Archives mensuelles : juin 2014

Appel à communications – Colloque : « Que devient la littérature québécoise »

« Que devient la littérature québécoise ? Formes et enjeux des pratiques narratives depuis 1990″

Au Québec, l’émergence du contemporain, en tant que configuration esthétique, est en général associée au début de la décennie 1980. Si c’est aussi le cas en France, le discours critique sur la littérature québécoise des trente dernières années est, pour sa part, particulièrement orienté par le prisme de cette décennie qui aurait marqué la fin de la modernité et de l’affirmation d’une identité nationale au profit de la multiplication des pôles de référence, de la focalisation sur le sujet individuel et de l’éclatement des
formes. Or, le champ institutionnel et éditorial québécois a connu bien des changements depuis 1990, dont la création de plusieurs nouvelles maisons d’édition (Alto, Héliotrope, La Peuplade, Marchand de feuilles, Le Quartanier, Mémoire d’encrier, etc.) consacrées principalement aux pratiques narratives développées par une nouvelle génération d’écrivains (Nicolas Dickner, Éric Dupont, Catherine Mavrikakis, Éric Plamondon, etc.), changements qui invitent à dégager les formes et les enjeux esthétiques présents dans la production plus récente autrement que par les seules catégories de l’écriture migrante, du postnationalisme, de l’intime ou de l’hétérogène.

Le colloque proposé veut mettre à contribution une trentaine de spécialistes oeuvrant au Québec, au Canada, en Europe et plus largement dans la francophonie, et aurait pour objectif général de saisir les tendances de la narrativité contemporaine dans la littérature québécoise à partir d’un corpus d’œuvres et de phénomènes institutionnels que l’on peut observer depuis 1990. Si, au sortir de la modernité, la littérature québécoise de la décennie 1980 était surtout vue comme la fin du récit collectif et identitaire, qu’ont à proposer les oeuvres actuelles ? Peut-on observer un repositionnement du narratif ? En quoi les éditeurs, les revues et plus largement le champ institutionnel participent-ils à ce repositionnement ? Est-ce le fait d’une nouvelle génération d’écrivains et d’éditeurs ou un phénomène plus largement partagé auxquels participent des auteurs (Marie-Claire Blais, Dany Laferrière, Robert Lalonde, Gaétan Soucy, etc.) et des éditeurs déjà bien établis ? Quelle vision du réel et du rôle du récit les pratiques narratives viennent-elles sanctionner ? Le colloque reposerait sur trois axes principaux, poétique, institutionnel et comparatiste, de façon à tracer un portrait à partir des oeuvres elles-mêmes, à partir du champ littéraire et du monde de l’édition, mais aussi en regard d’autres littératures narratives contemporaines, notamment française et francophones.

En plus de ces volets, le colloque présentera un atelier consacré à l’enseignement de la littérature québécoise hors des frontières du Québec. Celui-ci visera à identifier les contraintes particulières auxquelles sont soumis les enseignants mais aussi les ressources disponibles et les stratégies à développer. Ultimement, le colloque a pour objectif de consolider le réseau des québécistes et de favoriser les échanges entre les chercheurs oeuvrant au Québec et hors du Québec.

Le colloque se tiendra du 17 au 20 juin 2015 à l’Université Paris-Sorbonne. Les communications seront d’une durée de 20 minutes et devront être présentées en français.

Les propositions (titre et résumé de 100 à 150 mots) sont attendues au plus tard le 15 août 2014 et doivent être transmises à Andrée Mercier (andree.mercier@lit.ulaval.ca) et à Robert Dion en copie conforme (dion.robert@uqam.ca), accompagnées d’une notice biobibliographique. Le colloque entend réunir professeurs, chercheurs postdoctoraux et étudiants de 3e cycle.

—-

Colloque proposé par Robert Dion (Université du Québec à Montréal, Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises), Romuald Fonkoua (Université Paris – Sorbonne, Centre international d’études francophones), Andrée Mercier (Université Laval, Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises),  Myriam Suchet (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, Centre d’études québécoises).

Séance de colloque – « La littérature du XXIe siècle »

ASSOCIATION INTERNATIONALE

DES ÉTUDES FRANÇAISES

LXVIe Congrès

7 juillet 2014

École normale supérieure, salle Dussane, 45, rue d’Ulm, Paris Ve

Lundi 7 juillet, 10h-18h

La littérature du xxie siècle

Organisateurs : Mathilde Barraband (Université du Québec à Trois-Rivières) et Laurent Demanze (ENS Lyon)

10h-12h

Mathilde Barraband (Université du Québec à Trois-Rivières) et Laurent Demanze (ENS Lyon),  Introduction

Jean-Max Colard (Université Lille 3), Des écritures-artistes. Le tournant plasticien de la littérature contemporaine

Fabien Gris (Université Jean Monnet Saint-Etienne), Littérature et cinéma (2000-2014) : permanences et mutations d’un imaginaire référentiel

 

14h-18h

Nancy Murzilli (Université de Gênes), Thomas Clerc, intérieur/extérieur. Le regard scopique dans le dispositif d’écriture

Philippe Forest (écrivain), Entretien

Jean-François Hamel (Université du Québec à Montréal), Détourner la littérature : langage privé et problème public
dans les dispositifs politiques de Christophe Hanna

Emmanuelle Pireyre (écrivaine), Lynx

Contact : mathilde.barraband@uqtr.ca

Parution – « Nouveaux aspects de la culture de l’imprimé »

nouveaux-aspects-de-la-culture-de-l-imprimé-xve-xviie-siècles

Nouveaux aspects de la culture de l’imprimé, questions et perspectives (XVe-XVIIe siècles)

Etudes réunies par Grégoire Holtz,

Genève, « Cahiers d’Humanisme et Renaissance », vol. 119, Droz, 2014, 415 p.
Bon de commande ci-attaché

 

« L’opinion selon laquelle la Renaissance a vu la transformation des sociétés européennes en cultures de l’imprimé a eu un immense impact sur les études littéraires, historiques, philosophiques et bibliographiques portant sur cette période. Cependant, le concept de culture de l’imprimé a récemment été discuté, voire ébranlé, par des analyses qui ont souligné la permanence de la culture du manuscrit au-delà du XVe siècle, ont amené à relativiser la primauté des avancées technologiques sur d’autres dynamiques culturelles et identifié la présence, avant l’ère de l’imprimé, d’innovations qui lui sont habituellement attribuées. Le présent livre s’attache à discuter ces nouveaux aspects de la culture de l’imprimé, c’est-à-dire à affiner et à redéfinir notre compréhension des cultures de l’imprimé, du XVe à la fin du XVIIe siècle. Quel rôle ont joué de nouvelles figures de médiateurs dans la définition du processus éditorial ? Comment affirmer l’existence d’une culture de l’imprimé en dépit de la persistance de la circulation des manuscrits, tant dans la sphère privée que commerciale ?  Quelle place prend alors l’oralité dans un monde apparemment dominé par les textes imprimés ? »

 

« The view that early modernity saw the transformation of European societies into cultures of print has been widely influential in literary, historical, philosophical, and bibliographical studies of the period. However, more recently the concept has been reexamined and destabilized, as critics have pointed out the continuing existence of cultures of manuscript, queried the privileging of technological advances over other cultural forces, and identified the presence of many of the supposed innovations of print in pre-print societies. This book aims to discuss these new aspects of print culture in order to refine and redefine our understanding of early modern print cultures (from the fifteenth to the end of the seventeenth century). How did new kinds of mediators influence the publishing process? How is the idea of a culture of print complicated by the continued importance of manuscript circulation (as a private and commercial phenomenon)? And what was the place of orality in a world supposedly dominated by print textuality? »

 

Table des matières

 

Introduction

– Grégoire Holtz,  « Nouveaux aspects de la culture de l’imprimé (XVe-XVIIe siècles) : questions et perspectives »

Ouverture

– Jean-François Gilmont, « La naissance du livre moderne (1454 à 1530 environ) »

 

I Médiateurs et médiations: favoriser et autoriser la publication

– Raphaële Mouren, « Éditer un livre humaniste : réseaux et solidarités, affaires de famille florentines »

-Renée-Claude Breitenstein, « Les secrétaires et la publication : l’exemple des éloges collectifs de femmes au XVIe siècle »

-Michèle Clément, « L’auteur au miroir d’un texte juridique au début de l’imprimerie (1505-1618) : privilèges d’auteur et institutionnalisation de la propriété littéraire »

-Edwige Keller-Rahbé, « (Re)penser la culture de l’imprimé sur le mode comique : privilèges et approbations parodiques au XVIIe siècle »

-Sylvain Cornic, « Le privilège général accordé à Lully pour l’impression des livres d’opéra »

 

II Manuscrits : le texte entre manuscrit et imprimé

-Sylvie Lefèvre, « Un même titre ? Du manuscrit à l’imprimé, l’histoire revue de Jean de Saintré »

– François Rouget, « Ronsard et la circulation manuscrite de la poésie »

– John McClelland, « Manuscrit et imprimé: survivances, interférences 1470- 2007 :

les deux textes de Montaigne »

-Patrick Dandrey, « Jean de La Fontaine (1621-1695) entre manuscrits et imprimés »

-Bernard Teyssandier, « Culture de l’imprimé et pratiques manuscrites dans l’éducation du prince à l’âge classique »

 

III Performances : les savoir-faire de l’imprimé

-Alexandre Vanautgaerden, « Trophonius. Portrait d’Érasme en oracle de papier »

– Christine Bénévent, « L’imprimé à la Renaissance : repenser la culture de l’écrit ? »

– Emmanuel Buron, « Le sens de la publication : pour une pragmatique du support imprimé »

– Ariane Bayle et Michel Jourde, « Imprimeurs et chirurgiens : le savoir, la main et le bien faire (1530-1580) »

– Martine Furno, « Du cours volé au testament pédagogique: Mathurin Cordier et le choix de l’imprimé »

-Luke Arnason, « Pièges et avantages dans la publication des pièces de théâtre au XVIIe siècle: l’exemple du prologue »

 

Conclusion

-Natalie Zemon-Davis, « Histoire du livre, de Lyon à Fez : récit personnel »

Bon de commande:  Prospectus-NACI-1

Conference – « Creativity and Commerce in the Age of Print »

Registration is now open to attend the Edinburgh Centre for the History of the Book’s one-day conference titled « Creativity and Commerce in the Age of Print »! The programme includes a range of papers from a very diverse group of postgraduates and early-career researchers on topics including authorship, publishing, and professionalisation from the Early Modern period to today, as well as keynotes by Dr. Jason Scott-Warren (Director of the Centre for Material Texts, University of Cambridge) and Professor Iain Stevenson (Centre for Publishing, UCL).

A flyer including full programme information can be found attached to this email, as well as at our Eventbrite page, where you can register to attend:
https://www.eventbrite.co.uk/e/creativity-and-commerce-in-the-age-of-print-tickets-12040963847

Thanks to generous funding, attendance is free (including lunch and wine reception), but spaces are limited, so we ask that you please only register if you’re definitely planning to come.

SHARP News book reviews editor

After several years of excellent service, Millie Jackson is stepping down from her role as SHARP News book reviews editor for North America. Many thanks to Millie for her sterling work!!!

We would like to encourage SHARP-ists to volunteer for this exciting, networking, scholarly position. You will have domain expertise in book history in the Americas and will be keen to corral books and reviewers, then edit and forward reviews to the managing editor. SHARP News is published quarterly in .pdf and in print, but as many of you are aware, we are moving into a totally online environment where opportunities for crowdsourcing, collaboration, and creative management and delivery are under consideration. You can be part of this change!

If you enjoy reading expert reviews on cutting-edge book historical research, then do think seriously about signing up. All queries, c.v.s, and short statements of intent should be sent to the current editor, sydney.shep@vuw.ac.nz.

Please help us keep the wheels turning and ensure SHARP continues to make a difference.

Appel à contribution – Colloque international : « Hyperchoix et prescription culturelle »

Colloque international « Hyperchoix et prescription culturelle »

Appel à contribution

Date limite : 1er septembre 2014

 

Responsables scientifiques :

Brigitte Chapelain, LCP CNRS, Université Paris-Nord

Sylvie Ducas, CHCSC, Université Versailles-Saint-Quentin

Anne Réach-Ngô, ILLE, Université de Haute-Alsace

Date du colloque : les 13 et 14 novembre 2014

Lieu du colloque : pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud

 

Présentation :

Le colloque international « Hyperchoix et prescription culturelle » programmé le 13 et 14 novembre 2014 et organisé en collaboration avec Médiadix, s’inscrit dans la continuité de la journée d’étude « Comment le livre vient au lecteur. La prescription littéraire à l’heure de l’hyperchoix et du numérique »[1], et du séminaire d’enseignement et de recherche de master 2 « Livre : Création, Culture et Société » consacré en 2014-2015 à la problématique « « Critique et prescription culturelles : comment la culture vient à l’usager ».

Les conclusions de la première journée d’étude centrée sur le livre et ses métiers portaient sur :

– l’inscription du livre désormais au cœur d’une pluralité de biens culturels,

– la réduction et la porosité des frontières entre amateurs et professionnels de la culture et l’émancipation des lecteurs en matière de prescription et de jugement critique,

– la concurrence et la complémentarité entre la prescription verticale traditionnelle des médias de masse et la prescription horizontale des médias sociaux,

– les formes nouvelles de culture et de discours ou de jugement critique,

– les reconfigurations de l’autorité et de la valeur culturelle qui découlent de toutes ces transformations.

Ce colloque se propose de poursuivre notre réflexion sur la prescription en étendant le champ de l’analyse à l’ensemble de la production culturelle contemporaine.

Nous assistons, en effet, depuis une dizaine d’années, à la convergence du déploiement des technologies et d’une inflation de la production culturelle. Le web 2.0, avec le développement des sites, des blogs, des réseaux sociaux, des wikis, des forums et des flux d’informations multimédias qui s’y échangent, et des communautés qui se développent constituent une vitrine de produits et d’activités culturelles tout à fait inédite, le paradis du choix (Anderson, 2006). Ainsi producteurs et consommateurs se trouvent confrontés à un hyperchoix, c’est-à-dire à la fois une profusion et une dissémination de choix et d’accès incitant à l’achat, et dans le même temps de médiations, dont celles du numérique, proposant des informations et des offres, renvoyant à d’autres informations et à d’autres offres.

Comment dès lors faire son choix ?

C’est toute la question de la prescription culturelle qui se trouve ainsi posée. Mobilisée notamment par les économistes pour dénoncer l’hypothèse d’un « marché parfait » fréquenté par des consommateurs préservés de l’incertitude et totalement assurés de leurs propres jugements, la prescription interviendrait dans un contexte où le consommateur aurait recours à un tiers avant d’acheter et du coup, « se disqualifie[rait] lui-même comme acteur de ses propres choix »[2]. En prenant pour terrain l’audiovisuel et l’internet pour penser une économie de l’intermédiation et de la prescription, les travaux de Benghozi et Paris[3] revisitent de manière salutaire certains concepts : la « sélection », non plus entendue comme la distinction qualitative au cœur d’une production, comme dans les instances prescriptives traditionnelles, mais comme un choix de produits susceptibles de répondre aux attentes du consommateur au sein d’une offre pléthorique ; et l’« évaluation », non plus synonyme d’avis d’experts désignant la valeur sur le mode de la recommandation, voire de l’injonction, mais une suggestion de classement ou une liste d’avis motivés par des critères qualitatifs ou quantitatifs. Nombre de travaux menés dans ce secteur de la recherche révèlent ainsi que ces dispositifs d’aide à la décision engagent de la part de l’usager un jugement sur la validité de l’information, sans garantie de conformation[4]. On retiendra de l’étude de Thomas Stenger[5], analysant le processus de la prescription dans l’achat en ligne, qui met l’accent, dans le mode de relation ou d’interaction entre deux personnes « disposant d’un différentiel de savoir » cette notion clé d’information ou de savoir dans le processus d’achat en ligne, et de jugement sur sa validité susceptible ou non de provoquer l’acte d’achat d’un usager, libre de s’y conformer ou non.

La prescription se présente sous plusieurs états (information, injonction, recommandation, conseil, persuasion, distinction, sélection, commentaire, désignation d’une valeur, avis partagé…), et elle doit être envisagée aussi bien du côté des médiateurs de l’offre que du public et des consommateurs. On sait, enfin, (Anderson, 2006) que les activités et les produits culturels sont prescrits et achetés selon le principe de « la longue traîne » drainant à la fois des biens de masse « hits », mais aussi de nombreuses niches agrégées dont le marché est facilité par les « facilitateurs d’accès » que sont certains dispositifs numériques.

Quelle(s) prescription(s) culturelle(s) et comment se développe(nt)-elle(s), qu’il s’agisse du point de vue des prescripteurs ou de celui des publics ? Quelle(s) sont les influence(s) de cette prescription plurielle sur les pratiques, les activités et les enjeux culturels actuels ?

Plusieurs questions, sans que la liste en soit exhaustive, pourront donc être abordées :

– De quoi est constitué cet hyperchoix ? (inventaire, état de l’art)

– Quelles sont les formes de la prescription culturelle ?

– Quels sont les stratégies et les objectifs de la prescription culturelle ?

– Quels sont les rapports entre médiation culturelle et prescription culturelle ? Autrement dit : la médiation fait-elle la prescription ?

– Quel est le rôle de la prescription dans la consommation de la culture de masse et des cultures de niche ?

– Quelle(s) culture(s) la prescription culturelle légitime-t-elle aujourd’hui ?

– Quelles sont les métamorphoses de l’autorité prescriptive ? Quelles sont les formes nouvelles de la critique ?

– Dans quelle mesure l’usager ou consommateur a-t-il (encore) besoin d’un tiers pour acheter et consommer la production culturelle ?

Dans ce colloque pluridisciplinaire (sciences de l’information et de la communication, littérature, sociologie de la culture, marketing, économie de la culture…), l’éclairage transdisciplinaire sera apprécié.

Tous les domaines culturels peuvent être abordés : littérature, musique, jeux vidéo, bande dessinée, télévision, musée, cinéma, théâtre…

 

Forme et date-limite de remise des propositions :

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé d’environ 800 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement).

Les propositions présenteront la problématique de recherche, le terrain ou corpus étudié, la méthodologie employée, les axes de réflexion et les principales sources bibliographiques.

Elles seront transmises par voie électronique avant le 1er septembre 2014 aux trois adresses suivantes :

brichap@club-internet.fr ; sylvie.ducas@u-paris10.fr ; anne.reachngo@yahoo.fr

 

Comité scientifique

Mélanie Bourdaa, (Bordeaux 3, MICA), Eric Dacheux (Université Blaise Pascal, Communication et solidarité), Oriane Deseilligny (Paris 13, GRIPIC), Maria Pourchet (Metz, CREM), Eric Maigret (Paris 3, CIM)(sous réserve), Geneviève Vidal (Paris 13, LabSIC), Pierre Banos (Paris Ouest, HAR), Antoine Hennion (CSI, école des Mines Paris Tech) (sous réserve), Alain Vaillant (Paris Ouest, Phistem), Anne Besson (Université d’Artois, Textes et Cultures), Sébastien Denis (Université de Provence-Aix-Marseille, Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel), Anne-Marie Bertrand (ENSSIB) (sous réserve).

Appel à communications – Colloque international : « L’Individu, le Collectif, la Communauté »

Universidade Estadual Feira de Santana, Bahia, Brasil

Université de Cergy-Pontoise, Cergy, France

Université Paris-Est Créteil, France

Université Laval, Québec

Université de Lubumbashi, RDC

Université St Thomas, New Brunswick, Canada

Università di Catania, Italia

CELCFAAM-Centre d´Etudes en Littératures et Cultures franco-afro-américaines

NEC- Nucléo d’ Etudes canadiennes

organisent

du  16 au 18 juin 2015,

À L’Université d’État de Feira de Santana (Brésil)

un Colloque International sur le thème suivant :

L’Individu, le Collectif, la Communauté

Le Centre d’Études en Littératures et Cultures franco-afro-américaines – CELCFAAM et le NEC-Núcleo de Estudos canadenses (Centre d’ Études canadiennes) s’intéressent  depuis leur création à la question des identités et du métissage. Après avoir exploré successivement « les poétiques de l’identité et de l’altérité », « les voix et images de la diversité », puis les notions d’exil et d’hospitalité, ils entreprennent dorénavant d’explorer les rapports entre l’individu, le collectif et la communauté.

Si l’individu est le matériau réel et « atomique » à partir duquel toute complexité sociale peut s’envisager, la communauté est une production idéelle (mais aussi, par certains aspects, sensible) qui résulte des associations d’individus. Au-delà du simple fait de « société » (la réunion seule), la Communauté (que l’on écrira dans ce cas avec une majuscule) doit être vue comme un supplément à cette addition : mieux que la réunion des individus, elle est aussi conscience positive de cette réunion et adhésion enthousiaste, voire partage « intense » de cet état. La notion de collectif peut alors être vue ­— ce sera un des points importants du débat — comme une étape intermédiaire, inachevée ou dégradée, selon les cas, du processus de constitution d’une communauté.

Mais cette échelle à trois niveaux aide-t-elle à penser la situation contemporaine des hommes plongés dans un espace mondialisé et connecté, tel que le nôtre ? Les aspirations collectives de type communautariste, sous une forme d’inclusion minimale et peut-être, sous forme d’exclusion de l’Autre et du différent surtout, ont-elles sonné le glas, en Europe, en Afrique, en Amérique, de l’impulsion communautaire pensée comme partage d’une condition universelle ?

Il s’avère en effet que, dans des sociétés souvent considérées comme de plus en plus individualistes, au cours des développements du capitalisme conquérant, le lien à la Communauté, entendue au sens le plus large d’aspiration à un sentiment d’appartenance au genre humain et à son devenir commun, a souvent pris la forme réduite d’une appartenance à un collectif, autrement dit à des communautés d’intérêt à la portée limitée, bien loin d’un partage universalisant d’un Commun[1].

On le sait aussi, les identités, vécues comme des racines et des marqueurs de différences, dans cette optique, ont été souvent le référent de ce repli hors de la Communauté vers des collectifs de toutes sortes, dont la « créolité » est peut-être l’exemple, par opposition au mouvement plus large de créolisation évoqué par Glissant[2]. Les diasporas, les métissages, les voyages, la circulation des biens et des personnes, bien qu’incommensurablement  plus nombreux aujourd’hui que par le passé, n’ont pas, semble-t-il, fait de la Rencontre désormais instantanée et généralisée avec l’Autre l’occasion d’un pas vers la Communauté.

Par ailleurs, l’époque actuelle manifeste à certains égards le paroxysme de l’individualisme qui se donne presque aujourd’hui comme une « philosophie de vie ». Cela s’est surtout remarqué après l’effondrement de l’ancien empire de l’URSS et la conversion plus ou moins assumée de tous les pays à l’économie de marché. La révélation de la suppression des libertés individuelles, au nom d’un collectivisme forcé qui n’a pas réussi à éradiquer la pauvreté matérielle, a pu sembler légitimer cet individualisme comme étant le seul moyen désormais possible pour atteindre le salut. En somme, les chemins ouverts par les Lumières – qui ont posé les premières pierres d’une société utopique où la liberté individuelle devait  prévaloir –  ont finit par produire une multitude d’individus atomisés qui tendent à se considérer, toujours et davantage, comme à la fois « uniques » et  «égaux», sans jamais atteindre la « fraternité ». Ainsi, que ce soit par l’habillement, les usages alimentaires, le comportement sexuel, ou le soi-disant «bon goût», l’individu, sous l’emprise des médias, se retrouve obligé de suivre des règles non écrites d’uniformisation que lui dictent l’industrie culturelle.

Ainsi, bien que séparés par des conditions matérielles différentes, les individus du monde entier ont apparemment tendance à se ressembler davantage, parce qu’ils peuvent vivre des expériences ordinaires accessibles à tous, et du fait surtout de l’adhésion à un mode de vie considéré comme un  modèle unique, donc « universel ». De cette façon, un même espoir imprègne les esprits et les cœurs des personnes de différentes sociétés aux quatre coins du monde : celui d’une consommation sans bornes, où  les « plaisirs » et « l’amusement » sont censés être à la portée de tous.

Cependant, sans d’autres rêves que ceux trop immédiats dictés par le marché, l’homme contemporain se sent isolé dans la foule qui l’entoure. En effet, les sociétés contemporaines sont plongées au cœur d’une crise sans précédent. Or, cette crise invite à chercher d’autres façons de penser et de vivre, au moment où d’innombrables villes, groupes et partis politiques bougent, crient, se révoltent, bloquent, parfois avec violence, les avenues et les rues, aspirant soit à plus d’individualisme (forme d’utopie néo-libérale que ses partisans voient comme la seule garantie des droits de l’homme), soit à plus de Communauté, ce qui va jusqu’à  impliquer une autre façon de vivre entre humains et non-humains (façon de militer pour cette « utopie concrète[3] » énoncée par Ernst Bloch, qui suppose la convivialité[4] comme projet à construire ensemble, et seule condition pour réaliser la devise de la Révolution française : « liberté » « égalité » « fraternité »), sans jamais oublier ce danger permanent de retomber dans le collectivisme tel que l’ancienne URSS en a fait la démonstration[5].

Dans le même temps, l’avènement des nouveaux moyens de communication a imposé la nécessité de repenser aujourd’hui les rapports entre individu, collectif, et communauté : la pratique de « réseaux », le web, facebook, etc., ont à la fois virtualisé la Communauté et donné une nouvelle vigueur à celle-ci, modifiant le sens des appartenances concrètes. Peut-on dès lors penser que s’inaugurent de nouvelles formes de communautés, voire une manière autre d’envisager la Communauté ?  Sans nier pour autant les liens d’appartenance et de solidarité qui, seuls, peuvent faire naître une vraie convivialité, voire permettre d’avancer vers la réalisation de l’« utopie concrète », ce qui est en jeu, en définitive, c’est d’assurer à tous la liberté individuelle tout en explorant de nouvelles façons de vivre le Commun…

En somme, c’est pour tenter de recenser et d’analyser les pistes proposées par les Sciences Humaines, les Arts et la Littérature, que le CELCFAAM (Centre d’Études en Littératures et Cultures franco-afro-américaines) et le NEC (Centre d’Études canadiennes de l’Universidade Estadual de Feira de Santana – Brésil), en association avec les universités ci-dessus citées, invitent chercheurs/chercheuses, professeurs, étudiants, à une réflexion sur L’Individu, le Collectif et la Communauté, au cours du XIe Séminaire de la francophonie, du XIe Séminaire Brésil-Canada d’Études comparées et du IIIe Colloque international d’Études comparées qui se tiendront du 16 au 18 juin 2015, à Feira de Santana, Bahia, Brésil.

Quelques pistes ou suggestions, sans prétendre à l’exhaustivité, sont ici proposées :

–       L’individu, le collectif et la communauté dans les sciences sociales et humaines et dans la littérature,

–       L’individu, le collectif, la communauté et la diaspora,

–       Nouvelles formes du collectif et de la communauté,

–       Les éléments constitutifs d’un collectif, d’une communauté,

–       L’individu face au collectif et à la communauté,

–       Communauté linguistique, littéraire et communauté humaine,

–       L’individu, le collectif, la communauté et la notion d’archipel

–       Nationalité et communauté,

–       Pratiques sociales, culturelles et cultuelles en communauté,

–       Individu, collectif, communauté : insertion et exclusion…

 

Les propositions de communications, suivies d’une brève biobibliographie, sont à envoyer impérativement avant le 30 septembre 2014 à :

Marie-Rose Abomo-Maurin,  marierose.abomomaurin@gmail.com

Rémi Astruc, remi.astruc@u-cergy.fr

Humberto de Oliveira, humbert_oliveira@uefs.br

Christian Mbarga, cmbarga@yahoo.com

 

 

Universidade Estadual Feira de Santana, Bahia, Brasil

Université de Cergy-Pontoise, Cergy, France

Université Paris-Est Créteil, France

Université Laval, Québec, Canada

Université de Lubumbashi, RDC

St. Thomas University, New Brunswick, Canada

Università di Catania, Italia

CELCFAAM-Centre d´Etudes en Littératures et Cultures franco-afro-américaines

NEC- Nucléo d’ Etudes canadiennes

 

Are pleased to announce the Call For Papers for the 11thSeminar on Francophonie, the 11th  Seminar on Comparative Studies Brazil-Canada and the 3rd  International Colloquium on Comparative Studies to be held from June 16-18, 2015, in Feira de Santana, Bahia, Brazil, on the topic :

 

The Individual, the Collective, the Community

 

The Centre for  the Study of French, African, and American Literatures and Cultures (CELCFAAM) and the NEC- Núcleo de Estudos canadenses ( Centre for Canadian Studies) have focused on identity and ‘metissage’ since their creation. After exploring themes such as “Poetics of Identity and Otherness”, “Voices and Images of Diversity” and most recently notions of exile and hospitality, the Centres are now exploring the relationships between the Individual, the Collective and the Community.

Just as it can be argued that the individual is the real  and “atomic” material from which any social complexity derives, the community is an ideal , and to a certain extent, a sensible production resulting from the association of individuals.  Beyond the concept of “society” as the aggregate of people living together, the Community (with capital C), represents the notion of a positive conscience to which individuals adhere and within which they happily share with one another. The notion of the Collective, being one of the main focuses in the debate, can therefore be viewed as an incomplete or degraded step in the process leading to the constitution of the Community.

In the process of constructing this Community, can it be assumed that this three-step approach will help in analyzing and understanding the situation of  contemporary man caught in a world as globalized and connected as ours?  The collective aspirations leading to the Community, with minimal inclusion and maybe through the exclusion of the Other, may be signalling the end of community impetus as a commonly shared trait of universal condition in Europe, in Africa and in America.

In societies considered as being increasingly individualistic and fuelled by conquering capitalism, indeed, the link to the Community, viewed as an aspiration to a sense of belonging to humanity and its common future, has been reduced to simply belonging to a specific collective. In other words, the collective has been split into communities consisting of individuals with common interests and limited reach, a far cry from the universal sharing of the Common good[1].

It is well known that identities, considered to be roots and markers of differences, have often been used as anchors in pulling away from the Community in order to create collectives. A potent example of this phenomenon is the concept of “créolité” in opposition to a larger movement such as créolisation as discussed by Glissant[2]. Diasporas, “metissages”, travels, and the movements of goods and people, instantaneous and easy Encounters with the Other, although much more common nowadays than in the past, do not seem to have led to the Community.

Additionally, in this day and age, individualism seems to have reached its peak and is almost viewed as a ‘way of life’. This has become more apparent after the collapse of the former USSR Empire, and the more or less successful conversion of all countries to market economy. The revelation of the suppression of  individual rights in the name of a forced collectivism that has proved unable to eradicate material poverty, may have given the illusion of legitimacy to this individualism henceforth seen as the only possible way to reach salvation.  In short, the paths opened by the Enlightenment, which was the foundation of a utopian society in which individual freedom was called to prevail, have produced a multitude of atomized individuals who increasingly tend to consider themselves both as ‘unique’ and ‘equal’ without ever reaching “fraternity”.  Thus, whether through clothing, eating habits, sexual behaviour or so-called “good taste”, under the control of the media, individuals are forced to follow unwritten rules of standardization dictated by the cultural industry.

Consequently, although they are separated by material conditions, people all over the world tend to be more alike. This is a result of the fact that they all go through ordinary experiences that are lived by all others given their acceptance of a lifestyle deemed to be the model, and therefore “universal”. The same hope permeates all peoples’ hearts and minds: limitless consumerism that promises to “satisfy” and “entertain” everyone, regardless of geographical location or means.

It however becomes obvious that contemporary man, devoid of dreams other than those imposed by the consumerist society, feels isolated amid a large crowd. Indeed, modern societies are in an unprecedented crisis. This crisis summons us to find new ways of thinking and living at a moment when numerous towns, political groupings are in uproar, revolting, blockading roads, violently organizing street fights, aspiring either to more individualism or to more Community. The notion of ‘Community’ here includes integrating human and non-human, in an effort to create a “concrete utopia[3]”, a project of togetherness through which the motto of the French Revolution ( Liberty, Equality, Fraternity) could be attained. One should however be mindful of not falling into the ever lurking collectivism that was seen in the former USSR[4].

At the same time, new means of communication have brought about the necessity to rethink the relationships between the individual, the collective and the community. Networking, the web, Facebook, Twitter, Instagram etc… have turned Community into a ‘virtual reality’ while re-invigorating it, thereby modifying the sense of concrete belonging. Can one thus assume that new forms of communities are being created, or is it simply a new way of understanding Community? Without denying the ties of belonging and of solidarity that can create real togetherness or even make “concrete utopia” possible, what is at stake here is guaranteeing individual freedom through the exploration of new ways to experience the Common.

In an effort to inventory and analyze approaches by the Human/Social Sciences, the Arts and Literature, the CELCFAAM (Centre for the Study of French, African, and American Literatures and Cultures) and the NEC (Centre for Canadian Studies of the Universidade Estadual de Feira de Santana-Brazil), in association with the above-mentioned universities, invite researchers, teachers and students to a reflection on the topic The Individual, the Collective and the Community.

Broad themes include, but are not limited to the following :

-The Individual, the Collective and the Community in the Social Sciences and Humanities and in Literature,

-The Individual, the Collective and the Community in the Diaspora,

-New Forms of the Collective and the Community,

-The Constitution of a Collective and of a Community,

-The Individual in the Face of the Collective and the Community,

-Linguistic, Literary and Human Communities,

-The Individual, the Collective and the Community and the notion of “Archipelago”,

-Nationality and Community,

-Social, Cultural and Religious Practices in a Community,

– Individual, Collective, Community : inclusion and exclusion…

 

Abstracts of no more than 250 words should be directed to addresses below before September 30, 2014. Please include a short bio-bibliography.

 

Marie-Rose Abomo-Maurin, marierose.abomomaurin@gmail.com

Rémi Astruc, remi.astruc@u-cergy.fr

Humberto de Oliveira, humbert_oliveira@uefs.br

Christian Mbarga, cmbarga@stu.ca

Parution – « La collection. Essor et affirmation d’un objet éditorial »

3269_10405_La_collection_medium

Christian Rivalan Guégo et Miriam Nicoli (dir.)
La collection. Essor et affirmation d’un objet éditorial
Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2014

Ce volume étudie la collection, phénomène éditorial essentiel. En mobilisant une documentation abondante et variée, les auteurs se penchent notamment sur le rôle des différents acteurs associés au processus de création et de diffusion, sur les enjeux matériels et économiques et la structuration du savoir induite par la collection. La perspective adoptée est large qui embrasse trois siècles et différents cas européens et américains.

Avec une préface de Jean-Yves Mollier.
Riche de ses quinze études originales, le présent volume se propose d’avancer la connaissance des collections (phénomène éditorial essentiel aux XIXè et XXè siècles qui a façonné, en particulier, les pratiques d’achat et de lecture du grand public), ainsi que de leur rôle dans la construction des sociétés contemporaines. Chacune à sa manière, les différentes contributions étudient l’objet collection, non seulement en tant qu’artefact, ou objet emblématique d’une nouvelle consommation culturelle, mais aussi en tant que fait de société à part entière.

Adoptant une perspective spatio-temporelle résolument large qui embrasse trois siècles, les articles étudient des cas européens (France, Espagne, Italie, Suisse, Belgique) aussi bien qu’américains (Canada, Argentine). Dans sa démarche, ce volume se veut avant tout comparatiste, donnant ainsi au lecteur une vision horizontale des transferts et de la circulation des modèles éditoriaux.

Les différents points de vue adoptés pour appréhender la collection sont une autre force de ce volume. En mobilisant une documentation abondante et variée, les auteurs se penchent notamment sur le rôle des différents acteurs associés au processus de création et de diffusion (auteurs, directeurs de collection, éditeurs, lecteurs, traducteurs), sur les enjeux matériels et économiques sous-jacents à tout projet éditorial ou bien encore proposent une approche thématique, la collection contribuant à structurer le savoir dans un domaine de connaissance donné (littérature, histoire, sciences, médecine…).

Parce qu’au fil des pages sont également abordés, en filigrane, les changements culturels majeurs qui ont conduit à la démocratisation de la culture et à la culture de masse, cet ouvrage devrait retenir l’attention des spécialistes du sujet, mais aussi des professionnels de la culture et de l’édition de plus en plus interpellés par l’avenir du livre dans un marché éditorial mondialisé.

Christine Rivalan Guégo est professeur de littérature de l’Espagne contemporaine à l’université Rennes 2. Membre de l’équipe CELLAM (EA3206), elle est responsable scientifique du projet « La collection comme phénomène éditorial. Europe, Amériques (XVIIIè/XXè) », et coordonne actuellement l’entrée Formats et supports éditoriaux du Portail Bibliothèque Virtuelle Miguel de Cervantès (Fondation Cervantés, CSIC) consacré à l’histoire culturelle de l’édition ibéro-américaine contemporaine (XIXè-XXIè).

Miriam Nicoli, docteur ès lettres de l’université de Lausanne, a été post-doctorante à l’université Rennes 2 auprès de l’équipe du CELLAM (EA3206). Ses recherches portent sur l’histoire culturelle des sciences ainsi que sur la culture de l’écrit. Elle travaille actuellement en tant que chercheuse senior à un projet financé par le Fonds national suisse de la recherche portant sur les ego-documents (Valorisation scientifique des écrits du for privé de l’époque moderne en Suisse latine).

On trouvera le texte de l’introduction et la table des matières à l’adresse suivante : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3526&utm_source=parution-la-collection&utm_medium=e-mail&utm_content=couverture&utm_campaign=outil-de-diffusion

Parution – « Le portrait photographique d’écrivain »

Nous vous invitons à découvrir ci-dessous l’argument général et le sommaire du dossier sur « Le portrait photographique d’écrivain » publié par la revue Contextes, dont c’est le numéro 14.

Voir : http://contextes.revues.org/5904

Il en va des phénomènes omniprésents comme des évidences : ils passent volontiers inaperçus quand ils ne sont pas reçus comme procédant d’une nature des choses plutôt que d’une émergence historique et sociale. Vitrines de libraires, quatrièmes de couverture, affiches publicitaires, catalogues d’éditeur, manuels scolaires, monographies illustrées, journaux, magazines, émissions de télévision, documentaires, vidéos continuent d’enfoncer jour après jour dans notre œil l’évidence aveuglante que l’écrivain a un visage. Il n’en a pas toujours été ainsi et c’est bien en s’en avisant que l’on peut se mettre en condition de prendre la mesure des effets que la photographie, après d’autres formes de représentation iconographique, puis en concurrence avec celles-ci, a exercés non seulement sur la mise en image de la littérature et la visibilité de ceux qui la produisent, mais encore sur leur commune définition sociale après 1840.

C’est dans cet esprit général, sensible aux modalités matérielles de l’histoire des représentations ainsi qu’aux implications épistémologiques du portrait photographique d’écrivain, que s’inscrivent les contributions réunies à l’enseigne de la revue Contextes. Elles proviennent de deux journées d’études qui se sont tenues à l’Université de Liège les 6 et 7 juin 2013 en vue d’éclairer sous différents aspects l’histoire des formes, des supports et des usages du portrait photographique d’écrivain de la fin des années 1830 à l’époque contemporaine — du romantisme au Nouveau Roman ou encore de Balzac à Houellebecq.

Conformément à l’objet étudié, l’approche développée se veut résolument transdisciplinaire. Historiens de l’art et de la photographie rappellent utilement les conditions de naissance et de développement exponentiel d’un genre ayant bousculé l’ordre des représentations et les esthétiques. Historiens et sociologues de la littérature font ressortir les liens établis entre portrait photographique et auteurs photographiés, avec les implications que le médium a occasionnées durablement dans l’imaginaire littéraire. Sémioticiens et spécialistes des sciences du langage mettent en œuvre leur outillage descriptif sur la matérialité et la discursivité du cliché.

Avec cela de commun en ligne de mire : à quoi tient la littérarité d’un portrait photographique d’écrivain ? A cette question, le dossier apporte quelques éléments de réponse en proposant un recadrage et un décadrage. Recadrage de l’image elle-même au sein des configurations auxquelles elle participe. Décadrage du portrait en direction des effets de contexte et de support qui sont inducteurs de sa signification.

Jean-Pierre Bertrand (ULg), Pascal Durand (ULg) et Martine Lavaud (Paris IV), « Introduction. Le portrait photographique d’écrivain vu de profil et de face »

Martine Lavaud (Paris IV), « Envisager l’histoire littéraire. Pour une épistémologie du portrait photographique d’écrivain »

Pascal Durand (ULg), « De Nadar à Dornac. Hexis corporelle et figuration photographique des écrivains »

Jean-Pierre Bertrand (ULg), « Esquisse d’un protocole de lecture du portrait photographique d’écrivain »

Marc-Emmanuel Mélon (ULg), Portrait de l’écrivain absorbé. Une allégorie photographique »

Adeline Wrona (Celsa, Université Paris Sorbonne), « Le portrait-carte, de la photographie au journal. Le marché périodique du portrait d’écrivain »

Hélène Védrine (Université Paris Sorbonne), « Portraits de masques et de fantômes. Le portrait photographique dans le livre (1860-1930) »

Bernard Vouilloux (Université Paris Sorbonne), « Une collection d’unica : les livres à portraits d’Edmond de Goncourt »

François Provenzano (ULg), « Portrait photographique d’écrivain et newsmagazine. Pour une approche rhétorique de l’événementialité du littéraire »

Fanny Lorent (ULg), « Portrait et imaginaire photographique. Cliché et anti-cliché du Nouveau Roman »

Maria Giulia Dondero (FNRS/ULg), « Les approches sémiotiques du portrait photographique. De l’identité à l’“air” »

Jérôme Meizoz (Université de Lausanne), « Portrait photographique et présentation de soi. Cendrars, Houellebecq »