Archives mensuelles : septembre 2013

CFP – Reading Conference in Early Modern Studies

The Early Modern Research Centre, University of Reading

Reading Conference in Early Modern Studies, 7-9 July 2014: call for papers

The Reading Early Modern Conference continues to establish itself as the place where early modernists meet each July for stimulation, conversation and debate. As in previous years, proposals of individual papers and panels are invited on research in any aspect of early modern studies relating to Britain, Europe and the wider world. This year, the plenary speakers are Randall McLeod (Toronto) and Tony Claydon (Bangor).

We would welcome proposals for individual papers and panels on any aspect of early modern literature, history, art, music and culture. Panels have been proposed on the following themes and further panels or individual papers are also invited on these topics or any other aspect of early modern studies:

  • 1714: the death of Queen Anne, the last of the Stuarts; succession in a British and European context.
  • Material texts: technologies of paper, pen and print; binding and unbinding books; compilation, collection, anthologising; modern technologies and early modern texts.
  • Writers’ career choices: poetry versus plays; theatre history; plague closures; history of printing; debates over authorship.
  • Knowledge, method, practice; mechanic arts; guilds and mysteries; tacit knowledge; statecraft and arcana imperii; how-to manuals; thinking about thinking.

Proposals for panels should consist of a minimum of two and a maximum of four papers. Each panel proposal should contain the names of the session chair, the names and affiliations of the speakers and short abstracts (200 word abstracts) of the papers together with email contacts for all participants. A proposal for an individual paper should consist of a 200 word abstract of the paper with brief details of affiliation and career.

Proposals for either papers or panels should be sent by email to the chair of the Conference Committee, Dr. Rebecca Bullard, by 6 January 2014, r.bullard@reading.ac.uk

We welcome proposals from postgraduates, and the conference hopes to make some money available for postgraduate bursaries. Anyone for whom some financial assistance is a prerequisite for their attendance should mention this when submitting their proposal.

 

Parution – « Socialisations, identités et résistances des romancières du Maghreb »

9782343002361r

Socialisations, identités et résistances des romancières du Maghreb – Avoir voix au chapitre

Isabelle Charpentier, Christine Détrez et Abir Kréfa (dir.)

 

Paris : L’Harmattan, 2013, 272 p.

EAN 9782343002361 (EAN Ebook format Pdf : 9782336321844)

27,00 EUR (version numérique : 20,25 EUR)

Présentation de l’éditeur :

Les révolutions arabes ont rendu plus visibles les résistances et déterminations des femmes. Mais, depuis des décennies déjà, de plus en plus nombreuses sont celles qui faisaient entendre leur voix. Pendant plusieurs années, des chercheuses en littérature et en sociologie, ainsi que des romancières, travaillant et vivant en Algérie, en France, au Maroc ou en Tunisie, ont étudié cette littérature porteuse d’espoir et de courage. Cet ouvrage propose ainsi un éclairage sur les textes, mais aussi les trajectoires de ces femmes qui, aujourd’hui, écrivent au Maghreb.

Url de référence :
http://www.editions-harmattan.fr

Parution – « Mémoires du livre / Studies in Book Culture », vol. 4, no. 2

Le volume 4, numéro 2, de Mémoires du livre / Studies in Book Culture vient de paraître.

Voici le lien officiel : http://www.erudit.org/revue/memoires/2013/v4/n2/index.html

Merci de diffuser cette information dans vos réseaux et d’en faire mention aux chercheurs susceptibles d’être intéressés par la thématique.

Appel à communicat​ions – « Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersio​n fictionnel​le »

Appel à communications

Mondes possibles, mondes numériques : enjeux et modalités de l’immersion fictionnelle

Colloque organisé du 18 au 20 juin 2014 à l’Université du Maine (Le Mans), dans le cadre des travaux du 3L. AM (Laboratoire de Langue, Littérature et Linguistique des Universités d’Angers et du Mans), par Laurent Bazin, Anne Besson et Nathalie Prince.

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale de la LPCM (association des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique)

 

Argumentaire

S’il est périlleux de prétendre rendre compte des mutations d’épistémè dans le temps même qu’elles sont censées se produire, du moins peut-on sans risque d’erreur mettre en évidence le changement de paradigme qui a vu l’ère du numérique succéder en quelques décennies        seulement à la galaxie Gutenberg. Dit autrement, on est passé d’une civilisation de l’imprimé à la prépondérance des écrans ; il en résulte la mise en œuvre de nouveaux cadres de référence et de réception dont la montée en puissance pourrait sembler reléguer l’écrit en général, et le texte littéraire en particulier, en marge de la conscience contemporaine au profit de l’immédiateté des médias, de la fascination des images et du prestige du Web.

À ce constat désenchanté, il faut toutefois opposer la persistance du champ littéraire, avec en particulier l’essor éditorial de la littérature pour la jeunesse, dont la place avérée dans les pratiques de consommation culturelle témoigne de son rôle structurant dans la constitution d’un imaginaire collectif des jeunes générations, de même que l’évolution des littératures de l’imaginaire (fantasy, science-fiction…) qui touchent elles aussi un public élargi. Loin de s’opposer à la révolution numérique, de telles productions semblent au contraire l’accompagner, voire la mettre en scène, à travers le motif récurrent des mondes possibles, thème obsessionnel de la fiction contemporaine.

Reste à savoir comment ces différentes modalités de l’évasion dans d’autres univers (à travers les textes ou par le biais des jeux vidéo, jeux de rôle et autres jeux en ligne) entrent en résonance dans les perceptions contemporaines. Peut-on considérer que les expériences sont superposables dès lors que « fiction » et « play » sont souvent confondus au nom d’une adhésion collective au paradigme de l’immersion ? Ou bien faut-il les considérer comme radicalement distinctes, comme ont pu un temps le revendiquer les game studies ? On se rappelle que Jean-Marie Schaeffer, dans la fameuse ouverture de Pourquoi la fiction ?, rapprochait pour sa part Madame Bovary de Lara Croft dans l’intention de couvrir la totalité du spectre fictionnel, considérant précisément que le propre de la fiction serait d’instituer un mode d’immersion dans l’univers postulé (la feintise ludique), caractérisé par des modes de projection similaires par-delà la disparité de leurs réalisations.

Ce ne serait donc pas un hasard si la fortune critique des théories de la fiction visant à rendre compte des phénomènes littéraires à l’aune du vieux mythe des mondes possibles1 coïncide avec le succès de « mondes imaginaires » revisités par le cinéma (Harry Potter adapté par Hollywood, Tolkien revu et corrigé par Peter Jackson, Narnia de C.S. Lewis ou His Dark Materials de Philip Pullman promus en blockbusters), la généralisation croissante des consoles de jeux ou encore l’engouement médiatique et public pour les existences alternatives et les univers persistants (Second lifeWorld of Warcraft …).

L’objet de ce colloque est donc d’interroger la façon dont s’entrelacent aujourd’hui les trois notions de « fiction », de « monde » et de « jeu ». On pourra notamment et entre autres développer les pistes de réflexion suivantes :

– imaginaires des mondes et paradigmes théoriques, dans leurs différents investissements disciplinaires ;

– représentations de l’expérience des mondes ludiques dans la littérature, et symétriquement, modes de présence des mondes littéraires quand ils font l’objet d’adaptations ludiques ;

– multiplication des expériences « transmedia » et « crossmedia » autour de « mondes » partagés : quelles places y tiennent les différents        médias, avec quels enjeux ?

– analyse des comportements psycho-cognitifs mis en jeu selon les modalités de l’immersion ;

– sociologie des pratiques et usages en fonction des supports considérés…

Ce sont ces convergences et ces nuances qu’il s’agira d’observer, voire de remettre en cause dans leur évidence première, pour tenter de forger une conception moderne de ce que serait une culture accordant la même valeur à la dimension artistique qu’au poids du numérique. C’est dire qu’une telle réflexion ne relève pas seulement du champ de l’esthétique, mais tout autant du politique dans la mesure où s’y jouent des questions d’héritage et de rupture, de transmissions patrimoniales et de conflits intergénérationnels, bref de comportements (inter)culturels et donc de modes de vie, de représentation autant que de pensée.

 

[1] Entre autres : Pavel, Univers de la fiction ; Dolezel, Heterocosmica ; Eco, Lector in fabula ; Ryan, Possible Worlds, Artificial Intelligence and Narrative Theory ; Lavocat, La Théorie des mondes possibles et l’analyse littéraire

 

Modalités

Le colloque proprement dit se déroulera pendant les deux journées du 19 et 20 juin. Il sera précédé le 18 juin après-midi par un workshop pour les jeunes chercheurs s’inscrivant dans la problématique et dans le contexte théorique et méthodologique du colloque. Ce workshop, avec modérateur, consistera en une présentation rapide de leurs travaux de recherches s’appuyant sur un poster.

Les propositions (environ 3000 signes espaces compris, précisant s’il s’agit d’un poster ou d’une communication pour le colloque) doivent être envoyées, accompagnées d’une courte notice biographique, à Laurent Bazin (laurentbazin60@gmail.com), Anne Besson (annebesson@free.fr) et Nathalie Prince (nathalie.prince@bbox.fravant le 31 décembre 2013.

 

Organisation

Laurent Bazin, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

Anne Besson, E.A. « Textes et Cultures », Université d’Artois

Nathalie Prince, laboratoire 3L.AM, Université du Maine

 

Comité scientifique

Gilles Brougère, Université Paris Nord-Villetaneuse

Vincent Ferré, Université Paris Est Créteil (UPEC)

Irène Langlet, Université de Limoges

Françoise Lavocat, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle

Marc Lits, Université de Louvain

Francis Marcoin, Université d’Artois (Arras)

Brigitte Ouvry-Vial, Université du Maine

Richard Saint-Gelais, Université Laval (Québec)

 

Url de référence :

http://3lam.univ-lemans.fr/fr/index.html

Responsable : Laboratoire 3LAM

Appel à communications – Colloque « Jean Prévost »

Colloque « Jean Prévost »

Co-organisé par l’association Les Amis de Jean Prévost et la Chaire de recherche du Canada sur le roman moderne (UQAC)

Commémoration du 70e anniversaire de la disparition de l’écrivain et du journaliste (1901-1944)

Le colloque se tiendra à Paris les 5 et 6 décembre 2014.

 

http://www.fabula.org/actualites/colloque-jean-prevost_58369.php

Parution – « Spectacles sportifs, dispositifs d’écritures »

spectacles sportifs

Spectacles sportifs, dispositifs d’écritures
sous la direction de Jean-François Diana

Éditions universitaires de Lorraine, coll. Questions de communication • série actes, 2013, 360 p. (20 euros)

Commander en ligne : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100735300

annonce-parution-qdcsa19

Depuis la Révolution industrielle, le succès grandissant des spectacles sportifs résulte en grande partie de son adéquation aux formes anciennes et contemporaines de communication (de la presse illustrée à l’internet) et d’expression artistique (de la sculpture aux arts numériques). Durant plus d’un siècle, la structure profonde de l’imagination historique a dessiné la relation entre le sport et ses multiples formes de représentations articulées autour de l’accomplissement d’une perception esthétique, d’une opération cognitive et d’un engagement idéologique. Écrire le sport, son passé, son présent et son avenir, suscite donc un dialogue entre les disciplines liées aux sciences humaines, aux lettres et aux arts. Les approches critiques ont conféré à ce phénomène hypervisible une dimension sociale totale en fondant ses études sur l’analyse de traces écrites, sonores, visuelles et matérielles. Certes, si l’histoire n’est pas assujettie à ses nombreuses représentations, il convient tout de même d’en considérer les empreintes équivoques qu’un esprit du temps exhibe (hégémonie médiatique), enfouit (archives ignorées ou délibérément effacées) et transcende par la création (fictions, œuvres plastiques, chorégraphies, installations urbaines, etc.). Celles-ci sont autant d’indices de preuves (dont l’effet est de clôturer le récit), que d’arguments (qui au contraire ouvrent et nourrissent le récit). À ces problématiques distinctes s’ajoute l’hybridation qu’offre la surmodernité constitutive du sport moderne. Ainsi n’est-il plus aujourd’hui dérisoire d’accorder, dans un même temps, le statut d’œuvre à un article de presse, à un documentaire ou à une réalisation télévisuelle d’événement sportif, et celui d’informer le réel à une fiction ou à des artistes contemporains. De ce point de vue, les écritures de spectacles sportifs posent la question anthropologique de l’organisation graphique du jeu. L’objectif de cet ouvrage est justement de questionner et de confronter la diversité de ces traces inscrites dans des dispositifs précis.

Jean-François Diana, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine et membre du Centre de recherche sur les médiations, consacre ses recherches aux analyses des représentations médiatiques et des pratiques journalistiques liées au sport de haut niveau.

SOMMAIRE

Introduction

Jean-François Diana – Les écritures de sport

Littéralité, culture et récits sportifs

Jean-Marie Privat – La piscine… ou de l’écrit sans écriture
Damien Féménias, Jean Maurice – Le rugby tel qu’il se livre. 120 ans d’ouvrages de sport
Pierre Popovic  – Poupou et maître Jacques dans l’imaginaire social des années 60. Essai de sociocritique
Philippe Tétart – Les chants du sport, 1888-1928
Benoît Melançon – Chanter les Canadiens de Montréal
Fannie Valois-Nadeau – Quand « l’histoire se joue ici »
Bernardo Borges Buarque de Hollanda – Football, modernisme et musique populaire brésilienne. Remarques sur l’invention du « pays du football »

Célébration de l’héroïsme

Fernando Segura M. Trejo – Diego Armando Maradona : vers une interprétation de la trajectoire de vie de l’icône
Sylvain Villaret, Philippe Tétart – La construction médiatique d’une icône sportive : Yannick Noah (1978-1991)
Thomas Bauer – Grandeur et désillusion du boxeur : Toboggan (1934) d’Henri Decoin

Iconographie

Le sport à l’épreuve de l’art

Jean-Marc Huitorel – Un artiste et le sport. Le cas de Roderick Buchanan
Jeremy Hamers – Football et art contemporain : exposition fragmentée et narration mosaïque
Pierre Chazaud – Les enjeux esthétiques et politiques du sport du XXe siecle
Betty Lefevre – Spectacles sportifs et performances artistiques : regards croisés sur le récit de la construction de soi

Les presses sportives
Paul Dietschy – Raconter la guerre, faire renaître le sport : les dilemmes de la presse sportive  pendant la Grande Guerre
Souanef Karim – Sport et écriture journalistique : une rencontre sous tensions
Anne Marcellini, Éric De Léséleuc, Estelle Lebel – Les photographies de presse des athlètes handicapés. De l’analyse d’une « image-objet » à quelques réflexions sur sa réception
Jean-François Diana – Les écritures de l’émotion sportive. Le cas de la photographie de presse

Les écritures médiatiques des spectacles sportifs

Magali Sizorn – Les cérémonies d’ouverture des Jeux Olympiques : images sur paroles
Christophe Lenoir – Construction énonciative et qualification culturelle des spectacles sportifs. La fonction du commentaire
Valérie Bonnet – Tennis et écrans multiples : logique et esthétique de la fragmentation
Barbara Laborde – France/RFA 1982, France/Italie 2006 : lectures pragmatiques de fictions votives
Fabien Wille – Une modélisation de l’identité générique du spectacle sportif médiatisé
Sandy Montañola – Fictions et directs sportifs : le téléspectateur et les représentations de la boxe anglaise

Appel à communications – Colloque « Roman mystique, mystiques romanesques »

Colloque

Roman mystique, mystiques romanesques

aux xxe et xxie siècles

Université d’Angers / Abbaye de Fontevraud, 16-17 octobre 2014

Université de Lorraine – Nancy, 20-21 novembre 2014

 

Projet scientifique                                                                                          

L’ébranlement des cadres religieux traditionnels n’a pas affaibli dans la France du dernier siècle écoulé l’intérêt pour la littérature et les expériences mystiques. Cet intérêt s’est nourri de l’expansion des formes de spiritualité non encadrées, sur un fond d’inquiétude devant les progrès du matérialisme, d’exaltation et d’angoisse au sein des bouleversements historiques, de curiosité aussi face aux explorations anthropologiques du grand langage de l’imaginaire. La relecture de la tradition mystique chrétienne  coexiste avec l’interrogation des religions et des philosophies orientales ; dans le même temps, les convulsions de l’histoire conduisent l’élan mystique à se reporter sur le terrain politique et révolutionnaire, à viser une contemplation du néant jouant sur les paradoxes de la théologie négative, voire à se retourner en une mystique d’en-bas, fascinée par les forces obscures qui agitent violemment l’existence. De ce déplacement de la notion hors de sa stricte définition théologique, la littérature se fait témoin et bénéficiaire, une mystique poétique attirant à elle le désir d’une révélation extatique des mystères de l’au-delà, de l’envers du réel et des jouissances suprêmes de l’écriture.

Le recours étendu au vocabulaire mystique par les écrivains et par leurs exégètes est menacé par un flou conceptuel d’autant plus confortable que ce vocabulaire a justement pour fonction de désigner un franchissement des frontières de l’intellection, au point d’éblouissement où la connaissance rejoint la nescience. Mais il s’offre aussi une approche critique et métacritique comme un objet d’étude particulièrement révélateur : révélateur du reflet que la littérature donne des inflexions contemporaines de la quête de sens, de la façon dont elle considère ses propres pouvoirs et de son affrontement aux limites du langage.

Le regard, lors du colloque, sera concentré sur le champ du roman. Si en effet les rapports entre poésie et mystique ont déjà fait l’objet d’investigations multiples, appelées par le fait que de grands mystiques ont eux-mêmes été poètes, l’attention s’est moins portée, sinon sous la forme de monographies consacrées à des auteurs particuliers, sur l’écriture romanesque.  La vaste problématique de la visée de l’indicible par les mots demande encore à  être balisée par quelques questions concernant spécifiquement la fiction narrative : comment mettre en récit une expérience d’immédiateté, d’arrachement au temps et aux contours de l’identité individuelle ? Cette expérience qui déjoue toute représentation trouve-t-elle un lieu d’accueil renouvelé dans le roman du xxe siècle, que caractérise précisément une contestation massive de la visée mimétique traditionnelle du genre ? Quelles ressources offre la fiction à l’interrogation des frontières du réel et des normes de la connaissance ? Autrement dit, l’accent sera mis sur l’élaboration de la « fable » mystique plutôt que sur la suggestion lyrique du ravissement. Mais l’une et l’autre ne peuvent certes être dissociées ; il sera intéressant d’étudier le choix et la pratique de la fiction narrative chez des écrivains dont la propension mystique a emprunté la double voie du roman et du recueil poétique, ou de formes nouvelles issues d’un décloisonnement générique.

Il va de soi qu’une collaboration entre spécialistes de littérature et du dialogue de la littérature avec les arts, théologiens, philosophes, historiens et sociologues est vivement souhaitée pour ce colloque. Si le domaine français a été choisi comme objet central des analyses, l’élargissement de perspectives offert par les approches comparatistes sera le bienvenu, ainsi que des interventions consacrées à des auteurs étrangers dont le rayonnement dans le paysage littéraire français aurait été particulièrement sensible.

 

Quelques axes

— Les problèmes posés par l’extension et la redéfinition auxquelles les entreprises romanesques ont soumis depuis un siècle la notion de mystique seront au centre du colloque.  On pourra réfléchir à l’attrait qu’a exercé sur la création littéraire, en cette période où elle a consommé son autonomie, le dérangement fréquemment infligé aux institutions religieuses par l’aventure mystique ; on suivra donc la poursuite de cette aventure chez des écrivains dont l’entreprise littéraire se déploie hors de toute appartenance confessionnelle et sur un fond d’agnosticisme revendiqué. On observera son déploiement sur de nouveaux terrains – celui du sport par exemple. Mais on pourra considérer aussi la fonction critique dirigée par le roman contre les transferts d’une religiosité mystique dans la sphère politique ou dans le domaine de la passion amoureuse. La diversité des expériences mystiques ou présentées comme telles et l’extension du champ qu’elles proposent devraient également amener à s’interroger sur les frontières de la notion – ou sur l’évasion de ses contours : le rapport à la transcendance, notamment, doit-il ou non être considéré comme un élément définitoire fondamental ? La dimension réflexive, voire autotélique, de l’écriture romanesque éclaire-t-elle la distinction entre mystiques de la transcendance et mystiques de l’immanence ?

— À l’appui de cette réflexion, une étude sera à mener sur la façon dont se module, au fil du  xxe siècle et au début du xxie, le rapport du roman à un corpus mystique littéraire et artistique  que les écrivains interrogent à nouveaux frais. On tentera d’identifier les figures de la tradition mystique sur lesquelles l’imagination des romanciers de cette période travaille par prédilection et les figures contemporaines dont l’influence se fait sentir. À l’observation du réinvestissement des matériaux thématiques, des schémas narratifs et des ressources stylistiques puisés dans les textes mystiques se conjuguera une écoute du questionnement herméneutique auquel ils sont soumis : on s’intéressera aux échos qu’ont trouvés, au cœur même de la création romanesque, les nouveaux modèles interprétatifs proposés par l’essor des sciences humaines, psychanalyse et ethnologie notamment. Les motivations et effets du recours à la fiction, de la finalité heuristique à la visée critique, feront bien entendu l’objet d’une interrogation centrale.

— Des études terminologiques, enfin, s’imposent, dirigées vers l’emploi du vocabulaire mystique non seulement dans les œuvres romanesques, mais aussi dans les ouvrages critiques et les articles de revues qui leur sont consacrés.

 

Responsables 

Carole Auroy (Angers, CERIEC)

carole.auroy@univ-angers.fr

 

Aude Préta-de Beaufort (Nancy, EA 7305)

apbmahaut@wanadoo.fr

 

Si le projet vous intéresse, merci d’adresser aux deux organisatrices pour le 15 septembre 2013 un accord de principe et une brève indication sur l’orientation de votre communication. 

Les propositions précises de communication seront à formuler pour le 23 mai 2014. 

 

Réédition – « 1889, un état du discours social »

Près de vingt-cinq ans après sa parution en volume, l’équipe de Médias 19 est heureuse de proposer la réédition en libre accès du grand livre de Marc Angenot, _1889, un état du discours social_. Depuis longtemps introuvable en librairie, cet ouvrage a marqué la recherche en renouvelant profondément les approches sociales de la littérature. Autour de la notion de « discours social », Angenot a forgé une méthode d’analyse des textes d’une grande rigueur, imposant la nécessité de ne pas isoler la littérature et au contraire de la considérer dans ses liens avec l’ensemble de la masse imprimée auquel elle appartient.

Vous trouverez cet ouvrage en libre accès sur www.medias19.org. Il est précédé d’une nouvelle introduction de Marc Angenot, rédigée à l’occasion de cette édition numérique.

Parution – « L’Amérique selon Sartre. Littérature, philosophie et politique »

9782760631663

Yan Hamel

L’Amérique selon Sartre. Littérature, philosophie et politique

Montréal, PUM, coll. «Espace littéraire», 2013, 370 p.

ISBN 9782760631663

http://www.pum.umontreal.ca/catalogue/lamerique-selon-sartre

Tout au long de sa vie, Jean-Paul Sartre a porté un intérêt soutenu aux États-Unis et à leur culture. Tout petit, accompagné de sa maman, Poulou fouille fiévreusement les boîtes des bouquinistes, espérant trouver une autre aventure de Nick Carter ou de Buffalo Bill. Devenu grand, le romancier fait découvrir à Antoine Roquentin, dans La nausée, les lois de la contingence après lui avoir fait réentendre un vieux ragtime ; il caricature le racisme sévissant au sud de la ligne Mason-Dixon dans La putain respectueuse ; et après l’exécution des époux Rosenberg, il publie une lettre ouverte accusant les Américains d’être des « animaux malades de la rage ». Il y a aussi des récits de rêve new-yorkais dans L’imaginaire, des références au jazz dans Huis clos, un reportage sur Hollywood dans le journal Combat, sans oublier, dans les mois précédant l’explosion de Mai 1968, un grand tribunal populaire destiné à juger les crimes contre l’humanité commis par l’armée américaine au Vietnam… Yan Hamel montre dans ce livre important comment l’Amérique devient – chez Sartre et dans la culture française en général – une constellation de représentations contradictoires.

 

Yan Hamel est professeur de littérature à la TÉLUQ. Il est membre du Groupe d’études sartriennes (Paris) et de la North American Sartre Society, dont il a été le président. Il est aussi membre fondateur du Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes. Il a consacré de nombreux articles à l’oeuvre littéraire de Sartre et à la sociocritique qui ont été publiés notamment dans Études françaises, Études littéraires et Les Temps Modernes.