Archives mensuelles : août 2013

Parution – « La littératur​e à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraire​s »

58142

Sylvie Ducas, La littérature à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires

La Découverte
Collection : Cahiers libres
Parution : août 2013
Prix : 22 €
ISBN : 9782707175175
Nb de pages : 240

 

Les prix littéraires sont une « exception française » mal connue : s’ils prolifèrent en France, ils se diversifient selon des logiques très diverses liées à une « économie du prestige » complexe. Cette enquête, menée à partir de nombreux entretiens auprès d’écrivains et de professionnels du livre, cherche à éclairer cette complexité afin de saisir les nouvelles configurations de la condition littéraire contemporaine.

Avec les prix, ce sont des reconfigurations majeures du monde littéraire qui se donnent à lire : déclin de la fonction sociale et de l’autorité symbolique de l’écrivain ; déclin du livre comme objet sacralisé ; déclin de la lecture et mutations des pratiques culturelles ; métamorphoses de l’expertise littéraire ; figurations nouvelles du littéraire.

De l’homme de lettres d’hier à l’écrivain minuscule d’aujourd’hui, ce sont bien les effets à la fois structurants et paradoxaux des prix littéraires que ce livre cherche à pointer. Structurants : les prix régulent un marché et une offre, contrôlent et font perdurer une certaine idée de la littérature en l’ouvrant au plus grand nombre, proposent une définition normée de la lecture et du goût.

Paradoxaux : les prix inscrivent l’écrivain dans une communauté, mais le fragilisent dans sa singularité ; ils obéissent à un protocole réglé dont l’écrivain ne décide pas des règles ; ils mettent en lumière mais n’aident pas à durer.

Cet ouvrage se veut une contribution à l’histoire culturelle du statut de l’auteur qui interroge l’effondrement de son rôle social dans la sphère publique.

Sylvie Ducas est maître de conférences en littérature française à l’université Paris-Ouest, où elle dirige un master Métiers du livre (pôle de Saint-Cloud). Elle est chercheuse au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de Versailles-Saint-Quentin.

Table:

Introduction : le prix littéraire, archive maudite de la littérature
De l’archive à l’emblème
L’inflation des prix
Pour une histoire culturelle des prix littéraires

I / Genèse : combattre les industries des lettres à coup de lauriers
De la littérature à l’économie de marché
Pour un droit d’entrée du roman en littérature
Création du prix Goncourt et scénographie auctoriale : pour une machie à défendre l’homme de lettres

II / Autopsie d’un mécénat dévoyé : grandeur et misère de l’auteur primé
Les grandes crises de la consécration littéraire
La consécration d’un chef-d’oeuvre pourtant contesté : Proust
La consécration confisquée : Céline face au premier prix d’éditeur
La consécration forcée : Julien Gracq lauréat malgré lui
Dernier sursaut de l’«Homo Goncourensis» : Hervé Bazin et l’écriture comme métier

III / Babel de labels
Le prix Fémina : entre prescripiton et consommation littéraires, la légitimation littéraire au féminin
Industrie du prestige et éditions dérivées
Irruption des médias dans le champ de la consécration littéraire
Les prix de lecteurs, prix des médias : le sacre du lecteur et l’apologie du « roi lire »
L’utopie du prix Médicis : concilier marchandisation de la littérature et avant-garde littéraire
L’auteur, « label rouge » de la littérature

IV / Élites lettrées ou « îles lettrées» ? Reconfiguration de l’expertise littéraire
Autorité académique et critique en crise
Crise de l’autorité du critique littéraire : de Sainte-Beuve à Beigbeder
Crise de l’autorité du consacrant : l’agora contre le prytannée
Le Goncourt des lycéens : faire élire pour faire lire
Prescriptions et professions du livre : pour une librairie « psychopompe » ?
Le prix des Libraires – Prix du roman Fnac et prix Initiales – Le prix Wepler
Les prix pour la jeunesse : des prix anti-mondains au coeur de la médiation culturelle
Les prix des « mauvais genres » ou des médiacultures
Prix littéraires de la blogosphère : réécrire Babel à l’ère numérique ?

V / Quelle littérature ? L’épreuve de la valeur
Littérature de l’auteur consacrant : Octave Mirbeau et les votes de l’« Académiette »
Colette et le Goncourt d’après-guerre
Les votes du jury Femina : l’épreuve du jugement au féminin
Dans l’héritage de leurs aînées : les grands prix des lectrices de ELLE
Hervé Bazin et Michel Tournier face à la crise acacémique des années 1970
Conclusion : des jurys antimodernes, qu’ils soient professionnels ou amateurs

VI / L’auteur mis à prix
La définition auctoriale dans le dispositif des prix littéraires
Discours auctorial sur les prix : de la « vocation » à la « carrière » de l’écrivain
Fantasmes et compromis – L’écrivain minuscule
Auteur consacré et labellisé : un déficit d’image ?
Déficit de discours : rétrécissement de la figure auctoriale
Discours de presse – Discours des Nobel français de littérature
Déficit d’Ethos ? Posture et impostures de l’écrivain primé
L’écrivain francophone : la « littérature-monde » entre utopie et imposture – L’écrivain à l’école ou l’« entrepreneur de morale » – Du tribunal du lisible aux tribunes médiatiques : « charisme incivil » de l’écrivain imposteur
Sortir de la fabrique ou ne plus en sortir ? Pour une nouvelle éthique de l’écrivain primé
Conclusion : du Panthéon au « vertige de la liste », l’auteur comme réseau
Bibliographie sélective de l’auteure
Notes.

 

Conference – « Books in Motion in Early Modern Europe. Beyond Production, Circulation, and Consumption »

CONFERENCE ANNOUNCEMENT

 

BOOKS IN MOTION IN EARLY MODERN EUROPE. BEYOND PRODUCTION,

CIRCULATION AND CONSUMPTION

International Conference Erfurt/Gotha (Germany),28-31 May 2014

This international conference is designed as a reflection on the history of the early modern book in Europe, and aims to open discussion between experts that are working in the interdisciplinary field of book history. The conference will take place in the Gotha Research Centre of the University of Erfurt. This centre houses the rich Research Library, containing one of the most significant collections of early modern books and prints in Germany. (See: https://www.uni-erfurt.de/en/gotha-research-centre-of-the-university-of-erfurt/profile/ ). The conference is supported by the German Research Association (DFG), Erfurt University and Utrecht University.

 

As the conference’s title assumes, Books in Motion in Early Modern Europe. Beyond Production, Circulation and Consumption is aimed to focus on all three main research fields of book history: production, circulation and consumption. While providing an opportunity and forum for reviewing current and past developments in these often separated fields, we also set out to highlight the connections between them. To achieve this aim, we will concentrate especially on the interplay between the three stages of early modern book culture, established by the actions and motives of its participants (sociality), the characteristics of the used and produced spaces (spatiality), and the variety of the publications (materiality). To put it differently: the focus lies on the human networks of producing, distributing and consuming; on the interconnectivity of geography, distance and space that shaped early modern production, circulation, and consumption; and on the wide range and function of contemporary published material (in manuscript and print) characterized by aspects of production, circulation and consumption.

 

The conference program includes the following speakers from 10 different countries: Dr. Giles Bergel (Oxford, United Kingdom); Dr. Jürgen Beyer (Tartu, Estonia); Dr. Stephen Colclough (Bangor, United Kingdom; Prof. Dr. Arjan van Dixhoorn (Gent, Belgium / Utrecht, The Netherlands); Dr. Johannes Frimmel (Munich, Germany); Dr. Esther van Gelder (Utrecht, The Netherlands); Dr. Andreas Golob (Graz, Austria); Dr. Michiel van Groesen (Amsterdam, The Netherlands); Prof. Dr. Adrian Johns (Chicago, USA); Dr. Joop W. Koopmans (Groningen, The Netherlands); Sarah Laseke, M.A. (Oxford, United Kingdom); Dr. Anu Lepp (Tartu, Estonia);  Dr. Nelleke Moser (Amsterdam, The Netherlands); Dr. Leigh Penman (Oxford, United Kingdom); Prof. Dr. Joad Raymond (London, United Kingdom); Dr. Benito Rial Costas (Madrid, Spain); Dr. Geoffrey Roper (London, United Kingdom): Dr. Massimo Rospocher (Leeds, United Kingdom);  Dr. Orlin Sabev (Sofia, Bulgaria); Dr. Kristii Viiding (Tartu, Estonia);  Dr. Malcolm Walsby (Rennes, France); Dr. Daniel Bellingradt (Erfurt, Germany); Dr. Jeroen Salman (Utrecht, The Netherlands).

The final program of the conference is about to be announced soon.

For further enquiries about the conference please contact the organizers:

Daniel Bellingradt (University of Erfurt)  daniel.bellingradt@uni-erfurt.de

Jeroen Salman (Utrecht University)  j.salman@uu.nl

Parution en ligne – « Savoir des femmes »

SAVOIRS DES FEMMES 1870-1925
AUTOMNE 2013

http://savoirsdesfemmes.org/public_html/?page_id=161

Issu de la journée d’étude du groupe de recherche «Savoirs des femmes» tenue le 1er mai 2013 à l’Université de Montréal, le choix de communications présenté en ligne est consacré à la figure ambiguë des jeunes filles des années 1870-1925. Les articles sont accessibles (et téléchargeables) au format pdf.
L’enregistrement intégral de la journée d’étude est également disponible sur le site www.savoirsdesfemmes.org

 

TABLE DES MATIÈRES 

Alexandra Arvisais : L’imaginaire féminin dans Héroïnes de Claude Cahun <http://savoirsdesfemmes.org/public_html/wp-content/uploads/2013/08/Arvisais_Alexandra-Savoirs-des-femmes-Automne-2013.pdf> .

Tiphaine Barrailler :  Dé-limiter les corps des jeunes filles. <http://savoirsdesfemmes.org/public_html/wp-content/uploads/2013/08/Barrailler_Tiphaine-Savoirs-des-femmes-Automne-2013.pdf>

Émilie Boulé-Roy : Le corps de la fille de noces : objet de regard, lieu de rencontre. (Analyse du roman Chair molle de Paul Adam) <http://savoirsdesfemmes.org/public_html/wp-content/uploads/2013/08/%C3%89milie-Boul%C3%A9-Roy-Savoirs-des-femmes-Automne-2013.pdf> .

Catherine Blais : Un amour de jeune fille ou le rêve d’Icare. (Le statut du mariage dans Le Lys : entre raison et sentiments). <http://savoirsdesfemmes.org/public_html/wp-content/uploads/2013/08/Blais_Catherine-Savoirs-des-femmes-Automne-2013.pdf>

Josée Brabant : La menace américaine. <http://savoirsdesfemmes.org/public_html/wp-content/uploads/2013/08/Brabant_Jos%C3%A9e-Savoirs-des-Femmes-Automne-2013.pdf>

Léa Buisson : La nuit de noces : des savoirs prénuptiaux à l’initiation. <http://savoirsdesfemmes.org/public_html/wp-content/uploads/2013/08/Buisson_Le%C3%ACa-Savoirs-des-femmes-Automne-2013.pdf>

Vanessa Courville : Mères atypiques: l’enjeu de l’éducation maternelle dans Lettres à sa fille (1905-1912) de Sido et Lettres à sa fille (1916-1953) de Colette. <http://savoirsdesfemmes.org/public_html/wp-content/uploads/2013/08/Courville_Vanessa-Savoirs-des-femmes-Automne-2013.pdf>

Isabelle Dumas : À l’ombre des jeunes filles en flirt : inscription du commerce amoureux chez la jeune fille proustienne. <http://savoirsdesfemmes.org/public_html/wp-content/uploads/2013/08/Dumas_Isabelle-Savoirs-des-femmes-Automne-2013.pdf>

Pascale Joubi : L’éducation passionnelle des jeunes filles : de la Belle Époque à l’entre-deux-guerres. <http://savoirsdesfemmes.org/public_html/wp-content/uploads/2013/08/Joubi_Pascale-Savoirs-des-femmes-Automne-2013.pdf>

 

Appel à communications – Colloque jeunes chercheurs 2014

UNIVERSITÉ LAVAL
CHAIRE DE RECHERCHE DU CANADA
EN LITTÉRATURES AFRICAINES ET FRANCOPHONIE

 

Titulaire : Justin Bisanswa

COLLOQUE JEUNES CHERCHEURS 2014
Intertextualités francophones
(2 et 3 mai 2014)

Organisé par Olga Hél-Bongo et Kasereka Kavwahirehi

 

La Chaire de recherche du Canada en Littératures africaines et Francophonie organise, les 2 et 3 mai 2014, à l’Université Laval, à Québec, un colloque international destiné aux jeunes chercheurs en littératures francophones.
Les historiens de la littérature soulignent généralement que la littérature française et d’autres littératures occidentales offrent le modèle aux littératures francophones concernant les formes, et parfois les thèmes. D’autre part, ils reconnaissent la permanence des formes littéraires anciennes (légendes, mythes, contes, épopées, etc.) sur les formes de ces littératures. Il ne s’agit pas de contester ces hypothèses, mais de ne pas perdre de vue que tout texte se construit sur fond des textes antérieurs à propos desquels il déploie une double stratégie de différenciation et de distinction. Ce qui rejoint la notion d’intertextualité qui, selon Julia Kristeva, implique à la fois l’absorption d’un corps étranger et son intégration dans un nouveau contexte.

Dans ce sens, l’objectif de ce colloque est d’amener les jeunes chercheurs à ne pas confondre la critique intertextuelle avec la critique des sources qui se limite à inventorier les influences subies par un écrivain. L’objectif vise à démontrer, sur base des analyses de textes précis, que les textes francophones sont en conversation avec les autres formes de discours. Il s’agira de ne pas oublier que chaque société sécrète ses stéréotypes. Comment l’écrivain francophone se sert-il de ces stéréotypes? Quelle est la fonction des stéréotypes dans son discours? Comment réinvestit-il la dimension de l’Histoire dans ses textes?

On s’attardera également à examiner comment le thème de la littérature occupe une place de plus en plus importante à même les textes. Sur ce plan, certains textes font de la littérature l’objet d’un discours esthétisant. Ainsi, le texte francophone se veut parfois une sorte de bibliothèque mouvante qui ne cesse de commenter, d’idéaliser et même de désavouer la littérature. D’autres textes abordent le littéraire de façon allusive ou métaphorique, alors que d’autres encore intègrent le littéraire de façon massive.

Enfin, il conviendra de montrer que cette articulation du texte avec d’autres textes ou d’autres formes de discours est l’expression la plus sûre de sa modernité, apportant ainsi aux littératures francophones, notamment au roman, un renouvellement des formes du texte qui se dit à la fois journal, fiction, chant, épopée, subordonnant la fiction aux artefacts linguistiques.
Veuillez envoyer votre proposition de communication (15 lignes au maximum), accompagné d’un CV (de 5 lignes tout au plus, précisant votre statut et votre institution universitaire, vos publications et votre participation à des colloques), au plus tard le 20 décembre 2013 à l’adresse suivante : jeunes.francophonie@flsh.ulaval.ca <mailto:jeunes.francophonie@fl.ulaval.ca>

COLLOQUE JEUNES CHERCHEURS 2014 (Diffusion)

 

Appel à communications – Colloque : « Sociologie du style littéraire » (COnTEXTES)

APPEL À COMMUNICATIONS (format PDF : Argumentaire – Sociologie du style littéraire)

Sociologie du style littéraire

Sixièmes journées d’études du groupe COnTEXTES
Bruxelles, 9-11 avril 2014

Posée à la littérature, la question du style a, de longue date, suscité engouements et suspicions. Le style littéraire est aujourd’hui considéré comme la trace écrite de l’individu et l’indice d’une distance à l’égard de la langue commune. Une telle conception participe pleinement d’une modernité littéraire ayant érigé la singularité et la nouveauté en valeurs esthétiques. En ce sens, elle est aussi le résultat d’une révision importante, à partir du milieu du XIXe siècle, de l’idéal d’un « style parfait », entendu comme un « bien écrire régi par des règles valables pour tous, respectueux de principes qui semblent défier le temps et les plumes » (Philippe 2013 : 2). Au cours de cette évolution épistémique, de norme, le style devient vecteur de création. La transition a été identifiée tantôt en termes d’« autonomisation » du champ littéraire (Bourdieu), tantôt sous l’angle du « passage d’une littérature-discours à une littérature-texte » (Vaillant) et d’un affranchissement de la rhétorique (Philippe). Dès 1753, Buffon soutient dans son Discours sur le style que « le style est l’homme même », le définissant comme la marque textuelle d’une intériorité auctoriale contrastant avec le caractère commun et extérieur des faits traités. Au cours du XIXe siècle, ces considérations sont passées sous la plume des auteurs eux-mêmes, comme l’attestent la préface d’Edmond de Goncourt à Chérie, qui revendique pour l’écrivain « une langue personnelle, une langue portant [sa] signature », et la conception de Marcel Proust, formulée dans une lettre à madame Straus de 1908, selon laquelle « la seule manière de défendre la langue, c’est de l’attaquer ».

L’actualité de la recherche est animée par la question du style à travers de nouvelles perspectives qui proposent de l’étudier de manière extensive, qu’il s’agisse de l’orienter dans une perspective transdisciplinaire empruntant volontiers à l’anthropologie ou de lui conférer une dimension existentielle propre à rendre compte du vécu intime des formes et de leurs significations. Parmi ces approches qui réévaluent la part d’individualité, de créativité ou d’originalité que désigne la notion de style, la sociologie de la littérature n’est pas en reste. Pourtant, le style semble constituer pour elle un point aveugle ou un impensé, sur fond du reproche récurrent qui lui est adressé de négliger la « surface verbale » du texte littéraire (Barthes). C’est donc aux différentes possibilités d’étudier le « style littéraire » en sociologie de la littérature qu’est dédié le présent colloque.

Si une place lui a été réservée par la rhétorique et si une discipline à part entière lui a été consacrée, le style semble encore résister à une approche sociologique. Les principaux points d’achoppement concernent l’intégration, dans l’analyse stylistique, des conditions matérielles de production et de réception d’une œuvre, ainsi que les corrélations à établir entre les ordres socio-économique et esthétique. De nombreuses questions restent ainsi posées : comment rendre compte des variations significatives qui engagent à la fois des conceptions artistiques et la structure du champ littéraire ? existe-t-il des définitions concurrentes du style, circulant à un même moment ? comment la sociologie littéraire peut-elle rendre compte des étapes d’une évolution qui va du respect de la norme du bien écrire à la multiplication des expressions individuelles ? Pour traiter ces aspects, quatre axes de réflexion seront développés.

 

1. Épistémologie et histoire disciplinaire

Plusieurs chercheurs dont les travaux offrent des jalons à une réfexion sociologique ont considéré le style comme l’un des paramètres de la valeur du littéraire au regard de ses déterminations socioculturelles (Molinié et Viala, Meizoz). Parallèlement, des poéticiens et des généticiens ont manifesté une attention aux données contextuelles au départ du texte lui-même (Bordas, Philippe et Piat, Herschberg-Pierrot). D’autres études récentes ont cherché à étendre la réflexion sur le style du domaine littéraire à d’autres sphères de création, notamment artistiques (Vouilloux, Bernadet), au vécu quotidien (Macé) et à de nouvelles interactions entre l’écrit et le geste (la posture selon Meizoz). De quelles assises disciplinaires et méthodologiques ces préoccupations participent-elles ? Quelles sont les complémentarités possibles de ces conceptions avec les approches sociales et institutionnelles du littéraire ? Les propositions de la sociopoétique et de la sociostylistique, particulièrement attentives aux subtilités des interactions entre le littéraire et le social dans la complexité de leurs manifestations discursives et formelles, sont-elles solubles dans une sociologie du/des style(s), et inversement ?

2. Le style au collectif

Après la quête de l’originalité encouragée par la modernité, la multiplication des idiosyncrasies communément associée à la postmodernité a elle aussi contribué à appréhender le style comme la marque spécifique du sujet individuel. Cette conception doit être nuancée et rapportée aux diverses dynamiques collectives (classe sociale, groupe littéraire, sociabilité artistique) qui rappellent à quel point la « singularité » dont le style rendrait compte peut être relative. Au sein d’un champ littéraire fait d’identités relationnelles oppositives, le fait de créer ou de s’approprier un style participe-t-il de l’activité du « nomothète » (Bourdieu), à l’origine des dynamiques de renouvellement des avant-gardes et des esthétiques ? L’étude de la notion de style d’un point de vue groupal permet en outre d’interroger les logiques mêmes du collectif. Ces dernières peuvent lier un style à une structure, comme le montre le cas de la revue littéraire (le « style NRF »), ou fonder les pratiques sociales de distinction par la reconnaissance, voire l’adoption, d’infimes variations formelles.

3. Objectivation d’une étude du style

Tout essai d’étude objective semble dissoudre ce qui est réputé faire le propre du style : l’expression et la saisie d’une subjectivité. Quels moyens la sociologie de la littérature offre-t-elle pour faire le départ entre les faits, les valeurs et les jugements de valeur qu’impliquent les multiples usages du style ? La question doit se poser aussi à partir d’autres champs disciplinaires, puisque les écrivains ne déterminent pas leurs choix formels en fonction du seul domaine littéraire, qu’ils scripturalisent un art de peindre (écriture artiste des Goncourt) ou qu’ils transposent à l’écrit des éléments de la langue quotidienne (« roman parlant » étudié par Meizoz). Par ailleurs, une approche objectivante nécessite de réfléchir aux prises de position que peut révéler un fait de style, si l’on suit le postulat bourdieusien selon lequel une « stratégie stylistique » pourrait « fournir le point de départ d’une recherche sur la trajectoire de son auteur » (Bourdieu 1998 : 383). Quand un fait de style devient-il signifiant dans ce cadre ? Comment peut-on penser des options stylistiques discrètes, susceptibles elles aussi de livrer des possibilités d’interprétation sociologique ?

4. Postérité du style

Le style possède sa temporalité propre, comme le rappelle l’histoire littéraire qui constitue des styles reconnaissables impliquant, pour certains, la cristallisation de caractéristiques sous une étiquette reconnue. En tant que paramètre de valeur important dans l’évolution du « champ des possibles », un style peut faire l’objet d’une patrimonialisation ou souffrir d’un rejet (style dit « décadent »). Quelles sont les instances propres à fonder un style spécifique et à assurer sa postérité (pairs, disciples, critiques littéraires ou universitaires, etc.) ? Quelles stratégies les écrivains peuvent-ils mettre en œuvre, isolément ou collectivement, pour légitimer et faire reconnaître comme distinctes sur le plan du style leurs propres pratiques ? Que nous enseignent les débats stylistiques à propos des états successifs du champ littéraire et des dynamiques de son histoire ? Et comment peut-on rendre compte des jugements de qualité stylistique établis par l’historiographie et la mythographie littéraires ?

 

Le colloque aura lieu à l’Université libre de Bruxelles les 9, 10 et 11 avril 2014. Les propositions de communication (environ 500 mots) sont à envoyer à Clément Dessy (cdessy@ulb.ac.be), Valérie Stiénon (V.Stienon@ulg.ac.be) et Laurence van Nuijs (Laurence.VanNuijs@arts.kuleuven.be) avant le 10 octobre 2013. Les questions épistémologiques et les études de cas développant une perspective théorique seront privilégiées. Après évaluation par le comité scientifique du groupe COnTEXTES, un avis sera communiqué aux auteurs avant la fin du mois de novembre 2013.

 

Bibliographie

 

Bakhtine Mikhaïl, Esthétique et théorie du roman [1978, trad.], Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1987.
Barthes Roland, Le Degré zéro de l’écriture [1953], Paris, Seuil, coll. « Points », 1972.
Bernadet Arnaud, « L’anthropologie modale. Autour de Pierre Bourdieu : art(s), manière(s), goût(s) », dans La Licorne, « Une histoire de la manière », études réunies et présentées par Arnaud Bernadet et Gérard Dessons, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, pp. 199-238.
Bordas Éric, « Style ». Un mot et des discours, Paris, Éditions Kimé, 2008.
Bordas Éric, « Stylistique et sociocritique », Littérature, « Analyse du discours et sociocritique », sous la direction de Ruth Amossy, décembre 2005, n°140, pp. 30-41.
Bourdieu Pierre, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.
Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire [1992], édition revue et augmentée, Paris, Seuil, coll. « Points », 1998.
Herschberg-Pierrot Anne, Le Style en mouvement. Littérature et art, Paris, Belin, coll. « Belin Sup-Lettres », 2005.
Jousset Philippe, Anthropologie du style, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2007.
Macé Marielle, Façons de lire, manières d’être, Paris, Gallimard, 2011.
Macé Marielle, « Penser le style avec Bourdieu », dans Bourdieu et la littérature, sous la direction de Jean-Pierre Martin, Nantes, éditions Cécile Defaut, 2010, pp. 63-76.
Meizoz Jérôme, « Pierre Bourdieu et la question de la forme. Vers une sociologie du style », dans Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu, sous la direction de Jacques Dubois, Pascal Durand et Yves Winkin, Liège, Éditions de l’Université de Liège, 2005, pp. 185-194.
Meizoz Jérôme, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007.
Meizoz Jérôme, La Fabrique des singularités. Postures littéraires II, Genève, Slatkine Érudition, 2011.
Molinié Georges et Viala Alain, Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, PUF, coll. « Perspectives littéraires », 1993.
Philippe Gilles, Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française, Paris, Gallimard, 2002.
Philippe Gilles, Le Rêve du style parfait, Paris, PUF, 2013.
Philippe Gilles et Piat Julien, La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard, 2009.
Vaillant Alain, L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.
Vouilloux Bernard, L’Art des Goncourt. Une esthétique du style, Paris, L’Harmattan, coll. « Esthétique », 1997.
Vouilloux Bernard, « La portée du style », Poétique, 2008/2, n°154, pp. 197-223.
Wolf Nelly, « Pour une sociologie des styles littéraires », dans Littérature et sociologie, sous la direction de Philippe Baudorre, Dominique Rabaté et Dominique Viart, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2008, pp. 81-94.
 
__________________________

 

Le comité de rédaction de COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature vous invite également à (re)découvrir les différentes rubriques de la revue et à nous soumettre vos propositions de publication.

 

* Le répertoire des thèses en sociologie de la littérature et en sociocritique comprend des thèses de doctorat en cours ou soutenues après janvier 2006 qui adoptent, pour une part ou dans leur totalité, une approche sociologique du fait littéraire, sans autre exclusive quant aux méthodes, toutes époques et toutes littératures confondues. Pour intégrer ou modifier une référence, veuillez écrire à Laurence van Nuijs.

 

* La rubrique des notes de lecture est consacrée à des parutions récentes en sociologie de la littérature. Afin de rédiger une note de lecture, veuillez suivre les instructions sous l’onglet « Soumettre une note de lecture » et consulter notre liste de suggestions. Pour toute demande à cet égard, merci de vous adresser à Clément Dessy et Sarah Sindaco.

 

* La revue contient une rubrique varia ouverte à des articles adoptant une approche sociale du littéraire et accueille également des dossiers thématiques. Les informations pour la soumission de dossiers ou de varia peuvent être obtenues en consultant le « Protocole rédactionnel ». Les propositions doivent être adressées à Denis Saint-AmandValérie StiénonVanessa Gemis et Laurence van Nuijs.

 

COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature rassemble des chercheurs adoptant une approche sociale du littéraire, toutes époques et toutes littératures confondues. Bien plus qu’un découpage d’objets communs, c’est donc davantage une convergence de regards qui fonde la cohérence de COnTEXTES, dont la démarche consiste à reconnaître l’inscription sociale des pratiques littéraires, par opposition à une conception sacralisée de la littérature et à une lecture immanentiste des textes.

Appel à communications – 20th and 21st Century French and Francophon​e Studies Internatio​nal Colloquium

We continue to accept proposals until August 31, 2013.

Veuillez bien soumettre vos propositions jusqu’au 31 août 2013.
20th and 21st Century French and Francophone Studies International Colloquium
New York City: March 6-8 2014
Co-organized and hosted by
NYU, CUNY Graduate Center and Columbia University
Call for Papers/ Appel à communications
Money / L’Argent

This conference, to be held in New York City on March 6, 7 and 8 2014, will focus on the role that money, economics, dépense, financial crises and equitable or unjust economic distribution have played in 20th and 21st century French and Francophone literatures, visual cultures, theatre, history, theory, translation studies and gender and ethnic studies. Since the financial crises of 2008, there has been an ever widening debate about the role that financial gain plays in the production of culture and the functioning of institutions of higher education throughout the world. At the same time, the crises have energized communities that put into question the culture of capital and the ties between capitalism and culture, all of which has created particularly dynamic, ideological, moral and cultural power struggles. This conference will serve as an open discussion on the way money has worked in stories, aesthetic forms, translations, methodologies, curricula and our own institutions from 1900 to the present.

Possible topics include:

Economics and the Cultural Field
National or Global Culture?
Financial Crises and the Avant-garde
Gender and Economic Disparities
Fetishism and the Taboo of Money
Writers and their Institutions
Cinematic Production and Globalization
Copyright and Royalties in the Digital Age
Cultural and Economic Centers and Peripheries
Culture and the Welfare State
Anti-capitalism
“Occupy Wall Street” and “le Comité invisible”
The Great Depression and Art
Money/Colonialism/Postcolonialism
Money/Migration/Art
Poetry and/versus Money
Cognitive Capitalism and the Study of Literature and Film
Esthetic Practices and the Working Class

Proposals for individual presentations and for complete panels can be submitted in French or English by August 31, 2013. Please send them to ffsmoney2014@gmail.com <mailto:ffsmoney2014@gmail.com>. The proposal should be from 200-250 words for each presentation and should include the affiliation, the name and the email address of each participant.

Organizers:
Peter Consenstein (CUNY)
Ludovic Cortade (NYU)
Madeleine Dobie (Columbia)

20th and 21st Century French and Francophone Studies International Colloquium
New York City: March 6-8 2014
Co-organized and hosted by
NYU, CUNY Graduate Center and Columbia University
Call for Papers/ Appel à communications
Money / L’Argent
Ce colloque, qui aura lieu à New York le 6, 7 et 8 mars 2014, met l’accent sur les rôles que jouent l’argent, l’économie, la dépense, les crises financières et la répartition économique—juste ou injuste—dans la littérature, les cultures visuelles, le théâtre, l’histoire, la théorie, la traduction et l’étude de la sexualité et de l’ethnicité au sein des études françaises et francophones des 20e et 21e siècles. Les crises financières de 2008 ont lancé un débat de plus en plus étendu sur l’importance du gain financier dans la production culturelle et dans les systèmes universitaires dans le monde. Ces crises remettent en cause les rapports entre le capitalisme et la culture. Ainsi s’ouvrent des luttes de pouvoirs idéologique, culturelle et morale. Ce colloque se veut un lieu de discussion au sujet du rôle de l’argent dans la littérature, les formes esthétiques, les traductions, les méthodologies et même les programmes d’étude de nos propres universités du début du 20e siècle jusqu’à nos jours.

Pistes de réflexion (liste non exhaustive) :

L’économie et les champs culturels
Culture nationale ou mondiale?
Les crises financières et les avant-gardes
Genre, sexualité et inégalités économiques
Fétichisme et tabou de l’argent
Les écrivains et les institutions
Le cinéma et la mondialisation
Les droits d’auteur à l’ère numérique
Centres et périphéries culturelles et économiques
La production culturelle et l’État-providence
L’Anticapitalisme
« Occupy Wall Street » et le « Comité invisible »
La crise économique des années 30 et l’art
Argent/Colonialisme/Post-colonialisme
Argent/Migration/Art
La poésie et/versus l’argent
Le capitalisme cognitif et l’étude de la littérature et du cinéma
Les pratiques esthétiques de la classe ouvrière

Les propositions de communication individuelles et de panels complets pourront être soumises en français ou en anglais jusqu’au 31 août 2013 à cette adresse email : ffsmoney2014@gmail.com <mailto:ffsmoney2014@gmail.com>. Veuillez joindre un résumé de 200-250 mots pour chaque communication ainsi que le nom, l’affiliation et le courriel de chaque participant.

Organisateurs :
Peter Consenstein (CUNY)
Ludovic Cortade (NYU)
Madeleine Dobie (Columbia)

Appel à communicat​ions – Congrès « Sociabilit​és en révolution​s au XVIIIe siècle »

Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications pour le congrès annuel de la Société canadienne d’études du XVIIIe siècle, organisé conjointement avec la Eighteenth-Century Scottish Studies Society, qui se tiendra à Montréal du 15 au 18 octobre 2014. Le thème retenu pour le congrès est Sociabilités en révolutions au XVIIIe siècle. La date limite pour soumettre les propositions est fixée au 1er avril 2014.

Appel à communications

Sociabilités en révolutions au XVIIIe siècle

Société canadienne d’études du XVIIIe siècle (SCEDHS)

&

Eighteenth-Century Scottish Studies Society (ECSSS)

15-18 octobre 2014

Hôtel Delta Montréal, 475 President-Kennedy Avenue

Montréal, Québec

La cohésion et l’harmonie sociales reposent largement sur la sociabilité, une forme de « douce police » qui renvoie à la capacité des individus à interagir, à communiquer et à vivre ensemble sans l’intervention continuelle d’un pouvoir coercitif. La sociabilité réfère ainsi aux multiples façons qu’ont les individus d’entrer en contact avec des amis ou des inconnus, que ce soit en personne, au sein de clubs, de salons, de sociétés ou d’autres associations, ou à distance, par le biais des correspondances, des traités et des discours.

Le congrès se propose d’examiner l’évolution de la notion de sociabilité dans un long dix-huitième siècle et à travers le prisme des nombreuses révolutions – politiques, commerciale, industrielle, scientifique, littéraire et artistique – qui contribuent à en redéfinir les formes et en réorienter les pratiques. Il sera ainsi possible d’aborder tous les aspects reliés à ce sujet, notamment les débats philosophiques et les représentations littéraires ayant pour thème la nature humaine et les relations sociales, l’exploration du lien social et des institutions mises en place pour le protéger, de même que l’examen des forces qui tendent à transformer ou à perturber les formes et les pratiques de sociabilité. Les auteurs des Lumières écossaises tels Francis Hutcheson, David Hume, Adam Smith, James Boswell et Robert Burns étant des figures majeures du discours sur la sociabilité au dix-huitième siècle, les propositions qui leur sont consacrées seront les bienvenues.

Le comité scientifique invite à soumettre des propositions de séances ou de communications aussi bien sur le thème général du Congrès que sur tout autre sujet touchant le dix-huitième siècle. Les propositions de communications individuelles sont bienvenues et le comité s’efforcera de les regrouper en des séances thématiques cohérentes. Cependant, les participants sont invités à soumettre des propositions de séances complètes, incluant deux ou (de préférence) trois communications accompagnées du choix d’un(e) président(e) et d’un(e) commentateur ou commentatrice. Les propositions de tables rondes ou de toute autre forme d’interventions seront aussi favorablement accueillies.

Sans que cette liste soit exclusive, des propositions de séances ou de communications pourront intégrer les thématiques suivantes :

  • Les lieux de la sociabilité
  • Police, surveillance et espionnage
  • La science et la République des Lettres
  • La franc-maçonnerie
  • L’espace urbain et l’occupation du territoire
  • L’écriture comme geste social
  • La figure de l’ermite
  • Sociabilité et révolutions politiques
  • Regards sur les foules
  • Sensibilité et distinction sociale
  • Les réseaux de communication
  • Amitiés
  • École, éducation et transmission du savoir
  • Célébrité, notoriété et espace public
  • Socialité et morale
  • Etc.

Les conférenciers d’honneur pour ce congrès seront Pierre Serna, professeur à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française et vice-président de la Commission internationale d’histoire de la Révolution française ; et James Moore, professeur émérite de l’université Concordia, spécialiste de Francis Hutcheson et des Lumières écossaises.

Les propositions (en français ou en anglais) doivent être soumises en format numérique et envoyées à l’organisateur du congrès, Pascal Bastien, à l’adresse suivante : scedhs2014@uqam.ca. Elles devront contenir un titre, un résumé (une page maximum) pour les communications de 20 minutes ou pour les séances de deux ou trois communications, et un bref CV (une page maximum) pour chaque intervenant.

Date limite de soumission des propositions : le 1er avril 2014.

Les organisateurs accueilleront avec plaisir les avis d’intention soumis dès l’été ou l’automne 2013 : les personnes intéressées pourront en effet soumettre un titre provisoire de séance ou de communication et s’inscrire, par conséquent, à la lettre d’information du Congrès.  Cette lettre rappellera les échéanciers, informera des activités liées au congrès et des possibilités de financement qui pourraient s’offrir.  Cette initiative, par contre, ne dispensera pas de soumettre une proposition et un cv en bonne et due forme avant la date limite de soumission des propositions.

Comité d’organisation

Julie Allard (Bishop’s University), Pascal Bastien (UQAM), Simon Dagenais (UQAM)), Lucie Desjardins (UQAM), Marie-Claude Felton (McGill), Geneviève Lafrance (UQAM), Simon Macdonald (McGill).

Comité scientifique

Brian Cowan (McGill), Susan Dalton (Université de Montréal), Peggy Davis (UQAM), Deidre Dawson (Michigan State University), Nicholas Dew (McGill), Ugo Dionne (Université de Montréal), Jean-François Gauvin (Harvard),  Matthew Hunter (McGill), Neven Brady Leddy (Bishop’s University), Ted McCormick (Concordia), Benoît Melançon (Université de Montréal), Dario Perinetti (UQAM), Peter Sabor (McGill), Jonathan Sachs (Concordia), Richard B. Sher (New Jersey Institute of Technology), Mark Spencer (Brock University), Laurent Turcot (UQTR).

www.scedhs2014.uqam.ca

Parution – « Lectures sociocritiques du théâtre »

Études littéraires, n°43/3, 2012 :  » Lectures sociocritiques du théâtre « 

Sous la direction d’Olivier Bara

EAN 9782920949500.

Présentation de l’éditeur :

La sociocritique, attachée à la construction discursive des représentations sociales, n’a guère privilégié jusqu’à présent le domaine dramatique. Le théâtre, forme sociale par excellence, suscite peut-être trop spontanément une approche  relevant de la sociologie de la création ou de la réception, et non de la sociocritique, laquelle étudie le social dans le texte et cerne la socialité des œuvres dans leur productivité symbolique. Parce que le théâtre est disputé par des disciplines universitaires parfois concurrentes, il s’est trouvé rejeté tantôt du côté  d’une approche strictement textuelle et littéraire, tantôt du côté de l’analyse du fait spectaculaire, de la théâtralité à la mise en scène et à la performance ; le théâtre a été également abordé à partir de son environnement culturel et institutionnel, ou saisit en tant qu’acte politique dans ses discours idéologiques explicites. Une sociocritique du théâtre, en tant qu’herméneutique attachée au latent, au mouvant, à l’impensé des œuvres, doit envisager une « sociosémiotique » croisant les méthodes et les disciplines, dans une prise en compte du texte et de la représentation. Telle est la proposition de ce volume d’Études littéraires à travers neuf études, entre XVIIIe siècle et scène contemporaine, en passant par le romantisme et le symbolisme.

Vous pouvez feuilleter ce volume en ligne.

Responsable : Anne-Marie Fortier

 

Url de référence :
http://www.etudes-litteraires.ulaval.ca/lectures-sociocritiques-du-theatre/

Adresse : Revue Études littéraires Département des littératures, Pavillon Charles-De Koninck 1030 avenue des Sciences-Humaines Université Laval, Québec (Québec), Canada G1V 0A6418 656-2131 poste 7844