Archives mensuelles : février 2016

Parution – « La comédie française et la ville (1550-1650) »

Chères / chers collègues,

 

Les Classiques Garnier viennent de publier La Comédie française et la ville (1550-1650). L’Iliade parodique.

 

Issu de ma thèse, ce livre analyse les comédies de la fin de la Renaissance sous l’angle de la relation qu’elles entretiennent à la ville.

 

L’intention de ce travail est d’abord de faire écho à la verve de ces pièces et d’en réhabiliter les mérites littéraires, qui restent largement méconnus.

 

Ce corpus vaut également par la richesse de son substrat anthropologique. Le théâtre comique s’avère fascinant par sa capacité à jouer des fantasmes et des rouages symboliques de la vie citadine aux débuts de l’époque moderne. Il fait rire de la comédie urbaine des années 1550-1650, évoquant la théâtralisation des comportements, la naissance et la perte des réputations, l’érotisme ordinaire de la rue, la peur de la destruction de la cité.

 

Ce qui est en jeu dans la ville-théâtre projetée par les pièces, c’est la séduction des jeunes filles. Pour conclure des alliances à leur avantage, les jeunes premiers manipulent la peur du qu’en dira-t-on qui imprime sa marque à la société bourgeoise et ils prennent d’assaut les maisons des (pères des) jeunes femmes. De fait, leurs manœuvres sont décrites par des métaphores guerrières qui dessinent un univers foncièrement phallocrate : la conquête des jeunes filles prétend s’égaler à la conquête des villes. La comédie, en parodiant ainsi les codes militaires, tente d’exorciser par le rire les traumatismes des guerres de l’époque.

 

L’ouvrage s’adresse aux spécialistes de la littérature et du théâtre, mais aussi aux historiens et aux anthropologues de la ville. Il peut enfin intéresser une sociologie désireuse de déconstruire, dans une perspective historique, quelques-uns des piliers du patriarcat.

 

Voici la présentation du livre sur le site de l’éditeur : https://www.classiques-garnier.com/editions/index.php?page=shop.product_details&flypage=flypage_garnier.tpl&product_id=2212&category_id=28&keyword=oiry&option=com_virtuemart&Itemid=1

 

Bonne lecture,

 

Goulven Oiry

Appel à contributions – Sociologie de l’Art – OPuS

Cher.e.s Collègues,

Vous trouverez ci-joint un appel à contributions pour la revue Sociologie de l’Art-Opus sur le thème « Spectacularisation et démocratie patrimoniale : nouveaux regards ».

Appel à contribution
Bien cordialement,

Cécile Prévost-Thomas
Rédactrice en chef de Sociologie de l’Art – OPuS
https://sociologieart.wordpress.com/

Parution – Emily Apter , « Zones de traduction. Pour une nouvelle littérature comparée »

Emily Apter
Zones de traduction
Pour une nouvelle littérature comparée
Fayard
2015
Présentation de l’éditeur
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Hélène Quiniou
À l’heure où les échanges culturels sont véhiculés par un anglais standardisé,  même si d’autres langues de portée mondiale commencent à modifier l’équilibre des forces dans la production de la culture, Emily Apter mène une réflexion sur les zones de traduction. Traduire, est-ce perpétuer ou effacer la mémoire culturelle ? Tout est-il traduisible ?
À travers une grande variété de champs – de l’« invention » de la littérature comparée par Leo Spitzer et Erich Auerbach à la situation de la littérature algérienne après l’Indépendance, et du rôle politique crucial de la traduction après le 11-Septembre à la fabrique des langues (pidgins, créoles) –, son questionnement est ouvert aux littératures du monde entier. Elle ne traite pas de la seule discipline littéraire, mais des rapports entre les langues. Une nouvelle littérature comparée se dessine ici, celle dont nous avons besoin pour préserver l’« intraduisible » sans renoncer à mettre en relation. Penser la traduction, c’est faire une politique du vivre ensemble.
Emily Apter est professeur à la New York University dans les départements de Français et de Littérature comparée.

Parution – « Une cité entre deux mondes. La ville dans les arts et la littérature en France de 1958 à 1981 »

Benoît Denis et Pierre Popovic (dir.), Une cité entre deux mondes. La ville dans les arts et la littérature en France de 1958 à 1981

Montréal, Nota Bene, 2015.

223 p.

EAN 9782895185178

25,95$

Présentation de l’éditeur

Le grand récit historico-épique gaullien échafaudé à la suite de la Seconde Guerre mondiale et de la Libération — et les valeurs, les images, les hauts discours qu’il charroie — se décompose progressivement entre 1958 et 1981 (de la prise de pouvoir du Général de Gaulle à la présidence de François Mitterrand). La France connaît alors une période de profonde mutation dont le clash socioculturel de « Mai 68 » est à la fois l’indice, la conséquence, l’avatar et, très vite, un catalyseur symbolique pour l’avenir. Elle passe d’une société encore archaïque sur bien des points (économie, communication, système d’éducation) à une société plus moderne, plus individualiste, plus ouverte sur l’extérieur, plus multiculturelle.

Les villes, dans leur structure géosociale autant que dans la manière dont on y vit, sont au centre géométrique des multiples tensions que connaît la France de ces années-là. Les modifications qui les affectent exigent des artistes et des écrivains qu’ils trouvent de nouveaux moyens de donner sens à ce qui leur advient, à elles et à ce mode de vie qui porte nom urbanité.

L’écrivain et l’artiste étant par excellence ceux qui, par une intervention dynamique sur les mots et les représentations, cherchent à lire et à interpréter le mouvement des choses et des gens et les changements qui les affectent, la littérature et l’art ne pouvaient rester insensibles à ce cortège de mutations. L’hypothèse nodale qui anime ce volume  est qu’ils ont offert des réponses multiples et complexes à ces bouleversements de la ville et de l’urbanité. Les études rassemblées déploient un éventail de lectures et de relectures consacrées à des œuvres de natures diverses qui prennent en écharpe les conflits sociaux, culturels et symboliques des années 1958-1981. Ces œuvres ont été choisies parce qu’elles traitaient avec force cet entre deux mondes qui caractérise l’état de la cité durant la période gaullienne.

Table des matières

Introduction par Pierre Popovic

Benoît Denis (Université de Liège) : «Par(ad)is perdus. Nostalgies urbaines chez Georges Simenon et Léo Malet»

Kristin Ross (New York University) : «Le roman noir de Paris»

Johanne Bénard (Queen’s University) : «Paris dans Zazie»

Claudia Bouliane (Université McGill) : «Un tourisme alternatif. Courir les rues de Raymond Queneau»

Ela Valimareanu (Université de Fribourg) : «Écrire la ville. Sillons descriptifs dans L’Infraordinaire»

Nelly Wolf (Université Charles-de-Gaulle/Lille 3) : «L’urbanité des Choses»

Sylvain David (Université Concordia) : «Le dernier pogo à Paris»

Pierre Popovic (Université de Montréal) : «La marquise et le playboy»

Jeremy Hamers (Université de Liège) : «Paris et la guérilla urbaine de la RAF. Notes pour un montage entre cinéma, photographie et architecture»

Christian Milat (Université d’Ottawa) : «Désert de Le Clézio. Marseille, ou le poison de la ville démythifiée»

Michel Pierssens (Université de Montréal) : «L’oreille en coin. Une otobiographie urbaine des années soixante»

Url de référence :
http://www.groupenotabene.com

Parution – Dominique Maingueneau, « Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création »

Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création

Louvain-la-Neuve: Academia, coll.«Au cœur des textes», 2016.

EAN13: 9782806102652

188 pages

19.00 EUR

 

Présentation de l’éditeur

Devenir un (grand) écrivain, c’est savoir trouver sa place dans le champ littéraire, se façonner une identité énonciative, à la fois condition et produit d’une œuvre. Ce qui revient à élaborer une paratopie personnelle, produire une figure singulière de l’impossible appartenance de l’écrivain à la société. Bien peu y parviennent. Ce livre met à l’épreuve ce concept de paratopie en comparant les carrières de deux poètes de la fin du XIXe siècle. L’un, José Maria de Heredia, est célèbre, il a su élaborer une paratopie créatrice, se faire une place dans le champ littéraire; l’autre, Emile du Tiers, malgré tous ses efforts n’a pas réussi à sortir de l’anonymat. Au-delà de cette comparaison, il s’agit, en adoptant une démarche d’analyse du discours, de prendre la mesure de la complexité du processus créateur, de subvertir l’alternative ruineuse entre les approches textuelles et les approches sociologiques ou biographiques, solidaires d’une opposition tacite entre un «intérieur» et un «extérieur» des œuvres.

Dominique Maingueneau est professeur de linguistique à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Ses travaux portent principalement sur l’analyse des discours, domaine dans lequel il a publié de nombreux ouvrages. Il est en particulier coéditeur du Dictionnaire d’analyse du discours (Seuil, 2002) et l’auteur de Discours et analyse du discours (A. Colin, 2014). Il s’intéresse depuis les années 1990 aux «discours constituants», ces discours qui légitiment en dernière instance l’ensemble des pratiques d’une société; il a ainsi publié Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation (A. Colin, 2004), La philosophie comme institution discursive (Lambert-Lucas, 2015).

Appel de textes VARIA – « Mémoires du livre / Studies in Book Culture »

 

Chers collègues,

Mémoires du livre cherche à stimuler les soumissions d’articles pour sa section « Varia ». Je vous envoie donc, à cet effet, un message générique que je demanderais une fois de plus de bien vouloir diffuser via vos réseaux. Merci de votre précieux concours.

« Fondée en 2009, Mémoires du livre / Studies in Book Culture se place aujourd’hui parmi les premiers diffuseurs de la recherche de pointe en histoire du livre, à l’échelle internationale. Outre des articles liés à la thématique précise du numéro, la revue accueille, en « Varia », des textes adoptant le livre et ses médiateurs comme thèmes centraux.  Les approches pour appréhender ces objets peuvent  provenir de disciplines variées (histoire, études littéraires, bibliothéconomie, humanités numériques, sociologie, etc.). La perspective peut être historique ou contemporaine. Mémoires du livre – Studies in Book Culture s’intéresse au livre sous toutes ses formes, dans toutes les cultures.

Le comité éditorial de Mémoires du livre / Studies in Book Culture est toujours à la recherche de textes originaux répondant aux exigences d’une revue de recherche de haut niveau, à rayonnement international. Les articles, d’une longueur de 15 à 25 pages, peuvent être soumis par voie électronique à l’adresse suivante : mdl-sbc@usherbrooke.ca.

***

Founded in 2009, Mémoires du livre / Studies in Book Culture is today among the foremost international journals of advanced research in book history. The journal welcomes, in “Varia,” articles that focus on the book and all those involved in its creation and distribution, as well as articles for specific thematic issues of the journal. The approach to these topics can vary according to each field (history, literary studies, library science, digital humanities, social sciences, etc.), and periods covered can be both historical and contemporary. Mémoires du livre / Studies in Book Culture focuses on books of all styles and from all cultures.

The Editorial Board of Mémoires du livre / Studies in Book journal is always in search of original texts that meet the requirements of specialized international research journals. Articles between 15 to 25 pages can be sent by email to the following address: mdl-sbc@usherbrooke.ca. »

Parution – « La contre-culture au Québec »

Parution – La contre-culture au Québec, sous la direction de Karim Larose et Frédéric Rondeau
Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Nouvelles études québécoises », 530 pages, février 2016
http://www.pum.umontreal.ca/catalogue/la-contre-culture-au-quebec

Ce livre entend combler une lacune, celle de la méconnaissance de la contre-culture au Québec, un phénomène majeur qui, au cours d’une décennie particulièrement effervescente, a traîné dans son sillage des milliers de jeunes gens que l’extrême gauche ou le néonationalisme – des courants rivaux, si l’on peut dire – n’attiraient pas. Assez étrangement, peu d’études existent sur ce mouvement, sa sensibilité particulière et ses manifestations symboliques, d’où l’intérêt de cet ouvrage qui vise précisément à dresser le panorama de ses artistes et de leurs productions les plus marquantes, de l’Infonie au Jazz libre du Québec, en passant par Victor Lévy-Beaulieu, Josée Yvon, Mainmise ou le Front de libération homosexuel.
À partir de la contribution de spécialistes de divers domaines – musique, littérature, théâtre, cinéma, art visuel, sociologie –, le livre fait le point sur ce vent de contestation qui a balayé l’Amérique des années 1960 et 1970 et sur ce qu’il a semé dans un Québec « hors de la carte », selon les mots de Raôul Duguay, l’un des plus célèbres représentants de la mouvance québécoise.

Karim Larose enseigne la poésie québécoise au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal.
Frédéric Rondeau est professeur de littérature québécoise et francophone au Modern Languages and Classics de l’Université du Maine (États-Unis).
Avec les textes de : Marie-Andrée Bergeron (Université de Calgary) • Anithe de Carvalho (Cégep de Saint-Laurent) • Sébastien Dulude (École de design, UQAM) • Eric Fillion (Université Concordia), • Simon-Pier Labelle-Hogue (Université McGill) • Germain Lacasse (Université de Montréal) • Karim Larose (Université de Montréal) • Jean-Marc Larrue (Université de Montréal) • Sacha Lebel (Université de Montréal) • Marie-Thérèse Lefebvre (Université de Montréal) • Valérie Mailhot (Université McGill) • Marc-André Robert (Université Laval) • Frédéric Rondeau (Université du Maine) • Jean-Pierre Sirois-Trahan (Université Laval) • Camille St-Cerny Gosselin (UQAM) • Robert Schwartzwald (Université de Montréal) • Jean-Philippe Warren (Université Concordia)

Parution – Olivier Quintyn, « Valences de l’avant-garde »

Olivier Quintyn, Valences de l’avant-garde. Essai sur l’avant-garde, l’art contemporain et l’institution, Questions théoriques, collection « Saggio Casino », 2016. EAN13 : 9782917131428.

 

Conçu à l’origine comme une postface à la traduction française de la Théorie de l’avant-garde de Peter Bürger, ce livre propose de reconstruire le concept d’avant-garde artistique, en l’inscrivant dans une théorie critique de l’art contemporain et de ses institutions, intégrées au capitalisme néolibéral. Pour cela, il interroge les valences du concept d’avant-garde, c’est-à-dire ses connexions possibles à d’autres éléments, en examinant la manière dont ce concept s’articule à des ressources émancipatrices actuelles, au-delà des formes historiques qui ont été les siennes (futurisme, dadaïsme, constructivisme) comme des « néo-avant-gardes » de la deuxième moitié du XXe siècle (pop art, minimalisme, art conceptuel).

Si le projet de dépassement de l’art dans la vie qui fut celui de l’avant-garde ne peut être transposé tel quel dans notre culture globalisée, il peut cependant servir d’analyseur de la situation politique de l’art. Utilisant à la fois les instruments de la critique de l’idéologie marxiste (Herbert Marcuse, Theodor Adorno), ceux de l’analyse institutionnelle de René Lourau, et ceux du pragmatisme esthétique (John Dewey, Nelson Goodman), Olivier Quintyn évalue la réussite et les échecs des pratiques artistiques qui visent à critiquer l’« institution Art » (Art & Language, Michael Asher, Tania Bruguera). Il en tire des conséquences sur le plan philosophique, en procédant à une analyse approfondie des définitions institution nelles de l’art d’Arthur Danto et de George Dickie, et de leur caractère paradoxalement conservateur.

À l’opposé d’un certain paradigme post-conceptuel spectaculaire de l’art contemporain, incarné dans les biennales, les foires et les expositions blockbusters (Pierre Huyghe, Anish Kapoor), ces Valences de l’avant-garde esquissent un modèle de critique ou d’analyse transinstitutionnelle où l’art sort délibérément de sa nature instituée pour devenir un laboratoire de formes de critique sociale réinstituante.

Parution : « Europe », n° 1041/1042 – « Témoigner en littérature »

Europe

94e ANNÉE — N° 1041-1042 / Janvier-Février 2016

TÉMOIGNER EN LITTÉRATURE

Sous la direction  de

Frédérik Detue (Forell, Poitiers) & Charlotte Lacoste (Crem, UL)

 

Frédérik DETUE et Charlotte LACOSTE : Ce que le témoignage fait à la littérature.

Frédérik DETUE et Charlotte LACOSTE : Les vicissitudes d’un genre littéraire.

Guy HALLÉ : Là-bas. Avec ceux qui souffrent.

Krikor BELEDIAN : Le témoin clandestin.

Chavarche MISSAKIAN : La Grande Crise.

Elena VLADIMIROVA : Kolyma.

Assia KOVRIGUINA : Témoins oculaires de la destruction des juifs en URSS.

Primo LEVI : Témoignage à propos d’Eichmann.

Marie HARTMANN : Négation et détournement des témoignages

concentrationnaires.

François RASTIER : « L’odeur de la chair brûlée ». Témoignage et mentir-vrai.

Maya MORIOKA TODESCHINI : Écrire la bombe.

ÔTA Yôko : Ville des cadavres.

Lili DU : Témoigner de l’exil rural en Chine populaire (1968-1980).

Rithy PANH : L’art du survivant, une attitude.

Tristan LEPERLIER : Témoins algériens de la « décennie noire » en France.

Barbara MÉTAIS-CHASTANIER : Le témoin au théâtre.

De la preuve à la mise à l’épreuve.

Marcel COHEN : Faire avec presque rien, ou le métier d’un écrivain stupéfait.

Philippe BECK : Dialogue de la poésie avec la prose testimoniale.