Archives mensuelles : mai 2014

Parution – Mémoires du livre / Studies in Book Culture vol. 5, no 2

Bonjour

Nous avons le plaisir de vous annoncer la récente parution du volume 5, numéro 2, de Mémoires du livre / Studies in Book Culture, intitulé  « Livre et jeu vidéo / Book and Videogame » (sous la direction de Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo, Université de Liège).

 

En voici le lien officiel :  http://www.erudit.org/revue/memoires/2014/v5/n2/index.html

 

Merci de diffuser cette information dans vos réseaux.

 

Bien cordialement,

 

Cécile Delbecchi pour Marie-Pier Luneau et Josée Vincent

 

Mémoires du livre / Studies in Book Culture

Direction : Marie-Pier Luneau, Josée Vincent

Assistante à la direction : Cécile Delbecchi

Groupe de recherches et d’études sur le livre (GRÉLQ)

Département des lettres et communications

Faculté des lettres et sciences humaines

Université de Sherbrooke, Québec, Canada

J1K 2R1

 

Parution – Nassurdine Alu Mhoumadi, « Réception de Léopold Sédar Senghor. Pour une approche sociologique des littératures africaines »

Nassurdine Alu Mhoumadi

Réception de Léopold Sédar Senghor. Pour une approche sociologique des littératures africaines

Paris, L’Harmattan, « Culture Africaine », 2014

ISBN : 9782343030227

11,50 EUR

63244

Présentation de l’éditeur:

Inviter les critiques à s’approprier une méthode de recherchre à l’heure où personne n’ose plus le faire, voilà une démarche pour le moins à contre-courant. Cet ouvrage se veut l’expression d’une conviction chevillée au corps, car j’ai la solide certitude que les textes issus des littératures africaines gagneraient davantage à être lus dans une démarche sociologique qui me paraît beaucoup plus féconde et ouverte que les autres méthodes d’interprétation.

 

Nassurdine ALI MHOUMADI, docteur ès Lettres, est spécialiste des littératures africaines et indiaocéaniques. Il est l’auteur de Un Métis nommé Senghor et Le Roman de Mohamed Toihiri dans la littérature comorienne publiés chez L’Harmattan.

 

Sommaire :

1. Pour une sociologie des littératures africaines

2. La réception de Senghor par les marxistes africains

3. Mongo Beti contre Senghor

 

Nouvelles rééditions sur le site des Ressources socius (http://ressources-socius.info)

Viennent d’être ajoutés sur le site des Ressources socius (http://ressources-socius.info) :

– Gueorgui Plekhanov, « De l’art »

– Lucien Febvre, « Littérature et vie sociale : un renoncement ? »

On trouvera aussi sur le site : un lexique de concepts, des bibliographies, des liens et d’autres rééditions. On peut s’abonner au fil Twitter (@listesocius) et au fil RSS.

Pierre Macherey, « Pour une théorie de la production littéraire », édition revue, dans la BI2S

 

CouvMacherey_definitive


Pierre Macherey, Pour une théorie de la production littéraire
Édition revue et présentée par Anthony Glinoer
Préface inédite en français de Terry Eagleton, postface inédite de Pierre Macherey

En libre accès : https://books.openedition.org/enseditions/628

 

 

En volume papier : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100289690

 

Voir aussi sur le site des ressources socius : http://ressources-socius.info/index.php/reeditions/17-reeditions-de-livres/18-reeditionlivretheorieproduction

 

« Quelles sont les conditions qui font que certains discours fonctionnent comme discours littéraires ? ». Telle était la question, destinée à remplacer le sempiternel « Qu’est-ce que la littérature ? », qui était annoncée dans l’édition originale de Pour une théorie de la production littéraire (Maspero, 1966).  Pour poser adéquatement cette question fondamentale et y répondre, Pierre Macherey, alors élève de Louis Althusser, réfléchissait en philosophe à la littérature et proposait l’une des réflexions les plus originales des années 1960 sur les rapports entre le littéraire et le social. Pour une théorie de la production littéraire, qui a pourtant marqué toute une génération de théoriciens dans le monde anglo-saxon, n’avait jamais été réédité en français. Cette lacune est désormais comblée grâce à une édition revue et enrichie d’une préface de Terry Eagleton et d’une postface inédite de Pierre Macherey.

 
Éditeur : ENS Éditions
Collection : Bibliothèque idéale des sciences sociales (BI2S)
Lieu d’édition : Lyon
Année d’édition : 2014
Publication sur OpenEdition Books : 16 mai 2014
ISBN : 9782847885873
ISBN électronique : 9782847885903
Nombre de pages : 292 p.

Parution – « Artistic Practices. Social Interactions and Cultural Dynamics »

Tasos Zembylas (Ed.): Artistic Practices. Social Interactions and Cultural Dynamics. Oxon, New York: Routledge, 2014, 206 pages, ISBN 978-0-415-72147-9

 


This book will be important for both researchers and practitioners in the field. It will help artists to deepen their analytical abilities, enabling them to further their own creative practice. It will allow students and researchers to gain insights into processes of artistic creation and thus into the reproduction of art, as well as innovation in the arts.?


Introduction by Tasos Zembylas Part I 1. The Concept of Practice and the Sociology of the Arts by Tasos Zembylas 2. Art Bundles by Theodore Schatzki 3. Practices of Contemporary Art: A Pragmatic Approach to a New Artistic Paradigm by Nathalie Heinich 4. Artistic Practices as Gendered Practices: Ways and Reasons by Marie Buscatto Part II 5. Artistic Practices over the Course of Careers in Film by Chris Mathieu and Iben Sandal Stjerne 6. « You’re Not Going to Play What You Practiced…. Something Else is Going to Happen » by Silvana K. Figueroa-Dreher 7. The Knowing Body-in-Action in Performing Arts: Embodiment, experiential transformation, and intersubjectivity by Chiara Bassetti 8. Forms of Knowing in the Literary Writing Process by Tasos Zembylas 9. Engaging in the Politics of Participative Art in Practice by Laurent Thévenot 10. Art Installation as Knowledge Assembly: Curating Contemporary Art by Sophia Krzys Acord 11. The Intricacies of Street Art Learning: A Sociological Explanation by Graciela Trajtenberg

 

For a view inside this book: http://www.routledge.com/books/details/9780415721479/

Call for Papers – « The Prestige of Literature »

Call for Papers: The Prestige of Literature
October 10-11, 2014
Carleton University (Ottawa, ON)
prestigeofliteratureconference.wordpress.com
Keynotes: Dr. James English, University of Pennsylvania &
Dr. Lorraine York, McMaster University
This conference aims to explore the role that prestige plays in the contemporary literary marketplace. James English’s The Economy of Prestige, Gillian Roberts’s Prizing Literature, and Lorraine York’s Literary Celebrity in Canada are prominent examples of recent studies that consider how literary prizes—and debates about prize culture—confer and circulate prestige. English notes that prizes are both “a means of recognizing an ostensibly higher, uniquely aesthetic form of value” and “an arena in which such value often appears subject of the most businesslike system of production and exchange.” For example, when Johanna Skibsrud’s novel The Sentimentalists won the 2010 Giller Prize its independent publisher was forced to sell rights to a company that could handle the increased demand for copies. The ways in which authors can become prestigious have proliferated in recent years. A favourable review or interview in a respected publication, being endorsed by another renowned author, or having one’s work selected for a book club broadcast on radio or television—these are just a few of the paths to literature’s elite echelon of celebrated writers. Writers who reach such heights—Toni Morrison, Junot Diaz, and Margaret Atwood, for example—have moreover used their prestige to draw attention not just to their own work but to other writers and to particular political causes. In recognition of the many forms and sources of prestige that have not yet been significantly studied, as well as furthering current studies on prestige, participants in this conference will consider how prestige is generated and managed, what it is used for, and how it is contested.
Possible topics include:
  • Literary prizes (Canada Reads, Giller, Governor General’s Awards, Pulitzer Prize for fiction, et cetera)
  • Literary celebrity
  • The “Giller effect”
  • Hierarchies of literary genres in awards(discussion of prizes for poetry, drama, etc.)
  • Authors and social media
  • Effect of reader reviews (Amazon, Goodreads) on sales
  • “Anti”-literary awards
  • The role of blogs and social media
  • Fan Fiction
  • In-store promotions
  • Authorial endorsements
  • Methodological approaches to studying prize culture/prestige
Please submit an abstract of 250-300 words, along with a short bio of 50-75 words, to prestigeofliteratureconference@gmail.com by June 15, 2014. Proposals in French are welcome.

Appel à communication – « Aspects sociaux des littératures médiévales »

Aspects sociaux des littératures médiévales.

Texte et situation communicative au Moyen Âge

 

5-7 septembre 2016, Moscou, Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de la Russie, Université orthodoxe Saint-Tikhon, avec la participation de l’Université de Liège

 

Le colloque international qui doit avoir lieu au début du septembre de 2016 sera consacrée à l’analyse des aspects sociaux des littératures de l’Europe médiévale : premièrement, à l’impact du contexte politique, intellectuel et culturel sur la formation du dessein de l’auteur et, ensuite, sur sa réalisation dans le texte ; deuxièmement, à la réception des textes dans des milieux divers de la société médiévale. Nous proposons de se concentrer sur deux pôles de la communication — l’auteur et le destinataire ou le lecteur — dans leurs rapports avec la société.

Il est connu qu’au Moyen Âge la littérature de fiction n’est pas autonome, mais forme un ensemble avec d’autres textes à contenu politique, scientifique ou même purement pragmatique. Pour certains groupes de textes le lien avec le milieu et le destinataire est évident (ainsi, souvent pour les vies de saints, les sermons ou les chroniques). Il est beaucoup plus difficile de le repérer dans les romans, fabliaux et autres récits brefs ou encore dans les poèmes lyriques). Les études récentes montrent pourtant qu’il peut y être présent dans bien de cas.

Peut-on affirmer que les œuvres de la littérature médiévale sont principalement créées sous l’impact d’une impulsion extra-littéraire et que l’absence de la motivation sociale pour certains d’entre elles s’explique par le fait que les chercheurs ne la remarquent pas pour des raisons diverses ? Est-il légitime de croire que chaque œuvre est créée en réponse à une commande, ne serait-ce que virtuelle, — autrement dit, qu’elle vise toujours un certain destinataire ? Ces questions doivent être discutées lors du colloque ; la préférence devrait être accordée, comme nous le croyons, à l’analyse des textes qui présentent des difficultés à cet égard — ceux où les liens avec un milieu et un contexte social ne sont pas manifestes.

En ce qui concerne la réception, son étude pour les littératures du Moyen Âge est plus importante que pour des époques plus tardives, puisque chaque manuscrit témoigne à sa façon d’une nouvelle lecture du texte conditionnée par des circonstances sociales diverses. Cela est vrai aussi pour les débuts de l’imprimerie : les incunables sont proches des manuscrits à plusieurs égards, ils sont souvent dédiés à un lecteur précis, ils sont créés et fabriqués sur commande, l’imprimeur tenant compte des goûts et des intérêts de leur destinataire —, ce qui se reflète dans le texte de l’œuvre éditée et aussi dans l’aspect visuel de l’édition (format, illustrations, mise en page, etc.).

L’analyse de la dimension sociale de la littérature se nourrit d’une longue tradition qui se développe dans le cadre de plusieurs écoles, en Russie et en Occident — ainsi, de l’histoire littéraire, de la critique sociologique ou encore des ouvrages de M. Bakhtine et de ses successeurs. À partir des années 60 du XXe siècle la réception et le lien entre l’auteur et son milieu socioculturel sont au centre des recherches de l’École de Constance, notamment de celles de H.R. Jauss, W. Iser, H.U. Gumbrecht qui proposent un nombre de termes suggestifs, tels que  la « situation communicative », l’« horizon d’attente », l’« identification esthétique », le « lecteur implicite » pour l’étude des questions auxquelles notre colloque sera consacré. Jauss fut, de plus, un médiéviste éminent ; Gumbrecht est auteur de nombreuses études consacrées à littérature médiévale ; pour notre colloque leurs idées présentent donc un intérêt indubitable.

Durant les dernières décennies, le problème de la réception du texte par un certain milieu de la société médiévale devient, d’une façon générale, l’un des plus importants, y compris pour des chercheurs qui travaillent en dehors du cadre strict des écoles. Mentionnons à cet égard les études consacrées aux recueils manuscrits, à la page manuscrite et aux illustrations, enfin à la disposition des lettrines dans les manuscrits, en rapport avec la transformation de la structure du texte et ses différentes lectures.

En proposant aux participants de notre colloque de revenir à l’étude des aspects sociaux de la littérature médiévale, nous les invitons en même temps à évaluer l’efficacité des approches méthodologiques diverses dans l’étude de leurs textes. Soulignons pourtant que notre colloque n’implique pas des communications qui sont limitées par la discussion des questions théoriques ; elles devraient se concentrer sur l’analyse d’une œuvre ou de quelques œuvres en rapport avec la problématique en question.

Quant à la perspective méthodologique qui, selon nous, devrait être présente dans les communications des participants, elle permettra de repérer, comme nous l’espérons, les instruments les plus efficaces pour l’analyse des œuvres, de leurs rédactions et de leurs manuscrits, ainsi que des incunables. En fin de compte notre colloque va contribuer à créer une vision plus claire de la place que la littérature tient au sein de la société médiévale et des fonctions qu’elle y remplit.

 

Voici une liste préliminaire des questions qui devraient être discutées lors du colloque :

1) comment une œuvre littéraire s’inscrit-elle dans la vie de la société: quelles raisons sociales incitent l’auteur à se mettre au travail ; peut-on affirmer qu’au Moyen Âge elles jouent toujours un rôle primordial ;

2) l’auteur et son milieu ; l’influence du milieu sur l’horizon intellectuel des auteurs et l’empreinte de ce dernier dans le texte ; l’horizon intellectuel de l’auteur et le choix de la thématique, du style ou du genre ;

3) la situation communicative et le genre ; à son époque Jauss établit un rapport entre la typologie des genres de la littérature médiévale et les types des situations communicatives ; d’autres chercheurs soulignent, eux aussi, le lien entre les genres de la littérature médiévale et la communication ; dans quelle mesure ces idées semblent-elles justes aujourd’hui ;

4) l’influence de la situation communicative sur la tradition manuscrite d’un texte : ses rédactions diverses, ses manuscrits et ses éditions datant des débuts de l’imprimerie;

5) la vie socioculturelle des régions et son influence sur la littérature ; les particularités régionales des arts poétiques ; les communautés et leur rôle dans l’histoire littéraire ;

6) la mise en forme des manuscrits et des incunables ; texte et illustrations dans des manuscrits différents d’une œuvre littéraire ; la structure du texte (la division du texte en chapitres, la disposition des lettrines) dans les manuscrits en rapport avec sa réception et sa diffusion dans des milieux divers ;

7) texte et polémique qui concernent la politique et les intérêts publics ; le dialogue des auteurs et des textes ;

8) le langage poétique et ses fonctions sociales (le rôle des allégories à la fin du Moyen Âge ; l’usage des dialectes ; les fonctions du latin et des langues vernaculaires ; la poésie macaronique : son rôle social et sa place dans la hiérarchie des styles).

 

Les actes du colloque seront publiés. Une excursion de deux jours dans l’une des anciennes villes de la Russie européenne est planifiée après le colloque.

 

Veuillez envoyer un résumé d’une page avant le 1er mars 2015 aux organisateurs :

Ludmilla Evdokimova, directeur des recherches de Institut de littérature mondiale (Moscou) : ludmila.evdokimova@gmail.com

Alain Marchandisse, maître de recherches du FRS-F.N.R.S., professeur à l’Université de Liège (Belgique) : alain.marchandisse@ulg.ac.be

 

Parution – « Ce que la sociologie fait de la littérature »

Labari (Brahim) [dir.], Ce que la sociologie fait de la littérature et vice-versa, Paris, Publibook, coll. « Sciences humaines et sociales », 2014. ISBN : 1950-6856

Quatrième de couverture :

Les textes qui forment ce volume ont en commun d’interroger les rapports
complexes entre la discipline sociologique et la littérature. Le point de départ
a été de s’interroger sur la problématique de la formation de la « culture
sociologique » non pas avec l’institutionnalisation de la discipline par ses
pères fondateurs connus et reconnus (E. Durkheim, K. Marx et M. Weber),
mais avec les grands-pères fondateurs tels que les romanciers et écrivains
des XVIIIe et XIXe siècles. A contrario, les sociologues « canonisés » sont-ils
appelés, pour être lus et appréciés ou compris, à user de la rhétorique
pour verbaliser, analyser, interpréter et expliquer le réel ? L’objectif étant
d’expliciter, voire de qualifier cette relation d’« incestueuse » entre la
littérature et la sociologie en débrouillant les frontières qui les séparent,
les enjeux qui les animent et en fi n de compte de s’interroger sur la
complémentarité et les distances qui les ajustent.
Anthologie des communications présentées lors du colloque international
« Sociologie et littérature : une relation incestueuse ? », cet ouvrage dévoile
comment on faisait de la sociologie sans avoir à anticiper un savoir appelé
à s’institutionnaliser : on la pratiquait par la force de la description et la
puissance de la métaphore. Riches aussi bien par leur pertinence que par
leur diversité, ces articles n’empruntent pas la même voie pour décrypter
ces rapports, ne ciblent pas les mêmes champs de recherche, ni ne citent les
mêmes auteurs comme illustrations de ces chevauchements entre les deux
disciplines.
Ont participé à cet ouvrage : Isabelle Charpentier, Panagiotis Christias,
Frédérique Giraud, Pablo Curtas, Marie Doga, Laurence Ellena, Clara
Lévy, Louis-Antony Martinez, Alain Quemin et Emilie Saunier.
Sommaire :
Propos introductif ………………………………………………………………………………………………..9
Brahim Labari
Le chassé-croisé de la sociologie et des oeuvres littéraires …………………………………15
Alain Quemin – Clara Lévy
Balzac comme grand-père fondateur de la théorie critique ………………………………..35
Panagiotis Christias
L’enquête au service de la fiction : Zola et les Rougon-Macquart………………………..47
Frédérique Giraud
« Il ne faut pas remuer les amours mortes ». Mémoires et objets chez Julien
Gracq ………………………………………………………………………………………………………………….65
Pablo Cuartas
Les écrivains juifs séfarades de langue française : en deçà ou au-delà de la sociologie ?………………………………………………………………………………………………………….75
Clara Lévy
Le social dans le texte et le texte dans le social. Reconstruire et comprendre
une « sociologie spontanée » des rapports de domination dans les oeuvres
d’Amélie Nothomb …………………………………………………………………………………………….. 93
Émilie Saunier
Défiance et rivalité : analyse des relations entre la littérature d’avant-garde
et la pensée sociologique au tournant des années soixante…………………………………………………………………………………………………………….. 115
Marie Doga
Écrire pour « venger sa race » ou de l’usage littéraire stratégique de la sociologie…
Le renouvellement de l’écriture « autosociobiographique » d’Annie Ernaux
de Journal du dehors (1993) au « récit-fusion » Les Années (2008) ………………….. 127
Isabelle Charpentier
Sociologues, travail et roman. Contours d’une intertextualité……………………………151
Laurence Ellena
Flaubert, Zola et l’avènement de la sociologie…………………………………………………….167
Louis-Antony Martinez

Journées d’études – « Académies et universités en France et en Italie »

ACADÉMIES ET UNIVERSITÉS EN FRANCE ET EN ITALIE (1500-1800) :

COPRÉSENCE, CONCURRENCE(S) ET/OU COMPLÉMENTARITÉ ?

Journées d’études organisée par le Grihl (CRH-EHESS – EA 174)

 

vendredi 16 mai 2014, 13h-19h et samedi 17 mai 2014, 9-13h à l’EHESS, 190-198 avenue de France, 75013 Paris

Organisées par Déborah Blocker (Université de Californie, Berkeley et Grihl) et Dinah Ribard (EHESS-CRH-Grihl)

Dans les dernières décennies, notre connaissance des universités de la première modernité s’est considérablement approfondie et affinée. Parallèlement, l’historiographie des académies françaises et italiennes s’est développée et précisée. En particulier, les études à grande échelle ont laissé place à des investigations plus spécifiques, centrées sur la compréhension des idéaux et pratiques académiques, l’analyse de l’insertion des académies dans les cultures urbaines ou encore sur l’étude d’une institution académique particulière.

En revanche, la question des rapports entre les institutions universitaires et les académies n’a été que très peu envisagée. Ces deux types d’institutions n’ont même souvent été rapprochés dans l’historiographie qu’à travers des discours polarisants qui reprennent souvent sans les questionner les justifications par lesquelles les académies de l’époque moderne ont parfois cherché à affirmer leur légitimité vis-à-vis des universités. Pourtant, les interactions entre ces différents types d’institution ont été constantes, dans la plupart des villes universitaires. Et ces échanges ont structuré pendant plus de trois siècles, tant l’organisation des espaces de savoir que les carrières des érudits et lettrés, jouant un rôle important non seulement dans le développement des institutions savantes, mais encore dans celui des disciplines qui ont pris corps en leur sein.

Ces journées explorent les effets de la coprésence des académies et des universités à l’époque moderne à travers une investigation comparée des configurations françaises et italiennes, en accordant une attention particulière aux rapports de ces institutions aux pouvoirs, tant politiques que religieux, dans les configurations locales et nationales qui furent les leurs.

Vendredi 16 mai :

Session d’introduction (EHESS, 190-198 av. de France, 75013, salle Jean-Pierre Vernant, 8e étage)

Président de séance : Nicolas Schapira (Université de Marne la vallée et Grihl)

13h30 : accueil des participants (Christian Jouhaud, CNRS/EHESS-CRH-Grihl)

13h45 — 14h45 : Déborah Blocker (UC Berkeley et Grihl) et Dinah Ribard (EHESS-CRH-Grihl) : Académies et universités à l’époque moderne, structures et enjeux d’une coprésence.  

14h45 — 15h15 : discussion

15h15 — 16h00 : pause (et changement de salle)

Deuxième session  (EHESS, salle 640) : Universités et académies en France

Présidente de séance : Dinah Ribard (EHESS-CRH-Grihl)

16h00 — 16h30 : Bernard Gaborit (EHESS-CRH-Grihl), L’Académie Royale de Richelieu, entre collège, académie(s) et université ?

16h30 — 17h00 : Fabrice Charton (Lycée français de Tunis et Grihl), L’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et l’Université dans la première moitié du XVIIIe siècle

17h00 — 17h30: discussion

Samedi 17 mai :

Troisième session (EHESS, salle du Conseil, 1er sous-sol) : Universités et académies en Italie (I)

Présidente de séance : Maria Pia Paoli (Scuola Normale Superiore, Pisa)

9h15 — 9h45 : Germano Pallini (Université de Caen) : Les académies siennoises et le monde universitaire (1500-1550).

9h45 — 10h15 : Delphine Montoliu (Université de Toulouse-Le Mirail) : La médecine entre académie et université en Sicile au XVIIe siècle.

10h15 — 10h45: discussion

10h45 — 11h15 : pause

 

Quatrième session (salle du Conseil, EHESS, 1er sous-sol) : Universités et académies en Italie (II)

Président de séance : Jean Boutier (EHESS-Centre Norbert Elias)

11h15 — 11h45 : Maria-Teresa Guerrini (Université de Bologne), Université et académies à Bologne : quelques réflexions sur des relations pluriséculaires.

11h45-12h15 : Maria-Pia Donato (Université de Cagliari – I.H.M.C., CNRS-ENS-Paris 1), Académies et université dans la Rome moderne : exception ou paradigme ?

12h15-12h45: discussion

Contacts : dblocker@berkeley.edudinah.ribard@ehess.fr

 

academies et universities