Archives mensuelles : août 2012

Appel à contribution – Conférence Internationale sur l’héritage de Senghor pour l’Afrique et la Diaspora & Célébration des Héros panafricains

APPEL À RÉSUMÉS

La vie de Léopold Sédar Senghor et ses immenses réalisations témoignent de la quête par les Africains, sur le Continent et au-delà, pour restaurer leur dignité et leurs valeurs afin de reprendre leur marche en avant. Cette mission était profondément enracinée dans un irrépressible sens de son identité et de son propos. Avec le bénéfice du temps, que pouvons-nous apprendre de son héritage? En littérature aussi bien que dans l’élaboration des politiques de gestion des affaires publiques, les générations actuelles, et futures, peuvent-elles s’appuyer sur les connaissances accumulées en vue de façonner et influer sur le monde autour d’eux, selon leurs intérêts et leurs besoins ? Les résumés soumis devront couvrir l’un des sujets suivants:

A. En littérature

1. Impact de Senghor sur les générations passées, actuelles et futures de chercheurs en Afrique

2. Senghor en tant que porte-étendard des valeurs et de l’esthétique africaine

3. L’influence littéraire de Senghor sur les écrivains de la diaspora africaine

4. Leçons: comment mieux enseigner l’héritage de Senghor? Au Sénégal, en Afrique et dans la Diaspora?

B. En matière de politique publique et de gouvernance

1. Les conceptions de Senghor sur les systèmes de gouvernement adaptés au Sénégal et à l’Afrique

2. Les solutions de Senghor aux défis économiques du Sénégal et de l’Afrique

3. Les idées de Senghor quant au rôle de la diaspora dans le progrès de l’Afrique et ses efforts dans la promotion de l’unité africaine.

Prière de soumettre des résumés n’excédant pas 250 mots à l’adresse suivante: djilor2013@gmail.com

Prière également d’inclure dans vos soumissions: Nom, email et affiliation institutionnelle (le cas échéant) Date limite de soumission des résumés: le 26 Août 2012

Notification d’acceptation: 15 Septembre 2012.

La conférence internationale est associée à plusieurs évènements selon le planning ci-dessous:

1 – Réveillon du Nouvel An incluant la Diaspora africaine à Gorée – 31 décembre 2012 ;

2 – Une journée dédiée aux Héros Panafricains qui ont lutté pour la liberté et le progrès des Africains, où qu’ils se trouvent dans ce monde à Gorée 3 janvier 2013 3 – Une conférence internationale sur Senghor à Djilor – 4-7 janvier 2013.

E. Dovi Abbey Fondateur/Organisateur SOMPATT Forum

Pour tout complément d’information, on peut écrire également à : Raphaël Ndiaye représentant de la Fondation Léopold Sédar Senghor dans l’organisation de la conférence, à l’adresse suivante : araphaelndiaye@gmail.com.

source: Pierre Halen, Université de Lorraine

Colloque – « Roman francophon​e et figuration du monde »

UNIVERSITÉ LAVAL CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADAEN LITTÉRATURES AFRICAINES ET FRANCOPHONIE

Titulaire : Justin Bisanswa

COLLOQUE JEUNES CHERCHEURS 2013

« Roman francophone et figuration du monde »

Organisé avec Olga Hél-Bongo et Kasereka Kavwahirehi

 

La Chaire de recherche du Canada en littératures africaines et francophonie organise, les 29 et 30 avril 2013, à l’Université Laval, à Québec, un colloque international destiné aux jeunes chercheurs en littératures francophones.

Les historiens des littératures francophones s’accordent généralement à reconnaître des phases et des périodes dans l’émergence et l’évolution du roman francophone. Ils inventorient également une constellation de thèmes divers qui, selon eux, caractérisent ce roman : contestation de l’ordre colonial, dénonciation du « désenchantement du monde » lié aux nouveaux pouvoirs, déliquescence de l’État postcolonial, problèmes identitaires, dictatures, violation des droits humains, falsification de la mémoire, chaos, absurdité, traditions en opposition à la « modernité occidentale », immigration, métissage, etc. Ces traits ne sont pas spécifiques au roman francophone; leur agencement et la mise-en-intrigue, qui sont déjà une lecture du réel, assurent l’avènement du sens.

L’objectif de ce colloque est d’amener à rendre compte de l’ambition du roman à travers les âges et les littératures du monde, celle de parler au monde et du monde, c’est-à-dire d’être un puissant instrument d’exploration du réel, de figuration de l’histoire et du monde, d’analyse des rouages et des mécanismes sociaux. En ce sens, cette figuration aide à mettre en lumière la formation sociale dans son intégralité et dans ses mécanismes les plus élaborés. La fiction représente la machinerie sociale avec ses féroces rapports de domination, dans sa sournoiserie, dans sa dérision.  Elle peut aussi inventer des mondes possibles et plausibles.

Il s’agira de montrer, à même les textes, que, en dépit de ce qui les distingue, les romanciers francophones sont tous animés par une urgence et une pression aveuglante de faire entendre une parole prise sur l’imagerie sociale, la dialectique des rapports, les antagonismes entre vastes groupements sociaux (ou classes?) et sur l’histoire. Ce qui contribuera à montrer l’expérience de la singularité de chaque romancier dans l’articulation de son écriture et du monde.

Veuillez envoyer votre proposition de communication (15 lignes au maximum), accompagné d’un CV (de 5 lignes tout au plus, précisant votre statut et votre institution universitaire, vos publications et votre participation à des colloques), au plus tard le 31 décembre 2012, à l’adresse suivante :

jeunes.francophonie@fl.ulaval.ca

 

Responsable : Chaire de recherche du Canada en littératures africaines et Francophonie, professeurs Justin Bisanswa, Olga Hél-Bongo et Kasereka Kavwahirehi

Adresse : Justin K. Bisanswa, Professeur Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en littératures africaines et Francophonie Département des littératures, DKN 6243 Avenue des Sciences humaines, 1030 G1V 0A6

Annonce de parution : « La littérature des Physiologies. Sociopoétique d’un genre panoramique (1830-1845) »

Annonce de parution : Valérie Stiénon, La littérature des Physiologies. Sociopoétique d’un genre panoramique (1830-1845), Classiques Garnier, 2012.

Les Physiologies françaises déferlent sous la monarchie de Juillet. Emblématique d’une époque, ce genre apparaît, à la lumière d’une étude sociopoétique, comme le laboratoire de singulières identités d’auteurs et le creuset d’un projet fondamental de textualisation du social.

Valérie Stiénon est chargée de recherches du FNRS à l’université de Liège en Belgique. Elle a consacré sa thèse de doctorat à la littérature panoramique en France dans la première moitié du XIXe siècle. Ses travaux portent également sur la critique littéraire (Roland Barthes) et sur le récit d’anticipation dystopique dans le domaine francophone à l’époque moderne.

CFP – Politics and the Power of Print

POLITICS AND THE POWER OF PRINT – A BOOK HISTORY RESEARCH NETWORK STUDY DAY

Chetham’s Library, Manchester – 30th November, 2012.

From the pamphleteers of the English Civil War to the library of ‘Occupy Wall Street’, the image of the book has often been a central element of political propaganda. But in what ways have cultures of books and reading shaped political action and ideologies? Or, conversely, how has politics affected the form and understanding of texts?

We invite paper proposals relating to the theme of ‘Politics and the Power of Print’, from any historical period or geographical location, and relating to movements across the ideological spectrum. Please send proposals of no more than 300 words to Catherine Feely at cathfeely@gmail.com by 2nd October 2012.

 

Possible topics include, but are not limited to:

  • Political publishing, distribution and retailing networks
  • The translation and editing of political texts
  • Political libraries and reading groups, both physical and digital
  • Reading and local politics
  • Censorship and the freedom of the press
  • Political journals and newspapers
  • Pamphlets, leaflets and political ephemera
  • The occupational and industrial politics of printing/publishing
  • Politics and the novel
  • The iconography of the book/printing press in political communication

Colloque – « La grosse TINA : Archéologie littéraire et artistique de l’indignation politique »

La grosse TINA : Archéologie littéraire et artistique de l’indignation politique

Samedi 25 août

Université du Québec à Montréal (UQAM)

Salle NT2 (Pavillon Maisonneuve, B-2300 au 405 Maisonneuve Est)

Dans le cadre de son programme d’activités 2012/2013, le CRIST (Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes) organise sa Cinquième Conférence inaugurale sous la forme d’une rencontre collective portant sur l’indignation politique. L’idée de base en est de rechercher et penser des oeuvres qui, dans la littérature et les arts, ont thématisé cette action de contestation de l’ordre et en ont étoilé le sens, effectuant ainsi un travail de sédimentation dont les mouvements actuels de revendication sont à la fois le prolongement et la réinvention concrète.

Intervenants :

 

Marc Angenot (U. McGill)

Anne-Marie David (UdeM)

Sylvain David (U. Concordia)

Marion Froger (UdeM)

Bertrand Gervais (UQAM)

Geneviève Lafrance (UQAM)

Djemaa Maazouzi (UdeM/Lille 3)

Christiane Ndiaye (UdeM)

Olivier Parenteau (Cégep de Saint-Laurent)

Pierre Popovic (UdeM)

Régine Robin (UQAM)

Bernabé Wesley (UdeM/Montpellier)

 

 

Entrée gratuite

 

 

Les mouvements de contestation de la mainmise du néolibéralisme sur les esprits et sur la vie démocratique apparus sous diverses formes — révoltes et révolutions des «printemps arabes», occupations de lieux choisis («Occupy Wall Street»), mouvements sociaux («printemps érable»), manifestations de grande ampleur dans de nombreuses villes (Londres, Paris, Montréal, Madrid, Athènes,…) — ont été précédés ou accompagnés par des textes littéraires et par des oeuvres artistiques, dont il n’existe à l’heure actuelle aucun recensement complet et peu de ressaisies critiques. Durant cette journée, on tentera de présenter des lectures de quelques-uns de ces textes et de quelques-unes de ces oeuvres dans la perspective d’une sociocritique vouée par définition à tenter de comprendre les façons littéraires et artistiques de donner du sens à ce qui se passe. À côté de lectures de grands textes sur l’indignation politique (la lettre d’Olympe de Gouges contre l’arrestation des Girondins en juin 1793, l’indignation hugolienne face au coup d’état dans Napoléon le Petit, l’«Indignez-vous» de Stéphane Hessel traduit partout dans le monde), on retiendra des contributions portant sur des textes et des oeuvres produits depuis l’apparition de TINA.

TINA n’a cessé de grossir depuis le début des années 1980 et a survécu sans peine à la disparition de sa créatrice, Margaret Thatcher. La grosse TINA tire son nom du principe tory majeur qui scella l’alliance du néolibéralisme et du conservatisme : «There Is No Alternative.» Cette alliance, on le sait douloureusement aujourd’hui, a débouché sur des formes nouvelles de guerre et de colonialisme, sur l’importation dans la vie civile des techniques de surveillance et des mesures sécuritaires utilisées dans les «guerres [dites] asymétriques», sur la militarisation des espaces urbains (phénomène d’urbicide étudié par Kanisha Goonwardena et Stefan Kipfer, militarisation des villes étudiée par Stephen Graham), sur le règne de l’économisme et du clientélisme dans les administrations de l’enseignement supérieur et de la culture, etc. Il importe aujourd’hui à la fois de montrer la profondeur historique et culturelle de tout ce qui, sous la bannière de l’indignation et de l’occupation des lieux, s’est opposé à l’idéologème qui porte nom TINA et de mettre en évidence les formes contemporaines de ce désaccord vital, dont il faut parfois craindre qu’il sera toujours à relancer. Tout en lisant des textes  et des oeuvres d’art (quelques noms et titres pour donner une idée : Montréal brûle-t’elle ? d’Hélène Monette,Disparaissez les ouvriers de Christine Thépénier et Jean-François Priester, l’apparemment sans aucun rapport Indignation de Philip Roth, les «Montreal Diaries» de la revue n + 1, des essais comme Hope in the Dark de Rebecca Solnit ou Occupying Language de Marina Sitrin, les oeuvres murales de Diego Rivera, des raps comme Bank d’Astram, etc. etc.), on ne négligera pas de soumettre à la critique les réflexes immédiats des idéologues néolibéraux et conservateurs, prompts à lier ces mouvements d’opposition à la délectation morose devant les souvenirs de leur propre jeunesse (retour des «hippies» ou du «lyrisme»), à les ramener à des réactions «émotives» ou «infantiles», à les associer (comme par hasard) à des actions terroristes (des années 60 ou 70 ou d’aujourd’hui), à les taxer de jeunisme, d’antidémocratisme, de communisme, de socialisme, de maoïsme, de boboïsme, d’utopisme en culottes courtes, etc. etc. ad libitum.

La durée des interventions sera de quinze minutes afin de favoriser les échanges et les discussions.

 

Responsables scientifiques : Jean-François Chassay (UQAM)Anne-Marie David (UdeM),Sylvain David(U. Concordia)Geneviève Lafrance (UQAM). 

Url de référence :

CFP – Literacy’s Material Histories, NeMLA

CFP: Literacy’s Material Histories: American Sites and Scenes (Roundtable)

Northeast Modern Language Association Convention, Boston, March 21-24, 2013

Deadline: September 30, 2012

This roundtable will explore the cultural ecologies of literary forms
and practices in America, and invites submissions that explore
material places of American literary production, circulation, or
consumption. Relocating critical significance not only in the material
form of the text, but also in the local environments in which literary
products were produced, through which they circulated, and within
which they were consumed—in bookstores or on the subway, among library
patrons or on the road—this roundtable asks how particularities of
place condition social meanings of the literary.  By fostering a
focused exploration of literature and place across time periods, we
seek not only to expand the historical forms of literary practice but
also to question the critical boundaries and definitions of what
forms, practices, and spaces constitute “literary culture.”

We intend the roundtable to be as much an examination of method as a
discussion of discipline in literary and cultural studies. We hope to
give special attention to the emerging ways in which digital
humanities and archival practices may mutually elucidate the textures,
contours, and material histories of literacy by showing us new ways of
conceptualizing physical, social, and cultural networks. Key terms and
questions under consideration in this roundtable may include the form
and function of such networks and circles of influence, the role of
place in constructing literary communities, the relationship between
spatiality and temporality in American literary studies, the ways in
which books mediate the formation of cultural institutions, and the
tools and methodologies we can use to evoke new spatial readings of
American print culture. Other specific topics may include
non-traditional literary spaces, geography and print culture, or genre
as literary place.

Please send a 300-500 word abstract and brief biographical statement
to Jane Greenway Carr at jgc219@nyu.edu or Kristen Doyle Highland at
kdh253@nyu.edu by September 30.

Appel à communications – Colloque sur le radicalisme

Bonjour,

Je vous fais parvenir, en pièce jointe, un appel à communications pour un colloque interuniversitaire bilingue sur le radicalisme. Cet événement aura lieu les 24 et 25 janvier 2013 à l’Université de Montréal.

affiche_Conference_Radical2013
Cordialement,

Nicholas Giguère
pour le comité organisateur

Parution – John R.W. Speller, « Bourdieu and Literature »

John R.W. Speller, Bourdieu and Literature
Open Books publisher, 2011

Bourdieu and Literature is a wide-ranging, rigorous and accessible introduction to the relationship between Pierre Bourdieu’s work and literary studies. It provides a comprehensive overview and critical assessment of his contributions to literary theory and his thinking about authors and literary works.

One of the foremost French intellectuals of the post-war era, Bourdieu has become a standard point of reference in the fields of anthropology, linguistics, art history, cultural studies, politics, and sociology, but his longstanding interest in literature has often been overlooked. This study explores the impact of literature on Bourdieu’s intellectual itinerary, and how his literary understanding intersected with his sociological theory and thinking about cultural policy.

This is the first full-length study of Bourdieu’s work on literature in English, and it provides an invaluable resource for students and scholars of literary studies, cultural theory and sociology.

Introduction

1. Positions
The field of reception
The field of production
Lévi-Strauss and structuralism
The death of intellectuals
Post-structuralism
Appendix: the composition of Les Règles de l’Art

2. Methods
Epistemological preliminaries
The author’s point of view
The field of power
The literary field
Habitus and trajectory
The space of possibilities
World literary space
Appendix: Reflexivity and reading

3. Autonomy
The evolution of the literary field
Art and money
Zola and the Dreyfus affair
Reversals
Autonomy and value

4. Science and Literature
L’Éducation Sentimentale
‘Le démontage impie de la fiction’
Cross-overs
Fiction and realism

5. Literature and Cultural Politics
The production of the dominant ideology
‘La Pensée Tietmeyer’
On aesthetics and ideology
A politics of form
For a collective intellectual

6. Literature and Cultural Policy
Reproduction and distinction
Proposals for the future of education
Between the state and the free market
For a corporatism of the universal

Conclusion
References
Index

John R.W. Speller is Modern Languages Coordinator at the Technical University of Łódź in Poland. He is co-editing (with Jeremy Ahearne) a forthcoming special issue of Paragraph, Pierre Bourdieu and the Literary Field (2012) and edits the online resource http://bourdieuandliterature.com