Archives mensuelles : mai 2013

CFP – « Reading and Writing from Below: Exploring the Margins of Modernity »

CALL FOR PAPERS

Reading and Writing from Below: Exploring the Margins of Modernity

20-22 August, 2014 Helsinki, Finland

Papers are invited which seek to contribute to the study of the social history of literacy and its connection to the advent of modernity. Modernity is here understood to have taken place anytime from the 17th to the 20th centuries, depending on the context. Literacy is meant not just as the ability to read and write but rather as the totality of processes and practices involved in the production, dissemination and reception of written texts, while the perspective ‘from below’ indicates that the focus is on nonprivileged people, their experiences and points of view.

Studying the literacy practices of people with little or no formal education from the lower strata of society challenges traditional dichotomies such as  manuscript vs print, oral vs. written and centre vs. periphery. This from below perspective also changes the  ways in which the processes of literacy education, acquisition and appropriation have previously been  understood, and thus invites a revision of social, cultural and literary history.

The language of the conference is English. Participants are welcome  from disciplinessuch as folklore studies, history, linguistics and literature. The proposed papers should focus on literacy and involve a ‘from below’ perspective. Suggested themes:

 Interface between the oral and the written

 Print cultures and scribal communities

 Sponsors of literacy

 Genres and source materials

 Conventions and traditions of reading and writing

 Early media and the public sphere

 Reading experiences

 Artefactual philology

 Popular prints

The programme will include plenary lectures held by Margaret Ezell and Jan Blommaert, a roundtable discussion and paper sessions. Each paper will be allocated 20 minutes plus 10 minutes for discussion. Abstracts of no more than 2000 characters(including spaces) should be sent to reading-conference@helsinki.fi by September 1st, 2013.

Notifications of acceptance will be communicated in November 2013.

Please include your name, affiliation and contact information in your abstract, in addition to a brief biography (max. 1000 characters).

The conference is organised by the research project Reading and writing from below: Toward a new social history of literacy in the Nordic sphere during the long nineteenth century (financed by the NOS-HS, 2011-2014).

Organising committee:

Anna Kuismin, Senior Fellow, Helsinki Collegium for Advanced Studies

Tuija Laine, Professor of Book History, University of Helsinki

Kirsti Salmi-Niklander, Academy Research Fellow, University of Helsinki

Laura Stark, Professor of Ethnology, University of Jyväskylä

Kristiina Anttila, Conference Assistant

 

http://blogs.helsinki.fi/nord-corp/research-objectives/

 

Parution – « Icônes littéraire​s et stéréotype​s sociaux – L’Image des immigrants galiciens en Argentine (1800-1960​) »

Xosé M. Núñez Seixas, Icônes littéraires et stéréotypes sociaux – L’Image des immigrants galiciens en Argentine (1800-1960)

Presses Universitaires de Franche Comté, coll. « Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté », 2013.

186 p.

EAN 9782848674483

8,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

Les immigrants galiciens, qui représentent environ 15% des Européens arrivés en Argentine entre 1840 et 1950, ont été l’objet d’un stéréotype négatif les présentant comme des êtres honnêtes, durs à la tâche, mais intellectuellement limités. Né à la fin du XVIIIème siècle, et renforcé par le sentiment antiespagnol du mouvement indépendantiste du XIXème siècle, ce stéréotype a survécu jusqu’à nos jours en s’adaptant aux vagues d’immigrations successives et aux mutations des vecteurs culturels (théâtre, cinéma, radio).  L’exemple des Galiciens d’Argentine illustre les modalités et les difficultés du processus d’intégration sociale et culturelle des immigrants européens dans les sociétés latino-américaines.

Spécialiste des nationalismes, de l’émigration européenne vers l’Argentine et d’histoire culturelle de la guerre, Xosé M. Núñez Seixas (Ourense, Galice, 1966) est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Ludwig-Maximilian de Munich.

 

Parution – « Littératu​re et anthropolo​gie »

Recherches et travaux, n° 82, 2013 : « Littérature et anthropologie »

Textes recueillis par Silvia Disegni et Michela Lo Feudo
Coordination éditoriale de Claude COSTE, Bertrand VIBERT

Grenoble : Ellug, 2013, 142 p.

EAN 9782843102486

Prix : 13 € TTC + 2,50 € de frais de port pour le 1er exemplaire commandé + 1,00 € pour les suivants

Pour de plus amples informations, vous pouvez consulter notre site internet :

http://www.u-grenoble3.fr/ellug/

 

Quelques lignes sur ce numéro
Depuis le XIXe siècle  jusqu’à nos jours, ce numéro, qui réunit des chercheurs français et italiens, montre comment littérature et anthropologie s’appellent  l’une l’autre, dialoguent et parfois se rejoignent.

Sommaire

Avant-propos par Silvia Disegni

QUESTIONS GÉNÉRALES

Le dernier des guépards : que partagent l’anthropologie et la littérature ?

Daniel Fabre

De l’ethnologie de la littérature à l’ethnocritique

Marie Scarpa

Littérature, anthropologie et critique thématique

Romano Luperini

LE VÉCU ET LA NARRATION

Les deux livres de l’ethnographe. Ethnologie et littérature en France entre 1930 et 1955

Vincent Debaene

Raconter des histoires est une chose sérieuse : L’Afrique fantôme de Michel Leiris

Alberto Sobrero

ÉTUDES DE CAS

Réalisme et « autre de l’art » dans les Contes de Champfleury

Michela Lo Feudo

Ethnocritique d’une fameuse casquette

Jean-Marie Privat

Croyances et superstition chez les Goncourt : romanciers et/ou ethnologues

Silvia Disegni

Cet avalement ritualisé des morts ou comment peut-on être chamane ?

Sur L’Enterrement de François Bon

Gilles Bonnet

THÈMES ET MYTHES

La puella venenata entre littérature et anthropologie

Carlo Donà

L’éternelle contemporanéité du passé (à propos d’Elie Wiesel)

Marcello Massenzio

 

Commande :

Vous pouvez commander cette revue chez votre libraire ou auprès du FMSH-Diffusion,

18-20 Boulevard Robert Schuman 94220 Charenton-le-Pont.

Tél . 33(0)1 53 48 56 30

Directement en  ligne sur le site http://www.lcdpu.fr

Ou auprès des ELLUG

Responsable : Ilka MILANOV

Url de référence :
http://w3.u-grenoble3.fr/ellug/index.html/

Adresse : BP 2538040 GRENOBLE CEDEX 9

Journée d’étude – « Amitiés et littérature »

 

Journée d’étude organisée par Michel Lacroix et Marie-Ève Riel (CRILCQ à l’UQAM)

Le vendredi 14 juin 2013, Salle des boiseries (J-2805), Université du Québec à Montréal

Programme

9 h 15 Accueil
9 h 30 Mot de bienvenue

Président de séance : Anthony Glinoer, Université de Sherbrooke

  • 9 h 45 « Collaboration littéraire entre amis : réflexions théoriques sur l’écriture en collaboration et étude du cas ambigu de Benjamin Constant et d’Isabelle de Charrière à travers leur correspondance. » MURIEL BASSOU, Université Grenoble 3
  • 10 h 15 « Les maisons de Théophile Gautier : enjeux méthodologiques et statut pour une étude des amitiés littéraires et artistiques de l’auteur. »  MARIE-CLÉMENCE RÉGNIER, Université McGill/École normale supérieure de Paris

10 h 45 Pause

  • 11 h 00 « Théories de la lecture amicale »  ÉTIENNE BEAULIEU, Cégep de Drummondville
  • 11 h 30 « Piston et dithyrambe. Ce que l’amitié fait aux groupes littéraires. »  DENIS SAINT-AMAND, F.R.S. – FNRS/Université de Liège

12 h 00 Dîner 

Président de séance : Michel Lacroix, Université du Québec à Montréal

  • 13 h 30 « Lettres, manuscrits et dons : les médiations de l’amitié littéraire. Le cas de Gustave Roud. » CLAIRE JAQUIER, Université de Neuchâtel
  • 14 h 00 « Jean Paulhan et la proximité critique du maître à penser »  LAURENCE CÔTÉ-FOURNIER, Université du Québec à Montréal
  • 14 h 30 « “Pour ne pas ajouter à la gêne qu’il aurait éprouvée” : les sociétés d’amis comme lieux de mémoire. »  MARIE-ÈVE RIEL, Université du Québec à Montréal

15 h 00 Pause 

Président de séance : Michel Biron, Université McGill

  • 15 h 15 « Les amitiés dans les trajectoires poétiques féminines au Québec au début du XXe siècle comme condition sine qua non de l’écriture. Le cas d’Alice Lemieux et de Thérèse Renaud. » ÉMILIE THÉORÊT, Université Laval
  • 15 h 45 « D’une amicale salutation. Relation d’adresse et interlocution chez Gaston Miron. » KARIM LAROSE, Université de Montréal

Journée d’étude – « Des producteurs à la production symbolique : intermédiations et circulations transnationales »

 

Demain mardi 28 mai aura lieu au CRESPPA-CSU la journée d’étude « Des producteurs à la production symbolique : intermédiations et    circulations transnationales ».
Vous en trouverez le programme ci-dessous.

 

Journée d’étude du CSU-CRESPPA 

Des producteurs à la production symbolique 

Intermédiations et circulations transnationales 

Mardi 28 mai 2013 – 9h30-17h

59-61 rue Pouchet

L’objectif de cette journée est de faire dialoguer des travaux en sociologie des arts et des idées autour de deux fils thématiques qui ont en commun de décentrer l’analyse de sa focalisation habituelle sur les producteurs nationaux. La sociologie de l’intermédiation culturelle s’intéresse à l’ensemble des activités dédiées à la mise en relation de producteurs et de consommateurs de biens symboliques : sélection et mise en forme de l’offre, prospection et canalisation de la demande, valorisation et conversion de capitaux (économiques, politiques, artistiques ou encore scientifiques). La sociologie des circulations de producteurs ou de biens symboliques et celle des industries culturelles s’intéressent à la manière dont les rapports de force et de sens qui définissent les activités artistiques et intellectuelles se jouent au-delà de ou « sur » les frontières nationales. En prenant pour objet des agents et des activités situés aux frontières ou à la jonction de différents espaces (trans)nationaux, ces deux entrées obligent dès lors à des démarches réflexives qui ne présupposent pas les frontières entre champs, mondes ou marchés, entre groupes sociaux ou professions, mais observent plutôt comment les agents les fabriquent, les surveillent, les déplacent, les transgressent ou les solidifient.

9h00-9h30 : accueil / petit déjeuner

 

Introduction : Hervé Serry, Audrey Mariette,        Olivier Roueff (CSU-CRESPPA)

 

Session 1 : Artistes, intellectuels, intermédiaires : interdépendances et luttes de territoires

Boris Attencourt (CESSP-CSE) : « Le Collège international de philosophie (1983- 2010) : de l’académisme d’ »avant-garde » à la lutte pour la visibilité « intellectuelle » »

Marjorie Glas (IRIS) : « Prescrire, produire, distribuer : la montée en puissance du metteur en scène et du programmateur au sein du champ théâtral français, 1968-1990 »

Jérémy Sinigaglia (SAGE) : « Les coordinations militantes comme intermédiaires collectifs du travail artistique »

Aurélie Pinto (CURAPP) : « Salles Art et essai et Arthouses : transferts symboliques entre Paris et New York

Discutantes : Violaine Roussel (LabTop), Delphine Naudier (CSU-CRESPPA)

 

12h30-14h00 : repas

 

Session 2 : Les frontières de la culture : circuits, échangeurs et obstacles

Romain Lecler (CESSP-CRPS) : « « Nous, on respire international ». Les distributeurs internationaux de cinéma et télévision »

Etienne Ollion (CSO) : « Agents de la circulation. Les responsables du plaidoyer, médiateurs invisibles dans les relations internationales »

Claire Ducournau (CESSP-CSE) : « Le rôle des intermédiaires dans la fabrication transnationale de la littérature africaine depuis les années 1980 » Thomas Brisson (LABTOP) : « Pour une analyse des courants intellectuels transnationaux : le cas de Tu Weiming et du Nouveau Confucianisme »

Discutants : Laurent Jeanpierre (LabTop), Sébastien Lemerle (CSU-CRESPPA)

 

Conclusion : Bernard Pudal (CSU-CRESPPA)

17h00-18h00 : pot de clôture de la journée

Colloque – « New Directions in South African Theatre Today: Circulaion, Evolutions, Adaptations »

 

Vous voudrez bien trouver ci-après le programme du symposium New Directions in South African Theatre Today, qui se tiendra les 06 et 07
juin 2013 à la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse II Le Mirail.

Ce symposium, qui fait partie du programme officiel de la Saison de l’Afrique du Sud en France, sera précédé de plusieurs manifestations
en collaboration avec divers partenaires. Toutes les manifestations indiquées sont ouvertes au public, l’accès à l’atelier de Creative
Writing et à la Masterclass de pratique théâtrale étant toutefois soumis à une inscription préalable dans la limite des places disponibles.

Lien vers le programme et la fiche d’inscription: http://w3.cas.univ-tlse2.fr/spip.php?breve69
Contact: rogez@univ-tlse2.fr

New Directions in South African Theatre Today:
Circulation, Evolutions, Adaptations

Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes (CAS EA801), Université de Toulouse II Le Mirail
en collaboration avec / in collaboration with Rhodes University Drama Department

Symposium, 06-07 juin 2013 / Symposium, 06-07th June 2013

PROGRAMME

Jeudi 06 juin / Thursday June 06
(MIE, Bâtiment 31 LA28, Maison de la Recherche D155, Université
Toulouse II Le Mirail):

09h00 – 12h00
Atelier d’écriture / Workshop in creative writing (Bâtiment 31, LA 028)
Masterclass de pratique théâtrale / Masterclass in theatre practice (MIE)
Craig Higginson, Mike van Graan
Alex Sutherland, Rhodes University Drama Department

Maison de la recherche, salle D155
14h00 – 14h15   Ouverture du symposium / Symposium Opening

Session 1 Apartheid and After
Présidente de séance / Chair: Christiane Fioupou (CAS)
14h15 – 15h30 Conférence plénière / Keynote address:
Anne Fuchs (Université de Nice): “Building on the Theatre of
Apartheid: Shaky Ground for New Constructions?”

15h30 – 16h00 Pause café / Coffee break

Session 2 Collective Collaborations in a Post-Apartheid South Africa
Présidente de séance / Chair: Christiane Fioupou (CAS)
16h00 – 16h45
Vicki Briault-Manus (CEMRA, Université Stendhal-Grenoble 3): “What
Became of the Botsotso Jesters?”
16h45 – 17h30
Hélène Schwitzer (Université Aix-Marseille): “Theatre and Development
in Today’s South Africa. ‘Like yeast works through the dough’: Theatre
Artists as Active Agents of Change”
17h30 – 18h15
Heike Gehring (Rhodes University Drama Department): “Lady Anne: A case
study in collaboration to renegotiate history”

20h00   Banquet pour les participants / Dinner in town for participants

Vendredi 07 juin / Friday June 07 (Maison de la Recherche D29, Université Toulouse II Le Mirail):

09h00 – 09h30 Accueil et café / Coffee

Session 3 In their Own Words: South African Playwrights
Présidente de séance / Chair: Mathilde Rogez (CAS)
09h30 – 10h15
Craig Higginson (Market Theatre): “The Dialogic Imagination in
Contemporary South African Theatre”
10h15 – 11h00
Mike van Graan (African Arts Institute): “Theatre and the
Post-Apartheid South African Condition”

11h00 – 11h30 Pause café / Coffee break

Session 4 Table ronde / Panel discussion: Theatre and Social Change
Présidente de séance / Chair: Heike Gehring (Rhodes University)
11h30 – 12h30
Alex Sutherland, James Ngcobo, Awelani Moyo, Mandla Mbothwe

12h30 – 14h00 Déjeuner / Lunch (buffet)

Session 5 In their Own Words: South African Directors
Présidente de séance / Chair: Alex Sutherland (Rhodes University)
14h00 – 14h45
Jay Pather (Gordon Institute for Performing and Creative Arts,
University of Cape Town): “Deconstructing the Well-Made Play: Public
Arts Intervention”
14h45 – 15h30
Mark Fleishman (University of Cape Town): “Lapsing into Democracy: the
state of theatre in the transitional state”

Session 6 Identity, Authenticity, and the Stage
Président de séance / Chair: Philippe Birgy (CAS)
15h30 – 16h15
Max J.A. Rayneard (Colgate University): “Adapting Authenticity:
Moffie, The Cradle of Humankind and Exhibit A”
16h15 – 17h00
Amy Louise Wilson (University of Cape Town): “Wat Kyk Jy? Performance,
Persona and Identity in the Work of Die Antwoord”

17h00 – 17h30 Pause café / Coffee break

17h30 – 18h00 Lecture / Reading: Extraits de pièces sud-africaines /
Excerpts from some South African plays : The Suit (Can Themba), Dream
of the Dog (Craig Higginson), Green Man Flashing (Mike van Graan)
Aurélie Guillain (CAS), Compagnie Les Sœur Fatales.

Manifestations culturelles, mercredi 05 juin 2013 / Cultural events,
Wednesday 05th June 2013

PROGRAMME

17h30 – 19h00 Lycée Saliège : conférence et débat / lecture and
debate: «Theatre and Politics»
Craig Higginson, Mike van Graan (tbc), James Ngcobo (tbc)
Mathilde Rogez (CAS – UTM)

19h30 – 20h30 Librairie Oh les beaux jours : Lecture et débat  / Oh
les beaux jours, bookshop: Reading and debate
Craig Higginson, Mike van Graan (tbc), James Ngcobo (tbc)
Mathilde Rogez (CAS – UTM)
Eléonore Lou-Sih, association Garonafrique

contact: rogez@univ-tlse2.fr

Appel à communications – Colloque « L’Autre et ses représentations dans la culture arabo-musulmane »

Colloque international – « L’Autre et ses représentations dans la culture arabo-musulmane »

Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3
21-22 novembre 2013
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

S’il existe en Occident, et ce depuis le Moyen-Age,  de très nombreux écrits ayant pour objet d’étude l’ « être arabe », à travers lesquels des intellectuels occidentaux ont essayé, au fil des époques, d’appréhender l’altérité arabo-muslmane selon différents prismes (religieux, philosophique, politique, ethnologique ou sociologique), qu’en est-il du monde arabo-musulman ? Quelle place les intellectuels de ce monde ont-ils assignée à l’Autre ?

L’essayiste Abdellah Laroui postule : « Sans remonter aux exemples classiques de Mas’ûdi et Birûni, on peut soutenir que les Lettres persanes ne furent pas seulement un artifice littéraire, qu’il en exista de réelles sous diverses formes… »
Pour abonder dans ce sens, on peut en effet rappeler qu’au cours de son histoire, le monde arabo-musulman, à travers ses voyageurs, ses ambassadeurs, ses commerçants ou ses armées, a été en contact avec une multitude de civilisations et de peuples étrangers qui, en intégrant l’Empire musulman, sont devenus d’importants acteurs et promoteurs de son développement et du rayonnement de sa civilisation.

Au sein de cette nouvelle aire culturelle qu’on nomma « terre d’islam », principalement caractérisée par sa diversité sociale et ethnique et dans laquelle en tout cas les Arabes sont devenus minoritaires, comment a-t-on défini l’ « Autre »? Quelles représentations s’en est-on faites ? Est-ce qu’on considérait un Indien, un Persan ou un Grec de la même manière qu’un Chinois, un Berbère ou un Africain ?

Un certain « relativisme » a pu caractériser les représentations arabo-musulmanes de ce qui était ressenti comme « externe » durant la période où le monde arabo-musulman a exercé sur une grande partie du monde une position de domination, mais avec l’effondrement de l’Empire, ce mode d’appréhension s’est progressivement fissuré. Une autre donne est venue bouleverser la vision que les intellectuels arabo-musulmans se faisaient de l’ « Autre » : l’émergence de l’Occident comme nouvelle puissance moderne qui non seulement a menacé  la suprématie de leur civilisation mais a même réussi à les assujettir.

Abdellah Laroui écrit encore : « Depuis trois quarts de siècle les Arabes se posent une seule et même question : «  qui est l’autre (…) ? Après s’être appelé pendant longtemps, Chrétienté et Europe, il porte aujourd’hui un nom, vague et précis  à la fois, celui d’Occident. »
Cet « Autre » occidental et ses avatars ne cesseraient donc de hanter l’imaginaire et la conscience de l’individu arabe, mais selon des modalités pour le moins variables, ne serait-ce qu’en fonction des époques. Si certains intellectuels à l’image d’un Tahtawi, voyaient en lui, et par extension le monde qu’il représente, un symbole de progrès et de modernité, d’autres tels que Hassan Hanafi, plus marqués par l’épisode colonial, investissent l’altérité d’une signification antithétique en considérant l’ « Autre » comme un ennemi, « un serpent à extirper de son ventre ». D’autres encore, tel Edward Saïd, en contestant la chosification et l’artificieuse « orientalisation » occidentale du monde arabe, essaient d’élaborer un nouveau discours afin d’édifier de nouvelles représentations de soi,  que certains chercheurs qualifient aujourd’hui de postcoloniales, parce que débarrassées de l’hégémonie occidentale.

Notre propos est de mettre au jour et d’approfondir ces différentes appréhensions de l’altérité. Nous envisagerons l’« Autre » dans une acception métonymique pouvant renvoyer à un large ensemble, culturel, politique, géographique, identitaire… Quant au terme « représentation », il peut être entendu dans son sens premier c’est à dire en tant qu’action de présentification impliquant des dispositifs cognitifs, descriptifs, esthétiques de figuration aussi bien que dans une acception philosophique d’appréhension intellectuelle visant à donner sens et valeur à l’objet considéré ou même dans un sens plus sociologique permettant de prendre en considération des perceptions collectives.

Notre colloque vise donc à poser cette question des représentations de l’« Autre » dans la culture arabe pour chercher à en distinguer les étapes-clés et les modalités selon les médiums d’expression. Les propositions pourront porter aussi bien sur le monde arabo-musulman classique que sur le contemporain. Elles trouveront leur champ d’application dans la littérature arabe, aussi bien francophone qu’arabophone, dans les écrits historiques aussi bien que philosophiques, dans les arts visuels (cinéma, vidéo, etc.) aussi bien dans les arts plastiques ou spectaculaires.

Modalités
Les propositions de communication (titre, résumé en français 2000 signes), ainsi qu’une brève notice biobibliographique (nom, prénom, affiliation, courriel, intérêts de recherche, titres de publications) seront à envoyer par mail en format .doc ou .pdf jusqu’au 30 juillet 2013, à l’adresse suivante : colloquebordeaux2013@gmail.com
Après sélection du comité scientifique les candidats recevront une notification avant le 15 août 2013.
Pour les propositions retenues, une version préliminaire des communications (30 000 signes) est à envoyer avant le 15 octobre 2013.
Les  interventions qui seront sélectionnées par le comité scientifique feront l’objet d’un volume à paraître en 2014 aux Presses universitaires de Bordeaux.

L’inscription au colloque est gratuite. Le comité d’organisation prendra en charge deux déjeuners (21-22) et mettra à la disposition des participants l’offre d’hébergement pour la période du déroulement du colloque. Les frais de transport, d’hébergement sont à la charge des participants.


Coordination du colloque :

·       Omar Fertat (Université Michel de Montaigne-Bordeaux3)
·       Ahmed Khanboubi (Université Michel de Montaigne-Bordeaux3)

Comité Scientifique :
·               Martine Job, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3
·               Ahmed Khanboubi, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3
·               Saïd Hammoud, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3
·               Omar Fertat, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3
·               Abdellah Bounfour, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris
·               Mourad Yelles, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris
·               Touriya Fili-Tullon, Université Lumière-Lyon 2
·
Samir Marzouki, Université de Manouba, Tunis
·               Hédia Khaddar, Faculté des Sciences Humaines et sociales, Tunis
·               Zohra Makach, Université Ibn Zohr, Agadir, Maroc
·               Abderrazak Sayadi, Université de Manouba, Tunis

 

Appel à contribution – « Formes mineures et minoritaires dans les arts du spectacle Horizons/Théâtre n°4

Formes mineures et minoritaires dans les arts du spectacle
Horizons/Théâtre n°4, parution automne 2013.

Dans le prolongement de son premier numéro (mars-septembre 2012) sur  les « Théâtres populaires », et de la journée d’étude organisée à  l’Université Bordeaux 3 en mars 2012, la revue Horizons/Théâtre éditée  par les Presses Universitaires de Bordeaux propose pour son quatrième  numéro, comme thème ouvert aux contributions : « Formes mineures et minoritaires ».

Depuis quelques années, l’écriture de l’histoire du théâtre connaît un  renouveau certain. Des colloques et des ouvrages fleurissent qui font (re)découvrir des pans jusque-là oubliés, volontairement ou non, par  ceux qui font cette histoire.

Que ce soit, par exemple, le mélodrame réhabilité par Jean-Marie Thomasseau ou la comédie romaine rehaussée au niveau d’un spectacle digne d’intérêt par Pierre Letessier, ce qui était taxé « D’infra-littérature » est désormais reconnu et entre dans la plupart des cursus universitaires, même si la place dévolue à ces formes spectaculaires reste minoritaire dans les ouvrages traitant de l’histoire du théâtre et même si la majorité des praticiens sont encore réticents à mettre en scène ces objets. Sur d’autres continents, des formes spectaculaires sont encore difficilement reconnues comme étant « du théâtre », l’exemple de la halqa marocaine étudiée par Omar Fertat en est un exemple significatif.

Globalement, l’histoire européenne du théâtre s’est écrite en fonction de la valeur littéraire des textes. Si quelques formes extra-occidentales ont été retenues, c’est parce que de grands metteurs en scène les ont utilisées pour créer certains de leurs spectacles ; on pense ici à Ariane Mnouchkine et le Kathakali pour Les Atrides au début des années 90. Ainsi, le nô et le bunraku japonais et le kathakali indien sont quasiment les seuls théâtres ayant droit de cité dans nos histoires officielles.

Deux types de contributions sont attendus pour ce numéro : des questionnements de fond sur la façon dont certains types de spectacles et/ou de textes sont « retenus » et officialisés, d’un côté, et des études précises de cas dans une approche anthropologique et ethnopoétique, de l’autre.

Fidèle à sa ligne éditoriale, ce numéro de la revue Horizons/théâtre associera des études sur des formes spectaculaires de toutes les parties du monde et notamment en dehors du monde occidental. Les études sur les périodes reculées pourront aussi être l’occasion de questionner ce déséquilibre entre formes officielles et formes mineures, perceptible dans la façon dont nous abordons par exemple l’Antiquité, où la multitude des spectacles donnés en dehors des fêtes  officielles n’a pas fait l’objet de beaucoup d’études. Il s’agit donc bien de contribuer ici à une réécriture de l’histoire et de positionner ces formes jugées indignes ou passées sous silence  dans une vie culturelle et artistique beaucoup plus riche et foisonnante que ce que notre conception édifiante, morale voire progressiste des arts du spectacle nous a longtemps empêché de considérer.

Les propositions de contribution d’environ 2500 signes, accompagnées  d’une notice biographique de leurs auteurs, sont à retourner au plus tard le 30 juin 2013 par courriel, au Comité de rédaction : hori.theatre@gmail.com

Les articles, de 30 000 signes maximum, seront à retourner pour le 6 septembre 2013.

 

Colloque – « Plus vite que le cœur des mortels. Marseille, Montréal, Paris dans la littératur​e et le cinéma contempora​ins »

Colloque
«  Plus vite que le cœur des mortels.
Marseille, Montréal, Paris dans la littérature et le cinéma contemporains »

Responsables scientifiques :
Émilie Brière (UQAM) et Pierre Popovic (Université de Montréal)

27-28 mai 2013
CRILCQ/Université de Montréal
Pavillon Lionel-Groulx
salle C-8141

Voixdissidentes

PROGRAMME

LUNDI 27 MAI 2013

9 H 15 Accueil des participants

9 h 30 Gilles Dupuis (CRILQ) : Mot de bienvenue
Pierre Popovic (UdM/CRIST) : Présentation du colloque

1. Président de séance : Benoît Denis (Université de Liège)

  • 9 h 45 Sarah Sindaco (Ghent University)
    « Le circum-parisien de Jean Rolin : entre ironie et mélancolie »
  • 10 h 30 Églantine Pandelé (Université de Montréal)
    « “À mi-chemin entre la misère et le soleil” : Marseille dans Chourmo de Jean-Claude Izzo »
  • 11 h 15 Michel Biron (Université McGill)
    « L’intérêt romanesque de la banlieue chez Michael Delisle »

12 h 00 Pause dîner 

2. Président de séance :

  • 13 h 30 Simon Harel (Université de Montréal)
    « Sur la banquette arrière d’un taxi montréalais. À propos de Cosmos (1996) »
  • 14 h15 Laura Shine (Université de Montréal)
    « Dédales, carrefours et coïncidences : Paris et la mémoire dans Pont de l’Alma de Julian Rios »
  • 15 h 00 Pierre Popovic (Université de Montréal)
    « Un retraité, un chômeur, un sans-abri. Les chronotypes romanesques de Gilles Ascaride »

 

MARDI 28 MAI 2013

9 h 30 Accueil des participants

3. Président de séance :

  • 9 h 45 Gilles Dupuis (Université de Montréal)
    « Arcanes de Montréal. Le Montréal de Nelly Arcan »
  • 10 h 30 Émilie Brière (Université du Québec à Montréal)
    « “Mon petit écosystème dans notre symbiose générale” : Martine Soumet et leMontparnasse monde »
  • 11 h 15 Marion Froger (Université de Montréal)
    « Sur Marie-Joe a deux amours de Robert Guédéguian »

12 h 00 Pause dîner 

4. Président de séance :

  • 13 h 30 Micheline Cambron (Université de Montréal)
    « Vivre et écrire Hochelaga »
  • 14 h15 Amélie Dorais (Université de Montréal)
    «Les mots et les maux de Marseille. La ville sans nom de Frédéric Valabrègue»
  • 15 h 00 André Habib (Université de Montréal)
    « En terrains connus ou “choses vues” dans Paris : Night and Day (2009) de Hong Sangsoo »

15 h 45 Pause

  • 16 h 00 Conférence de clôture
    Présentation : Émilie Brière
    Régine Robin (Université du Québec à Montréal)
    « Paris : de la dérive à la dérêve »

17 h 15 Vin d’honneur
Ce colloque entre dans le cadre de la programmation scientifique du CRILCQ (Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises). Il bénéficie des soutiens du Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal, du CRILCQ et du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH).

Source : http://www.crilcq.org/colloques/2013/plus_vite_que_le_coeur.asp