Archives mensuelles : octobre 2015

CONVOCATORIA DEL XVI CONGRESO INTERNACIONAL DEL INSTITUTO INTERNACIONAL DE SOCIOCRÍTICA

Objet: CONVOCATORIA DEL XVI CONGRESO INTERNACIONAL DEL INSTITUTO INTERNACIONAL DE SOCIOCRÍTICA
Tal como anunciamos en el pasado mes de julio, nos complace enviarle la convocatoria del XVI CONGRESO DEL INSTITUTO INTERNACIONAL DE SOCIOCRÍTICA con el ruego de que le dé difusión entre las personas que crea pueden estar interesadas en el mismo. Un saludo,ANTONIO CHICHARRO
FRANCISCO LINARES
Directores del Congreso

Soutenance : « Les lecteurs et leurs filières : sociogenèse des usages de la lecture »

Bonjour à tou.te.s,

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de sociologie, intitulée :

Les lecteurs et leurs filières : sociogenèse des usages de la lecture entre le collège et l’université

Mardi 3 novembre 2015 à 14h30

CNRS Site Pouchet – 59-61 rue Pouchet 75 017 Paris
Salle des Conférences

Vous trouverez ci-dessous la composition du jury ainsi qu’un résumé de la thèse.

​Pour faciliter ​​l’organisation, je remercie celles et ceux qui souhaitent participer au pot de me le signaler.​
Cordialement.
 
Jean-Marc Etienne

—————————————-

 
Les lecteurs et leurs filières : sociogenèse des usages de la lecture entre le collège et l’université
 
Membres du jury :
Enrique MARTIN CRIADO, Professeur à l’Université Pablo de Olavide de Séville
Gérard MAUGER, Directeur de recherche émérite au CNRS (CSE-CESSP)
Rémy PONTON, Professeur à l’Université Paris 8 (CRESPPA-GTM)
Jean-Yves ROCHEX, Professeur à l’Université Paris 8 (ESCOL-CIRCEFT)
Bernadette SEIBEL, Sociologue, Présidente de l’association Lecture Jeunesse
Charles SOULIE, Maître de Conférences à l’Université Paris 8 (CSE-CESSP)
Résumé de la thèse
Ce travail se propose de clarifier l’effet prescripteur des filières de l’enseignement secondaire et universitaire en matière de lecture. Un inventaire critique des principales approches théoriques de cette pratique conduit à privilégier une sociologie des usages. Sur cette base, on envisage les filières scolaires comme instances de socialisation secondaire qui orientent les usages de la lecture de leurs publics sur la base de leur socialisation antérieure (construction de l’objet, chapitre 1). En accordant aux filières le statut d’instances de socialisation à part entière, cette approche permet d’évaluer leur impact sur la formation des élèves et étudiants et de voir comment il se traduit dans les usages de la lecture. Elle conduit également à décloisonner le rôle de ces institutions en considérant à la fois la manière dont la socialisation de filière infléchit les dispositions déjà intériorisées et la manière dont elle s’articule avec les socialisations familiale et amicale. L’enquête comparative entre plusieurs niveaux – collège, lycée, université – et filières de scolarisation – littéraire, économique, scientifique et technique – permet de caractériser l’évolution des usages de la lecture à mesure que les élèves avancent dans leur parcours scolaire et le rôle joué par les filières dans ce processus (chapitre 2). Ainsi montre-t-on comment la différenciation des cadres de socialisation constitués par les différentes filières est au principe de celle des usages sociaux de la lecture.
L’analyse des matériaux recueillis s’ouvre avec l’examen des usages de la lecture au collège, avant que les élèves soient distribués dans des filières distinctes. Comment caractériser ces usages ? Que doivent-ils à l’« effet d’âge »? Au profil social et scolaire des élèves? Aux spécificités du cadre de socialisation scolaire? (chapitre 3) Ce panorama permet de montrer leur évolution au lycée et à l’université, ainsi que leur différenciation en fonction des filières (chapitre 4). On montrera ensuite ce que l’effet prescripteur des filières doit à la socialisation antérieure des élèves. Nous établirons, pour chaque filière d’étude, des idéaux types de socialisation à la lecture qui permettront de mieux comprendre tels ou tels usages (chapitre 5). Enfin, on caractérisera l’ajustement plus ou moins bien réalisé entre ces usages et les exigences disciplinaires. Ces modalités dépendent de l’affinité entre socialisation antérieure et réquisits scolaires (chapitre 6).

Parution – H. Hashem, « Émile Augier, Alexandre Dumas fils, Victorien Sardou »

H . Hashem, Émile Augier, Alexandre Dumas fils, Victorien Sardou. Dramaturgie du savoir-vivre sous le Second Empire

L’Harmattan , collection « Univers théâtral « , 2015.

 

Emile Augier, Alexandre Dumas fils et Victorien Sardou ont été les dramaturges les plus populaires et les plus acclamés du Second Empire et demeurent pourtant méconnus du public d’aujourd’hui. Cette étude se propose d’étudier leurs comédies de moeurs sous l’angle de la sociopétique pour ce qui concerne les règles du savoir-vivre et les bonnes manières, examinées dans leur fonction dramatique et théâtrale.

ISBN : 978-2-343-07261-6 • novembre 2015 • 290 pages

Appel à contribution – « Littérature et cosmopolitisme »

Appel à contribution

Littérature et cosmopolitisme : quels enjeux politiques et sociaux (xviiiexxie siècles) ?

 

Lorsqu’on le rapporte à la vie littéraire, le cosmopolitisme a longtemps été associé aux pratiques élitistes d’écrivains socialement privilégiés. Les cercles littéraires cosmopolites sont volontiers perçus comme des espaces mondains ouverts à des contacts certes internationaux mais très sélectifs et socialement fermés. Écrire du point de vue du monde entier supposerait ainsi un dégagement « par le haut » qui éloignerait le cosmopolitisme littéraire des mouvements littéraires plus concernés à la fois par les enjeux politiques des nations et par les enjeux sociaux liés à la condition des classes populaires.

Si on ne peut opposer de manière simpliste l’entre-soi cosmopolite des élites à l’ouverture internationaliste des classes populaires, il n’en reste pas moins que les conditions politiques et sociales du cosmopolitisme ont été pendant longtemps peu problématisées et considérées avec une forme d’évidence. Il a fallu attendre les années 1990 et surtout les années 2000 pour que, au sein des études postcoloniales, se développe une réflexion sur la possibilité d’un « cosmopolitisme d’en bas » (Arjun Appadurai) ou d’un cosmopolitisme « vernaculaire » (Homi Bhabha), c’est-à-dire d’un cosmopolitisme qui ne serait pas le fait de l’élite mais qui trouverait son origine dans des milieux sociaux défavorisés à des degrés divers.

C’est ce cosmopolitisme-là dont nous aimerions interroger l’existence dans et par la littérature.

Si les auteurs relevant d’un cosmopolitisme élitiste constituent bien une réalité avérée (qu’on pense par exemple à Valery Larbaud ou à Paul Morand, à Rabindranath Tagore ou à Jorge Luis Borges), qu’en est-il des auteurs qui pourraient relever de cet « autre » cosmopolitisme ? Peut-on en identifier certaines figures privilégiées (colporteurs, intellectuels militants, écrivains de la bohème, hobos, etc.) ou certaines pratiques particulières (par exemple de multilinguisme, de performance, d’orature, de traduction) ? Certaines conjonctures sont-elles également favorables à leur apparition (luttes sociales, temps de guerre, résistance nationale) ? Et comment cette interrogation sur un cosmopolitisme « par le bas » vient-elle interroger les frontières mêmes du littéraire ? Loin des salons mondains et des hôtels de luxe, on s’intéressera aussi aux lieux de pèlerinage et aux caravansérails, aux villes portuaires et aux cafés de la bohème, aux camps de transit ou aux foyers de travailleurs migrants dont on peut penser qu’ils sont propices à l’invention de pratiques et de créations cosmopolites alternatives, irréductibles à l’ethos des classes privilégiées.

La conscience ou la nécessité du contact entre les nations ou les peuples, la relation au divers, l’hospitalité, mais aussi la dimension conflictuelle qui découle parfois de ces contacts, peuvent témoigner d’une conscience politique et sociale dont la littérature saurait à la fois capter, révéler et activer le potentiel cosmopolitique. Comment la littérature peut-elle nous aider à repenser le monde d’une façon cosmopolite qui ne soit ni univoque ni déracinée et qui nous permette d’interroger les frontières culturelles, politiques et sociales au sein des différents espaces nationaux ?

 

Ce colloque aura lieu les 26 et 27 mai 2016 à l’École Normale Supérieure (Paris).

 

Il est associé au séminaire Littérature et cosmopolitisme : discours, pratiques, poétiques, circulations organisé à l’École Normale Supérieure (Paris) :

http://www.thalim.cnrs.fr/seminaires-et-formations/article/litterature-et-cosmopolitisme

 

Comité d’organisation : Guillaume Bridet (université de Bourgogne/CPTC) ; Xavier Garnier (Sorbonne Nouvelle- Paris 3/THALIM), Sarga Moussa (CNRS/THALIM) et Laetitia Zecchini (CNRS/THALIM)

 

Le comité d’organisation examinera les propositions de contribution, en français ou en anglais. Constituées d’un titre, d’un résumé d’une demi-page et d’un court CV, celles-ci devront être envoyées d’ici le 15 décembre 2015 aux adresses suivantes :

g.bridet@free.fr

xavier.garnier@wanadoo.fr

smoussa@free.fr

laetitiazecchini@hotmail.com

Parution – Jean-Pierre Bertrand, « Inventer en littérature »

Jean-Pierre Bertrand

Inventer en littérature. Du poème en prose à l’écriture automatique

Paris: Seuil, « Poétique », 2015

Date de parution 05/11/2015

264 pages – 25.00 € TTC

 

70912

Présentation de l’éditeur:

 

Peut-on inventer en littérature ? Et qu’invente-t-on précisément ? Si ces questions, posées en regard de ce qui s’est produit à la même époque dans les sciences ou les techniques, ne cessent d’être désavouées dans leur pertinence par les inventeurs eux-mêmes, probablement au nom d’une conception magique ou sacrée du littéraire, elles participent néanmoins d’une esthétique nouvelle qui se met en place au XIXe siècle. En effet, une théorie et une pratique de l’invention littéraire ? et pas simplement de l’inventivité ? apparaissent bel et bien, qui dépassent les dogmes anciens de l’imitation et de l’imagination comme principes organisateurs de la production artistique. Comme dans les sciences naturelles et les arts et métiers, on se met à inventer en littérature et à penser l’invention. On invente ainsi des cadres nouveaux ? genres, formes ou techniques ? qui se réclament d’un certain « progrès » de l’activité littéraire. En nous faisant assister à la naissance du poème en prose, du vers libre, du monologue intérieur, du calligramme et de l’écriture automatique, le présent essai cherche à comprendre les raisons pour lesquelles ces inventions deviennent les emblèmes des mouvements littéraires de la fin du romantisme à la naissance du surréalisme, mais également ce qui les relie et les sépare.

 

Jean-Pierre Bertrand, spécialiste de l’histoire des formes littéraires au XIXe siècle, enseigne la littérature des XIXe et XXe siècles et la sociologie de la littérature à l’université de Liège. Il a notamment publié, en collaboration, Les Poètes de la modernité. De Baudelaire à Apollinaire (« Points essais », 2006) et Les 100 mots du surréalisme (« Que sais-je ? », 2014).

Colloque – « Objets insignes, objets infâmes de la littérature »

 

 

COLLOQUE INTERNATIONAL

Objets insignes, objets infâmes de la littérature

 

PARIS, 19-20 NOVEMBRE 2015

 

Organisation : Celsa-Gripic-Paris Sorbonne (Adeline Wrona) et RIRRA 21 Université Paul Valéry de Montpellier (Marie-Eve Thérenty)

 

 

Alors que le secteur du livre imprimé est en difficulté, que la société s’interroge de manière récurrente sur la place de la lecture dans les loisirs contemporains et que la figure de l’écrivain, à quelques exceptions près, est délaissée pour des représentations plus charismatiques de la culture et de l’art, continue à se développer avec succès un marché très varié de l’objet littéraire. Ainsi en 2010, la Fnac lançait une gramme de produits dérivés signés par des citations d’écrivains célèbres. En 2011, le créateur Jean-Charles de Castelbajac présentait une collection inspirée par l’œuvre de Saint-Exupéry. Enfin, on pouvait à la rentrée littéraire 2013 parcourir dans un grand magasin parisien la « bibliothèque des vins », où des crus prestigieux étaient présentés dans d’épais volumes cartonnés, portant des noms de genres littéraires, et agrémentés de citations d’auteurs contemporains ayant endossé le rôle d’experts en œnologie.

Le phénomène n’est pas nouveau : il existe depuis le XVIIIe siècle – La Nouvelle Héloïse de Rousseau et Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre ont été parmi les premières œuvres qui ont engendré des pendules, des lithographies, des bibelots, des assiettes, des tissus – mais il s’est considérablement développé avec le XIXe siècle et l’entrée dans l’ère médiatique. Ainsi, Les Mystères de Paris ont provoqué la floraison de toute une gamme d’objets dérivés plus ou moins périssables : des pains d’épice prenant la forme des personnages, une rose Rigolette, un jeu de l’oie… Plus généralement au XIXe siècle le roman-feuilleton a été appuyé par une expansion de l’affiche, confiée à des artistes de premier plan (Caran d’Ache, Steinlen, Chéret). Ce développement de l’objet s’est fait parfois avec le consentement des auteurs : certains écrivains, comme Jean Cocteau ou Colette ont encouragé voire participé au développement d’objets signés dont ils revendiquaient l’origine. Dans d’autres cas, on peut s’interroger sur la manière dont certaines effigies d’auteurs ont été exploitées parfois à contre–sens de leur œuvre. On peut ainsi acheter au Portugal des tee-shirts Pessoa, des post-it Pessoa, des agendas Pessoa, marché de produits particulièrement lucratif qui contraste avec la vie, la posture et la poétique de l’écrivain. La mise en objet de l’auteur ou de son œuvre peut donc susciter, plus ou moins délibérément, la polémique : on peut douter que l’auteur des Rougon-Macquart ait goûté particulièrement les petits biscuits en forme de tête de cochon reproduisant son portrait et celui de son héroïne Nana, vendus sous le nom « Elle et lui » à la Foire du trône autour de 1880 ; et la « statuomanie » qui s’empare, à la fin du XIXe siècle, des rues des grandes villes, donne lieu à de célèbres contestations autour des choix opérés par les sculpteurs ou les commanditaires, que ce soit au moment de la livraison (statues de Balzac et Baudelaire par Rodin), ou bien plus tard, quand il faut trouver le lieu adapté à la figure représentée, ou encore assumer l’héritage du monument. On sait que le régime de Vichy a fait le choix, en 1941, de fondre plus de 200 statues pour récupérer le cuivre nécessaire à l’effort de guerre : peu d’écrivains résistent alors à cette table rase de la culture républicaine.

Le marché du jouet s’est aussi considérablement développé autour de la représentation sous forme de figurines, de poupées, des héros de la littérature jeunesse. Ce marché a été sans doute accéléré par une autre forme de circulation intermédiatique, celle de l’adaptation télévisuelle, cinématographique ou vidéoludique et par la forme économique de la franchise qui permet de développer des logiques de marque autour d’univers spécifiques.

Lié à ces objets se développe également tout un tourisme culturel organisé autour d’une forme de réification de la littérature. Ainsi Paul Beuve, le premier collectionneur d’objets hugoliens, participa-t-il à la création de la maison-musée Victor Hugo en 1903. A côté des traditionnelles maisons d’écrivains ont été créés des musées littéraires centrés autour des archives, des figures d’auteur, des œuvres (Musée de l’innocence à Istanbul) ou des personnages (voir The Sherlock Holmes Museum au 221 B Baker Street de Londres ou le musée Junibacken de Stockholm où les enfants peuvent manipuler des objets issus des histoires d’Astrid Lindgren). Sans oublier le développement du parc à thème littéraire : on pense au succès du Parc Astérix, du Wizarding world of Harry Potter en Floride, du Dickens world en Angleterre ou du Parc du Petit Prince en Alsace.

On aurait tort de penser que ces phénomènes de mise en objet de la littérature sont réservés à des univers enfantins, à des champs de la littérature délégitimés, ou uniquement liés au développement des franchises transmédiatiques, c’est-à-dire à des gadgets ou à des objets infâmes. D’abord ces pratiques d’objectivation du littéraire se retrouvent aussi dans la passion bibliophile ou dans la pratique de la collection littéraire, au sens éditorial comme au sens de loisir. Les Goncourt ont ainsi été des collectionneurs passionnés de livres-objets. Certains écrivains, comme Colette, tiraient parti de cette passion et vendaient parfois leurs manuscrits à des amateurs aisés. Le livre comme objet cumule différents systèmes de valorisation, qui n’entrent pas toujours en conflit : le Club français du livre, les éditions Jean de Bonnot, ou bien encore des initiatives récentes telles que le Musée des lettres et manuscrits, rendent compte de cette variété d’usages et de transactions auxquels peut donner naissance le goût de la chose littéraire.

Surtout semblent se développer depuis quelques années des pratiques d’exposition de la littérature chez des artistes consacrés comme le Britannique Liam Gillick qui a pu en 2005 écrire un roman Construccion de Uno tout en exposant des œuvres, sculptures ou installations, qui matérialisent des situations prises dans l’intrigue du roman.

 

Tous ces exemples témoignent d’un paradoxal recul d’une approche livresque ou logocentrée pour une vision plus matérielle et sensible du champ littéraire. Notre objectif est d’analyser comme un continuum ces pratiques, d’en faire l’histoire, et de tenter d’en dégager les significations. Ces « objets insignes et objets infâmes » de la littérature témoignent d’une évolution constante du régime de matérialité du littéraire, où se trouve toujours interrogée la valeur de la littérature, entre singularité et standardisation culturelle.

Doit-on penser que ce processus de réification contribue à rendre la littérature plus visible, plus accessible, plus démocratique, plus présente dans une société marchande, ou bien doit-on au contraire redouter sa muséification, son figement dans un passé qui assèche le potentiel créatif du littéraire ? Est-on du côté d’une fétichisation, d’une marchandisation, bref, d’un phénomène d’industrialisation, ou d’une démocratisation du littéraire qui assure sa réinvention ? Comment évaluer le rôle joué, dans ce phénomène, par l’évolution des supports, des pratiques et même des imaginaires littéraires ?

Ce colloque de deux jours se tiendra les 19 et 20 novembre 2015 au Celsa (Paris). Il est organisé par l’équipe du Gripic (Celsa, Université Paris-Sorbonne) et par l’équipe Rirra21 de l’université de Montpellier III, dans la lignée des journées d’études sur l’écrivain comme marque (à paraître aux Presses universitaires de Paris Sorbonne en 2016) et de la réflexion sur les pratiques et usages médiatiques de la littérature conduite par ces deux équipes.

 

Comité scientifique : Ruth Amossy (Université de Tel-Aviv), Marc Lits (Université catholique de Louvain), Dominique Maingueneau (Université Paris-Sorbonne), Michel Murat (ENS Paris), Corinne Saminadayar-Perrin (Université Paul Valéry à Montpellier)

 

Programme

 

 

Jeudi 19 novembre (matin)

 

9h30 Mot d’accueil par Karine Berthelot-Guiet, directrice du CELSA

 

Ouverture par Marie-Ève Thérenty et Adeline Wrona

 

Objets dérivés.

Présidence de séance : Philippe Hamon (Paris 3)

 

10h00 Caroline Marti de Montéty (Celsa, Paris-Sorbonne, Gripic) ,

« La valeur littéraire, enjeu médiatique et publicitaire »

 

10h30. Denis Saint-Amand (université de Namur),

« Rimbaud fétiche »

 

11h15 Pause

 

11h45. Christelle Couleau (Université Paris 13) et Oriane Deseilligny (Université Paris 13, Gripic),

« Comment se porte la littérature ? Le cas de Balzac Paris »

 

12h 15. Audrey Garcia (Université Montpellier 3, RIRRA21),

«  La constellation des objets Cocteau, objets d’art et produits dérivés au service de l’image du poète »

 

13 h : déjeuner

 

Jeudi 19 novembre (après-midi)

Objets culturels de masse (1)

Présidence de séance : Denis Ruellan (Celsa, Paris-Sorbonne)

 

14 h00 Séverine Barthes (Université Sorbonne nouvelle, Paris 3),

« Le carnet Moleskine, du littéraire au narratif »

 

14h30 Valérie Jeanne-Perrier (Celsa, Paris-Sorbonne, Gripic),

«  Le journal éditeur de livres-cadeaux ou de livres-suppléments : quand la presse collectionne de la littérature »

 

15h15 Pause

 

 

15h45 Jean Rime (Université Montpellier III, RIRRA21 et Université de Fribourg),

« Les déclinaisons du pingouin Alfred : un modèle pour une autre histoire de la bande dessinée ? »

 

16h15 Yoan Vérilhac (Université de Nîmes, RIRRA21),

« « Le jeu, on ne sait, qui confirme la fiction» : Fifty Shades of Grey, de la romance érotique au sex toy »

 

 

 

 

Vendredi 20 novembre (matin)

Objets de mémoire

Présidence de séance : Michel Murat (Paris Sorbonne)

 

9h30 Marie-Ève Thérenty (Université Montpellier 3, RIRRA21),

« Le gilet rouge de la littérature. Le statut symbolique des objets dans l’histoire littéraire »

 

10h00. Yves Jeanneret (Celsa, Paris-Sorbonne, Gripic),

« Spectres, gages et stigmates : l’objectivation de l’engagement littéraire dans l’Entre-deux-guerres »

 

10h45 Pause

 

11h15 Adeline Wrona (Celsa, Paris-Sorbonne, Gripic),

« Quand les statues d’écrivain fondent dans l’histoire : un épisode de l’Occupation allemande en France »

 

11h45 Catherine Soulier (Université Montpellier 3, RIRRA21),

« Maïakovski, Rimbaud et Cie. Ernest Pignon-Ernest affiche les poètes »

 

 

12h30 : déjeuner

 

Vendredi 20 novembre (après-midi)

 

 

Objets culturels de masse (2)

Présidence de séance : Dominique Maingueneau (Paris Sorbonne)

 

14 h00 Marie-Clémence Régnier (Paris-Sorbonne),

« Victor Hugo au Musée Grévin : la fabrique du grand écrivain. Du tableau stéréotypé à l’apothéose »

 

14 h30 Matthieu Letourneux (Université Paris-Ouest),

« Jane Austen Action Figures, jouets littéraires, fiction ludique et narration »

 

15h15 Pause

 

15h45 Justine Delassus (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines),

« Du livre au parc à thème, déperdition ou pérennisation du texte littéraire ? L’exemple du parc du Petit Prince »

 

16h15. Giuseppina Mecchia (University of Pittsburgh),

« Stendhal transmédiatique. Pour une critique des adaptations visuelles des grands romans stendhaliens »

 

Fin du colloque à 17h00

 

Le colloque se tiendra au Celsa, 77, rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine

Métro : Pont de Levallois-Bécon

 

Parution – « Sociologie des arts »

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon ouvrage Sociologie des arts chez Armand Colin.

Argument :
Qu’est-ce qu’une « œuvre » et comment peut-elle devenir une « œuvre d’art » ? Qui et quels mécanismes contribuent à définir sa valeur ? Qu’est-ce qu’une « artiste », un « créateur » ? Quel est le rôle de l’État dans la création ? Quels sont les publics des arts ? Et les amateurs ? Qu’est-ce qui construit les goûts artistiques et leur variété ? Et l’absence de goût pour la « culture » ? Pourquoi les arts contemporains font-ils l’objet de nombreux rejets ? Peut-on parler d’art « populaire » ?
Plus généralement, qu’est-ce donc que l’« art » et comment s’inscrit-il dans le social ? Cet ouvrage présente les réponses essentielles de la sociologie à ces interrogations. Il aborde les questions relatives aux institutions et marchés de l’art, aux publics et à la formation des goûts, aux pratiques et professions artistiques.
Il décrit également l’histoire de ce domaine disciplinaire ainsi que les débats qui le nourrissent. Il s’arrête sur les manières de faire, la façon de recueillir des matériaux et de les traiter.

http://www.armand-colin.com/sociologie-des-arts-9782200285012

Cordialement,
Hyacinthe Ravet

Sociologie des arts

CFP – « Print, Public Readership, and Alternative Literary Modernities​ »

Along with the progress of the European Industrial Revolution in the 19th century, literature was commercialized and extensively printed for common readers, popular fiction expanded, and public readership developed all as markers of literary modernity. However, the European literary modernity is not the sole instance of print enculturation and communal readership. For instance, print and vernacular fiction expanded respectively under the Song (10th-13th centuries) and the Ming (14th-17th centuries) in China, and Latin Americans developed non-metropolitan presses and communal subjectivities in the latter half of the 18th century. More importantly, far from being the exemplar, the European literary modernity has been recast, domesticated, localized, translated, and adapted to the material circumstances of non-European communities as they have formed their cultures of print and communities of readership during the 19th century and afterwards. With a view of the antecedent instances of literary modernization and the extensive recastings involved in literary modernities outside Europe, this panel seeks contributions that describe

  • modernization, advancement in press, and the rise of public readership of literature,
  • print cultures, literary modernities, and formation of nation-states,
  • vernacularization of language, rise of literacy, and democratization of literature,
  • women’s press, female readership and writership, and modern cultural citizenship,
  • printing popular literature and embourgeoisement of culture,
  • print, trans-regionalism, and the conception of modern (national) subjectivities,
  • print, production of world literature, and defining modern (national) identities,
  • print, production of pre-modern literature, and formation of literary modern-ness,
as publication, collective readership, and modern literariness have developed in communities across Asia, Middle East, Africa, and Latin America. Submission from disciplines other than Comparative Literature are also welcome.
​​
​​
​​

Deadline for submission of abstract (250-300 words) and bio statement (less than 60 words):

​​
​​

December 15, 2015
Please forward the above-mentioned documents as well as possible queries to: rasoul@ualberta.ca

In case the above hyperlinks do not work, follow:
Google > CCLA ACLC > Announcements > Print, Public Readership, and Alternative Literary Modernities

 

Colloque – « Humour et Pouvoir. Dominations et Résistances »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du colloque « Humour et Pouvoir. Dominations et Résistances » les 12 et 13 novembre prochains.
Organisé par l’Ecole Doctorale de Science Politique de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, celui-ci se tiendra dans l’amphi Furet, à l’EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris (accès libre).
 
Toutes les informations sont disponibles sur le site : https://colloquehumouretpouvoir.wordpress.com
Le programme du colloque est joint ci-dessous.
Veuillez nous excuser pour les éventuels doublons !
 
Au plaisir de vous y voir,
Le comité d’organisation du colloque
Antoine Aubert (CESSP-Paris 1)
Madeline Bedecarre (CESSP-EHESS)
Anne Bellon (CESSP-Paris 1)

Séminaire SLAC

Cher-e-s collègues et ami-e-s,

le Séminaire Littéraire des Armes de la Critique ouvrira la troisième année de ses travaux mardi 13 octobre à 9h30 afin de lancer la problématique de recherche de l’année : « L’efficacité de la littérature en question ».

Comme en 2014-2015, la moitié environ des séances sera consacrée à des théoricien-ne-s de la littérature dont l’étude nous paraît intéressante dans une perspective marxiste ou, plus généralement, critique et progressiste. Des communications ont ainsi déjà été consacrées à Lukacs, Bakhtine, Flora Tristan… Nous aimerions à présent nous pencher sur les premiers grands théoriciens marxistes de la littérature (Mehring, Plekhanov, Trotsky…), sur Lucien Goldmann ou sur Pierre Macherey, ainsi que, dans la continuité de la dernière séance de 2014-2015, sur les théoricien-ne-s féministes de la littérature.

Pour l’autre moitié des séances, nous souhaitons lancer un cycle intitulé « Pragmatique et engagement ». Il s’agira de réfléchir de manière plus systématique à une question que nous sommes régulièrement amené-e-s à nous poser depuis les débuts du séminaire : quel peut être l’impact (notamment politique) de la littérature, et de la fiction en particulier ? Une problématique si vaste se dédouble immédiatement :

– en une problématique de la production et de la création littéraires : à quelles conditions la littérature peut-elle être engagée/militante ? Et à quelles conditions la littérature est-elle plus efficace, pour défendre une cause, qu’un discours non littéraire ?

– en une problématique de la réception : que nous apprennent la critique pragmatique, la narratologie, les sciences cognitives… sur les modalités de réception d’une œuvre littéraire par le/la lecteur/trice ? Le/la lecteur/trice est-il/elle dupe du discours du texte ? Qu’est-ce qui se joue exactement entre le codage, par l’auteur-e, et le décodage, par le/la lecteur/trice ? La réception de l’œuvre peut-elle jouer contre les intentions conscientes de son ou ses auteur(s) ? Le message de l’œuvre, s’il y en a un, influence-t-il le/la récepteur/trice rationnellement ou émotionnellement ?

La liste des questions n’est évidemment pas exhaustive ; nous souhaitons surtout nous concentrer sur la littérature, mais d’autres formes fictionnelles comme les films, les séries ou les jeux vidéo pourront également faire l’objet de nos réflexions. Une séance intitulée « Histoire et état de la critique pragmatique » et une séance sur le théâtre et son public sont d’ores et déjà prévues dans le cadre du cycle « Pragmatique et engagement ».

Il y aura environ une séance par mois (en alternance : cycle « Théoricien-ne-s de la littérature » et cycle « Pragmatique et engagement »). Chaque séance durera trois heures, et accueillera plusieurs courtes communications (idéalement trois) et des moments de discussion. Les communications seront assurées par les participant-e-s au séminaire et par des intervenant-e-s extérieur-e-s (nous publierons régulièrement des appels à communication).

Les séances du premier semestre auront lieu un mardi par mois, de 9h30  à 12h30. Salle à déterminer. Toutes les séances sont ouvertes à tou-te-s !

Programme

-13 octobre : L’efficacité de la littérature en question

Introduction générale du séminaire pour l’année 2015-2016. Quelle efficacité sociale de la littérature, quels discours sur l’efficacité sociale de la littérature : état de la recherche sur la question.

-10 novembre : Les premiers auteurs marxistes

La théorie du reflet (Mehring, Plekhanov, Lafargue). Lénine et les écrits sur la littérature. Trotsky, Littérature et révolution.

-15 décembre:  Théories de l’engagement

-12 janvier : La critique littéraire féministe

-février [prévisionnel] : Les discours sur les dangers de la lecture

-mars [prévisionnel] : Pierre Macherey

-avril [prévisionnel] : L’efficacité sociale du théâtre

-mai [prévisionnel] : Lucien Goldmann

Contact : vincent.berthelier@ens.fr

http://adlc.hypotheses.org/seminaires/seminaire-litteraire-des-armes-de-la-critique-slac-2015-2016