Archives mensuelles : juillet 2015

Convocatoria XVI Congreso des Instituto Internacional de sociocrítica

Objet: CONVOCATORIA XVI CONGRESO DEL INSTITUTO INTERNACIONAL DE SOCIOCRÍTICA

Damos anuncio a la convocatoria del XVI CONGRESO DEL INSTITUTO INTERNACIONAL DE SOCIOCRÍTICA (IIS). BALANCE Y PERSPECTIVA DE LA SOCIOCRÍTICA EN EL XXV ANIVERSARIO DE LA CREACIÓN DEL IIS que tendrá lugar en GRANADA (ESPAÑA), durante los días 30-31 de marzo y 1 de abril de 2016.

Para la presente ocasión, la organización invita a que se presenten estudios que supongan una aportación a un balance de los estudios sociocríticos, con especial atención a los de base crosiana ya que estuvieron en el origen de la cración del IIS en la Universidad de Guadalajara (México) en 1991, o bien supongan una reflexión sobre las perspectivas y líneas de investigación sociocrítica a seguir en relación con el estado actual de conocimientos y horizontes de comprensión compartidos. En cualquier caso, se admitirá para su consideración trabajos que, aunque no respondan estrictamente a la línea de investigación  propuesta, sigan una orientación sociocrítica.

El Congreso, organizado por el IIS con la colaboración del Departamento de Lingüística General y Teoría de la Literatura de la Universidad de Granada, se celebrará en la ciudad de Granada e incluirá actos sociales y culturales además de una excursión a la comarca granadina de Las Alpujarras. Dado el carácter conmemorativo del Congreso, la organización desea contar con la presencia como ponentes de la más alta representación posible de aquellas personas que han dedicado sus esfuerzos al desarrollo de los estudios sociocríticos.

En una próxima circular ofreceremos información detallada relativa a comités, ponentes, plazos de inscripción, presentación de comunicaciones, alojamientos, actos sociales, etcétera. De momento, agradeceríamos nos comunicaran la intención de participar en alguna de las direcciones que figuran al pie de este escrito.

Conference – « Book Trade History in the Digital Age »

Book Trade History in the Digital Age

24th July at Chetham’s Library, Manchester

Reservations: http://www.bookhistory.org.uk/print-networks/events

Programme

  • 09.45 Arrival and registration (tea and coffee available)
  • 10.15 Welcome (Michael Powell)
          The British Book Trade Index: moving on (Maureen Bell and John Hinks)Session 1: Developing resources


  • 10.45 Helen Vincent and Anette Hagan (NLS) The Scottish Book Trade Index: past, present and future
  • 11.15 Nicola Wilson and Claire Battershill (Reading), On building the Modernist Archives Publishing Project (MAPP): scholarly adventures in the digital world
  • 11.45 Break (tea and coffee available)Session 2: Mapping trade networks
  • 12.00 Matthew Stallard (Manchester) An Overview of Historical GIS and its Potential Uses in Book Trade History
  • 12.30 Maximiliaan van Woudenberg (Sheridan Institute of Technology, Ontario), Digitising International Book Trade Networks: the geospatial and temporal mapping of English texts abroad
  • 13.00 LunchSession 3: The critical researcher
  • 14.00 Angela McShane (V&A), Upsides, Downsides and Broadsides in the Digital Archive
  • 14.30 Lisa Peters (Chester), Opening up the World’s News (and no longer having to wrestle with a microfilm): online newspaper archives in the digital age
  • 15.00 John Lavagnino (King’s College London), The Rarity of the Thomason Tracts
  • 15.30 Break (tea and coffee available)Session 4: Round table discussion
  • 15.45 Digital resources for book trade history: what do we want and how do we get there?
    with
    Anthony Mandal (Cardiff), Sharon Howard (Sheffield), Giles Bergel (Oxford), Julianne Simpson (Manchester)
  • 16.45 End of day

Parution – « Des écritures engagées aux écritures impliquées »

Des écritures engagées aux écritures impliquées. Littérature française XXe et XXIesiècles

Catherine Brun, Alain Schaffner (dir.), Des écritures engagées aux écritures impliquées. Littérature française XXe et XXIesiècles , Editions universitaires de Dijon (EUD), 2015

Textes en l’honneur du Professeur Jeanyves Guérin

« Contre l’idée selon laquelle le deuil de l’utopie révolutionnaire aurait rendu anachronique la question même de l’engagement, ce volume aide à repenser l’articulation de la littérature et du politique. Que vise la langue quand elle renonce à être le véhicule transparent de significations ? Quelles ont été, aux XXe et XXIe siècles, les conditions de possibilité (historiques, politiques, idéologiques, éditoriales, esthétiques) d’une écriture préoccupée ? Prenant acte de la mise en crise occidentale de l’artiste prophète et maître à penser, les deux volets de l’ouvrage – « Engagements littéraires » et « Poétiques de l’implication » – s’attachent à quelques figures qui, non sans contradictions ni déchirements, s’efforcent depuis l’affaire Dreyfus de pouvoir encore sans ignorer qu’en s’engageant, en s’impliquant, ils mettent en jeu, outre leur personne, la création même : avec Mauriac, Camus ou Sartre, relus à nouveaux frais, Platon, Suarès, Claudel, les féeries du premier XXe siècle, Audiberti, Breton, Paulhan, les Hussards, Genet, Barthes, Tel Quel, Laurent Mauvignier, Marie Cosnay ou le théâtre amateur. On comprend alors comment a pu s’opérer un nouveau partage des valeurs et des positions et se substituer, à un imaginaire du surplomb, une pensée des connexions. »

Electronic journal « Authorship »

Electronic journal Authorship

http://www.authorship.ugent.be/index

7 issues already published (2011-2015)

Focus and Scope

The journal aims to offer a venue in which to describe diverse historical and discursive settings of authorship, and to grapple with the complex issues of authorial authority, independence or interdependence, and self-fashioning. The Romantic or New Critical concept of the solitary genius or auteur (if indeed such an entity ever existed at all) has for decades now been the subject of intense critical scrutiny and revision; as a result, what the general public might once have thought of as authorial agency is now submerged in an elaborate tissue of critical feedback, textual instability, editorial intervention, and accidents of publishing, branding, and spin. And yet the Author persists, as a nomenclature, as a catalogue entry, as a biographical entity, as a popular icon, and as an assumed agent of creativity and innovation. In analyzing cultural formations of ‘authoriality’ as they developed historically, over a long period of time and in a variety of geographical locations, in relation to cultural networks and social change, to transformations of the media, as well as to changing perceptions of gender and personhood, Authorship hopes to foster a more refined and precise theoretical and historical understanding of the complex ideological, technological and social processes that transform a writer into an author. We therefore welcome articles in on the cultural performance of authorship in any contemporary or historical literary milieu. We try to accommodate all languages, and can handle submissions in Dutch, English, French, German, modern Greek, Italian, Portuguese, Spanish, and Scandinavian languages. If you have a submission for us in another language, please do contact us, so we may evaluate our ability to process it.

 

Topics include, but are not limited to:

 

– Authorship across and within diverse languages, literatures, and geographical locations: colonial, transatlantic, transnational, translated, polyglot.

– Varieties of authors: dramatists, novelists, poets, journalists, sages, critics, humorists; authors as entertainers, public intellectuals, moralists.

– Authenticity, authority, agency, attribution.

– Authorship and the canon.

– Gender and authorship: interrogating putative « feminine » and « masculine » models of writing, self-fashioning, and getting published.

– Fame, infame, disfame, lack of fame; the self-creation, branding and reception of authors.

– Anonymity, pseudonymity, and authorial personae.

– Authors and collaboration; single and multiple authors.  Authors and cultural networks.

– The quotidian activities of writers as they relate to the public image of authors.

– Translation, editing, redacting, and reviewing considered as kinds of authorial performances.

– Authorship and the marketplace; authors and patrons; authorship and intellectual property.

– The textual re-creation of authors by editors, publishers, and printers.

– Authorship and/in the material book; authorship & new technologies (film, digital media, the internet).

Appel à communication – « Écrivains, personnages et profils: l’éditorialisation de l’auteur »

Écrivains, personnages et profils: l’éditorialisation de l’auteur

Colloque international

Les 24 et 25 mai à l’Université de Montréal

sous la direction de Bertrand Gervais, Servanne Monjour, Jean-François Thériault, Marcello Vitali-Rosati

 

Depuis les années 1990, les écrivains ont progressivement envahi la toile, investissant les blogues et les réseaux sociaux, expérimentant des formes hypermédiatiques inédites. Des communautés en ligne se sont formées, de même que des coopératives d’écrivains, opérant une reconfiguration évidente des rapports entre les instances auctoriale, lectrice et éditoriale. Sous l’effet de ces nouvelles pratiques, que l’on peut désigner comme des formes d’éditorialisation, la tentation est grande de constater un affaiblissement de la figure auctoriale au profit de la multiplication des oeuvres collectives, lesquelles ont par ailleurs remis en question le rôle institutionnel des maisons d’édition. Il est cependant possible d’observer, simultanément, l’émergence de pratiques d’écriture en ligne inédites où la figure auctoriale se met en scène, jouant des tensions entre l’auteur, l’écrivain, le personnage d’écrivain et la personne elle-même. Ces pratiques s’observent bien évidemment sur des sites d’auteurs, sur des blogues consacrés à la publication littéraire, mais aussi dans des espaces réputés laisser peu de place à l’expression littéraire, et qui font pourtant preuve d’un potentiel poétique insoupçonné. Ainsi, des plateformes impliquant des usages très formatés, telles que Facebook ou Twitter, sont détournées par des écrivains pour raconter une histoire ou façonner un personnage autofictif, accueillant ainsi de nouveaux types de récits de soi.

En d’autres termes, on pourrait dire que désormais l’auteur s’éditorialise, tant la production de la figure auctoriale s’est muée en un ensemble de pratiques d’éditorialisation de l’écrivain. En effet, de même que l’écrivain produit ses personnages, l’écrivain numérique (qu’il diffuse un contenu littéraire, documentaire, etc.) produit son auteur, ou se produit en tant qu’auteur. Cette forme inédite de production identitaire permet (ou pas) de marquer la distance entre les différentes instances (personne, écrivain, auteur), afin justement de faire exister – dans le sens étymologique de ex-ire, “sortir” – l’auteur.

Ce colloque a pour objectif d’examiner les différentes stratégies d’éditorialisation de l’auteur et d’en relever les principaux enjeux : de quelle manière se construit et se manifeste l’identité numérique de l’écrivain ? Quels sont les enjeux reliés à l’émergence de nouvelles figures auctoriales ? Comment ces pratiques d’écriture de soi en ligne renégocient-elles les rapports entre réalité et fiction ? Comment se renégocient les rapports entre les différentes instances de production du texte (éditeur, mais aussi lecteur) ? Peut-on identifier de nouvelles formes d’autorité et de validation des contenus ? Quels discours les écrivains produisent-ils sur ces mutations et, de fait, comment réagit l’institution littéraire à cet écrivain numérique qui perturbe la chaîne du livre?

 

Nous privilégierons quatre axes de réflexion majeurs :

  • les théories de la fonction auctoriale à l’ère numérique (autorité, droit d’auteurs, question de l’éditeur et des formes de publication et de légitimation) ;
  • l’analyse des plateformes et des pratiques numériques innovantes (hypertextuelles ou autres), l’examen des diverses générations de plateformes (celles déjà établies : Tumblr, WordPress, Blogger… ; et les nouvelles : Inkle, Twine, Newhive…) ;
  • les problématiques identitaires (production et écriture du soi, autofiction, identité-flux, intimité/extimité) ;
  • l’analyse d’œuvres littéraires numériques (analyse poétique, étude du détournement créatif, des écritures collectives, des projets littéraires “digital natives”).

 

Parmi les sujets pertinents, nous suggérons de façon non exhaustive bien sûr, l’analyse littéraire des profils d’écrivain, du détournement créatif des plateformes et leurs implications politiques, l’analyse de la reconfiguration des relations entre l’écrivain et l’éditeur, du redéploiement des rapports d’autorité auteur/lecteur…

Modalités de participation

Pour soumettre votre proposition, merci de faire parvenir à l’adresse colloque@editorialisation.org, en deux fichiers pdf distincts :

  • titre de la présentation, résumé de 100 à 150 mots
  • une courte notice bio-bliographique

 

Calendrier à retenir :

Date limite d’envoi des propositions : 15 septembre

Réponse : 15 octobre

Colloque : 24 et 25 mai 2016

Parution – « (Bé)vues du futur : les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940) »

Parution

(Bé)vues du futur : les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940)
Clément Dessy, Valérie Stiénon

Date de parution : 01/03/2015
Editeur : PU du Septentrion
ISBN : 978-2-7574-0887-2 EAN : 9782757408872, 360 p. 30 €

 

Aujourd’hui inscrite au cœur des cultures télévisuelle et adolescente, la dystopie possède une histoire riche pourtant méconnue. Cette forme d’expression qui mêle projection dans le futur et vision critique d’une société révèle les enjeux majeurs des époques qu’elle a traversées. Explorer ses caractéristiques visuelles sur un siècle, de 1840 à la Seconde Guerre mondiale, permet d’observer les lignes de forces d’un imaginaire central dans la littérature et les arts. L’imaginaire dystopique ne touche pas seulement à l’iconographie. Il concerne aussi les ressources textuelles de la description, la circulation transmédiatique des fictions et la définition même d’un univers souvent improprement qualifié par les étiquettes de fantastique et de science-fiction.

Ce volume collectif abondamment illustré offre un aperçu chronologique empruntant ses approches à l’analyse de texte, à l’étude de l’image fixe ou animée, à la sociologie des auteurs et de l’édition, ainsi qu’à l’histoire des représentations. Il se centre sur les aires d’expression française, qui ont leurs propres spécificités, distinctes des réalisations anglo-saxonnes. Envisageant tant les œuvres paralittéraires que celles d’avant-garde, il met à l’honneur une production foisonnante, encore peu étudiée : de Souvestre à Bartosch, sans oublier Henriot et Robida, de l’eschatologie biblique à la poétique des ruines de la ville moderne, en passant par l’archéologie rétrofuturiste et l’imaginaire des fourmis.

Colloque – « Texte et discours en confrontation dans l’espace européen »

Texte et discours en confrontation dans l’espace européen.

Pour un renouvellement épistémologique et heuristique

Metz, 15-18 septembre 2015

Colloque organisé par le réseau DITECO

http://textediscourseuropeens.event.univ-lorraine.fr/cremtexte_accueil_fr.php

Programme Flyer 1 Programme Flyer 2

Comité d’organisation du Crem
Driss Ablali, Guy Achard-Bayle
Ayman Alsmadi, Mériam Azizi-Zyserman
Aurora Fragonara, Mc Haendel Ismael
Bilhaj Hussain, Mohamed Kara
Hadria Khelifi, Sara Mortaji
Justine Simon, Qahraman Sulaiman Ahmed
Brigitte Wiederspiel, Jing Xiang, Fatemeh Zamanpira

Call for Proposals – « Oxford History of Popular Print Culture. Vol.8 :Canada and Caribbean »

Dear Colleagues,

 

Please find below

a call for proposals for Popular Print Culture in Canada and the Caribbean (ed. Gary Kelly and David Buchanan).

 

This is volume 8 of The Oxford History of Popular Print Culture (11 volumes, ed. Gary Kelly).

 

Please post this call for proposals to your association website and circulate widely via listserv, newsletter, email, etc.

 

Your help is much appreciated.

 

Best regards,

 

David Buchanan, Ph.D.

Postdoctoral Fellow, Department of English & Film Studies

University of Alberta, Humanities Centre 4-74

Edmonton, AB, Canada  T6G 2R3

Email: djbuchan@ualberta.ca | Website: djbuchanan.ca

 

 

Call for Proposals

 

The Oxford History of Popular Print Culture (11 volumes)

Edited by Gary Kelly

 

Volume 8: Popular Print Culture in Canada and the Caribbean

Edited by Gary Kelly and David Buchanan

 

The Oxford History of Popular Print Culture is an eleven-volume series devoted to the exploration of popular print culture from the beginning of the sixteenth century to the present. The key questions are: What did most people read? Where did they get it? Where did it come from? What were its uses in its readers’ lives? How was it produced and distributed? What were its relations to the wider world of print culture? How did it develop over time? Two volumes are published (Volume 1: Cheap Print in Britain and Ireland to 1660; Volume 6: US Pop Print Culture 1860-1920) and several others are in progress. The General Editor of the series is Gary Kelly at the University of Alberta.

 

Volume 8: Popular Print Culture in Canada and the Caribbean will explore the production and reception of popular print materials from the seventeenth century to the present in Canada and the Caribbean. The aim is to provide a complete re-evaluation of the history of Canadian and Caribbean literature from the perspective of readers. This requires setting forth a clear and expansive picture of what most people actually read, how they did/do so, in what circumstances, and to what purposes. The volume as a whole will redefine popular print culture in Canadian, Caribbean, and related contexts through the recovery and analysis of neglected forms and authors, material conditions and networks, social relationships and practices.

 

Although open to a wide range of approaches, we are especially interested in essays that embrace historical-material methodologies such as book history and ethnomethodology. We welcome proposals by emerging and senior scholars from a wide range of disciplines. These may include book history and new media, literary and cultural studies, social history and Canadian studies, study of the Americas and Caribbean studies. We encourage work that emphasizes breadth of coverage (i.e. introductory or survey essays) or in-depth enquiry (i.e. case studies). Interdisciplinary and comparative approaches to address aspects of popular print culture that require renewed attention or have hitherto remained largely untouched are also encouraged. All essays must be written in accessible jargon-free English. But we look forward to submissions that deal with popular print and reading originally in other languages.

 

Areas of interest include but are not limited to:

  • early reading practices;
  • print history, literacy, and popular reading;
  • religious literature: bibles, tracts, pamphlets, magazines, poetry, novels;
  • print and the theatre;
  • print for young readers: authors, works, themes, publishers, places;
  • downmarket periodicals: newspapers and magazines, mixed format, international content, serialization, popular fiction and poetry;
  • books of all kinds: almanacs, school books, cook books, gift books, guide books, self-help books;
  • genre fiction: novels: romance, science fiction, fantasy, chick lit;
  • text and image: the illustrated press, comics, graphic novels, posters, postcards, bookmarks;
  • radical and social problem literature: novels, magazines, pamphlets, newspapers; labour, suffrage, temperance, Christian, socialism;
  • non-fiction/reference: encyclopaedias, dictionaries, magazines, creative;
  • specific works, periodicals, imprints/brands;
  • Canadian/Caribbean authors;
  • international authors read in Canada/Caribbean;
  • transnational networks: the importation of print, international authorship, transnational publishing, syndication;
  • Canadian/Caribbean and international copyright legislation;
  • local reading of foreign literature: in translation, in the original language;
  • the socialization of reading: canonization, reading in school, at church, in the home;
  • contemporary print and reading in cities;
  • public libraries: content and use, historical analysis of borrowers’ records, contemporary purchasing and programs;
  • community reading practices: national, linguistic, cultural, regional, institutional;
  • history of reading practices;
  • communication circuits: writing, editing, printing, publishing, marketing, distribution, selling, buying, borrowing, giving;
  • large-scale publishing;
  • writing for stage, radio, television, and film;
  • erotica: magazines, novels;
  • recognition: bestseller lists, literary prizes;
  • radio, literature, and reading;
  • distribution/sellers: chain stores, second-hand shops, supermarkets, drugstores;
  • online publishing, selling, and purchasing;
  • festivals: of books, reading, genre fiction, poetry;
  • reading in everyday life: on the bus, in bed, on vacation, at Christmas, when no one is looking;
  • things otherwise difficult to categorize.

 

Please submit an essay abstract of 300-500 words and a CV of no more than two pages to Gary Kelly (gkelly@ualberta.ca) and David Buchanan (djbuchan@ualberta.ca) by 1 August 2015.

 

The Oxford History of Popular Print Culture est une série de onze volumes dévoués à l’exploration de la culture de l’imprimé du début du seizième siècle jusqu’à nos jours. Les questions fondamentales couvertes par nos recherches sont les suivantes : Qu’a lu la population? Où s’approvisionnait-elle pour ses lectures? D’où provenaient celles-ci? Quels rôles jouaient ces lectures dans leur vie? Comment les imprimés étaient-ils produits et distribués ? Comment se positionnaient ces derniers dans la culture globale de l’imprimé? Comment s’est développée la culture de l’imprimé avec le temps? Deux volumes sont déjà publiés (Volume 1 : Cheap Print in Britain and Ireland to 1660; Volume 6 : US Pop Print Culture 1860-1920) et plusieurs autres sont en progrès. L’éditeur général de la série est Dr Gary Kelly, de l’Université de l’Alberta.​

 

Le huitième volume, Popular Print Culture in Canada and the Caribbean, explorera la production et la réception d’imprimés populaires au pays du dix-septième siècle jusqu’à aujourd’hui. Notre but est de produire une réévaluation complète de l’histoire de la littérature canadienne et des Caraïbes du point de vue du lecteur. Cela requerra une démonstration claire et abondamment documentée de ce que la population lisait, comment elle lisait et lit toujours, dans quelles circonstances et pour quels buts. En tout, le volume offrira une redéfinition de la culture de l’imprimé populaire au Canada, dans les Caraïbes, et dans des contextes connexes par la redécouverte ainsi que par l’analyse d’écrivains et de formes d’écriture négligés, des conditions matérielles, et des relations et convenances sociales.

Bien qu’ouverts à un large éventail d’approches, nous souhaitons particulièrement recevoir des essais dont la méthodologie repose sur du matériel historique, comme l’histoire des livres, ou l’ethnométhodologie. Les auteurs / chercheurs émergents ou d’expérience, de tous les champs de pratique, peuvent soumettre des propositions. Elles peuvent consister d’essais provenant des domaines de l’histoire du livre et des nouveaux médias, des études littéraires et culturelles, de l’histoire sociale et des études canadiennes, ou étude des Ameriques et des Caraïbes études. Les propositions attendues peuvent couvrir un large horizon (c.-à-d. essai d’initiation, analyse générale) ou être des études approfondies de cas spécifiques. Nous encourageons également la présentation d’études interdisciplinaires et comparatives qui abordent des aspects de la culture de l’imprimé qui sont jusqu’à maintenant demeurés négligés ou qui méritent une attention renouvelée. Les essais peuvent traiter de la culture de l’imprimé populaire, au Canada et dans les Caraïbes, de toutes les langues, mais ils devront tous être écrits dans un anglais accessible et sans jargon.

 

Sans s’y limiter, nos champs d’intérêt incluent :

  • les habitudes de lecture à l’époque de la colonisation;
  • l’histoire du texte imprimé, de l’alphabétisation et des œuvres populaires;
  • la littérature religieuse : bibles, tracts, brochures, périodiques, poésie, romans;
  • l’imprimé et le théâtre;
  • l’imprimé pour les jeunes lecteurs : les auteurs, leurs travaux, les thèmes, les éditeurs, et leurs places;
  • les périodiques bas de gamme : journaux et magazines, format mixte, le contenu international, les ouvrages en série, les œuvres populaires de fiction et de poésie;
  • les livres de tous les genres : almanachs, manuels scolaires, livres de cuisine, livres à offrir, guides, précis;
  • les livres de fiction, romans : science-fiction, fantaisie, romance;
  • le texte et l’image : la presse illustrée, les bandes dessinées, le roman graphique, les affiches, les cartes postales, les signets;
  • la littérature relative aux problèmes de la société et à ses réformes : les moyens de diffusion (romans, périodiques, brochures, journaux) et les sujets (le travail, le suffrage, la tempérance, le christianisme, le socialisme);
  • les ouvrages de référence : les encyclopédies, les dictionnaires, les périodiques, les œuvres créatives;
  • les œuvres spécifiques, périodiques ou de marque;
  • les écrivains canadiens / caribéens;
  • les écrivains internationaux lus au Canada/ Caribéen;
  • les réseaux transnationaux : l’importation des imprimés, la reconnaissance internationale de la paternité de l’œuvre, les éditions transnationales, les syndicats de distribution;
  • les législations canadienne et internationale des droits d’auteurs;
  • la lecture de littérature étrangère : traduite ou dans la langue originale;
  • la socialisation de la lecture : la canonisation, la lecture à l’école, à l’église, et à la maison;
  • la culture de l’imprimé contemporain et la lecture en milieu urbain;
  • les bibliothèques publiques : les collections et leur utilisation, l’analyse historique des registres des emprunts, les programmes et les pratiques contemporaines d’achats;
  • les pratiques de lecture de la communauté : nationales, linguistiques, culturelles, régionales, institutionnelles;
  • l’histoire des habitudes de lecture;
  • le circuit de communication : l’écriture, l’édition, l’impression, la publication, le marketing, la distribution, les ventes et les achats, l’emprunt et le don;
  • les grandes maisons d’édition;
  • l’écriture pour le théâtre, pour la radio, pour la télévision et pour les films;
  • la littérature érotique : les magazines et les romans;
  • la reconnaissance : les listes des meilleurs vendeurs et les prix littéraires;
  • le radio, la littérature et la lecture;
  • la distribution et la vente : franchisés, bouquinistes, supermarchés, pharmacies;
  • la publication en ligne, les ventes et les achats en ligne;
  • les festivals du livre : salon du livre, lectures publiques, soirée de la poésie;
  • la lecture dans la vie quotidienne : en autobus, au lit, en vacances, à Noël, dans votre intimité;
  • tout autre sujet difficile à classer.

 

Faites nous parvenir, avant le 1 août 2015, un résumé de 300 à 500 mots de votre proposition d’essai, ainsi qu’un curriculum vitae de moins de deux pages. Adressez le tout à Dr Gary Kelly (gkelly@ualberta.ca) et Dr David Buchanan (djbuchan@ualberta.ca).