Archives mensuelles : juillet 2012

Appel – Colloque « Parti pris »

Avec ou sans parti pris

Colloque international pour souligner les cinquante ans de la revue Parti pris

organisé par le
Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ)
en partenariat avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec
(BAnQ)

Centre d’archives de Montréal, du 3 au 5 octobre 2013

Appel de communications

En octobre 2013, Parti pris aurait eu cinquante ans. Malgré sa brève durée de vie — tout juste cinq ans d’existence (1963-1968) — la revue a revêtu une telle importance, pour le Québec moderne, qu’une commémoration de son cinquantenaire s’impose. Plus qu’une invitation à fêter un anniversaire, nous voulons avant tout proposer de nouvelles lectures de Parti pris afin de réévaluer l’héritage que toute une génération de jeunes intellectuels, militants et engagés au sein de la revue, ont légué à leurs successeurs. Parti pris, qui se désignait comme une revue « politique et littéraire » dans son premier numéro, avant de se dire « politique et culturelle » dans les numéros subséquents, a largement débordé le cadre étroit d’une revue traditionnelle pour donner lieu à un phénomène social qui s’est prolongé dans les éditions du même nom (1963-1978). À l’heure des bilans intergénérationnels, il nous est apparu urgent de revenir à la revue qui a anticipé notre modernité, en questionnan!
 t ses pe
rcées et ses ratés, ses réussites ainsi que ses échecs. Il s’agit donc de rendre compte du rôle crucial que Parti pris a joué dans le façonnement de l’identité québécoise (politique, économique, intellectuelle, littéraire, artistique et culturelle), qu’elle a d’ailleurs contribué à « nommer » sans complaisance (vol. 1, nos 9-10-11 « Portrait du colonisé québécois » ; vol. 2, no 5, « Pour une littérature québécoise » ; vol. 2, nos 10-11 « La difficulté d’être québécois »), tout en pointant quelques limites idéologiques propres au contexte de l’époque.
	Parti pris — avec ou sans parti pris — parce que plus que toute autre manifestation du genre au Québec, il est difficile de parler « sans parti pris » d’une revue qui a fait de la prise de position sa raison d’être, sinon sa raison sociale. Et pourtant, il est plus que jamais nécessaire de tenter cet examen dans un esprit critique, quelles que soient nos propres sympathies (ou antipathies) idéologiques. Toutes les facettes de la revue sont propices à cet examen : sa dimension politique, socialiste et indépendantiste; sa laïcité résolue; sa façon de positionner la littérature face à la révolution; le laboratoire qu’elle a constitué pour penser dans le contexte québécois les théories de la décolonisation; son exploration de l’aliénation sociale, de la sexualité, du cinéma, du jazz, etc.
	Les personnes intéressées sont invitées à soumettre, avant le 1er octobre 2012, une proposition de communication portant sur l’une ou l’autre des problématiques abordées par la revue, sur un aspect formel ou thématique des numéros, la facture de la revue ou les formes d’engagement qu’elle a suscitées. À titre d’exemples, voici quelques pistes possibles de réflexion :
-	L’indépendance du Québec
-	La révolution nationale
-	Critique du nationalisme
-	Socialisme et syndicalisme
-	Laïcité versus cléricalisme
-	Le terrorisme et le FLQ
-	L’invention de la littérature québécoise
-	La question du joual
-	Sexualité et morale
-	L’enseignement au Québec
-	Information et désinformation
-	Aliénation et décolonisation
-	L’ONF et le cinéma québécois
-	Le jazz et autres manifestations culturelles
-	Montréal : problèmes d’une métropole
-	Les femmes et Parti pris
-	Le Québec face aux États-Unis
-	Parti pris et De Gaulle
-	Les manifestes de Parti pris
-	Parti pris face aux autres revues : Cité libre, Liberté, etc.
-	Parti pris dans la cité
-	Itinéraires d’écrivains à Parti pris
-	Parti pris face aux autres modèles révolutionnaires
-	Le concept d’action politique : tactiques et stratégies
-	Le Club Parti pris
-	Jeunesse et phénomène générationnel
-	Etc.

Veuillez acheminer votre proposition d’environ 250 mots en format word, accompagnée d’une brève notice biographique, à Patrick Poirier (patrick.poirier@umontreal.ca). 

Pour le comité d’organisation,
Gilles Dupuis (CRILCQ/Université de Montréal)

Comité d’organisation :
Gilles Dupuis (CRILCQ/Université de Montréal)
Karim Larose (CRILCQ/Université de Montréal)
Sophie Montreuil (BAnQ)
Frédéric Rondeau (CRILCQ/Université Laval)
Robert Schwartzwald (CRILCQ/Université de Montréal)

Secrétariat :
Patrick Poirier
Coordonnateur scientifique
CRILCQ/Université de Montréal
C.P. 6128, succ. Centre-Ville
Montréal (Québec)
H3C-3J7
Tél.: 514-343-6111, poste 0843
Courriel: patrick.poirier@umontreal.ca

Appel – « Etudes Coloniales et Postcoloniales : Entre Objectivité et Subjectivité »

Vème Colloque international
Les 3 et 4 décembre 2012
Etudes Coloniales et Postcoloniales : Entre Objectivité et Subjectivité

Nées dans les universités anglo-saxonnes depuis la fin des années 1970, les études postcoloniales (ou postcolonial studies) sont devenues, en l’espace de quelques années seulement, un incontournable courant de pensée dans les sciences sociales et humaines. Un courant de pensée et non une discipline car en dépit de tous les ouvrages et études publiés après le texte fondateur d’Edward Saïd l’Orientalisme, publié en 1978, aucune méthodologie cohérente n’a vu le jour, tant ce courant a connu des évolutions et des remises en question.
Il est vrai que c’est en partie dû au caractère transdisciplinaire des études postcoloniales qui, à leurs débuts, s’intéressaient au domaine de la littérature générale et comparée, voulant comprendre les mécanismes du colonialisme à travers sa production littéraire, notamment romanesque, avant de s’appuyer sur d’autres disciplines comme la sociologie, l’histoire, l’anthropologie, ou encore la linguistique. Mais cette situation est due aussi au manque d’intérêt porté à ces études de la part de ce qu’on appelle les « pays du sud », c’est-à-dire les pays qui avaient fait l’objet d’une colonisation, et qui continuent à souffrir de ses conséquences même après leurs indépendances. Aussi paradoxal que cela paraisse, ce sont uniquement les universités anglo-saxonnes (notamment américaines) qui portent un intérêt à ce domaine, alors que les pays « concernés » continuent à se figer dans un discours historique, qui ne tient pas compte des enjeux du monde actuel. En effet, le principal intérêt des études postcoloniales est l’articulation qu’elles permettent entre les périodes coloniale et postcoloniale dans les pays anciennement colonisés. En s’intéressant principalement au discours colonial, elle cherche à décrire comment sont perçus et représentés les colonisés durant et après la colonisation. Elle se distingue dans ce sens de l’intellectualisme militant, dont la dénonciation du colonialisme se basait sur des considérations politico-économiques.
L’Algérie, qui a longtemps souffert du colonialisme et ce durant plus d’un siècle, et à l’image des autres pays du sud, n’échappe malheureusement pas à cette réalité. En effet, les études postcoloniales demeurent encore un champ nouveau pour une large frange de la communauté universitaire, qui est souvent mis au second rang derrière l’Histoire qui s’intéressent uniquement aux événements, sans tenir compte de tout le discours qui a accompagné cette colonisation avant et après l’indépendance des pays. Ce colloque se veut donc, d’un côté, l’occasion de réfléchir sur les questionnements soulevés par les études postcoloniales et, de l’autre, une contribution à l’étude du discours colonial sur quelques pays anciennement colonisés en Afrique, comme l’Algérie par exemple, mais aussi dans les autres continents comme l’Asie (l’Inde par ex.).
Plusieurs thèmes et questions peuvent être abordés lors de cette rencontre. On retiendra, à titre indicatif, les axes suivants :
1/ Quels sont les objets et méthodes des études postcoloniales ?
2/ Comment les luttes pour les indépendances des pays ex-colonisés ont été représentées dans les productions littéraires ? et quelle image du colonisé est véhiculée dans cette littérature ?
3/ Rapports entre études postcoloniales et Histoire, notamment dans l’enseignement de l’histoire (références historiques dans les manuels scolaires, etc.).
4/ le discours colonial et ses manifestations dans les médias (cinéma, presse, BD…).
Les propositions de participation au colloque doivent parvenir au comité d’organisation jusqu’au 10-09-2012, délai de rigueur. Les communications sont acceptées en Arabe, en Français et en Anglais. Prière d’adresser vos propositions de sujets (en précisant l’axe) à : labo3lcha@aol.fr

Responsable : Laboratoire de Langues, Littérature et Civilisation/Histoire en Afrique (Algérie) & SARI-CICC (France)

Adresse : Faculté des Lettres, Langues et ArtsUniversité d’OranOran 31000Algérie

Appel à communications – Mémoire et littérature

Appel à communications à une journée d'étude en février 2013 sur le rôle notamment discursif de la littérature sur le travail de mémoire, de patrimonialisation et de réinvention du passé.

Voir le fichier joint
envoyé par Pierre Halen,
UFR Lettres et langues
Ile du Saulcy
F - 57045 Metz cedex 1

http://www.apela.fr/
http://www.univ-metz.fr/recherche/labos/ecritures/
http://univ-lorraine.academia.edu/PierreHALEN
JE_Fiche Contributions

Call for Papers – « Littérature comme journalisme »

Call for Papers

International Association for Literary Journalism Studies

 

 

“Literary Journalism: Text and Context”

The Eighth International Conference for Literary Journalism Studies (IALJS-8)

University of Tampere

School of Communication, Media and Theatre

Tampere, Finland

 

 

16-18 May 2013

 

 

The International Association for Literary Journalism Studies invites submissions of originalresearch papers, abstracts for research in progress and proposals for panels on Literary Journalism for the IALJS annual convention on 16-18 May 2013. The conference will be held at the University of Tampere in Tampere, Finland.

 

The conference hopes to be a forum for scholarly work of both breadth and depth in the field of literary journalism, and all research methodologies are welcome, as are research on all aspects of literary journalism and/or literary reportage. For the purpose of scholarly delineation, our definition of literary journalism is « journalism as literature » rather than « journalism about literature. » The association especially hopes to receive papers related to the general conference theme,“Literary Journalism: Text and Context. » All submissions must be in English.

 

The International Association for Literary Journalism Studies is a multi-disciplinary learned society whose essential purpose is the encouragement and improvement of scholarly research and education in Literary Journalism. As an association in a relatively recently defined field of academic study, it is our agreed intent to be both explicitly inclusive and warmly supportive of a variety of scholarly approaches.

 

Details of the programs of previous annual meetings can be found  at:

http://www.ialjs.org/?page_id=33


I. Guidelines for Research Papers

 

Submitted research papers should not exceed 7,500 words, or about 25 double-spaced pages, plus endnotes. Please regard this as an upper limit; shorter papers are certainly welcome. Endnotes and bibliographic citations should follow the Chicago Manual of Style. Papers may not be simultaneously submitted to any other conferences. Papers previously published, presented, accepted or under review are ineligible. Only one paper per author will be accepted forpresentation in the conference’s research sessions, and at least one author for each paper must be at the convention in order to present the paper. If accepted, each paper presenter at a conference Research Session may be allotted no more than 15 minutes. To be considered, please observe the following guidelines:

(a)   Submission by e-mail attachment in MS Word is required. No other format or faxes or postal mail submissions will be accepted.

(b)   Include one separate title page containing title, author/s, affiliation/s, and the address, phone, fax, ande-mail of the lead author.

(c)   Also include a second title page containing only the paper’s title and the paper’s abstract. The abstract should be approximately 250 words in length.

(d)   Your name and affiliation should not appear anywhere in thepaper [this information will only appear on the first title page; see (b) above].

 

II.      Guidelines for Work-in-Progress Presentations (Abstracts)

 

Submitted abstracts for Work-in-Progress sessions should not exceed 250 words. If accepted, each presenter at a conference Work-in-Progress session may be allotted no more than 10 minutes. To be considered, please observe the following guidelines:

(a)   Submission by e-mail attachment using MS Word is required. No other format or faxes or postal mail submissions will be accepted.

(b)   Include one separate title page containing title, author/s, affiliation/s, and the address, phone, fax and e-mail of the lead author.

(c)   Also include a second page containing only the work’s title and the actual abstract of the work-in-progress. The abstract should be approximately 250 words in length.

 

III. Guidelines for Proposals for Panels

 

(a)   Submission by e-mail attachment in MS Word is required. No other format or faxes or postal mail submissions will be accepted.

(b)   Panel proposals should contain the panel title, possible participants and their affiliation and e-mail addresses, and a description of the panel’s subject. The description should be approximately 250 words in length.

(c)   Panels are encouraged on any topic related to the study, teaching or practice of literary journalism. See http://www.ialjs.org/?page_id=21.

 

 

 

 

IV. Evaluation Criteria, Deadlines and Contact Information

 

All research paper submissions will be evaluated on originality and importance of topic; literature review; clarity of research purpose; focus; use of original and primary sources and how they support the paper’s purpose and conclusions; writing quality and organization; and the degree to which the paper contributes to the study of literary journalism. Similarly, abstracts of works-in-progress and panel proposals will be evaluated on the degree to which they contribute to the study of literary journalism. All submissions will be blind-juried, and submissions from students as well as faculty are encouraged.

 

Please submit research papers or abstracts of works-in-progress  presentations to:

 

Prof. Isabelle Meuret, Université Libre de Bruxelles (Belgium)

2013 IALJS-8 Research Chair; e-mail: <imeuret@ulb.ac.be>

 

Please submit proposals for panels to:

 

Prof. Rob Alexander, Brock University (Canada)

2013 IALJS-8 Program Co-Chair; e-mail: <ralexand@brocku.ca>

 

 

Deadline for all submissions: No later than 1 December  2012

 

 

For more information regarding the conference or the association, please go to http://www.ialjs.org or contact:

 

Prof. Bill Reynolds, Ryerson University (Canada)

IALJS President; e-mail: <reynolds@ryerson.ca>

 

Prof,. Norman Sims, University  of Massachusetts – Amherst (U.S.A.)

IALJS First Vice President; e-mail: <sims@honors.umass.edu>

 

Prof. Isabel Soares, Technical University Lisbon (Portugal)

IALJS Second Vice President; e-mail: <isoares@iscsp.utl.pt>

 

Prof. David Abrahamson, Northwestern University (U.S.A.)

IALJS Secretary-Treasurer; e-mail: <d-abrahamson@northwestern.edu>

 

Prof. Alice Trindade, Technical University Lisbon (Portugal)

IALJS Immediate Past President President; e-mail: <atrindade@iscsp.utl.pt>

 

Prof. John S. Bak, Nancy-Université (France)

Founding IALJS President; e-mail: <john.bak@univ-nancy2.fr>

Parution – Mémoires du livre / Studies in Book Culture

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la  parution du volume 3, numéro 2, de Mémoires du livre / Studies in Book Culture.

Voici le lien officiel : http://www.erudit.org/revue/memoires/2012/v3/n2/index.html.

Merci de diffuser cette information dans vos réseaux et d’en faire mention aux chercheurs susceptibles d’être intéressés par la thématique.

Cordialement,

Marie-Pier Luneau et Josée Vincent
Directrices
Mémoires du livre / Studies in Book Culture
Département des lettres et communications
Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke, Québec, Canada
J1K 2R1

Croqués par eux-mêmes. La société à l’épreuve du panoramique, dir. Nathalie Preiss & Valérie Stiénon | Interférences littéraires

Annonce de parution :
Dans son dernier numéro, la revue Interférences littéraires explore la littérature panoramique à travers un corpus multilingue.

Croqués par eux-mêmes. La société à l’épreuve du panoramique, dir. Nathalie Preiss & Valérie Stiénon

Résumé :

Interroger la pertinence de la notion de « littérature panoramique », appliquée par Walter Benjamin à un ensemble composite d’études de moeurs du XIXe siècle, à partir de corpus français, belge, anglais, allemand, espagnol, autrichien : tel est l’enjeu de ce numéro. Si ce modèle heuristique, emprunté au spectacle du panorama, semble bien rendre compte de la « pulsion scopique », liée à l’avènement de l’état social démocratique, qui sous-tend ces textes et se manifeste par des effets de spécularité et de réflexivité ; si, par sa vocation unifiante, elle met en lumière la dialectique du même et de l’autre, de l’universel et de l’individuel héritée des Lumières, qui les caractérise, elle peut aussi relever de l’illusion d’optique. On se livre donc ici à une critique de la raison panoramique, à une critique aussi de la raison critique en scrutant le moment où, dans chaque pays concerné, la « littérature panoramique » se constitue en objet d’étude et en question. Ce numéro se veut tout à la fois l’antichambre et le tremplin d’un site d’étude interdisciplinaire en préparation, « Sociorama », consacré à la littérature panoramique internationale.

Au sommaire du dossier :

Parution – « Fictions en quête d’auteur »

harline Pluvinet, Fictions en quête d’auteur

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2012.

314 p.

Prix : 18EUR.

EAN : 9782753520097.

Présentation de l’éditeur :

 

 

 

Dans les littératures européennes et nord-américaines publiées depuis la fin des années soixante-dix, les écrivains une nouvelle forme d’existence de l’auteur pour mettre à l’épreuve cette notion, interroger ses représentations imaginaires et rejouer ses postures. Les personnages sont attirés, dans une spirale négative, par la disparition et l’infamie tout en occupant une place centrale dans les récits qui accroît leur présence fictionnelle. Dans ce jeu de masque et de dévoilement, d’apparition et de disparition, l’auteur est en quête d’une redéfinition de son autorité, confiée à l’espace trouble de la fiction.

 

 

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon, agrégée de lettres modernes,Charline Pluvinet est docteur en littérature générale et comparée et membre du Groupe F (CELLAM, université Rennes 2).

 

Sommaire : 

 

L’auteur dans les genres fictionnels

  • L’écrivain comme personnage de roman
  • Des écrivains réels dans la fiction
  • Pseudonymes et hétéronymes

Le devenir hétéronyme de l’auteur

  • L’auteur entre fiction et réalité
  • Présence de l’auteur dans la narration
  • Dynamiques du personnage d’auteur

Négativité de l’auteur dans la fiction

  • Des auteurs en voie de disparition
  • Infamie de l’auteur

L’auteur à l’épreuve de la fiction

  • L’auteur, personnage de son oeuvre
  • Postures de l’auteur fictionnel
  • L’auteur qui reste

 

Url de référence :