Archives mensuelles : septembre 2015

Parution – Pascale Casanova, « La langue mondiale – Traduction et domination »

La langue mondiale – Traduction et domination
Pascale Casanova

Date de parution : 15/10/2015 Editeur : Seuil Collection : liber ISBN : 978-2-02-128060-9 EAN : 9782021280609.

 

Parmi les milliers de langues qui existent ou ont existé, il semble qu’il y en ait toujours eu une qui ait été plus « prestigieuse » que ses contemporaines. Le latin fut en ce sens une langue dominante jusqu’au XVIIIe siècle, le français en devint une à son tour jusqu’au XXe siècle et l’anglais a incontestablement acquis le statut de langue mondiale depuis lors. L’exemple antique du bilinguisme latin/grec des Romains cultivés montre que la langue mondialement dominante n’est pas nécessairement la langue du pays le plus puissant économiquement ou militairement (comme la situation contemporaine tendrait à le faire croire), mais que la domination linguistique repose sur des processus spécifiques que cet ouvrage ambitionne de mettre au jour.

Le bilinguisme (l’usage alterné de deux langues par un même locuteur), la diglossie (la présence au sein d’une même communauté de deux langues remplissant des fonctions communicatives complémentaires) et, dans le champ littéraire international, les traductions d’ouvrages sont de précieux indicateurs des formes de hiérarchisation sociale des langues entre elles.

Le français, à travers ses transformations, les formes de domination qu’il a exercées, l’évolution de son statut, les commentaires que son rôle et sa place ont occasionnés, est un cas historique exemplaire qui permet de comprendre les mécanismes de la domination linguistique.

 

Pascale Casanova enseigne la littérature à Duke University. Elle est l’auteur au Seuil de Beckett l’abstracteur. Anatomie d’une révolution littéraire (1997), de La République mondiale des lettres (rééd. « Points », 2008), qui a été traduit dans une douzaine de langues, et de Kafka en colère (2011).

Appel à communication – « Les lieux de sociabilités littéraires et artistiques »

APPEL À COMMUNICATIONS (format PDF en pièce jointe)

Appel COnTEXTES Lieux

Les lieux de sociabilités littéraires et artistiques (XVIIIe-XXIe siècles)

Septièmes journées d’étude du groupe COnTEXTES (Bruxelles, 12-14 mai 2016)

Du salon de la rue Notre-Dame des Champs où Hugo a rassemblé les lieutenants qui le soutiendraient lors de la bataille d’Hernani jusqu’aux cafés où se rassemblaient les Surréalistes avant que Breton ne mette le holà sur leur consommation de boisson (Vrydaghs, 2009), en passant par la bibliothèque de l’Arsenal où Nodier ouvre le Cénacle et telle librairie de province où tel auteur est invité à faire la promotion de son ouvrage, les lieux de sociabilité littéraires sont aussi nombreux que diversifiés. Leur histoire reste toutefois à faire. En France, par exemple, si dès le XVIIe siècle, des salons littéraires se sont développés dans l’ombre de la cour, l’époque romantique a vu augmenter le nombre de ces espaces de réunion avec l’autonomisation de l’écrivain par rapport au pouvoir royal et l’avènement d’un marché libre des valeurs littéraires (Glinoer, Laisney, 2013 : 25, 26). Il faudrait déterminer comment cette multiplication des lieux de sociabilité entre cafés-concerts, clubs, cercles, music-halls, etc. a perduré ou non jusqu’à nos jours et comment ont évolué leurs modalités.

Les formes de sociabilité artistique et littéraire ont fait l’objet d’études, principalement sous l’angle historique et sociologique. Ces recherches se concentrent essentiellement sur les pratiques et les acteurs de ces regroupements mais elles ne prennent guère en compte l’espace et le lieu même au sein desquels se déroulent les échanges. L’émergence récente de perspectives issues de la « géographie littéraire » amène à interroger la dimension spatiale des pratiques littéraires (voir notamment Collot, 2014). Le territoire au sens large, la ville et les milieux ruraux, sont autant de sujets déjà abordés sur le plan des représentations, mais le lieu, entendu en son sens restreint, lorsqu’il assume une fonction au sein des sociabilités artistiques et/ou littéraires, est rarement analysé en tant que tel. Or ces sociabilités, tant dans l’étendue des réseaux qu’elles mobilisent que dans leurs modalités d’échanges, sont intimement déterminées par les lieux dans lesquels elles prennent place.

Jusqu’à présent, les études en sociologie littéraire n’ont pas pleinement pris la mesure de cette dimension spatiale. Ces journées d’étude s’appuient sur l’hypothèse que la localisation et le type de lieu participent des modes de fonctionnement des champs littéraire et artistique. La permanence d’un lieu peut ainsi pérenniser l’existence d’un groupe – on sait par exemple l’importance du café de Flore pour les écrivains existentialistes comme lieu emblématique de leurs rencontres. De même, l’accès à un lieu peut constituer l’étape déterminante d’une entrée dans le champ : la formule du Chat noir où chacun est invité librement à prendre la parole devant un public d’amateurs a pu servir de tremplin à de jeunes aspirants écrivains. Dans ses fonctions et sa configuration mêmes, le lieu peut rencontrer de manière permanente ou provisoire les besoins d’un ensemble d’agents. Le caractère privé du cénacle, dans son confinement, peut ainsi rencontrer la volonté de discrétion mystérieuse d’un collectif en formation (Glinoer, Laisney, 2013). Le type d’activités tenues en un lieu, qui se détache souvent du cadre strict de la pratique littéraire ou artistique, influence les formes de sociabilités qui peuvent s’y tenir (voir les interactions entre pratiques littéraires et culturelles avec les activités d’un cercle d’escrime bruxellois de la fin de siècle comme Arte et Marte : Aron, 2013). Le lieu peut enfin endosser une fonction mythifiante. Il est pourvoyeur d’une connotation, d’une valeur symbolique. Cette dernière peut préexister à l’établissement d’une sociabilité en son sein, de même qu’à l’inverse la fréquentation d’un lieu par des artistes ou des écrivains servira de prétexte à la construction de sa légende. Songeons à la pension bretonne Le Gloanec à Pont-Aven, qui servit de nid à l’éclosion de sociabilités picturales et littéraires notamment autour de Paul Gauguin, ou à Médan, lieu emblématique du lien entre Zola et ses disciples naturalistes (Pagès, 2015).

La question du lieu de sociabilité trouve toute sa pertinence si on la considère dans sa pluralité. Il importe d’étudier la fréquentation concommitante et successive des lieux par un ou plusieurs agents en évaluant les relations de concurrence, de complémentarité ou de hiérarchie entre ces lieux. Ces septièmes journées d’étude du groupe COnTEXTES aborderont donc une réflexion sur les dimensions spatiales des sociabilités littéraires et artistiques du xviiie siècle jusqu’à nos jours, qui sera articulée selon quatre axes :

1° Géographies

La localisation d’un lieu de sociabilité se trouve à l’intersection de déterminations qui ne relèvent pas du seul champ littéraire (répartition sociale, travaux de rénovation urbaine, etc.), mais qui informent les dynamiques à l’œuvre au sein de celui-ci. Il s’inscrit dans un espace socialement structuré, particulièrement au sein des villes. Le pouvoir étatique, le champ économique et les flux de circulation divisent le territoire en quartiers et l’organisent en une série de lieux emblématiques. L’emplacement d’un lieu de sociabilité est donc signifiant selon qu’il se situe dans un quartier financier ou industriel ou à proximité d’une institution académique ou culturelle, une école artistique, une gare, une maison d’édition ou encore tout simplement du lieu d’habitation des artistes. À cette structure matérielle et objectivable des espaces se superpose un ensemble symbolique de représentations collectives. Ces représentations et la symbolique littéraire ou artistique des espaces vont éventuellement répliquer leurs oppositions sur une structure spatiale ou géographique qui ont une influence dans l’élection d’un lieu (Charle, 1977 ; Sapiro, 2001). Ces réflexions ne doivent pas se restreindre aux réalités urbaines, elles pourront aussi être menées en ce qui concerne les lieux situés dans les espaces ruraux.

Il importe in fine de dresser une géographie étendue. Des écrivains fréquentent plusieurs lieux de sociabilité à un même moment ou évoluent d’un lieu à un autre de manière successive au cours de leur carrière. On décrira les relations établies entre ces différents lieux dans la synchronie et la diachronie, en ce qu’elles peuvent notamment éclairer l’émergence et la trajectoire d’un écrivain ou d’un mouvement.

2° Typologies

Un examen sommaire montre rapidement que les lieux de sociabilités littéraires et artistiques ne se limitent pas aux seuls cafés, salons ou autres locaux de rédaction de revue. Le présent appel propose d’en renouveler et d’en préciser la typologie. On citera en vrac les cinémas, les maisons d’édition, les rédactions de revues, les librairies, les académies, les écoles artistiques, les maisons ou appartements privés, les pensions, les hôtels, les parcs, les universités, les foires et salons du livre, … La typologie de ces lieux doit se penser conjointement aux pratiques qui peuvent y être liées et aux besoins que les artistes peuvent rencontrer. L’existence aussi bien que l’absence de critères pragmatiques dans l’élection d’un lieu (telle la nécessité d’échapper à des appartements exigus) constituent autant d’indices factuels, parfois occultés, qui demandent à être confrontés aux discours et aux images légendaires fabriqués autour de ce lieu. L’aspect morphologique de ces espaces sera également envisagé : l’architecture, la décoration, la configuration spatiale sont-elles en lien avec l’esthétique des collectifs qui s’y rassemblent ? peuvent-elles se penser avec leur position dans le champ et au sein des hiérarchies sociales ? Entre la bohème « exclue » et les écrivains mondains, la plupart des cénacliers du XIXe siècle choisirent par exemple un lieu privé et bourgeois correspondant à leur statut (Glinoer, Laisney, 2013 : 252).

La relation entre un lieu et les sociabilités qu’il accueille doit ici être évaluée. Si une adresse spécifique peut être attachée à un mouvement ou un groupe (comme « La Fleur en papier doré » pour les Surréalistes à Bruxelles), le même endroit peut rassembler, parfois au même moment, différents collectifs, qui peuvent être concurrents. Le lieu, en tant que tel, participe-t-il à l’établissement de semblables différenciations ? Une typologie des lieux devra aussi mettre en évidence les formes sociabilitaires qu’ils rendent possibles. Une perspective genrée pourra montrer comment sont choisis des lieux de sociabilités féminins. De même, on interrogera la spécificité induite par un lieu dans des sociabilités militantes. Les contributions transversales ou définitoires seront particulièrement privilégiées dans cette perspective.

3° Fictions et représentations

Une perspective géocritique (Westphal, 2000) doit envisager le lieu de sociabilité littéraire comme reposant en partie sur un ensemble de représentations textuelles et/ou graphiques.

La mythographie qui permet à ce type de lieux d’accéder à la légende – on pense entre autres à l’aura qui entoure le café littéraire parisien (Laisney, 2010) – devra notamment être questionnée : qui fait le lieu ? qui le rend célèbre ? qui l’institue ? par quels biais et de quelle façon ? On s’interrogera enfin sur les conséquences de cette mythographie du lieu sur la cohésion et la périnisation de collectifs littéraires et artistiques.

Un élément de représentation lié à ces lieux (la salle de l’hôtel des étrangers dans laquelle se rassemblent les Zutistes est par exemple qualifiée de « turne » et de « taudis sombre » recouverte de « tapis infects » par les membres de l’assemblée) ou à des ambiances (du « style de vie bon enfant » d’un café « à l’atmosphère réservée et exclusive des salons », Bourdieu 1998 : 126-127) peut être instrumentalisé pour susciter l’adhésion ou le rejet vis-à-vis d’une esthétique ou d’une « conduite de vie » (Weber) d’un collectif (Saint-Amand, Vrydaghs, 2008 ; Vrydaghs, 2009). Il peut également constituer un élément de la posture qu’un groupe ou un individu souhaite adopter ou reproduire ou dont ils cherchent à se distinguer.

4° Géopoétique

Les déterminations qu’implique un lieu de sociabilité sur la création littéraire doivent encore être étudiées. On s’interrogera sur les pratiques de création qui peuvent se dérouler en un lieu de sociabilité donné. Le cas échéant, ces pratiques sont-elles déterminées par le cadre spatial lui-même au point de vue formel, générique ou thématique ? L’hypothèse des « petites formes » (sketches, lectures de poèmes, chansons, pantomimes) a déjà été évoquée dans le contexte des cabarets viennois, mais guère analysée (Segel, 1993 : 29-31). La question de l’adaptation des formes littéraires et artistiques au lieu se pose notamment dans le cas du théâtre d’ombres et des cabarets ou café-concerts, tel que celui du Chat Noir.

L’existence déjà connue de pratiques créatives collectives invite à prendre en compte dans leur interprétation le lieu même où elles ont été produites. Peut-on envisager une dimension spatiale dans la génétique du « cadavre exquis » surréaliste ? Les œuvres connues pour leur référence ludique à la sociabilité littéraire, comme le « Salut » de Stéphane Mallarmé, peuvent-elles être remises en perspetive par la prise en compte des dispositions mêmes du lieu où l’œuvre se met en scène ?

Ces journées viseront à dépasser le récit anecdotique de lieux, afin d’étudier leurs effets, du point de vue de leur matérialité concrète et de leur localisation, sur les sociabilités et les pratiques elles-mêmes. Les questions épistémologiques et les études de cas développant une perspective théorique seront donc privilégiées.

Le colloque aura lieu à Bruxelles les 12, 13 et 14 mai 2016. Les propositions de communication (environ 500 mots) sont à envoyer avant le 1er décembre 2015 à :

Après évaluation par le comité scientifique du groupe COnTEXTES, un avis sera communiqué aux auteurs en janvier 2016.

 

Bibliographie sélective

Aron (Paul), « Petite contribution à l’étude d’un art de vivre : Edmond Picard et le cercle d’escrime Arte et Marte », dans Jane Block, Claude Sorgeloos (dir.), Homage to Adrienne Fontainas. Passionate Pilgrim for the Arts, New York/Bern/Berlin/Bruxelles/Frankfurt am Main/Oxford/Wien, Peter Lang, 2013.

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire [1992], Paris, Seuil, « Points », 1998.

Charle (Christophe), « Situation spatiale et position sociale », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 13, février 1977, p. 45-59.

Collot (Michel), « Vers une géographie littéraire », Fabula-LHT, Dossier, 16 mai 2011 [En ligne], URL : http://www.fabula.org/lht/8/index.php?id=242.

Collot (Michel), Pour une géographie littéraire, Paris, Corti, 2014.

Fäcker (Julie), « Lieux d’écrivains. Le café dans la construction posturale des Jeunes Belgique », Textyles, n° 47, Bruxelles, une géographie littéraire, dirigé par P. Aron et L. Brogniez, 2015 (à paraître).

Fugier (Anne), Les Salons de la IIIe République. Arts, littérature, politique, Paris, Perrin, 2003.

Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’Âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2013.

Laisney (Vincent), « Cénacles et cafés littéraires : deux sociabilités antagonistes », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 110, 2010/3, p. 563-588.

Lemaire (Gérard-Georges), Les Cafés littéraires. Vies, morts et miracles, Paris, La Différence, 1997.

Lepage (Auguste), Les cafés artistiques et littéraires de Paris, Paris, Boursin, 1882.

Lilti (Antoine), Le Monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

Pagès (Alain), Zola et le groupe de Médan, Paris, Perrin, 2015.

Parvulesco (Constantin), Cafés littéraires de France et d’Europe, Boulogne-Billancourt, Du May, 2007.

Racine (Nicole) et Trebitsch (Michel) (dir.), Cahiers de l’institut d’histoire du temps présent, « Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux », n° 20, mars 1992.

Saint-Amand (Denis), Vrydaghs (David), « La biographie dans l’étude des groupes littéraires », COnTEXTES [En ligne], La question biographique en littérature. Histoire, méthodologies, fictions, édité par le groupe COnTEXTES, n°3, 2008, URL : http://contextes.revues.org/2302.

Sapiro (Gisèle), « De l’usage des catégories de « droite » et de « gauche » dans le champ littéraire », Sociétés et représentations, n° 11, p. 19-53.

Segel (Harold B.), The Viennese Coffeehouse Wits, 1890-1938, West Lafayette, Purdue University Press, 1993.

Vrydaghs (David), « Des cafés aux dancings », COnTEXTES [En ligne], Qui a lu boira, édité par Geneviève Boucher et Pascal Brissette, n°6, septembre 2009. URL : http://contextes.revues.org/4412.

Westphal (Bertrand), « Pour une approche géocritique des textes », dans La Géocritique mode d’emploi, Limoges, PULIM, coll. « Espaces Humains », n° 0, 2000, p. 9-40.

__________________________

 

Le comité de rédaction de COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature vous invite également à (re)découvrir les différentes rubriques de la revue et à nous soumettre vos propositions de publication.

 

* Le répertoire des thèses en sociologie de la littérature et en sociocritique comprend des thèses de doctorat en cours ou soutenues après janvier 2006 qui adoptent, pour une part ou dans leur totalité, une approche sociologique du fait littéraire, sans autre exclusive quant aux méthodes, toutes époques et toutes littératures confondues. Pour intégrer ou modifier une référence, veuillez écrire à Julie Fäcker.

 

* La rubrique des notes de lecture est consacrée à des parutions récentes en sociologie de la littérature. Afin de rédiger une note de lecture, veuillez suivre les instructions sous l’onglet « Soumettre une note de lecture » et consulter notre liste de suggestions. Pour toute demande à cet égard, merci de vous adresser à Christophe Bertiau et Florence Huybrechts.

 

* La revue contient une rubrique varia ouverte à des articles adoptant une approche sociale du littéraire et accueille également des dossiers thématiques. Les informations pour la soumission de dossiers ou de varia peuvent être obtenues en consultant le « Protocole rédactionnel ». Les propositions doivent être adressées à Clément DessyDenis Saint-Amand et Valérie Stiénon.

 

COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature rassemble des chercheurs adoptant une approche sociale du littéraire, toutes époques et toutes littératures confondues. Bien plus qu’un découpage d’objets communs, c’est donc davantage une convergence de regards qui fonde la cohérence de COnTEXTES, dont la démarche consiste à reconnaître l’inscription sociale des pratiques littéraires, par opposition à une conception sacralisée de la littérature et à une lecture immanentiste des textes.

 

 

Clément Dessy
Chargé de recherches F.R.S.-FNRS
Maître d’enseignement à l’ULB

T : +32 (0)2 650 43 50
cdessy@ulb.ac.be

 

Appel à contribution – « Différence et distinction »

Appel à contribution au 10e congrès des francoromanistes

LIAISONS FRONTALIÈRES

Du 28 septembre au 1 octobre 2016
À l’Université de la Sarre, Sarrebruck

Cfp Difference et distinction_FRT_2016

Atelier 3

LA FRANCOPHONIE SANS FRONTIÈRES? DIFFÉRENCE ET DISTINCTION DANS LE CHAMP
LITTÉRAIRE TRANSNATIONAL DES LITTÉRATURES DE LANGUE FRANÇAISE

Rassemblée sous la désignation à la fois culturelle et politique de
« francophonie » se trouvent des littératures si hétérogènes
qu’elles n’ont guère plus en commun que le recours à la langue
française. La notion de francophonie suggère en effet une affinité de
nature linguistique, où la complexité historique, politique, sociale et
culturelle prédomine. La sociologie de la littérature permet en revanche
de confronter ces littératures francophones avec leurs déterminations
matérielles et de montrer leurs conditions d’élaboration. Voilà
pourquoi dans cet atelier, nous nous proposons d’examiner les processus
de production, de commercialisation et de réception des littératures
francophones depuis la sociologie de la littérature. Pour dépasser le
référentiel uniquement national, nous retenons le questionnement
postcolonial et matérialiste de la théorie du champ littéraire de
Bourdieu, ce qui nous permet de considérer l’insertion des littératures
francophones dans un marché littéraire globalisé obéissant à l’ordre
néolibéral. Si Paris y préserve certes sa position centrale par rapport
aux régions francophones, sa position de pouvoir y est toutefois largement
contestée.
L’étude des frontières et des différentes lignes de conflit se
révèle d’autant plus importante que le principe littéraire de la
distinction est un facteur décisif dans l’organisation hiérarchique des
valeurs littéraires. Par conséquent nous nous interrogerons dans cette
section sur la manière dont l’espace littéraire francophone est
structuré par de multiples frontières politiques, métaphoriques et
socialement construites : pourquoi, les littératures extra-européennes
de langue française et les textes d’auteur(e)s francophones de la
migration en Europe sont-ils perçus d’emblée comme transnationaux alors
que la perception de la littérature française reste, elle, attachée à
un référentiel national ? Nous nous interrogerons sur les différentes
politiques frontalières à l’œuvre dans le domaine des littératures
francophones, notamment en ce qui concerne l’accès au champ, à la
reconnaissance et à la consécration littéraire. Ce faisant, nous
examinerons comment les catégories de « race » et de genre, la classe
sociale ou encore la religion interagissent de manière intersectionnelle
en produisant les effets de frontières flexibles dans le champ littéraire
transnational. Elles produisent les différences en vigueur pour la
distribution du capital symbolique dans le champ littéraire tout en
faisant l’objet des négociations des auteur(e)s et des différents
acteurs impliqué(e)s dans l’espace littéraire et médiatique.
Des propositions de réflexion théorique seront tout autant les bienvenues
que des analyses de cas.

Les propositions de contribution d’environ 300 mots ainsi qu’une courte
bio-bibliographie, précisant la fonction et le rattachement institutionnel
actuels devront parvenir par courriel aux responsables de l’atelier avant
le 31 décembre 2015 (susanne.gehrmann@rz.hu-berlin.de /
burnautzki@phil.uni-mannheim.de). Les frais de déplacement et de logement
sont à la charge des participant(e)s.

Dr. Sarah Burnautzki
Universität Mannheim
Abteilung Literatur- & Medienwissenschaft
L 15, 1-6 / Zi. A 118
D-68131 Mannheim
Tel.: (+49 621) 181-2369
E-Mail: burnautzki@phil.uni-mannheim.de

Parution – « Bourdieu et les sciences sociales »

Cher.e.s collègues,

Nous sommes heureux de vous annoncer la publication de Bourdieu et les sciences sociales. Réception et usages, paru il y quelques jours aux éditions La Dispute.
Vous trouverez en pièce jointe une présentation de l’ouvrage.

Nous nous tenons à votre disposition pour le présenter davantage.
Bien cordialement,
Catherine Leclercq, Wenceslas Lizé et Hélène Stevens

Colloque – « Déplacement et public(s) »

Colloque international et interdisciplinaire

Déplacement et public(s)

14-16 octobre 2015

Institut européen de cinéma et d’audiovisuel
10 rue Michel Ney, Nancy, Amphi Max Ophuls, 1er étage

Le déplacement d’individus, de groupes et/ou de communautés peut se définir très largement comme le passage de différents espaces (géographiques, culturels…) et états (psychologiques, intellectuels, etc.) à d’autres. Il revêt des aspects divers comme les déportations, le bannissement, les exclusions, les exils, l’exode, l’expatriation contrainte ou volontaire, ou d’autres formes de départ (par exemple, voyages périodiques, réguliers ou ponctuels, immigrations) qui engendrent des perceptions et des représentations aux aspects multiformes quels que soient les individus, les périodes et les sociétés. Ces perceptions et représentations impliquent presque toujours et de manière variée toutes sortes de publics (lecteurs, auditeurs, témoins, victimes témoins, etc.) qui peuvent avoir plusieurs positions « en même temps » (par exemple victime-témoin) ou non. Responsables scientifiques

Laurence Denooz et Sylvie Thiéblemont-Dollet


Programme en PJ

crem@univ-lorraine.fr

 Déplacement et public(s)

Appel à communications – « Rassemblements : les communautés du livre et de l’imprimé »

APPEL À COMMUNICATIONS

Rassemblements : les communautés du livre et de l’imprimé

Rencontre annuelle de la Société bibliographique du Canada

Congrès des sciences humaines

Université de Calgary

30-31 mai 2016

 

Pour sa rencontre annuelle prévue en mai 2016, la Société bibliographique du Canada (SbC) invite les chercheurs et les chercheuses à changer de perspective d’analyse et à délaisser quelque peu les études nationales et transnationales en histoire du livre et de l’imprimé pour se pencher davantage sur les microcosmes communautaires et régionaux. La SbC sollicite des propositions de communication centrées sur les communautés de lecteurs, d’auteurs, d’éditeurs – bref, sur le livre et l’imprimé. Plusieurs pistes de réflexion pourront être envisagées :

  • Les imprimeurs et les éditeurs régionaux
  • Les librairies indépendantes et spécialisées : leurs histoires et leurs publics
  • La presse régionale et locale : journaux, bulletins, périodiques, almanachs
  • Les publications imprimées et numériques des mouvements liés à la contre-culture et au militantisme
  • Le rôle joué par un auteur ou un illustrateur au sein de sa communauté ou de sa région
  • Les bibliothèques publiques rurales et urbaines et leurs publics
  • Les micro-histoires de la lecture
  • L’édition indépendante au Canada
  • Les clubs de lecture et de lecteurs locaux, régionaux et nationaux
  • Les publications artisanales et les ‘zines
  • Les salons et les festivals du livre
  • La communauté bibliographique canadienne – son passé, son présent et son avenir

Les personnes intéressées doivent soumettre un projet de présentation lié au thème général du colloque ne dépassant pas une page et une notice bio-bibliographique (nom complet, statut professionnel [professeur, bibliothécaire, doctorant, etc.], affiliation), puis adresser le tout à : proposals@bsc-sbc.ca

Ceux et celles qui seront invités à présenter une communication devront obligatoirement s’inscrire au congrès de la SbC.

Date limite : vendredi 15 janvier 2016

Veuillez noter que la Société bibliographique du Canada participera à plusieurs séances conjointes lors du Congrès des humanités en 2016. D’autres appels à communications présentant des échéances plus hâtives seront diffusés séparément.

CALL FOR PAPERS

Gatherings: Communities of Print and the Book

Annual Meeting of the Bibliographical Society of Canada

Congress of the Humanities and Social Sciences

University of Calgary

30-31 May 2016

 

In May 2016, the Bibliographical Society of Canada invites scholars to shift their perspective from the national and global scale and to consider the printed word, the book, and texts on the micro-scale of the community. In tandem with the general Congress theme of “Energizing Communities,” the BSC-SbC will showcase papers by scholars examining communities of readers, communities of writers, communities of the book and of print. Organizers invite paper proposals linked to the following topics or any area broadly related to the conference theme.

  • Local and regional printers and publishers and their networks
  • Specialty and independent bookstores: their history and the communities they serve
  • The local and regional press: newspapers, newsletters, periodicals, almanacs
  • Print and online publications and ephemera of counter-culture, grassroots and activist movements
  • Authors and illustrators and their engagement with local and regional communities
  • Rural and urban public libraries
  • Microhistories of reading
  • The Canadian small press scene
  • Local, regional, and national book clubs
  • DIY publication and ‘zines
  • Book festivals
  • The bibliographical and book historical community in Canada – past, present and future

A one-page proposal and a brief biography of the author (one that includes full name, professional designation [professor, librarian, graduate student, etc.], institutional affiliation or place) should be submitted to: proposals@bsc-sbc.ca. Those invited to present papers must register for the BSC-SbC conference.

Deadline: Friday, 15 January 2016.

Please note that the Bibliographical Society of Canada will be involved in joint sessions at the 2016 Congress. Special calls, with earlier deadlines, will be issued separately for these joint sessions.

Parution – « Jeu vidéo et livre »

Chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication, aux éditions Bebooks, du collectif « Jeu vidéo et livre », co-dirigé par Björn-Olav Dozo et moi-même.

Pour plus de détails, vous pouvez en consulter l’introduction, disponible à ces deux adresses : http://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/185930/1/Jeu%20vid%C3%A9o%20et%20livre%20-%20Introduction.pdf et https://www.academia.edu/15714716/Jeu_vid%C3%A9o_et_livre_collectif_

Présentation de l’éditeur :

Si les rapports entre jeu vidéo et cinéma suscitent depuis longtemps l’intérêt des milieux académiques, les relations, échanges et points de passage entre le livre et le jeu vidéo constituent pour leur part un domaine de recherche toujours en friche. Pourtant, les interactions entre ces deux médias sont loin d’être des exceptions et les disciplines qui les étudient (les game studies et l’histoire du livre) sont connectées par une certaine affinité méthodologique : tous deux ont un fondement profondément interdisciplinaire ; tous deux rassemblent, autour d’un objet commun, des chercheurs issus d’horizons très différents. Cette parenté disciplinaire, ajoutée à la richesse des constants échanges entre livre et jeu vidéo, a encouragé la conception de cet ouvrage collectif consacré à la rencontre entre le médium vidéoludique et son voisin livresque.

Poursuivant une première enquête qui avait abouti dans la publication d’un numéro de la revue Mémoires du livre / Studies in book culture (intitulé « Livre et jeu vidéo » : http://www.erudit.org/revue/memoires/2014/v5/n2/1024772ar.html), ce volume approfondit différentes questions laissées de côté. Il est ainsi divisé en quatre sections : la première porte sur les représentations (principalement du livre dans le jeu, mais aussi du jeu vidéo dans la littérature) ; la deuxième sur les transpositions, c’est-à-dire sur l’adaptation de propriétés formelles d’un médium par l’autre ; la troisième sur les adaptations, domaine dont l’étude bénéficie de jalons antérieurs déjà définis (travaux sur la novélisation et la narration transmédia multi-supports) ; enfin, dans la dernière partie consacrée à la création, Jordan Bolay, Éric Chartrand et Nicolas Decerf proposent une réflexion sur l’interaction des deux médias au sein de leur pratique créative.

Table des matières

Introduction : un dialogue intermédiatique fructueux

Première partie – Représentations, figurations

Jérôme-Olivier Allard : « Joue-moi une histoire. Objet-livre intraludique et ouverture du récit dans le jeu vidéo »

Hélène Sellier : « Les représentations et les effets de la littérature dans The Elder Scrolls »

Julien Lalu : « Le livre dans le Role Playing Game : un objet multifonctionnel »

Benjamin Peuch : « Livré à soi-même : interfaces et interférences textuelles dans Amnesia : The Dark Descent »

Bruno Dupont : « “Un roman pour la génération Commodore 64”. Approche d’un genre littéraire émergent par l’analyse de la trilogie Extraleben de Constantin Gillies »

Deuxième partie – Transpositions

Gabriel Tremblay-Gaudette et Diego La Manna : « Quand la bande dessinée se prête au jeu (vidéo) »

Philippe Paolucci : « La représentation de la bande dessinée dans le jeu vidéo : l’exemple de Comix Zone et XIII »

Troisième partie – Adaptations

Jean-Charles Ray : « Explorer l’ombre : Metro 2033, entre texte et jeu vidéo »

Laury-Nuria André et Sophie Lécole Solnychkine : « Le paysage antique des Argonautiques à Rise of the Argonauts : un mythe épique, du livre au jeu vidéo »

Christophe Duret : « Écosystème transtextuel et jeux de rôle participatifs en environnement virtuel : le sociogramme de « l’ordre naturel » dans les jeux de rôle goréens »

Vincent Berry : « Romans, mythes et fictions du monde d’Azeroth : des exhausteurs de jeu »

Catherine Magalhaes : « Romans et MMORPG : influence et complémentarité au travers de l’exemple des séries World of Warcraft et Guild Wars »

Prisca Grignon : « Les novélisations de jeux vidéo : un lien entre les multiples supports des univers fictionnels intermédiatiques »

Charlotte Bertrand : « L’univers expansif dans The Walking Dead, de la bande dessinée au jeu vidéo. Une intermédialité à l’œuvre »

Quatrième partie – Création

Jordan P. R. Bolay : « Videogames, their Textual Objects, and the Importance of a Multi-Modal Narrative »

Éric Chartrand : « Des livres, des jeux et des hommes : est-ce que les jeux vidéo peuvent nous faire pleurer ? »

Entretien avec Nicolas Decerf des éditions Piggyback Interactive, publiant des guides de jeux vidéo
L’ouvrage est désormais disponible sur différentes plateformes de vente, telles que :

 https://www.7switch.com/fr/ebook/9782875691743/jeu-video-et-livre

http://read-and-go.orange.fr/livres/l/197100

https://store.kobobooks.com/fr-FR/ebook/jeu-video-et-livre

http://www.amazon.fr/dp/B0153R6DPK

https://itunes.apple.com/fr/book/id1038158919
En espérant que cette information rencontrera vos intérêts, nous vous prions de recevoir nos meilleures salutations,

Fanny Barnabé

Björn-Olav Dozo
Université de Liège

Parution – Mémoires du livre / Studies in Book Culture vol. 6 no 2

Chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la récente parution du volume 6, numéro 2, de Mémoires du livre / Studies in Book Culture, intitulé: « Livre et religion / Religion and the Book » (sous la direction de Scott McLaren, York University). En voici le lien officiel : http://www.erudit.org/revue/memoires/2015/v6/n2/index.html

Nous vous remercions de bien vouloir diffuser cette information dans vos réseaux. Bien cordialement,

 


Cécile DelbecchiAssistante à la direction / Executive AssistantMémoires du livre / Studies in Book CultureDirectrice: Marie-Pier LuneauCodirecteurs / Co-Directors : Josée Vincent, Marc André FortinDépartement des lettres et communicationsFaculté des lettres et sciences humainesUniversité de Sherbrooke, Québec, CanadaJ1K 2R1

 

Appel à communication – « Les manuels de langues et de littérature étrangères »

Journées d’études/ Studientage

 

« Les manuels de langue et de littérature étrangères comme médiateurs culturels : Québec-Canada-Europe »/

„Lehrwerke für Sprache und Literatur als kulturelle Mittler im Fremdsprachenunterricht: Québec-Canada-Europe“

 

Université de la Sarre/Universität des Saarlandes, Saarbrücken, 19-20 mai 2016

 

Voir détail de l’appel en pièce jointe

Appel de communication – Call for Papers

Annonce de parution – « French Sociology »

Vient de paraître
« French Sociology », Johan Heilbron, Cornell University Press, 2015

http://www.cornellpress.cornell.edu/book/?gcoi=80140100150740

French Sociology offers a uniquely comprehensive view of the oldest and still one of the most vibrant national traditions in sociology. Johan Heilbron covers the development of sociology in France from its beginnings in the early nineteenth century through the discipline’s expansion in the late twentieth century, tracing the careers of figures from Auguste Comte to Pierre Bourdieu. Presenting fresh interpretations of how renowned thinkers such as Émile Durkheim and his collaborators defined the contours and content of the discipline and contributed to intellectual renewals in a wide range of other human sciences, Heilbron’s sophisticated book is both an innovative sociological study and a major reference work in the history of the social sciences.

Heilbron recounts the halting process by which sociology evolved from a new and improbable science into a legitimate academic discipline. Having entered the academic field at the end of the nineteenth century, sociology developed along two separate tracks: one in the Faculty of Letters, engendering an enduring dependence on philosophy and the humanities, the other in research institutes outside of the university, in which sociology evolved within and across more specialized research areas. Distinguishing different dynamics and various cycles of change, Heilbron portrays the ways in which individuals and groups maneuvered within this changing structure, seizing opportunities as they arose. French Sociology vividly depicts the promises and pitfalls of a discipline that up to this day remains one of the most interdisciplinary endeavors among the human sciences in France.

Introduction

CHAPTER 1. The Establishment of Organized Social Science
The Politics of Social Science
Moral Science in Government Service
The Invasion of the Positive Sciences
Republicanism, Science, and the Research University
Disciplinary Frontiers
The Tripartite Division of French Social Science
The Literary Opposition

CHAPTER 2. An Improbable Science
Reconceptualizing Social Science
Comte and the Second Scientific Revolution
The British Evolution of Sociology
The Return of Sociology in France
Positivist Politics
Social Reform and Social Research

CHAPTER 3. Sociology and Other Disciplines in the Making
The Two-Front Struggle of the Professoriate
University Pioneers
An Emerging Subfield
From Psychology to Sociology
Organizing a Science of Synthesis
The Durkheimian Program
Antagonistic Competition

The Année sociologique
Defining a Specialty of Generalists

CHAPTER 4. The Metamorphoses of Durkheimian Scholarship
The Contours of Sociology
The End of a Collective Enterprise
Conflicting Interpretations
To Profess or to Inquire?
Recruitment Patterns
Social Images of Sociology

The Centre de documentation sociale
The Durkheimian Legacy

CHAPTER 5. Pioneers by Default?
Between Political Commitment and Policy Expertise
Sociology at the Sorbonne
Fieldwork as Vocation?
Research Groups
No Man’s Land
Reconfiguring the Social Sciences

CHAPTER 6. Cycles of Expansion and Field Transformations
The Structuralist Boom and After
Research Policy and the Research Sector
Teaching Sociology
Publishing Sociology
Rhetoric and Reality of Professionalization
Conclusion

CHAPTER 7. Intellectual Styles and the Dynamics of Research Groups
Beyond the Sociology of Work
Social Action and Public Sociology
Organizational Analysis and Policy Sociology
The Methodological Imperative
Reflexive Sociology

Conclusion

Epilogue: What Is French about Sociology in France?

Notes
Index