Archives mensuelles : février 2014

Parution – « Romans à clés. Les ambivalences du réel »

situations_2

Romans à clés
Les ambivalences du réel

Anthony GLINOER & Michel LACROIX (éds)

Volontiers snobé par les écrivains, qui pourtant l’ont souvent pratiqué, le roman à clés est suspect. Il ne l’est pas moins aux yeux des universitaires adeptes de l’herméneutique textuelle, qui le réduisent ordinairement à une opération de cryptage par l’écriture et de décryptage par la lecture. Trouver les bonnes clés (noms, lieux, événements) et les ajuster aux bonnes serrures seraient les seuls gestes appelés par ces romans lus en détournant la tête.
À rebours de cette double doxa, qui simplifie les mécanismes du genre et l’identifie à un seul de ses nombreux avatars, les contributeurs au présent volume ont relevé le défi d’examiner vraiment, en les prenant au sérieux, un corpus diversifié de romans à clés — de Balzac à Jean-Benoît Puech et Olivier Rolin en passant par Rachilde, Proust et Simone de Beauvoir —, à côté d’autres formes de travail sur la référentialité telles que l’autofiction, les notices biographiques des dictionnaires parodiques, les biographies imaginaires ou encore la métafiction dans le cinéma de Woody Allen.
L’attention se trouve ici portée non seulement sur le fonctionnement des oeuvres retenues, mais aussi sur les dérèglements, les pratiques ludiques et les enjeux de pouvoir qui s’y cachent. Loin d’être une simple transposition de potins littéraires, le roman à clés ouvre ainsi sur une réflexion touchant aux frontières entre fiction et référence au réel.Anthony Glinoer est professeur agrégé à l’Université de Sherbrooke et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire.
Michel Lacroix est professeur à l’Université du Québec à Montréal.
Ils sont tous deux membres du Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions (legremlin.org), à l’origine de travaux sur les sociabilités imaginées (Tangence, 80, 2006), la bohème (Bohème sans frontière, 2010) et les Imaginaires de la vie littéraire (avec B.-O. Dozo, 2012).

 

ISBN : 978-2-87562-031-6
Année de publication : 2014
Prix : 25.00€ HTVA
Pages : 208
Catégorie: Collection Situations 2

Appel à communications – Journées d’études : « TRANCHES D’HISTOIRE : Fondations et ruptures, périodes et événements dans l’historiographie des littératures africaines »

Journées d’études de l’APELA Université Paris-Est Créteil 18-19 septembre 2014

« TRANCHES D’HISTOIRE : Fondations et ruptures, périodes et événements dans l’historiographie des littératures africaines »

Coorganisation : L.I.S. (Lettres, Idées, Savoirs EA 4395) / ECRITURES (EA 3943) / APELA

Organisation pratique : L.I.S. (Lettres, Idées, Savoirs EA 4395)
Comité scientifique : Nathalie Carré / Claire Ducournau / Papa Samba Diop / Pierre Halen

 

Appel à communication

Argumentaire

L’histoire littéraire n’a pas souvent été interrogée en tant que pratique critique dans le domaine des littératures africaines. Elle a pourtant été abondamment mise en œuvre, assurant presque à elle seule l’essentiel des approches au temps des pionniers (cf. la première thèse en la matière, de L. Kesteloot, et bien d’autres).
La prédominance de l’approche historique s’est exercée aux dépens d’autres approches (stylistiques, sociologiques, thématiques, psychocritiques, génétiques, philologiques…). Elle s’explique sans doute surtout par la prévalence des rapports entre littérature et histoire, entre texte et société : étant « de l’Afrique » d’une manière ou d’une autre, l’œuvre n’a cessé d’être mise en rapport avec son contexte d’émergence. Cette domination de l’approche historique a-t-elle pour autant conduit à de nombreuses études historiques fouillées, ou a-t-on privilégié les panoramas globaux ? C’est une première question qu’on peut poser.
Plus fondamentalement, s’interroger à propos de l’Histoire revient aussi à poser la question du Temps, concept dont l’appréhension est déterminée par des facteurs sociaux(1) mais aussi culturels (2). Y aurait-il, en la matière, une temporalité – un mode d’historicité – qui serait particulière ? c’est une deuxième question possible.
Cependant, comme l’indique le sous-titre retenu pour ces journées : « fondations et ruptures, périodes et événements », c’est aussi et surtout la pratique même de la narration historique que nous souhaitons interroger, de préférence à partir de perspectives généralisantes, mais sans exclure l’analyse de cas précis.
Une étude comparée des périodisations adoptées par la critique montrerait sans doute que les découpages opérés varient en fonction des corpus envisagés, et, implicitement, en fonction de ce que l’on considère comme relevant de la littérature africaine, selon que l’on prend en considération l’écrit et/ou l’oral, le légitime et/ou le « populaire », ce qui a fait l’objet d’une diffusion internationale et/ou locale, ce qui s’est publié dans telle langue particulière (européenne, arabe ou africaine), etc. A titre d’hypothèse de travail au moins, on peut néanmoins aussi conjecturer que, malgré cette diversité liée aux différents corpus, des vulgates dominantes se sont constituées, favorisant un modèle d’appréhension basé sur l’édition du texte écrit, et confirmant par ailleurs certains partis-pris de départ en vue de définir des auteurs « classiques ». Une histoire littéraire africaine plus ou moins unifiée a-t-elle une pertinence heuristique ? Et, si oui, quelles en seraient les éventuelles spécificités ? Les périodisations les plus couramment adoptées et les « fondations » littéraires que l’on a l’habitude d’isoler ont-elles la valeur générale qu’on leur prête ? Ou seraient-elles justifiées par des impératifs didactiques ou communicationnels, donc par des publics particuliers ? En tant que narration historique, – en l’occurrence, une narration de conflits et de conquêtes pour son « émergence » -, jusqu’à quel point l’historiographie a-t-elle été configurée par le régime narratif de l’épopée ? de l’hagiographie ?
Selon un autre point de vue encore, comment la ou les histoires littéraires africaines s’articulent-elles avec l’histoire politique et sociale, et de quel territoire de référence ? Comment s’articule(nt)-elle(s) aussi avec une histoire littéraire mondiale, mise en avant avec le succès de la World Literature depuis les années 1990 ?
Le débat invite en tout cas à questionner nos routines interprétatives. On peut s’interroger, en particulier, à propos de la notion d’ « événement littéraire », née en France au dix-neuvième siècle, au moment où la littérature se constitue en objet autonome : a-t-elle un sens pour les littératures africaines, et dans quel(s) espace(s) géographique(s) de référence ? Certaines dates sont régulièrement brandies comme des « ruptures », s’agissant des « chefs-d’œuvre » du passé ou de la réception de plus en plus médiatique des productions contemporaines : 1968 avec les parutions conjointes d’Ahmadou Kourouma et Yambo Ouologuem, 1986 avec les « nouvelles écritures africaines » (Séwanou Dabla), 1994 comme justifiant la mise en place d’une « écriture préemptive » (Alain-Patrice Nganang), 2007 avec le « manifeste pour une littérature-monde », etc. Mais la multiplication possible des dates (parfois empruntées à une chronologie politique) s’accompagne rarement d’une réflexion sur ce qui constitue un « événement littéraire », et sur ce qui justifie son inscription durable dans une historia. Comment penser et faire vivre, autrement qu’à travers une datation sèche, de tels « points de repère », en étant davantage attentif à l’ensemble des discours qui ont pu favoriser tel événement plutôt que tel autre ? Comment rendre compte des ruptures symboliques introduites par certaines œuvres, volontiers retenues dans de telles mises en récit : ces ruptures reposent-elles sur leur lieu et sur le contexte de leur publication, ou plutôt sur leurs caractéristiques formelles propres ? Y a-t-il eu différents moments dans leur réception, etc. ? Ne masquent-elles pas des tendances perceptibles sur le long terme, des publications plus discrètes, mais moins accessibles sur le marché, qui les nourrissent et les produisent ? Le risque est en effet de figer des habitudes d’interprétation qui obstruent les textes en les obligeant à n’être plus que des illustrations d’un cadrage périodique traditionnel, voire des monuments plus ou moins sacralisés. Comment de tels monuments ont-ils été concrètement édifiés, à travers des actes de réception critique ou médiatique, des rencontres institutionnelles (congrès, conférences, festivals), mais aussi des manifestes, des scandales retentissants (par exemple à travers des affaires de plagiat), ou des parutions orchestrées pour produire un canon littéraire (anthologies, dictionnaires, publications de « classiques », etc.) ?

 

Une telle démarche devrait ainsi relativiser les découpages admis, tout en suscitant des redécouvertes d’objets et d’enjeux ayant échappé à un travail de scénarisation. Mais c’est bien cette scénarisation qui est au cœur de notre interrogation : comment découpe-t-on l’histoire littéraire ? quelles tranches détermine-t-on ? Comment se définissent les fameux terminus a quo et ad quem, si importants dans les travaux académiques ? Comment établit-on que tel « événement » a constitué une rupture ? Un fondement ? Un « point de repère » ? La notion d’ « événement (spécifiquement) littéraire » a-t-elle une pertinence dans le domaine ? On parle très souvent de « première génération », de « pionniers », de « précurseurs », de « fondateurs », d’ »héritiers » etc., mais comment construit-on ces « générations », ces moments particuliers où apparaît une innovation ? Pourquoi ce moment-là plutôt qu’un autre ? Pourquoi cette innovation-là plutôt qu’une autre ? Pourquoi telle figure d’auteur est-elle mémorialisée et pas telle autre ? Y a t-il une concurrence entre différents « récits » centrés sur des faits ou sur des figures différentes, et comment un récit l’emporte-t-il sur un autre ? Quelles œuvres sont abandonnées à l’oubli et pourquoi ? Qu’est-ce qui, en définitive, permet de construire un récit « consacré » et des figures (auteurs, œuvres, jugements critiques), en quelque sorte ancestrales, qui ne le sont pas moins ? Que signifie, enfin, la connotation religieuse de mots comme « consacré », « consécration » ?

Bien entendu, notre but n’est pas d’aboutir à un consensus à propos d’un Grand Récit quelconque, ni à propos des « vraies » périodes de l’histoire. Plutôt, il s’agit de prendre de la distance par rapport aux narrations déjà mises en œuvre, de les analyser de manière critique comme autant de constructions discursives et institutionnelles : il y a peut-être, en effet, des périodes qui se dégageront… mais dans l’histoire de la réception critique des littératures africaines, dans l’histoire des histoires, si l’on veut.

 

Axes :

1) la fabrique de l’histoire littéraire africaine : acteurs, institutions, contextes, modes narratifs
2) l’événement en histoire littéraire africaine : fondations et ruptures, nature autonome ou hétéronome de l’événement, réception et narration
3) l’historiographie des littératures africaines : un état des lieux en fonction des zones d’applicabilité, si possible dans une perspective comparée ; les « périodes » sont-elles les mêmes d’une langue à l’autre, d’un pays à l’autre ?

 

Les Journées d’études sont ouvertes à tout membre de l’APELA en ordre de cotisation (http://www.apela.fr/apela/devenir-membre/)

Les propositions d’interventions, précisant l’axe choisi, sont à envoyer sous la forme d’un résumé de 1000 signes maximum, accompagnées d’un bref CV (1000 signes) avant le 31 mars 2014 aux adresses suivantes : nathalie.carre@gmail.com ; diop@u-pec.fr ; ducournau.claire@gmail.com ; pierre.halen@univ-lorraine.fr.

 

Le programme définitif sera communiqué autour du 15 juin 2014. L’organisation de cette manifestation ne prendra pas en charge les frais de déplacement et de séjour.

 

(1) Rezsohazy (Rudolf), Temps social et développement : le rôle des facteurs socio-culturels dans la croissance. Bruxelles : La Renaissance du livre, 1970, 248 p.
(2) Fabian (Johannes), Le Temps et les autres : comment l’anthropologie construit son objet. Traduit de l’anglais par Estelle Henry-Bossonney et Bernard Müller. Avant-propos d’Alban Bensa. Postface de Johannes Fabian. Toulouse : Anacharsis, coll. Essais, 311 p. (Time and the Other, 1983, 2002).

Appel_2014_Tranches

Parution – « La mise au pas des écrivains : L’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXe siècle »

mollier

Jean-Yves Mollier

La mise au pas des écrivains: L’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXe siècle

Fayard • ISBN : 9782213666105 • 512 pages • 26 €

L’abbé Bethléem est un peu connu pour avoir publié en 1904 un brûlot, Romans à lire et romans à proscrire, futur best-seller. Mais la force de frappe de son magazine culturel, la Revue des Lectures, qui parvint à s’imposer dans l’entre-deux-guerres auprès de la NRF, de la Revue des Deux Mondes ou du Mercure de France, l’est beaucoup moins. Ce grand intellectuel catholique, soutenu par le Saint-Siège, fut par exemple la bête noire des surréalistes qui refusaient ses oukases, et il n’hésita pas non plus à s’attaquer à Gide ou à Mauriac. Après sa mort, il inspira la loi du 16 juillet 1949 sur les publications pour la jeunesse qui empêcherait les jeunes éditeurs Pauvert, Losfeld ou Tchou, voire Régine Deforges, de publier Sade et les auteurs maintenus dans l’Enfer de la Bibliothèque nationale.

J.-Y. Mollier raconte avec brio l’histoire de cet abbé chargé de mettre au pas les écrivains –y compris catholiques au XXe siècle, et de les contraindre à respecter les lois relatives aux bonnes mœurs. Menacée dans ses certitudes et ses croyances à l’époque de l’Encyclopédie, l’Église souhaitait reconquérir les âmes perdues et traquer le Mal. L’abbé Bethléem s’attaqua au roman, au théâtre, à l’opéra, à la bande dessinée, à l’annonce publicitaire et enfin au maillot de bain féminin, pourtant bien loin du sulfureux bikini de l’après-Seconde-Guerre mondiale. Fondé sur un important dépouillement d’archives et de journaux, cet ouvrage édifiant montre que la censure, présente encore au XXIe siècle, toujours refuge de tous les extrémismes, doit beaucoup à l’abbé Bethléem et à l’Église catholique.

Séminaire – Démocratisation culturelle : séances sur les industries

Les industries culturelles sont-elles un facteur de démocratisation culturelle ? A quelles conditions ?

Nouvelle étape de la réflexion sur la démocratisation culturelle initiée par le Comité d'histoire du ministère de la Culture et de la Communication et le Centre d'histoire de Sciences Po Paris, les trois prochaines séances du séminaire aborderont les industries culturelles : 
– radio et télévision le 17 mars ;
industries culturelles (livre et musique) le 7 avril ;
le rôle de l'Internet le 5 mai ;
(voir en pièce jointe le programme complet).

Pour en savoir plus sur le séminaire, consultez le site :
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ministere/Les-services-rattaches-a-la-Ministre/Comite-d-histoire/Actualites-du-Comite-d-histoire/Programme-en-cours-La-democratisation-culturelle-au-fil-de-l-histoire-contemporaine

Informations pratiques :
Ces séances se tiendront de 14h00 à 18h00 les 17 mars, 7 avril et 5 mai 2014 à Sciences Po Paris, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle de conférences (rez-de-chaussée).
Durée : séances d'une demie-journée chacune, interventions limitées de 20 à 30 minutes suivies d'une discussion avec la salle
Accès libre après inscription préalable auprès de comitehistoire@culture.gouv.fr

Seminaire_Programme indust-culturelles

 

 

Séminaire – « L’objet littéraire : savoirs, pratiques, et fonctionnement communautaire »

« L’objet littéraire : savoirs, pratiques, et fonctionnement communautaire »

Littérature, discipline littéraire et sciences humaines et sociales.

Annick Louis (Université de Reims, CRAL)

Lucile Dumont (EHESS, CESSP – CSE )

9h – 11h
EHESS Salle Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris
Du 26 février au 28 mai
Programme du séminaire

26 février 2014 : Annick Louis (Université de Reims, CRAL): « Enjeux des rapports entre disciplines en sciences humaines et sociales »

5 mars 2014 : Lucile Dumont (EHESS, CESSP – CSE) « Etudes littéraires et sciences sociales : pour une histoire sociale des rapports disciplinaires. »

12 mars 2014 : Pierre Lassave (CNRS, EHESS – CEIFR ) « Littérature et sciences sociales(2002): retour sur un essai »

19 mars 2014 : Jean-Louis Fabiani (EHESS – CESPRA) « Sociologie de la philosophie ou sociologie des philosophies ? »

26 mars 2014 : Jean-Marie Schaeffer (CNRS, EHESS – CRAL) « Les Humanités et la Weltliteratur »

2 avril 2014 Étienne Anheim (Université de Versailles Saint Quentin – GAS) « Histoire, littérature : deux disciplines, deux corpus – quatre possibilités ? »

9 avril 2014 : Philippe Daros (Université Paris III Sorbonne Nouvelle – CERC) « La littérature comme contre-savoir »

30 avril 2014 : Alban Bensa (EHESS – IRIS) « Rimbaud explorateur »

7 mai 2014 : Gisèle Sapiro (CNRS, EHESS, CESSP – CSE) « La sociologie de la littérature: enjeux théoriques et méthodologiques »

14 mai 2014 : Roger Chartier (Collège de France, EHESS – CRH) « Les parcours des textes: géographies littéraires  »

21 mai 2014 : Andreas Pfersmann (Université de la Polynésie Française, EASTCO, CERC) (sous réserve) « Littérature et psychanalyse : Thomas Mann avec Freud »

28 mai 2014 : Séance de clôture.

Conférence – « La formalité des pratiques – pour une stylistique de l’existence »

Le groupe de contact FNRS

COnTEXTES

a le plaisir de vous inviter à la conférence de Marielle Macé (EHESS)

ayant pour thème « La formalité des pratiques – pour une stylistique de l’existence »

 

L’événement aura lieu le jeudi 6 mars 2014, de 16h30 à 18h

à l’Université libre de Bruxelles, av. F. D. Roosevelt, 50, B–1050 Bruxelles, bâtiment A, entrée W, local AW1.121.

Accès : http://www.ulb.ac.be/campus/solbosch/plan-A.html

 

Invitation cordiale à tous

Contact : cdessy@ulb.ac.be
Organisé avec le soutien du F.R.S.-FNRS.

*******************************

COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature rassemble des chercheurs adoptant une approche sociale du littéraire, toutes époques et toutes littératures confondues. Bien plus qu’un découpage d’objets communs, c’est donc davantage une convergence de regards qui fonde la cohérence de COnTEXTES, dont la démarche consiste à reconnaître l’inscription sociale des pratiques littéraires, par opposition à une conception sacralisée de la littérature et à une lecture immanentiste des textes.

Le comité de rédaction de COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature vous invite à (re)découvrir les différentes rubriques de la revue et à nous soumettre vos propositions de publication.

  • La revue accepte et encourage la soumission de dossiers thématiques et contient une rubrique varia ouverte à des articles adoptant une approche sociale du littéraire. Les informations pour la soumission de dossiers ou de varia peuvent être obtenues en consultant le « Protocole rédactionnel ». Les propositions doivent être adressées à Denis Saint-AmandValérie StiénonVanessa Gemis et Laurence van Nuijs.
  • La rubrique des notes de lecture est consacrée à des parutions récentes en sociologie de la littérature. Afin de rédiger une note de lecture, veuillez suivre les instructions sous l’onglet « Soumettre une note de lecture » et consulter notre liste de suggestions. Pour toute demande à cet égard, merci de vous adresser à Clément Dessy etChristophe Bertiau
  • Le répertoire des thèses en sociologie de la littérature et en sociocritique comprend des thèses de doctorat en cours ou soutenues après janvier 2006 qui adoptent, pour une part ou dans leur totalité, une approche sociologique du fait littéraire, sans autre exclusive quant aux méthodes, toutes époques et toutes littératures confondues. Pour intégrer ou modifier une référence, veuillez écrire à Laurence van Nuijs.

Affiche CONTEXTES Marielle Macé-1

Annonce – 6e journée d’études du Gremlin

Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions (GREMLIN)

6e journée d’études du GREMLIN

Journée jeunes chercheurs

28 février 2014

Université McGill

Pavillon Leacock, local 819

 

9h Accueil des participants

9h15 Joanie Grenier (U. de Sherbrooke), « Entre papier et pixels : l’éditeur, l’objet-livre et la lecture dans La liseuse de Paul Fournel »

9h45 Simon-Pier Labelle-Hogue (McGill), « Ces passeurs d’ethos. Réflexions depuis le Vanier anthologique »

10h15 Catherine Mongeau (U. de Sherbrooke),  « Quand modernité rime avec passé dans Journal intime, roman de Nathalie Rheims »

Pause

11h Kristina Bergeron (UQAM), « L’écrivain multifonctionnel en territoire télévisuel »

11h30 Charline C. Lessard (McGill), « Dany Laferrière, chroniqueur “raté”. La scène d’énonciation dans la chronique journalistique d’écrivain »

12h Alexandre Coderre (UQAM), « Entre provocation et naïveté: l’ethos auctorial de Wajdi Mouawad pendant l’“Affaire Cantat” »

12h30 Conclusion (Michel Lacroix, Anthony Glinoer et Pascal Brissette)

12h45 Fin des travaux et lunch au Cercle universitaire de McGill

Appel à contribution – « Du livre en société à la société contre le livre »

Du livre en société à la société contre le livre

Colloque

Mercredi 15 et jeudi 16 octobre 2014

On ne peut que constater le rôle essentiel du livre, voire d’un livre, sur la société. La BibleL’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert ou LePetit livre rouge de Mao sont des exemples significatifs. Depuis qu’il est devenu codex, le livre exerce une fonction essentielle (sociopolitique, économique, idéologique…) dans notre société. Qu’il soit vecteur de connaissance, facteur de progrès social ou lieu d’échanges, le livre reste la principale source culturelle de notre société, une sorte de modèle social du bien commun. Mais n’assistons-nous pas aujourd’hui à un renversement de ce modèle ?

Depuis l’apparition et le développement de la technologie du numérique, on perçoit en effet un vacillement du statut de l’objet « livre » et du livre comme objet dans son rapport à la société. Si l’on s’interroge sur la portée sociopolitique du numérique qui réduit la place ou qui élimine plusieurs acteurs de la « chaîne du livre » traditionnelle — non seulement l’imprimeur mais aussi toute une série de métiers (correcteur, maquettiste, représentant, distributeur…) sans parler des librairies et des bibliothèques — on constate un certain effacement du lien consubstantiel qui existe entre soi et cet objet séculaire. Aujourd’hui, ce processus touche autant la fabrication du livre, les contenus que l’espace sensible sinon sensuel entre le livre et le lecteur.

Nous nous interrogerons lors de ce colloque sur un tel retournement. Malgré le nombre croissant de livres ‘fabriqués’, notre société n’a-t-elle pas décidé in fine d’en finir avec le livre ? Le lien séculaire entre le livre et la société a-t-il été rompu ? Là où le livre faisait autrefois corps avec la société, n’est-il pas aujourd’hui pris à partie par elle ? En portant atteinte au livre, n’est-ce pas le texte que l’on place sous un certain régime de dissolution, sorte d’écho à l’avertissement de Levinas : « Sauvez le texte de son malheur de livre ! ».

Cette recherche donnera lieu à une publication qui fera suite aux différents volumes déjà publiés aux Presses universitaires de Paris Ouest dans la collection « Livre et société » dirigée par Marc Perelman : Le livre et ses espaces (2007), L’esthétique du livre (2010), Le Livre au corps (2012), Les Temps du livre (à paraître).

Modalités

Réponse à l’appel à communication sous la forme d’un texte de 1.500 signes maximum à envoyer avant le 30 juin 2014.

Réponse courant juillet 2014.

Proposition à envoyer à alain.milon@u-paris10.fr et marc.perelman@u-paris10.fr

 

 

Url de référence :
http://www.pressesparisouest.fr

Colloque – « American Mysteries »

A l’Universite de Californie, le 4e colloque dans la série des Mystères urbains aura lieu sur notre campus de Santa Barbara, les 27-28 février et 1er mars. Le projet, lancé par le Centre RIRRA-21 à Montpellier III, se poursuit également en ligne sur le site de Medias19, en collaboration avec une équipe internationale à l’Université Laval:
<http://www.medias19.org/index.php?id=630>

Veuillez trouver ci-attaché le programme de:
« American Mysteries: Urban Crime Fiction from Eugène Sue’s _Mysteries of Paris_ to the American Noir & Steampunk. »
Le programme s’ouvre par  une lecture des _Mysteries of New Venice_ de Jean-Christophe Valtat (le 26 fevrier) et se clôt par le film _Chan is Missing_ (1982), présenté par son metteur (le 1er mars).

Pour toute info, cnesci@frit.ucsb.edu

MysteriesConference_Febr-March_2014online

Colloque – « Walter Benjamin : les métaphores de la critique »

« Walter Benjamin : les métaphores de la critique »

Colloque international et pluridisciplinaire, 27-28 février 2014

Université Blaise Pascal

Organisation : Audrey Giboux (CELLAM, Université Rennes 2) et Mathilde Labbé (CELIS, Université Blaise Pascal)

 

Jeudi 27 février 2014

9h : Accueil des participants

 

9h15-9h30 : Discours d’ouverture, par Pascale Auraix-Jonchière

 

9h30-9h50 : Problématique du colloque, par Mathilde Labbé et Audrey Giboux

 

La métaphore face au concept (président de séance : Frédéric Calas)

–          9h50-10h10 : Marta Sábado Novau (Université Sorbonne nouvelle Paris 3), « Esthétique de la monade dans Enfance berlinoise vers 1900 »

–          10h10-10h30 : Georg Otte (Université fédérale du Minas Gerais), « Les constellations de Walter Benjamin »

–          10h30-10h50 : Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne Paris 4), « Politique de l’image. Dispersion et image dialectique »

 

10h50-11h30 : Discussion et pause

 

Philosophie de l’image (président de séance : Jean-Christophe Blum)

–          11h30-11h50 : Stephanie Baumann (Université Vincennes Saint-Denis Paris 8 / Université de Tübingen), « Des éclairs qui illuminent l’obscurité – “choc” et “expérience” chez Walter Benjamin et Siegfried Kracauer »

–          11h50-12h10 : Camille Debrabant (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Métaphore et photographie : du “paravent” à la “salubrité de la vision” »

–          12h10-12h30 : Frédérik Detue (Université de Poitiers), « Critique de l’aura et réception tactile chez Walter Benjamin »

 

12h30-13h : Discussion

 

13h-14h30 : Déjeuner

 

Hermétisme et heuristique (président de séance : Éric Lysøe)

–          14h30-14h50 : Maria João Cantinho (Université de Lisbonne), « De la langue messianique à la question de la critique chez Walter Benjamin »

–          14h50-15h10 : Anne Roche (Université d’Aix-Marseille), « L’image comme théorie »

–          15h10-15h30 : Yuna Visentin (ENS de Lyon), « Renouer avec un texte absent : penser l’hermétisme de la critique benjaminienne avec Franz Kafka »

 

15h30-16h10 : Discussion et pause

 

La fabrique de la métaphore (présidente de séance : Audrey Giboux)

–          16h10-16h30 : Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3), « “Du lierre autour d’un pan de mur” : Walter Benjamin, les proverbes et le racontage »

–          16h30-16h50 : Nathalie Raoux (Centre Georg Simmel, EHESS), « Walter Benjamin, le critique à pied d’œuvre. Dans l’atelier du Baudelaire »

–          16h50-17h10 : Christophe David (Université Rennes 2), « Que dit, chez Walter Benjamin, l’image de la ruine, qui ne saurait se résorber en conceptualité ? »

 

17h10-18h : Discussion

Vendredi 28 février 2014

 

Philosophie de l’histoire et de la société (président de séance : Emmanuel Cattin)

–          9h-9h20 : Jacques-Olivier Bégot (Université Paris-Diderot Paris 7), « Violences de la critique »

–          9h20-9h40 : Olivier Pascault (Université Panthéon-Assas Paris 2), « Pour une lecture lukácsienne de Sur le concept d’histoire de Walter Benjamin »

–          9h40-10h : Robert Krause (Université Albert-Ludwig de Fribourg-en-Brisgau), « “Il faut montrer la transformation de la fonction de l’allégorie dans l’économie marchande” : l’impulsion critique de la réception benjaminienne de Charles Baudelaire »

–          10h-10h20 : Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège) : « Baudelaire et le “marché littéraire”. À propos du fragment 11 de Zentralpark »

 

10h20-11h : Discussion et pause

 

Métaphores de la révolution et de la modernité (présidente de séance : Mathilde Labbé)

–          11h-11h20 : Stéphane Massonet (Université libre de Bruxelles), « Lecture de la ville : Walter Benjamin et la critique du surréalisme français »

–          11h20-11h40 : Sergueï Fokine (Université nationale d’économie de Saint-Pétersbourg / Faculté des arts libéraux et des sciences-Smolny de Saint-Pétersbourg), « Mélancolie et révolution comme fondement et forces de la méthode critique dans le Journal de Moscou de Walter Benjamin »

–          11h40-12h : Marino Pulliero (Centre de recherche interallemand) : « Le Jugendstil comme paradigme d’une critique de la Modernité chez Walter Benjamin »

–          12h-12h20 : Ivan Gros (Université centrale nationale de Taïwan), « L’intuition et la dialectique chez Walter Benjamin : les métaphores sociopolitiques de la modernité par-delà la pensée marxiste »

 

12h20-13h : Discussion

 

13h-14h30 : Déjeuner

 

Walter Benjamin et l’idéalisme (président de séance : Philippe Antoine)

–          14h30-14h50 : Patricia Lavelle (Centre Georg Simmel, EHESS), « Métaphore érotique et création artistique, de Heinrich Rickert à Walter Benjamin »

–          14h50-15h10 : Marc de Launay (CNRS), « Métaphores du temps dans l’écriture d’Ombres courtes »

–          15h10-15h30 : Catherine Coquio (Université Paris-Diderot Paris 7), « Magie critique, mortification, apocatastase : trois images pour l’acte critique »

 

15h30-16h10 : Discussion

 

16h30 : Clôture du colloque et collation.

Programme Colloque Benjamin Métaphores de la critique