Archives mensuelles : novembre 2012

Journée d’étude – « L’èthos du littéraire »

 

Samedi 8 décembre se tiendra, dans la salle Max Milner de la Sorbonne, la journée d’étude des jeunes chercheurs de l’ED 120, organisée par Mathieu Messager et Anne Sennhauser.

Elle sera consacrée aux diverses figurations de l’attitude lettrée dans la littérature contemporaine (1980-2010). Les différents intervenants se pencheront ainsi sur les questions suivantes : que nous dit l’écrivain – en son nom propre ou à travers ses masques – de son rapport aux Lettres ? Quelles visions de soi l’être littéraire cherche-t-il à faire passer ?
Vous êtes cordialement invités à cette journée, dont le programme figure en pièce jointe de ce message.

Journée d’étude : « l’èthos du littéraire ». Figurations de l’attitude lettrée dans la littérature contemporaine (1980-2010).

Samedi 8 décembre 2012 – 9h-17h30

Salle Max Milner – 17 rue de la Sorbonne 2e étage – escalier C

Programme – L’èthos du littéraire – samedi 8 décembre

 

Appel à contributi​on – (Bé)vues du futur. La dystopie par le texte et l’image (1840-1940​)

Veuillez recevoir ci-joint l’appel à contributions pour un ouvrage collectif sur le thème de la dystopie en mots et en images. (Bé)vues du futur – appel à contributions
 

Échéance : envoi des propositions avant le 1er février 2013.
Résumé : La dystopie conjugue l’anticipation rationnelle à un traitement déceptif ou critique. Cette double caractéristique la rend indissociable de la mise en scène visuelle inhérente à la projection dans le futur, imaginée ou figurée. Ce projet d’ouvrage collectif entend interroger les représentations dystopiques croisées entre le texte et l’image dans la production littéraire et artistique francophone entre 1840 et 1940, c’est-à-dire dans l’intervalle temporel qui va de la publication des premiers romans dystopiques illustrés (Émile Souvestre, Le Monde tel qu’il sera, illustré par Bertall, Penguilly et St-Germain, 1846) et de l’engouement pour l’esthétique romantique de la ruine, jusqu’au seuil d’un événement traumatique mondial qui renouvellera la dystopie en la dotant d’un imaginaire de la dissension et de la perte humaine. Au-delà de la production française, les études pourront s’étendre aux œuvres de Belgique, de Suisse et du Québec à la même période.

 

Parution – « Writing the Holocaust Today. Critical Perspectives on Jonathan Littell’s The Kindly Ones »

Writing the Holocaust Today

Critical Perspectives on Jonathan Littell’s The Kindly Ones

Aurélie Barjonet & Liran Razinsky

Rodopi, 2012

262 p.
ISBN : 978-9042035867. Prix : 55,00 €

http://www.rodopi.nl/senj.asp?BookId=FAUX+381

Originally written in French, The Kindly Ones (2006) is the first major work of the Jewish-American author Jonathan Littell. Its extraordinary critical and commercial success, spawning a series of heated debates, has made this publication one of the most significant literary phenomena of recent years.
Taking the Holocaust as its central topic, The Kindly Ones is a disturbing novel: disturbing in its use of explicit sexual descriptions, in its construction of a perverted psychic world, in its combination of accurate historical descriptions and myths, and in its repeated suggestion that Nazism does not, in fact, lie outside the spectrum of humanness. Due to its striking monumental proportions and the author’s provocative choice to recount historical events from the perpetrator’s perspective, this opus marks a significant shift within Holocaust literature.
In this volume, fourteen leading literary scholars and historians from eight different countries closely study this unsettling work. They examine the disconcerting aspects of the novel including the use of the Nazi viewpoint, analyze the aesthetics of the novel and its contradictions, and explore its relations with several literary traditions. They outline Littell’s use of historical details and materials and study the novel’s reception. This compilation of essays is essential to anyone intrigued by The Kindly Ones or by the Holocaust and who wishes to gain a better understanding of them.

TABLE OF CONTENTS

Introduction

The Book’s Provocation

  • Georges Nivat: Adelphic Incest in Musil, Nabokov, and Littell
  • Peter Kuon: From ‘Kitsch’ to ‘Splatter’: The Aesthetics of Violence in The Kindly Ones
  • Liran Razinsky: The Similarity of Perpetrators
  • Cyril Aslanov: Visibility and Iconicity of the German Language in The Kindly Ones

The Perpetrator’s Point of View

  • Catherine Coquio: ‘Oh my human brothers, let me tell you how it happened.’ (Who is the Perpetrator Talking To?)
  • Luc Rasson: How Nazis Undermine their Own Point of View
  • Aurélie Barjonet: Manufacturing Memories: Textual and Mnemonic Weaving in The Kindly Ones

Memory & Intertexts

  • Martin von Koppenfels: The infamous ‘I’: Notes on Littell and Céline
  • Leona Toker: The Kindly Ones and the ‘Scorched-Earth’ Principle
  • Sandra Janßen: The Perpetrator as a Totalitarian Subject: Allegiance and Guilt in The Kindly Ones

Historical Perspectives

  • Jeremy Popkin: A Historian’s View of The Kindly Ones
  • Hans-Joachim Hahn: ‘Morality’ and ‘Humanness’: Reading Littell with Speer, Fest, Syberberg and Others
  • The Reception of the Novel
  • Wolfgang Asholt: A German Reading of the German Reception of The Kindly Ones
  • Helena Duffy: La bienveillance de la critique polonaise. An Analysis of the Polish Reception of Les Bienveillantes

 

Lancement du site www.legremlin.org

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement du site du Gremlin (Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions) :

www.legremlin.org

Vous y trouverez entre autres des publications en libre accès et des informations sur les projets de recherche en cours.
Nous vous souhaitons une bonne visite du site.

 

Parution et exposition​ – « Écrivains : modes d’emploi »

Parution et exposition

Écrivains : modes d’emploi

 

Que représentent pour nous les écrivains ? Quels sont les territoires de ces étranges créatures que sont les créateurs de textes ? À quoi un écrivain s’emploie-t-il et quels emplois lui octroie-t-on ? En fonction de quels objectifs et dans quels contextes ? Dans cette perspective, l’écrivain, compris comme une figure agissant au sein de l’espace culturel, n’est pas un produit uniquement littéraire : il se trouve constitué par un faisceau de discours et d’images issus d’autres domaines que la littérature, qui lui impriment leur marque, avec lesquels il interagit. Ainsi l’écrivain devient-il une figure publique, mais aussi fréquemment sacralisée, politisée et, également, médiatisée de multiples façons (presse, radio, télévision). C’est à l’exploration de ces territoires de l’écrivain qu’invite le recueil L’Écrivain, un objet culturel et qu’approfondit l’exposition Écrivains : modes d’emploi, organisée par S. Laghouati, D. Martens et M. Watthe-Delmotte au Musée royal de Mariemont.

 

L’écrivain, un objet culturel, s. dir. David Martens & Myriam Watthee-Delmotte, Éditions Universitaires de Dijon, collection « Écritures », 2012. EAN13 : 9782364410343.

 

Qui ne connaît Proust ? mais qui l’a lu ? Les figurations de l’écrivain forment un support important de l’historiographie littéraire et culturelle. Or l’écrivain n’est pas uniquement le fils ou le père de ses œuvres, mais aussi le produit d’interactions entre plusieurs types de discours, tissés par différents médias. Comment donne-t-on à voir les écrivains ? Quels aspects sont-ils convoqués et à quelles fins, dans quels types de discours (politique, philosophique, psychologique, religieux…) ? Comment les arts graphiques, la photographie, le cinéma, les performances… contribuent-ils à l’appréhension des auteurs ? Dans quelle mesure et pourquoi une vision particulière d’un écrivain peut-elle, à un moment, s’imposer, disparaître, s’éloigner du discours auctorial ? Quelles sont les formes d’idolâtrie ou d’iconoclasme que les figurations traduisent, et selon quelles axiologies ? C’est à ces interrogations, qui mettent en question ce qu’est la littérature et ce que sont les écrivains, que se consacrent les contributions rassemblées dans
le présent ouvrage.

 

Écrivains : modes d’emploi. De Voltaire à bleuOrange, revue hypermédiatique, s. dir. Sofiane Laghouati, David Martens & Myriam Watthee-Delmotte, Musée Royal de Mariemont, 2012. EAN13 : 9782930469461.

 

Que représentent pour nous les écrivains ? À quoi servent-il ? Où et comment sont-ils visibles dans notre horizon quotidien ? Quels sont en somme les territoires de ces étranges créatures que sont les créateurs de textes ? Et en quoi ce qu’il nous est donné d’observer à leur égard nous éclaire-t-il sur leur activité ? En somme, que nous évoque cette étiquette dont nous savons qu’elle ne peut s’appliquer qu’à certains individus, doués d’une faculté particulière à écrire, mais qu’elle recouvre des réalités diverses et, à dire vrai, toujours un peu énigmatiques ? Si l’écrivain est l’auteur d’un discours appelé « littérature », il s’agit de se demander ce qu’il a de spécial, ce qui le distingue des auteurs qui produisent d’autres types de discours : l’historien, le juriste, le philosophe, le cinéaste, le publiciste… Pour y voir clair, il peut être opportun de se demander comment fonctionne un écrivain ? Quels en sont les modes d’emploi ? À quoi se sont-ils employés, et à quoi les a-t-on employés ? Car les écrivains se présentent et sont représentés dans des contextes éminemment variables qui font l’objet, au cours de l’histoire, de discours multiples, littéraires ou non.

Dans cette perspective, l’écrivain n’est pas un produit uniquement littéraire : il se trouve constitué par un faisceau de discours et d’images issus d’autres domaines que la littérature, et qui lui impriment leur marque. Qu’en est-il de l’écrivain lorsqu’il fait l’objet de discours journalistiques, philosophiques, psychologiques…, ou de représentations picturales, photographiques, cinématographiques… ? À quoi un écrivain s’emploie-t-il et quels emplois lui assigne-t-on ? En fonction de quels objectifs, dans quels contextes ? À quoi se trouve-t-il employé par d’autres discours ou supports de représentations et selon quelles finalités ? Sur le plan artistique, par exemple, pourquoi peindre, sculpter, photographier ou filmer des écrivains ? Comment comprendre le recours de la philosophie ou de la psychanalyse à des textes littéraires, à des figures d’écrivains particulières ou au paradigme de « l’écrivain » ? Quelle en est la nécessité propre à la discipline ou au média ? En quoi ces productions déterminent-elles l’image de l’écrivain et interagissent-elles avec ses conditions de travail et les modalités mêmes de sa création ?

C’est ces interrogations que le présent ouvrage, qui constitue le catalogue de l’exposition Écrivains : modes d’emploi (http://www.musee-mariemont.be), aspire à répondre.

Url de référence : http://www.musee-mariemont.be

 

Appel à communicat​ions – RT14 « Sociologie des arts et de la culture », 5e congrès de l’AFS

Veuillez trouver ci-dessous l’appel à communications du RT14 « Sociologie des arts et de la culture » pour le prochain congrès de l’AFS (Association Française de Sociologie) qui se tiendra à Nantes du 2 au 5 septembre 2013. A ce sujet, veuillez noter que la *date butoir pour l’envoi des propositions de communications pour le RT14 *est fixée au *samedi 19 janvier. * **

Appel à communications RT14 5e congrès de l’AFS NANTES 2013

International confer​ence – « Literature as Document »(5-7 Dec. 2012)

conferencePROPOSAL

Vous êtes cordialement invités à la première conférence internationale MDRN, intitulée «La littérature comme Document. Frontières génériques dans la littérature occidentale des années 1930» qui aura lieu les 5, 6 et 7 Décembre 2012 à la faculté des Arts et Lettres de l’université Catholique de Louvain (KU Leuven). La conférence est organisée par le groupe MDRN, avec le soutien du FWO (Fonds flamand pour la Recherche Scientifique).

Si vous avez la possibilité de vous rendre à Leuven, vous êtes également invités au vernissage de l’exposition Literature as Document: Visual culture of the Thirties qui accompagnera cette conférence. Elle sera visible à la Bibliothèque Centrale de l’Université du 5 décembre 2012 au 11 janvier 2013. Une exposition en ligne prendra ensuite le relais. Toutes les informations figurent sur le site Internet de la conférence: www.mdrn.be/LAD

Date : 5-6-7 Décembre2012

Langue : Français et Anglais

Heure : voir programmation

Entrée : Gratuite (mais aussi payant pour ceux qui veuillent faire partie comme membre inscrit à tous égards).

Lieu : Justus Lipsiuszaal (08.16) – Faculté des Arts et Lettres. Blijde-inkomststraat 21, 3000 Leuven

et MSI (Msgr. Scensie Instituut), Erasmusplein 3, 3000 Leuven

Informations : LAD@arts.kuleuven.be

Résumé : «La littérature comme Document. Frontières génériques dans la littérature occidentale des années 1930»

Qu’est-ce qu’un document? Défini sommairement, c’est un fragment du monde réel (une image, un son, un texte) qui peut être cité dans un texte littéraire. La littérature n’est pas seulement une structure qui s’ouvre à tout type de documents. Quand elle convoque des éléments documentaires ou quand elle est réutilisée dans d’autres textes, la littérature devient elle-même document, jusqu’à servir parfois de preuve historique.

Les relations entre littérature et document sont essentielles dans la littérature moderne et les années 1920 et 1930 constituent une période clé dans ce processus. Le phénomène s’explique par la disparition progressive du Symbolisme, de l’art pour l’art et d’autres écritures dépolitisées aussi bien que par le succès de médias visuels récents comme le cinéma. Ce nouvel intérêt pour le réel a été pour ainsi dire bien documenté en photographie, où différentes écoles se réfèrent à cette forme de réalisme, la Nouvelle Vision , la Nouvelle Objectivité et le « style documentaire » qu’Olivier Lugon analyse chez Walker Evans et d’autres. Les choses sont moins claires dans le domaine littéraire. Après Manhattan Transfer de Dos Passos (1925) et Berlin Alexanderplatz de Döblin (1929) pour le roman, et, pour la poésie les collages et d’autres pratiques ludiques avec des éléments non littéraires (dada, Cendrars, Nougé), l’idée de document et de documentaire est devenue incontournable dans les littératures européennes. Leur rôle a souvent été étudié sous le seul angle de l’hybridation de la littérature et du reportage, de l’art et du journalisme.

Le but de ce colloque est d’étudier en détail les relations entre le littéraire et le documentaire (en tant que mode ou style) aussi bien que celles entre la littérature et le document (en tant que genre ou pratique institutionnelle). Elle se concentre sur l’entre-deux-guerres, plus particulièrement sur la période autour de 1930, et sur les études de cas qui touchent à la question de l’impact du document et du documentaire sur les différents genres littéraires. Si les documents créent une hétérogénéité en littérature, ils engendrent aussi une hétérogénéité générique. Nous adaptons une approche comparative pour mieux comprendre les différences culturelles en Europe et entre traditions européennes et extra-européennes.

Qu’est-ce que MDRN?

MDRN ( « modern ») est un projet de recherche de grande ampleur porté par l’Université de Louvain (KU Leuven /GOA). Il se concentre sur une période variée et unique dans l’histoire littéraire qui est la première moitié du XXe siècle. MDRN examine les nombreuses façons dont, entre 1900-1950, la littérature s’est définie et légitimé dans chacune des grandes aires culturelles de l’Europe occidentale (anglaise, française, allemande, italienne, espagnole et néerlandaise). Elle étudie aussi les multiples fonctions de la littérature des études, ses histoires et ses médiatisations. Le projet poursuit un double objectif: approfondir notre compréhension de la littérature de la période moderniste, et, plus largement, développer une approche fonctionnaliste qui aborde dans ses multiples aspects l’identité dynamique de la littérature moderne de l’Europe occidentale. Pour plus d’informations sur le projet et l’ensemble de ses activités, consultez notresite web www.mdrn.be

You are hereby cordially invited to attend the first International Conference of the MDRN research group, entitled « Literature as Document. Generic boundaries in Western literature of the 1930s  » to be held on December 5, 6 and 7 at the Faculty of Arts and Humanities of the University of Leuven (KU Leuven). The conference is organized by the MDRN research group, with support from the FWO (Flemish Fund for Scientific Research).

If you have the opportunity to come to Leuven, you are also invited to the official opening of the exhibition related to the conference:Literature as Document: Visual Culture of the Thirties. The exhibition will be set up at the Central Library of the University from the 5th of December 2012 until the 11th of January 2013. An online version of the exhibition will be created afterwards. You can find all information on the website of the conference: www.mdrn.be/LAD

Date: 5-6-7 December 2012

Language: French and English

Time: see programming

Admission: Free (but also paying for those who want to join as a registered member in all respects).

Location: Justus Lipsiuszaal (8.16) – Faculty of Arts and Letters. Blijde-Inkomststraat 21, 3000 Leuven

and MSI (Msgr. Scensie Instituut) Erasmusplein 3, 3000 Leuven

Information: LAD@arts.kuleuven.be

Summary: « Literature as Document. Generic boundaries in Western literature of the 1930s « 

What is a document? Roughly speaking, we can define it as a real-world fragment (an image, a sound, a written text) that can be quoted in a literary text. Yet literature is not only a media structure that is able to open itself to all kinds of documents. By inserting documentary elements, or by being reused in other texts, literature may be seen as a document itself, and perhaps even as a part of historical evidence.

The relationship between literature and document is a central issue in modern literature, and the role of the 1920s and 1930s is key in this respect. This was in part due to the exhaustion of Symbolism and other l’art pour l’art and depoliticised ways of writing as well as to the success of recently emerged visual media such as cinema. This new concern for the real has been well documented, so to speak, in photography, where one finds various labels that refer to this particular form of realism, from New Vision and New Objectivity to what Olivier Lugon identifies as the « documentary style » in the work of Walker Evans and others. In literary studies however the picture is less clear. Following Dos Passos’ Manhattan Transfer (1925) and Döblin’s Berlin Alexanderplatz (1929) for the novel, and collages and games with non-literary elements in poetry (dada, Cendrars, Nougé), the notion of document and the documentary became ubiquitous in all European literatures. Their mapping has often been reduced to the hybridization of literature and reportage, of art and journalism.

The goal of this conference is to analyse in detail the relationships between the literary and the documentary (as modes or styles of writing) and literature and the document (as genres and institutional practices). We focus on the interwar period, more specifically on the years around 1930, foregrounding case study-related discussions on the impact of documents and the documentary on different literary genres. Documents create heterogeneity in literature; they also imply a heterogeneity in genres. We adapt the comparative approach to better understand cultural differences within Europe and between Europe and non-European traditions.

About MDRN

MDRN (“Modern”) is a large-scale KU Leuven-based research project (GOA) that focuses on a uniquely varied period in literary history: the first half of the twentieth century. MDRN looks at the many ways in which literature between 1900-1950 defined and legitimized itself in each of the main Western European traditions (English, French, German, Italian, Spanish and Dutch) and studies literature’s multiple functions, histories and mediatizations. The project has a double aim: to further our understanding of literature in the modernist period, and, more generally, to develop a multidimensional and functionalist approach to the dynamic identity of modern Western European literature. For more information on the project and all its activities, visit www.mdrn.be.

http://www.mdrn.be/LAD

 

 

Appel à contributi​on – « Écritures numériques et éditoriali​sation »

Écritures numériques et éditorialisation

Parallèlement au séminaire Sens Public « Écritures numériques et éditorialisation » organisé en partenariat avec l’IRI (http://seminaire.sens-public.org), qui se tient mensuellement, en duplex, au Centre Pompidou de Paris et à l’Université de Montréal, autre partenaire avec la MSH Paris Nord, la revue internationale Sens Public ouvre un dossier éditorial sur les questions de l’écriture numérique et de leur éditorialisation.

 

Argument

Les technologies numériques ont profondément changé notre culture. Il ne s’agit pas simplement de nouveaux outils mis à notre disposition : les pratiques numériques ont modifié notre façon d’habiter le monde. L’analyse du monde numérique doit donc être en premier lieu une réflexion sur la culture numérique et non seulement sur les outils. Pareillement, avec le changement des supports, des modalités de publication, des mécanismes de visibilité, d’accessibilité et de circulation des contenus, c’est l’ensemble de notre rapport au savoir qui se trouve remis en question.

En particulier, dans l’espace d’action qu’est aujourd’hui Internet, l’écriture occupe une place centrale. L’espace du web est un espace d’écriture. Interroger les pratiques d’écriture à l’ère numérique devient donc fondamental. Qu’est-ce qu’écrire ? Quelles sont aujourd’hui les modalités de l’écriture ? Quels sont les dispositifs de structuration et d’agencement des contenus en ligne ? Que devient l’auteur ? Quels modèles économiques faut-il imaginer ?

 

Dossier éditorial

Comprenant trois espaces apparentés et distincts, le dossier est ouvert à :

1) Des travaux théoriques portant largement sur l’écriture et le numérique – ces articles de réflexion et de recherche peuvent aborder des questions diverses telles que la littérature sur Internet, le multimédia, le rapport de la temporalité et de l’écriture, les nouvelles modalités de lecture et d’écriture, la fiction, l’auteur, les nouveaux réseaux d’édition, les nouveaux supports… à titre d’indication et pour exemple.

2) Des oeuvres créatives – cet espace créatif et artistique présentera des oeuvres originales, individuelles ou collectives, produites à l’aide des outils numériques afin d’en illustrer l’usage dans le domaine de la création.

3) Des études sur les questions de gouvernance – cet espace actualisera les réflexions contemporaines portant sur les questions économiques (par exemple la gratuité de contenus éditoriaux sur Internet, la question de leur financement, la concurrence des grands sites de vente tels qu’Amazon, le positionnement de Google…), sur les droits d’auteurs, sur l’éthique du Web (en rapport avec le flux commercial sur Internet ou la frontière du public et du privé), parmi d’autres possibles.

Edités sur la revue en ligne Sens Public, les propositions sont attendues à partir du mois de novembre 2012 jusqu’à avril 2013. Les travaux seront publiés entre le mois de décembre et le mois de mai, après soumission au Comité de lecture du dossier.

Réception des textes et contact : carole.dely@sens-public.org

Responsable : Revue Sens Public

Url de référence :
http://seminaire.sens-public.org/

 

Colloque – « A propos de l’auteur »

Colloque – « A propos de l’auteur »

Colloque international SBLGC / VAL, sous la direction de Matthieu Sergier (FUSL & UCL), Marc van Zoggel (VUB) et Hans Vandevoorde (VUB)

14 novembre 2012, Facultés universitaires Saint-Louis, Boulevard du jardin botanique 43, 1000 Bruxelles

URL de référence: http://www.val.ugent.be/2012

Matinée (9h00-13h00) – P61

9H00

  • Introduction par Matthieu Sergier (FUSL & UCL), Marc van Zoggel & Hans Vandevoorde (CLIC/ SEL-VUB)

9H10

  • Keynote: Ingo Berensmeyer (Universität Giessen/UGent): « The Genius and the Hive: Travelling Concepts of Authorship in Literature and Culture »

10H00-13H00 : Présentations des différents centres de recherche

  • Research on Authorship as Performance (Rap@ UGent): Gert Buelens & Marysa Demoor (UGent), presentation du projet, puis Alise Jameson, « Eighteenth Century Constructions of Authorship »; Lisa Walters, « Gender and Authorship in Early Modern England »; Jasper Schelstraete, « Stocks, Speculators, and Swindlers. Eden and transatlantic authorship ».
  • Groupe COnTEXTES: Laurence Van Nuijs (FWO/ KU Leuven), présentation des travaux puis « L’écrivain en régime journalistique: le cas de Bernard Frank »; David Vrydaghs (FUNDP), « Être auteur au sein d’un collectif. Le cas du surréalisme français »; Björn-Olav Dozo (ULg), « Approche socio-statistique du personnel littéraire. Le cas des jurés de prix contemporains ».

– Pause –

  • Centre de Recherche sur l’Imaginaire (CRI) & M.D.R.N.: Myriam Watthee-Delmotte (FNRS/ UCL), présentation du programme quinquennal « Figures, fonctions et territoires de l’écrivain »; Myriam Watthee-Delmotte (FNRS/ UCL) & David Martens (M.D.R.N.-KU Leuven), présentation de l’exposition « Écrivains: Modes d’emploi », puis du PAIIUAP « Literature and Media Innovations ».
  • Studiecentrum voor Experimentele Literatuur (SEL) & Centrum voor Literatuur, Intermedialiteit en Cultuur (CLIC): présentation par David Gullentops (VUB), « Critique génétique et intermédialité »; Kathleen Caenen (Vesalius), « L’émancipation juridique des auteurs féminins au sein du droit belge ».

Après-midi (14H-18H00) – P61

  • Groupe Analyse du Discours, ARgumentation, Rhétorique (ADARR): Galia Yanoshevsky (Tel Aviv), « La problématique de l’auteur au prisme de l’entretien littéraire ».
  • Centre d’études Médiévales et Post-médiévales (CEMEP): Jean-Claude Mühlethaler, Delphine Burghgraeve & Claire-Marie Lomenech (Lausanne), « Entre Moyen Âge et modernité: pratiques communicatives à l’époque de Charles VI ».

Sessions parallèles

15H15 – 17H30 : Session 1 : Ethè & Postures d’écrivains (P61)

  • Marie-Pier Luneau & Pierre Hébert (Université de Sherbrooke), « Préfaces auctoriales et nouveaux outils conceptuels en sociologie de la littérature ».
  • Gianpaolo Furgiuele (Université Lille III), « Posture et légitimation. Une nouvelle malédiction littéraire ».

– Pause –

  • Pascale Delormas (Université Paris-Est Créteil), « Les stratégies de légitimation auctoriale dans le champ littéraire ».
  • Kahina Gamar (Université de Montpellier 3), « La construction linguistique de l’image de soi dans les Lettres de Mme de Sévigné ».

15H15 – 17H30 : Session 2 : Champ littéraire et écrivains connectés (P60)

  • Joke Beyl (VUB), « Weblogs and (self-)representation: Studying the online encounter between literary writers and their readers »
  • Ugo Ruiz (Université de Paris IV/Université de Göteborg), « Auctorialité et présentation de soi dans les blogs d’écrivain ».

– Pause –

  • Nina Geerdink (Radboud Universiteit Nijmegen), « Female Entrepreneurship in the Literary Field: Women Writers and Earnings around 1700 ».
  • Gaston Franssen (Universiteit van Amsterdam), « Negotiating Literary Bestseller Authorship: The Case of Connie Palmen ».

17H30-18H00 : Session plénière – P61

  • Keynote: Michel Brix (Namur), « Une littérature sans auteurs? »