Archives mensuelles : décembre 2013

Appel à contribution – Revue Communication: « Publics imaginés et réels des professionnels d’Internet »

(version PDF ci-jointe)

Appel à contributions pour un dossier de la revue Communication – http://communication.revues.org/

Revue du département d’information et de communication de l’Université Laval

Les publics imaginés et réels des professionnels d’Internet

Numéro thématique coordonné par Henri Assogba (Université Laval – GRICIS), Alexandre Coutant (Université de Franche- Comté, ELLIADD-OUN), Jean-Claude Domenget (Université de Franche- Comté, ELLIADD-OUN) et Guillaume Latzko-Toth (Université Laval, LabCMO)

 

La dialectique entre publics imaginés et publics réels est à l’œuvre dans toute construction d’un public. Dans les conceptions ethnographiques des publics des médias de masse, ces derniers restent une fiction imprévisible et hétérogène. Avec l’essor d’Internet puis des médias numériques dits sociaux, les dénominations et les représentations des collectifs associés à un dispositif restent ambiguës, nécessitant de distinguer les principes de jugement et d’appréciation des différentes instances qui les qualifient (médias de masse, chercheurs, plateforme, usagers eux-mêmes). À titre d’exemple, concernant les publics d’usagers de Twitter, les figures du twitto, de l’usager contributif, de l’abonné ou de l’expert doivent être distinguées, afin de saisir les mécanismes de construction sociale de ces représentations. Cette ambiguïté relève d’un phénomène de brouillage des frontières entre les concepts liés au public comme ceux de communauté, de collectif, d’usager ou encore d’audience. Ces derniers sont issus de traditions de recherche distinctes (approches de la réception, sociologie des publics, sociologie des usages, etc.) qu’il s’agit de faire dialoguer. Les concepts de public, de communauté, de réseau social ont en effet été analysés comme trois figures du collectif qui s’enchevêtrent. De même, si une convergence est apparue entre public et usager, il reste nécessaire de dépasser la dichotomie entre public et audience. Lorsque l’intérêt porte spécifiquement sur une instance loin d’être homogène comme les professionnels d’Internet, la représentation du public relève d’enjeux professionnels qui détermineront la forme des interactions et services qu’ils proposeront. Par professionnel d’Internet, nous entendons toute personne (ou organisation) qui conçoit des produits et messages pour Internet, dans le cadre de logiques de métiers et/ou à des fins commerciales. Quant au choix de centrer notre questionnement sur Internet — plutôt que sur les médias numériques ou tout simplement « le numérique », il vise à mettre au premier plan l’infrastructure technique qui est à la fois l’objet et le support de l’activité des acteurs considérés.

 

Qu’ils soient entrepreneurs désirant tirer parti des opportunités de la nouvelle économie, journalistes s’interrogeant sur les nouveaux formats de l’information, chargés de communication externe envisageant Internet comme un support pour leurs stratégies commerciales, pouvoirs publics réfléchissant aux moyens de stimuler une démocratie plus directe ou d’éduquer aux contextes inédits d’une vie de plus en plus connectée, les professionnels d’Internet agissent selon certaines conceptions de ce que sont les usagers d’Internet. Elles se révèlent souvent fortement éloignées de ce que les chercheurs sur les usages mettent à jour. Il en résulte un taux d’échec élevé dans les démarches engagées : plus de 90% des sociétés innovantes de la nouvelle économie sont des échecs commerciaux, plus de 60% des applications proposées sur l’App Store n’ont jamais été téléchargées, les démarches de démocratie électronique attirent rarement plus de 10% de la population à laquelle elles s’adressent, les consommateurs d’information souscrivent peu aux offres payantes des journaux, etc. Une meilleure compréhension des logiques d’usage associées aux différentes figures d’usager d’Internet retrouvées selon les contextes, terminaux et services aiderait à limiter ces risques d’échecs, en permettant d’envisager des dispositifs plus adaptés à leurs publics réels et/ou présentant une plus grande valeur d’usage à leurs yeux.

 

Pourtant, l’engouement pour certaines formes de dispositifs ou certaines success stories accompagnant l’histoire d’Internet a eu pour effet de fortement limiter le recours à la large panoplie de définitions des collectifs élaborée par les sciences sociales. Dans les discours d’accompagnement, mais aussi malheureusement dans une grande partie de la littérature scientifique, il ne fut longtemps question que de communautés virtuelles comme il est désormais difficile d’évoquer autre chose que des réseaux sociaux. Ces deux notions ne permettent pourtant pas de rendre compte de la diversité des collectifs en ligne et renvoient à des formes de liens, modes d’interaction, catégories d’activités collectives et types de relations de confiance très différents.
Les approches des publics et des usages disposent ainsi d’une forte production théorique qui se retrouve sous-employée lorsqu’il s’agit d’identifier les usagers d’Internet et les collectifs qu’ils forment. Ces derniers peuvent être appréhendés comme publics ou audiences (Dayan, 2000), publics en réseau (boyd, 2008), communautés épistémiques (Conein, 2004), communautés d’expérience (Gensollen, 2006), de marque (Muniz et O’Guinn, 2001), d’innovation (Füller & al., 2006), provisoires (Esquenazi, 2003), imaginées (Anderson, 1982), interprétatives (Radway, 1991), d’usagers (Hippel, 2001), de fans (Jenkins, 2006), d’amateurs (Flichy, 2011), de consommateurs (Paquienséguy, 2012)… La liste est loin d’être exhaustive, puisqu’il serait tout aussi éclairant d’aborder les collectifs observés sur Internet à la lumière de ce que nous savons sur les groupes d’amis, de collègues, de camarades de classe, les familles, les partenaires économiques, les militants, les associations, les malades, les victimes, etc.

 

Un numéro récent de la revue Réseaux (n° 164, 2010) a encouragé à rendre compte de ces « nouvelles formes de collectifs », en illustrant les cas de l’amitié, d’une communauté d’étudiants de la même université, des chercheurs, des consommateurs et des militants. Une série de colloques récents ou à venir illustrent l’actualité de cette réflexion sur la notion de public(s). Le colloque EUTIC 2012 : Publics et pratiques médiatiques organisé par le CREM à Metz en octobre 2012 visait à renouveler l’approche des pratiques médiatiques des TIC via une réflexion sur la notion de public. Le colloque La participation des publics : pratiques et conception organisé à Paris en novembre 2013 propose d’étudier les nouveaux enjeux traversant la sociologie des publics, à travers notamment la prise en compte des dispositifs participatifs et des formes d’injonction à la participation. Citons également, le colloque Public(s), non-public(s) questions de méthodologie, organisé par l’association des jeunes chercheurs du CREM à Metz en mai 2014, qui portera sur les problèmes méthodologiques autour de la notion de public et de ses marges.

 

Ce projet de numéro s’inscrit dans le sillage de ces réflexions et invite les chercheurs s’intéressant à Internet à mobiliser la variété de l’outillage théorique développé par les sciences sociales pour analyser et interroger la façon dont les professionnels d’Internet se représentent les collectifs auxquels ils s’adressent. Les articles insisteront sur la façon dont les modèles théoriques convoqués permettent de mieux éclairer les réussites et les échecs des professionnels étudiés dans leurs efforts pour trouver et comprendre leurs publics.

 

Plusieurs axes seront privilégiés :
•   Figure(s) du public sur Internet. Les discours accompagnant Internet ont mis en valeur la notion de communauté avant que celle de réseau social ne l’emporte en popularité actuellement. Chacun de ces concepts implique certaines formes de relation, d’activités collectives, d’influence et d’investissement identitaire. Cependant, l’extrême diversité des collectifs se formant sur Internet invite à manier avec discernement les concepts employés pour caractériser les collectifs observés dans un environnement numérique particulier. Ainsi, est-il justifié de parler uniformément de consommateurs ou d’amis sur les réseaux socionumériques ? Les microblogueurs sont-ils nécessairement tous des curateurs ? Peut-on regrouper dans une catégorie uniforme les auteurs de commentaires sur le site Web d’un titre de presse ? Les articles proposant un travail théorique de définition comparée des termes employés par les professionnels d’Internet pour définir ces collectifs seront bienvenus.
•   Les rapports professionnels-publics. Publicitaire souhaitant atteindre ses cibles, firme de relations publiques surveillant la réputation de son organisation, journaliste sollicitant son lectorat, entrepreneur de la nouvelle économie proposant de (plus ou moins) nouveaux services à travers une application mobile… La conception que se font les professionnels d’Internet de leur public, pertinente comme erronée, va jouer un rôle majeur dans leur façon de s’engager dans leur activité et dans ce qu’ils pensent pouvoir en retirer stratégiquement. Des retours de terrain permettront ici de mieux comprendre la relation que les professionnels croient (à tort ou à raison) tisser avec leurs publics à travers ce dispositif.
•   Les imaginaires sociotechniques : la perpétuelle création de nouveaux termes pour caractériser les configurations sociotechniques rendues possibles par Internet (du Web « social » ou « participatif » aux foules intelligentes, des réseaux citoyens aux médias sociaux) ainsi que la focalisation sur certains concepts (communauté, réseau social, amitié, identité) invite à une analyse critique des imaginaires associés à Internet. Les promoteurs et entrepreneurs du Réseau ont en effet tout intérêt à développer un discours d’accompagnement de leurs propositions qui mette de l’avant des promesses d’opportunités séduisantes. Depuis les débuts d’Internet, une promesse récurrente est celle d’un lien social ou affectif « réparé », facilité ou augmenté par la vertu de l’interconnexion technique. Les textes s’inscrivant dans cet axe s’intéresseront à ces discours accompagnant l’innovation sur Internet et questionneront leurs fondements, leurs fonctions et leur articulation avec la formation des usages réels.

Soumission d’une proposition d’article :

Les propositions d’article ne doivent pas dépasser 1200 à 1500 mots (bibliographie non comprise). Elles présenteront le titre, l’axe dans lequel s’insère de façon préférentielle cette proposition, la problématique, la méthodologie adoptée et les principaux résultats qui seront développés.
La proposition doit être anonymisée. L’auteur indiquera ses noms, institution d’appartenance et coordonnées directement dans le courriel.
La longueur de l’article final, si la proposition est retenue, sera de 40 à 60 000 signes, espaces non compris (ceci inclut les notes mais exclut la bibliographie).
Merci d’envoyer vos propositions par courrier électronique aux quatre coordinateurs :
henri.assogba@com.ulaval.ca <mailto:henri.assogba@com.ulaval.ca>
alexandre.coutant@univ-fcomte.fr <mailto:alexandre.coutant@univ-fcomte.fr>
jean-claude.domenget@univ-fcomte.fr <mailto:jean-claude.domenget@univ-fcomte.fr>
guillaume.latzko-toth@com.ulaval.ca <mailto:guillaume.latzko-toth@com.ulaval.ca>
La réception de chaque proposition donnera lieu à un accusé de réception par courriel.

 

Calendrier :
•   Date limite d’envoi des propositions d’articles : 3 février 2014
Les propositions seront évaluées par le comité scientifique en regard de leur pertinence pour le dossier thématique et de leur qualité scientifique.
•   Notification d’acceptation ou de refus : 14 mars 2014
•   Envoi des articles complets : 16 juin 2014
Chaque article sera évalué en double aveugle par un comité de lecture indépendant. L’équipe éditoriale de la revue Communication décidera, à la lumière des fiches d’évaluation, de l’acceptation en l’état, de la demande de modifications ou du rejet.
•   Retour aux auteurs sur l’article : 15 septembre 2014
•   Remise de l’article final : 14 novembre 2014

 

Comité scientifique :
Laurence Allard, Hélène Bourdeloie, Evelyne Broudoux, Dominique Cardon, Dominique Carré, François Demers, Julie Denouël, Patrice Flichy, Francis Jauréguiberry, Josiane Jouët, Virginie Julliard, Christian Licoppe, Philippe Mallein, Luc Massou, Françoise Paquienséguy, Dominique Pasquier, Madeleine Pastinelli, Nicolas Pélissier, Serge Proulx, Rémy Rieffel, Thomas Stenger, Thierry Vedel, Geneviève Vidal.

AAC revue Communication Publics_Final

Appel à communications – Congrès : « Ordre du discours et discours du désordre. L’héritage littéraire de Michel Foucault »

«Ordre du discours et discours du désordre. L’héritage littéraire de Michel Foucault»

82e Congrès annuel de l’Acfas
Université Concordia – Jeudi 15 mai 2014

Située à l’intersection de la philosophie et de l’histoire, la pensée de Michel Foucault n’a jamais cessé d’entretenir avec la littérature un rapport marqué par le sceau de l’ambivalence. Comme l’ont relevé dernièrement Philippe Artières, Jean-François Bert, Mathieu Potte-Bonneville et Judith Revel (La grande étrangère), l’analyse foucaldienne tourne autour du phénomène littéraire comme autour d’un nœud de vipères, dont elle éclaire la complexité mais que, pourtant, elle se montre incapable de dénouer : en effet Foucault est «amené à soutenir simultanément, à faire jouer à la fois une non-spécificité de la littérature, et tout au contraire sa centralité stratégique».

Car si la littérature, dans le cadre de l’enquête archéologique, se trouve par principe réinjectée dans l’économie générale de la production discursive, au sein de laquelle elle ne définit aucun territoire isolé, elle fait pourtant l’objet, par ailleurs, d’un traitement privilégié par lequel Foucault lui reconnaît le pouvoir d’engendrer «quelque chose comme une expérience de dés-ordre, ou la mise en œuvre d’une rupture.» C’est dans une conférence donnée en 1964 («Littérature et langage»), à Bruxelles, que Foucault thématise le mieux et le plus frontalement, peut-être, cette idée problématique qui fait correspondre la littérature à un «phénomène de parole» fondamentalement transgressif et dont le propre serait de suspendre certaines contraintes intrinsèques au code linguistique pour s’enfermer dans un «ésotérisme structural». Difficile de ne pas y voir, rétrospectivement, l’écho négatif ou l’image inversée de l’idée directrice dont Foucault fera le grand thème, en 1970, de sa leçon inaugurale au Collège de France : l’«ordre du discours».

Or, force est de constater que cette tension latente entre ordre et désordre «travaille» l’œuvre de Foucault sur plusieurs plans et en plusieurs lieux. Elle se manifeste notamment, et de façon semble-t-il capitale, autour de la figure de Sade, qui alimente, ponctue et accompagne de façon régulière, dans sa première phase surtout, l’analyse foucaldienne ; mais à plus grande échelle, cette tension se manifeste aussi, de façon plus ou moins marquée selon les cas, lors de ces multiples occasions (des points stratégiques dans l’argumentation) où Foucault laisse les références littéraires et artistiques pénétrer son propre discours analytique et y dessiner une constellation particulière. Quel est le statut épistémologique de la littérature dans la pensée foucaldienne? En fait, cette présence du littéraire est sans doute complexe et ses modalités d’apparition sont variées. La littérature s’insère-t-elle directement, et au même titre que tout autre discours, dans les «archives» analysées par Foucault, de façon à corroborer ses conclusions ou à doter ses explications d’une plus grande force démonstrative? Ou est-elle l’écueil sur lequel la cohérence et la valeur de sa méthode archéologique sont condamnées à venir se briser ou s’éroder?

Bref, l’ambiguïté du traitement qu’il réserve à la littérature signale que, chez Foucault, le littéraire figure comme le lieu d’une sorte d’hésitation méthodologique. Comme si, résistant à toute capture définitive, les objets littéraires étaient à la fois complices d’une lecture archéologique de l’histoire et, pourtant, réfractaires à sa visée totalisatrice. Cette tension est à la fois le signe d’une certaine propriété de la chose littéraire (qui mériterait alors de faire l’objet d’une réflexion à l’aune des travaux de Foucault) et le signe d’un certain fonctionnement de l’analyse foucaldienne (on pourrait alors penser que la question de l’inscription problématique du littéraire dans l’œuvre de Foucault, une sorte de présence/absence, fournirait une perspective privilégiée pour dégager et comprendre les ressorts de sa pensée). Il semble donc, dans le premier cas, que Foucault puisse nous aider à penser la littérature et, dans le second, en retour, que la littérature puisse nous aider à éclairer et interroger sa philosophie, tant ses fondements épistémologiques que les divers stades qui ont caractérisé son développement.
C’est donc sur cette base générale que ce colloque souhaite réunir des chercheurs et des chercheuses issu-e-s d’horizons variés afin de dresser un premier bilan général de l’héritage littéraire de Michel Foucault et d’évaluer les apports de sa pensée aux études littéraires. Nous invitons, en ce sens, les communicants et communicantes à inscrire leur intervention dans l’une ou l’autre des perspectives suivantes :

1) L’analyse et la critique de la pensée foucaldienne elle-même, en regard de la place – pouvant aller jusqu’à une absence complète – tenue par la littérature dans l’enquête «archéologique» définie et menée par le philosophe, type d’enquête dont on questionnera ainsi les fondements épistémologiques et les implications historiographiques.

2) Les usages divers que Foucault a fait de la littérature et des œuvres d’art : peut-on esquisser les grandes lignes de ce qui serait demeuré, chez Foucault, une sorte de théorie implicite de l’art, de la culture, de la littérature ou de la peinture, etc.?

3) Quels ont été, quels seraient ou quels peuvent être, à la fois d’un point de vue général et/ou autour d’éléments plus ciblés, les apports de la pensée foucaldienne au domaine des études littéraires?

4) Nous voudrions enfin ouvrir le champ, dans une perspective d’«application», à des lectures d’œuvres littéraires particulières qui s’effectueraient à partir d’un cadre de réflexion foucaldien ou qui mobiliseraient l’une ou l’autre des composantes théoriques et/ou philosophiques développées par Foucault.

*Modalités*

Les propositions de communication doivent être envoyées par courriel au comité organisateur au plus tard le 14 FÉVRIER 2014 à l’adresse suivante: colloquefoucault2014@gmail.com.

Elles doivent contenir un titre, un résumé de 10 à 20 lignes ainsi qu’une courte notice biobibliographique.

URL de référence : http://colloquefoucault2014.blogspot.com

Appel à communications – Colloque international: « Champs, mondes, scènes au prisme des réseaux. Quelles implications en sociologie de l’art et de la culture ? »

Vous trouverez ici http://aieq.cybercat.ca/url.php?i=5151 <http://aieq.cybercat.ca/url.php?i=5151&f=News&l=En> les détails concernant le colloque international « Champs, mondes, scènes au prisme des réseaux. Quelles implications en sociologie de l’art et de la culture ? » qui se déroulera au Centre Urbanisation Culture Société de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) à Montréal du 7 au 9 octobre 2014.

Vous avez jusqu’au 31 janvier 2014 pour envoyer une proposition de communication.

 

Appel à contribution – Revue de BAnQ n° 7

Veuillez trouver ci-dessous l’appel à contributions pour les prochains numéros de la Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Pluridisciplinaire, illustrée et désormais accessible à partir de la plateforme Érudit, cette revue savante accueille des articles de fond qui s’inscrivent dans l’un ou l’autre des deux domaines de recherche privilégiés par l’institution, soit la recherche sur ses fonds d’archives et ses collections patrimoniales ou, encore, la recherche sur des sujets touchant les bibliothèques, les archives, le livre et la lecture. Les articles sont soutenus par des illustrations tirées des fonds et des collections patrimoniales de BAnQ.

Les propositions d’articles doivent être envoyées par courriel au plus tard le 15 février 2014 à isabelle.crevier@banq.qc.ca. Pour tout renseignement, rendez-vous à banq.qc.ca/revue.

Appel à contributions_no 7_fr (11 décembre 2013)VF

Appel à contribution – Colloque : « De l’interdisciplinarité à la transdisciplinarité ? Nouveaux enjeux, nouveaux objets de la recherche en littérature et sciences humaines »

Date limite : 31 janvier 2014

Université Paris-Est-Créteil (UPEC)

Colloque international IMAGER 27-28-29 novembre 2014

« De l’interdisciplinarité à la transdisciplinarité ? Nouveaux enjeux, nouveaux objets de la recherche en littérature et sciences humaines »

L’ancrage disciplinaire en usage dans les études académiques et les lieux d’enseignement et de recherche est perçu comme indispensable, mais fait aujourd’hui l’objet de remises en question. Indispensable, car il garantit la délimitation d’un objet du savoir et celle des tâches assignées à l’enseignant et au chercheur dans un cadre institutionnel. Remis en question, car les disciplines tendent à être considérées comme autant de bastions dans lesquels se retranchent les « spécialistes » d’un domaine.

Les études mono-disciplinaires représentent un point de vue limité sur la culture en même temps qu’elles s’approprient l’exclusivité d’une compétence. Or l’identité des disciplines fait parallèlement l’objet d’interrogations. La crise des « études littéraires », régulièrement invoquée, pose la question de leur insertion dans le champ des sciences humaines. Ces mêmes études littéraires, confrontées au défi des sciences de la culture, envisagent par ailleurs le décloisonnement des disciplines comme un facteur de renouvellement : elles intègrent des outils exogènes pour analyser les conditions historiques, socio-politiques, institutionnelles de production des textes, l’horizon discursif dans lesquels ils s’inscrivent, étudier le rapport entre littérature et autres médias. De même, si des disciplines comme la sociologie, l’histoire et la science politique  sont depuis longtemps connexes – quand elles ne sont pas dans un rapport de filiation, telle la sociologie vis-à-vis de l’anthropologie – qu’advient-il de leur spécificité lorsqu’elles empruntent par exemple les outils de la géographie pour traiter les enjeux spatiaux, ceux de la psychologie pour s’intéresser aux motivations des acteurs, voire ceux de l’analyse littéraire pour étudier les récits individuels et collectifs ?

Dans la mesure où les disciplines constituent un enjeu territorial et identitaire, le dialogue ressenti comme nécessaire est également un facteur de tensions et de conflits que laisse apparaître l’élaboration de projets communs. Mais il stimule également la construction de cadres conceptuels de référence et de méthodes susceptibles d’intégrer différences et divergences dans un horizon global de réflexion sur la production et l’évolution des savoirs. Si la pluri- et l’interdisciplinarité font depuis longtemps partie des pratiques méthodologiques en sciences humaines, le terme « transdisciplinarité » a fait son apparition au cours des années 1990 dans le discours sur le dépassement des frontières disciplinaires, qui met désormais l’accent sur la constitution systématique d’un réseau de relations entre les disciplines. Il convient de s’interroger sur les raisons qui ont motivé cette transition et sur ses conséquences possibles en termes institutionnels.

Ce colloque organisé par l’Institut des Mondes Anglophone, Germanique et Roman (IMAGER – Université Paris-Est) se propose de faire un bilan de la réflexion théorique engagée et des recherches inter- ou transdisciplinaires en cours, mais également d’en mesurer l’impact sur la recomposition des savoirs et leur transmission dans les Lettres et Sciences humaines dans une vision prospective. Il invite à une réflexion sur la transdisciplinarité comme enjeu épistémologique et méthode de recherche.

On remettra tout d’abord ces enjeux en perspective en revenant sur la généalogie de l’organisation des systèmes disciplinaires dans les aires culturelles européennes et extra-européennes (Etats-Unis, Amérique latine). On se penchera sur les conditions (subjectives, sociales, nationales…) qui orientent la constitution des disciplines dans le champ des sciences humaines et sociales, et de ce fait sur les enjeux qui sous-tendent leur institutionnalisation. Comment la critique de modèles culturels dominants a-t-elle ensuite conduit à substituer dans certains contextes le terme d’« études » (studies) à celui de « discipline » ? Comment la dialectique entre l’exigence de spécialisation et ce qui s’apparente à l’utopie d’un point de vue global sur la culture se construit-elle ?

On s’interrogera ensuite sur un possible dépassement des frontières disciplinaires en analysant la construction de nouveaux objets de recherche par le biais de la création en synergie de nouvelles méthodologies dans un contexte de globalisation de l’espace de la recherche. On peut mentionner : le développement des études fondées sur l’intermédialité et celui de l’historiographie littéraire et artistique transnationale en écho à celui de la Global History, la réflexion sur les « canevas culturels » (Kulturmuster) globaux propres aux cadres de pensée d’une société, mais aussi les synergies entre divers champs des sciences sociales sur la construction des identités collectives, ou entre sciences sociales et sciences « dures » dans le domaine de l’environnement. Il convient également de rendre compte de l’avènement de nouvelles méthodologies issues du croisement entre supports différents, telles les humanités numériques.

On s’intéressera enfin aux conséquences pratiques qu’entraîne la mise en œuvre d’une perspective transdisciplinaire dans l’enseignement et la recherche. En quoi le développement de la transdisciplinarité invite-t-il à repenser la formation des élèves et des étudiants ainsi que celle des professeurs chargés de la transmission des savoirs ? Peut-on vraiment sortir du cadre des disciplines ? N’y a-t-il pas un risque de dilution des savoirs et de confusion méthodologique ? L’évaluation elle-même, au cœur de l’enseignement et de la recherche, est affectée par les pratiques transdisciplinaires : sur quelles bases en effet, évaluer des compétences s’il n’y a plus de frontières entre les disciplines ? Quels sont à l’inverse les bénéfices de cette approche ?

Le colloque s’organisera donc autour de trois grands volets :

  • réflexion théorique et mise en perspective historique ;
  • recherches en cours impliquant une démarche transdisciplinaire ;
  • aspects didactiques et institutionnels.

Les communications – en français ou en anglais – pourront s’articuler autour des axes suivants (liste non exhaustive) :

  • Le passage des disciplines aux « studies », de l’inter- à la transdisciplinarité dans le contexte de la globalisation ; le lien entre transdisciplinarité et transculturalité.
  • Définir la transdisciplinarité. En quoi se distingue-t-elle de l’interdisciplinarité ?
  • La constitution de nouveaux champs d’étude transdisciplinaires et les bouleversements méthodologiques qu’ils entraînent. La constitution de corpus transgénériques.
  • Les enjeux philosophiques et épistémologiques de la transdisciplinarité. Le savoir décloisonné, nouvelle utopie ? Peut-on vraiment être complètement « au-delà » de la discipline ?
  • Les implications éthiques et sociales de la transdisciplinarité.
  • Le rôle d’internet et des nouvelles technologies dans le développement des pratiques transdisciplinaires.
  • Les applications pratiques dans l’enseignement et dans les études académiques, les résistances rencontrées et les difficultés de mise en œuvre de projets ou de cursus transdisciplinaires ; les apports des approches transdisciplinaires dans ces mêmes domaines.
  • De quelle manière la transdisciplinarité affecte-t-elle les institutions qui travaillent en lien avec l’université (agences d’évaluation, CNU, bibliothèques etc.) ?

Les propositions de communication (300-400 mots), accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, sont à adresser pour le 31 janvier au plus tard à :

Laure de Nervaux-Gavoty                            denervaux@u-pec.fr

Sylvie Le Moël                                              sylvie.lemoel@u-pec.fr

Guillaume Marche                                         gmarche@u-pec.fr

 

Responsable : Sylvie Le Moël
Url de référence : http://imager.u-pec.fr/
Adresse : Université Paris-Est Créteil61 avenue du Général de Gaulle94010 Créteil cedex

Parution – L’atelier d’écriture et de jeu du théâtre national de la Colline. Le lien social à travers l’art théâtral

9782343018973r

Sylvie Pflieger (dir.)

L’atelier d’écriture et de jeu du théâtre national de la Colline

Le lien social à travers l’art théâtral

Paris, l’Harmattan, 147 p. ISBN : 978-2-343-01897-3

Voir le document de présentation : flyer promotionnel atelier d’écriture et de jeu

Parution – Nouvelle Revue Synergies Canada No 6 (2013) : L’Algérie Malgré Tout

Nouvelle Revue Synergies Canada

No 6 (2013): L’Algérie Malgré Tout

Sommaire

Présentation

Le motif de « L’Algérie malgré tout » Littérature, cinéma, photographie, chanson
Djemaa Maazouzi

Articles

De l’ambiguïté tragique chez Feraoun, écrivain réputé «ethnographique»
Charles Bonn

 

Dib et Djaout : le métier à tisser en deux temps
Christiane Ndiaye

 

Le geste et le souffle. Eléments pour une poétique algérienne
Zineb Ali-Benali

 

L’avenir des sabliers. Sur des poèmes de Sélim Baghli et de Farid Laroussi
Pierre Popovic

 

« Néant et lumière », l’Algérie possible de Habiba Djahnine
Djemaa Maazouzi

 

Du collectif, malgré tout dans le cinéma de Rabah Ameur-Zaïmeche
Marion Froger

 

Lounès Matoub et ses chansons: l’Algérie embrase le cœur, l’Algérie attise la raison
Mohammed Yefsah

Sur le vif

Identification par le « je » et territorialité fragile du cinéma en Algérie
Habiba Djahnine

 

Conversation avec Ramzy Bensaadi, photographe
Ramzy Bensaadi, Djemaa Maazouzi

 

De la malédiction d’être arabe et de quelques moyens, pour un écrivain algérien, d’y échapper
Anouar Benmalek

ISSN: 2292-2261   https://journal.lib.uoguelph.ca/index.php/nrsc

Parution – « La mélancolie des « Misérables » : un essai de sociocritique »

 

mélancolie des misérables

Pierre Popovic

La mélancolie des Misérables : essai de sociocritique

Le Quartanier, coll. «Erres Essais», 2013

314 pages

ISBN : 978-2-896981-13-7

24 €

 

Présentation de l’éditeur :

Ils viennent d’avoir cent cinquante ans, une adaptation cinématographique musicale leur fait faire le tour du monde, plusieurs de leurs phrases sont reprises par ceux qui se révoltent contre l’alliance de néolibéralisme et de conservatisme qui gangrène aujourd’hui l’Occident. C’est dire combien Les Misérables sont inépuisables, et encore et encore à relire.
Cet essai en prend acte. S’il s’appuie sur l’héritage de la critique hugolienne, il adopte un point de vue nouveau, celui d’une sociocritique dont Pierre Popovic est l’un des meilleurs spécialistes.

Il s’agit de saisir à bras-le-corps l’encyclopédisme du roman afin de montrer comment ce dernier incorpore et travaille les multiples récits, images, langages, conceptions de la pauvreté qui circulent dans l’imaginaire social conjoncturel. Irrigué par la certitude d’une possibilité du changement social, le roman hugolien accomplit un formidable devoir d’inventaire, mobilisant autant tel petit fait divers que le grand récit politique du Second Empire.

Pour dégager le mouvement du sens et la capacité d’invention du roman, il faut laisser l’intrigue pour aller à l’écriture, à la forme, à la façon dont tout cela se dit. La lecture montre alors que la dynamique optimiste des Misérables fait flèche de tout bois: un motif récurrent symbolise l’espoir, une image urbaine cliche le combat révolutionnaire, des scènes théâtrales donnent une vie concrète aux personnages, la chasteté de Jean Valjean se double d’une vie sexuelle toute rhétorique mais très significative.

Une ombre insistante, violente accompagne cependant le voyage du héros et donne à la prose hugolienne une touche fascinante de mélancolie.

 

Pierre Popovic est professeur titulaire à l’Université de Montréal, où il enseigne la sociocritique et les théories du discours et de l’imaginaire social. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur la poésie québécoise, la littérature française des XIXe et XXe siècles, la représentation littéraire de la ville et les fous littéraires.

 

Source : Fabula

Parution – « Edmond Picard (1836-1924). Un bourgeois socialiste belge à la fin du dix-neuvième siècle »

Paul Aron et Cécile Vanderpelen-Diagre, Edmond Picard (1836-1924). Un bourgeois socialiste belge à la fin du dix-neuvième siècle
Essai d’histoire culturelle

Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, 2013,  340 pages, 100 illustrations
Ce livre constitue le premier titre d’une collection THÈSES ET ESSAIS que lance les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.
prix de vente: 28 €En vente au Museumshop des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
3, rue de la Régence – 1000 Bruxelles
Tél. :  + 32.2.508.34
museumshop@fine-arts-museum.be