Archives mensuelles : septembre 2016

Appel à communication – « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann »

Appel à communication

Journée d’études – La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann.

Réception, héritages et usages contemporains

Paris, 17 janvier 2017
Philosophe et sociologue français né en Roumanie, Lucien Goldmann (1913-1970) a été fortement influencé par le marxisme, et tout particulièrement par les travaux de Georg Lukács. Son œuvre se caractérise par une méthodologie matérialiste singulière. Partisan d’un marxisme hétérodoxe et humaniste opposé à tout dogmatisme, Goldmann a cherché à unifier les approches sociologiques et littéraires en proposant une nouvelle méthode, le structuralisme génétique, construit dans le prolongement du structuralisme de Jean Piaget (e.g. Le Dieu caché, 1959.) Par cette méthode, Goldmann entendait allier l’étude des contenus à celle des formes, combinaison qu’il considérait comme le préalable nécessaire à la compréhension des phénomènes culturels, ceux-ci ne pouvant se réduire selon lui ni à de simples reflets mécaniques de l’idéologie ni à des créations spontanées détachées du monde social. Profondément engagé au sein de l’espace intellectuel des années 60, c’est dans une dynamique complexe que Goldmann a pris position à la fois contre le structuralisme antihumaniste de Louis Althusser (structure sans sujet) et contre l’existentialisme sartrien (sujet sans structure), l’un comme l’autre étant, selon lui, opposés à la pensée dialectique (e.g. Goldmann 1966, Macherey 1966). Ce faisant, il s’est orienté vers l’élaboration d’une nouvelle dialectique, héritière de la pensée tragique et conçue comme une synthèse de paradoxes ayant marqué à la fois l’histoire littéraire et l’histoire du marxisme (structure/sujet, déterminisme/histoire, etc.).

La mort prématurée de Goldmann, ainsi que le reflux de la pensée marxiste et les réprobations dont elle a fait l’objet à partir de la fin des années 1970, ont rendu difficile la poursuite et la circulation d’une pensée critique à la fois interdisciplinaire, programmatique et évolutive. Goldmann demeure cependant une personnalité centrale dans l’histoire de la sociologie de la littérature et des débuts de son institutionnalisation. En France, son séminaire à l’EPHE puis à l’EHESS, de la fin des années 1950 à 1970, a ainsi constitué un des lieux de renouvellement du croisement des études littéraires et des sciences sociales. Les séjours de Goldmann à l’étranger, de même que sa participation à des colloques et des réseaux internationaux ont dans le même temps facilité la circulation internationale de ses travaux tout au long de sa carrière et dans les années qui ont suivi (Cusset 2003, Sanguineti et al 1967). Les développements de la sociologie de la littérature dans les espaces francophones attestent ainsi de de l’importance des travaux de Goldmann dans ce domaine. En effet, la sociologie de la littérature de Robert Escarpit, qui abordent la littérature dans une perspective communicationnelle (Van Nuijs 2007), de même que les travaux développés par Marc Angenot sur le discours social et ses liens avec la production littéraire (Angenot 1985), comme la sociocritique de Claude Duchet (Duchet 1979, Leenhardt 1975), ou encore la sociologie des arts et de la littérature de Pierre Bourdieu, qui envisage l’espace social à travers les dynamiques insufflées par la notion de champ et réinterroge les processus de production de la littérature à travers l’étude des trajectoires ou la notion de point de vue (Bourdieu 1966, 1992 ; Jurt 2004) ; se sont nourries de nombreuses réflexions critiques sur les travaux de Goldmann (Leenhardt 1967, Sapiro 2014). Plus récemment, les travaux contemporains en sociologie de la littérature et plus généralement dans les études littéraires s’inscrivent dans le prolongement de ces courants (voir Glinoer 2016, Meizoz 2004, Sapiro 2007).

Enfin, les contributions de Goldmann à l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, où il créa le Centre de Sociologie de la littérature en 1961 avant d’en devenir le directeur en 1964, ont marqué une génération d’étudiants et de chercheurs dans ce domaine (Heyndels 1988). Ceux-ci ont pu poursuivre cette orientation dans leurs propres travaux, et proposer des hommages et/ou des introductions à son œuvre (e.g. Lallemand et.al, 1973 ; Leenhardt 1971, Naïr, Löwy, 1973 ; Goldmann, Löwy Naïr, 1977.) Goldmann n’est ainsi pas tombé dans l’oubli, comme le prouve la récente journée d’études « Lucien Goldmann » qui a eu lieu à l’Institut Mémoire de l’Edition Contemporaine en 2009 et dont les actes ont été publiés en 2010 (Ferrette 2010). Pourtant, au sein de la recherche littéraire comme en sociologie de la littérature, l’intérêt porté à Lucien Goldmann reste marginal. Si l’on se réfère régulièrement à ses lectures de Racine et de Pascal, les pistes proposées dans d’autres œuvres sont plus rarement explorées – on peut penser notamment aux analyses contenues dans Pour une sociologie du roman, publié en 1964 ou à celles incluses dans Structures mentales et création culturelle, publié en 1970. Nous voudrions souligner ici l’importance générale de la méthodologie proposée par Goldmann.

Au-delà d’un simple hommage à Lucien Goldmann, cette journée d’études souhaite dès lors d’une pat insister sur l’actualité possible de sa pensée, l’intérêt que nous pourrions avoir à lire ou à relire cet auteur pour nourrir nos propres recherches et d’autre part mesurer l’influence de la sociologie de la littérature goldmanienne sur les outils conceptuels de la sociologie de la littérature et des études littéraires contemporaines. Cette journée se composera ainsi de deux axes, non exclusifs.

Premièrement, par l’étude de la réception de l’œuvre de Lucien Goldmann en France et à l’étranger, nous tenterons de mettre en avant l’héritage d’un marxisme vivant, loin de correspondre aux critiques les plus fréquentes (mécanisme ou reflet, sociologisme non attentif aux formes, etc.). Sur la base de témoignages de proches du philosophe, il s’agira, en même temps que de rendre compte de la postérité de son travail, de réfléchir sur l’époque pendant laquelle se constitue cette œuvre, qui en cristallise de nombreux aspects. En effet, les années de production intellectuelle de Goldmann, entre les années 1950 et la fin des années 1960, se caractérisent notamment, dans les champs académiques et intellectuels, par d’importants et récurrents débats sur le statut de la littérature, en même temps que par l’apparition puis l’institutionnalisation de la sociologie et, partant, de la sociologie de la littérature, le tout dans le contexte d’une refonte générale des sciences humaines et sociales marquée par des périodes de forte polarisation des espaces intellectuels français et étrangers (Matonti 2005, Heilbron 2015). Comment s’est caractérisée la réception des travaux de Goldmann dans les études littéraires ? Quel rôle ont-ils joué dans les développements de la sociologie de la littérature ? Comment saisir les enjeux de la position intellectuelle et institutionnelle de Goldmann dans un moment de reconfiguration disciplinaire affectant particulièrement la sociologie et les études littéraires ? C’est ce type de questionnements que nous entendons mener.

Dans un deuxième temps, en partant de l’œuvre de Lucien Goldmann et de la méthodologie qu’il a pu proposer, il s’agira de rendre compte de nouvelles perspectives de recherche dans le domaine littéraire, peut-être insuffisamment exploitées. Voici, listés de manière non exhaustive, quelques sujets qui pourraient être abordés :

La notion de « vision du monde » dans les études littéraires, que l’on peut envisager comme l’expression d’une conscience collective ou comme le rapport entre l’individualité du sujet écrivain et la collectivité ;

Vision du monde, conscience collective et genre littéraire : existe-t-il des genres plus aptes que d’autres à exprimer cette vision du monde ? (On pourra par exemple réfléchir aux difficultés qu’a rencontré Goldmann en tentant de transposer une méthodologie de lecture des œuvres théâtrales à des œuvres romanesques dans Pour une sociologie du roman) ;

L’actualisation historique des types de médiations littéraires entre l’œuvre et la conscience collective (évolution possible du rôle de l’artiste-médian, particulièrement manifeste dans l’analyse que Goldmann fait du Nouveau Roman) ;

Peut-on penser une stylistique goldmanienne ? (On pourra notamment se rapporter à l’opposition entre Barthes et Goldmann, le premier optant pour une sémiotique toujours plus autonome, quand le second considère que l’étude des micro-structures doit toujours être rattachée à une « vision du monde ») ;

Dans cette même perspective, on pourra également réfléchir au lien entre forme et idéologie, c’est-à-dire à l’inscription d’une « effet-idéologie » par la « mise en scène stylistique d’appareils normatifs textuels incorporés à l’énoncé » (Hamon 1984).

 

 

Organisateur-rice(s) : Lucile Dumont (EHESS – Cessp), Quentin Fondu (EHESS-Cessp), Laélia Véron (ENS Lyon/Paris 3 – IHRIM).

Avec le soutien du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique)

 

Les propositions de communications devront être envoyées le 15 novembre 2016 au plus tard, à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com, et comprendrontentre 3000 et 6000 signes au total, biobibliographie comprise. Merci de préciser vos noms, prénoms, courriel et institutions de rattachement. Les participants seront notifiés le 22 novembre 2016 au plus tard.

 

Bibliographie indicative

 

Textes de Lucien Goldmann

Sciences humaines et philosophie. Paris, PUF, 1952.

Le Dieu caché : Etude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine. Paris, Gallimard, 1955.

Jean Racine, dramaturge. Paris, L’Arche, 1956.

Recherches dialectiques. Paris, Gallimard, 1959.

Pour une sociologie du roman. Paris, Gallimard, 1964.

« Structuralisme, marxisme, existentialisme : un entretien avec Lucien Goldmann », L’Homme et la société, n°2, 1966, pp. 105-124.

« La sociologie de la littérature : situation actuelle et problèmes de méthode », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 531-554.

« Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature » [1964] in Sanguineti et al 1967.

Structures mentales et création culturelle. Paris, Anthropos, 1970.

Marxisme et sciences humaines, Paris, Gallimard, 1970.

Situation de la critique racinienne. Paris, L’Arche, 1971.

La Création culturelle dans la société moderne. Paris, Denoël, Gonthier, 1971.

 

Bibliographie générale

Angenot, M. Robin, R. « L’inscription du discours social dans le texte littéraire », Sociocriticism, I/1, 1985, pp. 53-82.

Bourdieu, P. « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, nov. 1966, pp. 865-906.

Bourdieu, P. Les Règles l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992.

Cohen, M. The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a hidden God, Princeton University Press, 1994.

Cusset, F. French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et les mutations de la vie intellectuelle aux Etats-Unis. Paris, La Découverte, 2003.

Duchet, C. (dir.). Sociocritique, Paris, Nathan, 1979.

Lallemand, R et al. « Hommage à Lucien Goldmann », Revue de l’Institut de sociologie, n°3, 1973 [rééd. Éditions de l’ULB, 1975.]

Ferrette, J. (dir.), Lucien Goldmann, Anamnèse, n°6, 2010.

de Gandillac, M. Goldmann, L. Piaget, J. (dir.) Entretiens sur la notion de genèse et de structure. Paris, La Haye, Mouton et Cie, 1965.

Glinoer, A. Le Littéraire et le social. Bibliographie générale (1904-2014). Paris, L’Harmattan, 2016.

Goldmann, A. Löwy, M. Naïr (dir), Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Goldmann. Paris, Denoël-Gonthier, 1977.

Hamon, P. Texte et idéologie. Valeurs, hiérarchies et évaluations dans l’œuvre littéraire. Paris, PUF, 1984.

Heilbron, J. French Sociology, Ithaca, ornell University Press, 2015.

Heyndels, R. « Etude du concept de « vision du monde » : sa portée en théorie de la littérature », L’Homme et la société, n°43-44,1977, pp. 133-140.

Heyndels, R. « Le centre de sociologie de la littérature de l’Université de Bruxelles », Etudes littéraires, 21/2, 1988, pp. 121-129.

Jurt, J. « L’apport de la théorie du champ aux études littéraire », in Pinto, Sapiro, Champagne (dir.) Pierre Bourdieu, sociologue. Paris, Fayard, 2004.

Leenhardt, J. « La sociologie de la littérature : quelques étapes de son histoire », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 555-572.

Leenhardt, J. « Racine : Psychanalyse et sociologie de la littérature », Études françaises, III/1, 1967, pp. 21-34

Leenhardt, J. « Pour une esthétique sociologique : Essai de construction de l’esthétique de Lucien Goldmann », Revue d’esthétique, n° II, 1971, pp. 113-128.

Leenhardt, J. « Lucien Goldmann et les fondements de la sociocritique », Dossiers français, n° 1, 1975-1976, pp. 44-49.

Leenhardt, J. Lecture politique du roman : La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

Macherey, P. Pour une théorie de la production littéraire, [1966], Paris, ENS Éditions, 2014.

Matonti, F. Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique. Paris, La Découverte, 2005.

Meizoz, J. L’œil  sociologue et la littérature, Genève/Paris, Slatkine Érudition, 2004.

Naïr, S. Löwy, M. Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973.

Sanguineti et al., Littérature et société :  Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature. Bruxelles, Editions de l’Institut de Sociologie, 1967.

Sapiro, G. « Pour une approche sociologique des relations entre littérature et engagement », COnTEXTES, 2007/2.

Sapiro, G. La Sociologie de la littérature. Paris, La Découverte, 2014.

Tarrab, G. « La sociologie du théâtre et de la littérature d’après Lucien Goldmann », Sociologie et sociétés, 3/1, 1971, pp. 15-24.

Van Nuijs, L. « La sociologie de la littérature selon Escarpit. Structure, évolution et ambiguïtés d’un programme de recherche » Poétique, 2007/1, n°49, pp. 107-127.

Zima, P. Goldmann, Paris, Éditions Universitaires, 1973.

adresse

Paris, EHESS (Salle Vernant)

Annonce de publication‏

Pour information, vient de paraître :


Lectures numériques. Une enquête sur les grands lecteurs.

att00001

Quelles sont les incidences de la « révolution numérique » sur les pratiques de lecture ? Peut-on mettre en évidence de nouvelles manières de lire sur écran ? Observe-t-on une métamorphose des goûts ? Voit-on apparaître des « hyperlecteurs » d’« hypertextes » ? Peut-on prophétiser la disparition du livre imprimé ? Menée de 2013 à 2014, cette étude aborde la lecture sur écran de la presse comme de la littérature et les différentes formes de prescription. Si l’enquête établit plutôt une continuité qu’une rupture dans les pratiques de lecture, elle indique aussi qu’un nouvel équilibre se cherche entre culture écrite et culture audiovisuelle.

Introduction

Chapitre I. L’apparition de la lecture sur écran : usages de l’informatique et des technologies numériques 

Chapitre II. La presse à l’heure du numérique  

Chapitre III. Lectures et lecteurs de la presse numérique

Chapitre IV. Portraits croisés d’usagers intensifs des médias numériques : métiers politiques/technophiles 

Chapitre V. Le champ de l’édition face au numérique

Chapitre VI. Littérature et lecture numérique   

Chapitre VII. Le numérique et la littérature illégitime : deux exemples

Conclusion

Annexe. Caractéristiques des personnes interviewées

Liste des illustrations

-- 
Emmanuel Brandl
Docteur en sociologie
Ingénieur de recherche
Enssib - Université de Lyon
17,21 boulevard du 11 novembre 1918
69623 Villeurbanne Cedex
Tel. : +33 (0)4.72.44.43.21
emmanuel.brandl@enssib.fr
http://www.enssib.fr
---------------------------------------------------------------------
Membre de l'équipe "Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations"
Centre Max Weber - ENS Lyon - UMR 5283
---------------------------------------------------------------------

Publication sur le site Socius – « Sociologie, institution, fiction », une anthologie d’articles de Jacques Dubois‏

Nous sommes heureux d’annoncer la publication sur le site des ressources Socius de Sociologie, institution, fiction, une anthologie d’articles de Jacques Dubois rassemblée et préfacée par Jean-Pierre Bertrand et Anthony Glinoer.

Extrait de la préface : « Voici donc une œuvre au sens fort du terme en ceci qu’elle est marquée d’une remarquable cohérence dans son projet. Cette cohérence tient de la fidélité à quelques concepts-clés. Institution et idéologie en forment la paire inaugurale, sur laquelle se greffera par la suite une autre paire : le sens du social et le désir. Cette évolution, cette cohérence, elles apparaissent clairement dans les articles retenus dans la présente anthologie et qui forment une véritable séquence au-delà de la diversité des objets traités (Stendhal, Simenon, le surréalisme ou encore la poésie contemporaine) et des modes d’énonciation (article de magazine, entretien, article savant). Une séquence critique et méthodologique, qui donne à découvrir un parcours intellectuel construit en liberté, curieux des grands auteurs tout autant que des marges de la littérature. Une séquence intellectuelle, surtout, qui met à l’avant-plan une relation particulière à la vie des idées et à l’écriture : la trop sommaire opposition barthésienne entre écrivain et écrivant est sans objet dans la trajectoire de Jacques Dubois. »

Sommaire :

Préface par Jean-Pierre Bertrand et Anthony Glinoer

« Code, texte, métatexte » (1973)

« Statut littéraire et position de classe » (1980)

« Champ littéraire et classes de textes » (avec Pascal Durand, 1980)

« Approche institutionnelle du premier surréalisme (1919-1924) » (avec Jean-Pierre Bertrand et Pascal Durand, 1983)

« Champ, appareil ou institution ? » (1985)

« Genre frontière et expérience des limites » (1987)

« En finir avec la marginalité » (1991)

« L’institution du texte » (1992)

« Champ littéraire et rapports de domination. Un entretien avec Pierre Bourdieu »(1999)

« Le corps à gauche » (2001)

« L’agir des mots » (2002)

« Le roman sociologue » (2008)

« Une sociologie amoureuse » (2009)

« Petits éléments de fiction théorique » (2012)

C’est à lire ici.

Anthony Glinoer
Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire
Professeur agrégé à l’Université de Sherbrooke
Département des lettres et communications
Local A3-239, Faculté des lettres et sciences humaines
2500, boulevard de l’Université
Sherbrooke (Québec) J1K 2R1

Appel à communication – « Rituels de la vie privée et publique du Moyen Âge à nos jours »

Rituels de la vie privée et publique du Moyen Âge à nos jours 

Université d’Orléans, 7-9 juin 2017

Dans une perspective interdisciplinaire qui a vocation à réunir des spécialistes divers (historiens, historiens du droit, littéraires, civilisationnistes, anthropologues, sociologues, ethnologues, etc.), ce colloque se propose d’explorer les rituels de la vie privée et publique du Moyen-Age à nos jours. S’il convient d’interroger les rituels comme pratiques réglées et codifiées, c’est surtout l’articulation – phénomènes d’analogie, d’imitation, de contamination, d’inclusion, d’extension, ou inversement de distinction ou d’exclusion – entre des formes de ritualité de la vie personnelle ou familiale, domestique, voire quotidienne, et des pratiques rituelles de la sphère publique, c’est-à-dire sociale, politique, religieuse, juridique et plus largement institutionnelle et culturelle, qu’il s’agira d’examiner et d’analyser.

Saisi concrètement dans son articulation entre public et privé, le rituel pourra être interrogé selon les axes suivants, qui ne sont pas exclusifs :

1. la dimension herméneutique du rituel, dont le sens suppose une interprétation : quelle compréhension l’individu et le groupe ont-ils de leur pratique rituelle ? quelle est la connaissance qu’ils en ont ? qui détient le savoir et le sens d’un rituel, en quoi cette maîtrise contribue-t-elle à instaurer son identité ? comment un rituel peut-il donner lieu à des interprétations différentes, voire divergentes ?

2. la question du pouvoir : en quoi le rituel permet-il l’institution et l’affirmation d’une auctoritas ? en quoi relève-t-il plus globalement d’une forme et d’une expression d’un pouvoir ?

3. le rituel et la norme : en quoi le rituel est-il un principe de régulation sociale et temporelle ? relève-t-il seulement de l’usage, de la coutume, ou y a-t-il une ritualité de l’extraordinaire ? quelle place laisse-t-il à l’exception ?

4. la mise en question du rituel : quelles en sont les contestations, les transgressions, les dévoiements, et quelle forme prennent-ils ? tout rituel ne suppose-t-il pas une part de liberté et de plasticité qui permet son évolution ?

5. la création de nouveaux rites : par quels processus, en quelles circonstances s’invente et se configure un rituel ? comment la codification du rituel peut-elle être réinventée par un individu ou un groupe qui se le réapproprie ainsi ?

6. la représentation du rituel : par quels processus de médiatisation et par quels supports (oraux, visuels, écrits, sonores) est-il représenté ? les pratiques rituelles peuvent-elles donner lieu à une fictionnalisation, et quels en sont les enjeux ?

La perspective diachronique du colloque permettra ainsi de faire apparaître, au fil de communications de portée synchronique, les évolutions de la ritualité à l’intersection du public et du privé sur une ère globalement homogène dans son histoire culturelle, sociale et politique (de l’Occident chrétien à l’Europe contemporaine). Ce faisant, le colloque « Rituels de la vie publique et privée du Moyen Âge à nos jours », interdisciplinaire dans ses approches, entend plus globalement s’inscrire dans une étude et une histoire des pratiques, des représentations et des mentalités.

Modalités pratiques d’envoi de prépositions :

Les propositions (environ 1500 signes) sont à envoyer à colloque.rituels@univ-orleans.fr avant le 15 novembre 2016.

Appel à contribution

Bonjour chers(es) collègues,
Vous trouverez ci-joint un appel à contribution du colloque : Images du  « soi » et de « l’autre » dans le Discours, organisé à la faculté des lettres, sciences humaines et sociales, le 12 et 13 Décembre 2016.
Je vous prie de faire circuler SVP. Merci
Cordialement
Dr. Samira Souilah
Département de français
Université Badji Mokhtar Annaba- Algérie

Parution – « Critique & médium (XXe-XXIe siècles) »

Critique & médium (XXe-XXIe siècles), sous la direction d’Ivanne Rialland, Paris, CNRS Éditions, coll. « Génétique », 2016, 366 pages, 27 euros. 

Article de presse, livre, dictionnaire, entretien, chronique, émission télévisée ou radiophonique, site web, blog… la critique d’art se déploie à travers des supports dont la diversité et les impacts spécifiques se trouvent souvent négligés au profit d’analyses centrées sur le jugement esthétique des auteurs et les valeurs qu’ils défendent. Mais les significations peuvent-elles être indépendantes du canal matériel et du processus éditorial par lequel elles s’expriment ? Qu’il s’y adapte ou qu’il les déjoue, le discours critique fait siennes les contraintes d’un médium qui structure en profondeur les composantes de son message. Non seulement le médium prescrit le format (texte, image, parole), la longueur (ou la durée) et la tonalité des énoncés, mais il agit aussi, par ses moyens propres, sur l’évaluation même de l’œuvre et les modalités du jugement de goût, non sans tension, parfois, avec le discours critique lui-même.

Conjuguant histoire du livre, analyse littéraire, sciences de l’information et de la communication, sociocritique, génétique et médiologie, cet ouvrage cherche à élucider ce que le discours critique sur les arts doit aux différents systèmes matériels sur lesquels il s’articule et aux intentionnalités multiples dont il est porteur. Cette étude propose des cadrages théoriques et méthodologiques de la question ainsi que de nombreuses études de cas mettant en évidence les riches et complexes interactions qui se jouent entre discours critique et médium.

 

Sommaire

Avant-propos, Pierre-Marc de Biasi  7

Introduction, Ivanne Rialland  11

1. La revue, coordonné par Ivanne Rialland avec la collaboration d’Ève Rabaté 23

Introduction, Ivanne Rialland avec la collaboration dÈve Rabaté 25

Critique et effet de communauté dans Vers et Prose, Claire Popineau 37

Critique et image. La naissance de Positif (1952-1959), Jennifer Cazenave 51

Écrire les revues : La Revue des revues, Guillaume Louet 67

2. La grande presse, coordonné par Clément Dessy et Laurence van Nuijs 81

Introduction, Laurence van Nuijs et Clément Dessy 83

LHumanité et LAction française sur le front musical. Une critique au diapason des idéologies ? (1919-1939), Florence Huybrechts 95

Les figures qui s’imposent. Le Grand Entretien dans le Magazine littéraire, Christophe Meurée, Guillaume Willem 111

L’œuvre comme après-coup. Transferts médiatiques chez le chroniqueur, critique et écrivain Bernard Frank, Laurence van Nuijs 125

3. Le livre, coordonné par Dominique Vaugeois 139

Introduction, Dominique Vaugeois 141

De qui sagit-il ? Poétique et dispositif d’une monographie consacrée à Henri Cartier-Bresson, Jean-Pierre Montier 153

Vie d’amour et vie de souffrance. Les monographies sur Beethoven au début du XXesiècle, entre canonisation et fictionnalisation, Marie Gaboriaud 169

Theorein. L’essai monographique, Thomas Golsenne 185

4. La collection éditoriale, coordonné par Ivanne Rialland 199

Introduction, Ivanne Rialland  201

La Société des Textes Français Modernes. Donner des gages de scientificité, Eddie Breuil  213

Les collections « Poètes d’aujourd’hui » et « Écrivains de toujours ». Émergence d’un nouveau modèle critique, David Martens, Mathilde Labbé 229

Le discours fantôme de la collection. « Le musée de poche », Ivanne Rialland  243

5. La radio et la télévision, coordonné par Mathilde Labbé et Céline Pardo 257

Introduction, Mathilde Labbé et Céline Pardo 259

Avec un écrivain, les yeux fermés. L’art du portrait d’écrivain à la radio, Céline Pardo 271

La reconnaissance littéraire à l’épreuve du petit écran. Discours et représentations médiatiques des écrivains lauréats de prix littéraires en France (1945-2012), Sylvie Ducas 287

6. Le web, coordonné par Simon Bréan 305

Introduction, Simon Bréan 307

Le cas de la critique de livre « participative » sur les réseaux, Étienne Candel  321

La République des Livres de Pierre Assouline ou la critique citoyenne en question(s), Marie-Ève Thérenty 337

Bibliographie 353

Appel à contributions – Récits d’accès au savoir au XVIIe siècle

Appel à contributions – Récits d’accès au savoir au XVIIe siècle
Bonjour,
Vous trouverez ci-joint l’appel à contributions pour un dossier thématique à paraître dans la revue XVIIe siècle. Nous vous serions reconnaissantes de diffuser l’appel auprès de vos membres.
Cordialement,
Judith Sribnai (UQÀM)
Marie-Florence Sguaitamatti (Université de Zurich)

Programme congrès – « Liaisons frontalières »

Voici le programme, très détaillé et riche en analyses sociodiscursives, du 10e congrès de l’Association des francoromanistes allemands
« Liaisons frontalières »
28.09.2016 – 01.10.2016

Universität des Saarlandes / Université de la Sarre

http://www.uni-saarland.de/fileadmin/user_upload/page/frankoromanisten/Reader_frt_2016_WerbungEntfernt_neu.pdf

Annonce de poste

Chers collègues,
Merci de faire circuler cette annonce de poste.
CN

Assistant Professor in European Media Studies (French/German)
JPF00841 ? Germanic and Slavic Studies / College of Letters & Science – Humanities and Fine Arts

The Departments of Germanic and Slavic Studies, and French and Italian, at the University of California, Santa Barbara, invite applications for a tenure-track position at the rank of Assistant Professor in European Media Studies (French/German) beginning July 1, 2017. Candidates should hold a Ph.D. in German and/or French Media Studies, German and/or French Literature or Philosophy, or a related field by the starting date. They should have native or near-native fluency in French, German and English; or in German and English, or French and English, with additional qualifications in respectively French or German. We seek a candidate whose research and teaching focus on aspects of German and/or French Media Studies, with a strong background in the literature, philosophy, and culture of at least one of these traditions. The successful candidate will bring a comparative perspective to bear on the long history of media, which may include manuscripts, print media, sound recording, film, radio, TV, and digital technologies. Additional specialization in a cognate field (e.g. philosophy, aesthetics, visual culture, science and technology, translation studies, cultural studies) are welcome although not required.

The successful candidate will ideally teach Media Studies in both the German and French programs, as well as in the Comparative Literature program, including large humanities courses on European literary culture, smaller courses for the German and French Majors, and graduate seminars. However, consideration will be given to strong applicants whose fields of specialization include only German or French media studies. The ability to conduct courses at all levels in German and/or French and English is required. The candidate should be able to contribute to existing initiatives such as the Graduate Center for Literary Research, the German and French tracks in Comparative Literature, and the Interdisciplinary Humanities Center.
All application materials, including three letters of reference, must be submitted online via UC Recruit at:https://recruit.ap.ucsb.edu/apply/JPF00841
Application packets should include the following (all in English except writing sample): cover letter, detailed curriculum vitae, a succinct statement in English describing past and anticipated research projects (1,000 words), and one or two writing samples (maximum 30 pages) in either English, French or German, a one-page teaching statement, and arrange for three letters of recommendation to be uploaded directly. To ensure full consideration, all application materials, including letters of reference, should be uploaded by October 31, 2016. Primary consideration will be given to applications received by this date. Inquires may be addressed to the Search Committee at: FrenchGermanSearch2016@frit.ucsb.edu

A first round of interviews will be conducted via Skype.
The Departments of Germanic and Slavic Studies and French and Italian at the University of California at Santa Barbara are deeply committed to both research and teaching, and include nationally and internationally recognized scholars. Our Departments are also committed to interdisciplinary work and maintain close affiliations with other departments across campus, as well as strong interactions with the Interdisciplinary Humanities Center (IHC), the Graduate Center for Literary Research (GCLR), the Comparative Literature Program, and Programs in Medieval Studies, Translation Studies, Feminist Studies, and Writing Studies. We offer undergraduate programs leading to the BA in German and Slavic, and French and Italian and MA/PhD tracks in German and French within the doctoral program in Comparative Literature. For more information, please visit our web pages at: http://www.frit.ucsb.edu and http://www.gss.ucsb.edu.

The Departments are especially interested in candidates who can contribute to the diversity and excellence of the academic community through research, teaching and service.
The University of California is an Equal Opportunity/Affirmative Action Employer and all qualified applicants will receive consideration for employment without regard to race, color, religion, sex, sexual orientation, gender identity, national origin, disability status, protected veteran status, or any other characteristic protected by law.

**********************************************
Catherine Nesci, Chair, Comparative Literature
http://www.complit.ucsb.edu/

Professor of French, Affiliate in Feminist Studies
Professional address:
Department of French and Italian
University of California at Santa Barbara
Santa Barbara, CA 93106-4140 USA

*Associate Editor (2011-2015), Nineteenth-Century French Studies
http://www.ncfs-journal.org/
*Co-Editor, Culture & Conflict, De Gruyter
<http://www.degruyter.com/view/serial/182480>

À écouter – « La Suite dans les idées »

Bonjour,

L’émission « La suite dans les idées », animée par Sylvain Bourmeau sur France Culture, a consacré plusieurs émissions récentes aux approches sociales des textes et des faits littéraires.

On peut les écouter et les télécharger ici :

– Kaoutar Harchi sur son livre Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne  : http://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/passer-la-frontiere-litteraire

– Jérôme Meizoz sur son livre La littérature en « personne »http://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/tout-le-reste-est-litterature

– Françoise Lavocat sur son livre Fait et fiction : http://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/la-fictionalisation-generalisee-est-une-fiction

– Jean-Pierre Bertrand sur son livre Inventer en littérature : http://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/extension-du-domaine-de-la-litterature

– 
Hélène Merlin-Kajman sur son livre Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature : http://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/la-litterature-une-zone-defendre

– 
Pascal Durand et Gisèle Sapiro pour le collectif Le discours « néo-réactionnaire » : http://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/de-plus-si-nouveaux-reactionnaires

Anthony Glinoer
Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire
Professeur agrégé à l’Université de Sherbrooke
Département des lettres et communications
Local A3-239, Faculté des lettres et sciences humaines
2500, boulevard de l’Université
Sherbrooke (Québec) J1K 2R1