliquer la prédilection à adapter certains auteurs ou certaines œuvres plutôt que d’autres, ou bien le refus/l’impossibilité à faire entrer au cinéma des auteurs de romans autrement populaires (le cas Huysmans)

– la société du XIXe siècle reconstituée dans les adaptations filmiques : pratiques sociales, décors, costumes, échos historiques, etc.

– les artistes du XIXe siècle – personnages de films (Flaubert chez Minnelli, Zola dans le film de William Dieterle, Georges Sand et Musset dans Les Amants du siècle de Diane Kurys, etc.)

– le dialogue des arts : citations, références, rappels de l’art du XIXe siècle dans les adaptations cinématographiques

– le rôle de l’adaptation cinématographique dans les cours de langue, de culture ou de littérature française.

 

Responsables de l’atelier : Corina Sandu (Université Wilfrid Laurier) et Geneviève De Viveiros (Université Western Ontario)

 

Atelier 6: Communications des jeunes chercheurs avec répondants


L’ACÉF-XIX lance cette année un atelier destiné aux jeunes chercheurs qui sont invités à soumettre une proposition de communication portant sur leurs travaux de recherche aux premier, deuxième ou troisième cycles. Les jeunes chercheurs dont la proposition sera acceptée seront jumelés à un répondant qui lira leur  communication à l’avance et sera présent lors de l’atelier.

Responsables : D. Xuereb et E. Pontbriand

 

Atelier 7 : Communications libres

 

Une séance sera consacrée aux communications libres.

 

 

 

 

Appel à contribution: journée d’études doctorales « Le manifeste artistique: un genre collectif à l’ère da la singularité », EHESS, Paris

APPEL À CONTRIBUTION

Date limite : 30 janvier 2012

 

Le manifeste artistique: un genre collectif à l’ère de la singularité

Journée d’études doctorales – 5 avril 2012

Centre de recherches sur les arts et le langage, EHESS, Paris

 

« Nous déclarons qu’il faut mépriser toutes les formes d’imitation et glorifier toutes les formes d’originalité »

(Manifeste des peintres futuristes, 11 avril 1910)

 

Le manifeste artistique est un genre qui résiste à la définition, un genre « protée » dont la nature est double, à la fois texte et geste. Au-delà de la dimension textuelle, le manifeste est l’acte de légitimation d’un groupe d’artistes, une intervention dans la sphère publique visant à définir une nouvelle position dans l’espace des possibles du champ. En tant qu’acte, le manifeste représente ainsi un objet d’investigation propice à l’étude des manifestations de l’art et de l’artiste dans une époque historique spécifique.

L’âge d’or du manifeste coïncide avec la période des avant-gardes (1908-1930). Les manifestes qu’elles ont lancés en grand nombre ont contribué à fixer les traits canoniques du genre. Si le manifeste littéraire et artistique est étroitement lié à la période des avant-gardes historiques, deux publications collectives récentes, L’art qui manifeste (A. Larue dir, Paris, L’Harmattan, 2008) et Le manifeste littéraire au tournant du XXIe siècle (I. Vitali dir, Bologne, Olschki Editore, automne 2010) ont cependant bien mis en évidence la continuité et  la vivacité du genre longtemps après la soi-disant « mort des avant-gardes ».

 

Avec la présente journée d’études, qui voudrait considérer les manifestes des divers domaines de l’art, nous souhaitons poursuivre les chantiers ouverts par ces deux publications. Plus particulièrement, nous nous proposons d’approfondir une évolution qui a été relevée par plusieurs chercheurs (A. Larue et A. Tomiche dans L’art qui manifeste, 2008) ; E. Bricco et P. Aron dans Le manifeste littéraire au tournant du XXIe siècle, 2010) : l’affaiblissement de la dimension collective constitutive du genre et l’avènement d’un manifeste lancé par un seul artiste. Il nous semble que ce phénomène témoigne d’une radicalisation de ce que N. Heinich (dans Être artiste. Les transformations du statut des peintres et des sculpteurs, Paris, Klincksieck, 1996) a défini comme le « régime de singularité » apparu à l’heure de l’autonomisation du marché de l’art et où se dessine la représentation de l’artiste en « génie isolé ». Pour être reconnu comme artiste dans la société moderne, son oeuvre doit nécessairement être marquée d’une certaine individualité, originalité et excentricité par rapport aux normes, des critères qui, au fil du XXe siècle, ont entraîné un intérêt croissant pour la biographie de l’artiste.

Cette conception de l’artiste se reflète dans les manifestes contemporains et a pour résultat d’accroître la tension, qui a marqué le genre dès ses origines, entre le collectif et le singulier. Le manifeste porte en effet la trace d’un projet commun à un groupe d’artistes dont l’ambition est de construire une identité collective singulière. A partir de ces constats, nous nous proposons de problématiser la place que peut occuper ce genre collectif dans « l’ère de la singularité » qui semble caractériser l’époque contemporaine. Comment l’affaiblissement du groupe en tant que noyau symbolique et identitaire influence-t-il les formes linguistiques du manifeste aussi bien que ses canaux de diffusion et ses enjeux symboliques et sociaux ?

 

A travers l’étude de cas, issus du milieu des arts plastiques et de la littérature aussi bien que des arts visuels et de la musique, la réflexion proposée par la journée d’études s’articulera autour de deux axes principaux :

 

1) Perspective sociologique : L’affaiblissement de la dimension collective du manifeste, peut-il être interprété comme une perte de croyance dans la capacité prêtée à l’art de changer le monde et, plus largement, comme une perte de la confiance dans le pouvoir des mots ? Dans quelle mesure cette singularisation du discours du manifeste fait-elle écho à ce qu’on a appelé la « fin des grands récits de la modernité » ? Si aujourd’hui a été abandonné le « mythe de l’originalité » (R. Krauss, L’originalité de l’avant-garde et autres mythes modernistes, Paris, Macula, 1993) qui caractérisait l’époque des avant-gardes historiques, quelle valeur donner à la notion de « nouveauté » dans les manifestes d’aujourd’hui? Une autre piste d’interrogation pourrait porter sur les nouvelles possibilités de diffusion de textes offertes par Internet et l’édition numérique. Ces supports influencent-ils les traits formels du manifeste et, dans ce cas, de quelle manière ? Dans la perspective d’une ouverture comparatiste, nous invitons à confronter les manifestes des différents domaines artistiques pour pouvoir mettre en évidence leurs conditions sociales particulières.

 

2) Perspective discursive : Nous nous appuierons sur une série de textes manifestaires pour tenter de saisir les changements discursifs engendrés par le travail solitaire de l’artiste dans la société actuelle. De quelle manière l’artiste procède-t-il pour affirmer sa singularité dans les manifestes signés par un collectif ? Comment le manifeste émanant d’un seul artiste modifie-t-il les outils rhétoriques du genre ? Par exemple, on pourrait se demander quelle valeur attribuer aux changements déictiques dans la définition du locuteur et du destinataire – singulier ou pluriel – et dans le lien qui s’établit entre les interlocuteurs. Une autre approche possible concerne l’autoréflexivité, un trait récurrent du genre dès ses origines. On pourrait penser que la transgression du genre manifestaire que représente le manifeste en singulier entraîne un emploi plus ample du métadiscours. Si c’est le cas, sous quelles formes le métadiscours se présente-t-il dans les manifestes publiés à l’ère de la singularité ?  En conclusion, on peut se demander dans quelle mesure l’apparat théorique – descriptif, taxonomique et définitionnel – développé pour les manifestes est encore pertinent.

Les hypothèses proposées par C. Abastado («Introduction à l’analyse des manifestes», Littérature, nº 39,1980), J. Demers et L. McMurray (L’enjeu du manifeste, le manifeste en jeu, Québec, Le Préambule, 1986) et M. Burger (Les manifestes, paroles de combat : de Marx à Breton, Paris, Delachaux et Niestlé, 2002), sont-elles encore valables ? Doit-on envisager une redéfinition globale du genre, donnant – par le biais de la notion de geste ou d’acte manifestaire – la priorité à la fonction sur des traits discursifs multiples et disparates ?

 

Les propositions de communication, d’environ 250 mots et accompagnées d’une brève notice bibliographique, devront parvenir au plus tard le 30 janvier 2012 aux adresses mail suivantes :

mettetjell@gu.se

vivianabirolli@gmail.com

Pour tout déplacement, les frais de voyage devront être pris en charge par l’institution de départ.

 

Responsable : Mette Tjell, doctorante au Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL), EHESS

 

Adresse : CRAL, EHESS, 96 bd. Raspail 75006 Paris

Colloque : « Pour le peuple, par le peuple contre le peuple »

Recherches sur les littératures francophones

 

Colloque : «Pour le peuple, par le peuple contre le peuple :

 l’imaginaire social du peuple dans les littératures francophones d’Afrique subsaharienne, du Maghreb et de la Caraïbe»

 

Appel de communications

 

Université de Montréal • Université Concordia

 

11-12 mai 2012

 

La littérature et le peuple font-ils bon ménage ? Ce que lit le peuple, est-ce de la littérature ? La littérature qui nous parle du peuple, quelle image de cet objet de son discours nous renvoie-t-elle ? Il est bien connu que les institutions ont depuis longtemps tracé une frontière entre la littérature «lettrée» et celle dite «populaire». Cependant, ces deux champs participent également à la production de l’imaginaire social et il y a lieu de se demander, à l’heure où l’on clame incessamment la nécessité des états du monde entier de cheminer dans les voies de la démocratisation, de quelles manières ces deux sphères du littéraire convoquent «le peuple». Les représentations du «monde d’en bas» se transforment-elles lorsque «les masses» prennent la parole au lieu de s’en remettre à quelques porte-parole issus de la haute société et qui sont censés s’exprimer au nom de ceux qui n’ont pas de voix ?

 

De telles questions ont déjà été traitées de divers points de vue par différentes approches disciplinaires mais elles méritent d’être examinées de près dans le champ spécifique des littératures francophones d’Afrique subsaharienne, de la Caraïbe et du Maghreb où les enjeux ne sont pas les mêmes. Il existe en effet dans ces littératures un corpus d’oeuvres appartenant aux genres populaires et comme ailleurs il été rapidement marginalisé par la critique littéraire institutionnelle. Qu’à cela ne tienne : l’on assiste actuellement à l’émergence d’une production accrue de romans ainsi rangés dans une certaine marge des canons littéraires en vigueur et, parallèlement, d’un lectorat populaire croissant, dans ces espaces francophones. En même temps, il n’y a pas que cette plus grande importance quantitative qui fait de ce corpus un objet méritant que la critique s’y intéresse de plus près. En effet, il s’avère que ces textes qu’on range dans des «sous-genres» comme le roman policier, le roman sentimental, le roman exotique, la science-fiction, etc., procèdent en fait à la modification de bon nombre des paramètres de ces genres populaires de sorte qu’on aboutit à des textes qui transgressent à la fois les conventions de ces genres et celles des canons littéraires dominants. Il semble ainsi probable que ces genres transgressent également les modalités antérieures de représentation de ce peuple lui-même, devenu lecteur sinon auteur d’une littérature dont il peut désormais être sujet et objet.

 

L’objectif du colloque sera donc de s’interroger sur ces constructions diverses de l’imaginaire social du peuple tel que traduit dans les littératures orales et écrites des régions ayant le français en héritage de l’époque coloniale. Lorsqu’une oeuvre est destinée à un lectorat populaire, quel langage emploie-t-elle pour parler à ce «peuple» de lui-même ? Autrement dit, quand on quitte le champ de la production restreinte pour évoluer dans l’espace des formes hybrides, transgressives, ou encore dans celui de la production dite «paralittéraire», les représentations des classes et de la culture populaires, le discours déployé pour parler du peuple au peuple sont-ils encore les mêmes ? Quand l’oeuvre littéraire s’ouvre à un lectorat plus large, se rapproche de «la masse», assiste-t-on pour autant à la textualisation de discours et représentations créés «par le peuple pour le peuple» ?

 

 

Les propositions de communication d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, devront parvenir au plus tard le 15 janvier 2012 à l’adresse suivante : colloquepeuple@yahoo.ca

Blog : http://colloquepeuple.blogspot.com/

Comité organisateur : Françoise Naudillon, Christiane Ndiaye, Josias Semujanga

 

 

Responsable : Françoise Naudillon
Adresse : Madame Françoise Naudillon Département d’études françaises,Faculté des arts et des sciences Université Concordia,Pavillon McConnell, bureau : LB 639.051400, boul. de Maisonneuve Ouest Montréal (Québec) Canada, H3G1M8

Colloque – « Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Tirer un trait / Tisser des liens »

Le groupe de recherche sur la bande dessinée ACME (Université de Liège) organise du 16 au 18 novembre 2011 un colloque sur le thème «  Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Tirer un trait / Tisser des liens. ». L’ambition de ce colloque est d’aborder la bande dessinée dans ses manifestations les plus novatrices, subversives ou dissidentes, à l’échelle mondiale, en se focalisant sur les structures éditoriales qui relèvent ou se réclament entre autres dénominations de « l’indépendance ».

Le colloque aura lieu à l’Université de Liège, Place du XX-août, B-4000 Liège. L’accès est libre.
Ci-dessous le programme en français.

Programme du colloque

Mercredi 16 novembre 2011

 

(Salle Académique)

9h15 : Accueil

Séance 1 – Préambule

9h30 : Erwin Dejasse (Université de Liège), Figures et lieux de l’alternative : un état des lieux.

10h10 : Tanguy Habrand (Université de Liège), Édition établie, édition indépendante, édition sauvage : une approche institutionnelle.

10h50-11h10 Pause

Séance 2 – Rompre par le genre

11h10 : Pascal Lefèvre (Sint-Lukas Brussel & K.U.Leuven), Documentary comics, a typical genre of independent comics publishing?

11h50 : Catherine Mao (EHESS), La fortune d’un lexique : la bande dessinée autobiographique.

12h30-14h00 Pause

Séance 3 – Autoédition et Mythe des origines

14h00 : Sylvain Lesage (Université de Versailles-Saint-Quentin), Aux sources de l’indépendance ? L’auto-édition dans l’espace franco-belge, années 1970-1980.

14h40 : Christian Gast (Université de Cologne), Establishing Comix : Meet R. Crumb, the Magnate !

15h20 : Harry Morgan, Comment patrimonialiser des classiques de l’underground quand on fait une maison d’édition sur un coin de table ?

16h00-16h20 Pause

Séance 4 – Rencontre avec un auteur-editeur

16h20 : Thierry Van Hasselt (Co-fondateur des éditions Fréon devenues Frémok – Bruxelles)

En soirée : Repas facultatif au restaurant.

Jeudi 17 novembre 2011

(Salle Des Professeurs)

9h15 : Accueil

Séance 1 – Un mouvement planétaire

9h30 : Aleksandra Sekulic (University of Arts, Belgrade), Fanzine culture in Serbia – continuous flux of alternative : from Punk to Facebook.

10h10 : Pierre-Nicolas Van Aertryck (Université Saint-Joseph, Beyrouth), La bande dessinée libanaise : miroir grossissant / déformant de la production occidentale.

10h50-11h10 Pause

Séance 2 – La Flandre et les Pays-Bas

11h10 : Gert Meesters (Université de Liège), The reincarnation of independent comics publishing in Flanders.

11h50 : Rudi de Vries (University of Groningen), Pragmatic dependence or splendid isolation? The ambiguous position of independent comics publishers in the Netherlands.

12h30-14h00 Pause

Séance 3 – Le bassin anglo-saxon

14h00 : Aurélien Pigeat (Université de Paris III & VII), « Graphic Novel » contre « Comics mainstream » : deux itinéraires comme révélateurs de l’opposition.

14h40 : Charles Hatfield (California State University, Northridge), Do Alternative Comics Still Exist in North America ?

15h20 : Paul Gravett, States of Independence : The Shifting Landscape of British Independent Comics.

16h00-16h20 Pause

Séance 4 – Rencontre avec un auteur-editeur

16h20 : Jean-Christophe Menu (co-fondateur de L’Association et fondateur de L’Apocalypse – Paris)

En soirée : Projection de Poulet aux prunes de Marjane Satrapi au centre culturel Les Grignoux. Présentation du film par Dick Tomasovic et Björn-Olav Dozo (Université de Liège).

Vendredi 18 novembre 2011

(Salle Des Professeurs)

9h15 : Accueil

Séance 1 – Médiations de l’indépendance

9h30 : Benoît Berthou (Université de Paris XIII), Pour une autre commercialisation de la bande dessinée : Étude sur La Gazette du Comptoir des indépendants.

10h10 : Camille Escoubet, La bande dessinée indépendante exposée : Nouvelles tendances de la mise en exposition de la bande dessinée.

10h50-11h10 Pause

Séance 2 – Pérennité de l’alternative

11h10 : Sébastien Conard (Saint-Luc Gand & K.U.Leuven), Historical avant-garde and comics.

11h50 : Thierry Groensteen, De l’An 2 à Actes Sud, une alternative à l’alternative.

12h30-14h00 Pause

Séance 3 – Réinventer l’indépendance

14h00 : Jean-Matthieu Méon (Université Paul Verlaine-Metz), Le champ de la bande dessinée alternative nord-américaine et ses redéfinitions contemporaines : Pratiques éditoriales et discours critiques de l’éditeur PictureBox.

14h40 : Anthony Rageul (Université de Rennes), Comment l’appropriation des technologies par les auteurs peut-elle caractériser une bande dessinée numérique « alternative » ?

15h20-15h40 Pause

Séance 4 – Rencontre avec un auteur-editeur

15h40 : Jimmy Beaulieu (Co-fondateur des éditions Mécanique Générale et Colosse – Montréal)

En soirée : 18h : Vernissage de l’exposition « JC Menu » à la librairie Livre aux Trésors.

21h : Soirée de clôture au MadCafé animée par

DJ Fil Plastic, John Cockerill, et JC Menu.

Parution : groupe Acme, « L’Association. Une utopie esthétique et éditoriale »

Groupe ACME

L’Association. Une utopie éditoriale et esthétique
Les Impressions nouvelles
Essai / coll. Réflexions faites
20 x 24 cm / 224 pages
ISBN 978-2-87449-123-8
Novembre 2011
26 euros

Fondée en 1990 par un collectif d’auteurs, L’Association s’est imposée en deux décennies comme un pôle majeur de refondation de la bande dessinée. Avec un catalogue faisant la part belle à l’expérimentation, mais aussi à l’humour, au reportage et à l’autobiographie, la maison a contribué avec force à la reconnaissance de la bande dessinée. Elle a bouleversé le paysage du 9e art, imposant des auteurs majeurs comme Marjane Satrapi, Lewis Trondheim, Joann Sfar ou David B.
L’Association, Une utopie éditoriale et esthétique est le premier volume d’histoire et d’analyse consacré à ce projet à tous égards exceptionnel. Richement illustré, interrogeant l’économie globale du collectif, ses auteurs et ses réalisations, mais aussi ses crises de croissance, L’Association, Une utopie éditoriale et esthétique est aussi l’œuvre de passionnés de bande dessinée. Passant d’un chapitre chronologique à une étude sémiotique, d’un article critique à une analyse esthétique, l’ouvrage forme un ensemble généreux et passionnant. Il nous offre plus de deux cents pages d’images célèbres et de documents rares qui nous donnent envie de (re)découvrir les auteurs et les albums de L’Association. Bel hommage éditorial, ce superbe album donne à voir et à comprendre vingt ans d’édition et de croisades esthétiques.

Les auteurs

Le groupe ACME (Université de Liège) part de la conviction que la recherche universitaire doit faire entendre sa voix dans le discours sur la bande dessinée. Son nom fait explicitement référence au projet Acme Novelty Library de Chris Ware, dont le caractère inventif illustre la volonté innovatrice du groupe. Autre source d’inspiration éponyme et non des moindres, l’usine des cartoons de la Warner à la célèbre devise « A company that makes everything ». Plus qu’un clin d’œil, cette référence est l’affirmation d’une visée résolument interdisciplinaire.

Le sommaire

Introduction par Björn-Olav Dozo et Maud Hagelstein
De la marge à la pulpe. Une trajectoire éditoriale par Tanguy Habrand
Tribunes éditoriales par Tanguy Habrand
De la logique de guerre à la patrimonialisation par Björn-Olav Dozo
Les Fondateurs par Erwin Dejasse
L’autobiographie polyphonique. Trois livres fondateurs par Erwin Dejasse
Le cercle des initiés par Tanguy Habrand
Le reportage dessiné. Entre politique et esthétique par David Vrydaghs
Les Revues par Björn-Olav Dozo
La narration visuelle de L’Association. De Tintin à Lapin par Gert Meesters
L’OuBaPo par Gert Meesters
L’image a la parole. 73304-23-4153-6-96-8 par Christophe Dony
Comix 2000 par Christophe Dony
Capturer l’événement. Le style graphique « spontané » de Joann Sfar par Maud Hagelstein
Persepolis par Cindy Gabrielle et Gert Meesters
Les systèmes de la bande dessinée. L’expérimentation chez François Ayroles par Frédéric Paques
La Nouvelle Génération par Erwin Dejasse
Une planche de Manuel. Lecture sémiotique par Sémir Badir
Le regard interdit. À propos de Shenzhen de Guy Delisle par Dick Tomasovic

Voir la présentation à l’adresse : http://www.lesimpressionsnouvelles.com/catalogue/association/

Présentation publique du n° de la revue Anamnèse consacré à Lucien Goldmann

Présentation publique du n° de la revue Anamnèse consacré à Lucien
Goldmann

La revue Anamnèse a le plaisir de vous annoncer qu'elle organise une
présentation publique de son N°6 consacré au sociologue de la
culture Lucien Goldmann
(http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=result).

Celle-ci aura lieu le

MARDI 22 NOVEMBRE
DE 14H00 A 17H00

à l'Ecole Normale supérieure, 45, rue d'Ulm - 75230 Paris Cedex 05
dans la salle dite "le salon" (à coté du restaurant)

en présence d'anciens étudiants de Lucien Goldmann et de sa famille

Parution – Pierre Lassave, « L’Appel du texte. Sociologie du savoir bibliste »

Pierre Lassave, L’Appel du texte. Sociologie du savoir bibliste

Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. « Sciences des religions », 2011.

EAN 9782753517172.

210 p.

Prix 16EUR

Présentation de l’éditeur :

Sans qu’ils se définissent par une discipline ou une profession particulière, les « biblistes » témoignent-ils d’une compétence ou d’un métier spécifiques ? Peut-on parler d’eux comme d’un « collège invisible » ? L’enquête ethnographique tente d’y répondre en délimitant le noyau cognitif de l’exégèse critique, en explorant ses réseaux de sociabilité intellectuelle, en retraçant ses parcours individuels, en décryptant ses épreuves publiques. Se dessine de proche en proche un milieu fragile mais au savoir substantiel qui partage à l’échelle mondiale un commun « appel du texte ». Celui-ci qui se traduit par le sentiment de la pluralité des symboles et des significations d’une parole qui se veut pourtant unique.

Pierre Lassave, sociologue, est chercheur au Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux (EHESS-CNRS) et corédacteur en chef des Archives de sciences sociales des religions. Il est notamment l’auteur de Les sociologues et la recherche urbaine (1997), Sciences sociales et littérature (2002), Bible : la traduction des alliances (2005).

Sommaire :

  • Les savoirs de l’exégèse
  • L’évangile culturel
  • Colloques traversés
  • Formes de vie
  • Aventures médiatiques