Archives mensuelles : mars 2014

Journées d’études – « Sociologie du style littéraire »

Sociologie du style littéraire 

Sixièmes journées d’études du groupe COnTEXTES 

Bruxelles, 9 au 11 avril 2014

L’actualité de la recherche est animée par la question du style à travers de nouvelles perspectives qui proposent de l’étudier de manière extensive, qu’il s’agisse de l’orienter dans une perspective transdisciplinaire empruntant volontiers à l’anthropologie ou de lui conférer une dimension existentielle propre à rendre compte du vécu intime des formes et de leurs significations. Parmi ces approches qui réévaluent la part d’individualité, de créativité ou d’originalité que désigne la notion de style, la sociologie de la littérature n’est pas en reste. Pourtant, le style semble constituer pour elle un point aveugle ou un impensé, sur fond du reproche récurrent qui lui est adressé de négliger la « surface verbale » du texte littéraire (Barthes). C’est donc aux différentes possibilités d’étudier le « style littéraire » en sociologie de la littérature qu’est dédié le présent colloque.
Programme

Mercredi 9 avril 2014

13h Accueil

Introduction

  • 13h10 Clément Dessy (Université libre de Bruxelles – FNRS), Valérie Stiénon (Université Paris 13 – Université de Liège – FNRS) & Laurence van Nuijs (University of Leuven – FWO) –  « Introduction »

Séance 1 – Singularités stylistiques

  • 13h40 Paul Aron (Université libre de Bruxelles – FNRS) – « La variété des genres et des styles dans Les Voyageurs de l’Impériale d’Aragon: esquisse d’analyse sociologique »
  • 14h20 Daphné de Marneffe (Université de Liège) – « Défense du style et affirmation de soi : Aragon ou le style en « kleptomane de la volupté ». Une lecture croisée du Con d’Irène (1928) et du Traité du style (1929) »
  • 15h Lucile Tengowski (Université Paris 4 Sorbonne) – « Scrupules socio-stylistiques de Pierre Michon »

 15h40 Pause-café

Séance 2 – Style et questions identitaires

  • 16h Maëva Archimède (Université de Laval) – « Accommodements, contestations et revendications chez Léon Damas, Aimé Césaire et Guy Tirolien : réflexions sur le(s) style(s) de la Négritude »
  • 16h40 Ewa Tartakowsky (Université Lyon 2)  « Stratégies stylistiques chez les auteurs d’origine judéo-maghrébine en France »

Jeudi 10 avril 2014

9h00 Accueil

Séance plénière

  • 9h10 Gilles Philippe (Université de Lausanne) – « La collectivisation du singulier : la question du style dans The Criterion »

10h10 Pause-café

Séance 3 – Mauvais styles

  • 10h30 Laetitia Gonon (Université Stendhal – Grenoble 3) – « Le style pour blâmer le style (1870-1920) »
  • 11h10 Marie Doga (Université Grenoble Alpes) – « Lire un poème. Les conditions sociostylistiques de la lisibilité de la poésie de Denis Roche et Marcelin Pleynet »
  • 11h50 Samuel Estier (Université de Lausanne) – « À propos du « style » de Houellebecq »

12h30 Repas

Séance plénière

  • 14h Nelly Wolf (Université Charles-de-Gaulle – Lille 3) – « Proses du monde : les enjeux sociaux des styles littéraires »

15h Pause-café

Séance 4 – Styles et romans

  • 15h20 Clara Lévy (Université de Lorraine) – « Le sociologue de la littérature face au défi de l’analyse stylistique »
  • 16h Stéphanie Bertrand (Université du Luxembourg – Université de Lorraine) – « Du style à la posture : l’aphoriste, une figure d’autorité ? »
  • 16h40 Emilie Saunier (Université Lyon 2) – « La littérature comme « jeu » : une approche sociologique du travail stylistique d’Amélie Nothomb »

 

Vendredi 11 avril 2014

9h Accueil 

Séance plénière

  • 9h10 Éric Bordas (ENS de Lyon) – « Que serait une sociostylistique ? »

10h10 Pause-café

Séance 5 – Épistémologies du style

  • 10h30 David Ledent (Université de Liège) – « Les styles littéraires comme formes symboliques »
  • 11h10 Stéphane Gallon (Université Rennes 2) – « Le style, émail de la dent ou nerf de la guerre ? »
  • 11h50 Bérengère Moricheau-Airaud (Université de Pau et des Pays de l’Adour) – « Proposition pour une stylistique du genre de l’auto-sociobiographie : l’exemplification par l’écriture ernaussienne »

12h30 Pause

Conclusions

  • 12h40 Conclusions des journées d’études par Clément Dessy (Université libre de Bruxelles – FNRS), Valérie Stiénon (Université Paris 13 – Université de Liège – FNRS) & Laurence van Nuijs (University of Leuven – FWO)

 

Organisation :  le groupe de contact FNRS COnTEXTES en sociologie de la littérature

Contacts Clément DessyValérie StiénonLaurence van Nuijs

 

Où ?

Université libre de Bruxelles

50, av. F.D. Roosevelt

1050 Bruxelles

Bâtiment A, entrée Y

Local AY2.114 (accès)

 

Cet événement est organisé avec le soutien des institutions suivantes :

Fonds National de la Recherche Scientifique

Université libre de Bruxelles

Le centre de recherche Philixte

Wallonie-Bruxelles International

Annonce – PhD studentships on Memories of Fiction: An Oral History of Readers’ Life Stories

Two fully-funded PhDs

Please note that the funding body (the Arts and Humanities Research Council) stipulates that the funding is only available to UK or EU citizens who have been resident in the UK for three years by September 2014.

These studentships arise from a three-year project, ‘Memories of Fiction: An Oral History of Readers’ Life Stories’ (led by Dr Shelley Trower, University of Roehampton, and Dr Graham Smith, Royal Holloway, University of London). We are seeking to award two PhD studentships to start 1 October 2014.

The first studentship will investigate memories of childhood reading, working with and contributing to the archive of interviews created by the Memories of Fiction project. This PhD project will relate findings from this local study to existing scholarship on childhood reading and adult memory. It will also consider the relationship between memory and the materiality of the book.

For the second studentship we invite applications which outline a research proposal relating to two or more of the following topics in relation to the overall project theme: memory, reading, oral history, life stories, emotion, book studies, creative writing. We will be particularly interested in proposals addressing memories of reading in adulthood but are also open to other ideas.

For more information please see the final link here: www.roehampton.ac.uk/Courses/Graduate-School/Funding/ or contact Shelley Trower: shelley.trower@roehampton.ac.uk

Appel à communications – « La sociologie des arts et de la culture et ses frontières »

Veuillez trouver ci-joint l’appel à communication pour les Journées d’études du Réseau Thématique 14 (sociologie des arts et de la culture) de l’Association française de sociologie (en association avec le RT27 et l’ADHC) :

*« La ‘‘sociologie des arts et de la culture’’ et ses frontières. Esquisse pour une auto-analyse ». *

Celles-ci se tiendront à la Sorbonne les 6 et 7 novembre 2014.

Les propositions de communication sont à adresser au plus tard le*15 mai 2014 *au RT14 (rt14.afs@gmail.com<mailto:rt14.afs@gmail.com>).

AAC_La SAC et ses frontières_JE RT14 AFS_nov 14

Call for Papers – « Creativity and Commerce in the Age of Print

(Full CFP attached — please distribute to any postgraduates and early-career researchers who may be interested.)

 

‘What an insane thing it is to make literature one’s only means of support!…To make a trade of an art! I am rightly served for attempting such a brutal folly.’

–  George Gissing, New Grub Street (1891)

 

Hosted by the Centre for the History of the Book at the University of Edinburgh, this interdisciplinary conference will explore the sometimes-fraught connections between the ‘art’ and ‘trade’ of books from the Western invention of printing to today. Are the interests of authors and publishers always opposed, or can they lead to productive forms of collaboration? Does work undertaken for the marketplace necessarily compromise its moral and cultural standing? How does literature become property, and how has authorship evolved between the starving writer of ‘Grub Street’ and the modern book festival circuit? Can the requirements of the printing and bookselling industries constitute a form of de-facto censorship, determining the types of work that are published and circulated?

 

We are currently seeking papers from postgraduate and early career researchers interested in questions such as these, with potential topics including (but not limited to):

  • Authorship and other creative professions
  • The printing and bookselling industries
  • Author-publishers relationships
  • Dissemination networks
  • Subscription and patronage
  • Book advertising, illustration
  • Serial publication
  • ‘Tie-ins’, merchandise, and material culture
  • Libraries and book collecting
  • Commerce and censorship
  • Originality, copyright, and intellectual property
  • Book piracy and its national boundaries
  • Creative work and gender
  • The impact of new technologies for production and dissemination
  • The ‘rise’ or ‘death’ of print.

Proposals in all relevant subject areas and historical periods post-1450 are welcome. Please send a 200-word abstract to N.Simonova@ed.ac.uk by 5 May 2014. Limited travel bursaries may be available; indicate if you would require one to attend.  The conference will take place in Edinburgh on 26 July 2014, with registration opening in June.

Creativity and Commerce _CFP

 

Journée d’études – « Regards croisés : réflexion prospective sur la recherche en sociologie de la littérature, en sociocritique et en histoire du livre »

Vous trouverez en pièce jointe le programme de la journée d’études du GREMLIN et du GRÉLQ s’intitulant « Regards croisés : réflexion prospective sur la recherche en sociologie de la littérature, en sociocritique et en histoire du livre ». L’événement se tiendra le 17 avril prochain au Campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke.

Programme

Appel à communications – Colloque : « Les « Nouveaux Réactionnaires ». Genèse, configurations, discours »

 

Colloque international

Les « Nouveaux Réactionnaires »

Genèse, configurations, discours

 

Université de Liège (Belgique)

10-12 décembre 2014

Directeurs du colloque : Pascal Durand (professeur ordinaire à l’Université de Liège) et Sarah Sindaco (chercheuse post-doctorale FNRS à l’Université de Liège). Tous deux sont associés au Laboratoire d’Étude sur les Médias et la Médiation (LEMME, ULg).

Le début de ce siècle a été marqué en France par l’émergence d’un courant de pensée porté par une nébuleuse d’acteurs médiatiques et d’intellectuels que l’on rassemble d’ordinaire sous l’étiquette, à interroger elle-même, des « Nouveaux Réactionnaires » (Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut, Alexandre Adler, Élisabeth Lévy, Philippe Muray, Jean Clair, Éric Zemmour, Michel Houellebecq, Jean-Claude Michéa, Régis Debray, Ivan Rioufol, Renaud Camus, Robert Ménard, Anne-Marie Le Pourhiet, Pierre-André Taguieff, etc.). Journalistes, romanciers, juristes, chroniqueurs, philosophes, essayistes, hérauts d’une « liberté d’expression » reconquise sur le « politiquement correct », la « gauche morale », la « bienpensance » ou encore la « pensée unique », ils forment une sorte de personnage générique fait de singularités apparemment en rupture avec toute assignation sociologique comme avec toute inscription historique au-delà de la « tradition » ou des « grandes valeurs » dont ils se donnent pour les garants nostalgiques (l’Ecole, la République, la Nation, l’Identité, etc.). Si la plupart se situent du côté d’une droite « décomplexée » mixant légitimisme et césarisme, certains d’entre eux se veulent proches d’une gauche assez hybride elle aussi, dans laquelle se rejoindraient fermeté et ferveur républicaines, nostalgie communiste et souci d’égalité réelle, valeurs socialistes et mots d’ordre néo-orwelliens. Sur fond général de transgression conservatrice, ces personnalités revendiquent volontiers leur marginalité et leur minorité au sein d’un espace public où elles sont en réalité très présentes et dans lequel, fortes de leur ubiquité et d’une parole ajustée aux nouvelles conditions médiatiques et éditoriales, elles parviennent à introduire, au nom d’une majorité silencieuse supposée, des thèmes et des débats pouvant en certains cas alimenter tantôt des « affaires », telles que l’affaire Dieudonné et l’affaire Taddéi, tantôt un mouvement idéologique tel que le « Printemps français ».

Dès 1986, Guy Hocquenghem, dans sa Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, avait signalé la conversion de quelques-unes des figures contestataires de Mai 68 à l’ordre économique et politique dominant (avec les positions de pouvoir que cette conversion leur permettait d’occuper). Moins de vingt ans plus tard, Daniel Lindenberg signait sous le titre incisif Le rappel à l’ordre une « enquête sur les nouveaux réactionnaires », qu’il baptisait de la sorte pour l’occasion. Publié en 2002 au Seuil dans « La République des idées » — une des collections de petit format qui se sont multipliées dans la même période et qui auront peut-être été l’un des vecteurs de formation de cette nouvelle parole pamphlétaire —, l’ouvrage participait cependant, du fait de sa fibre polémique, à l’espace discursif et thématique qu’il entendait cartographier. Ces « Nouveaux Réactionnaires » ont donné lieu, dans la foulée, à une abondante production à caractère essayistique, de qualité très inégale, et tout aussi bien à des plaidoyers pro domo publiés par les personnalités incriminées elles-mêmes. La limite de pareils ouvrages ne tient pas seulement à leur dimension de réquisitoires ou d’apologies ; elle tient surtout au fait que leurs auteurs y condensent leur propre engagement dans les luttes symboliques inhérentes au champ auquel ils sont censés appartenir de façon plus ou moins vérifiée et, plus généralement, aux champs en intersection croissante entre lesquels la plupart d’entre eux circulent.

Le projet du colloque est de reprendre cette enquête à nouveaux frais sous les trois axes 1° d’une histoire à plus ou moins longue portée ; 2° d’une sociographie des acteurs concernés, doublée d’une description morphologique de leur(s) espace(s) d’intervention ; 3° d’une sociocritique des discours allant des arguments et lieux communs mobilisés aux postures et gestuelles manifestées.

Axe 1 :  Genèse

Histoire longue et histoire immédiate

La « nouveauté » de la position « réactionnaire » présente deux dimensions historiques. D’un côté, elle correspond à un phénomène dont l’irruption peut être reliée à des transformations récentes des conditions de production et de transmission de la parole publique (intrusion croissante du journalisme dans les débats intellectuels, pression communicationnelle et managériale exercée jusqu’au sein des universités et grandes écoles, mutations socio-économiques de l’édition et essor des collections polémiques, développement de la néo-télévision et de talk-shows propices à différentes formes de « clash », essor des nouveaux médias, des sites d’hébergement de vidéos et des réseaux sociaux, etc.). Elle correspond aussi, sous ce rapport, à un certain nombre de grands « événements » (les attentats du 11 septembre) ou de grands « débats » contemporains dont elle se soutient autant qu’elle les alimente (l’identité nationale, la laïcité, l’école, etc.). D’un autre côté, cette même « nouveauté » réactive dans des conditions nouvelles une disposition intellectuelle et politique dont les représentants ont jalonné l’histoire de France depuis les contre-révolutionnaires et les « antimodernes » du XIXe siècle jusqu’à la génération des Hussards, en passant par les pamphlétaires de l’entre-deux guerres. Des filiations plus ou moins assumées et déclarées se dessinent ainsi, renvoyant tantôt à des courants de pensée ou à des écoles littéraires, tantôt à des figures emblématiques telles qu’un Maurice Barrès ou un Charles Péguy.

Axe 2 : Configurations

Typologie des acteurs et morphologie du champ

La diversité des personnalités concernées, leur multipositionnalité, leur ubiquité médiatique et éditiorale, la résistance même qu’elles opposent à leur caractérisation collective appellent à dresser la typologie de leurs figures et de leurs trajectoires, à répertorier et à classer les propriétés communes qu’elles présentent ou dont elles jouent. Cette typologie, il conviendra de l’articuler aux configurations sociales dans lesquelles ces personnalités interviennent ou dont elles sont le produit. On s’attachera en particulier à décrire le sous-champ qu’elles composent au sein de l’espace intellectuel français. Les représentants de ce collectif éclaté relèvent en effet de différents univers sociaux (journalisme, littérature, philosophie, université, politique, etc.). Si mobiles et si individuels qu’ils paraissent, ils entretiennent, d’autre part, de nombreux rapports d’interaction, cooptation, soutien et admiration réciproques, analysables en termes de réseau construit sur fond d’intérêts partagés et de cibles communes. Nombre d’entre eux bénéficient en outre d’accès privilégiés à l’espace de l’édition et des médias, où ils trouvent d’autant plus aisément tribune qu’ils procèdent sous certains égards des transformations qu’a connues depuis une vingtaine d’années la mise en spectacle de la parole publique. Plusieurs même se montrent d’une grande créativité en fait d’instances de diffusion de leurs idées et valeurs (magazines, sites, blogs, pétitions, etc.).

Axe 3 : Discours

Rhétorique, genres et postures

Le caractère polémique, circonstanciel et éphémère des interventions et publications associées au phénomène des « Nouveaux Réactionnaires » tend à laisser dans l’ombre la trame verbale et argumentative de leur discours et de leurs textes, ainsi que les genres qu’ils mobilisent derrière tout un pathos de l’insolence et de la mélancolie offensive. Le troisième axe du colloque entendra donc 1° soumettre à analyse rhétorique ce corpus (tropes et figures, topiques et idéologèmes, structures argumentatives, éthos et pathos, etc.) ; 2° étudier ce corpus sous l’angle des genres littéraires revendiqués ou recyclés (pamphlet, roman, essai lettré, art de la conversation, entretien, etc.) ; 3° décrire les postures, mimiques et gestuelles de personnalités dont beaucoup émanent du monde des médias ou y ont tribune ouverte. Un intérêt particulier sera réservé, sous cet axe, à l’école littéraire sauvage et très dispersée que semblent composer des écrivains tels que Maurice G. Dantec, Michel Houellebecq, Richard Millet ou Renaud Camus, jouant les uns et les autres des deux rôles de l’écrivain et du polémiste dans une tradition qui a elle aussi ses grands ancêtres, plus ou moins revendiqués par eux, du côté d’un Léon Bloy, d’un Léon Daudet ou d’un Louis-Ferdinand Céline.

*

Ce colloque international est organisé dans le cadre d’un Projet de recherche (PRD) financé par le Fonds de la Recherche Scientifique — FNRS, intitulé « Rhétorique des “Nouveaux Réactionnaires”. Positions, discours, postures ».

Les propositions de communication (500 mots), accompagnées d’une brève présentation bio-bibliographique, sont à envoyer pour le 15 juin 2014 au plus tard simultanément aux deux organisateurs du colloque (pascal.durand@ulg.ac.be et sarah.sindaco@ulg.ac.be). Réponse sera donnée aux auteurs en date du 10 juillet 2014.

Temps imparti pour les communications : 30 minutes.

Langue de communication : français.

Le colloque s’inscrit dans la perspective d’un ouvrage collectif élaboré à partir des versions écrites des communications. Les textes seront à remettre aux directeurs du volume, Pascal Durand et Sarah Sindaco, pour le 1er février 2015 au plus tard, en vue d’une parution courant 2015.

Comité organisateur : Jean-Pierre Bertrand (ULg), Paul Dirkx (Université de Nancy), Pascal Durand (ULg), Corinne Gobin (ULB), FrançoisProvenzano (ULg), Christine Servais (ULg) et Sarah Sindaco (ULg).

Comité scientifique : Marc Angenot (McGill University), Édouard Delruelle (ULg), Pascal Durand (ULg), Didier Eribon (Université de Picardie), Jean-Marie Klinkenberg (ULg), Dominique Rabaté (Paris VII), Philippe Raxhon (ULg), Gisèle Sapiro (EHESS), Sarah Sindaco(ULg), Jean-François Sirinelli (Sciences-Po), Nicolas Thirion (ULg) et Yves Winkin (Conservatoire National des Arts et Métiers).

Appel communications Nouveaux Réactionnaires

Parution – « Littérature populaire du nord-est du Brésil »

unnamed

Walter Tenorio-Pontes

Collection Recherches Amériques latines

EAN : 9782336007458 • 228 pages
Prix éditeur : 23 €
Voir la fiche de ce livre

L’objet du présent ouvrage est l’étude de la littérature de cordel, ou littérature populaire en vers, dont la principale caractéristique est d’être d’origine orale, rurale et modeste. Les « folhetos de cordel » sont chantés, discutés et vendus par leurs auteurs dans les fermes et marchés, éventuellement en librairie. Chaque folheto est illustré d’une gravure sur bois.

Walter Tenório-Pontes analyse la façon dont les poètes populaires expriment les mouvements messianiques qui se sont produits au Brésil dans les régions rurales, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Face aux puissantes manifestations mystiques et religieuses qui explosent au Brésil de nos jours, ne faut-il pas voir dans ces récits un trait inhérent au peuple brésilien, dynamique et moderne à la fois ?

Walter Tenório-Pontes est né au Brésil, à Bom Conselho, dans le sertão de Pernambuco. À Rio de Janeiro où il entreprend ses études de droit, il s’occupe activement de chroniques cinématographiques et prend une part importante au mouvement culturel des années 1960. Avant la tempête militaire de 1964…

Exilé en France en 1971, il y réside toujours et y a obtenu son doctorat. Il a déjà publié : Machismo. Literatura de Cordel (Edições Rolim, Lisbonne), Le messianisme populaire au Brésil (Les Éditions du Panthéon, Paris), L’Apocalypse selon Cícero et Damião (De Albuquerque, Hendaye), Lampião, gouverneur de l’Enfer (De Albuquerque), « La poésie lyrique des conjurés de Minas Gerais. Résumé des trois cents ans de la littérature brésilienne », in Atlántica Magazine (Biarritz).

Table des matières

Introduction

PREMIÈRE PARTIE. LE MESSIANISME SERTANEJO

Chapitre I. Le messie Antônio Conselheiro

Chapitre II. Messianisme et coopérativisme

Chapitre III. Antonio Conselheiro et le sébastianisme

 

SECONDE PARTIE. LE MYSTICISME SERTANEJO

Chapitre IV. Père Cícero, vicaire de Juazeiro

Chapitre V. Un châtiment médiéval

Chapitre VI. Une religion métisse

Chapitre VII. La venue de la bête de l’Apocalypse

Chapitre VIII. La voix de Frère Damião

Chapitre IX. Un rêve extraordinaire

Chapitre X. Les oraisons populaires

 

TROISIÈME PARTIE. L’AU-DELÀ. LAMPIÃO ET LUCIFER

Chapitre XI. Dante et les poètes populaires

Chapitre XII. Le poète Riachão contre le Diable

Chapitre XIII. Un personnage diabolique

Chapitre XIV. Une fête en Enfer

Chapitre XV. Le Diable agriculteur

Chapitre XVI. L’Enfer est trois fois plus grand que le monde

Chapitre XVII. Football en Enfer

Chapitre XVIII. Rencontre au ciel du Mal et du Bien

Conclusion

Appel à communications – Journée d’étude – Mainstreaming Popular Culture

Mainstreaming popular culture

Les dynamiques hégémoniques dans la culture populaire

Journée d’études co-organisée par le LabTop (Paris 8, France) et l’IHES (UNIL, Suisse)

Université Paris 8, jeudi 16 octobre 2014

 

Argumentaire :

La culture populaire reste un concept difficile à définir, notamment parce qu’il n’existe pas de définition non problématique des deux termes qui le compose. Si la culture populaire a un temps été utilisée péjorativement pour (dis)qualifier la culture « de masse », dépréciée car « marchande » – et si elle continue parfois d’être utilisée dans ce sens –, elle a progressivement gagné une valeur descriptive sans pour autant être précise. La culture populaire se rapporterait à une dimension concernant « les gens » ou « le peuple » à la fois comme public ou marché mais aussi comme sujet. L’apport de Stuart Hall, dans son travail de « déconstruction du « populaire » » (1981), a été de proposer une troisième définition qui « embrasse, pour une période donnée, les formes et les activités qui ont leurs racines dans les conditions sociales et matérielles des classes particulières, et qui se sont incarnées dans les traditions et les pratiques populaires » (Hall 2008 : 123). Avec cette définition, Stuart Hall entendait mettre l’accent sur la « tension continue (de corrélation, d’influence et d’antagonisme) avec la culture dominante » (Ibid.). La culture populaire rend possible la contestation et la subversion comme elle peut consolider l’hégémonie culturelle lorsqu’elle devient l’instrument cynique des industries culturelles. C’est cette tension que nous souhaitons interroger et qui donne son sens au titre de cette journée d’études. Un titre qui peut paraître contradictoire à première vue, étant donné que le caractèremainstream est parfois décrit comme étant intrinsèque à la culture populaire. Pour notre part, nous entendons la mainstreamisation comme la stratégie qu’adoptent les industries culturelles pour neutraliser toute subversion dont la culture populaire se ferait l’écho.

Dans un ouvrage majeur des cultural studies, Dick Hebdige notait que les subculturessont toujours amenées à décevoir nos attentes puisqu’elles sont constamment menacées d’être récupérées par la culture mainstream. Entendue chez Hebdige comme le processus par lequel l’ordre subverti est restauré, la récupération apprivoise et domestique la subversion en se l’appropriant. Elle est une arme aux mains des industries culturelles, à la fois commerciale et idéologique. Pour autant, la culture populaire n’est jamais récupérée une fois pour toute, elle est un processus jamais fini. À ce titre, elle est à la fois le lieu et l’enjeu d’une lutte pour l’hégémonie. Il s’agira donc d’interroger ensemble les dynamiques hégémoniques et contre-hégémoniques dans la culture populaire (cinéma, musiques populaires, romans, théâtre etc.) et les intérêts contradictoires qui s’y jouent, en considérant la culture dans sa matérialité.

Cette journée d’étude vise à mieux définir la culture populaire, en prenant notamment en compte les différentes dynamiques contemporaines qui ont largement modifié son visage (digitalisation, effondrement de différents marchés liés à des produits). Pour saisir la tension entre la culture populaire et sa récupération, il s’agira de cerner les acteurs de ces deux facettes, tant les sujets du populaire que ceux qui sont à la manœuvre au sein des industries culturelles. C’est grâce à cette meilleure compréhension que l’on sera à même de mesurer les processus hégémoniques et contre-hégémoniques qui sont en jeu dans les cultures populaires.

Les propositions de communication peuvent s’inscrire dans l’une des thématiques suivantes, la liste n’étant pas exhaustive :

1)     Culture populaire et culture mainstream

2)     Aspects contemporains de la culture mainstream

3)     Le(s) sujet(s) de la culture populaire : qui parle ?

4)     Acteurs et fonctionnement des industries culturelles

5)     Subversion et/ou réification : la pop culture entre empowerment et consentement ?

6)     Le populaire est-il soluble dans les industries culturelles ?

7)     Problématiques sexe, race et classe dans les industries culturelles

 

Modalités de soumission : 

Les propositions de communication, ne devant pas excéder 3000 signes, doivent être envoyées avant le 15 mai 2014 aux adresses suivantes :

djavadzadeh.keivan@gmail.com

pierreraboud@gmail.com

Elles comprendront le nom de l’auteur.e et son rattachement institutionnel, un titre, un résumé de la communication et quelques références bibliographiques (5 à 10). Merci d’envoyer vos propositions au format word 2004 (.doc).

Les notifications d’acceptation seront adressées aux auteur.e.s au plus tard le 30 mai 2014.

Organisateurs :

Keivan Djavadzadeh, LabTop / Université Paris 8

Pierre Raboud, IHES / Université de Lausanne

Références :

ADORNO, Theodor et Max HORKHEIMER, La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 1983.

BARTHES, Roland, Mythologies, Paris, Éditions du Seuil, 1970.

BHABHA, Homi, Les lieux de la culture – Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007.

BUTLER, Judith, Le pouvoir des mots – Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam, 2004.

BUTLER Judith, Ernesto LACLAU et Slavoj ZIZEK, Contingency, Hegemony, Universality. Contemporary Dialogues on the Left, Londres, Verso, 2000.

DE CERTEAU, Michel, L’invention du quotidien 1 – Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

GILBERT, Jeremy et Ewan PEARSON, Discographies, dance music, culture and the politic of sound, Londres, Rootledge, 1999.

GLEVAREC, Hervé, Éric MACÉ et Éric MAIGRET, Cultural Studies – Anthologie, Paris, Armand Collin, 2008.

GRAMSCI, Antonio, Guerre de mouvement et guerre de position – Textes choisis et présentés par Razmig Keucheyan, Paris, La Fabrique, 2011.

GROSSBERG, Lawrence, We gotta get out of this place, New York, Routledge, 1992.

HALL, Stuart et Tony JEFFERSON, dir., Resistance through Rituals – Youth subcultures in post-war Britain, Londres, Routledge, 2004.

HALL, Stuart, Identités et cultures – Politiques des cultural studies, Paris, Éditions Amsterdam, 2008.

HALL, Stuart, Identités et cultures 2 – Politiques des différences, Paris, Éditions Amsterdam, 2013.

HEBDIGE, Dick, Sous-culture – Le sens du style, Paris, La Découverte, 2008.

LAURETIS (de), Teresa, Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute, 2007.

SCOTT, James, La domination et les arts de la résistance, Paris, Amsterdam, 2008.

SPIVAK, Gayatri, Les subalternes peuvent-elles parler?, Paris, Amsterdam, 2009.

Parution – « Maîtres de leurs ouvrages: l’édition à compte d’auteur à Paris au XVIIIe siècle »

Marie-Claude Felton
Préface de Roger Chartier
Au XVIIIe siècle, les libraires jouissent d’un monopole inégalé sur le monde du livre à Paris. Le vent tourne en 1777 et les auteurs acquièrent enfin le droit d’éditer et de vendre leurs propres ouvrages. Après avoir exploré les différents discours traitant de l’émergence de l’auteur moderne, Marie-Claude Felton démontre comment des écrivains de tous horizons choisissent de garder une mainmise sur les droits et les retombées de leurs œuvres. Elle révèle aussi que les auteurs-éditeurs, sensibles à la qualité matérielle des livres imprimés à leurs frais, en assurent la diffusion tant par le recours à la publicité que par l’organisation des ventes à domicile.
1. L’édition à compte d’auteur: vers une nouvelle pratique auctoriale autonome et moderne
2. L’auteur-éditeur et ses livres: un portrait
3. D’auteur à éditeur
4. L’auteur-éditeur et le livre-objet
5. Les stratégies publicitaires
6. D’auteur à marchand de livres
Conclusion
March 2014, Oxford University Studies in the Enlightenment, ISBN 9780729410816, 328 pages, 17 ills