Archives mensuelles : novembre 2015

Parution – « New Literary History » : « Beyond Bourdieu »

New Literary History 46, 3 (2015)

Beyond Bourdieu and Other Essays

  • Georgina Born, “Making Time: Temporality, History, and the Cultural Object” | D0wnload Article
  • Bernard Lahire, “Literature is Not Just a Battlefield”
  • Caroline van Eck, “Works of Art That Refuse to Behave: Agency, Excess, and Material Presence in Canova and Manet”
  • Richard Shusterman, “Pierre Bourdieu and Pragmatist Aesthetics: Between Practice and Experience”
  • Jahan Ramazani, “Poetry and Tourism in a Global Age”
  • Yohei Igarashi, “Statistical Analysis at the Birth of Close Reading”
  • Scott Selisker, “The Bechdel Test and the Social Form of Character Networks”
  • W. Scott Blanchard, “Forms of Power, Forms of Life: Agamben’s Franciscan Turn”
  • Alexander Freer, “Rhythm as Coping”

Access Current Issue (Subscription Required)

Parution – Marie-Odile André, « Pour une sociopoétique du vieillissement littéraire »

Marie-Odile André, « Pour une sociopoétique du vieillissement littéraire »
Paris, Honoré Champion, 248 p.
ISBN 9782745329134
50 euros.

Existe-t-il un âge littéraire des écrivains ? Peut-on décrire le processus de leur vieillissement littéraire en relation avec la réception de leur œuvre et la reconnaissance progressive dont elle fait l’objet ? Et qu’en est-il surtout des effets de ce vieillissement sur l’écriture ? Interrogeant les œuvres tardives d’un grand nombre d’écrivains du XXe siècle – Colette, Roger Martin du Gard, Robert Pinget, Annie Ernaux mais aussi Mauriac, Cocteau, Sartre, Beauvoir, Gary ou Sarraute – cet ouvrage se propose d’articuler réception et production des œuvres afin d’analyser les postures et les poétiques qui s’élaborent dans les textes de la fin. Il cherche par là à poser les bases d’une méthode qui rende compte des différentes «manières de vieillir » des écrivains et permette de penser autrement les rapports que leurs œuvres entretiennent avec le temps littéraire.

Marie-Odile André est maître de conférences HDR en Littérature française à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle travaille plus particulièrement sur la réception des œuvres littéraires et la littérature narrative des XXe et XXIe siècles.

Symposium – « Repenser le réalisme »

IIe Symposium international de sociocritique. « Repenser le réalisme »

Il n’y a pas un réalisme mais des réalismes, variant selon les âges et les lieux. Et s’il existe bien des effets de réalité, ils sont créés par les interactions mêmes des textes avec l’imaginaire social. C’est dans cette perspective que le IIe Symposium international de sociocritique engage à «Repenser le réalisme». Il s’agira de proposer une relecture critique des travaux sur le réalisme à partir des hypothèses nodales de la sociocritique.

La sociocritique envisage le texte littéraire (et tout autre dispositif langagier producteur de sens) dans ses interactions avec la semiosis sociale, c’est-à-dire les savoirs, les représentations, les images, les façons de parler, les discours, les multiples voix et langages par lesquels une société, dans une situation sociohistorique précise, se représente ce qu’elle est, ce qu’elle a été et ce qu’elle pourrait devenir (voir le Manifeste du CRIST).

Les travaux présentés au IIe Symposium international de sociocritique examineront la manière dont les œuvres incorporent et transforment ce qu’elles empruntent à cet imaginaire social. Ils mettront en valeur l’historicité, la socialité, les mutations et la variabilité des réalismes. Ilsproposeront des réflexions portant sur des corpus variés, allant du Moyen Âge à l’époque actuelle. Ils s’ouvriront aussi à des œuvres aux origines géoculturelles diverses. Loin de se limiter au roman, ils mettront en exergue la pluralité générique et esthétique des œuvres considérées. Ils feront ressortir la variété des réalismes, qui s’exprime entre autres dans des expressions telles «réalisme magique», «réalisme merveilleux», «réalisme symboliste», etc. Enfin la programmation accueillera également des contributions qui relèvent de l’ethnocritique des textes, approche avec laquelle la sociocritique entretient un dialogue fructueux depuis quelques années.

Le IIe Symposium sera le pivot d’une série d’activités scientifiques et culturelles qui courront sur l’année universitaire 2015-2016 (voir les Activités).

Comité d’organisation
•Claudia Bouliane (Université du Québec à Montréal)
•Jean-François Chassay (Université du Québec à Montréal)
•Elaine Després (Université de Montréal)
•Djemaa Maazouzi (Collège Dawson)
•Olivier Parenteau (Cégep de Saint-Laurent)
•Pierre Popovic (Université de Montréal)
•Geneviève Sicotte (Université Concordia)
•Bernabé Wesley (Université de Montréal)

Programme

Mercredi, 9 décembre 2015

Carrefour des arts et des sciences de l’Université de Montréal
Salle multifonctionnelle C-3061

18h00 : Accueil
18h15 : Geneviève Lafrance (Université du Québec à Montréal), Mot de bienvenue et présentation du Symposium
18h30 : Francis Gingras (Université de Montréal), Grande conférence d’ouverture : « Fabuler et dire vrai : les réalismes et l’histoire des genres narratifs »
19h30 : Vin d’honneur (C-2081 / C-2083)

 Jeudi, 10 décembre 2015

Carrefour des arts et des sciences de l’Université de Montréal
Salle multifonctionnelle C-3061

9h00 : Accueil des participants

SÉANCE 1 – MILIEUX ET PERSONNAGES

Présidence : Nicolas Xanthos (Université du Québec à Chicoutimi)
9h30 : Marie Scarpa (CREM/Université de Lorraine), « Ethnocritique du personnage en régime réaliste »
9h50 : Michel Fournier (Université d’Ottawa), « Le réalisme du roman graphique : étude de la série Paul de Michel Rabagliati »
10h10 : Discussion
10h20 : Pause
10h30 : Craig Moyes (King’s College London), « Pour une lecture sociocritique du Roman bourgeois de Furetière »
10h50 : Joël Castonguay-Bélanger (University of British Columbia), « Le pied de Fanchette et les mains d’Emma Bovary »
11h10 : Discussion
11h20 : Pause

SÉANCE 2 – DU TRADUIRE ET DE LA TRADUCTION

Présidence : Sherry Simon (Université Concordia)
11h40 : Patrick Maurus (INALCO, Paris), « Traduction ou traduire : les outils de la sociocritique au risque de la lecture-écriture »
12h00 : Bertrand Gervais (Université du Québec à Montréal), « Dépasser les limites : imaginer la traduction avec Harry Mathews »
12h20 : Discussion
12h30 : Déjeuner (resto-pub La Brunante  – Pavillon Jean-Brillant, Université de Montréal, 3200, rue Jean-Brillant, Local B-2326)

SÉANCE 3 – HISTOIRE, GUERRE, MÉMOIRE

Présidence : Jean-François Hamel (Université du Québec à Montréal)
14h00 : Michaël Rinn (Université de Bretagne occidentale), « Fiction, chronique, historique, passage (Les Dépossédésde Steve Sem-Sandberg) »
14h20 : Djemaa Maazouzi (Université Charles-de-Gaulle/Lille III), « “Nous baignons dans la langue et quelqu’un a chié dedans” : L’Art français de la guerre d’Alexis Jenni »
14h40 : Régine Robin (Université du Québec à Montréal), « Fragmentation, discontinuité, mémoire et réalité dans l’œuvre de Patrick Modiano »
15h00 : Discussion
15h15 : Pause

SÉANCE 4 – LA CAPTATION DES FORMES ET DES LANGAGES

Présidence : Catherine Leclerc (Université McGill)
15h35 : Sophie Ménard (CREM/Université de Lorraine/UQAM), « Bricolage générique : La Classe de neige d’Emmanuel Carrère »
15h55 : Rainier Grutman (Université d’Ottawa), « Le roman réaliste comme lit de Procuste »
16h15 : Discussion

Vendredi, 11 décembre 2015

Carrefour des arts et des sciences de l’Université de Montréal
Salle multifonctionnelle C-3061

9h00 : Accueil des participants

SÉANCE 5 – PHILOLOGIE, PHILOSOPHIE

Présidence : Éric Méchoulan (Université de Montréal)
9h30 : Judith Sribnai (Université du Québec à Montréal), « Là “où brille la rare vraisemblance” : les réalismes de Gassendi »
9h50 : Isabelle Arseneau (Université McGill), « Anatomie d’un courant. Les philologues et le réalisme littéraire »
10h10 : Discussion
10h20 : Pause

SÉANCE 6 – CHANSONS ET POÈMES

Présidence : Andrea Oberhuber (Université de Montréal)
10h40 : Olivier Parenteau (Cégep de Saint-Laurent), « “Des obus explosent à la radio”; “Parachute flares drift in the burn time/of dream” : la guerre d’Irak dans la poésie québécoise et américaine »
11h00 : Denis Saint-Amand (Université de Liège et Université de Namur), « Rimbaud aux frontières du réel »
11h20 : Isabelle Tournier (Université de Paris VIII/Vincennes), « C’est ça qui est triste : sociocritique de la chanson réaliste »
11h40 : Discussion
12h00 : Déjeuner (resto-pub La Brunante  – Pavillon Jean-Brillant, Université de Montréal, 3200, rue Jean-Brillant, Local B-2326)

SÉANCE 7 – PAYSAGES NATURELS ET SONORES

Présidence : Michel Pierssens (Université de Montréal)
13h30 : Hélène Amrit (Université de Limoges), « L’autofiction : réalité augmentée ou vérité? »
13h50 : Bernabé Wesley (Université de Montréal/Université de Montpellier III), « La dimension sonore du roman moderne et contemporain »
14h10 : Discussion
14h20 : Pause

SÉANCE 8 – TERREUR ET TOTALITARISME

Présidence : Geneviève Lafrance (Université du Québec à Montréal)
14h40 : Geneviève Boucher (Université d’Ottawa), « L’imaginaire du sublime dans la chanson et la poésie patriotique de la Terreur »
15h00 : Marc Angenot (Université McGill), « L’art du portrait : portraits croisés de Robespierre et de Staline »
15h20 : Discussion

Samedi, 12 décembre 2015

Carrefour des arts et des sciences de l’Université de Montréal
Salle multifonctionnelle C-3061

9h00 : Accueil des participants

SÉANCE 9 – LITTÉRATURE, MAGIE, SURNATURALITÉ ET SAVOIRS

Présidence : Geneviève Sicotte (Université Concordia)
9h30 : Elaine Després (Université de Montréal), « De la nécessité du pseudo-réalisme en science-fiction : l’exemple d’Élisabeth Vonarburg »
9h50 : Christiane Ndiaye (Université de Montréal), « Le réalisme socialiste de Jacques-Stéphen Alexis : que faire du surnaturel ? »
10h10 : Discussion
10h20 : Pause
10h30 : Marie-Christine Vinson (CREM/Université de Lorraine), « Ethnocritique d’une nouvelle de Maupassant : “En mer” (1883) »
10h50 : Jean-François Chassay (Université du Québec à Montréal), « Une affaire de perception : dédoublement et monstruosité »
11h10 : Discussion
11h20 : Pause

SÉANCE 10 – PUNK ET GROTESQUE CHEZ DESPENTES

Présidence : Sylvano Santini (Université du Québec à Montréal)
11h40 : Sylvain David (Université Concordia), « L’écriture du punk rock chez P. Eudeline et V. Despentes »
12h00 : Véronique Cnockaert (Université du Québec à Montréal), « Le réalisme grotesque et le monde à l’envers dansBaise-moi de Virginie Despentes »
12h20 : Discussion
12h30 : Déjeuner (resto-pub La Brunante  – Pavillon Jean-Brillant, Université de Montréal, 3200, rue Jean-Brillant, Local B-2326)

SÉANCE 11 – IL Y A ENQUÊTE ET ENQUÊTES

Présidence : David Bélanger (Université du Québec à Montréal)
14h00 : Jean-Marie Privat (CREM/Université de Lorraine), « Ethnocritique du roman policier (Agatha Christie, La mystérieuse affaire de Styles) »
14h20 : Dominique Viart (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense/Paris X), « Les littératures de terrain. Enquêtes, investigations et dispositifs cognitifs en littérature française contemporaine »
14h40 : Discussion
14h50 : Pause

SÉANCE 12 – PHÉNOMÈNES SOCIAUX ET D’ÉPOQUE

Présidence : Vicky Pelletier (Cégep de Lanaudière à L’Assomption)
15h10 : Pierre Popovic (Université de Montréal), « Le chômage dans l’imaginaire social français contemporain »,
15h30 : Claudia Bouliane (Université du Québec à Montréal), « Excursion touristique en terres néoromanesques »
15h50 : Anne-Hélène Dupont (Université McGill), « La fête vue par les dictionnaires : exploration du champ sémantique du mot “fête” sous la IIIe République »
16h10 : Discussion
16h25 : Mot de clôture par Pierre Popovic
21h00 : Banquet

http://www.symposiumsociocritique.ca/programme/

Appel à communications – « Lotman et la technique »

Bonjour,
Vous trouverez en document attaché l’appel à communications pour le colloque « Lotman et la technique : au croisement des sciences naturelles et sociales » organisé par le Laboratoire de résistance sémiotique les 21-22 avril 2016 à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada. L’échéance pour le dépôt des propositions est fixée au 1er février 2016.

Vous pouvez aussi consulter l’appel en ligne : http://resistancesemiotique.org/appel-colloque-2016

Lotman et la technique 2016 CFP

Cet appel est transféré dans la mesure où Lotman a joué et continue de jouer un rôle important dans l’approche sociodiscursive du littéraire.

Paul Dirkx

Appel à projets – Maison des sciences de l’homme

Le pôle recherche et prospective de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), apporte son soutien à la mise en œuvre de projets dédiés à des thématiques novatrices en sciences humaines et sociales (SHS) qui pour la période 2016-2017, porteront sur « Nouvelles conflictualités » et « Art et sciences sociales ».

En conformité avec les missions de la FMSH, cet appel est un nouveau volet dans l’une des principales missions de la FMSH consistant à porter son appui scientifique et matériel à des projets de recherche qui en sont à leur début d’élaboration et qui, par cet appui, pourront gagner en contenu problématique, en méthodologie et en constitution de réseaux de recherche.

Dans cette optique, la Fondation proposera aux responsables des projets de recherche retenus un soutien technique pour qu’au terme de son appui ils puissent mettre en place des projets de plus grande envergure notamment auprès de l’ANR ou des grands programmes européens.

Les postulants sont invités à candidater avant le 9 décembre 2015  sur laplateforme en ligne.

Thématique : Arts/Sciences humaines et sociales.

Les relations entre arts et sciences, spécialement entre arts et sciences humaines et sociales, sont manifestement en train d’évoluer. De distantes, voire antagoniques, elles sont aujourd’hui faites de rapprochements et de connexions qui vont bien plus loin que l’intérêt sociologique ou historiographique que les secondes ont su porter aux premières. Outre que nombre d’artistes recourent à des catégories ressortissant au langage scientifique ou empruntent au travail de recherche ses manières de faire, les œuvres iconographiques, musicales, littéraires, ou mêlant différents types de supports, constituent des modes d’accès au monde, à la connaissance de ses formes de vie comme à ses mises en question éthiques et politiques, qui rencontrent tout particulièrement les objets et les démarches des sciences humaines et sociales.

Il s’agira donc de soumettre des propositions qui mettent très directement en œuvre ces rapprochements en associant artistes et chercheurs et/ou qui montrent plus précisément en quoi les productions artistiques, quelle qu’en soit la nature, élargissent les capacités d’investigation et d’analyse des sciences humaines et sociales.

Thématique : Nouvelles conflictualités

Le paysage mondial des conflictualités demande à être inventorié et mis en perspective dans le champ des sciences sociales en requérant quelques clarifications conceptuelles.

Sans exclure la possibilité de guerres conventionnelles ou de défis nucléaires entre Etats nationaux, il est de plus en plus fait d’entreprises meurtrières ou de situations d’insécurité qui brouillent les frontières entre guerre et paix, extérieur et intérieur, civil et militaire, réel et virtuel, allant parfois jusqu’à ne plus permettre d’y discerner la figure de l’ennemi. Consécutif pour une bonne part à des conflits dits asymétriques dans lesquels le faible recourt à des méthodes de résistance ou de lutte peu maîtrisables par le fort, ce brouillage des distinctions classiques semble plus largement dû à un état du monde qui accentue les inégalités sociales et les disparités régionales, accroît les mobilités humaines et les tensions entre natifs et nouveaux venus, ou encore augmente la compétition sur les ressources vitales (foncières, hydrauliques, etc.), notamment en contexte de crise écologique. En même temps il est propice à des tensions ou à des affrontements résultant de la réactualisation d’injustices ou de torts commis dans un passé plus ou moins lointain comme de l’affirmation ou de la réinvention d’identités ethniques ou religieuses.

Sur cette thématique des « nouvelles conflictualités », il s’agira donc de proposer des études de configurations particulières, possiblement comparatives, susceptibles d’apporter une meilleure intelligibilité aux antagonismes ou aux risques d’antagonismes qui accompagnent les processus de globalisation en cours.

Appel à contribution – « Communauté interprétatives. Communautés collaboratives »

Dacoromania litteraria

no 3 / 2016

 

Communautés interprétatives, communautés collaboratives.

Littérature, idéologie, arts visuels et performatifs

           

La communauté intellectuelle a fait, ces dernières décennies, l’objet d’étude des philosophes (Jean-Luc Nancy, Maurice Blanchot, Giorgio Agamben) ou des anthropologues (Victor Turner). Le concept de la « communauté interprétative », proposé par Stanley Fish dans un article de 1976, Interpreting the Variorum, reste jusqu’à nos jours une source de dilemmes théoriques, des débats, de ruptures et repositionnements de la pensée critique en marge de la littérature, de l’art et des phénomènes esthétiques en général. Mettre en discussion l’idée de communauté c’est évoquer à la fois un partage de valeurs, de protocoles et de pratiques d’interprétation culturelles.

Le numéro 3 de la revue « Dacoromania litteraria » propose un dialogue sur les communautés interprétatives contemporaines, dans et au-delà de la sphère du littéraire. La pratique de l’interprétation dans des différents domaines de l’expression artistique peut engager, sinon des communautés d’idées, au moins des effets de « réseau », des dispositions collaboratives d’analyse esthétique et culturelle. Et ce n’est pas par hasard qu’on trouve aujourd’hui de nombreux critiques et herméneutes littéraires, tout comme des théoriciens du visuel ou des arts performatifs, qui agissent sur une scène commune de la pensée critique. L’anthropologie d’un Michel Serres ou Bruno Latour permet un dialogue des interprétations culturelles au-delà des frontières disciplinaires. Un concept comme l’iconophilie (formulé contre l’attitude iconoclaste et l’attitude iconodule), dont Bruno Latour veut faire l’instrument d’une analyse commune des images artistiques, scientifiques et religieuses, semble voué à rouvrir le débat sur les enjeux de la critique d’art, de la critique et la théorie littéraires, ainsi que sur le projet des diverses idéologies esthétiques contemporaines. À quel point est-il nécessaire d’en saisir les convergences, d’autant plus que les préoccupations de diverses « castes » critiques se revendiquent souvent des postures, des attitudes et des obsessions d’interprétation communes? La réflexion que nous proposons privilégie la perspective transdisciplinaire sur les communautés et la volonté d’engager un dialogue inter-médial. Littérarité, visuel, performativité : ces concepts qui rendent compte de la différence des domaines de l’expression artistique peuvent tout aussi bien fonctionner comme des instruments d’interprétation entrecroisés, capables de nourrir le discours de l’art « voisin ».

En même temps, dans une réflexion sur les communautés, il nous semble important de restituer leur double dimension, interprétative et collaborative. Car l’exigence de l’inter-subjectivité et de sociabilité marque non seulement l’attitude critique, mais aussi la gesticulation créatrice proprement dite. Une esthétique relationnelle – pour penser dans les termes de Nicolas Bourriaud – peut comprendre à la fois les communautés de production et les réseaux interprétatifs, tout en incitant à leur mise en dialogue. La sociabilité critique est, certes, un thème de débat ; elle peut devenir en plus un territoire virtuel de rencontre des méthodes d’engagement réflexif et des pratiques collaboratives.

 

On propose une réflexion sur les communautés articulée en fonction de trois perspectives:

  1. Une perspective anthropologique et esthétique. Dans l’interprétation de l’anthropologue Victor Turner, le concept de communitas désigne une condition privilégiée de certains membres d’une communauté qui partagent l’expérience d’un « seuil » existentiel, une condition liminale, comme dans les cas des rituels de passage. Nous aimerions mobiliser un regard anthropologique du partage communautaire dans la réflexion sur les communautés collaboratives et sur leur poétique de la créativité : ce sera une manière de s’émanciper de la mythologie romantique de la génialité qui domine encore l’imaginaire des études littéraires et même celui des études théâtrales. Il s’agira de saisir les modalités multiples par lesquelles les communautés critiques et créatrices cherchent à déjouer l’hégémonie de l’Auteur ; et aussi de comprendre la volonté de tout projet de collaboration intra-communautaire et inter-communautaire, de trouver des solutions alternatives pour engager les individus et la société dans la création.
  2. Une perspective historique. Les communautés interprétatives s’inscrivent dans un contexte local et répondent, par leur programme, par la constitution du réseau des collaborateurs et par la dynamique de leur interaction, à une conjoncture sociale plus ample. Les projets d’association intellectuelle, comme le Cercle littéraire de Sibiu (1940) ou le Groupe de Păltiniş (1975), ont été orientés, souvent de manière explicite, en fonction des conditions du moment historique. La guerre, le contexte nationaliste de l’époque de l’entre deux guerres, les contraintes du régime communiste ont agi comme catalyseurs des communautés interprétatives. Un groupement contemporain comme CriticAtac (2010) combine ainsi, au cœur de son projet, l’attitude politique, étroitement liée aux problèmes actuels de la société, et les enjeux herméneutiques qui visent la fondation d’un espace commun de réflexion idéologique et philosophique.
  3. Une perspective politique. De nos jours, les figures de la communauté ont un important contenu politique. Le plaidoyer de Yves Citton pour la réhabilitation des études littéraires dans la société contemporaine, Lire, interpréter, actualiser (2007), propose de penser les communautés interprétatives constituées dans le milieu universitaire comme un modèle de communication, apte à être extrapolé à l’échelle de toute la société. À leur tour, les communautés collaboratives du domaine de l’art visuel ou performatif ont été souvent perçues comme des espaces d’expérimentation à la recherche des styles de vie, comme des « laboratoires » dans lesquels se forgent des modèles possibles de la société (on pense par exemple à la méthode du théâtre-forum, conçue par Augusto Boal comme une forme de théâtre social, communautaire et interventionniste, avec une vocation pédagogique manifeste). Cet engagement des communautés dans l’élaboration des modèles de vie et de communication représente, peut-être, la solution la plus simple pour mettre en évidence la rencontre trans-disciplinaire et inter-médiale des perspectives, l’agenda commune des collectivités littéraires, artistiques et idéologiques.

 

Références:

 

Giorgio Agamben, La communauté qui vient: théorie de la singularité quelconque, traduit par Marilène Raiola, Paris, Seuil, 1990.

Maurice Blanchot, La communauté inavouable, Paris, Minuit, 1984.

Nicolas Bourriaud, L’esthétique relationnelle, Dijon, Les Presses du réel, 1998.

Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires?, Paris, Amsterdam, 2007.

Stanley Fish, Is There a Text in This Class? The Authority of Interpretive Communities, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1980.

Jean-Luc Nancy, La communauté désœuvrée. Nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Christian Bourgois Éditeur, 1986, 1990.

Victor W. Turner, The Ritual Process: Structure and Antistructure, with a foreword by Roger D. Abrahams, Brunswick and London, Aldine Transaction, 1995.

 

Modalités de soumission :

 

On attend les propositions d’articles (4000 signes, espaces compris) accompagnées d’une bio-bibliographie, jusqu’à 30 janvier 2016, à l’adresse ligia.tudurachi@gmail.com. Les propositions envoyées seront soumises au conseil de rédaction, qui décidera de l’acceptation.

 

Les articles entiers (25000-50000 signes) seront envoyés jusqu’à 31 mars 2016 (consignes de présentation des manuscrits sur le site de la revue : http://www.dacoromanialitteraria.inst- puscariu.ro/). La décision de publication sera prise après l’évaluation externe et communiquée jusqu’à 30 mai 2016.

 

Calendrier :

 

Date limite de soumission des propositions (4000 signes, espaces compris) : 30 janvier 2016

 

Notification d’acceptation des propositions : 15 février 2016

 

Remise des textes complets (50000 signes maximum, espaces compris) : 31 mars 2016

 

Décision finale de publication : 30 mai 2016

 

Publication : 30 juin 2016

 

Responsables du dossier :

Laura Pavel (laura.pav12@yahoo.com), Professeur dr., Faculté de Théâtre et Télévision, Université « Babeș-Bolyai », Cluj-Napoca.

Ligia Tudurachi (ligia.tudurachi@gmail.com), Chercheur dr., Institut de linguistique et d’histoire littéraire « Sextil Pușcariu », Académie Roumaine, Cluj-Napoca.

Parution – Raphaël Thierry, « Le marché du livre africain et ses dynamiques littéraires »

Le marché du livre africain et ses dynamiques littéraires. Le cas du Cameroun

Raphaël Thierry

Presses Universitaires de Bordeaux, collection Littératures des Afriques

  • ISBN : 979-10-300-0169-3
  • Nombre de pages : 370
  • Format : 16 x 24
  • Sortie Nationale : 2015/11

Fruit d’une recherche de terrain méthodiquement conduite, le travail de Raphaël Thierry analyse une somme impressionnante de données, ce qui lui confère une incontestable dimension documentaire. […] Étude holistique d’un objet manifestement ardu, Le Marché du livre africain représente, au bout du compte, une contribution de tout premier ordre à la connaissance et la compréhension des logiques qui sont à l’oeuvre dans le marché éditorial africain contemporain. Par les informations rassemblées, par les analyses amorcées ou même seulement esquissées en notes, l’ouvrage […] est tout aussi incontestablement une exploration décisive d’un objet de toute première importance symbolique mais aussi économique, pour l’Afrique, voire pour nombre de pays de l’hémisphère Sud que la globalisation dans sa configuration actuelle menace de laisser sur le bord de la route. — Pierre Fandio (Extrait de la préface)

Responsable : Raphaël Thierry
Adresse : Presses Universitaires de Bordeaux,Domaine universitaire Université Bordeaux – Montaigne,F-33607 Pessac

Appel à participants : Atelier « Expérience esthétique et savoir social »

Cher-e-s collègues,

 

Chercheur postdoctoral à l’EHESS affilié au CRAL, je me permets de vous faire

part du projet d’un atelier consacré à un problème transversal que je souhaite

aborder cette année, afin d’élaborer le cadre théorique et méthodologique pour

ma propre enquête.

 

L’expérience esthétique et le savoir social. Histoire et théorie.

 

30 novembre 2015 – 20 juin 2016

 

Mon propre projet de recherche est consacré au rôle de l’expérience,

structurée autour de l’évènement public de la représentation théâtrale, dans

la transmission/transformation du savoir social en France entre 1750 et 1864.

La chronologie, le corpus étudié et les problématiques de cette recherche

invitent à une réflexion hétérogène à travers les disciplines (telles que

l’histoire des idées, l’histoire des spectacles et de la littérature

dramatique, l’histoire sociale, l’histoire des émotions) et à travers les

concepts, à commencer par ceux qui figurent dans l’intitulé de l’atelier. En

suggérant celui-ci, j’ai ainsi un but pragmatique, lié à mon travail

individuel. Or, je ne conçois pas d’avancer dans ce projet sans ouverture

explicite aux objets (arts au pluriel) et aux méthodes qui sont au centre des

intérêts de mes collègues à l’EHESS et ailleurs.

 

Qu’est-ce que l’expérience esthétique ?

 

Tout en tenant compte des approches philosophiques de la notion d’expérience

en général et de l’expérience esthétique en particulier, je propose de

consacrer nos travaux à l’expérience esthétique socialement située. Comment

peut-on reconstituer une telle expérience ? Quelles sont les conditions

matérielles, épistémologiques et politiques de l’autonomisation de

l’expérience esthétique ? Qui sont les sujets de celle-ci et les experts qui

évaluent sa légitimité ? Il s’agira d’étudier les dispositifs de l’expérience

esthétique qui à la fois construisent l’évènement social en tant qu’esthétique

et marquent les limites des approches spécifiquement focalisées sur un seul

aspect du dispositif (production, réception, espace, etc.).

 

Qu’est-ce que le savoir social ?

 

Le savoir social peut être défini comme l’ensemble des représentations qui

organisent les rapports sociaux d’un individu, la manière dont celui-ci

appréhende le monde social et se situe au sein de ce monde. Selon l’hypothèse

de Roger Chartier, le savoir social est mobilisé au moment de la rencontre

avec la fiction pour activer la lecture allégorique (et, par conséquent,

morale et politique) d’une représentation fictionnelle du monde. Plusieurs

disciplines ont examiné cette rencontre, sans avoir produit un consensus au

sujet de ses mécanismes. Je propose d’étudier les modalités d’intégration des

éléments fictionnels (tels que la dialectique personnage/sujet, les

représentations de l’autorité, etc.) dans la réflexion et, éventuellement,

dans l’action sociale des acteurs historiques : par exemple, à travers les

types de justification observés dans l’écriture de soi.

 

Histoire et théorie.

 

Aristote et Horace menaient leur réflexion sur les catégories poétiques en

termes explicitement sociaux. La réflexion sur l’autonomie esthétique, notion-

clé de la pensée esthétique, remonte, elle, au moins à la première modernité

ou la redécouverte de la Poétique voisinait le développement des théories

absolutistes du pouvoir et des nouvelles formes esthétiques.

La dimension historique de cet atelier est fondamentale, mais pas en raison

d’une chronologie préétablie. Il s’agit plutôt d’historiciser l’étude des

phénomènes, situés dans le passé ou contemporains. Dans le domaine des

sciences historiques, seront privilégiées les études qui questionnent leur

propre démarche empirique. Par ailleurs, en abordant les objets esthétiques

très hétérogènes, il peut s’avérer gratifiant d’aller chercher l’inspiration

dans les méthodes des sciences sociales ou de la philosophie qui opèrent

parfois dans le présent absolu. Il serait intéressant de maintenir cette

tension entre le travail empirique et historicisant et la réflexion théorique.

 

Format.

 

Le format hybride que prendra cet atelier favorisera deux types d’interaction.

D’abord, dans le cadre d’un groupe de lecture, nous allons lire et commenter

les textes sélectionnés et introduits par les participants à l’atelier. Il

s’agira de deux textes (article, chapitre d’un livre) par séance mensuelle.

Ensuite, une fois par mois également, nous aurons l’occasion d’accueillir un

intervenant dont les travaux affichent un lien stimulant avec les

problématiques magistrales de l’atelier. La liste des invités sera discutée

lors de la première séance que je souhaite organiser autour du 30 novembre.

 

Lieu et dates.

 

Les séances du groupe de lecture auront lieu dans les locaux du Centre de

recherche sur les arts et le langage (CRAL) à l’EHESS (96, bd Raspail 75006

Paris). Elles dureront deux heures environ. On identifiera les créneaux

convenables pour la plupart entre nous à l’aide du doodle

Les conférences des intervenants extérieurs auront lieu dans une des salles de

l’EHESS (à préciser). Les dates des conférences seront établie ultérieurement.

 

Journée d’études.

 

Une journée d’études est prévue pour la fin du mois de mai 2016 qui va réunir

un certain nombre des intervenants invités et ceux qui vont répondre à l’appel

à communications qui va être diffusé en janvier 2016.

 

Pour plus de renseignement, merci de me contacter : alexei.evstratov@ehess.fr

 

Avec mes salutations sincères,

Alexeï Evstratov

 

Appel à contributions – « Genres et enjeux de légitimation »

Appel à contributions

Troisième numéro de la revue en ligne À l’épreuve :

« Genres et enjeux de légitimation »

 

Comité de rédaction : Audrey Garcia, Filippos Katsanos, Karin Wackers-Espinosa.

 

Comité scientifique : Guillaume Boulangé (Montpellier III), Guilherme Carvalho (Montpellier III), Claire Ducournau (Montpellier III), Philippe Goudard (Montpellier III), Matthieu Letourneux (Paris X), Frédéric Mambenga (Université Omar Bongo), Catherine Nesci (Université de Californie), Yvan Nommick, (Montpellier III), Guillaume Pinson, (Université Laval), Corinne Saminadayar-Perrin (Montpellier III), Maxime Scheinfeigel (Montpellier III), Catherine Soulier, (Montpellier III), Marie-Ève Thérenty (Montpellier III).

 

Reposant sur l’établissement de contrastes qui permettent de dégager des traits distinctifs pertinents, l’activité classificatoire se trouve au cœur des processus d’élaboration des savoirs. En littérature et plus généralement dans les arts, c’est la notion de « genre » qui sert à opérer un ensemble de discriminations indispensables au travail de conceptualisation de divers pans de la production culturelle.

Bien que génératrice de nombreuses taxinomies dont on peut facilement mesurer l’efficacité pratique dans notre vie quotidienne – des étiquettes comme « polar » ou « rap » aident non seulement la pensée à reconnaître immédiatement une forme particulière mais également le potentiel acheteur à s’orienter vers ou tel ou tel rayonnage en fonction de ses goûts –, il s’agit de l’une des notions théoriques les plus nébuleuses et par là-même des plus polémiques.

Et cela parce qu’elle fait, selon les cas, entrer en jeu des critères taxinomiques très divers. Tentant d’en résumer la totalité dans le domaine littéraire, Daniel Couégnas énumère : « Un genre, ce sera donc à la fois : un ensemble depropriétés textuelles, de contraintes matérielles, structurelles, pragmatiques (horizon d’attente, contrat de lecture) ; une série de règles, de conventions esthétiques et formelles ; une tradition d’œuvres, un espace intertextuel, avec des mécanismes de reproduction, d’écart, d’opposition, de dépassement ; un ensemble d’œuvres présentant, hors de tout lien historique, des similitudes, en particulier thématique». Si la notion de « genre » et ce qu’elle recouvre dans les différents domaines (littérature, musique, cinéma, théâtre, arts) mérite naturellement d’être examinée et précisée au préalable, nous nous intéresserons davantage aux enjeux de légitimation qu’elle implique.

L’histoire de la littérature et des arts offre de nombreux exemples où les usages descriptif et explicatif de la notion se voient concurrencés par une intention prescriptive : classifier n’est souvent pas seulement départager mais également établir une hiérarchie entre les « grands » et les « petits » genres. Ainsi comme le rappelait Pierre Bourdieu tout effort de taxinomie n’est jamais totalement étranger à une certaine violence symbolique : « Mettre des formes, c’est donner à une action ou à un discours la forme qui est reconnue comme convenable, légitime, approuvée, c’est-à-dire une forme telle que l’on peut produire publiquement, à la face de tous, une volonté ou une pratique qui, présentée autrement, serait inacceptable ».

Le troisième numéro de la revue en ligne À l’épreuve souhaiterait explorer les dynamiques plurielles de légitimation/délégitimation engagées par la notion de « genre » dans la littérature et les arts. Sans exclusive, la réflexion peut s’articuler autour des axes suivants :

 

  • Perspective historique : Retracer historiquement la réception d’un genre et son évolution dans le marché des biens symboliques et détailler notamment les divers processus par lesquels un genre au départ illégitime se voit annexé par la culture savante.
  • La théorie comme opérateur de (dé)légitimation : Interroger le genre dans le discours théorique et critique en tant qu’opérateur de (dé)légitimation. Par exemple comme l’ont montré dans leurs travaux D. Mellier et A. Glinoer, la célèbre tentative de formalisation du « fantastique » par T. Todorov a eu un effet des plus ambigus. En le définissant comme un jeu d’hésitation face au surnaturel, le critique a privilégié un « fantastique de la suggestion » qu’il a ainsi annexé à la sphère lettrée. Mais cela s’est fait au détriment d’un autre corpus peuplé de créatures surnaturelles, d’un « fantastique de la présence » qui s’est vu relégué aux marges de la littérature.
  • Stratégies de positionnement dans le champ culturel : Étudier les diverses stratégies de légitimation (auctoriales, éditoriales, traductives, choix d’un support etc.) par lesquelles les « mauvais » genres se positionnent à l’intérieur du champ culturel d’un pays. Par exemple en 1964, le critique états-unien Richard Kyle, inventait pour neutraliser les connotations péjoratives du terme comics, celui de graphic novel.Cette association de la bande dessinée à la respectabilité culturelle inhérente au modèle du roman s’est révélée une aubaine pour les milieux éditoriaux qui en ont fait une appellation générique désignant un type de bande dessinée « littéraire » à destination non plus d’un public adolescent mais adulte. De nombreux autres cas de figure peuvent être envisagés ici : l’établissement d’un dialogue intertextuel avec un genre légitime, l’invitation d’un auteur/artiste du canon à l’intérieur de l’univers diégétique, le déploiement d’un ensemble de péritextes cherchant à montrer la conformité de telle ou telle œuvre aux canons artistiques d’époque etc.
  • Dynamiques génériques : L’usage de la notion de « genre » engage souvent un imaginaire cloisonné de l’espace culturel où les différentes poétiques et formes coexisteraient sans se mélanger. Il s’agit ici d’adopter la conception d’un système de genres régi par une « loi d’impureté », d’envisager le cas d’œuvres hybrides qui font apparaître la notion non plus comme une simple étiquette mais comme une dynamique d’échanges. Considérer des œuvres qui défient toute classification sera l’occasion non de conforter une doxa théorique qui érige l’originalité en trait constitutif de la valeur symbolique d’un objet culturel mais celle de mieux explorer par exemple l’attraction que la culture du « bas » peut exercer sur la culture du « haut », car bien que souvent éphémère, le succès commercial de genres populaires a pu influencer de nombreuses façons les genres bénéficiant d’une légitimité culturelle.
  • Genres et discours social : Si le genre auquel appartient une œuvre est majoritairement appréhendé à partir de caractéristiques structurelles inhérentes à celle-ci, il arrive souvent qu’à l’intérieur du discours social, il soit prioritairement associé à son public de prédilection, selon le cliché prétendument sociologique qui veut que le niveau de l’œuvre égale celui de ses consommateurs. Il s’agit donc d’examiner les associations faites, dans le discours social, entre une forme et un public, et d’analyser leurs effets en termes de légitimité culturelle.

 

Les propositions d’article ne devront pas excéder 500 mots et seront précédées du nom et prénom de l’auteur, de ses coordonnées institutionnelles, d’une courte notice bio-bibliographique et du titre de l’article proposé. Elles sont à envoyer par courriel à l’adresse alepreuve34@gmail.com au plus tard le 1er mars 2016. Les réponses seront données début avril.

Ouvrages cités :

BOURDIEU, Pierre, « Habitus, code et codification », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 64, septembre 1986, p. 43.

COUEGNAS, Daniel, Introduction à la paralittérature, Paris, Seuil, 1992, p. 60.

DERRIDA, Jacques, « La loi du genre », Parages, Paris, Galilée, 1986, p. 254-256

GLINOER, Anthony, La littérature frénétique, Paris, Presses Universitaires de France, 2009.

MELLIER, Denis, L’Écriture de l’excès. Fiction fantastique et poétique de la terreur, Paris, Honoré Champion, 1999.

 

Soutenance de thèse – « Une guerre des langues ? Le champ littéraire algérien pendant la « décennie noire » (1988-2003) »

Chers collègues, chers amis,

 

J’ai le plaisir de vous annoncer et de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat intitulée

Une guerre des langues ?

Le champ littéraire algérien pendant la « décennie noire » (1988-2003).

Crise politique et consécrations transnationales.

 

Jury :

Zineb Ali Benali, professeure de littératures francophones, Université Paris 8.

Isabelle Charpentier, professeure de sociologie, Université d’Amiens (rapporteure).

Dominique Combe, professeur de littérature française, Ecole Normale Supérieure.

Richard Jacquemond, professeur de littérature arabe, Université d’Aix-Marseille (rapporteur).

Laurent Jeanpierre, professeur de sciences politiques, Université Paris 8.

Gisèle Sapiro, directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS (directrice de thèse).

 

Vous en trouverez la présentation plus bas, et en PJ.

 

La soutenance aura le vendredi 4 décembre à 14h à l’EHESS, 96 bd Raspail, 75006 Paris, salle des Lombards. Elle sera suivie d’un « pot de thèse ». Si vous pensez être présent à ce dernier, je vous remercie de bien vouloir me l’indiquer par retour de mail, afin que je puisse prévoir au mieux.

 

Au plaisir de vous y retrouver,

 

Tristan Leperlier

 

 

Résumé

Relevant de la sociologie de la littérature et des intellectuels, cette thèse étudie le champ littéraire algérien pendant la « guerre civile » des années 1990 (1988-2003). Cette période a vu notamment l’assassinat de nombreux intellectuels, et conduit à la surpolitisation des écrivains. Nous évaluons le rôle du facteur linguistique (arabophones/francophones) dans la structuration du champ littéraire algérien, en particulier pendant la crise, qui a souvent été présentée comme une « guerre des langues ». Cette interrogation permet également de rendre compte de l’évolution du statut symbolique des écrivains dans le champ intellectuel (journalisme, université) et le champ du pouvoir algérien, et de mettre en évidence les enjeux de lutte nationaux et internationaux sur la définition légitime de la « littérature algérienne ». L’enquête empirique s’appuie sur deux bases de données originales, la première bibliographique recensant près de 1600 œuvres littéraires publiées par des Algériens, la seconde prosopographique, portant sur 174 écrivains en activité pendant la période ; environ 80 entretiens semi-directifs avec des écrivains, éditeurs, responsables politiques ou administratifs ; des documents d’archive ; le dépouillement de titres de presse ; et des analyses d’œuvres littéraires. La première partie décrit la genèse (coloniale) et la structuration de cette littérature nationale, et celle d’un champ littéraire à la fois transnational et bilingue. La crise des années 1990 n’affectera pas en profondeur les hiérarchies internes à ces deux dimensions. La seconde partie tente d’expliquer et de comprendre les effets de la politisation accrue du champ littéraire après les émeutes d’Octobre 1988, âge d’or des intellectuels en même temps que moment de forte recomposition du champ intellectuel et du champ littéraire (par exemple à l’Union des Ecrivains Algériens); puis à la suite de l’arrêt du processus électoral de janvier 1992. L’approche statistique, à la fois bibliographique, et par une Analyse des Correspondances Multiples sur les écrivains algériens, croisée à l’analyse fine de trajectoires (en particulier celle de l’écrivain de langue arabe Tahar Ouettar), permet de mettre en lumière la structuration du champ littéraire pendant la crise entre un pôle international et un pôle institutionnel. Cette opposition est bien plus déterminante dans les prises de position politique des écrivains que le facteur linguistique, même si nous montrons comment la guerre civile est devenue une guerre des langues dans le champ littéraire. La troisième partie prend acte de la forte rupture que la guerre a introduite entre un pôle arabophone publiant (difficilement) en Algérie, et un pôle francophone florissant publiant en France, sur lequel cette partie se concentre. Alors que les agendas politiques, comme les règles des champs littéraires, sont différents entre l’Algérie et la France, les écrivains algériens exilés ou publiant en France cherchent à trouver un équilibre entre d’une part la reconnaissance littéraire dans la capitale littéraire qu’est pour eux Paris, et d’autre part l’engagement anti-islamiste et pour la défense de l’image de leur pays ; ils contribuent à cette occasion à la redéfinition de leur littérature nationale (dont l’un des enjeux majeurs est Camus). Cette tension s’observe nettement dans la problématique du témoignage, la réception de Rachid Boudjedra, les œuvres de Mohammed Dib et Salim Bachi, et les archives de la revue Algérie Littérature/Action. La fin de la guerre permet, par la dépolitisation du champ, l’intervention diplomatique et économique de la France, et surtout l’alliance de jeunes prétendants des deux langues (structurés autour des éditeurs El-Ikhtilef et Barzakh) contre la domination des écrivains internationalisés passés par la France, la reconstitution d’un champ littéraire bilingue en Algérie même.