Archives mensuelles : juin 2013

Appel à communicat​ions – Conférence « L’École dans les arts et dans les lettres »

Appel à communications : Sixième Conférence inaugurale du CRIST

L’École dans les arts et dans les lettres, et sous toutes ses coutures

 

 CRIST_~1

 

Lieu : salle J-4225 (Pavillon Judith-Jasmin, UQAM)

Date : 4 septembre 2013, dès 13h00

 

Cette année, à l’occasion de la Sixième Conférence inaugurale du CRIST, qui sera à nouveau collective, il s’agira de remonter à la source d’un des principaux facteurs responsables de l’«indignation politique» qui nous occupait il y a un an : la question de l’éducation. S’il est un sujet qui a profondément marqué – voire saturé – le discours social québécois de l’année 2012-2013, c’est bien la topique scolaire. Mais cette dernière a essentiellement été pensée dans une perspective locale et politique : menés par les professeurs, les étudiants, les pédagogues, les politiciens et les journalistes, les débats sur l’éducation ont surtout porté sur les études supérieures et l’immense majorité des textes qui rendent compte de ces enjeux forment un vaste corpus d’articles de journaux, d’essais, de dossiers spécialisés et de travaux à facture universitaire.

 

Or la littérature, les arts et le cinéma proposent eux aussi, depuis longtemps, d’innombrables représentations du milieu de l’enseignement. Comment les écrivains, les dramaturges, les bédéistes, les réalisateurs, les chanteurs et autres artistes ont-ils représenté cet endroit particulier qu’est l’école? Que disent-ils des pratiques et des comportements liés à l’éducation? En quoi les figurations délibérément esthétiques de l’école que ces derniers proposent peuvent-elles adopter un regard critique à l’endroit des discours politiques relatifs à l’acte de transmettre le savoir?

 

Qu’il s’agisse de la «petite école» de rang d’Une saison dans la vie d’Emmanuel de Marie-Claire Blais ou de la Grande École de Clément de Gaulejac, du collège de province représenté par Louis Guilloux dans Sang noir ou du campus américain pour jeunes filles supposément rangées dépeint par Joyce Carol Oates dans Beasts, de l’«École publique» poétisée par Eugène Guillevic dans 31 sonnets ou de la salle de classe «crayeuse de poussière» mise en vers par Jean Follain dans le poème «L’ordre», de l’école primaire montréalaise du film Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau ou du lycée de banlieue présenté dans le film Entre les murs de Laurent Cantet, l’école est nécessairement située : c’est un lieu géographiquement localisable dont on pourra étudier les figurations. Bien que l’école soit un espace clos, clôturé (qui n’a d’ailleurs pas manqué d’être associé par certains à une colonie concentrationnaire – pensons aux paroles de cette chanson culte du groupe Pink Floyd, «We don’t need no education / We don’t need no thought control» – ou, comme c’est le cas dans le conte «La femme en morceaux» d’Assia Djebar, à un lieu menacé par des idéologies fondamentalistes qui compromettent la liberté académique), elle se présente le plus souvent comme un véritable microcosme social. On y «naît» à la vie collective et intellectuelle, on y grandit, et il arrive même qu’on y meurt (par suicide, comme dans le film Detachment de Tony Caye, ou dans des tueries, comme dans le film Elephant de Gus Van Sant – directement inspiré par le drame, bien réel celui-là, survenu en 1999 au Columbine High School). L’école est un lieu de brassage générationnel (la cour des «petits» et celle des «grands»), ethnique, religieux (on pense à la nouvelle «La jeune fille au balcon» de Leïla Sebbar, où un commando armé menace la directrice d’une école parce que certaines élèves ne sont pas voilées, mais aussi à la chanson «Le voile à l’école» de Brigitte Fontaine). Aussi, certains espaces classiques du monde scolaire ne manquent pas de rappeler le «vrai monde» qui attend les élèves : la salle de classe (où règne une double hiérarchie : l’officielle, qui impose une distance autoritaire entre le maître et les élèves; l’officieuse, qui divise les élèves entre eux : on se rappellera l’incipit de Madame Bovary, où l’italique utilisé pour désigner le «nouveau» qui fait son entrée à l’étude témoigne bien du dédain qu’il inspire aux «anciens») et la cour de récréation (qui prend plus souvent qu’autrement des allures de champ de bataille, comme c’est le cas dans la scène inaugurale des Enfants terribles de Cocteau, où certaines des balles de neige que les écoliers se lancent à la tête sont lestées de pierres). Mais l’école déborde toujours déjà du lieu qui la désigne. Des élèves poètes s’évadent en jetant leurs yeux par les fenêtres. Les escholiers du temps jadis vadrouillent avec François Villon dans les rues, frayant quelquefois avec les milieux interlopes. Rimbaud fugue et donne des leçons de vie et de poésie à son professeur qu’il accuse de ne rêver qu’au «râtelier universitaire». Mais on s’évade en groupe aussi, pour des fêtes terribles à travers les villes, où les cortèges d’étudiants se répandent comme des traînées d’effervescence. L’évasion peut être sérieuse, politique : manifestations, sittings, occupations. L’art, le cinéma, la littérature ont aussi raconté, filmé, écrit cela.

 

L’école, c’est aussi bien sûr un endroit où des savoirs sont dispensés par un maître – vénéré (considérons le très inspirant professeur du film Dead Poets Society de Peter Weir), raillé (à cet effet, ne pouvons-nous pas tous puiser dans nos souvenirs personnels!), craint ou érotisé («La maîtresse d’école» de Georges Brassens). De ce point de vue, on pourra s’intéresser à la préférence très marquée des écrivains et des artistes pour ces figures d’élèves qui n’étudient pas : le cancre, le pitre, le dissipé, le rêveur ( voir, entre autres : «Le cancre» de Jacques Prévert, le film Les Sous-doués de Claude Zidi, le personnage de Calvin dans les bandes dessinées Calvin and Hobbes de Bill Waterson) Est-ce que les représentations de ces élèves réfractaires, indociles et désobéissants peuvent être mises en parallèle avec les nombreux portraits de l’artiste marginal, en rupture de ban par rapport à la société traditionnelle?

 

Enfin, comme le rappellent si bien ces deux chansons fort différentes que sont «En sortant de l’école» d’Yves Montand et «School’s Out» d’Alice Cooper, l’école, cela suppose aussi les vacances tant attendues ou, dans certains cas de désobéissance ponctuels, l’école buissonnière. Et n’oublions pas, pour ceux qui doivent ou souhaitent l’abandonner définitivement, l’«école de la vie», celle que Maxime Gorki évoque dans Mes universités (1923) et que chante Grand Corps Malade, cette école où «dans [d]es cahiers en ciment, [on] apprend la vie en rimant».

 

***

 

Les propositions de communication doivent être envoyées à Olivier Parenteau (olivierparenteau@yahoo.ca) et à Pierre Popovic (pierre.popovic@sympatico.ca) avant le 1er juillet 2013. L’on visera des communications courtes d’une dizaine de minutes afin de favoriser les discussions et de donner du rythme à cette inauguration.

 

 

Appel à contributi​on – Revue Textyles, n° 47 « Utopies et mondes possibles. Le récit d’anticipa​tion en Belgique francophon​e »

Veuillez voir ci-joint l’appel à contributions pour le numéro thématique de la revue Textyles consacré au récit d’anticipation.

Les proposition d’articles sont attendues avant le 30 novembre 2013.

Appel Textyles n° 47 – Utopies belges

 

Parution – « Trente ans après La Distinctio​n »

9782707176677

 

 

Trente ans après La Distinction
Sous la direction de Philippe Coulangeon et Julien Duval
La Découverte
2013

(en librairie le 27 juin 2013)

Présentation de l’éditeur

Dès sa parution en 1979, le livre de Pierre Bourdieu, La Distinction, fait l’objet de vifs débats. Mettant au jour les déterminants sociaux de nos goûts et de nos choix dans des domaines très divers (culture, alimentation, politique…) et il montre la « lutte des classes » à l’œuvre dans les jugements les plus quotidiens. Il bouscule simultanément les routines de la recherche en sciences sociales. À partir des années 1980, les débats ont pris un tour international. Aujourd’hui, La Distinction est le livre de sociologie le plus cité au monde et il continue d’alimenter les discussions.

Le présent ouvrage dresse un bilan de sa postérité et de son actualité. La culture savante joue-t-elle, dans les sociétés contemporaines, le même rôle qu’il y a trente ans ? Comment l’élévation générale du niveau d’instruction, le développement d’un chômage de masse, ou encore la ségrégation spatiale croissante, ont-ils affecté les rapports entre les groupes sociaux ? Et que nous apprennent les sociologues étrangers qui transposent le cadre théorique de La Distinctionà d’autres contextes nationaux ?

En rassemblant une trentaine de spécialistes, français et étrangers, cet ouvrage invite à réfléchir aux transformations qui travaillent nos sociétés et, simultanément, au destin unique (quoique paradoxal) de La Distinction et de la sociologie de Pierre Bourdieu dans les sciences sociales contemporaines.

 

Introduction, par Philippe Coulangeon et Julien Duval

Un « classique » très discuté

Un livre-gigogne

Une réception mouvementée

L’actualité de La Distinction et ses facettes

 

I / Genèse et réception internationale de La Distinction

 

1. Les tentatives de construction de l’espace social, de l’« Anatomie du goût » à La Distinction. Quelques repères pour l’histoire d’une recherche, par Monique de Saint-Martin

La composition du livre

L’enquête sur le goût

Construction de l’espace social et de l’espace des styles de vie

Les différents groupes et classes

D’« Anatomie du goût » à La Distinction. Variations dans les schémas et dans l’interprétation

Les analyses des correspondances

Les conditions de validité des analyses

Les failles d’une interprétation des données parfois unidimensionnelle

 

2. La carrière internationale de La Distinction, par Gisèle Sapiro

Les traductions de La Distinction

La réception et l’impact de La Distinction

 

3. En quoi Bourdieu a-t-il été utile à notre réflexion ? Le cas des États-Unis, par Michèle Lamont

Le changement de relation entre sociologie française et sociologie américaine

La prise en compte inégale des critiques de Bourdieu du côté américain

La centralité de la quantification dans la réception américaine de Bourdieu

L’impact de Bourdieu sur la mutation culturelle de la « théorie »

Un regain d’intérêt pour la question des frontières

 

4. Distinction, légitimité et classe sociale, par Jean-Louis Fabiani

 

5. Du bon usage de La Distinction, par Louis Pinto

Un système de différences

Axes, facteurs, pouvoirs

Faut-il donner raison au dernier qui a parlé ?

 

II / La Distinction, oeuvre phare de la sociologie de la culture

 

6. Dissonance et consonance dans l’amour de la musique contemporaine. Les limites de l’omnivorisme musical dans l’auditoire de l’Ensemble intercontemporain, par Stéphane Dorin

Un auditoire idéal pour une écoute totale ?

Le vieillissement des publics de la musique savante

Les incomplétudes de l’écoute totale : typologie des goûts et des pratiques musicales de l’auditoire

Omnivorisme contraint et omnivorisme choisi

 

7. Des jeunes « univores » ? Musique, ethnicité et (il)légitimité culturelle dans l’East-End londonien et en Seine-Saint-Denis, par Agathe Voisin

Un goût omnivore et autonome

Un répertoire « minoritaire » ?

Une double illégitimité ?

 

8. Les grands lecteurs de romans policiers. Plaisirs et appropriations lectorales entre logiques de trajectoires et informalisation du rapport à la culture, par Annie Collovald et Erik Neveu

Des pratiques rétives aux interprétations les plus systématiques

Culture à l’état pratique ou rapport réaliste à la lecture

Goût pour les enjeux sociaux concrets et dispositions critiques

Lectures de polars et échappées identitaires

Au-delà de la légitimation d’un art mineur : une problématique de l’informalisation culturelle

Informalisation culturelle ?

 

9. « Anything but Soul Food ». Goûts et dégoûts alimentaires chez les habitants d’un quartier gentrifié, par Sylvie Tissot

Diversité et distinction

Genèse d’un régime cosmopolite

Espace des goûts, espace des établissements

De l’art d’esthétiser les nourritures populaires

 

10. Les homologies structurales : une magie sociale sans magiciens ? La place des intermédiaires dans la fabrique des valeurs, par Olivier Roueff

Une approche relationnelle et probabiliste : l’homologie entre les positions et les prises de position dans un champ

Une théorie de l’espace social : taux de conversion et homologies structurales entre les champs

Une théorie de la valeur : l’homologie entre les champs de production (offre) et l’espace social (demande) Une magie sociale sans magiciens ? Le statut causal des homologies structurales

Zones franches, domination(s), frontières

 

11. La culture à l’échelle individuelle : la transférabilité en question, par Bernard Lahire

Au coeur des singularités

Des transferts imparfaits

 

III / Perspectives internationales

 

12. La Distinction revisitée : l’espace des styles de vie britannique en 2003, par Tony Benett, Modesto Gayo-Cal, Brigitte Le Roèux, Mike Savage, Elisabeth Silva, Alan Warde et David Wright

L’espace des styles de vie : la vie culturelle en Grande-Bretagne en 2003

Les groupes sociaux et l’espace des styles de vie

 

13. L’espace social, les pratiques quotidiennes et la ville. Repères pour une sociologie des divisions sociales et symboliques dans la ville de Porto, par Virgílio Borges Pereira

Une lecture de La Distinction

L’espace social de Porto et la production des pratiques quotidiennes

Sur les processus de différentiation socio-spatiale de la ville de Porto

 

14. Le goût dominant comme goût traditionnel : préférences et aversions esthétiques des élites de São Paulo, par Carolina Pulici

Le rejet du modernisme architectural

Les films nationaux et le pessimisme

Les valeurs sûres et l’art contemporain

 

15. Les formes émergentes de capital culturel, par Annick Prieur et Mike Savage

Le déclin de la culture savante traditionnelle

L’avènement de l’« omnivore culturel » ?

Un mode « averti » d’appropriation culturelle

L’émergence d’un capital culturel cosmopolite ?

L’accession d’une « culture scientifique » à une position plus légitime ?

 

IV / La Distinction comme théorie des classes sociales

 

16. Bourdieu et les classes populaires. L’ambivalence des cultures dominées, par Carolina Pulici

Autonomie / hétéronomie des classes populaires

Diversité / unité des classes populaires

Crise de reproduction du groupe ouvrier et recomposition des classes populaires

 

17. « Petite bourgeoisie nouvelle » ou « nouvelles couches moyennes salariées » ? Retour sur un débat et sur un enjeu, la domination, par Marie-Hélène Lechien

« Nouvelles couches moyennes salariées » contre « petite bourgeoisie nouvelle » dans les années 1970-1980

L’enjeu implicite de la domination

 

18. Réflexions sur la « petite bourgeoisie nouvelle » dans les années 2000, par Lise Bernard

Une approche statistique de l’espace social des années 2000

L’importance des ressources culturelles non scolaires

Les « commerciaux » : un segment des classes moyennes contemporaines situé au cœur de transformations sociales récentes et immergé dans un monde marchand

 

19. La compétition entre fractions des classes moyennes supérieures et la mobilisation des capitaux autour des choix scolaires, par Agnès Van Zanten

Les intellectuels : une mobilisation intense du capital culturel et du capital social scolaire et local

Les technocrates : la double conversion, culturelle et sociale, du capital économique

 

V. La Distinction et la sociologie politique

 

20. Retour sur les modes de production des opinions politiques, par Daniel Gaxie

Une typologie exhaustive ?

Le mode de production par référence aux conditions matérielles d’existence

Sur la caractérisation des modes de production

Sur les conditions d’activation des modes de production des opinions politiques

 

21. La production des opinions aux États-Unis, trente ans après La Distinction, par Daniel Laurison

Opinions formulées et non-réponses

Les mécanismes générateurs de l’opinion

Contenu des opinions et approche relationnelle

 

22. Retour sur l’hypothèse de « l’homologie structurale » : les déplacements des catégories sociales dans l’espace politique français depuis La Distinction, par Bruno Cautrès, Flora Chanvril et Nonna Mayer

Retour sur la thèse de l’homologie structurale

Les trajectoires électorales des groupes socio-professionnels (1978-2012)

 

VI / Nouveaux territoires

 

23. La morale des uns ne peut pas faire le bonheur de tous. Individualisation des problèmes publics, prescriptions normatives et distinction sociale, par Jean-Baptiste Comby et Matthieu Grossetête

Les problèmes publics comme luttes normatives

De l’individualisation des causes à l’universalisation de la norme de prévoyance

Inégaux face aux comportements prévoyants

La norme de prévoyance comme motif de distinction sociale dans les milieux aisés

Une extension des logiques de domination des milieux populaires

Un marqueur de l’ascension sociale dans les classes moyennes

 

24. Des pêcheurs distingués. L’espace des pratiques halieutiques, par Frédéric Roux

Une pratique « oubliée » dans l’espace des pratiques : des pêcheurs populaires « muets comme des carpes »

Des pratiques dans la pratique : l’espace social des techniques de pêche

Pêcheurs « civilisés » et pêcheurs « barbares »

 

25. Quelle dimension spatiale des structures sociales chez Bourdieu ? Localisations résidentielles et jeux d’échelles dans La Distinction, par Fabrice Ripoll

Une entrée paradoxale ?

La localisation résidentielle, composante des conditions et des positions sociales

Les échelles géographiques, ou le problème de la délimitation du (des) espace(s) social(ux)

Vers une intégration systématique de la dimension spatiale du monde social

 

Conclusion, par Philippe Coulangeon et Julien Duval

Un livre toujours « redoutable »

Sociologie de la culture et théorie de l’action

Questions ouvertes

Innovation méthodologique et invention formelle

 

Bibliographie générale


Liste des auteurs

 

Philippe Coulangeon est directeur de recherche au CNRS, membre de l’Observatoire sociologique du changement à Sciences Po. Ses travaux portent notamment sur la sociologie de la culture et des pratiques culturelles. Parmi ses publications récentes, Les Métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui (2011).

Julien Duval est chargé de recherche au CNRS, au Centre européen de sociologie et de science politique. Il a en particulier travaillé sur le journalisme économique et le cinéma, et leurs transformations contemporaines en France. Il est notamment l’auteur de Critique de la raison journalistique (2004).
Source : http://pierrebourdieuunhommage.blogspot.com/2013/06/trente-ans-apres-la-distinction-sous-la.html

 

 

Appel à communications et à contributions – Colloque et ouvrage collectif « Figures du critique-écrivain »

Figures du critique-écrivain. Formes et pratiques du métadiscours littéraire

Projet de colloque international (Bruxelles, les 11, 12 et 13 juin 2014) et d’ouvrage collectif dirigé par Valérie Stiénon (Paris 13) & Laurence van Nuijs (KU Leuven-FWO)

Date limite d’envoi des propositions: 1er septembre 2013

Du XIXe siècle à nos jours, de nombreux auteurs ont combiné écriture de création et critique littéraire. À ces pratiques mêlées correspondent des statuts hybrides, dont celui de « critique-écrivain » est peut-être le plus représentatif. Le constat semble valoir tout à la fois pour la critique journalistique, essayiste et théorique. Que l’on pense à Sainte-Beuve, Jean-Paul Sartre, Roland Barthes, François Nourissier et Julia Kristeva. Ces figures signalent une partition plus ou moins nette entre une production majeure ou principale et une œuvre « résiduelle » – partage qui ne recoupe pas nécessairement la distinction entre création et critique. Comment les rapports entre ces composantes sont-ils négociés, confirmés voire inversés ? La question se pose à la fois du vivant des auteurs et à propos de leurs réceptions successives. Pourquoi la postérité a-t-elle retenu comme critiques des auteurs qui ont par ailleurs investi ou approché une production spécifiquement littéraire ? À l’inverse, pourquoi certains auteurs sont-ils perçus comme des écrivains en dépit de leur abondante production critique ? Ces classements par l’histoire interagissent avec des catégories intériorisées qui fonctionnent tantôt comme modèles, tantôt comme repoussoirs. Les exemples abondent, de la critique prostituée fustigée de Balzac à Paul Morand, à la critique comme laboratoire chez Michel Butor, ou encore de la critique « professorale » reprochée à Sartre par les Hussards, à la critique « décalée » d’un Pierre Bayard.

 

En France, l’émergence du métadiscours littéraire est consubstantielle à l’apparition de la littérature comme domaine distinct des Belles-Lettres à la fin du XVIIIe siècle. On peut déceler ensuite une progression qui va de la dévalorisation d’une pratique seconde et parasitaire, à la promotion d’une écriture participant à la modernité littéraire. En témoigne, sur deux siècles, tout ce qui sépare un Théophile Gautier blâmant le critique-eunuque improductif, d’un Roland Barthes plaçant la fonction de l’écrivain à l’horizon de celle du critique, en vertu d’une production continue du Texte qui unit praticien et commentateur. D’une part, la promotion contemporaine du double statut de « critique-écrivain » indique que le métadiscours est désormais une partie légitime voire essentielle du dispositif de l’œuvre. D’autre part, la critique se disperse dans différents genres, brouillant ainsi la frontière entre ces deux composantes : le roman et l’essai deviennent le « romanesque », le roman policier se fait enquête sémiologique, les chroniques se reconvertissent en essais dans des recueils, etc. Cette évolution s’opère en lien étroit avec un ancrage symbolique dans le patrimoine français et avec une appartenance nationale spécifique, que celle-ci soit passée sous silence au profit d’une visée universaliste, qu’elle soit revendiquée par identification au panthéon des auteurs qui ont forgé le prestige d’une langue et d’un style, voire qu’elle soit remise en question au profit d’une ouverture à d’autres traditions.

 

Jusqu’à présent, la figure complexe du critique-écrivain a fait l’objet de réflexions centrées sur des cas particuliers, consacrées à une période restreinte ou menées principalement dans la perspective de l’écrivain-critique, examinant par exemple la chronique journalistique des écrivains. Il manque encore une étude d’ensemble qui prenne en considération les divers paramètres d’une pratique protéiforme, d’une légitimation problématique et d’une longue évolution depuis l’institutionnalisation de la critique au XIXe siècle (critique journalistique vs critique universitaire) jusqu’à la diversification moderne des types de discours critique (théorique, historique, médiatique, essayiste). Pour mener à bien cette étude, trois orientations seront privilégiées.

 

Modèles

L’identité du critique-écrivain ne répond pas à un schéma déterminé, ce qui la rend ajustable à des modèles, convoqués en cautions ou en repoussoirs. Elle se constitue en référence à des postures effectives ou imaginaires, comme celles de théoricien, essayiste, polémiste, chroniqueur, poéticien, sociologue, etc. Autant de profils qui participent au statut que le critique postule pour lui-même et pour sa pratique, conçue entre subordination au discours d’autrui et autonomie du commentaire. Les catégories ainsi créées ou reprises sont particulièrement révélatrices. C’est le cas de la typologie proposée par Gautier entre critiques moraux, utilitaires, blasés et prospectifs, qui lui permet de poser contrastivement en véritable poète. C’est aussi le cas des scénarios barthésiens « fantasmés » à partir des figures tutélaires de Gide, Flaubert et Proust, qui guident l’écriture critique par identifications admiratives. L’interdépendance du critique-écrivain et de l’écrivain-journaliste est dominante au XIXe siècle, comme l’est, au siècle suivant, la dynamique des statuts respectifs du critique, de l’essayiste et du théoricien. Quel est donc le répertoire des modèles engagés dans les fonctions du critique-écrivain ? Comment ces références se négocient-elles chez chacun d’eux, à travers les interactions imaginaires et les prises de position effectives ?

 

Valeurs

D’une légitimité problématique, l’activité du critique-écrivain engage les valeurs liées à la pratique littéraire et touche à la notion même de littérarité. Ces valeurs résultent d’effets de classement inhérents à certains genres privilégiés, tels que l’autobiographie, l’autofiction, l’essai, la chronique. Elles sont aussi influencées par la liberté expérimentale qui permet au critique d’investir des catégories qui ne lui sont pas spécifiques. Ainsi du comparatiste Robert Escarpit versant dans la littérature jeunesse, du journaliste Angelo Rinaldi s’illustrant dans le genre romanesque ou de l’écrivain Charles Dantzig revisitant le dictionnaire et l’encyclopédie. Les valeurs dépendent par ailleurs du rapport établi par l’auteur entre création et critique, jouant du contraste, de la complémentarité ou du parallélisme. La signature de l’œuvre est parfois révélatrice de ces répartitions concertées, comme le montrent les cas de Paul Léautaud signant Maurice Boissard et de Bernard Frank commentant ses chroniques comme celles d’un autre. Il faut en outre considérer les modalités d’expression de la subjectivité, qui ne coïncident pas nécessairement avec l’affirmation d’une identité auctoriale ou d’une volonté de faire œuvre. Enfin, quels sont les paramètres non littéraires (politiques, idéologiques) qui régulent l’axiologie des pratiques du critique-écrivain dans une histoire, une géographie et une langue particulières ?

 

Évolution 

Le profil bifide qui nous intéresse commence à poser question à partir du XIXe siècle, lorsque la critique s’institutionnalise en instance d’évaluation et en discours d’escorte. Ce moment inaugure aussi la séparation normative et matérielle entre « critique universitaire » et « critique journalistique/d’écrivain ». Il convient d’interroger cette évolution jusqu’à la réorganisation complexe à laquelle contribue le XXe siècle, en termes de supports de diffusion, de rapports au public et de spécialisation des pratiques critiques. S’il faut considérer les modalités du partage entre discours et métadiscours, on peut aussi questionner l’évolution générale de cette bipartition, qui semble s’opérer dans le sens d’une valorisation du statut du critique, d’une extension de sa pratique et d’une intégration de ses écrits à la sphère littéraire. La modernité serait-elle caractérisée par la convergence complémentaire de l’écriture de création et de l’activité critique ?

Ce colloque interuniversitaire et international se tiendra à Bruxelles au Palais des Académies les 11, 12 et 13 juin 2014. Les contributeurs sont choisis sur invitation et par appel à communications. Après sélection par le comité scientifique, les travaux de ces journées seront publiés dans un ouvrage collectif (parution prévue 2015).

Les propositions de communication (500 mots) sont attendues pour le 1er septembre 2013 aux deux adresses V.Stienon@ulg.ac.be & laurence.vannuijs@arts.kuleuven.be.

En vue de favoriser une réflexion d’ensemble, il est demandé aux contributeurs de préciser dans leur proposition à quel type de discours critique appartient le corpus qu’ils se proposent d’explorer :

– la critique primaire ou « journalistique » suit de près la production littéraire, sert de manière plus ou moins directe les intérêts liés aux supports qui l’accueillent et invite le critique à concevoir sa pratique sur le mode ancillaire ;

– la critique secondaire ou « essayiste », plus réflexive, principalement investie par des auteurs qui sont aussi des écrivains, tend à faire partie intégrante de l’œuvre de création ;

– la critique tertiaire, « universitaire » ou « académique », davantage à l’écart de la production contemporaine, confère à ses auteurs un degré d’auctorialité affirmé et implique une posture de commentateur ou de spécialiste plutôt que de créateur.

 

Pistes bibliographiques

Études générales

Paul Aron (dir.), Textyles. Dossier « Les écrivains journalistes », n° 39, 2010.

Marie-Paule Berranger (dir.), Revue des Sciences Humaines. Dossier « L’écrivain-critique », n° 306, 2012.

Christophe Charle, « Le temps des hommes doubles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1992, pp. 73-85.

Bruno Curatolo et Alain Schaffner (dir.), La Chronique journalistique des écrivains (1880-2000), Dijon, EUD, 2010.

Lise Dumasy (dir.), La querelle du roman-feuilleton : littérature, presse et politique, un débat précurseur (1836-1848), Grenoble, ELLUG, 1999.

Nathalie Heinich, Être écrivain : création et identité, Paris, La Découverte, 2000.

Isabelle Laborde-Milaa et Malika Temmar, « La figure de l’écrivain dans la critique littéraire médiatique », Semen. Dossier « Médiaculture et médiacritique », 2008, n° 26, URL : http://semen.revues.org/8433

Bernard Lahire, La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.

Marielle Macé, Le temps de l’essai. Histoire d’un genre en France au XXe siècle, Paris, Belin, 2006.

William Marx, Naissance de la critique moderne : la littérature selon Eliot et Valéry (1889-1945), Université d’Artois, 2002.

Marie-Françoise Melmoux-Montaubin, L’écrivain-journaliste au XIXe siècle : un mutant des Lettres, Sainte-Étienne, Éditions des Cahiers intempestifs, n° 6, 2003.

Guillaume Pinson et Maxime Prévost (dir.), Penser la littérature par la presse, Études littéraires, vol. 40, n° 3, 2009.

Littératures contemporaines. Dossier « L’écrivain journaliste », n° 6, Paris, Klincksieck, 1989.

Revue d’Histoire littéraire de la France. Dossier « La critique de droite », n° 3, 2005.

Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle. Dossier « Puissance et impuissance de la critique », n° 26, 2008.         

 

Monographies

Olivier Bara et Christine Planté (dir.), George Sand critique, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2011.

Anne Chevalier (dir.), Cahiers Valery Larbaud. Dossier « Valery Larbaud, écrivain critique », n° 45, 2009.

Jean-François Domenget, Montherlant critique, Genève, Droz, 2003.

François-Marie Mourad, Zola critique littéraire, Paris, Champion, 2003.

Laurent Zimmermann (dir.), Pour une critique décalée. Autour de Pierre Bayard, Éditions Cécile Defaut, 2010.

Annonce – À écouter: deux journées d’études

Cinquième journée d’études du Gremlin : « Murder, She Wrote » : Les figurations du personnel littéraire, du livre et de la lecture en régime de grande diffusion – 8 février 2013

À écouter ici : http://legremlin.org/index.php/passees/5e-journee-d-etudes-du-gremlin

 

Journée d’études Amitiés et littérature – 14 juin 2013

À écouter ici : http://legremlin.org/index.php/passees/lienmenujourneeamities

 

Annonce – MPhil in African Studies (Cambridge​)

Le Centre of African Studies de l’Université de Cambridge vous informe
qu’il reste encore des places pour son MPhil.

Le Master en question est un diplôme pluridisciplinaire, qui propose des
cours se rapportant à l’histoire, la politique, la religion, la géographie
et la littérature (il est possible de choisir parmi un certain nombre de
ces disciplines). Il comporte également un module de langue, dans lequel
les étudiants peuvent recevoir une formation en swahili – une langue
historiquement importante qui a aujourd’hui une influence grandissante dans
l’ensemble du continent.

Pour plus d’informations, voir le site internet du Master :
http://www.african.cam.ac.uk/mphil.html. Pour toute question, vous pouvez
envoyer un message électronique à mphil@african.cam.ac.uk.

La date limite pour les candidatures est fixée au 30 juin 2013.

MphilPoster

Call For Papers – Philologic​al Encounters

CALL FOR PAPERS (DEADLINE FOR SUBMISSION 14 JULY 2013)

CfP_Leiden_Conference

International Conference:
Nineteenth and Twentieth Century Philological Encounters
5 – 7 June 2014, Leiden (NL)

The research program Zukunftsphilologie: Revisiting the Canons of Textual
Scholarship (Forum Transregionale Studien, Berlin) and the Leiden University
Centre for the Study of Islam and Society (LUCIS), in cooperation with Leiden
University Library, invite papers for their joint international conference
Nineteenth and Twentieth Century Philological Encounters which will take place
at the University of Leiden, 5-7 June 2014.

Nineteenth and Twentieth Century Philological Encounters

Convened by Islam Dayeh (Zukunftsphilologie/Freie Universität Berlin), Umar Ryad
(Leiden University) and Pascale Rabault-Feuerhahn (CNRS Paris)

As a result of colonial expansion and the technologies that made long-distance
communication and travel possible, the 19th and 20th centuries witnessed an
accelerated rate of individual interactions across the globe, including
scholarly encounters. Individual scholars became more conscious of the
commonalities that they shared with fellow humans all over the world, which
they expressed in universalistic projects in philosophy, philology, the life
sciences and other fields of human inquiry. Yet the encounter also brought
about an articulation of differences.  Nineteenth and Twentieth Century
Philological Encounters is a conference dedicated to exploring the personal
(and especially self-reflective) dimensions of academic knowledge production by
studying scholars (i.e., producers) and their contexts (i.e., institutions and
societies) in relation to their objects of study.

Knowledge is always embedded in institutions and is produced by individual
scholars whose choices are shaped by their biographies as much as by the
subjects they study.  Thus, Philological Encounters refers to the discovery of
difference that came about due to the real-life encounters between
professionals and interpreters of texts, languages and cultures across the
globe. This conference outlines an avenue of research dedicated to the study of
tensions, antagonisms and polemics – as well as fascination, cooperation,
appropriation and friendship – that transpired as a consequence of the meetings
of different scholars and their dissimilar modes of textual scholarship, made
possible through international cooperation in the form of conferences,
journals, academic associations and student exchange.

The conference objective is not hagiography, but rather historicizing seemingly
monolithic categories – such as ‘orientalism’, ‘philology’ and ‘history’ – by
localizing the role of individual actors in the process of knowledge formation,
in the colonial and post-colonial periods. The conference addresses this by
looking at first-person accounts of conferences, reports, travel writing,
correspondences, memoirs, auto/biographies, polemical essays, and translations,
among other writings.

Application

If you are interested in participating, please send us your short CV and a 300
word abstract (sent by e-mail as one pdf file) by 14 July 2013 to
zukunftsphilologie@trafo-berlin.de. Accepted proposals will be notified by the
end of September 2013. The final date for the submission of the full paper will
be 9 March 2014. It is expected that papers will be published in a
peer-reviewed edited volume.

For accepted papers, we will be happy to fund your return flight/train (economy
class/second class) and your hotel accommodation (from 4 to 7 June 2014).

Contact

ZUKUNFTSPHILOLOGIE
c/o Forum Transregionale Studien
Wallotstrasse 14
14193 Berlin
Germany
zukunftsphilologie@trafo-berlin.de