Archives mensuelles : mars 2016

Appel à communications : colloque « La presse et la conquête de l’air. Histoire, imaginaires, poétiques (XVIIIe-XXIe siècles) »

Appel à communications : colloque « La presse et la conquête de l’air. Histoire, imaginaires, poétiques (XVIIIe-XXIe siècles) »

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle, 12 janvier 2017

Des premiers vols en ballon à la conquête de l’espace, le développement de la navigation aérienne puis spatiale est survenu conjointement avec celui d’une autre grande invention : la presse. Toutes deux ont en commun de reposer sur des avancées techniques déterminantes et d’avoir fécondé les représentations contemporaines. De riches imaginaires aéronautique et médiatique tracent en effet de concert un récit de l’entrée dans la modernité, avec le Progrès à l’horizon. À la culture médiatique répond une culture aérienne, entendue comme « entrecroisement de techniques et de pratiques, de représentations et d’expériences » (Roseau et Thébaud-Sorger, 2013, p. 11).

Le XIXe siècle voit en effet, dans la plupart des pays occidentaux, l’entrée dans la culture médiatique et l’invention d’une presse de masse, reposant sur les progrès conjoints de la démocratie, de l’alphabétisation, des moyens de transport, de communication et des techniques d’impression. En même temps que cette « civilisation du journal » survient graduellement la « conquête de l’air » : les premiers vols aérostatiques des années 1780 inaugurent l’âge du « plus léger que l’air », avant que l’exploit de Robur-le-Conquérant imaginé par Jules Verne ne se concrétise à la toute fin du xixe siècle, ouvrant l’ère de l’aviation, contemporaine du développement de la presse d’information et du reportage.

Or, si des travaux ont déjà mis en lumière l’imaginaire aéronautique dans la littérature, la presse se révèle quant à elle un réservoir foisonnant mais peu exploré pour la genèse de ces représentations. Au fil du temps, tandis que se constituait une abondante production littéraire sur l’aérostation et l’aviation, comment la presse, à travers ses propres évolutions, s’est-elle appropriée les étapes et les héros de la conquête de l’air, pour en restituer un récit médiatique ?

C’est la question centrale de ce colloque, qui propose d’interroger la spécificité et l’historicité des imaginaires aérostatique, aéronautique et astronautique dans le journalisme écrit, radiophonique, télévisuel et numérique, de la fin du xviiie siècle à nos jours. Les médiateurs journalistiques s’étant intéressés à la conquête du ciel et de l’espace l’ont fait en fonction des impératifs et des propriétés du support, en traçant les contours d’un imaginaire qui ne coïncide ni tout à fait avec celui des écrivains, des cinéastes ou des artistes visuels (Wohl, 1996, 2007) ni tout à fait avec celui des inventeurs et de l’industrie, marqué par des considérations techniques (Lenoble, 2006). Orienté par les impératifs propres au journalisme, cet imaginaire répond possiblement à la fois à des visées informatives, politiques, de divertissement et de vulgarisation, non sans être aussi l’objet d’un investissement esthétique.

La presse pourra être envisagée à partir de différents corpus (presse généraliste ou spécialisée, quotidienne ou périodique) et perspectives :

 

Médiateurs journalistiques et réseaux

On pourra s’intéresser aux médiateurs de l’imaginaire aéronautique, des faits-diversiers couvrant les envols en ballon captif et les drames aérostatiques aux rubricards du xxe siècle responsables des nouvelles aéronautiques des grands quotidiens, en passant par les journalistes de la presse spécialisée et les grands reporters ayant porté un intérêt à l’aviation ou l’ayant pratiquée. Dans la mesure où le système médiatique entretient des liens multiples à la fois, d’une part, avec les milieux sportifs et aéronautiques et, d’autre part, avec le champ littéraire et le monde de l’édition, la question des réseaux d’acteurs sociaux et des processus de circulation et d’échange qu’ils dessinent constitue également une piste à suivre. Plusieurs acteurs ont occupé des fonctions multiples : aviateur, militaire, journaliste, directeur d’un organe de presse ou d’une collection éditoriale, écrivain, préfacier. Ce sont autant de croisements qui renseignent sur l’imbrication des champs journalistique et littéraire, sur l’ouverture de la presse aux amateurs et, par ailleurs, sur les liens entre ces mondes de l’écrit et ceux du sport, de l’industrie ou de l’armée, dont la recherche d’une publicité favorable a pu déterminer certaines rencontres, donner naissance à certains événements et héros.

 

Poétiques médiatiques 

Dans la diversité des pratiques des médiateurs de presse, l’imaginaire aéronautique est tributaire du spectre des poétiques, des genres et des rubriques journalistiques où il se déploie, de leurs contraintes et règles d’écriture. On pourra ainsi, dans l’étude des récits et des discours mettant en scène l’aviateur, explorer les registres à l’œuvre (épique, satirique, sentimental), l’intervention de procédures littéraires ou l’influence des protocoles des genres journalistiques (chronique, reportage, fait divers, interviews) sur les représentations et l’invention d’une poétique du vol. Les passages obligés des journalistes aéronautiques peuvent également être repérés : le baptême de l’air constitue par exemple un topos, depuis l’ascension en ballon des écrivains-journalistes du xixe siècle jusqu’à l’essai de l’aviation commerciale par les reporters des années 1920. Les propositions portant sur l’« énonciation éditoriale » (Souchier, 1998) seront aussi les bienvenues : tous les éléments composants la matérialité du journal, depuis l’illustration de presse jusqu’au formatage des rubriques aéronautiques, sont susceptibles d’intervenir dans la transmission d’un imaginaire aéronautique.

 

Usages politiques

Les meetings, compétitions et raids aériens appartiennent aux événements sportifs organisés par la presse afin d’assurer son autopromotion. Ils peuvent être l’objet d’une récupération idéologique (Bryon, 2009), notamment par l’extrême-droite, tout comme les différentes postures du pilote (héros de guerre, explorateur, enquêteur ou pionnier) peuvent être l’objet d’investissements  politiques. Ceux-ci ne se limitent pas au cas de « l’As » et aux moments de conflits internationaux. Les insurrections coloniales comme les faits divers criminels et les élections présidentielles mettent en jeu, parfois de manière inattendue, des figures d’aviateurs dont la visibilité médiatique est susceptible d’être instrumentalisée. Ces usages politiques sont favorisés par le côtoiement polyphonique, au sein de la presse, de discours sur l’expansion coloniale, l’armement, les relations internationales, le commerce, les communications postales et le transport, autant de domaines liés au développement de la navigation aérienne.

 

Héros médiatiques, imaginaires et sensibilités

Les propositions pourront également porter en partie sur d’autres productions (littérature, arts visuels, musique, cinéma, cartes postales) et formes de discours (historiographique, technique, pédagogique), en autant qu’elles les articulent avec l’imaginaire aéronautique de la presse. Est-il possible de soutenir l’hypothèse, par exemple, que la presse a pu être le laboratoire où se sont d’abord formées certaines topiques des représentations des aéronautes et des aviateurs, qui seront par la suite appropriées par les écrivains ? Du côté de la fiction, la portée symbolique des croisements entre presse et aviation dans les œuvres qui entremêlent des figurations journalistiques et aéronautiques, par exemple avec le personnage du reporter-aviateur, constitue une piste intéressante. Aviateurs et reporters s’insèrent ensemble dans une galerie renouvelée de l’héroïsme, à l’heure de la méritocratie républicaine et des mythes médiatiques, dont les configurations narratives et les intertextes méritent d’être interrogés. Enfin, la conquête de l’air met aussi en jeu d’autres imaginaires et d’autres histoires : on pourrait interroger, toujours dans le cadre de l’écrit de presse, ses résonances avec une histoire du corps ou une histoire des sensibilités à l’espace et au temps.

 

Le colloque se déroulera en français, mais les propositions de communication portant sur différentes presses nationales et régionales (francophones ou non), de même que sur les questions de transfert, de circulation et d’adaptation d’imaginaires et de formes médiatiques entre espaces nationaux seront reçues avec grand intérêt.

Les propositions (300 mots, accompagnées d’une bibliographie et d’une brève notice biobibliographique mentionnant l’affiliation institutionnelle) sont à transmettre à Mélodie Simard-Houde avant le 31 mai 2016 à l’adresse suivante : melodie.simard-houde@univ-paris1.fr

 

Comité scientifique :

Dominique Kalifa (professeur, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Guillaume Pinson (professeur, U. Laval, Québec)

Mélodie Simard-Houde (postdoctorante, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Marie Thébaud-Sorger (chargée de recherche CNRS, Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS/MNHN))

Marie-Ève Thérenty (professeure, U. Paul-Valéry, Montpellier III)

Robert Wohl (professeur émérite, U. of California, Los Angeles)

 

Bibliographie indicative

BÀO, Bùi Xuân, Naissance d’un héroïsme nouveau dans les lettres françaises de l’entre-deux-guerres, aviation et littérature, Paris, A. Dubin, 1961.

BOUCHARENC, Myriam « Le reportage sportif en perspectives », dans Guillaume Pinson et Marie-Ève Thérenty (dir.), dossier « L’invention du reportage », dans Autour de Vallès, n° 40 (2010), p. 119-130.

BRYON, Céline, « La chevalerie, un mythe à l’ère de la communication », dans Quaderni, n° 70 (automne 2009), p. 111-119.

CHEMAIN, Roger, « De l’archange au mauvais ange, de l’héroïsme à l’hédonisme, figure mythique de l’aviateur en littérature ; ou : Icare empêtré », dans Loxias [en ligne], mis en ligne le 13 novembre 2008. URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=2626.

HOLT, Richard, « Premiers sports », dans Corbin, Alain, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.),Histoire du corps, t. II, De la Révolution à la Grande Guerre, volume dirigé par Alain Corbin, Paris, Seuil (L’univers historique), 2005, p. 331-364.

KALIFA, Dominique, Philippe REGNIERMarie-Ève THERENTY et Alain VAILLANT (dir.), La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXesiècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2011.

LENOBLE, Benoît, « L’aéroplane et le ballon vus par le journal. Technique aérienne et imaginaire médiatique en France, de 1906 au début des années vingt », dans Hypothèses, Paris, vol. I, n° 1 (2006), p. 209-220.

ODAERT, Olivier, « L’aviateur dans la littérature française de 1909 à 1923. Une incarnation du “mythe du progrès” ? », communication au colloque « La conquête de l’air, naissance d’un nouvel imaginaire ? (1900-1920) », Université du Maine, 27-28 novembre 2008.

PERNOT, François, « Le destin médiatique des chevaliers du ciel, de Georges Guynemer à Tanguy et Laverdure », dans Douleurs, souffrances et peines : figures du héros populaires et médiatiques, L’Ull Critic, n° 8 (2003), Lleida, Édicions de la Universitat de Lleida, p. 181-193.

——-, « L’image de l’aviateur dans la presse française 1940-1944 : la recherche d’un modèle », dans Revue historique des armées, n° 2 (1993), p. 85-95.

PINSON, Guillaume, L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXesiècle, Paris, Classique Garnier (Études romantiques et dix-neuviémistes), 2012.

ROBÈNE, Luc, L’homme à la conquête de l’air. – 1. Le règne des aéronautes, XVIIIe et XIXe siècles, 2. L’aventure aéronautique et sportive, XIXe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 1998.

ROSEAU, Nathalie et Marie THEBAUD-SORGER (dir.), De l’invention à la massification : histoire d’une culture moderne. L’emprise du vol, Genève, MetisPresses, 2013.

SOUCHIER, Emmanuël, « L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale », dans Cahiers de médiologie, no 6 (1998), p. 137-145.

THEBAUD-SORGER, Marie, « Le spectacle de l’envol : mobilités aériennes (1783-1909) », dans Mathieu Flonneau et Vincent Guigueno (dir.), De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ?, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 235‐245.

TRESCH, John, « “La puissante magie de la vraisemblance” : Edgar Allan Poe à l’époque du machinisme », dans Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], no 16 (2009), mis en ligne le 20 mai 2011. url : http://traces.revues.org/2683 ; doi : 10.4000/traces.2683

VIGARELLO, Georges, « Foules sportives », dans Corbin, Alain, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps, t. III, Les mutations du regard. Le XXesiècle, volume dirigé par Jean-Jacques Courtine, Paris, Seuil (L’univers historique), 2006, p. 344-353.

WOHL, Robert, The Spectacle of Flight : Aviation and the Western Imagination, 1920-1950, New Haven, Yale University Press, 2007.

——-, A Passion for Wings : Aviation and the Western Imagination, 1908-1918, New Haven, Yale University Press, 1994.

——-, « Par la voie des airs : l’entrée de l’aviation dans le monde des lettres françaises, 1909- 1939 », dans L

Appel à communication – « Lire des vies. L’approche biographique en sciences humaines et sociales »

Appel à communication

Laboratoire de recherche sur les espaces Créoles et Francophones (LCF, Université de La Réunion)

Observatoire des sociétés de l’océan Indien (OSOI, Université de La Réunion)

Centre de recherche sur les médiations (CREM, Université de Lorraine/Université de Haute-Alsace)

Colloque interdisciplinaire et international

Lire des vies
L’approche biographique en sciences humaines et sociales

Saint-Denis de La Réunion
UFR Lettres et des Sciences humaines (LSH) Université de La Réunion
23-24 février 2017

Colloque_biographie2017

Appel – « Journées Doctorales LOGOS 2016 »

Bonjour,

 

Veuillez trouver en annexe l’appel à contribution pour les Journées Doctorales LOGOS 2016 à Mannheim. Nous vous prions de le transmettre aux doctorants de vos Universités respectives. Nous nous réjouissons des propositions des doctorants et ensuite de vous recevoir en juillet à Mannheim pour y passer de belles journées doctorales.

 

Bien cordialement,

Frederik Kiparski

CFP_LOGOS_2016_fr

Parution – « Le sujet lecteur-scripteur dans l’enseignement de la littérature »

Bonjour,
J’ai le plaisir de vous annoncer la parution en ligne de la revue MYRIADES  | Volume 2 (2016)  «Le sujet lecteur-scripteur dans l’enseignement de la littérature», disponible à l’adresse suivante : http://cehum.ilch.uminho.pt/myriades
Ce numéro est co-organisé par Sébastien Ouellet (Université du Québec-Rimouski), Sylvain Brehm (Université de Montréal) et Marie-Manuelle da Silva (Université du Minho, Portugal/Université de Vigo, Espagne).
Je vous serais reconnaissante de bien vouloir diffuser cette information.
Bien à vous,

 

Marie-Manuelle da Silva

Journée d’étude – « Récits d’exilés »

Bonjour,
je vous transmets l’annonce de la journée d’étude sur les « Récits d’exilés » qui se tiendra les 30 et 31 mars prochains à Poitiers. Organisée par Anouche Kunth, Raphaëlle Guidée et moi-même, elle sera la première étape d’un programme de recherche sur la représentation de l’expérience de la migration en 2016 et en 2017.
Outre nous-mêmes, directeurs scientifiques de ces rencontres, y participent (par ordre d’apparition) : Florence Prudhomme, Haydée Sabéran, Fabien Didier Yene, Anaïk Pian, Giacomo Mantovan, Isabelle Lacoue-Labarthe, Charlotte Lacoste, Alice Carré, Delphine Leroy, Mélanie Pénicaud et Michèle Leclerc-Olive.
Nous aurons l’honneur d’accueillir Fabien Didier Yene, auteur de Migrant au pied du mur (Séguier, 2010) et témoin également dans le film Les Messagers (2014) d’Hélène Crouzillat et Laetitia Tura ; Haydée Sabéran, correspondante de Libération à Lille (et donc à Calais) et auteure de Ceux qui passent (Carnets Nord-Montparnasse, 2012) ; Florence Prudhomme, auteure de Rwanda, l’art de se reconstruire (Ateliers Henry Dougier, 2015) et à l’initiative de la « Bibliothèque vivante » dans la jungle de Calais (https://blogs.mediapart.fr/florence-prudhomme/blog/280116/la-bibliotheque-vivante-de-la-jungle-de-calais).
Nous aurons l’honneur aussi d’accueillir des chercheurs de plusieurs disciplines qui diversifieront les approches des récits d’exilés et de l’expérience de la migration qu’ils nous offrent de connaître : approches en sciences de l’homme, de la société, de l’histoire, de l’éducation, de la littérature et du spectacle.
Vous pourrez vous faire une idée précise du programme en vous rendant sur les sites des laboratoires FoReLL et Migrinter ; le lien pour télécharger le flyer est le suivant :
L’argument de la journée avait été formulé de façon plus détaillée dans un document préalable adressé aux participants :
En vous remerciant de votre attention,
bien à vous,
Frédérik Detue

Appel – « Publics de la culture : perspectives croisées sur la réception et la médiation »

 

Bonjour,

 

Le Laboratoire de recherche sur les publics de la culture de l’UQTR tiendra, le 6 octobre 2016, son premier colloque jeunes chercheurs, sous le thème Publics de la culture : perspectives croisées sur la réception et la médiation. L’événement a pour but la rencontre et le décloisonnement des diverses perspectives de recherche ayant trait aux publics de la culture. Auriez-vous s’il vous plaît l’amabilité de transmettre cet appel à communications (PDF ci-joint) ?

 

La date limite pour l’envoi des propositions est le 15 avril 2016.

 

En vous remerciant à l’avance. Cordialement,

 

Mélanie Grenier (pour le comité organisateur)Appel LRPC

AAC – colloque « Comment penser l’actualité »

Chères et chers collègues,

Voici un appel à communications pour un colloque intitulé « Comment penser l’actualité? Approches interdisciplinaires et pratiques professionnalisées autour d’une notion protéiforme ».
S’il vous plait, faites circuler sur vous réseaux : des contributions d’informaticiens, de physiciens, de mathématiciens, en plus des SHS, etc. sont vivement souhaitées!

Le début de l’appel, pour une mise en bouche:
« Si chacun s’accorde sur le sens du nom « actualité », comme ce qui relève du temps présent ; comme ce qui est « en acte », on s’aperçoit rapidement que le terme ouvre sur des questions épistémologiques diverses en fonction de l’approche disciplinaire. Souvent utilisée dans le contexte médiatique, la notion d’actualité est peu à peu synonyme de « nouvelles ». Pourtant elle inclue un dynamisme, un mouvement que signale sa racine étymologique « actualis » en latin qui signifie « qui agit, qui met en application ». Ce mot est d’ailleurs un des rares à avoir conservé sa forme étymologique dans cinq autres langues indo-européennes : actuality, Aktualität, aktualiteit, actualidad, attualità (anglais, allemand, néerlandais, espagnol et italien). Ces similitudes, valables également pour les adjectifs, expliquent le lien très fort entre le mot « actualité » et la dimension d’action et de mouvement qui l’habite.
L’actualité est également liée au texte. Elle relève de ce qui est écrit, de ce qui est inscrit, de ce qui est « acté », c’est-à-dire fait. Lorsqu’une information relève de l’actualité, elle est recueillie, inscrite dans un acte d’auto-validation et d’auto-légitimation. L’actualité a donc partie liée avec la littérature dans le rapport au texte ; avec l’histoire, dans son rapport au temps ; avec les sciences de l’information et de la communication, dans leur rapport au support ; mais également avec les mathématiques ou la physique, dans leur rapport au réel. Ces différentes conceptions de l’actualité méritent d’être interrogées et confrontées à l’occasion d’un colloque pluridisciplinaire afin de rendre compte des convergences et divergences entre les champs scientifiques d’une part et de parvenir, si cela est possible, à une approche plus complète de l’actualité en fonction de ces usages et de ces sens dans les différentes disciplines.
A l’heure du numérique, de la communication virtuelle et de l’immédiateté, se poser la question de ce qui relève de l’actualité d’une façon générale, et de ce qui fait l’actualité dans le champ médiatique, de son mode d’inscription dans le texte, semble particulièrement nécessaire, notamment pour comprendre les enjeux communicationnels de la société d’aujourd’hui (pour ne pas dire actuelle). »

Pour plus d’informations:   http://dhiha.hypotheses.org/1695

Dr. Suzanne Dumouchel
@Suzdum
Chercheuse – Chef de Projet Institut Historique Allemand – Paris

Suzanne Dumouchel

Oxford University Studies in the Enlightenment, March 2016, ISBN 978-0-7294-1164-5, 340 pages

Order our books online at http://www.bookshop.blackwell.co.uk
Recommend this book to your librarian

Appel à articles – « Le sens du social »

« Le sens du social »,

Romantisme 2017/1

Dossier placé sous la responsabilité de Paul Aron et de Jean-Pierre Bertrand

 

Depuis les années 1960 au moins, se défend l’idée que la littérature (on pense au courant réaliste et au roman, mais rien n’exclut a priori d’autres genres) apporte un regard proprement sociologique sur le monde. Le plus souvent implicite, mais parfois aussi revendiquée par les écrivains eux-mêmes, cette sociologie peut prendre la forme d’une critique du monde social, à tout le moins d’une analyse de ses luttes et de ses divisions.

C’est en 1963 qu’une proposition originale d’une « sociologie par la littérature » a été avancée par le sociologue américain Lewis Coser qui affirmait que la sociologie, tout en conservant sa spécificité et son autonomie, pouvait trouver un allié dans la production littéraire.

Pierre Lassave évoque ainsi à partir des années 1970 la consolidation d’un régime d’interférences entre la sociologie et la littérature, signifiant qu’un dialogue s’est résolument noué entre ces deux modes de restitution de la réalité sociale. Aux côtés d’une sociologie de la littérature qui prend pour objet les conditions de la création et de la réception littéraires s’est ainsi développée depuis quelques décennies l’idée d’une sociologie par la littérature qui consiste pour la discipline sociologique à stimuler sa réflexion à partir des œuvres littéraires. Jacques Dubois, depuis son essai sur Proust, a avancé quant à lui les notions de « sens du social » et de « sociologie implicite » dont feraient preuve certains romanciers.

Mais il existe un autre enjeu qui concerne la recherche sociologique comme le défendent Barrère et Martuccelli. Selon eux, les œuvres littéraires peuvent en effet contenir des éléments soit empiriques soit de réflexion théorique utiles à la construction d’une démarche de recherche en sociologie. On peut alors trouver dans les œuvres littéraires des préfigurations de problématiques qui émergent ou qui n’ont pas encore été systématisées, ce qui donne tout son sens à une « sociologie par la littérature » (songeons par exemple au corps, aux relations entre hommes et animaux, à la pauvreté, aux exclusions sociales). La thématisation des conditions de production des œuvres autant que celle de leurs usages collectifs alimentent ce sociologisme spontané, qui annonce souvent ce que seront les approches de la sociocritique et de la sociologie de la littérature.

Le présent numéro de Romantisme invite à réfléchir sur les liens, supposés ou réels, entre écrivains et sociologues au XIXe siècle, de Balzac à Proust : soit que ces liens sont rapportables aux états d’avancement d’une discipline émergente et contemporaine de l’essor du réalisme, d’Auguste Comte à Emile Durkheim, Gabriel Tarde etc…  ; soit que les écrivains ont eux-mêmes produit un regard sociologique porteur en soi d’un véritable dispositif cognitif, dont on se demandera s’il n’est pas aussi à l’œuvre dans d’autres genres comme la poésie, le journal, le théâtre ou la correspondance.

 

Orientation bibliographique 

Angenot, Marc,1889. Un état du discours social, Longueuil, Le Préambule, 1989

Anheim, Étienne, Lilti, Antoine (dir.), Annales. Histoire, Sciences sociales (2010/2) : « Savoirs de la littérature »

Barrère Anne, Martuccelli Danilo, Le Roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique (Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2009).

Coser Lewis A., Sociology Through Literature. An Introductory Reader [1963] (New Jersey : Prentice-Hall, 1972).

Cros, Edmond, « Sociologie de la littérature », dans Marc Angenot, Jean Bessière, Douwe Fokkema, Eva Kushner (dir.), Théorie littérature, Paris, PUF, 1989, p. 127-149.

Dubois Jacques, Pour Albertine. Proust et le sens du social (Paris : Seuil, 1997) ; Les Romanciers du réel. De Balzac à Simenon (Paris : Seuil, 2000) ; Stendhal. Une Sociologie romanesque (Paris : La Découverte, 2007).

Duchet, Claude, « Réflexions sur les rapports du roman et de la société », Roman et société, publications de la Société d’Histoire littéraire de la France, Armand Colin, 1973, p. 63-73 ; « Aspects du « discours social » dans Madame Bovary », Journée de travail sur Madame Bovary, Société des Etudes Romantiques, Nizet, 1973, p. 67-71 ; « Une écriture de la socialité », Poétique, n° 16, 1973, p. 446-454 ; « Le Journal des Goncourt ou la terreur dans les lettres », Les Frères Goncourt : Art et écriture, édition préparée par Jean-Louis Cabanès, Presses universitaires de Bordeaux, 1997, p. 115-135.

Pascal Durand, Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Seuil, « Liber », 2008.

Lassave Pierre, Sciences sociales et littérature. Concurrence, complémentarité, interférences (Paris, PUF, 2002).

Popovic, Pierre, La Mélancolie des Misérables. Essai de sociocritique, Montréal, Le Quartanier, « Erres Essais », 2013.

 

Sitographie :

http://ressources-socius.info/

http://www.site.sociocritique-crist.org/

http://contextes.revues.org

 

Les propositions d’article sont à adresser avant le 30 juin 2016 à Paul Aron (paron@ulb.ac.be) et à Jean-Pierre Bertrand (JP.Bertrand@ulg.ac.be). Les articles définitifs, qui ne devront pas excéder 30 000 signes espaces comprises, sont attendus pour le 15 octobre 2016.

Parution – Suzanne Dumouche, « Le Journal littéraire en France au dix-huitième siècle: émergence d’une culture virtuelle »

Le Journal littéraire en France au dix-huitième siècle: émergence d’une culture virtuelle

Suzanne Dumouchel, préface de Jean-Paul Sermain

ISBN 978-0-7294-1174-5, viii+332 pages, £65.00

Oxford University Studies in the Enlightenment 2016:03

 

La presse littéraire joue un rôle considérable dans le développement de la sociabilité et des pratiques culturelles au XVIIIe siècle: elle favorise le dialogue avec les lecteurs, leur permet de développer leur esprit critique et contribue à la création de nouvelles pratiques. Dans quelle mesure agit-elle ainsi sur la société, la conception du savoir et la constitution d’une culture commune?

En se fondant sur cinq titres représentatifs – le Mercure de France, le Journal des dames, le Pour et contre de Prévost, le Nouvelliste du Parnasse de Desfontaines et Granet, l’Année littéraire de Fréron –, Suzanne Dumouchel analyse la place centrale des périodiques littéraires, trop souvent négligés par les historiens de la presse, dans la formation de lecteurs-citoyens. Par rapport à ceux du XVIIe siècle, les journaux littéraires du XVIIIe mettent en avant la subjectivité: celle des rédacteurs dans leur rapport aux textes, et celle des lecteurs, qui sont invités, par leurs envois et leurs discussions, à l’élaboration du journal. La presse littéraire d’Ancien Régime joue ainsi un rôle majeur dans la formation des mœurs, de l’opinion, des goûts, des relations sociales, préfigurant la presse plus politique du XVIIIe siècle.

En analysant le fonctionnement de cette culture virtuelle, qui organise un nouveau rapport au monde et à soi, Suzanne Dumouchel montre que le journal littéraire du XVIIIe siècle soulève de nombreuses questions toujours présentes dans les médias numériques aujourd’hui.

 

Préface, Jean-Paul Sermain

Introduction

I Entre pratiques éditoriales et pratiques auctoriales

1. Caractéristiques formelles

2. Culture du quotidien

3. Autorité du journal

Partie I Conclusion

II Relecture et réécriture: le journal comme atelier littéraire

4. Théâtralisation de l’information

5. Pédagogie critique

6. Rendre compte et représenter: activités critiques

II Conclusion

III Du lecteur au public

7. Textes en débat

8. Un ‘public-journaliste’

9. Un espace médiatique

III Conclusion

Conclusion générale

Annexe 1. Fiches sur les périodiques littéraires

Annexe 2. Table des références

Bibliographie

Index

 

Parution de la Voltaire Foundation, dans la collection des Oxford University Studies in the Enlightenment.

Pour des renseignements complémentaires sur ce volume:

http://xserve.volt.ox.ac.uk/VFcatalogue/details.php?recid=6634

Pour tout autre renseignement, ou pour passer une commande :

http://www.voltaire.ox.ac.uk/www_vf/books/orders.ssi

Pour tout renseignement complémentaire merci de contacter email@voltaire.ox.ac.uk

http://www.voltaire.ox.ac.uk/www_vf/_siteimages/bookcovers2016/OSE-2016-03-50pc.jpg

Appel à communications – Colloque des RT14 et 37 de l’AFS : « Les publics de la culture et des médias en pratiques. Actualités de la recherche sur la réception. »

Cher-e-s collègues,

Veuillez trouver ci-joint l’appel à communications pour le deuxième colloque du RT14 « Sociologie des arts et de la culture » de l’Association Française de Sociologie en collaboration avec le RT37 « Sociologie des médias » :

« Les publics de la culture et des médias en pratiques. Actualités de la recherche sur la réception. »

AAC_Les publics de la culture et des médias en pratiques_RT14 et RT37 AFS_nov 16

Ce colloque se tiendra à la l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 les 18 et 19 novembre 2016.

Nous vous invitons à adresser vos propositions de communications au plus tard le 15 mai 2016 au RT14 (rt14.afs@gmail.com).

Bien cordialement,

Emmanuelle Guittet pour le bureau du RT14.