Archives mensuelles : février 2012

Parution – « Collections in Context. The Organization of Knowledge and Community in Europe »

Collections in Context. The Organization of Knowledge and Community in Europe

Sous la direction de Karen Fresco & Anne D. Hedeman

Ohio State University Press, coll. « Text and Context », 2012.

EAN 9780814211717

400 p.
Prix 65,25USD

Présentation de l’éditeur :

 

The fourteen essays that comprise Collections in Context: The Organization of Knowledge and Community in Europe interrogate questions posed by French, Flemish, English, and Italian collections of all sorts—libraries as a whole, anthologies and miscellanies assembled within a single manuscript or printed book, and even illustrated ivory boxes.

Collecting became an increasingly important activity during the fourteenth through seventeenth centuries, when the decreased cost of producing books made ownership available to more people. But the act of collecting is never neutral: it gathers information, orders material (especially linear texts), and prioritizes everything—in short, collecting both organizes and comments on knowledge. Moreover, the context of a collection must reveal something about identity, but whose? That of the compiler? The reader or viewer? The donor? The patron?

With essays by a wide array of international scholars, Collections in Context demonstrates that the very act of collecting inevitably imposes some kind of relationship among what might otherwise be naively thought of as disparate elements and simultaneously exposes something about the community that created and used the collection. Thus, Collections in Context offers unusual insights into how collecting both produced knowledge and built community in early modern Europe.

Karen Fresco is associate professor of French and Medieval studies at the University of Illinois. Anne D. Hedeman is professor of art history and Medieval studies at the University of Illinois.

 

Parution – Fredric Jameson, « L’Inconscient politique. Le récit comme acte socialement symbolique »

Fredric Jameson, L’Inconscient politique. Le récit comme acte socialement symbolique

(Political Unconscious. Narrative as a Socially Symbolic Act – 1981)

traduit de l’anglais (US) par Nicolas Vieillescazes

Lyon : Questions théoriques, coll. « Saggio casino », 2012.

EAN 9782917131039.

480 p.

Prix 23EUR

 

Présentation de l’éditeur :

L’Inconscient politique est l’un des livres majeurs de la théorie littéraire et de la critique culturelle. Jameson y défend le primat de l’interprétation politique de la littérature, dans une opération de synthèse inédite : d’abord à l’intérieur de la tradition marxiste, pour réarticuler l’historicisme de Lukács, le structuralisme d’Althusser et l’utopisme de Bloch ; puis au sein des études littéraires, pour y subsumer de façon organisée les différentes méthodes disponibles dans la critique moderne – le formalisme du New Criticism, la mythocritique de Frye, la sémiotique de Greimas et des poéticiens français, l’influence des analyses structurales de Lévi-Strauss et de Lacan, et le post-structuralisme de la French Theory.

Le projet est ici de constituer une herméneutique marxiste totalisante et composite, attentive à explorer les multiples modes selon lesquels les textes, et spécifiquement les récits, mettent en acte des dynamiques de figuration, de déplacement et de refoulement des contradictions réelles et historiques propres aux formations sociales dans lesquelles ils sont apparus. Pour comprendre les opérations de cet « inconscient politique », Jameson lit les récits comme des dispositifs complexes et décentrés, des champs de force où s’affrontent des discours narratifs, génériques et politiques hétérogènes. Leur enjeu est le destin de la collectivité : ce sont des actes socialement symboliques.

Jameson s’attache plus particulièrement au roman du xixe siècle et à sa trajectoire, du romanesque au modernisme, dans les domaines français (de Stendhal au réalisme de Balzac) et anglais (de Gissing à Conrad). Au-delà d’une histoire du roman qui mettrait à l’épreuve sa « méthode » interprétative, L’Inconscient politique mène à bien une entreprise de médiation théorique ambitieuse entre trois niveaux d’analyse souvent déconnectés par la fragmentation disciplinaire : l’histoire des formes littéraires narratives et des fonctions qu’elles remplissent dans l’imaginaire social, la constitution de la subjectivité bourgeoise, et l’étude des différents stades de développement du capitalisme.

— avant-propos à l’édition française par Fredric Jameson
— postface : « L’Inconscient politique et l’herméneutique marxiste de Fredric Jameson : contextes, opérations, usages », par Olivier Quintyn

————————
SOMMAIRE
Avant-propos à l’édition française. . I

Préface. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Chapitre 1. De l’interprétation
La littérature comme acte socialement symbolique. . . . . . . . 15
Chapitre 2. Récits magiques
De l’usage dialectique de la critique générique . . . . . . . 127
Chapitre 3. Réalisme et désir
Balzac et le problème du sujet. . . . . . . 189
Chapitre 4. Un ressentiment * authentique
Discontinuités génériques et idéologèmes
dans les romans « expérimentaux » de George Gissing. . . 233
Chapitre 5. Romanesque et réification
Construction de l’intrigue et clôture idéologique
chez Joseph Conrad. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261
Chapitre 6. Conclusion
La dialectique de l’utopie et de l’idéologie. . . . . 359

Note du traducteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . 385

Fredric Jameson, « Métacommentaire » . . . . . 389

Postface par Olivier Quintyn
L’Inconscient politique et l’herméneutique marxiste
de Fredric Jameson : contextes, opérations, usages. . . . . . . . 415
Index. . . . . . . 463

————————
L’AUTEUR
Fredric Jameson [né en 1934 à Cleveland, Ohio], professeur à l’université de Duke en Caroline du Nord, est l’un des maîtres de la théorie critique dans le monde anglo-saxon. Entre littérature comparée, philosophie politique et critique de la culture, son projet théorique est fondé sur une pratique historiographique et une philosophie de l’histoire singulières, réassemblant comme autant de séquences (touchant à l’architecture, au cinéma d’auteur comme aux films de série B, à la vidéo et à la littérature) les éléments d’un « grand récit » possible de la postmodernité.

Bibliographie :
En français traduit de l’anglais (États-Unis) :
Fictions géopolitiques. Cinéma, capitalisme, postmodernité, tr. fr. Jennifer Verraes et Nicolas Vieillescazes, Paris, Capricci, 2011.
Penser avec la science fiction (Archéologie du futur, t. II), trad. Nicolas Vieillescazes, Max Milo, 2007.
La Totalité comme complot, trad. Nicolas Vieillescazes, Les Prairies Ordinaires, 2007.
Archéologie du futur, un désir nommé utopie, trad. Nicolas Vieillescazes et Fabien Ollier, Max Milo, 2007.
Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, trad. Florence Nevoltry, École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, 2007.
Terry Eagleton et Fredric Jameson, Nationalisme, colonialisme et littérature, Presses Universitaires du Septentrion, 1994.

 

Parution – Luc Boltanski, « Enigmes et complots – Une enquêteà propos d’enquêtes »

Luc Boltanski, Enigmes et complots – Une enquête à propos d’enquêtes

Paris : Gallimard, coll. NRF « Essais », 2012.

440 p.

EAN 9782070136292

23,90 EUR

Présentation de l’éditeur :

Pourquoi, au tournant des XIXe et XXe siècles, observe-t-on tour à tour : le développement du roman policier, dont le coeur est l’enquête, et du roman d’espionnage, qui a pour sujet le complot ; l’invention, par la psychiatrie, de la paranoïa, dont l’un des symptômes principaux est la tendance à entreprendre des enquêtes interminables, prolongées jusqu’au délire ; l’orientation nouvelle de la science politique qui, se saisissant de la problématique de la paranoïa, la déplace du plan psychique sur le plan social et prend pour objet l’explication des événements historiques par les  » théories du complot  » ; la sociologie, enfin, qui se dote de formes spécifiques de causalité – dites sociales -, pour détermine les entités, individuelles ou collectives, auxquelles peuvent être attribués les événements qui ponctuent la vie des personnes, celle des groupes, ou encore le cours de l’histoire ? La raison en est la conjoncture nouvelle que créent de profonds changements dans la façon dont est instaurée la réalité sociale. C’est à l’Etat-nation, tel qu’il se développe à la fin du XIX° siècle, que l’on doit le projet d’organiser et d’unifier la réalité pour une population et sur un territoire. Mais ce projet, proprement démiurgique, se heurte à une pluralité d’obstacles parmi lesquels le développement du capitalisme, qui se joue des frontières nationales, occupe une place centrale. Ainsi la figure du complot focalise des soupçons qui concernent l’exercice du pouvoir : où se trouve réellement le pouvoir et qui le détient, en réalité ? Les autorités étatiques, qui sont censées en assumer la charge, ou d’autres instances, agissant dans l’ombre, banquiers, anarchistes, sociétés secrètes, classe dominante, etc. ? Ainsi s’échafaudent des ontologies politiques qui tablent sur une réalité doublement distribuée : à une réalité officielle, mais de surface et sans doute illusoire, s’oppose une réalité profonde, cachée, menaçante, officieuse, mais bien plus réelle. Roman policier et roman d’espionnage, paranoïa et sociologie – inventions à peu près concomitantes – sont solidaires d’une façon nouvelle de problématiser la réalité et de travailler les contradictions qui l’habitent. Les aventures du conflit entre ces deux réalités – réalité de surface contre réalité réelle- constitue le fil directeur de l’ouvrage.

Le sociologue Luc Boltanski est né en 1940. Il est directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). De lui, les Editions Gallimard ont déjà publié La Condition foetale » (NRF Essais, 2004), La Souffrance à distance (Folio essais n° 488), De la critique (NRF Essais, 2009), L’Amour et la justice comme compétences (Folio essais n° 545) ainsi que, avec Laurent Thévenot, De la justification (NRF Essais, 1991) et, avec Eve Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme (NRF Essais 1999, Tel n° 380).