Archives mensuelles : octobre 2013

Appel à communications – Congrès : « Récits et savoirs / Narrative knowing »

Narrative Knowing/ Récit et Savoir

University of Paris Diderot/ Université Paris Diderot

June 23-27, 2014/ 23-27 juin 2014

  

Version française ci-dessous/French translation below

Narrative Matters 2014, the 7th Narrative Matters conference, will be held from 23rd June to 27th June 2014 at the University of Paris Diderot and the American University of Paris. The conference will address the theme of Narrative Knowing/Récit et Savoir.

This conference will bring together scholars of all disciplines — psychology, psychoanalysis, sociology, anthropology, history, philosophy, linguistics, literary studies, feminist and gender studies, education, medicine/healthcare, social work, biology, law, theology, computer science, visual studies, etc. — to reflect on the issue of the, sometimes, contested epistemic powers of narrative.

What relations are there between narrative and knowledge? How do forms of knowledge inform and produce narratives? How do narratives communicate or produce knowledge? Which ones? What is the nature of narrative knowledge as opposed to other forms of knowledge (common or spontaneous knowledge of reality, scientific knowledge, philosophical “wisdom”, etc.)? Does narrative constitute a privileged mode of knowledge or is it an epistemologically opaque means of pursuing the truth?

Proposals for papers or panels are invited for submission before 15th November 2013.

Potential themes include (but are not limited to):

— Narrative knowing. What is the role of narrative form in the production of knowledge? Is narrative a way of thinking, accounting for human affairs, opposed to logical reasoning, describing the natural world?

— Narrative analysis. How does gathering and interpreting narrative data generate knowledge in the social sciences (social relations, human development and aging, mental health, learning, organizations, politics, etc.)?

— Scientific narratives. What is the role of narratives in constructing forms of scientific knowledge and in learning from them? What is the relation between narrative discourse and scientific discourse?

— Narrative medicine. How does narrative participate in the construction and transmission of medical knowledge, the understanding of illness and the application of medical knowledge in research, the doctor’s office and public health?

— Narrative and the media. What is the place of narrative in the media (cinema 3D, “High Frame Rate”, interactive video games, social media, journalism) and the kinds of knowledge created and transmitted by audiovisual, digital and other media?

— Narrative and social reality. How do narratives imagine the past, collective identity and collective memory? Is historical writing a science or storytelling? How do stories challenge ways of knowing, in counter-memories or revisionism?

— Narrative and epistemology. What kind of object of knowledge is narrative (e.g., in narrative theory, education sciences, etc.)? Is narrative a means of knowledge, mediating knowing? How can narrative operate as obstacle to knowledge, refusing knowledge by denying narrative?

— Narrative and fiction. How do different forms of narration challenge the borders between fiction and non-fiction (autofiction, literary journalism, novelistic biographies or autobiographies, historical novels)? Can the narrative point of view be a way of knowing in fiction and non-fiction?

— Narrative representation. How is knowledge in fictional literary narrative configured and represented? What can literature bring to our understanding of society and social relationships?

— The “connaissance de l’écrivain” (“writer’s knowledge”, Jacques Bouveresse). What are the epistemic benefits of reading literary narrative?

 

We will accept both empirical and theoretical contributions. All methods and approaches are welcome. Proposals can be in English or in French. Some of the proposals will be selected for publication.

 

Submission of proposals

Proposals for papers or panels must be submitted online before November, 15th 2013. The submission tool will be available beginning September, 1st 2013.

Papers. All paper submissions must be less than 300 words.

Panels. All panel submissions must contain an abstract describing the theme or purpose of the panel and abstracts for each paper (300 words max). Panels should bring together three to four papers.

Authors will provide a brief bio and a list of keywords.

Submissions will be reviewed for clarity, organization and scientific value.

If you have questions, please contact: narrativematters2014@aup.edu.

 

Calendar

September, 1st 2013: opening of the website for papers and panels submissions

November, 15th 2013: deadline for the submission of proposals

January, 15th 2014: notification of acceptance of proposals

February, 15th 2014: opening of registration

April, 15th 2014: closing of registration

 

Plenary speakers

Jacques Bouveresse, Collège de France

Philippe Carrard, University of Vermont, Dartmouth College

Donald Polkinghorne, University of Southern California

 

Workshops

Preconference workshops will be organized, principally for graduate students and beginning scholars:

Narrative Analysis (Alexandra Georgakopoulou, King’s College London)

Narrative Care (to be confirmed)

Narrative Interviewing (Amia Lieblich, Hebrew University of Jerusalem, and Ruthellen Josselson, Fielding Graduate University, Santa Barbara, CA)

Narrative Writing (Hubert Haddad, poet and novelist)

 

Language

Conference languages will be English and French. We would like both languages to be represented equally.

 

Submission for Conference Publication

We are soliciting papers for a collection of papers from the conference. The volume will be published in the open archives at Hal-Diderot (http://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr).

 

Organizing Committee

Sylvie Patron, Associate Professor and Research Supervisor (maître de conferences habilitée à diriger des recherches) in French Literature, specialist in narrative theory, University of Paris Diderot-Paris 7

Brian Schiff, Associate Professor in Psychology, American University in Paris, main organizer of the 2012 conference.

Contact: narrativematters2014@aup.edu

 

Board of Specialists

Sylvie Archaimbault, University of Paris Diderot – Clive Baldwin, University of St. Thomas – Catherine Bernard, University of Paris Diderot – Florence Binard, University of Paris Diderot – Ernst Bohlmeijher, University of Twente (Netherlands) – Florence Dumora, University of Paris Diderot – Anne Goliot-Lété, University of Paris Diderot – Marc Hersant, University Jean Moulin-Lyon III – Christian Hervé, University of Paris Descartes – Gary Kenyon, University of St. Thomas – Françoise Lavocat, University of la Sorbonne nouvelle – Céline Lefève, University of Paris Diderot – Linda Martz, The American University of Paris – Elizabeth McKim, University of St. Thomas – Kai Mikkonen, University of Helsinki (Finland) – Nathalie Montoya, University of Paris Diderot – Claude Murcia, University of Paris Diderot – Jacqueline Nacache, University of Paris Diderot – Frédéric Ogée, University of Paris Diderot- Sylvie Patron (see above) – Nathalie Piégay-Gros, University of Paris Diderot – William Randall, University of St. Thomas – Claudia Roda, The American University of Paris – Cécile Sakai, University of Paris Diderot – Brian Schiff (see above) – Anneke Sools, University of Twente – Pierre-Olivier Toulza, University of Paris Diderot – Carine Trevisan, University of Paris Diderot – Gerben Westerhof, University of Twente

*

Le congrès présenté ici est le septième congrès mondial Narrative Matters. Cette série de réunions internationales a été inaugurée à l’Université de Saint-Thomas au Canada (New Brunswick) en 2002. L’édition 2012 s’est tenue à l’Université américaine de Paris du 28 mai au 1er juin 2012, en partenariat avec l’Université Paris Diderot-Paris 7 (Narrative Matters 2012: Life and Narrative). L’édition 2014 se tiendra du 23 au 27 juin 2014 à l’Université Paris Diderot, en partenariat avec l’Université américaine de Paris, et aura pour thème : Narrative Knowing/Récit et Savoir.

À l’instar des éditions précédentes, le congrès réunira des chercheurs de toutes les disciplines — psychologie, psychanalyse, sociologie, anthropologie, histoire, philosophie, sciences du langage, études littéraires, études féministes et études de genre, éducation, médecine, santé et action sociale, biologie, droit, sciences des religions, informatique, visual studies… —, invités à réfléchir à la question des puissances épistémiques, parfois controversées, du récit.

Quelles sont les relations entre le récit et le savoir ? Comment les savoirs informent-ils et produisent-ils des récits ? Comment les récits véhiculent-ils ou produisent-ils des savoirs, et lesquels ? De quelle nature est la connaissance narrative, par opposition à d’autres formes de connaissance (connaissance commune ou spontanée du réel, connaissance scientifique, “sagesse” philosophique…) ? Le récit constitue-t-il un mode de connaissance privilégié ou est-il, au contraire, un moyen épistémologiquement opaque de poursuivre la vérité ? Il semble que la plupart des domaines propres aux sciences humaines et sociales, et peut-être même aux sciences expérimentales, soient concernés par la discussion du statut du savoir du et dans le récit. Les récits importent (Narratives matter) ; ils importent dès lors qu’il s’agit du savoir ou de la connaissance : telle est la signification du titre Narrative Knowing, emprunté à Donald Polkinghorne (dans Narrative Knowing and the Human Sciences, 1988).

 

Les chercheurs sont invités à soumettre leurs propositions de communications ou de panels avant le 15 novembre 2013. Les thèmes possibles sont les suivants (liste non limitative) :

— la connaissance narrative (narrative knowing) : le rôle du récit dans la production de connaissance ; le récit comme mode de pensée dans le domaine des croyances et des représentations sociales, par opposition aux domaines associés aux comportements des objets physiques, par exemple ;

— l’analyse narrative : la façon dont la collecte et l’interprétation de “données” produisent des connaissances dans la recherche en sciences sociales (relations sociales, développement humain et vieillissement, santé mentale, structures d’apprentissage, politique, etc.) ;

— les récits de la science : le rôle des récits dans la construction des savoirs scientifiques et dans leurs apprentissages ; les relations entre le récit et le discours scientifique ;

— la “médecine narrative” dans la construction et la transmission des savoirs médicaux ; son application dans les pratiques de recherche, cliniques ou de santé publique ;

— récits et médias : la place du récit dans les nouveaux régimes de l’image (cinéma 3D, “High Frame Rate”, jeux vidéo immersifs) ; les types de savoir construits ou transmis par les récits visuels (audiovisuels ou digitaux) ;

— l’Histoire entre science et récit : le récit et la mémoire collective ; mémoire et contre-mémoire ; le récit et le négationnisme ;

— récit et épistémologie : le récit comme objet de connaissance, pour la théorie narrative, mais aussi pour les sciences de l’éducation par exemple ; le récit comme moyen de connaissance, médiation du savoir et opérateur de transition entre la science et le réel ; le récit comme obstacle à la connaissance : le récit et le déni (le refus du savoir) ; le refus du récit comme modèle d’historicisation dans certains domaines du savoir ;

— le récit et la fiction : autofiction, journalisme littéraire, biographies ou autobiographies romanesques, romans historiques, toutes formes qui déplacent les frontières entre fiction et non-fiction ; le point de vue comme mode de connaissance dans la fiction et la non-fiction ;

— les figures et les représentations du savoir dans le récit de fiction ; le “merveilleux scientifique” ; l’érudition fictionnelle ; le roman comme “laboratoire” de connaissance pour la sociologie ;

— la “connaissance de l’écrivain” (Jacques Bouveresse) ; les bénéfices épistémiques de la lecture du récit littéraire.

 

Sont acceptées aussi bien des contributions théoriques que des études empiriques. Toutes méthodes et approches sont bienvenues. Les contributions peuvent être proposées en anglais ou en français. Certaines d’entre elles pourront ensuite être sélectionnées pour publication.

 

Processus de soumission

Les propositions de panels ou de communications devront être déposées sur le site du Congrès pour le 15 novembre 2013 au plus tard. Le site sera ouvert à partir du 1er septembre 2013.

Les résumés des communications ne devront pas excéder 300 mots.

Les organisateurs de panels devront fournir un résumé décrivant le thème du panel proposé et un résumé pour chaque communication (300 mots max.). Chaque panel devra comprendre de trois à quatre communications.

Les auteurs seront également invités à fournir une brève bio-bibliographie, ainsi qu’une liste de mots clés.

Le comité scientifique sélectionnera les propositions de panels et de communications en fonction de leur clarté et de la pertinence et originalité de la recherche présentée.

Pour toute question, contacter : narrativematters2014@aup.edu.

 

Calendrier

1er septembre 2013 : ouverture du site pour la soumission des propositions de panels et de communications

15 novembre 2013 : date limite de soumission des propositions de panels et de communications

15 janvier 2014 : notification des décisions du comité scientifique du congrès

15 février 2014 : ouverture des inscriptions au congrès

15 avril 2014 : clôture des inscriptions

 

Les frais d’inscription sont à la charge des participants. Sont exonérés de frais d’inscription les membres du comité d’organisation, les membres du comité scientifique qui appartiennent aux institutions partenaires, les conférenciers pléniers et les responsables d’ateliers.

 

Conférenciers pléniers

Jacques Bouveresse, Collège de France

Philippe Carrard, Université du Vermont, Dartmouth College

Donald Polkinghorne, Université de Californie du Sud

 

Ateliers

Des ateliers de formation préalables au Congrès seront organisés en particulier pour les étudiants et les jeunes chercheurs et traiteront des thèmes suivants :

L’analyse narrative en sciences sociales (Alexandra Georgakopoulou, King’s College de Londres)

La fonction du récit dans le soin (sous réserve)

L’entretien narratif (Amia Lieblich, Université hébraïque de Jérusalem, and Ruthellen Josselson, Fielding Graduate University, Santa Barbara, CA)

Atelier d’écriture narrative (Hubert Haddad, écrivain)

 

Langue

Les langues du congrès seront l’anglais et le français. Nous souhaiterions qu’elles soient représentées à parts égales.

 

Soumission des textes pour parution dans les actes du congrès

Nous envisageons de publier une sélection d’articles issus du congrès. Le volume sera disponible en archives ouvertes sur Hal-Diderot (http://hal-univ-diderot.archives-ouvertes.fr).

 

Comité d’organisation

Sylvie Patron, maître de conférences habilitée à diriger des recherches en littérature française, spécialiste de théorie littéraire, Université Paris Diderot-Paris 7

Brian Schiff, maître de conférences (associate professor) en psychologie, Université américaine de Paris, organisateur principal du congrès de 2012

Contact : narrativematters2014@aup.edu

 

Comité scientifique

Sylvie Archaimbault, Université Paris Diderot – Clive Baldwin, Université de Saint-Thomas (Canada) – Catherine Bernard, Université Paris Diderot – Florence Binard, Université Paris Diderot – Ernst Bohlmeijher, Université de Twente (Pays-Bas) – Florence Dumora, Université Paris Diderot – Anne Goliot-Lété, Université Paris Diderot – Marc Hersant, Université Jean Moulin-Lyon III – Christian Hervé, Université Paris Descartes – Gary Kenyon, Université de Saint-Thomas – Françoise Lavocat, Université de la Sorbonne nouvelle – Céline Lefève, Université Paris Diderot – Linda Martz, Université américaine de Paris – Elizabeth McKim, Université de Saint-Thomas – Kai Mikkonen, Université d’Helsinki (Finlande) – Nathalie Montoya, Université Paris Diderot – Claude Murcia, Université Paris Diderot – Jacqueline Nacache, Université Paris Diderot – Frédéric Ogée, Université Paris Diderot – Sylvie Patron (voir ci-dessus) – Nathalie Piégay-Gros, Université Paris Diderot – William Randall, Université de Saint-Thomas – Claudia Roda, Université américaine de Paris – Cécile Sakai, Université Paris Diderot – Brian Schiff (voir ci-dessus) – Anneke Sools, Université de Twente – Pierre-Olivier Toulza, Université Paris Diderot – Carine Trevisan, Université Paris Diderot – Gerben Westerhof, Université de Twente

Appel à contribution – Revue Dire « La condition minoritaire : jeux/enjeux poétiques, didactiques et sociopolitiques contemporains »

Dire (Diversité, REcherches, Terrains), N°5. http://epublications.unilim.fr/revues/dire/121 

La condition minoritaire : jeux/enjeux poétiques, didactiques et sociopolitiques contemporains

Pour le numéro 5 de sa revue en ligne Dire (Diversité, REcherches, Terrains), le Laboratoire FRED (Francophonie, Éducation, Diversité) de l’Université de Limoges lance un Appel à contribution sur le thème : « La condition minoritaire : jeux/enjeux poétiques, didactiques et sociopolitiques contemporains».

Sous quelque angle qu’on puisse les considérer dans la mondialisation actuelle, les minorités constituent une catégorie sociopolitique, identitaire et structurelle complexe tant du point de vue de leur délimitation géo-culturelle, de leur existence, que de leur reconnaissance et de leur visibilité. Communauté humaine – ou autre – souvent problématique au nom des enjeux politiques qu’elle charrie et des thématiques qu’elle recouvre, elle se donne souvent également en spectacle aux jeux poétiques et artistiques qui révèlent son univers symbolique et les trajectoires qu’elle emprunte pour l’exprimer. Si de nombreuses réflexions engagées sur les minorités ont révélé un sémantisme varié où s’entrecroisent expérience diasporale ou exilique, insularité, exigüité, identité de frontière, invisibilité, etc., on a néanmoins peu questionné la condition minoritaire et de la dire par ceux-là même qui la vivent au quotidien.

Le présent numéro de Dire se propose d’interroger les modes d’affirmation, d’accommodement, de recouvrement, de rejet, de transfert ou d’expression de la condition minoritaire à travers des études de cas, des contributions scientifiques, des entretiens avec des écrivains et créateurs contemporains en francophonie ou dans d’autres univers linguistiques.

Étude de cas (Sociologie, SCED, Civilisation)

Réflexions critiques (Civilisation, Diversité)

Critique littéraire (Littératures francophones, Littérature comparée)

Expérience poétique (entretien avec des créateurs ou écrivains contemporains)

 

Les propositions, résumé de 300 mots au plus suivi de 3-5 mots-clés, et d’une biobibliographie abrégée de l’auteur (5-7 lignes), sont à faire parvenir à :

Raymond Mbassi Atéba

Email : mbassiateba@yahoo.fr

 

Consignes aux contributeurs :

http://benhur.teluq.uqam.ca/spersonnel/mcouture/apa/Presentation.htm

 

Calendrier à retenir :

Propositions de contribution au plus tard le 10 décembre 2013

Avis du Comité de Coordination : 20 décembre 2013

Réception des contributions définitives : 20 février 2014

Avis du Comité scientifique : 20 mars 2014

Parution du numéro : mai 2014

 

Comité scientifique 

Alvarez Ofelia – Etudes féminines – Université de Caracas, Venezuela

Beniamino Michel – Littérature francophone, Limoges

Beziat Jacques – Sciences de l’éducation – Université de Limoges

Cuesta Bustillo Josefina – Histoire contemporaine – Salamanque, Espagne

Daverio Andréa – Sciences politiques – Université de Buenos Aires, Argentine

Desarrollo Humano y Bienestar Social, Hermosillo, Estado Federal de Sonora, Mexique Gavarini Laurence – Sciences de l’éducation – Université Vincennes St Denis

Gay-Sylvestre Dominique – Civilisation latino-américaine – Université de Limoges

Gomez-Muller Alfredo – Civilisation latino-américaine – Université de Tours

Gonzalez Pages Julio César – Histoire – Université de la Havane, Cuba

Kunesova Kvetuse – Langue et littérature française – Univezita Hradec Kralove, Pedagogicka fakulta, Hradec Králové (Czech Republic)

Larrieux Jean-Elie – Sciences de l’éducation – Université de Port-au-Prince, Haïti

Mimouni Badra – Psychologie – Université d’Oran, Algérie

Mimouni Mostepha – Psychologie et Sciences de l’éducation – Université de Mostaganem, Algérie

Monceau Gilles – Sciences de l’éducation – Université de Cergy Pontoise

Poucova Marcela – Langue et littérature française – Masarykova univerzita, Pedagogicka Fakulta, Brno (Czech Republic)

Semujanga Josias – Littératures de langue française – Université de Montréal, Québec

Vera Noriega José Angel – Psychologie sociale – Centro de Investigacion en Alimentacion y

 

Coordination pour ce numéro

Raymond Mbassi Atéba, Littératures et civilisations française et francophone, ENS-Université de Maroua/Chercheur associé FRED

 

Comité de rédaction

Alonso Patricia, Sciences de l’éducation, FRED Limoges, Rédactrice en chef

Bauer Thomas, STAPS, FRED, Limoges,

Beniamino Michel, Littérature francophone, FRED, Limoges

Denoyel Noël, Sciences de l’éducation, FRED, Tours

Filteau Claude, Littérature francophone, FRED, Limoges

Gay-Sylvestre Dominique, Civilisation latino-américaine, FRED, Limoges, Directrice de la publication

Lemoine Maryan, Sciences de l’éducation, FRED, Limoges

Marti-Solano Ramon, Angliciste, FRED, Limoges, Secrétaire de rédaction

Mbassi Atéba Raymond, Littératures et civilisations française et francophone, Chercheur associé FRED, Coordinateur pour ce numéro

Parution – Argumentation et Analyse du Discours, no. 11

Le dernier numéro d’Argumentation et Analyse du Discours vient de sortir

11 | 2013

Analyses du discours et engagement du chercheur

Sous la direction de Roselyne Koren

 

  • Roselyne Koren

Introduction

  • Alain Rabatel

L’engagement du chercheur, entre « éthique d’objectivité » et « éthique de subjectivité »

  • Patrick Charaudeau

Le chercheur et l’engagement. Une affaire de contrat

  • Jérôme Bourdon

Pour un engagement cosmopolite et séquentiel : à propos d’une recherche sociologique sur les médias et le conflit israélo-palestinien

  • Eithan Orkibi

Critique et engagement dans la rhétorique des mouvements sociaux

  • Marianne Doury

Positionnement descriptif, positionnement normatif, positionnement militant

  • Roselyne Koren

Ni normatif ni militant : le cas de l’engagement éthique du chercheur

  • Jacques Guilhaumou

L’engagement d’un historien du discours : trajet et perspectives

 

Varia

  • Sivan Cohen-Wiesenfeld

Tensions identitaires et stratégies discursives : la communauté juive de France face à la demande de reconnaissance de la Palestine à l’ONU (23 septembre 2011)

 

Comptes rendus

  • Galia Yanoshevsky

Livnat, Zohar. 2012. Dialogue, Science and Academic Writing (Amsterdam: John Benjamins, coll. Dialogue Studies 13)

  • Claire Sukiennik

Plantin, Christian. 2011. Les bonnes raisons des émotions. Principes et méthode pour l’étude du discours émotionné (Berne : Peter Lang) ; Micheli, Raphaël. 2010.L’émotion argumentée. L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français (Paris : Le Cerf)

  • Rachele Raus

Krieg-Planque, Alice. 2012. Analyser les discours institutionnels (Paris : Colin, coll., ICOM. Série Discours et communication)

 

Appel à contribution – Cahier du GRELCEF no. 6

Les Cahiers du GRELCEF

Groupe de recherche et d’études sur les littératures et cultures de l’espace francophone

ISSN 1918-9370

APPEL À CONTRIBUTION

Les Cahiers du GRELCEF No 6 (2014)

Thème : « L’individuel et le social dans les littératures francophones »

Dossier coordonné par Emmanuel Bruno JeanFrançois

(Mauritius Institute of Education) et Ourdia Djedid (Western University)

 

Les travaux d’analyse littéraire empruntant aux études culturelles et postcoloniales ont largement contribué à mettre en valeur une vision des littératures francophones comme prenant leur indépendance de l’institution littéraire française et d’une vision coloniale et/ou occidentale des cultures du monde, pour mieux représenter les particularités locales de certaines sociétés et l’apport de ces dernières à la compréhension de la pluralité culturelle mondiale. Cette démarche, tantôt aussi sociocritique, politique et/ou anthropologique, a longtemps favorisé la reconnaissance d’expressions littéraires et culturelles exprimant les aspirations collectives (notamment sociales et nationales) et concrétisant un désir d’émancipation du centre dominant. Aussi, les stratégies de déplacements, de détours et de décentrements visibles dans les littératures francophones ont été largement interprétées comme des marqueurs de ces expressions sociales et culturelles tantôt locales, tantôt régionales et/ou transnationales.

 

Pour autant, l’on peut noter chez de nombreux auteurs, en exil ou demeurant au pays, une tentative (parfois paradoxale) de se soustraire aux diverses formes de récupération au sein d’un collectif restrictif qui aurait pour seule ‘mission’ de représenter le collectif social et/ou local. Ces mêmes auteurs se veulent en effet affranchis des contraintes accompagnant les rôles sociaux assignés (parfois à posteriori) à leurs prédécesseurs, refusant alors de se faire les porte‐parole du collectif pour tendre vers des sujets plus individuels, voire marginaux ou dissidents, échappant ainsi aux fonctions sociales régulièrement conférées aux écrivains francophones (auteurs féministes, auteurs engagés, auteurs nationaux, auteurs africains, algériens, etc.). Souvent encore, si leurs oeuvres ne sont pas insensibles au contexte social, elles sont tout de même investies de quêtes esthétiques plus individuelles/personnelles qui permettent de transcender la question de la représentation sociale et réaliste.

 

Ce numéro des Cahiers du GRELCEF propose de réfléchir sur la question de la représentation et de la fonction de l’individuel et du social dans les productions littéraires francophones. Comment ces dernières (re)négocient‐elles le rapport entre la sphère individuelle et la sphère sociale ? Ces deux catégories s’opposent‐elles toujours dans les œuvres contemporaines ? Comment se caractérise cette (re)négociation aux différents niveaux stylistiques, structurels, textuels, esthétiques, narratifs, génériques, etc. ?

 

Les contributions souhaitées pourront aborder la problématique du point de vue de sa théorisation ou de son explicitation par des cas concrets. Les pistes indiquées ci‐après le sont à titre illustratif mais non‐exclusif :

  • L’incidence du contexte social dans la production et la réception des productions littéraires francophones
  • Les champs littéraires « mineurs » et les attentes du collectif
  • Le collectif et/ou l’individuel comme paradigmes de lecture des oeuvres
  • Voix collectives, voix individuelles et voix dissidentes
  • Individualité(s), altérité(s) et communauté(s)
  • Identité(s) individuelle(s) et identité(s) sociale(s)
  • La norme et l’exception sociales
  • Les expressions et répressions des voix marginales
  • L’autobiographie et l’individu
  • Stratégies narratives et (re)négociations du lien entre l’individuel et le social
  • La représentation du social par la quête esthétique personnelle
  • Esthétiques individuelles et subversions
  • Le corps individuel et le corps collectif
  • Le style comme lieu d’autonomisation
  • Lien entre modernités littéraires et luttes sociales.

Les articles proposés, d’une longueur de 4000 à 7000 mots et accompagnés des coordonnées et affiliation institutionnelle des auteur.e.s, ainsi que d’une notice bio‐bibliographique d’environ 100 mots, doivent parvenir à l’adresse électronique suivante au plus tard le 31 décembre 2013 : cgrelcef@uwo.ca.

 

Les articles proposés doivent suivre également le protocole de rédaction des Cahiers du GRELCEF, disponible à l’adresse : www.uwo.ca/french/grelcef/cahiers_protocole.htm. Tous les articles reçus feront l’objet d’une évaluation anonyme par un comité de lecture.

Appel à contribution GRELCEF N 6 2014

Parution – « L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle »

 

couverture age des cenacles

Anthony Glinoer & Vincent Laisney

L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle

Paris, Fayard, 2013, 714 pages

Parution : 16/10/2013

Format : 150 x 285 mm

Prix public TTC:  30.00 €

ISBN: 978-2213672076

Le mot « cénacle » n’évoque plus aujourd’hui qu’un groupuscule d’initiés ourdissant quelque complot. Il n’en allait pas de même au XIXe siècle où ce terme désignait un petit cercle d’écrivains et d’artistes rassemblés autour d’une figure charismatique, occupés à poser, à huis clos, les jalons de l’Art de demain. Encensé par les uns et raillé par les autres, le cénacle offrait une alternative aux tentations de la mondanité, de l’académisme, du journalisme et du mercantilisme. Des soirées de Hugo aux Mardis de Mallarmé en passant par les Samedis de Leconte de Lisle et le cercle des Nabis, il devient la sociabilité de référence des écrivains et des artistes qui désirent fonder un mouvement. Après l’époque des salons littéraires et avant l’ère des groupes d’avant-garde, le XIXe siècle s’impose donc comme l’âge des cénacles. Elaboré à partir d’un vaste corpus de journaux intimes, de lettres, d’articles, de satires, de souvenirs, de romans et de poèmes, ce livre cerne les contours du cénacle à la fois comme phénomène historique, objet sociologique et figure de l’imaginaire. Au fil des pages, le lecteur croisera les grandes figures littéraires et artistiques du XIXe siècle (Hugo, Stendhal, Balzac, Courbet, Flaubert, Baudelaire, Manet, Zola, Verlaine, Mallarmé) et s’immergera dans les mouvements qui l’ont marqué (romantisme, réalisme, Parnasse, naturalisme, impressionnisme, symbolisme). En somme, à travers le prisme du cénacle, c’est tout le XIXe siècle que les auteurs éclairent d’un jour nouveau en montrant qu’il fut moins le siècle des génies solitaires que celui des aventures collectives.

 

Le blog du livre : http://agedescenacles.blogspot.fr/

Colloque – « L’Artiste en revues. Fonctions, contributions et interactions de l’artiste en mode périodique »

ANNONCE : COLLOQUE INTERNATIONAL

L’Artiste en revues. Fonctions, contributions et interactions de l’artiste en mode périodique

Université libre de Bruxelles, 28-30 octobre 2013

Local AY2.114

 

Renseignements : cdessy@ulb.ac.be.

Entrée libre. Affiche et programme ici: Affiche L’Artiste en revues  – Programme L’Artiste en revues

Appel à communications – Congrès : « Crises politiques et champ littéraire »

L’appel à communication suivant vient d’être publié sur le site de l’Association belge de sciences politiques: http://www.sciencepolitique.be/ Notre ST est la numéro 16 : http://www.absp-cf.be/spip.php?article306

ST 16 : Crises politiques et champ littéraire

Organisateurs :

Crises politiques et champ littéraire
En lien avec le thème général du congrès de l’Association belge de science politique, la section thématique aura pour thème l’incidence des crises politiques sur les trajectoires sociales des agents du champ littéraire. Comprises comme des conjonctures critiques de désectorisation du monde social, les crises politiques ont été l’objet de nombreux travaux recherchant à la fois à comprendre des dynamiques à l’œuvre dans ces moments critiques mais aussi à s’affranchir d’un modèle explicatif relevant de la stricte exceptionnalité [Dobry, 1986 ; Gaïti, 1999 ;Damamme, Gobille, Matonti et Pudal, 2008]. Celle-ci ne constituant pas une variable explicative unique des formes d’implications croisées entre deux espaces relativement autonomisés, la réinscription de la crise dans des conjonctures longues,comprenant les trajectoires sociales des agents du champ littéraire[Bourdieu, 1992 ; Charle, 1990], permettra ainsi d’éviter certains biais.
Dans la lignée des travaux de Gisèle Sapiro ou d’Anne Simonin portant sur les écrivains pendant et après l’occupation [Sapiro, 1999 ; 2011 ; Simonin, 2008], ceux de Boris Gobille sur l’avant-garde littéraire au moment de la crise de mai-juin 1968 [Gobille, 2005] ou encore ceux de Louis Pinto à propos de l’engagement des intellectuels à cette même époque [Pinto, 1999], les interventions pourront porter sur les relations entre le champ littéraire et le champ politique avant, pendant et après les contextes de crises.La pluralité des terrains de recherche devrait permettre de mettre en évidence les modalités selon lesquelles les crises constituent des fenêtres d’opportunités politiques pour des écrivains, des artistes et des « intellectuels » qui interviennent au sein du champ du pouvoir [Charle, 1977] et en retour, combien ces conjonctures peuvent marquer – de manière différenciée, selon les secteurs du champ dans lesquels ils sont situés – leurs trajectoires individuelles. Elles font émerger ou renforcer des engagements, susciter la réaction ou encore entrainer un repli vers le « formalisme » et le pôle de « l’art pur » [Bourdieu, 1992].
En prenant soin d’éviter de s’inscrire dans une forme d’essentialisme de « la crise », les propositions pourront s’intéresser à des acteurs variés du champ littéraire, individuels ou collectifs (intellectuels, écrivains, artistes) ainsi qu’à des conjonctures de crises multiples. Les communications pourront porter sur des échelles d’analyses plurielles (internationales, nationales, locales) ; nous privilégierons les interventions basées sur un travail empirique (entretiens, observations, etc.), adoptant une démarche sociologique et/ou historique (archives).

Modalités pratiques
Les propositions de communications sont attendues pour le 20 novembre 2013 au plus tard. Elles sont à adresser à bastien.amiel@u-paris10.fr, mathildesempe@gmail.com et paul.dirkx@univ-lorraine.fr. La sélection des communications sera opérée pour le 15 décembre 2013. Les auteurs adresseront leur texte aux organisateurs pour le 15 mars 2014.
L’inscription au Congrès débutera le 1er janvier 2014.

Appel à communications – Colloque de l’AJC CREM : « Public(s), non-public(s) : questions de méthodologie »

Appel à communications / Call for Papers

4ème colloque international de l’AJC CREM / 4th International Conference of the AJC CREM

Association des Jeunes Chercheurs du Centre de Recherche sur les Médiations / Young Researchers Association of the Research Center on Mediations

 Public(s), non-public(s) : questions de méthodologie / Public, Audiences, Refractory Public: Methodological Issues

22 et 23 mai 2014 à Metz (France) / May 22-23, 2014 – in Metz (France)


Date limite d’envoi des propositions : 29 novembre 2013

Langues de travail : français et anglais

Paper submission deadline: November 29, 2013
Languages: French and English

(Enclosed is the English version of the Call of Papers )

Présentation du projet scientifique

Les membres de l’Association des jeunes chercheurs du CREM, Centre de recherche sur les médiations, organisent un colloque les 22 et 23 mai 2014 dont le but est d’exposer et de discuter des problèmes méthodologiques autour de la notion de public et de ses marges. Cette manifestation scientifique a pour but de rassembler des doctorants et jeunes docteurs issus de différentes disciplines des Sciences humaines et sociales.

La notion de public ne va pas de soi dans toutes les disciplines : abondamment sollicitée par la sociologie de la culture et les sciences de l’information et de la communication, la notion de public est par exemple plus marginale en sciences du langage, en littérature et en art, ou se décline sous d’autres terminologies notionnelles (récepteur, destinataire, co-énonciateur, participants, lecteurs, spectateurs, auditeurs, etc.) Cette notion est également en concurrence dans un même champ d’études avec d’autres notions voisines telles que celle des usagers dans l’analyse des médias. Toutefois, malgré ces cloisonnements terminologiques, des questions transversales se posent autour du public (le nom public est pris ici dans son acception générique) : la représentation et le rôle du public de la production à la réception, la participation et la réflexivité du public, la catégorisation des publics, etc. Dans l’intitulé du colloque, l’hypothèse du pluriel incite à explorer les multiples conceptions, catégories et nuances que recouvrent la notion de public et ses déclinaisons disciplinaires. L’opposition « public(s) »/ « non-public(s) » propose d’interroger le public et ses marges.

La notion de public(s) est souvent incontournable dans des travaux portant sur la production ou la réception d’objets et de dispositifs. Le recours à cette notion nécessite un travail sur les représentations de cette notion et la construction de cadres d’analyse pertinents. L’appréhension des publics nécessite des choix méthodologiques définis en fonction de la conceptualisation de la notion de public(s), ou qui sont sous-tendus par une conception du ou des public(s). Parmi ces choix méthodologiques, il y a notamment, selon les sujets d’étude, la terminologie, les outils de mesure, la composition de corpus, les méthodes d’enquête. L’invitation à discuter les notions de public(s) et de non-public(s) en termes de méthodologie dans un colloque interdisciplinaire a pour objectif de permettre aux jeunes chercheurs de soumettre les fondements méthodologiques, leurs analyses, des résultats (même partiels) et les questions qui demeurent, à travers des sujets d’étude où la notion de public, ses marges ou ses déclinaisons disciplinaires sont un enjeu.

À titre exploratoire, voici quelques-unes des questions à traiter :

–        Quelle est la place et la définition du public dans le(s) cadre(s) théorique(s) choisi(s) ?

–        Quelles représentations véhiculent les notions de public(s), de non-public(s) ou de « presque-public » ?

–        Quelle est la pertinence des catégorisations de public(s) rencontrées dans les espaces sociaux ?

–        Quelles catégorisations analytiques sont adoptées par le chercheur ?

–        Quelles méthodes et quels outils convient-il de privilégier pour une enquête sur les différents types de publics, presque-publics, non-publics ?

–        Quelles méthodes d’enquête déployer pour aborder les « publics d’usagers » du numérique ?

–        Comment accéder aux publics non contributifs, aux lurkers des médias numériques, silencieux et qui ne sont pourtant pas passifs ?

–        Quelles sont les marques ou traces des publics dans les œuvres ?

–        Comment aborder l’expression de la réflexivité des publics et le processus interprétatif en production comme en réception ?

–        Comment constituer des corpus pour l’analyse d’un public spécifique ?

–        Quelles méthodes d’observation pour analyser le(s) public(s) d’un dispositif ?

–        Etc.

Toute proposition de communication qui abordera les problèmes méthodologiques liés au public (ou autre espace social de réception, ou non-réception, d’un objet ou d’un dispositif) sera examinée. Les communications seront regroupées selon les axes suivants :

Axe 1 : Le destinataire et l’œuvre ou le contenu médiatique

Axe 2 : Les usagers et le dispositif de médiation

Axe3 : Les publics et les actions culturelles

Axe 4 : Circulation des représentations des œuvres et contenus médiatiques

 

Modalités de soumission

Les propositions de communication seront soumis avant le 29 novembre 2013 sous forme de résumé en français ou en anglais (5 000 signes maximum, espaces compris, Times New Roman, police 12, interligne simple, avec 8 références maximum, 5 mots-clés, un titre, au format .doc) à l’adresse ajccrem@gmail.com. En objet, vous indiquerez « Proposition PNP : VOTRE NOM, votre prénom ». Dans l’e-mail, vous donnerez les informations suivantes : nom, prénom, adresse e-mail, statut universitaire/professionnel, université et laboratoire de rattachement, nom de votre directeur de thèse, titre de la communication. Dans le document joint ne devront apparaître que le titre de la communication, le résumé, les références et cinq mots-clés (vos  nom, prénom et laboratoire ne devront pas y figurer).

Dans le résumé, vous exposerez l’axe traité, la problématique, la théorie et la méthode de référence, les résultats obtenus ou attendus, le plan de l’intervention. Les résumés seront évalués par le comité scientifique en fonction de leur pertinence avec le thème du colloque, de leur intérêt scientifique et de la qualité rédactionnelle.

Calendrier

Clôture des soumissions : 29 novembre 2013

Notification d’acceptation : 20 décembre 2014

Envoi des contributions pour les actes : 28 février 2014

Evaluation des contributions : 28 mars 2014

Colloque : 22 et 23 mai 2014

Envoi des versions définitives des contributions : 27 juin 2014

 

Comité d’organisation

Rosana CONTRERAS-GAMA

Julien FALGAS

Aurora FRAGONARA

Agnès FELTEN

Nathalie GERBER

Pauline THEVENOT

 

Soutiens institutionnels

CREM, Centre de recherche sur les médiations EA 3476

 

Comité scientifique

Audrey Alvès (CREM, Université de Lorraine), Patrick Amey (Medi@lab, Université de Genève), Marta Boni (MHSC, Concordia University), Adeline Clerc (CREM, Université de Lorraine), Marion Colas-Blaise (IPSE, Université du Luxembourg ; CREM), Alexandre Coutant (OUN-ELLIAD, Université de Franche-Comté), Béatrice Damian-Gaillard (CRAPE, Université de Rennes 1), Lee Davidson (Museum & Heritage Studies, Victoria University of Wellington), Laurent Di Filippo (CREM, Université de Lorraine ; Skandinavistik, Universität Basel), Pascal Durand (CELIC, Université de Liège), Béatrice Fleury (CREM, Université de Lorraine), Sébastien Genvo (CREM, Université de Lorraine), Bertrand Gervais (Figura, Université du Québec à Montréal), Stéphane Goria (CREM, Université de Lorraine), Séverine Equoy Hutin (LLC-ELLIADD, Université de Franche-Comté) Jean Lagane (CNRS, LAMES (UMR 7305), Aix-Marseille Université), Alain Lavigne (PNCP, Université Laval), Michelle Lecolle (CREM, Université de Lorraine), Philippe Le Guern (CAPHI, Université de Nantes), Delphine Le Nozach (CREM, Université de Lorraine), Marc Lits (ORM, Université catholique de Louvain), Céline Ségur (CREM, Université de Lorraine), Christine Servais (LEMME, Université de Liège), Virginie Spies (Equipe Culture et Communication / Centre Norbert Elias (UMP 8562 – EHESS – UAPV – CNRS)), Jacques Walter (CREM, Université de Lorraine).

PublicAudiencesRefractoryPublic-CallforPapers

PublicNonPublic-appel