Archives mensuelles : janvier 2014

Call for Papers – Conference « The Prestige of Literature »

Call for Papers: The Prestige of Literature

October 10-11, 2014

Carleton University (Ottawa, ON)

prestigeofliteratureconference.wordpress.com

Keynote: Dr. James English, University of Pennsylvania

 

This conference aims to explore the role that prestige plays in the contemporary literary marketplace. James English’s The Economy of Prestige, Gillian Roberts’s Prizing Literature, and Lorraine York’s Literary Celebrity in Canada are prominent examples of recent studies that consider how literary prizes—and debates about prize culture—confer and circulate prestige. English notes that prizes are both “a means of recognizing an ostensibly higher, uniquely aesthetic form of value” and “an arena in which such value often appears subject of the most businesslike system of production and exchange.” For example, when Johanna Skibsrud’s novel The Sentimentalists won the 2010 Giller Prize its independent publisher was forced to sell rights to a company that could handle the increased demand for copies. The ways in which authors can become prestigious have proliferated in recent years. A favourable review or interview in a respected publication, being endorsed by another renowned author, or having one’s work selected for a book club broadcast on radio or television—these are just a few of the paths to literature’s elite echelon of celebrated writers. Writers who reach such heights—Toni Morrison, Junot Diaz, and Margaret Atwood, for example—have moreover used their prestige to draw attention not just to their own work but to other writers and to particular political causes. In recognition of the many forms and sources of prestige that have not yet been significantly studied, as well as furthering current studies on prestige, participants in this conference will consider how prestige is generated and managed, what it is used for, and how it is contested.

 

Possible topics include:

  • Literary prizes (Canada Reads, Giller, Governor General’s Awards, Pulitzer Prize for fiction, et cetera)
  • Literary celebrity
  • The “Giller effect”
  • Hierarchies of literary genres in awards (discussion of prizes for poetry, drama, etc.)
  • Authors and social media
  • Effect of reader reviews (Amazon, Goodreads) on sales
  • “Anti”-literary awards
  • The role of blogs and social media
  • Fan Fiction
  • In-store promotions
  • Authorial endorsements
  • Methodological approaches to studying prize culture/prestige

Please submit an abstract of 250-300 words, along with a short bio of 50-75 words, to prestigeofliteratureconference@gmail.com by June 15, 2014.

Colloque – « L’écrivain catholique en France au XXe siècle » (troisième journée)

Veuillez trouver en pièce jointe le programme du colloque « L’écrivain catholique en France au XXe siècle » colloque co-organisé par l’Université Paris-Sorbonne, l’Université d’Angers et l’Université de Lorraine. Le troisième volet de ce colloque se tiendra le 6 février 2014 à  la MSH Lorraine  (salle Internationale, 3e étage), 91 avenue de la Libération à Nancy.

dépliant Colloque EC 070114

Appel à contribution – Cahiers de la Société bibliographique du Canada

Message de la part des Cahiers de la Société bibliographique du Canada :

Nous cherchons des auteurs qui s’intéressent à la bibliographie et à l’histoire du livre pour écrire des comptes rendus critiques en français des titres suivants (sous réserve de l’envoi de l’ouvrage par l’éditeur). Veuillez me contacter (comptes_rendus@bsc-sbc.ca) si vous désirez faire la recension d’un de ces ouvrages.

Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, 2013.

Frédéric Barbier, Histoire des bibliothèques. D’Alexandrie aux bibliothèques virtuelles, Paris, Armand Colin, 2013.

Richard Clay, Iconoclasm in revolutionary Paris : the transformation of signs, Oxford, Voltaire Foundation, 2012.

Cécile Cottenet, Une histoire éditoriale: The Conjure Woman de Charles W. Chesnutt, Lyon, ENS Éditions, 2012.

Stéphanie Danaux, L’iconographie d’une littérature. Évolution et singularités du livre illustré francophone au Québec,1840-1940, Québec, Presses de l’Université de Laval, 2013.

Sylvie Ducas, La littérature à quel(s) prix ? Histoire des prix littéraires, Paris, Éditions La Découverte, 2013.

Sébastien Dulude, Esthétique de la typographie. Roland Giguère, Les Éditions Erta et l’École des arts graphiques, Québec, Éditions Nota Bene, 2013.

Dunn-Lardeau, Brenda (dir.), Ouvrages phares de la Réforme et de la Contre-Réforme dans les collections montréalaises, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2013.

Gérard Farasse, Usages du livre, Paris, PUPS, coll. « Ritm », 2013.

Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, IX (2013), Genève, Librairie Droz, 2014.

Joanne Lalonde, Abécédaire du Web, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2012.

Alexis Lévrier et Adeline Wrona, Matière et esprit du journal. Du Mercure galant à Twitter, Paris, PUPS, 2013.

Jacinthe Martel (dir), Les marges de l’œuvre, Éditions Nota Bene, 2012.

Évanghélia Stead, La Chair du livre. Matérialité, imaginaire et poétique du livre fin-de-siècle, Paris, PUPS, 2012.

Philip Stewart, Éditer Rousseau. Enjeux d’un corpus (1750-2012), Lyon, ENS Éditions, 2012.

La Société bibliographique du Canada

www.bsc-sbc.ca

 

Congrès – « Les mondes du spectacle au XIXe siècle »

Les mondes du spectacle au XIXe siècle

Congrès 2014

de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes

28-30 janvier 2014

Image congrès

Comité organisateur : Jean-Claude Yon (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines) ; Sophie Lucet (Université Paris 7, CERILAC) ; Agathe Novak-Lechevalier (Université Paris 10, CSLF)

Comité scientifique : Olivier Bara (Université Lyon 2) ; Florence Fix (Université de Nancy) ; Violaine Heyraud (Université Paris 3) ; Hervé Lacombe (Université de Rennes 2) ; Cécile Reynaud (BnF) et les membres du Comité organisateur

 

MARDI 28 JANVIER : THÉÂTRE DÉJAZET

41, bd du Temple, 75003 Paris

MATINÉE (9 h)

EXPOSITIONS / DÉAMBULATIONS

Présidence : Jean-Claude Yon (UVSQ)

Introduction par les organisateurs

  • Valérie Etter (Université de Strasbourg) – Les zoos humains / cirques de phénomènes au XIXe siècle
  • Agnès Curel (Université Paris 3) – Les mondes exotiques des baraques foraines : mettre le monde en spectacle dans les foires parisiennes au XIXe siècle
  • Laurent Bihl (Université Paris 1) – Peut-on parler de « spectacles satiriques » dans le Paris de la fin du XIXe siècle ?
  • Marie-Ange Fougère (Université de Bourgogne) – L’Exposition universelle de 1900 : l’esprit de Paris en représentation

APRÈS-MIDI  (14 h)

VOYAGES POUR L’ŒIL

Présidence : Florence Fix (Université de Nancy)

  • Patrick Desile (ARIAS, CNRS) – « Il ne m’a manqué qu’un dernier ama… » Spectacles optiques et imaginaires de l’Ailleurs dans le Paris de la Restauration et de la monarchie de Juillet
  • Lucie Lachenal-Taballet (Université Paris 1) – Les « rotondes de l’illusion » entre 1814 et 1830
  • Sylvie Roques (EHESS/CNRS) – Le Tour du monde en 80 jours et Michel Strogoff. Leurs tournées : obstacles et enjeux
  • Lise Jankovic (Université Paris 3) – Qui a gagné ? Transferts de secrets, défis et compétition entre les prestidigitateurs espagnols et étrangers au XIXe siècle
  • Frédéric Tabet (Université Paris-Est) – Les mises en illusion de la France

 

MERCREDI 29 JANVIER : SALLE DU MOTIF

6, villa Marcel-Lods, Passage de l’Atlas, 75019 Paris

MATINÉE (9 h)

DÉCENTREMENTS

Présidence : Olivier Bara (Université Lyon 2)

  • Béatrice Didier (ENS Ulm) – Naissance du livret romantique en France (1800-1830)
  • Alexia Kalantzis (UCP, UVSQ) – Les enjeux politiques et esthétiques de la tournée d’Adélaïde Ristori en France (1855-1860)
  • Séverine Féron (Université de Bourgogne) – La circulation du théâtre lyrique étranger en France sous l’égide de Castil-Blaze
  • Amélie Grégorio (Université Lyon 2) – La conquête de l’Algérie au théâtre
  • Maribel Casas (UVSQ) – Les escaliers de l’Opéra Garnier, un modèle d’exportation

APRÈS-MIDI (14 h)

GÉOGRAPHIES DES PETITS GENRES

Présidence : Hervé Lacombe (Université Rennes 2)

  • Johanna Danciu (Université York) – Les espaces du vaudeville : interthéâtralité sur les scènes mineures du début du XIXe siècle
  • Anna Leone (Université Paris 1) – L’Opra dei pupi à l’époque du Risorgimento italien : le théâtre des marionnettes siciliennes entre région et nation
  • Ksenia Fesenko (Université Paris 8) – Imaginer l’inconnu : les mondes silencieux des pantomimes du Théâtre des Funambules et des frères Hanlon Lees
  • Sylvie Perault (Université Paris 3) – La très précoce influence du divertissement anglo-saxon sur le spectaculaire français : le cas du music-hall et de ses revues
  • Elisabeth Pillet (Université Montpellier 3) – Tonkinoises et chrysanthèmes : l’Asie dans la chanson du XIXe siècle

 

JEUDI 30 JANVIER : THÉÂTRE DE L’ENS

45, rue d’Ulm, 75005 PARIS

MATINEE (9 h)

IDENTITÉS SPECTACULAIRES 1 : SPECTACLES ET CONSTRUCTION NATIONALE

Présidence : Cécile Reynaud (BnF)

  • Valentina Ponzetto (FNS/Université de Genève) – Le proverbe dramatique : un genre à la française ?
  • Rondy Torres (Université de Los Andes, Bogota) – La Colombie entre opéra italien et zarzuela espagnole
  • Jean Lacoste (Paris) – Goethe ou comment le théâtre a participé à la formation de l’identité allemande
  • Sarah Brun (Université de Rouen) – Farce et affirmation nationale : le cas de Pathelin et de Hans Sachs
  • Maria Gabriela Huidobro (Université Andrès Belo, Chili) – Le théâtre chilien comme tribune patriotique dans les temps de la guerre du Pacifique (1879-1884)
  • Daniela N. Prina (Université de Liège) – Le Théâtre flamand de Bruxelles : le progrès en scène

APRÈS-MIDI (14 h)

IDENTITÉS SPECTACULAIRES 2 : SPECTACLES ET AFFIRMATION LOCALE

Présidence : Violaine Heyraud (Université Paris 3)

  • Jean-Louis Meunier (Unîmes et RIRRA XXI-Montpellier III) – Opéra, religion, politique et censure à Nîmes au XIXe siècle : Les Huguenots et Le Prophète
  • Alice Folco (Université Grenoble 3) – Le spectacle et ses pratiques à l’échelle municipale : l’exemple grenoblois à la fin du XIXe siècle
  • Marion Denizot (Université Rennes 2) – Territoire, frontières et nation au Théâtre du Peuple de Bussang (1895-1914)
  • Bruno Forment (Universiteit Gent / Vrije Universiteit Brussel) – Du cirque à l’opéra : la carrière sinueuse d’Albert Dubosq, décorateur franco-belge

 

Conférences – Séminaire « Livre: Création, Culture et Société »

Les conférences du séminaire reprennent le jeudi 30 janvier de 9h à 13h en salle 20 (pôle des métiers du livre de Saint-Cloud).
Nous aurons le grand plaisir d’écouter:

Anne Réach-Ngô, La mise en scène dans les péritextes des ouvrages de compilation à la Renaissance

Grégory Wallerick, La place des images dans une collection de voyages du XVIe siècle : le cas des Grands Voyages des De Bry

Nathalie Collé-Bak, Illustration et énonciation éditoriale, ou faire du livre un espace de négociations

Parution – « Maigret, Simenon and France. Social Dimensions of the Novels and Stories »

unnamed

Bill Alder, Maigret, Simenon and France. Social Dimensions of the Novels and Stories

Foreword by Stephen Knight

Jefferson [NC] : McFarland, 2013

11 photos, bibliography, index

220pp. softcover (6 x 9)

ISBN: 9780786470549 /40,00 EUR

About the Book

Georges Simenon (1903-1989) was a phenomenally successful author of crime fiction. His 75 Maigret novels and 28 Maigret short stories were published between 1931 and 1972 to great international acclaim (he is the only non-anglophone crime writer to have achieved such renown).

His Maigret stories are regarded by many as having established a new direction in crime fiction, emphasizing social and psychological portraiture rather than focussing on a puzzle to be solved or on « action. »

This book examines the importance of social class and social change in the Maigret stories, giving a particular emphasis to the early formative novels and the development of plot, characterization and setting. The author seeks to establish the extent to which Simenon’s portrait of French society is historically accurate and the nature of the influence of the author’s own class position and ideology on his fiction.

 

About the Author

Bill Alder is an associate lecturer in French with the Open University in the United Kingdom. He has published articles in English and French on Maigret, Simenon and crime fiction, in American, British and Belgian journals. He lives in France.

 

Table of Contents

Acknowledgments  vi
Foreword by Stephen Knight  1
Preface  5
Introduction  9
Chapter 1
The Fayard Maigret Novels: Narratives, Contexts,
Settings and Themes, 1931  21
Chapter 2
The Fayard Maigret Novels: Narratives, Contexts,
Settings and Themes, 1932  53
Chapter 3
The Fayard Maigret Novels: Simenon’s Perspective  91
Chapter 4
Short Stories and Journalism: Maigret, Simenon and
the Crises of the 1930s  114
Chapter 5
What Maigret Did Next  145
Chapter 6
Conclusions  173
Bibliography  197
Index  20

 

Séminaire de recherche – « Enjeux socio-économiques de l’édition »

Veuillez trouver en pièce jointe et ci-dessous le programme du séminaire de  recherche ESEE (Enjeux socio-économiques de l’édition) du LabSIC de  Paris 13 pour le 1er semestre 2014, avec le calendrier des séances.

L´objectif de ce séminaire est d´aborder le thème du livre et de  l´édition sous divers angles méthodologiques et disciplinaires – la  sociologie et l´économie, mais également l´histoire, la science  politique et l´analyse littéraire afin de croiser regards et  perspectives sur un secteur connaissant de multiples mutations. Lors  des différentes séances seront présentés et discutés des travaux  récents ou en cours, individuels ou collectifs, sur  des  problématiques portant sur la chaîne du livre et sur l´édition  contemporaine française et internationale.

Les séances ont lieu le vendredi à 14h à la MSH Paris-Nord.

7 février : Corinne Abensour (Paris 13, LabSIC) : L’auto-édition dans  le secteur scolaire.

7 mars : Julien Hage (UVSQ) : Une histoire comparée de l’édition  politique en Europe occidentale, 1960-1970.

11 avril : Marianne Lumeau et Clémence Thierry (Labex ICCA) : La  demande de livres de fiction en bibliothèque parisienne : une analyse  économique.

16 mai : Claire Ducournau (EHESS, CESSP-CSE) : Du Débrouillard à «  Continents noirs » : les éditions Gallimard et les auteurs issus  d´Afrique subsaharienne francophone.

20 juin : Pascal Durand (Université de Liège) : Sur quelques avatars  du Domaine public.

Accès :  http://www.mshparisnord.fr/fr/la-msh-paris-nord/contacts/acceder-a-la-msh-pn.html

Programme_SeminaireESEE

Parution – « Sociologie de l’adaptation et de la traduction »

book-07532622

Jean-Marc Gouanvic

Sociologie de l’adaptation et de la traduction. Le roman d’aventures anglo-américain dans l’espace littéraire français pour les jeunes (1826-1960)

Honoré Champion, collection « Bibliothèque de littérature générale et comparée, 120 », 2014.

EAN13 : 9782745326225.

272 pages. Broché.

55 EUR

 

Présentation de l’éditeur :

En une reprise de la sociologie de Pierre Bourdieu et à partir d’un corpus de récits d’aventures anglo-américains adaptés ou traduits pour les jeunes en français, cet essai met en évidence les traits spécifiques de l’adaptation et de la traduction et reconnaît à l’adaptation sa place dans l’ensemble des processus de transferts interculturels. Fondé principalement sur l’analyse contrastive des récits source et cible, il tente, de plus, de cerner le développement d’un champ français relativement autonome en littérature, celui de la littérature pour les jeunes. Sont ainsi examinées les traductions et les adaptations duDernier des Mohicans (James Fenimore Cooper), de Moby-Dick (Herman Melville), de la Case de l’Oncle Tom (Harriet Beecher Stowe), des Aventures de Huckleberry Finn (Mark Twain), de l’Appel de la forêt  et de Croc-Blanc (Jack London), des Chasseurs de loups,des Chasseurs d’or et de Kazan, le Grizzly (James Oliver Curwood), de Tarzan chez les singes (Edgar Rice Burroughs).

Jean-Marc Gouanvic est professeur émérite au Département d’études françaises de l’Université Concordia (Montréal). Il a publié des ouvrages sur la sociologie de la traduction – Sociologie de la traduction (1999) -, sur la traduction de la science-fiction anglo-américaine, et sur la traduction du roman réaliste anglo-américain en français au XXe siècle – Pratique Sociale de la traduction (2007).

Annonce – 700 livres électroniques accessibles gratuitement

The University of California Press e-books collection holds books published by UCP (and a select few printed by other academic presses) between 1982-2004. The general public currently has access to 770 books through this initiative. The collection is dynamic, with new titles being added over time.

Readers looking to see what the collection holds can browse by subject. The curators of the site have kindly provided a second browsing page that shows only the publicly accessible books, omitting any frustrating off-limits titles.

The collection’s strengths are in history (particularly American history andthe history of California and the West); religionliterary studies; and international studies (with strong selections of Middle Eastern Studies,Asian Studies, and French Studies titles).

 

Source : Open Culture

Appel à communications – Colloque : « De l’interdisciplinarité à la transdisciplinarité ? Nouveaux enjeux, nouveaux objets de la recherche en littérature et sciences humaines »

« De l’interdisciplinarité à la transdisciplinarité ? Nouveaux enjeux, nouveaux objets de la recherche en littérature et sciences humaines »

Colloque international organisé par IMAGER (Institut des mondes anglophone, germanique et roman) EA 3958

27-29 novembre 2014

Universités Paris-Est-Créteil (UPEC) et Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM)

L’ancrage disciplinaire en usage dans les études académiques et les lieux d’enseignement et de recherche est perçu comme indispensable, mais fait aujourd’hui l’objet de remises en question. Indispensable, car il garantit la délimitation d’un objet du savoir et celle des tâches assignées à l’enseignant et au chercheur dans un cadre institutionnel. Remis en question, car les disciplines tendent à être considérées comme autant de bastions dans lesquels se retranchent les « spécialistes » d’un domaine.

Les études mono-disciplinaires représentent un point de vue limité sur la culture en même temps qu’elles s’approprient l’exclusivité d’une compétence. Or l’identité des disciplines fait parallèlement l’objet d’interrogations. La crise des « études littéraires », régulièrement invoquée, pose la question de leur insertion dans le champ des sciences humaines. Ces mêmes études littéraires, confrontées au défi des sciences de la culture, envisagent par ailleurs le décloisonnement des disciplines comme un facteur de renouvellement : elles intègrent des outils exogènes pour analyser les conditions historiques, socio-politiques, institutionnelles de production des textes, l’horizon discursif dans lesquels ils s’inscrivent, étudier le rapport entre littérature et autres médias. De même, si des disciplines comme la sociologie, l’histoire et la science politique  sont depuis longtemps connexes – quand elles ne sont pas dans un rapport de filiation, telle la sociologie vis-à-vis de l’anthropologie – qu’advient-il de leur spécificité lorsqu’elles empruntent par exemple les outils de la géographie pour traiter les enjeux spatiaux, ceux de la psychologie pour s’intéresser aux motivations des acteurs, voire ceux de l’analyse littéraire pour étudier les récits individuels et collectifs ?

Dans la mesure où les disciplines constituent un enjeu territorial et identitaire, le dialogue ressenti comme nécessaire est également un facteur de tensions et de conflits que laisse apparaître l’élaboration de projets communs. Mais il stimule également la construction de cadres conceptuels de référence et de méthodes susceptibles d’intégrer différences et divergences dans un horizon global de réflexion sur la production et l’évolution des savoirs. Si la pluri- et l’interdisciplinarité font depuis longtemps partie des pratiques méthodologiques en sciences humaines, le terme « transdisciplinarité » a fait son apparition au cours des années 1990 dans le discours sur le dépassement des frontières disciplinaires, qui met désormais l’accent sur la constitution systématique d’un réseau de relations entre les disciplines. Il convient de s’interroger sur les raisons qui ont motivé cette transition et sur ses conséquences possibles en termes institutionnels.

Ce colloque organisé par l’Institut des Mondes Anglophone, Germanique et Roman (IMAGER – Université Paris-Est) se propose de faire un bilan de la réflexion théorique engagée et des recherches inter- ou transdisciplinaires en cours, mais également d’en mesurer l’impact sur la recomposition des savoirs et de leur transmission dans les Lettres et Sciences humaines dans une vision prospective. Il invite à une réflexion sur la transdisciplinarité comme enjeu épistémologique et méthode de recherche.

On remettra tout d’abord ces enjeux en perspective en revenant sur la généalogie de l’organisation des systèmes disciplinaires dans les aires culturelles européennes et extra-européennes (Etats-Unis, Amérique latine). On se penchera sur les conditions (subjectives, sociales, nationales…) qui orientent la constitution des disciplines dans le champ des sciences humaines et sociales, et de ce fait sur les enjeux qui sous-tendent leur institutionnalisation. Comment la critique de modèles culturels dominants a-t-elle ensuite conduit à substituer dans certains contextes le terme d’« études » (studies) à celui de « discipline » ? Comment la dialectique entre l’exigence de spécialisation et ce qui s’apparente àl’utopie d’un point de vue global sur la culture se construit-elle ?

On s’interrogera ensuite sur un possible dépassement des frontières disciplinaires en analysant la construction de nouveaux objets de recherche par le biais de la création en synergie de nouvelles méthodologies dans un contexte de globalisation de l’espace de la recherche. On peut mentionner : le développement des études fondées sur l’intermédialité et celui de l’historiographie littéraire et artistique transnationale en écho à celui de la Global History, la réflexion sur les « canevas culturels » (Kulturmuster) globaux propres aux cadres de pensée d’une société, mais aussi les synergies entre divers champs des sciences sociales sur la construction des identités collectives, ou entre sciences sociales et sciences « dures » dans le domaine de l’environnement. Il convient également de rendre compte de l’avènement de nouvelles méthodologies issues du croisement entre supports différents, telles les humanités numériques.

On s’intéressera enfin aux conséquences pratiques qu’entraîne la mise en œuvre d’une perspective transdisciplinaire dans l’enseignement et la recherche. En quoi le développement de la transdisciplinarité invite-t-il à repenser la formation des élèves et des étudiants ainsi que celle des professeurs chargés de la transmission des savoirs ? Peut-on vraiment sortir du cadre des disciplines ? N’y a-t-il pas un risque de dilution des savoirs et de confusion méthodologique ? L’évaluation elle-même, au cœur de l’enseignement et de la recherche, est affectée par les pratiques transdisciplinaires : sur quelles bases en effet, évaluer des compétences s’il n’y a plus de frontières entre les disciplines ? Quels sont à l’inverse les bénéfices de cette approche ?

Le colloque s’organisera donc autour de trois grands volets :

–          réflexion théorique et mise en perspective historique ;

–          recherches en cours impliquant une démarche transdisciplinaire

–          aspects didactiques et institutionnels.

 

Les communications – en français ou en anglais – pourront s’articuler autour des axes suivants (liste non exhaustive) :

–          Le passage des disciplines aux « studies », de l’inter- à la transdisciplinarité dans le contexte de la globalisation, le lien entre transdisciplinarité et transculturalité.

–          Définir la transdisciplinarité. En quoi se distingue-t-elle de l’interdisciplinarité ?

–          La constitution de nouveaux champs d’étude transdisciplinaires et les bouleversements méthodologiques qu’ils entraînent. La constitution de corpus transgénériques.

–          Les enjeux philosophiques et épistémologiques de la transdisciplinarité. Le savoir décloisonné, nouvelle utopie ? Peut-on vraiment être complètement « au-delà » de la discipline ?

–          Les implications éthiques et sociales de la transdisciplinarité.

–          Le rôle d’internet et des nouvelles technologies dans le développement des pratiques transdisciplinaires.

–          Les applications pratiques dans l’enseignement et dans les études académiques, les résistances rencontrées et les difficultés de mise en œuvre de projets ou de cursus transdisciplinaires ; les apports des approches transdisciplinaires dans ces mêmes domaines.

–          De quelle manière la transdisciplinarité affecte-t-elle les institutions qui travaillent en lien avec l’université (agences d’évaluation, CNU, bibliothèques etc.) ?

 

Les propositions de communication (300-400 mots), accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, sont à adresser pour le 31 janvier au plus tard à :

Laure de Nervaux-Gavoty <denervaux@u-pec.fr>

Sylvie Le Moël <sylvie.lemoel@u-pec.fr>

Guillaume Marche <gmarche@u-pec.fr>

CALL FOR PAPERS

“From Interdisciplinarity to Transdisciplinarity: Rethinking Research Today in Social Sciences and the Humanities”

An international conference organized by the Institute for the study of English-, German-, and Romance language-speaking cultures (IMAGER – Université Paris-Est, France)

November 27–29, 2014

Universités Paris-Est-Créteil (UPEC) & Marne-la-Vallée (UPEM)

The domination of disciplines in academic programmes and institutions is increasingly being called into question. While disciplines help delineate areas of knowledge and provide an institutional framework to both academic instructors and scholars, the hallowing of academic silos can lead to a form on entrenchment.

Not only does scholarship conducted from the standpoint of a single discipline tend to offer a limited point of view on culture, it also makes certain forms of expertise the exclusive preserve of a given disciplinary field.  At the same time, the identity of academic disciplines has increasingly become subject to question. For example, “literary studies” are going through an identity crisis that raises the question of their position and legitimacy within the field of social sciences and humanities.

Considering the rise of cultural studies, literary studies are currently opening themselves up to the epistemological renewal that other fields can offer. They increasingly borrow theoretical tools from other disciplines in order to analyze the historical, socio-political and institutional conditions of production of literary texts, to identify the general discursive circumstances in which they emerge, and to study the relationship between literature and other media. Similarly, while disciplines such as sociology, history, and political science have always been closely related—if not literally spinoffs from one another, as in the case of sociology vis-à-vis anthropology—what becomes of their specificities when they borrow from geography to address space-related issues, from psychology to understand social actors’ individual motivations, or from literary studies to make sense of individual or collective narratives?

Disciplines are highly disputed turfs, so that interdisciplinary dialogue can be both a necessity and a source of tensions and conflicts—witness collaborative work on common projects. But this dialogue does also foster the development of conceptual frameworks and methods that may turn differences and divergences into a more fruitful reflection on the production and evolution of knowledge. –Whereas multidisciplinarity and interdisciplinarity have long been integral to the methodologies of the social sciences and humanities, transdisciplinarity emerged in the 1990s as a way of crossing disciplinary boundaries and is today understood as a form of systematic exchanges among the disciplines. Due attention should be given to the causes of this transition and to its possible impact on academic institutions.

This conference organized by the Institute for the study of English-, German-, and Romance language-speaking cultures (IMAGER – Université Paris Est, France) aims to assess current theoretical reflections on inter- and transdisciplinarity as well as research grounded in it, and to measure their impact on the evolution of scholarship and curriculum in the field of literature and humanities. Transdisciplinarity will thus be approached both as an epistemological issue and a research method.

The first goal of this conference is to put these issues into perspective by addressing the genealogy of disciplinary systems both within and outside Europe. Close attention should be given to the conditions—be they subjective, social, national—which shape the emergence of disciplines in social sciences and humanities as well as to the various agendas that may underlie their institutionalization. Why has the critique of prevailing cultural models in some cases led to the substitution of “studies” instead of “disciplines”? How are the demands of specialization to be reconciled with what might be construed as a global, utopian view of culture?

Further, the conference aims to account for experiments in research that oversteps disciplinary boundaries by analyzing the new fields and methodologies that emerge in the contemporary globalized academic environment, which puts a strong premium on synergism and linkages. These include for instance: the development of intermedial studies and of a transnational literary and artistic history that echoes Global History; the study of “cultural patterns” (Kulturmuster) that account for a given society’s dominant modes of thinking; the collaborations among various social science disciplines around issues of collective identity constructions; the interaction between social and “hard” sciences in environmental studies. Particular attention must also be paid to the emergence of altogether new methodologies such as in the numerical humanities.

The third focus of the conference is the consequences of a transdisciplinary approach in the relationship between academic research and curriculum. To what extent does the development of transdisciplinarity require rethinking the academic training of both students—be it in primary, secondary, or higher education—and teachers? Are academic disciplines a purely constraining framework that needs to be transcended, or are they also safeguards against intellectual fuzziness and methodological confusion? The institutional assessment of education and research is also affected by transdisciplinary practices: how are academic skills and results to be assessed in the absence of a reference to clearly bounded disciplines? What, on the contrary, may be the benefits of such a renewed approach to evaluation?

 

The conference will thus revolve around three sets of issues:

–          theory and historical perspective

–          current research with a transdisciplinary angle

–          curricular, institutional, and educational challenges

 

Papers— in French or English—may examine the following questions (indicative list):

–          The transition from academic “disciplines” to “studies,” and from interdisciplinarity to transdisciplinarity; the link between transdisciplinarity and transculturality

–          How to define transdisciplinarity: in what ways does it differ from interdisciplinarity?

–          How do new fields of transdisciplinary study get created, and what methodological issues do they raise—e.g. the constitution of transgeneric corpora?

–          The philosophical and epistemological issues of transdisciplinarity: Is the decompartmentalization of knowledge a utopia? Can scholarship really situate itself beyond academic disciplines?

–          The ethical and social implications of transdisciplinarity

–          The role of the Internet and of ICTs in the emergence and development of transdisciplinary practices

–          The practical implications of transdisciplinarity for education: What are the obstacles to, and the difficulties in, the implementation of transdisciplinary projects or curriculum? What are their benefits?

–          How does transdisciplinarity affect those institutions that collaborate with universities—rating agencies, institutional review boards, libraries etc.?

 

Paper submissions—300 to 400 words, in French or English, and a short biographical notice—should be sent by January 31, 2014 to:

Laure de Nervaux-Gavoty <denervaux@u-pec.fr>

Sylvie Le Moël <sylvie.lemoel@u-pec.fr>

Guillaume Marche <gmarche@u-pec.fr>