Archives mensuelles : décembre 2015

CFP: « Dissecting Society II. Social Movement, Literature, Social Science »

CFP: Dissecting Society II. Social Movement, Literature, Social Science

Conference, co-sponsored by the Remarque Institute (NYU) and the Department of Comparative Literature (NYU)

April 15-16, 2016, New York University

 

At the beginning of the nineteenth century, due to industrialization, population growth, and rural exodus, the populous cities of Western Europe experienced a novel and fragile state of societal differentiation. Debates on questions such as pauperism, child labor, working conditions, public health, population shifts, and economic change were particularly acute during the 1830s and 1840s, exacerbated by the increasing momentum of workers, socialist, communist, and republican movements.

New forms of media arose together with these social movements and economic changes: illustrated journalism, the serial and the social novel, philanthropic and statistical reports, and “panoramic literature”. One of the major specificities of early nineteenth-century writing was an overlap between literature and journalism. It is within the crossings between the two domains that the art of social observation and representation was refined significantly.

The aim of the conference, a follow-up event to the conference Dissecting Society. Periodical Literature and Social Observation (NYU, March 2015), is to explore the link between cross-media social analysis and social movement, broadly consideredSince most histories about social knowledge are disciplinary tales and take their starting point at the institutionalization of the social sciences at the end of the nineteenth century, the relationship between the increasing mediation of social questions during the first half of the nineteenth century and the rise of sociological, ethnological, and militant social science has rarely been researched. While we privilege the genesis of this question in the 1830s and 1840s in European societies, we welcome proposals from all geographical areas from the nineteenth to the twenty-first century that are concerned with the interconnected history of the social sciences, literature, journalism, and media more generally.

We invite to submit ideas for presentations (20 minutes) or panels and to share work in progress from a variety of disciplines. Topics covered may include:

– The intersections of different formats/frames of knowledge and representation in the representation of societal differentiation (e.g., the processing of statistical data or governmental studies in literature)

– The depiction of lower class representatives/types in relation to current philosophical/political/statistical ideas, as well as the appropriation of this knowledge by the working class

– The involvement of individuals in different social networks and their appropriation of corresponding ways of exploring, representing and evaluating social issues

– The use of ethnographic methods and styles and sociological/scientific concepts in describing social environments and types

– The ideological positions that artists/painters/scientists subscribe to in representing social circumstances and evaluating social differentiation

– The relationships between particular pieces/genres/knowledge formats and contemporary political debates (child labor, public health movements, workers’ movements, etc.)

– Transnational networks between social observers; migrations and adaptations of different forms/ideas of social observation and representation

– Representations of rural/peasant environments (also within urban contexts), the appropriation of  “folkoristic” material (songs, tales, sayings) and the connections of writers/painters with folkloristic movements

Please send your abstract (400 words maximum) and a brief biographic statement to dissectingsociety@yahoo.com by January 15. The conference language will be English. You will be notified about your participation by January, 31.

Parution – COnTEXTES n° 16, « Crises politiques et champs littéraires »

Chères et chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 16e numéro de la revue COnTEXTES. Intitulé « Crises politiques et champs littéraires » (sous la direction de Bastien Amiel, Mathilde Sempé et Paul Dirkx), il est disponible intégralement en ligne.

16 | 2015
Crises politiques et champs littéraires

Nous en profitons également pour vous signaler la publication récente de plusieurs articles en varia, parmi lesquels :

COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature rassemble des chercheurs adoptant une approche sociale du littéraire, toutes époques et toutes littératures confondues.

— Denis Saint-Amand Université de Liège Dpt LL françaises et romanes https://contextes.revues.org/

En libre accès – Frédéric Martel, « L’écrivain « social ». La condition de l’écrivain à l’âge numérique »

A lire en libre accès : le rapport écrit par Frédric Martel, intitulé L’écrivain « social ». La condition de l’écrivain à l’âge numérique.
URL : https://gallery.mailchimp.com/1e809b25a8e0be448d87c3d87/files/ressource_fichier_fr_condition_a_crivain_monde_numa_rique_rapport_2015_11_09_ok.pdf

Colloque – « Les poètes et la publicité »

Du 15 au 16 janvier 2016 à Paris 3, au centre Censier (salle Las Vergnas), aura lieu le colloque international

« Les Poètes et la publicité (19e-20e siècles) »

organisé par Marie-Paule Berranger et Laurence Guellec dans le cadre du programme ANR LITTéPUB.

Affiche et programme se trouvent ici : http://www.thalim.cnrs.fr/programmes-de-recherche/programmes-subventionnes/article/littepub.

Appel à communications – REAF 2016

Voici un appel à communications pour les prochaines REAF
(Rencontres des Etudes Africaines en France), qui se tiendront à
l’Inalco, les 5-6-7 juillet 2016 :

Écriture du corps et expérience du retour chez les auteurs africains et
afropolitains (Chloé Vandendorpe et Pierre Boizette)

Le continent africain a été longtemps décrit comme une terre de
départs : celui de ses minerais, pillés et revendus sur les places
financières du marché global, celui de ses élites poussées à l’exil ou
engagées dans des mouvements diasporiques, celui surtout, fondateur, de
ses millions d’individus réduits à leurs seuls corps razziés et entassés
sur des navires pour traverser l’Atlantique. Cependant, aussitôt, ce
déracinement contraint a été imaginé par ceux-là même qui le subissaient
comme comportant l’éventualité d’un retour. Aujourd’hui d’ailleurs, la
presse et internet relaient par dizaines les récits de jeunes
afropolitains ayant accompli avec succès cette démarche. Ainsi, qu’elle
soit fictive ou réelle, heureuse ou malheureuse, permanente ou
temporaire, cette perspective n’a cessé jusqu’à maintenant de hanter les
littératures produites par ceux et celles qui durent subir ce
déracinement ou en furent les héritiers.

Le traitement de ce motif de Jacobus Capitein à Chimamanda Ngozi
Adichie, en passant par Edward Wilmot Blyden, Léopold Sédar Senghor,
Scholastique Mukasonga ou encore NoViolet Bulawayo, a ainsi donné à lire
depuis quatre cents ans des identités cosmopolites et hybrides, se
situant dorénavant à l’interface entre plusieurs espaces et cultures. A
cet effet, le corps occupa fréquemment une place prépondérante dans ses
narrations. La critique s’est néanmoins traditionnellement plus
intéressée à la manière dont le corps noir était devenu un enjeu de
réhabilitation après des siècles de partitions binaires. Constitué dans
la négativité d’un corps blanc, posé comme étant la norme, il était pris
dans un réseau d’oppositions l’ayant constitué comme autre. Déconstruire
une telle logique et, en particulier, l’idéologie raciale qu’elle
suppose, fut dès lors l’une des revendications de nombreux auteurs, pour
qui sa célébration aboutît parfois à une nouvelle forme
d’essentialisation. Cependant, les pistes ouvertes par les apports
théoriques des deux dernières décennies et les générations plus récentes
d’écrivains (refusant pour certains d’être réduits à une hypothétique et
problématique « africanité ») invitent à reconsidérer la manière dont le
corps est écrit et s’écrit dans le cadre de cette négociation que
constitue l’expérience du retour. Aussi bien les réflexions initiées par
les théories postcoloniales, queer ou encore de l’intersectionnalité
s’avèrent être autant de pistes de lectures envisageables pour saisir
l’aspect mouvant de corps qui se refusent dorénavant à toute assignation
et qui traduisent leur être au monde à la fois globalement et localement.

Les propositions pourront donc se concentrer sur plusieurs thèmes :

Le corps du sujet comme espace dialogique mettant en lien et
interrogeant différentes normes.
L’écriture du corps dans une perspective intertextuelle d’abrogation de
représentations antérieures.
Les descriptions de l’écart, de l’hybridation ou de l’adéquation entre
le corps revenant et la situation qu’il retrouve.

Modalités de soumission des propositions:
http://reaf2016.sciencesconf.org/resource/page/id/10

Appel à communications – Journée d’étude « La chair et le verbe »

LA CHAIR ET LE VERBE. HISTOIRE CULTURELLE DU CORPS.
DISCOURS, REPRÉSENTATIONS, ET ÉPISTÉMOLOGIES XIXE-XXIE SIÈCLES
Journée d’études doctorales du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines
Mercredi 11 mai 2016
Université de Versailles-Saint-Quentin (France)

Voir :
http://www.framonde.auf.org/media/archives/FRAMONDE__11_decembre_2015.pdf

Contrat doctoral – « Cultures savantes, cultures populaires : interférences, modélisations, reconfigurations »

L’Université Paul Valéry propose un contrat doctoral en renforcement des axes de recherche de l’équipe d’accueil RIRRA 21 (EA 4209: Représenter, Inventer la Réalité du Romantisme à l’Aube du 21e siècle). Le projet de thèse financé par ce contrat devra s’inscrire dans la thématique suivante:

Cultures savantes, cultures populaires : interférences, modélisations, reconfigurations.

En prenant appui sur un corpus précisément délimité, la thèse analysera comment les formes « hautes » de l’art ou de la littérature et les formes « basses » issues des pratiques culturelles populaires (ou bien conçues pour celles-ci) peuvent entrer en dialogue. Une attention particulière sera donnée à la définition sociologique, économique et symbolique de ces deux champs, en fonction notamment du domaine d’expression, du positionnement esthétique et du contexte sociopolitique considérés.

Depuis sa fondation en 2007, le centre de recherche RIRRA21 s’applique à questionner et à remettre en cause les représentations de la culture organisées de manière verticale, hiérarchique et/ou compartimentée. Cette problématique concerne donc l’ensemble des programmes du théâtre et des spectacles vivants, du cinéma, de la musique, des arts plastiques et des études littéraires. Certains objets d’étude au cœur des recherches de Rirra21 comme la marionnette, le jeu vidéo, le roman dit « populaire », le cirque, le ciné-club, la transfictionnalité, la bande dessinée pourraient permettre de constituer un corpus original et fécond.

Le calendrier et les modalités de candidature sont présentés à l’adresse suivante:

http://recherche.univ-montp3.fr/aides-financieres/financements-pour-la-preparation-de-la-these-contrats-doctoraux-ater-cifre/

Responsable :

D. Plassard

Appel à communication – Quatrième rencontre du groupe RES-HIST (Réseaux & Histoire)

Appel à communication

Quatrième rencontre du groupe RES-HIST
(Réseaux & Histoire)
Retour aux sources
Nice, 22-24 septembre 2016

Le groupe collaboratif RES-HIST a été créé en 2013. Ouvert à tout l’éventail des recherches historiques, il se propose de favoriser l’échange entre les historien.ne.s travaillant sur les réseaux, promouvoir le recours à des outils à la fois conceptuels et méthodologiques partagés et adaptés, et permettre le dialogue avec les autres sciences sociales qui appliquent l’analyse des réseaux à leur objet d’étude. Après le succès de la première manifestation, organisée à Nice en septembre 2013, des rencontres se sont tenues en 2014 à Toulouse et en 2015 à Paris. Elles ont permis de présenter des recherches en cours et achevées, de donner une large place au débat et aux échanges entre chercheur.e.s d’horizons divers, et d’organiser plusieurs ateliers de formation aux outils. Un site internet réunit les textes des interventions, voire leurs enregistrements, et nourrit les échanges en servant de plateforme commune (http://reshist.hypotheses.org!
/). La création du GDR CNRS Analyse de réseaux en SHS (AR_SHS) à partir de janvier 2016, dont plusieurs fondateurs de RES-HIST sont partie prenante, permettra d’articuler encore davantage le dialogue interdisciplinaire.
La quatrième rencontre du groupe RES-HIST se tiendra à la MSHS du Sud-Est à Nice et sera consacrée à une réflexion à la fois épistémologique et pratique autour des problèmes spécifiques qui se posent aux historien.ne.s lorsqu’il s’agit de formaliser le contenu des sources pour procéder à une analyse des réseaux. Il est en effet rare que l’historien.ne<http://historien.ne> dispose d’une information exhaustive sur un ego et ses alter, et sur la nature des liens qui les relient. Par ailleurs, la nature diachronique de l’information livrée par la source et ses lacunes dans le temps posent des défis supplémentaires. Comment peut-on y faire face au mieux ? Comment formaliser l’information de manière efficace sans introduire des biais lors de l’exploitation des données ? Comment concilier la sensibilité propre à l’historien.ne<http://historien.ne> dans sa perception de sa source, saisie dans son unicité et toutes ses nuances, avec son traitemen!
t informatisé ou mathématique ? Plus concrètement, comment choisir entre différents logiciels appliquant différents algorithmes pour aboutir à des résultats signifiants en évitant que l’outil prenne le dessus, amenant à des résultats justes quant au calcul, mais faux quant à leur contenu heuristique, en raison d’une série de simplifications excessives lors du traitement des informations ?
Nous souhaitons échanger autour de ces questions à partir d’une vaste gamme de sources différentes, telles que :
• correspondances
• egodocuments/écrits du for privé
• généalogies ou autres sources permettant de reconstituer des liens familiaux
• sources épigraphiques
• listes de noms, de membres…
• sources fournissant des citations : écrits scientifiques, mais aussi textes littéraires avec leur intertextualité, etc.
• sources juridiques et judiciaires (actes notariés, procès)
• sources attestant des mobilités : transports, migrations, flux commerciaux, etc.
• comptabilités
• sources archéologiques

Nous invitons donc les chercheur.e.s faisant appel dans leurs recherches à des sources historiques ou archéologiques, concevant leur objet comme un réseau et/ou ayant recours à une formalisation des informations livrées par les sources en vue de la constitution d’une base de données et/ou d’une analyse de réseaux, à participer à ces rencontres. A côté de l’objet de l’étude et des résultats obtenus, il s’agit de placer au cœur de l’analyse le traitement de l’information et les difficultés liées à la source. Les propositions d’intervenant.e.s des précédentes rencontres RES-HIST tout comme celles de chercheur.e.s qui n’y ont pas assisté sont les bienvenues.
Selon une formule qui a fait ses preuves lors des précédentes journées RES-HIST, les intervenant.e.s fourniront un texte qui sera mis en ligne à l’avance, et présenteront leurs propos oralement en 20 minutes maximum, qui seront suivis par 40 minutes de débat et d’échange avec la salle. Des présentations par des invité.e.s et un ou plusieurs ateliers de formation aux logiciels d’analyse de réseaux sur une demi-journée seront également proposés au cours des rencontres.
Les propositions de communication, d’une longueur d’une page et accompagnées du nom, statut et adresse mail, devront être adressées avant le 31 mars 2016 par courriel à pierre-yves.beaurepaire@unice.fr<mailto:pierre-yves.beaurepaire@unice.fr> ; Silvia.Marzagalli@unice.fr<mailto:Silvia.Marzagalli@unice.fr>;  jm.imizcoz@gmail.com<mailto:jm.imizcoz@gmail.com>. Le résultat de la sélection sera communiqué avant le 1er mai 2016, après examen par le conseil scientifique. Les textes présentés seront fournis avant le 14 juillet 2016.
Les organisateurs prendront en charge les nuitées et la plupart des repas au cours de la rencontre. Les frais de transport sont à la charge des intervenant.e.s ou de leur laboratoire.

Cette initiative est possible grâce au soutien du CMMC (Université Nice Sophia Antipolis), du CEPAM (Université Nice Sophia Antipolis-CNRS), de la MSHS du Sud-Est, du Projet de Recherche du Ministère d’Economie et Compétitivité du Gouvernement de l’Espagne HAR2013-48901-C6-4-R: “El proceso de la modernidad. Actores, discursos y cambios, de la sociedad tradicional a la revolución liberal, s.XVI-1850”, dirigé par José María Imízcoz. (2014-2017), et du GDR CNRS AR-SHS Analyse de réseaux en SHS.

Comité scientifique :

Pierre-Yves Beaurepaire, professeur d’histoire moderne (Université Nice Sophia Antipolis-CMMC)
Frédérique Bertoncello, chargée de recherches CNRS (Université Nice Sophia Antipolis-CEPAM)
Michel Bertrand, professeur d’histoire moderne (Université Jean-Jaurès Toulouse), directeur de la Casa de Velazquez, Madrid
Pierre Gervais, professeur de civilisation américaine (Université Sorbonne-Nouvelle)
José Maria Imizcoz, professeur d’histoire moderne (Universidad del País Vasco)
Claire Lemercier, Directrice de recherches au CNRS (Centre de sociologie des organisations,  Science Po Paris)
Silvia Marzagalli, professeur d’histoire moderne (Université Nice Sophia Antipolis-CMMC, Institut Universitaire de France)
Zacarias Moutoukias, professeur d’histoire contemporaine (Université Paris-Diderot)
Marie-Jeanne Ouriachi, maître de conférences en histoire et archéologie antique (Université Nice Sophia Antipolis-CEPAM)

Comité d’organisation
Pierre-Yves Beaurepaire, française, professeur d’histoire moderne (Université Nice Sophia Antipolis-CMMC)
Frédérique Bertoncello, française, chargée de recherches CNRS (Université Nice Sophia Antipolis-CEPAM)
José Maria Imizcoz, espagnole, professeur d’histoire moderne (Universidad del País Vasco)
Silvia Marzagalli, italienne, professeur d’histoire moderne (Université Nice Sophia Antipolis-CMMC, Institut Universitaire de France)
Marie-Jeanne Ouriachi, française, maître de conférences en histoire et archéologie antique (Université Nice Sophia Antipolis-CEPAM)

Appel de textes – Mémoires du livre / Studies in Book Culture vol. 8 no 1

Ci-dessous l’appel de textes du numéro d’automne 2016 de Mémoires du livre / Studies in Book Culture.

Ce 15ème numéro s’intitule « La littérature sauvage / Literature Unbound » et est dirigé par Denis Saint-Amand (Université de Liège).

 

Mémoires du livre_vol. 8 no 1_Appel de textes-Call for papers_Automne 2016

Nouvelle réédition sur le site Socius – « Sociologie de la littérature » de Robert Escarpit


Nouvelle réédition sur le site Socius – « Sociologie de la littérature » de Robert Escarpit

Durable succès de librairie (plus de 100 000 exemplaires), le « Que sais-je ? » de Robert Escarpit (1958) a longtemps été la synthèse de référence sur la sociologie de la littérature.

 

Plus d’un demi-siècle après sa parution originale, ce livre au caractère manifestaire gagne à être (re)lu. Le lecteur y trouvera un grand nombre de données démographiques, sociologiques, bibliométriques qui montrent qu’Escarpit et son équipe de Bordeaux ont joué un rôle pionnier dans les recherches empiriques sur le livre, la littérature et la lecture. Le lecteur appréciera aussi la première formulation (deux ans avant Jakobson) du processus de transmission du livre et de la littérature comme un phénomène de communication. On y découvrira enfin, mais la liste des apports de Robert Escarpit aux approches socio-historique du littéraire n’est pas close pour autant, de pénétrantes intuitions sur les réappropriations et les réinterprétations des oeuvres du passé par les générations postérieures de lecteurs.

 

Réédité selon la 8e et dernière édition de 1992, Sociologie de la littérature est à lire, avec une présentation d’Anthony Glinoer, à l’adresse : http://ressources-socius.info/index.php/reeditions/17-reeditions-de-livres/173-sociologie-de-la-litterature.