Archives mensuelles : août 2014

Parution – Gisèle Sapiro, « La sociologie de la littérature »

widget

Gisèle Sapiro, La sociologie de la littérature
Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2014

Prix : 10 €
ISBN : 9782707165749
Dimensions : 120 * 190 mm
Nb de pages : 128

Présentation

Qu’est-ce qui explique la création littéraire ? La biographie de l’auteur ? Les oeuvres contemporaines ? L’histoire littéraire nationale ? Ou les attentes du public ?
La sociologie de la littérature, dont le présent ouvrage propose un état des lieux, est un domaine en pleine expansion. Visant à dépasser le clivage entre analyse interne et analyse externe, elle explore les médiations entre les oeuvres et les conditions sociales de leur production sous trois angles : les enjeux politico-économiques et le mode de fonctionnement du champ littéraire ; la sociologie des oeuvres ; les conditions de leur réception. Des exemples tirés d’enquêtes empiriques illustrent les méthodes utilisées, qu’elles soient qualitatives (analyse textuelle, entretiens, observation) ou quantitatives (prosopographie, analyse de réseaux). Sans oublier les perspectives transnationales.
Inscrit dans un dialogue interdisciplinaire avec l’histoire de la littérature et les études littéraires, ce livre aborde aussi les intersections entre la sociologie de la littérature et d’autres spécialités comme la sociologie de l’art, de la culture, des rapports de classe, de sexe et de « race », du genre, des professions, des médias, de l’édition, de la traduction et de la mondialisation.

Table des matières

Introduction
I / Théories et approches sociologiques de la littérature
Le fait littéraire comme fait social

Les effets sociaux de la littérature
Les lois de l’histoire littéraire
De la vision du monde à la sociologie du goût littéraire
La littérature comme acte de communication
Dépasser la théorie du reflet : structuralisme génétique Vscultural studies
Fonctionnalisme, interactionnisme et approche relationnelle
La théorie des champs
L’institution littéraire
La théorie du polysystème
Champ, institution littéraire et polysystème
L’interactionnisme symbolique
Les réseaux
II / Les conditions sociales de production des oeuvres
Situation de la littérature dans la société

Le contrôle idéologique de la littérature
Le rôle social de l’écrivain
Différenciation sociale et division du travail intellectuel
La logique de marché
Le monde des lettres et ses institutions
Le recrutement social des écrivains
Développement professionnel du métier d’écrivain
Les institutions de la vie littéraire
Structure du champ littéraire et analyse des correspondances multiples
Structure des relations et mesure des réputations : l’analyse de réseaux
III / La sociologie des oeuvres
Des représentations aux manières de faire
Littérature et représentation(s) sociale(s)
La littérature comme mode de connaissance pratique
Le travail de mise en forme
Écoles, courants, genres
Orthodoxie et hétérodoxie
Littérature et identité
Littérature et nation
La perspective postcoloniale
La singularité esthétique comme objet sociologique
L’approche biographique en littérature
Les révolutions symboliques
Stratégies d’écriture et stratégies d’auteur
Postures et scénographies auctoriales
IV / Sociologie de la réception
Les instances de médiation

Étapes et enjeux de la réception
Les procès littéraires
La réception critique
Les effets de la réception sur l’oeuvre
La circulation transnationale des oeuvres littéraires
Un nouvel objet pour la sociologie de la littérature : les festivals
Sociologie de la lecture
Des enquêtes sur la lecture aux trajectoires de lecteurs
Usages de l’imprimé et évolution des pratiques de lecture
De la théorie de l’identification aux intérêts de lecture
Conclusion
Références bibliographiques.

Gisèle Sapiro est directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Spécialiste de sociologie des intellectuels, de la littérature et de la traduction, elle est l’auteure de La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard, 1999, rééd. 2006) et de La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France, XIXe-XXIe siècle (Seuil, 2011). Elle dirige la collection « Culture et société » chez CNRS Éditions.

Appel à contributions – « Traduire la littérature belge francophone. Itinéraires des auteur.e.s et des œuvres »

Traduire la littérature belge francophone. Itinéraires des auteur.e.s et des œuvres

À la suite de la parution de notre premier ouvrage, Traductrices et traducteurs belges (Université de Mons, 2013 – ISBN 978-2-87325-07404), dont l’intitulé renvoie aux Portraits de traducteurs de Jean Delisle (Université d’Ottawa), nous souhaitons, dans le cadre d’un second ouvrage collectif, prolonger la réflexion sur les liens qui sous-tendent les relations entre littérature belge et œuvres traduites. Nous nous intéresserons cette fois à la diffusion des lettres francophones de Belgique par le biais de la traduction. Dans cette optique, nous adopterons deux approches dont la complémentarité nous semble susceptible de dévoiler les stratégies d’écriture mises en place par les écrivains-traducteurs.

La première approche consiste à dresser des portraits d’écrivains-traducteurs/d’écrivaines-traductrices ayant marqué un intérêt particulier pour les œuvres d’auteur.e.s belges francophones. À travers l’analyse de leur biographie intellectuelle, il s’agira d’inscrire le paradigme biographique dans un contexte plus large, à savoir la question du « pourquoi du traduire ». Dans cette optique, en s’appuyant sur les œuvres et les divers témoignages disponibles, les « portraitistes » seront amenés à répondre aux questions suivantes : Quelles sont les modalités du traduire ? Peut-on, à travers l’analyse de la traduction, dégager une poétique du traduire ? Quel est l’impact culturel de l’œuvre traduite ? En quoi le « matériau biographique » est-il révélateur de l’intérêt de l’écrivain-traducteur pour les lettres belges ?

La deuxième approche consiste à aborder la question de la traduction littéraire sous l’angle de l’œuvre traduite. Il s’agira dès lors de situer les textes, depuis leur genèse jusqu’à leur réception, dans le contexte plus large des phénomènes de transfert, de prendre en compte les modalités de passage d’une culture vers une autre. Cette approche donnera lieu aux questionnements suivants : Quels écarts, quelles pratiques concrètes d’appropriation du texte peut-on constater ? Quel est le contexte spécifique de réception ? Quel est l’impact des femmes traductrices sur l’ensemble des transferts culturels ? Quel sens donner aux mutations génériques (y compris, par exemple, adaptation musicale d’un texte narratif) ? Quels sont les phénomènes de transferts ayant contribué à la diffusion de l’œuvre ? Cette deuxième approche se veut résolument orientée vers les modalités de circulation de l’œuvre traduite. Elle part du principe que la traduction littéraire, en laissant entendre le « Faire » du texte de départ, assure non seulement le prolongement mais aussi le renouvellement du matériau littéraire.

À titre d’exemples :

Émile Verhaeren, Maurice Maeterlinck et les symbolistes belges ont été maintes fois traduits, citons les russophonesAlexandre Blok et Valéri Brioussov, l’Italien Gianni Montagna, Stefan Zweig et le fameux baron Oppeln-Bronikowski, Pompeu Fabra ou encore  Attila József et Dezső Kosztolányi, en hongrois. Plus contemporains, Julio Cortazar s’attaque àMémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar et Ana Maria Moix à Amélie Nothomb. Maria-Luisa Spaziani et Lidia Storoni Mazzolani ont aussi traduit Marguerite Yourcenar. Eva Rechel-Mertens, la traductrice de Proust, s’intéresse à Marie Gevers. Et Jean-Philippe Toussaint cite lui-même ses traducteurs : John Lambert, Marianne Kaas, Jovanka Sotolova, Mirko Schmidt, Yu Zhongxian, Kan Nozaki, Bernd Schwibs, Zeng Xiaoyang et Roberto Ferrucci.

Aspects pratiques :

L’article sera rédigé en français.

Vos propositions devront parvenir au service de communication (catherine.gravet@umons.ac.be ou Av. du Champ de Mars, 17 – B-7000 MONS) au plus tard le 15 novembre 2014 ; vous préciserez le sujet choisi, avec un bref résumé des points que vous souhaitez aborder (environ 1000 caractères) ainsi qu’un titre provisoire et une première approche bibliographique.

Vous accompagnerez ce résumé d’un bref CV.

Le comité scientifique vous répondra au plus tard le 1er janvier 2015. Si votre contribution est conforme à notre projet, elle devra nous parvenir avant le 31 juillet 2015 pour que l’ouvrage puisse paraître, au plus tôt, au printemps 2016.

Catherine Gravet

A lire sur le site des ressources Socius – Fernand Dumont, « La sociologie comme critique de la littérature »

On sait trop peu que le grand sociologue québécois Fernand Dumont a écrit sur la littérature.

Le site des ressources Socius vous donne l’occasion de découvrir un grand texte méconnu : « La sociologie comme critique de la littérature ».

C’est à lire ici.

 

Anthony Glinoer

Parution – « Les médiations culturelles et artistiques »

clip_image001

 

LES MÉDIATIONS CULTURELLES ET ARTISTIQUES

Quels processus d’intégration et de socialisation ?
Sous la direction de Frédérique Montandon et Thérèse Pérez-Roux

Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales »,

ISBN : 978-2-343-03835-3 • août 2014 • 270 pages

27 euros

Ce livre s’intéresse aux questions d’intégration sociale, professionnelle, scolaire à travers des médiations artistiques et culturelles. Cet ouvrage propose différentes pistes de réflexion et de recherche sur le rôle de la médiation, sur son impact en termes de dynamiques identitaires, ou encore sur les groupes et les communautés de pratiques engendrées par l’activité artistique ou culturelles dans différents contextes (espace scolaire, extra-scolaire, ateliers de créativité, groupes d’échange de pratiques).

URL : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=44193

Congrès SHARP 2015 / SHARP 2015 Conference

Chère collègue,

Cher collègue,

 

Placé sous le thème des « Générations et régénérations du livre / The Generation and Regeneration of Books », le prochain congrès annuel de la Society for the History of Authorship, Reading and Publishing (SHARP), organisé par le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ), l’Université de Sherbrooke, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) et l’Université McGill, aura lieu à Longueuil et à Montréal, Canada, du 7 au 10 juillet 2015. Le congrès accueillera des conférences régulières, des conférences-éclair, une exposition de projets numériques ainsi qu’une exposition de communications par affiches réservées aux étudiantes et aux étudiants. Des expositions de livres anciens et d’archives éditoriales, ainsi que plusieurs autres activités sont également prévues.

 

Vous trouverez ci-joint les appels à propositions. Pour plus d’information, veuillez consulter le site du congrès. Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter ou nous écrire à l’adresse contact@sharp2015.ca.

 

Nous vous serions reconnaissants de faire circuler cette annonce dans vos réseaux.

 

Eli MacLaren, Sophie Montreuil et Josée Vincent

Pour le comité d’organisation de SHARP 2015

 

 

Dear colleague,

 

The next annual conference of the Society for the History of Authorship, Reading and Publishing (SHARP) will take place in Longueuil and Montreal, Canada, from 7 to 10 July 2015. The theme is  » Générations et régénérations du livre / The Generation and Regeneration of Books. » The conference is being organized by the Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ), Université de Sherbrooke, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), and McGill University. It will feature traditional conference papers, lightning papers, a digital projects showcase, a student poster exhibition, exhibitions of rare books and publishers’ archives, and many other activities.

 

Please find attached the calls for proposals. For more information, we invite you to consult the conference web site. You can also follow us on Twitter or write us at contact@sharp2015.ca.

 

We would be grateful if you could pass this on to your networks.

 

Eli MacLaren, Sophie Montreuil and Josée Vincent

For the SHARP 2015 Organizing Committee

SHARP 2015-Appel à communications_Français

SHARP 2015-Call for papers_English

SHARP 2015-Exposition de projets numériques_Français

SHARP 2015-Digital Projects Showcase_English

Parution – Antoine Lilti, « Figures publiques. Célébrité et modernité »

A. Lilti, Figures publiques. Célébrité et modernité (1750-1850)

Antoine Lilti

Figures publiques. Célébrité et modernité (1750-1850)

Paris: Fayard, « L’épreuve de l’Histoire », 2014

EAN: 9782213682389

400 p. / 153 x 235 mm

24,00 EUR

 

Présentation de l’éditeur:

Bien avant le cinéma, la presse à scandale et la télévision, les mécanismes de la célébrité se sont développés dans l’Europe des Lumières, puis épanouis à l’époque romantique sur les deux rives de l’Atlantique. Des écrivains comme Voltaire, des comédiens comme Garrick, des musiciens comme Liszt furent de véritables célébrités, suscitant la curiosité et l’attachement passionné de leurs « fans ». À Paris comme à Londres, puis à Berlin et New York, l’essor de la presse, les nouvelles techniques publicitaires et la commercialisation des loisirs entraînèrent une profonde transformation de la visibilité des personnes célèbres. On pouvait désormais acheter le portrait de chanteurs d’opéra et la biographie de courtisanes, dont les vies privées devenaient un spectacle public. La politique ne resta pas à l’écart de ce bouleversement culturel : Marie-Antoinette comme George Washington ou Napoléon furent les témoins d’un monde politique transformé par les nouvelles exigences de la célébrité. Lorsque le peuple surgit sur la scène révolutionnaire, il ne suffit plus d’être légitime, il importe désormais d’être populaire.

À travers cette histoire de la célébrité, Antoine Lilti retrace les profondes mutations de la société des Lumières et révèle les ambivalences de l’espace public. La trajectoire de Jean-Jacques Rousseau en témoigne de façon exemplaire. Écrivain célèbre et adulé, celui-ci finit pourtant par maudire les effets de sa « funeste célébrité », miné par le sentiment d’être devenu une figure publique que chacun pouvait façonner à sa guise. À la fois désirée et dénoncée, la célébrité apparaît comme la forme moderne du prestige personnel, adaptée aux sociétés démocratiques et médiatiques, comme la gloire était celle des sociétés aristocratiques. C’est pourtant une grandeur toujours contestée, dont l’histoire éclaire les contradictions de notre modernité.

 

Antoine Lilti est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent sur l’histoire sociale et culturelle des Lumières. Il a notamment publié Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle (Fayard, 2005).

Appel à propositions –  » Contre-culture : existences et persistances »

Appel à propositions

 Contre-culture : existences et persistances

Colloque international organisé avec le concours du
Laboratoire sur les récits de soi mobile et du Département de littérature comparée de l’Université de Montréal
Montréal, 15 au 17 octobre 2015

Bien que souvent reléguée aux seules sixties, la contre-culture demeure, encore aujourd’hui, un élément indissociable de plusieurs mouvances culturelles et contestataires. Compte tenu des poncifs qui entourent sa représentation, il convient toutefois de se demander si la contre-culture ne s’est pas figée autour d’une définition tacite. Cette option ne serait pas des plus surprenantes, puisque la contre-culture se prend difficilement hors d’elle-même, se laisse difficilement atteler, circonscrite ou, plus largement, saisir. Elle paraît, en ce sens, réactualiser la pensée de Foucault : « Ne me demandez pas qui je suis et ne me dites pas de rester le même » (1969 : 28) afin de poser, chaque fois, de nouveaux problèmes à l’analyste. Subsiste conséquemment toujours la question qui, pourtant, devrait les subsumer toutes : que cherche-t-on?

C’est que la contre-culture joue sur les contrastes afin de se forger une identité (Duchastel 1978). Elle oppose de ce fait les initiatives régionales (La vraie fanfare fuckée, Le grand cirque ordinaire,     Le Petit Québec libre) au spectacle de la métropole (La nuit de la poésie 1970, L’Osstidcho), le nomadisme (Magical Mystery Tour, les pèlerinages) à la sédentarité (les communes), le nihilisme yippie au pacifisme hippie (Doggett 2007) et une culture underground souvent factice à la culture populaire. L’étiquette « contre-culture » constitue, en ce sens, un syntagme polymorphe qui renvoie à un ensemble de pratiques où le bouillonnement suffit à la nomination, associant ainsi la mouvance à une indétermination (historique, structurelle) qui en serait fondatrice.

Pour éviter cet écueil, le colloque « Contre-culture : existences et persistances » vise le développement d’une réflexion non-essentialiste des contre-cultures qui permette d’y lire à la fois les phrases d’un courant, lui-même traversé par ses artéfacts, ses lieux (de culte, de regroupement) et ses affects; le premier chapitre d’une influence qui subsiste dans les pratiques performatives et l’impératif d’originalité qui musèle les auteurs (Heinich 2005); et le premier tome d’un devenir. L’événement pose, en d’autres termes, le sujet de la contre-culture comme quête.

Nous jugeons pour cette raison crucial, à l’aube du 40e anniversaire de la Rencontre internationale de la contre-culture, tenue à Montréal du 21 au 27 avril 1975, de porter attention aux concepts et notions se rapportant à la contre-culture afin de parvenir à une mise en commun déterritorialisée et anhistorique qui rend compte de son objet dans le respect de sa diversité.

Nous invitons donc chercheurs et artistes à nous faire parvenir leurs propositions d’ateliers en tous genres (expositions, unconferences, groupes de discussion, interventions en rafale, conférences, tables rondes, etc.) dans le cadre du colloque « Contre-culture : existences et persistances » qui aura lieu à Montréal du 15 au 17 octobre 2015. Les sujets potentiels incluent, sans s’y limiter :

–       les concepts clés de la contre-culture (action, antihistoire, dépense, déterritorialisation, performance, pluridisciplinarité, praxis, quête (ratée), réseaux d’influence et de transfert, etc.);
–       les lieux d’inscription de la contre-culture et leurs déplacements;
–       les rapports multilingues et multiethniques de la contre-culture;
–       les formes contemporaines de la contre-culture;
–       les origines esthétiques, sociales et philosophiques de la contre-culture.

Notez bien que nous sommes ouverts à toutes les variantes de la contre-culture et que les approches comparées comme les réalisations insolites ou originales sont particulièrement les bienvenues. Alternativement, nous souhaitons aviser les intéressés que les frais de transport et d’hébergement seront à la charge des participants.

Les propositions, écrites en français ou en anglais, devront nous parvenir avant le 15 octobre 2014 et seront d’une longueur maximale de 250 mots pour un chercheur seul ou de 500 mots pour un atelier. Elles devront de plus être accompagnées d’une biobibliographie de 150 mots et moins pour chacun des participants et envoyées à l’adresse suivante : contreculture2015@gmail.com

 

Simon Harel
Directeur
Département de littérature comparée
Université de Montréal
C.P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec), Canada,  H3C 3J7
Le comité organisateur :
Simon Harel, Université de Montréal
Terry Cochran, Université de Montréal
Jonathan Lamy-Beaupré, Université Laval
Simon-Pier Labelle-Hogue, Université McGill

 

Bibliographie

Allard, Patrick. Morphologie et enjeu hiéropanique de la citation chez Patrick Straram, mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, 2003.
Beauchemin-Lachapelle, Hugo. Paul Chamberland, de Parti pris à la contre-culture, mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, 2012.
Beaudry, Jennifer. Vers une scène commune : rapports croisés entre poésie et chanson chez Raoul Duguay (1966-1970), mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, 2010.
Bourseiller, Christophe et Olivier Penot-Lacassagne (dir.). Contre-cultures!, Paris, Éditions du CNRS, 2013.
Dogget, Peter. There’s a Riot Going On. Revolutionaries, Rock Stars and the Rise and Fall of ‘60s Counter-Culture, Edinburgh/New York/Melbourne, Canongate, 2007.
Duchastel, Jules. Théorie ou idéologie de la jeunesse : discours et mouvement social, thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, 1978.
Dulude, Sébastien. Esthétique et performatif typographique du recueil de poésie contre-culturel québécois, thèse de doctorat, Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, 2014.
Elawani, Ralph. C’est complet au royaume des morts. Emmanuel Cocke le cascadeur de l’esprit, Montréal, Tête première, 2014.
Foucault, Michel. L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1969.
Heinich, Nathalie. L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, 2005.
Jezo-Vannier, Steven. Presse parallèle : la contre-culture en France dans les années soixante-dix, Marseille, Le mot et le reste, 2011.
L’Allier, Anne. De la contre-culture aux écritures migrantes : la langue d’écriture d’Emmanuel Cocke, mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, 2009 [2006].
Lamy-Beaupré, Jonathan. Je est un autochtone. L’ensauvagement dans les poèmes de Paul-Marie Lapointe, Patrick Straram et Denis Vanier, Montréal, Université du Québec à Montréal, 2006.
Lamy-Beaupré, Jonathan et Catherine Mavrikakis (dir.). Josée Yvon, Montréal, Les Herbes rouges, à paraître.
Larose, Karim et Frédéric Rondeau (dir.). La contre-culture au Québec, à paraître.
Martel, Xavier. Le parcours de Patrick Straram et son inscription dans le roman La faim de l’énigme, mémoire de maîtrise, Montréal, Université du Québec à Montréal, 2009.
Ménard, Jean-Sébastien. Une certaine Amérique à lire : la beat generation et la littérature québécoise, thèse de doctorat, Montréal, Université McGill, 2007.
Morin, Guy. Aux sources du psychédélique, Québec, Presses de l’Université Laval, 2008.
Paré, François. « Leblanc, Ginsberg, Hakim Bey et autres visionnaires », Revue de l’Université de Moncton, vol. XXXVIII, n° 1, 2007, p. 75-92.
Rondeau, Frédéric. « Contre-culture », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Lexique Socius, 2014, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/60-contre-culture.
Roy, Bruno. L’Osstidcho ou Le désordre libérateur, Montréal, XYZ, 2008.
Vachon, Marc. L’arpenteur de la ville : l’utopie urbaine situationniste et Patrick Straram, Montréal, Triptyque, 2003.
Warren, Jean-Philippe. Une douce anarchie. Les années 68 au Québec, Montréal, Boréal, 2008.

Appel à contribution – « Pratiques de la bande dessinée au féminin »

Appel à contribution

Pratiques de la bande dessinée au féminin: Expériences, formes, discours

Si les bandes dessinées ont longtemps été créées par et pour les hommes, les femmes ont progressivement investi ce médium. Il semble même que l’on puisse parler, depuis environ l’an 2000, d’un véritable boom de la création féminine. En effet, les chiffres fournis par l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) pour l’Europe francophone, bien qu’ils témoignent toujours d’une faible proportionnalité hommes/femmes, montrent une nette progression sur les dernières années (7,2% en 2001 ; 12,3% en 2013).

Nous souhaitons construire une réflexion collective sur les différents aspects de ce phénomène. Il est tout d’abord capital de comprendre les facteurs qui ont conduit à un investissement plus massif de la bande dessinée par les femmes. Parmi ceux-ci, les « blogs BD », que le succès peut mener au format papier (Pénélope Bagieu, Margaux Motin, Zviane et Iris), semblent jouer un rôle important, en ce qu’ils sont susceptibles d’attirer un autre public et qu’ils promeuvent d’autres types de lecture. Mais il faut également compter avec des phénomènes éditoriaux (Marjane Satrapi, Persépolis, 2000) et des événements attirant l’attention sur la misogynie du milieu (intervention du collectif « La Barbe » au Festival d’Angoulême 2013) ou valorisant la production féminine (exposition «Regard de femmes » au Salon du Livre de Paris 2014). On peut enfin évoquer la création de structures qui mettent les auteures en réseau (collection « Traits féminins » créée par Thierry Groensteen aux Éditions de l’An 2 en 2002, Festival BD d’Igny au féminin en 2006, Association et Prix Artémisia en 2007).

Par ailleurs, on interrogera la teneur des discours qui émergent de ces initiatives. Évoquent-ils un héritage artistique (Magazine Ah ! Nana, Claire Bretécher, Florence Cestac notamment) ou militant (féministe, politique) ? Comment dialoguent-ils avec la conquête de l’égalité dans d’autres domaines (éducation, loi sur la parité, comptabilisation des périodes maternité pour l’ancienneté)? Construisent-ils un sentiment d’identité collective ? Quelles sont les tensions qui traversent cet espace émergent (par exemple, le coup de gueule lancé par Tanxxx au sujet des bandes dessinées « girly ») ?

Dans le but de comprendre les réalités du métier d’auteure de bandes dessinées, on s’intéressera en outre aux fonctions (de lettristes ou coloristes, les femmes sont devenues scénaristes et/ou dessinatrices) et aux parcours : le passage par l’illustration de livres pour la jeunesse (Anne Herbauts), la construction de la carrière des auteures dans les cas de collaboration avec les conjoints (Maryse Charles), les modes et les lieux d’édition.

Enfin, il y aura lieu de s’intéresser à la diversité des formes ou genres investis par les femmes en bande dessinée: humoristique (Trash Cancan de Caroline Guillot, 2010 ; série Les Nombrils de Maryse Dubuc), historique (Opium de Laure Garancher, 2014), biographique (Olympe de Gouges et Ainsi soit Benoîte Groult de Catel, 2012, 2014), d’aventures (Princesse Sara d’Audrey Alwett, 2009), fantastique (La Bouche d’ombre de Maud Begon et Carole Martinez, 2014), mémorielle (Beirouth catharsis et Mourir partir revenir. Le jeu des hirondellesde Zeina Abirached, 2006 et 2008), érotique (I love Alice de Nine Antico, 2012), en passant par la bande dessinée autobiographique (Chronographie de Julie Doucet, 2010), de l’ordinaire (Le Muret de Céline Fraipont, 2012) et de l’intime (Le 11e jour de Sandrine Revel, 2010). Qu’en est-il, dans cette grande variété, des représentations des genres, et notamment des LBGT ? Y a-t-il émergence de nouveaux types, voire stéréotypes ? Quels sont les évolutions, mais aussi les variations et les échanges entre les différents espaces francophones (Canada, France, Belgique, Suisse, Afrique) ? Peut-on élaborer une pensée de l’intersectionnalité (genre, sexualité, classe, race) en bande dessinée ? Dans le prolongement de ces questionnements, on prendra ainsi la mesure des changements que la présence d’auteures femmes produit dans le champ. Toute approche est la bienvenue: narratologique, sémiotique, sociologique, théorique, statistique, esthétique, thématique, etc. Le critère restrictif est que le corpus d’étude soit constitué de bandes dessinées parues après 2000 (environ) et créées en langue française par au moins une femme.

Veuillez envoyer une proposition d’environ 300 mots pour le 31 octobre, accompagnée d’une brève bio-bibliographie (100 mots) ;

réponse avant le 30 décembre ;

article complet pour le 30 juin 2015 ;

publication fin 2015.

Contacts :

Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca) et Sophie Milquet (smilquet@ulb.ac.be).

Comité scientifique 

– Laurence Brogniez, Professeure à l’Université Libre de Bruxelles, Belgique.

– Stéphanie Delneste, Assistante à l’Université Catholique de Louvain, Belgique.

– Madeleine Frédéric, Professeure à l’Université Libre de Bruxelles, Belgique.

– Mira Falardeau, Chercheuse indépendante québécoise, auteure de Femmes et Humour, 2014.

– Ann Miller, Professeure à la University of Leicester, UK.

– Barbara Postema, Professeure à Ryerson University, Canada.

– Jean-Louis Tilleuil, Professeur à l’Université Catholique de Louvain, Belgique.

 

Appel à contributions – « Communautés de lecture »

Communautés de lecture : pour une approche dialogique des œuvres classiques et contemporaines

L’émergence des littératures en français écrites hors de l’Hexagone et la visibilité croissante de leurs auteurs, invitent étudiants, enseignants et chercheurs à repenser les hiérarchies artistiques, à innover leur outillage conceptuel et à imaginer de nouvelles façons de lire et, surtout, de se situer par rapport aux textes. Cette nouvelle attitude rend possible une constellation de relations entre passé et présent, « ici » et « ailleurs », création et réception.

Toutefois, entérinée dans les histoires littéraires et reprise par les manuels et programmes scolaires, la division temporelle et spatiale persiste, en érigeant la chronologie au rang de critère distinctif central et la distance géographique en catégorie déterminante. D’un part, les œuvres canoniques se voient placées dans un panthéon qui, tout en les rendant exemplaires, les isole du vaste ensemble de la production littéraire dont elle incarnent pourtant la réalisation l’exemplaire; d’autre part, les écritures contemporaines se voient reléguées au rang transitoire d’ouvrages à valeur artistique variable, soit élitistes et inaccessibles relevant d’une attitude poétique expérimentale, soit conventionnels et commerciaux émanant d’une volonté de se conformer aux attentes du public. La conséquence de cette dissymétrie dans les pratiques critiques et pédagogiques est souvent paradoxale: une survalorisation sans fréquentation des classiques et une surreprésentation sans évaluation des contemporains. Face à ce chassé-croisé conduisant à l’approfondissement des clivages disciplinaires, notamment celui qui oppose la littérature « française » aux littératures « francophones », il devient impératif d’innover la réflexion théorique et didactique à partir d’une vision globale, dynamique et multipolaire de la littérature en français.

À l’encontre d’une vision monolithique de la littérature, le recueil Communautés de lecture : pour une approche dialogique des œuvres classiques et contemporaines proposera des modèles interprétatifs transhistoriques permettant de penser ensemble les continuités et les différences entre esthétiques, formes et genres classiques et contemporains, français et francophones. Au-delà de la définition bakhtinienne du dialogisme, on renouera avec l’acception étymologique d’influence réciproque qui s’exerce entre des œuvres écrites en français à des époques et dans des espaces géographiques et culturels différents.

Les articles, en français, ne dépassant pas les 6000 mots (y compris les notes infrapaginales et la bibliographie), seront envoyés (sous Microsoft Word) à opanaite@indiana.edu avant le 5 janvier 2015, accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique de l’auteur ou des auteurs, les travaux en collaboration étant vivement encouragés. Les auteurs recevront une réponse fin février 2015.

Oana Panaïté

Associate Professor of French
Department of French and Italian
Indiana University-Bloomington

http://www.indiana.edu/~frithome/faculty/frLit/panaite.shtml

 

Appel à communications: La Postérité en France, 1650-1800

Appel à communications: 

La Postérité en France, 1650-1800

Université de Cambridge, le 19 mars 2015

 

Organisateurs : Jessica Goodman (Cambridge) et Russell Goulbourne (Londres)

 

‘La postérité pour le philosophe, c’est l’autre monde de l’homme religieux’.

 

Ainsi Diderot écrit-il au sculpteur Etienne Falconet en 1766. L’écrivain et l’artiste entretiennent une longue correspondance autour d’un thème – celui de la postérité – qui est au cœur de la production culturelle au cours du dix-huitième siècle : de l’Encyclopédie, qui veut transmettre aux générations à venir pas seulement la totalité des connaissances humaines mais aussi le nom des créateurs de celles-ci, à Rousseau qui façonne son image posthume dans lesConfessions, enfin aux premiers centenaires littéraires qui offrent aux écrivains de l’époque l’occasion de réfléchir à l’image qu’ils laissent à l’avenir.

 

Le désir d’entrer dans la postérité n’est pourtant pas propre au dix-huitième siècle : depuis qu’Horace affirme en 23 av. J.C. : ‘Je ne mourrai entièrement’, nombreux sont les écrivains et les artistes qui ont imaginé la vie posthume que leur offrent leurs ouvrages. Ce colloque, pour sa part, cherche à creuser la spécificité de l’idée de la gloire future pour les auteurs et les artistes à une époque (1650-1800) qui témoigne aussi d’une convergence suggestive d’un certain nombre de facteurs sociaux et intellectuels, dont le développement de l’espace public, une nouvelle idée d’un grand homme exemplaire qui privilège la morale et l’intellect plutôt que la naissance ou la force militaire, un contexte où le mécénat et les institutions d’état disparaissent, et une laïcité croissante, qui soulève des doutes sur l’au-delà religieux.

 

Les propositions de communication pourraient s’inscrire dans un des grands axes suivants :

–  Les caractéristiques de l’idée de la postérité tel qu’elle est développée entre 1650 et 1800.

–  L’influence d’une appréciation de la postérité sur la production culturelle des individus et des courants plus larges.

–  Le rapport entre le désir de la postérité et les positions sociales qu’adopte un individu dans la vie.

–  Si les écrivains et les artistes ont une position privilégiée quand il s’agit d’entrer dans la postérité.

–  Jusqu’à quel point de nouvelles cultures de commémoration vers la fin de l’Ancien Régime façonnent ou sont façonnées par des écrits contemporains sur la postérité.

–  Le rapport entre la postérité et l’au-delà religieux dans la pensée contemporaine

 

Les propositions de communication (en anglais ou en français, durée: 20 mins) devront être envoyées avant le 6 octobre 2014 à earlymodernposterity@gmail.com. Des questions peuvent être adressées aux organisateurs à la même adresse. Nous accueillons chaleureusement des propositions de la part des doctorants et des jeunes chercheurs.

Dr Jessica Goodman

Junior Research Fellow in French
Clare College, Cambridge