Archives mensuelles : juin 2015

Réédition – Claude Grignon, Jean-Paul Passeron, « Le Savant et le Populaire »

Claude Grignon, Jean-Paul Passeron, Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature 

Paris: Seuil, coll. « Points »

Mai 2015

368 pages – 9.50 € TTC

Présentation de l’éditeur

Face à la culture populaire, les intellectuels tombent fréquemment dans deux écueils symétriques. Célébrant l’authenticité des goûts du peuple et la richesse inaperçue de ses pratiques, par opposition aux faux-semblants des pratiques cultivées, certains oublient que la culture populaire est une culture socialement dominée et, au nom du relativisme, versent dans le populisme. D’autres, n’envisageant la culture des classes populaires que sous les traits du manque, peinent à s’extraire de leur propre légitimisme et cèdent au misérabilisme.

C’est à éviter ces deux biais à l’œuvre dans la sociologie, la littérature ou la politique qu’invite cet ouvrage.

 

Claude Grignon

Docteur en sociologie, directeur de recherche honoraire à l’INRA, il a notamment publié L’Ordre des choses (Minuit, 1971) et Sociologie et idéologie (Droz, 2008).

 

Jean-Claude Passeron

Sociologue, directeur d’études de l’EHESS, il a coécrit avec Pierre Bourdieu Les Héritiers et La Reproduction (Minuit, 1964, 1971) et est également l’auteur duRaisonnement sociologique (rééd. Albin Michel, 2008).

 

Parution – Clara Lévy,  » Le roman d’une vie. Les livres de chevet et leurs lecteurs »

Clara Lévy, Le roman d’une vie. Les livres de chevet et leurs lecteurs, Paris, Éditions Hermann, coll. « Société et pensées », 2015, 260 p., ISBN : 9782705690748.

 

« Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es ! » À l’heure où la lecture de textes
imprimés connaît un déclin manifeste, de nombreuses personnes résistent à cette
tendance, certaines érigeant même un ouvrage au rang de « livre de chevet ». Ce
livre de prédilection, qui les accompagne parfois « toute une vie », est celui vers
lequel elles reviennent constamment.
Le présent travail repose sur une enquête approfondie menée auprès d’une
centaine de lecteurs entretenant une relation intense avec leur livre de chevet ; il
révèle les mécanismes, en particulier sociaux, qui fondent le lien unissant le
lecteur à son livre : comment ces lecteurs ont-ils « rencontré » leur ouvrage
préféré ? Quelles formes d’attachement nouent-ils ? De quelle manière le livre de
chevet devient-il « le livre d’une vie » ? Telles sont les questions qu’explore ici
l’auteur, qui s’attache notamment à comprendre les résonances identitaires que le
lecteur projette sur son objet fétiche de lecture.

 

CLARA LÉVY, professeur de sociologie à l’Institut d’études européennes (université Paris-8)
et chercheur au LabTop, est spécialiste de sociologie de l’art et de la littérature. Ses
recherches sur les oeuvres littéraires abordent les modalités d’écriture et de lecture en lien
avec la dimension identitaire.

Appel à articles – « Sociologie narrative : le pouvoir du récit »

Sociologie narrative : le pouvoir du récit

Revue « Sociologie et sociétés » Volume 48, numéro 2, automne 2016

 

Pour ce dossier de la revue Sociologie et sociétés (publication prévue en 2016) nous invitons à un large débat sur les vertus sociologiques de la narration, en tant que forme d’expression et expression des formes émergentes de la vie sociale. Sans écarter les textes théoriques ou de pure méthode, nous entendons privilégier les narrations d’enquêtes, d’enquêtés, d’expériences sociales, d’archives savantes ou profanes, d’écritures populaires, de pratiques ordinaires ou déviantes. Ce dossier est largement ouvert à des auteurs venus d’horizons et de disciplines diverses.

 

Voir l’appel à contribution en pièce jointe

Appel à contributions (48-2)

 

Dossier coordonné par Jean-François Laé, Annick Madec et Numa Murard

 

Pour plus d’informations, voyez le site de l’Atelier de sociologie narrative : sociologienarrative.com

 

Parution – « L’insurrection entre histoire et littérature (1789-1914) »

L’insurrection entre histoire et littérature (1789-1914)

Presentation-Insurrection

Sous la direction de Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer

Publications de la Sorbonne

Collection « Histoire de la France aux XIXe et XXe siècles »

ISBN : 2-85944-904-3

Prix : 22,00 €

http://www.publications-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100429790
Bon de commande ci-joint

 

Tout au long du XIXe siècle, la France a vécu au rythme des insurrections. Qu’elles aient été transformées en révolutions ou qu’elles aient été éteintes, réprimées, trahies, les insurrections ont modelé le rapport à l’histoire en train de s’écrire. Ce livre se propose de reprendre à nouveaux frais une double question dont les enjeux sont profonds : ce que l’insurrection, temps d’ouverture des possibles, espérés ou craints, fait à l’écriture et à la littérature ; ce que la littérature, ses auteurs, ses topiques, fait dans le temps insurrectionnel. Comment les moments insurrectionnels ont-ils redéfini la fonction et le statut d’écrivains comme Jules Vallès, Eugène Sue et Louise Michel, d’un genre comme les mémoires de protagonistes de l’insurrection, d’un médium comme l’affiche ? Comment les discours littéraire et historien travaillent-ils l’insurrection, pendant et après l’évènement, au moyen de quelles mises en intrigue, de quelles mises en forme particulières et avec quelle efficacité ? Quelles rencontres peut-on observer, par exemple, entre le Dumas des journaux de 1848, le Hugo des Misérables et le Michelet de l’Histoire de la révolution française ? Quel sens, enfin, donner aux prises d’écriture anonymes, par lesquelles les acteurs tentent de s’inscrire dans l’histoire ? Historiens et littéraires, à parts égales, ont été invités à répondre à ces questions. Partant de cas d’études qui empruntent tant à la Grande révolution de 1789-1794 qu’aux insurrections de 1848 et à la Commune de Paris, les articles qui composent cet ouvrage montrent qu’il existe bien à cette époque un lien fort entre littérature et insurrection qui doit être repensé.

 

Sommaire

 

Introduction
Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer

Michel de Cubières et la question du statut d’auteur en révolution
Jean-Luc Chappey

Le peuple souverain : le 20 juin 1792 (Michelet, Dumas)
Corinne Saminadayar-Perrin

Morales littéraires et politiques au temps de l’insurrection. Les romanciers journalistes et les insurrections sous la Deuxième République
Sébastien Hallade

Entre acteurs politiques et historiens : les auteurs des premières histoires de la révolution de 1848
Laura O’Brien

Le « sténographe de l’univers ». Le Mois d’Alexandre Dumas (1848-1850)
Sarah Mombert

Les Mystères du peuple d’Eugène Sue : l’insurrection entre histoire, politique et littérature
Anthony Glinoer

Roman, oralité, incorrection. Louise Michel et l’écriture de l’insurrection
Stéphane Zékian

« Elle n’est pas morte » : quand dire c’est faire. Écrire et continuer la Commune de Paris dans les années 1880
Laure Godineau

Révolution politique et anomie littéraire : notes sur les révolutions de 1830, 1848 et 1871
Alain Vaillant