Archives mensuelles : mars 2012

Parution – Nathalie Heinich, « De la visibilité. Excellence et singularité en régimemédiatique »

Nathalie Heinich, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique

Broché
Paru le : 29 mars 2012
Editeur : Gallimard (Editions)
Collection : Bibliothèque Sciences Humaines
ISBN  : 978-2-07-012337-7
EAN : 9782070123377
Nb. de pages: 593 pages
Poids : 626 g
Dimensions : 13,9cm x 22,7cm x 3,9cm

Depuis l’invention de la photographie, les moyens modernes de reproduction et de diffusion de l’image des personnes creusent une spectaculaire dissymétrie entre celles qui sont reconnues et les autres.
Cette dénivellation de la  » visibilité « , forme moderne de la célébrité, crée un véritable  » capital « , qui peut se mesurer au nombre d’individus capables d’associer le nom et le visage de la personne reconnue. Pour Nathalie Heinich, les êtres dotés d’un tel  » capital de visibilité  » forment une nouvelle catégorie sociale, depuis le  » personnage  » qui fait parler de lui dans le village jusqu’à la  » star  » mondialement connue, élite aussi visible que peu objectivée.
Assimilant ce phénomène au paradoxe de la  » lettre volée  » d’Edgar Poe, elle montre combien il crève les yeux, à force d’être exposé aux regards, tout en demeurant quasiment invisible : situation d’autant plus paradoxale qu’elle s’applique à la capacité de certains d’être plus vus que d’autres. De fait, la célébrité est peu ou mal analysée et reste confinée à une approche étroite (un fan-club, une émission de téléréalité, une enquête sur la presse spécialisée).
À l’opposé, l’approche de Nathalie Heinich envisage la visibilité comme un  » fait social total  » qui engage toutes les dimensions de la vie sociale. Cette innovation entraîne un nouveau rapport entre vie publique et vie privée, une nouvelle échelle des valeurs sociales, de nouvelles formes de hiérarchies, non moins qu’une économie très lucrative : cinéma, magazines, marques. Prolongeant L’Élite artiste, paru en 2005 dans la même collection et déjà sous-titré  » Excellence et singularité en régime démocratique « , ce nouveau livre repose la question de la célébrité dans le cadre plus général de la singularité, dont elle montre comment, après s’être constituée en valeur avec l’avènement du régime démocratique, elle prend un exceptionnel essor dans le régime médiatique.

Sociologue et spécialiste de l’art, Nathalie Heinich est actuellement directrice de recherche au CNRS, au sein du Centre de recherche sur les arts et le langage.
D’elle, les Éditions Gallimard ont déjà publié États de femme. L’identité féminine dans la fiction occidentale (NRF Essais, 1996), L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique (Bibliothèque des Sciences humaines, 2005), Pourquoi Bourdieu (Le Débat, 2007).

Parution: « Mémoires du livre » (vol. 3, n. 1) – « Le livre et l’imprimé engagés »

Le nouveau numéro de Mémoires du livre / Studies in Book Culture (vol. 3, n. 1) vient de paraître.

Vous pouvez le consulter dès maintenant à l’adresse suivante : http://www.erudit.org/revue/memoires/2011/v3/n1/.

Volume 3, numéro 1, automne 2011

Le livre et l’imprimé engagés / Committed Books and Publications

Sous la direction de René Audet et Marie-Hélène Jeannotte

Parution – Opus n°19-20, « Le corps de l’écrivain »

LE CORPS EN AMONT

Le corps de l’écrivain I
Direction : Paul Dirkx

The body upstream. The writer’s body I
Opus-Sociologie de l’art n°19
ISBN : 978-2-296-56942-3 • février 2012 • 182 pages

Voir : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=numero&no_revue=122&no=36229
Le dossier « Le corps de l’écrivain » réunit un ensemble d’études dont chacune met en valeur une ou plusieurs caractéristiques sociohistoriques du corps de l’écrivain, ou plutôt des corps des écrivains. Le présent volume se concentre sur « Le corps en amont », c’est-à-dire que l’accent est mis sur le corps de l’écrivain avant et pendant l’acte d’écriture.

 

LE CORPS EN AVAL

Le corps de l’écrivain II
Direction : Paul Dirkx

The body downstream. The writer’s body II
Opus-Sociologie de l’art n°20

ISBN : 978-2-296-56943-0 • février 2012 • 152 pages
voir : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=numero&no=36230&no_revue=122
Le présent numéro déplace plus nettement le regard vers le texte et invite à observer ce que celui-ci, en tant que littéraire ou métalittéraire, contient du corps de l’écrivain, voire fait au corps de l’écrivain.

Journée d’études « Le manifeste artistique: un genre collectif à l’ère de la singularité »

Le manifeste artistique : un genre collectif à l’ère de la singularité

5 avril 2012

EHESS

Salle de séminaire, Centre d’Etudes Africaines  –  96 boulevad Raspail  –  75006 Paris

 

 

Le manifeste artistique est un genre qui résiste à la définition, un genre « protée » dont la nature est double, à la fois texte et geste. Au-delà de la dimension textuelle, le manifeste est l’acte de légitimation d’un groupe d’artistes, une intervention dans la sphère publique visant à définir une nouvelle position dans l’espace des possibles du champ. En tant qu’acte, le manifeste représente ainsi un objet d’investigation propice à l’étude des manifestations de l’art et de l’artiste dans une époque historique spécifique.
Si le manifeste littéraire et artistique est étroitement lié à la période des avant-gardes historiques, deux publications collectives récentes, L’art qui manifeste (A. Larue dir, Paris, L’Harmattan, 2008) et Le manifeste littéraire au tournant du XXIe siècle (I. Vitali dir, Bologne, Olschki Editore, automne 2010) ont cependant bien mis en évidence la continuité et  la vivacité du genre longtemps après la soi-disant « mort des avant-gardes ». Avec la présente journée d’études, qui voudrait considérer les manifestes des divers domaines de l’art, nous souhaitons poursuivre les chantiers ouverts par ces deux publications.
Plus particulièrement, nous nous proposons d’approfondir une évolution qui a été relevée par plusieurs chercheurs (A. Larue et A. Tomiche dans L’art qui manifeste, 2008) ; E. Bricco et P. Aron dans Le manifeste littéraire au tournant du XXIe siècle, 2010) : l’affaiblissement de la dimension collective constitutive du genre et l’avènement d’un manifeste lancé par un seul artiste. Il nous semble que ce phénomène témoigne d’une radicalisation de ce que N. Heinich (dans Être artiste. Les transformations du statut des peintres et des sculpteurs, Paris, Klincksieck, 1996) a défini comme le « régime de singularité » apparu à l’heure de l’autonomisation du marché de l’art et où se dessine la représentation de l’artiste en « génie isolé ». Pour être reconnu comme artiste dans la société moderne, son œuvre doit nécessairement être marquée d’une certaine individualité, originalité et excentricité par rapport aux normes, des critères qui, au fil du XXe siècle, ont entraîné un intérêt croissant pour la biographie de l’artiste.

Cette conception de l’artiste se reflète dans les manifestes contemporains et a pour résultat d’accroître la tension, qui a marqué le genre dès ses origines, entre le collectif et le singulier. Le manifeste porte en effet la trace d’un projet commun à un groupe d’artistes dont l’ambition est de construire une identité collective singulière. A partir de ces constats, nous nous proposons de problématiser la place que peut occuper ce genre collectif à « l’ère de la singularité » qui semble caractériser l’époque contemporaine. Comment l’affaiblissement du groupe en tant que noyau symbolique et identitaire influence-t-il les formes linguistiques du manifeste aussi bien que ses canaux de diffusion et ses enjeux symboliques et sociaux ? A travers l’étude de cas, issus du milieu des arts plastiques et de la littérature aussi bien que des arts visuels et de la musique, la réflexion proposée par la journée d’études s’articulera autour de deux axes principaux, l’un sociologique et l’autre discursif.

Programme : 

09h30 Ouverture

09h40 Viviana Birolli, EHESS : « Constitution et archéologie d’un genre : le cas des manifestes futuristes »

10h00 Élisabeth Spettel, Université Bordeaux III : « Le manifeste artistique : un « éternel retour » ? »

10h20 Discussion

10h50 Louise Morin, Université de Rennes II : « Occupation d’un lieu pour l’art et ses revendications »

11h10 Guillaume Sintès, Université Paris VIII : « Le manifeste en danse »

11h30 Discussion

12h00 Déjeuner

13h30 Camille Bloomfield, Paris VIII: « Les manifestes à l’Oulipo – disparition d’une forme ? »

13h50 Audrey Ziane, Université de Provence, Aix-Marseille I : « Les manifestes de Georg Baselitz entre 1961 et 1994 : altérité, intimité et exposition (hors) de soi »

14h10 Discussion

14h40 Ekaterina Nemenko, EHESS : « L’artiste et le groupe : sur le manifeste artistique « post-totalitaire » »

15h00 Sophie Dubois, Université de Montréal : « Le manifeste récupéré : réduire, réutiliser et recycler Refus global (Québec, 1948) »

15h20 Discussion

15h50 Pause

16h10 Célio Paillard, Université Paris 1-CNRS : « L’art numérique : théories manifestes et pratiques singulières »

16h30 Mette Tjell, EHESS : « Le manifeste sous l’emprise de la fiction : l’exemple du Caoutchouc décidément et du Post-exotisme en dix leçons, leçon onze »

16h50 Discussion

17h10 Table ronde et clôture de la journée d’études

17h40 Pot de clôture

Conference – « Literary Scholarship and Social Sciences: Opportunities for Dialogue »

Literary Scholarship and Social Sciences: Opportunities for Dialogue

 

International conference organized jointly by

Moscow Lomonosov University and Research University-Higher School of Economics

Moscow, March 15-17, 2012

 

 

March 15, Thursday, Moscow University

 

10.00-10.30 Opening

 

10.30-12.45  Thinking of Action

Moderator – Gasan Guseynov (Russian Presidential Academy)

 

10.30-11.30

Franco Moretti (Stanford University) Social networks, dramatic structures: a comparative assessment, Aeschylus to Ibsen.

Respondent – Mikhail Sokolov (European University in StPetersburg)  Social structures, dramatic networks: The dialectics of disciplinary imperialisms.

11.30-11.45 – Coffee break

11.45- 12.45

Lionel Ruffel (Paris 8 University/ Boston University) From Patrimonialization to Action: The Moment of the Contemporary in Literary Research.

Maria Maiofis (Russian Presidential Academy) Literary Diletantism as Political Action: “Pasquinade”Expertise in The Third Section of His Imperial Majesty’s Own Chancellery

 

12.45-13.30     Lunch Break

 

13.30-16.15     Understanding Experience

Moderator – Georg Witte (FU Berlin)

 

13.30-14.30  Ronald Schleifer (University of Oklahoma)“The Law that Governs the Future”:             Experience and the Humanities.

Respondent – Caroline Pelletier (University of London) The Simulation of Experience: Drawing on Literary Theory to Interpret the Experience of Medical Trainees.

14.30-14.45  Coffee break

14.45-16.15

Georg Witte (FU Berlin) Psychopoetics: The Emotional Experience of Reading Fiction.

Tatiana Venediktova (MSU) Reading “Wrong” as a Factor of Literary History. 

Natalia Samutina (HSE) Anthropology of Fanfiction: Harry Potter in a Russian Hospital and Other Kinds of Experiences.

 

16.15-16.45  Coffee break

16.45-18.30     Discussion. History of Literature and Literature in History. Literary Journal and Innovation in Literary Scholarship: New Literary History  and New Literary Observer

Editors-in-chief R. Felski (NLH) and I. Prokhorova (NLO), authors, critics, readers.
 

March 16, Friday

 

10.00-13.15     Interpreting Narration

                        Moderator –

 

10.00 – 11.00  Winfried Fluck (FU Berlin) Economics and Narrative.

Respondent – Vladimir Avtonomov (HSE) Narrative and Economics.

 

11.00-11.15 – Coffee break

 

11.15- 13.15

Mikhail Makeev (Moscow University) Morality and Economy in a Narrative Text: The Case of “The False Coupon”.

Johannes Woelz (Goethe-Universität Frankfurt)  A Nation of Fugitives: Narrating (In)security in the Antebellum United States.

Victor Vakhshtayn (Russian Presidential Academy) Beyond Rhetoric and Politics: Toward Rethinking of the Sociological Explanation.

Walter Geerts (University of Antwerp) The Case for the Hybrid Novel.

 

 

13.15- 14.00    Lunch

 

14. 00-18.00    Analyzing Imagination

 

Moderator – Anna Kostikova (Moscow University)

 

14.00-15.00    Boris Dubin (Levada Center) Imagination as Communicative Structure and Projection of Modernity.

Respondent – Anna Koneva (Russian Institute for Cultural Studies) Imagination as Generation of Possibility.

15.00-15.15    Coffee break

15.15-18.00

Denis Saint-Amand (Université de Liège)/Anthony Glinoer (University of Sherbrooke, Québec) Literary mediations, imaginaries, and sociological approaches.

Irina Popova (Institute of World Literature) Imagination vs. Understanding (Franciscan Ideas and Images in the Russian literature of 19th-beginning of 20th  Centuries).

Andrey Faustov (Voronezh State University) Imaginary Geography in the “Dream Text” of Russian Literature.

Odile Heynders (Tilburg University) The Bidimensional Being of the European Intellectual

Yan Levchenko (HSE) (Post)Soviet Artist Theorizing Himself: Alexey German

 

March 17, Saturday 

 

10.00-12.30 CASE STUDIES

 

Panel I (Russian) Literature and History

Moderator – Oleg Kling (MSU)

 

Dmitry Ivinsky (Moscow University) History of Literature and History Proper.

Olga Lebedeva (Tomsk State University) Novel and Philosophy in the 18th Century (Problem of Epistemicl Unity)

Alexander Yanushkevich  (Tomsk State University)  Carbonari Uprising Retold in Russian: Dialogue of History and Literature
Ilya Kukulin (HSE) Russian Writers’and Historians’ Competition in Depicting the National Past
Yelena Penskaya (HSE) « Writer’s Archive  » and State Institutions. Changing Practices in the XX-XXI Centuries.

 

Panel II (English) Literature and Forms of Communication

Moderator –  Diana Ignashev (Carleton College)

 

Alexandra Urakova (RSUH) Literary Gift: between Social and Aesthetic Experience.

Andrey Logutov (MSU) Parlor Song as a Literary and Social Practice in the 1850’s America.

Olga Panova (MSU) Arguing over “Bias”: A Case of Militancy vs. Objectivism in the Academic Discourse.

Sanna Lehtonen (Tilburg University) “Listen girl. Hitler is dead.” Reception of a female public intellectual on Finnish online discussion forums.

 

 

Panel III –Literature and Ideology

Moderator –

 

Mikhail Velizhev (HSE) – ?

Alexander Ivinski (Moscow Universoty) V. Petrov and the Glorious Carousel of Katherine II.

Kirill Zubkov (StPetersburg University)“The Hour of Awakening Has Come”: Ideology and Metaphor in the Russian Popular Poetry of the 1850s.

Nikolay Poselyagin (Moscow University) Writer at a Rally (2011/12)

12.30 -13.00 Lunch

13.00-15.00 Round Table: On the Uses of Literature

Moderator – Elena Penskaya (HSE)

 

Rita Felski (University of Virginia) Postcritical Reading.

Alexander Dolgin (HSE) ?

Мattias Freise (Universität Göttingen) Who helps whom in understanding what? Epistemological and analytic methods in literary scholarship and social science.

Olga Antsiferova (Ivanovo State University) Literature as Vicarious Experience:What Students in Philology Think of the Uses of Literature.

15.30 – Closing of the conference.