Archives mensuelles : octobre 2016

Séminaire « Savoirs du témoignage », EHESS, 2016-2017

Chers collègues,

je me permets de vous informer de la tenue à l’EHESS, en 2016-2017, du séminaire « Savoirs du témoignage en Europe au XXe siècle » animé par Charlotte Lacoste, Judith Lindenberg, Judith Lyon-Caen et moi-même.
Nous y mènerons une réflexion d’ordre épistémologique sur l’objet « témoignage » suivant des méthodes croisées, toutes tributaires des sciences sociales.
Vous pourrez prendre connaissance ci-dessous des enjeux précis du séminaire ainsi que de son programme séance par séance, à partir du vendredi 25 novembre prochain.
Le séminaire est ouvert à toutes et tous dans la limite des places disponibles.
Bien cordialement,
Frédérik Detue
Document téléchargeable :
Contenu :

Année universitaire 2016-2017

  

Séminaire de recherche de l’EHESS

 

Savoirs du témoignage en Europe au xxe siècle

·       Frédérik Detuemaître de conférences à l’Université de Poitiers (Hors EHESS)

·       Charlotte Lacostemaîtresse de conférences à l’Université de Lorraine (Hors EHESS)

·       Judith Lindenberg (Hors EHESS)

·       Judith Lyon-Caenmaîtresse de conférences à l’EHESS (CRH-GRIHL)

 

2e et 4e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 25 novembre 2016 au 9 juin 2017.

La séance du 28 avril est avancée au 21 avril (même horaire, même salle)

Séminaire ouvert aux étudiants de master. 

Ce séminaire collectif s’intéresse aux pratiques et aux formes de l’écriture de témoignage, selon une approche interdisciplinaire qui considère les écrits, leurs modalités de publication, leurs circulations et leurs appropriations, comme autant d’actions dans l’histoire, et comme autant d’événements de leur temps, et non pas seulement comme des sources possibles sur ces événements.

La réflexion s’ancre sur les écrits de témoignage de la Shoah, qui ont été l’objet des deux années précédentes de séminaire : écrits qui ont été produits pendant la Seconde guerre mondiale comme ceux qui sont venus plus tard chez des survivants qui ont parfois attendus longtemps avant de témoigner ou de publier leurs écrits. La « Catastrophe » de la destruction des Juifs d’Europe – qu’on n’appelait pas encore Shoah –  s’est en effet accompagnée, en particulier dans les camps et les ghettos des années de guerre, d’un recours à l’écriture massif.

Dans l’après guerre, le souci de documenter cette « Catastrophe » pour écrire son histoire, pour ne pas oublier et pour pouvoir agir dans le cadre des procès des criminels nazis, a également donné lieu à une importante production testimoniale ainsi qu’à une prolifération de pratiques savantes (en histoire, en psychologie, en philologie) prenant en charge cette écriture et parfois la suscitant.

On s’intéresse donc dans ce séminaire aux pratiques de l’écrit dans le temps de la guerre, en particulier dans le monde judéo-polonais, – poèmes, journaux, notes, et entreprises collectives comme les archives des ghettos -, qui déclinèrent une multitude d’expériences (dans les camps, les ghettos, la clandestinité, la résistance) dans une variété de registres et de formes (documentaire, fictionnelle, poétique…). On explorera les transmissions ultérieures, parfois erratiques, de ces écrits, ainsi que les premiers savoirs dont ils ont fait l’objet (dans les commissions historiques d’après guerre ou dans les premiers travaux universitaires sur l’Holocauste). On s’intéressera également, et dans une perspective semblable, aux écrits et documents testimoniaux (issus de campagnes de collecte de témoignages oraux) produits dans les décennies d’après-guerre, jusqu’au moment, au seuil des années soixante, où le « témoignage » et la figure du « témoin de la Shoah » se sont institutionnalisés dans la culture occidentale.

Le « témoignage » est ainsi devenu un objet scripturaire, éditorial et savant central, bien au-delà même du champ des études sur la Shoah. Le « témoignage de la Shoah » a puissamment configuré les savoirs sur le recours à l’écriture face aux violences extrêmes. Cette reconfiguration sera l’autre axe de ce séminaire, qui invitera cette année plusieurs chercheurs s’intéressant au témoignage dans des contextes historiques multiples et selon des horizons disciplinaires variés, à exposer leurs problématiques et les enjeux de leur travail. On voudrait ainsi parvenir à trouver un langage commun, à esquisser des perspectives partagées qui n’écrasent pas la spécificité des objets testimoniaux envisagés. On s’intéressera aussi aux différentes généalogies des « savoirs sur le témoignage » et en particulier à certaines pratiques savantes de l’entre-deux-guerres, comme l’intérêt porté alors à l’autobiographie dans les sciences sociales est-européennes (et de ce fait, aux manières de collecter et traiter les documents autobiographiques) ainsi qu’aux réflexions liées aux écrits de la Première guerre mondiale (chez J. Norton Cru notamment). De manière générale, on s’interrogera sur ce que « le témoignage », comme catégorie utilisée par les acteurs, et/ou construite par les chercheurs, fait aux disciplines de savoir qui s’en emparent.

25 novembre 2016

Judith Lyon-Caen :

Ecriture de témoignage et recours à la littérature

9 décembre 2016

Frédérik Detue :

Témoignage et critique du romantisme

13 janvier 2017

Charlotte Lacoste :

Ce que le témoignage fait à la littérature

27 janvier 2017

Judith Lindenberg :

Collecter, témoigner

10 février 2017

Publications récentes autour de Charlotte Delbo

24 février 2017

Thomas Chopard (CERCEC-EHESS)

Le choix de la tradition. Témoigner des pogroms de la guerre civile en Ukraine (1917-1937)

10 mars 2017

Le témoignage comme littérature : regards latino-américains (sous réserve)

24 mars 2017

Piotr Laskowski (Université de Varsovie) :

Traces et strates de Leon Weliczker Wells

21 avril 2017

Jacek Leociak (Centre de recherche sur l’Holocauste, Académie des sciences polonaises) :

Épistémologies du témoignage

12 mai 2017

Judith Lindenberg :

Ecritures de la Destruction

26 mai 2017

Vanessa Voisin (CERCEC, ANR WW2CRIMESONTRIAL1943-1991)

Le témoignage dans le prétoire : l’URSS contre les criminels de guerre

9 juin 2017

Bilan

Appel – JE « L’Europe au miroir : un siècle de représentations des réfugiés » (Paris, 28.04.2017)

Chers collègues,

je vous prie de trouver ci-dessous l’appel à communications pour la Journée d’étude « L’Europe au miroir : un siècle de représentations des réfugiés » qui se déroulera à Paris le 28 avril 2017.
Cette journée est organisée à l’initiative d’Anouche Kunth et moi-même dans le cadre d’un partenariat entre les laboratoires FoReLLet Migrinter de l’Université de Poitiers. Elle fait partie d’un programme de recherche sur les représentations des expériences de migration que nous avons initié au cours de cette année 2016.
Le lieu exact à Paris sera précisé ultérieurement, nous attendons une confirmation.
Bien cordialement,
Frédérik Detue
Document téléchargeable :
Contenu :

PROGRAMME DE RECHERCHE 2016-2017 : REPRÉSENTER L’EXPÉRIENCE DE LA MIGRATION

ORGANISATION : FoReLL B3 (Univ. Poitiers) / Migrinter (CNRS / Univ. Poitiers)

 

APPEL À COMMUNICATIONS

Journée d’étude

« L’Europe au miroir : un siècle de représentations des réfugiés »

sous la direction de Frédérik Detue et Anouche Kunth

 

Paris (lieu exact à confirmer)

vendredi 28 avril 2017

 

Argument

Les convulsions de la révolution bolchevique, dont l’année 2017 marquera le centenaire, ont rejeté hors frontières plus d’un million de sujets russes croyant leur fuite temporaire, mais apprenant, à l’issue de la guerre civile entre Rouges et Blancs, qu’un décret soviétique leur retirait en 1921 la jouissance de leurs droits nationaux. À la différence des civils européens déplacés par millions durant le Premier conflit mondial — Belges, Serbes, Russes, etc., qualifiés alors de « réfugiés » —, ces émigrés perdaient subitement toute protection étatique et, partant, la possibilité même de faire retour au pays. Le « réfugié moderne » (Peter Gatrell) naît de cette rupture d’allégeance forcée entre un groupe humain et son État d’origine, lequel a légiféré explicitement pour exclure une fraction de ses anciens ressortissants. Avant même que ne se répète, en 1923, ce scénario de dénationalisation collective – dans la jeune République de Turquie, cette fois, et à l’encontre des Arméniens autrefois sujets ottomans –, la Société des Nations a chargé le Haut-commissaire Fridtjof Nansen d’élaborer une catégorie nouvelle du droit international, celle de réfugié statutaire.

L’enjeu de cette Journée d’étude n’est pas d’ajouter à la réflexion sur le bienfondé, l’évolution et les limites d’un tel statut mais d’interroger, dans une perspective diachronique et interdisciplinaire, la réception de ces phénomènes de déplacement massif, d’apatridie et de dispersion migratoire, appelés à se répéter dramatiquement au long du xxe siècle, jusqu’à nos jours. Il sera postulé que les grandes scansions du refuge ont tendu aux sociétés européennes – et leur tendent encore, nonobstant l’édificationsupranationale de l’Union européenne – le miroir inversé de leurs propres constructions idéologiques, dans un contexte croissant de « judiciarisation du statut de l’homme » (Dzovinar Kévonian) et de territorialisation des appartenances nationales.

Le travail d’analyse visant à étayer l’histoire des représentations des réfugiés depuis un siècle pourra s’arrêter sur la « crise des réfugiés » qui défraie la chronique depuis le printemps 2015, comme il pourra revenir sur des épisodes passés ou proposer une lecture transversale des images et discours mobilisés face au refuge. Trois pistes serviront d’appui à la réflexion :

·      La catégorie juridique de réfugié comme représentation

L’Impérialisme d’Hannah Arendt (1951) contient des pages fondamentales sur le basculement qu’a représenté l’instauration, après la Première Guerre mondiale, du statut juridique de « réfugié apatride ». La philosophe y démontre que le droit international, plutôt que de résorber la situation d’exception dans laquelle se trouvaient les exclus de l’État-nation en leur permettant de rejoindre une nouvelle communauté de nationaux, a préféré inscrire une « anomalie » dans le champ même de la loi et des institutions. Qu’en outre, la massification de l’asile a fait dévier l’attention générale du phénomène premier de la persécution, qui jetait naguère l’opprobre sur le persécuteur, vers les problèmes juridiques liés à la définition du statut de réfugié.

Il s’agira dès lors de se demander avec H. Arendt si l’instrument du droit – protecteur ambigu d’une catégorie d’étrangers privée d’appartenance nationale – n’a pas en fait participé depuis un siècle de la « chute de valeur » de l’expérience humaine inaugurée, selon Walter Benjamin, par la Grande Guerre.

·      Infortunés réfugiés : malheur aux vaincus ?

Il importera également de mettre au jour les logiques des discours politiques et médiatiques, mais encore pseudo-scientifiques (on pense, par exemple, aux écrits de Georges Mauco, notamment à l’article paru en 1942 dans L’Ethnie française, parlant d’« êtres humains diminués » à propos des réfugiés juifs et arméniens), qui ont construit les images répulsives des réfugiés. Outre la réflexion toujours nécessaire sur le poids du racisme et de la xénophobie dans ces représentations, puis sur l’articulation de telles attitudes d’hostilité à des préjugés coloniaux ou postcoloniaux, on s’interrogera en particulier sur les mécanismes sociaux et politiques qui favorisent leur répétition :

–       l’importance des principes de l’information journalistique (tels que les détaillait W. Benjamin : « nouveauté, brièveté, clarté et surtout absence de toute corrélation entre les nouvelles prises une à une ») dans la fabrication de ces représentations, si l’on songe par exemple aux images – elles-mêmes massives – de « réfugiés en masse » ;

–       le rôle possiblement ambigu joué par la communication des acteurs humanitaires, si l’on observe notamment qu’un discours victimaire s’oppose mal à l’image d’« êtres humains diminués » évoquée plus haut ;

–       le rôle, enfin et surtout, des politiques publiques sécuritaires qui traitent de facto les exilés comme des délinquants voire des ennemis en tant qu’« immigrants clandestins » : « teichopolitiques » (Stéphane Rosière), « encampement » (Michel Agier), etc.

·      Les réfugiés par eux-mêmes : observations et analyses d’une condition

À la suite des Journées d’étude qui se sont tenues à la MSH de Poitiers au printemps puis à l’automne 2016, ce nouveau jalon de notre programme de recherche dédié aux représentations de l’expérience migratoire, entend articuler la réflexion aux sources que produisent les réfugiés (lettres de doléance à l’administration, mémoires, témoignages, photographies et films numériques, etc.). Ce faisant, l’analyse s’intéressera à la compréhension que les auteurs ont de leur propre condition, au regard qu’ils portent sur les représentations dont ils font l’objet et aux images qu’eux-mêmes proposent de leur expérience, ou « auto-mises en scène » (Fabienne Le Houérou) ; à leur perception, enfin, des relations qu’ils nouent avec le reste de la société et les agents publics.

De façon générale, on analysera la fonction critique des sources produites par les réfugiés à l’aune de la complexité que restituent les auteurs. Enfin, un axe de réflexion concernera les utopies politiques contenues parfois dans ces sources et réfléchies à partir de la condition de réfugié.

Envoi des propositions

Les propositions de communication (maximum 300 mots) seront accompagnées d’une notice biobibliographique de l’auteur(e) et seront à adresser à nos deux adresses mentionnées ci-dessous d’ici le dimanche 15 janvier 2017. Les réponses seront communiquées rapidement dans la deuxième quinzaine de janvier.

Contacts

Frédérik Detue (MCF Littérature comparée) frederik.detue@univ-poitiers.fr

Anouche Kunth (CR-CNRS Histoire) anouche.kunth@univ-poitiers.fr

Programme du deuxième colloque du RT14 en collaboration avec le RT37 de l’AFS – « Les publics de la culture et des médias en pratiques. Actualités de la recherche sur la réception. »

Cher.e.s collègues,

C’est avec un grand plaisir que nous vous annonçons la tenue du deuxième colloque du RT14 « Sociologie des arts et de la culture », en collaboration avec le RT37 « Sociologie des médias » de l’Association Française de Sociologie, avec le soutien du LabEx ICCA et de la Région Île-de-France :

« Les publics de la culture et des médias en pratiques.

Actualités de la recherche sur la réception »

Ce colloque se tiendra les 17 et 18 novembre prochain à la Sorbonne (Amphithéâtre Durkheim) au 1 rue Victor Cousin – Paris 5ème.

Vous trouverez en pièce-jointe le programme complet ainsi que l’affiche du colloque. L’ensemble des informations se trouve également sur notre site internet : www.colloque-publics.fr

affiche_les-publics-de-la-culture-et-des-medias-en-pratiques_rt14-et-rt37-afs_nov-16

programme_les-publics-de-la-culture-et-des-medias-en-pratiques_rt14-et-rt37-afs_nov-16

Attention pour des raisons de sécurité, l’inscription gratuite mais préalable est obligatoire par courriel en écrivant à rt14.afs@gmail.com  jusqu’au dimanche 13 novembre 2016, dernier délai. Une pièce d’identité sera requise.

En espérant vous y rencontrer nombreux,

Emmanuelle Guittet pour le RT14

Nouvelle réédition sur le site Socius – « On Interpretation » de Fredric Jameson

Bonjour,

Le site des ressources Socius réédite aujourd’hui une grande partie du chapitre inaugural de The Political Unconscious: Narrative as a Socially Symbolic Act de Fredric Jameson, considéré comme l’un des livres marquants de ce penseur majeur.

 

C’est à lire ici.

Anthony Glinoer
Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire
Professeur agrégé à l’Université de Sherbrooke
Département des lettres et communications
Local A3-239, Faculté des lettres et sciences humaines
2500, boulevard de l’Université
Sherbrooke (Québec) J1K 2R1

Parution – « La dynamique des groupes littéraires »

76201

Denis Saint-Amand (dir.), La dynamique des groupes littéraires, Presses de l’Université de Liège, collection « Situations », 2016. EAN13 : 9782875621047.

 

Les groupes littéraires sont portés par le projet d’une « œuvre commune », selon le mot de Sainte-Beuve. Instance majeure de l’institution littéraire, ils constituent un objet privilégié pour l’histoire de la littérature et, en particulier, pour celle qui se construit avec les outils de la sociologie. Se pencher sur leurs mécanismes de constitution et ce qui conduit à leur dissolution, leurs rites et leurs croyances, leurs forces de cohésion et la manière dont ils se donnent à voir publiquement, c’est se donner les moyens de comprendre la façon dont la littérature se vit à une époque donnée. Les auteurs rassemblés ici se sont donné pour objectif d’examiner à nouveaux frais la sociologie mais aussi la poétique des groupes littéraires. Des cénacles romantiques aux réseaux moins denses de l’époque contemporaine — en passant par les groupuscules fin de siècle, les cohortes surréalistes et certaines configurations académiciennes —, l’ouvrage alterne études de cas et réflexions transversales sur la dynamique des collectifs littéraires.

 

 

Table des matières

Denis SAINT-AMAND : Les groupes littéraires : logiques et dynamiques

Anthony GLINOER et Vincent LAISNEY : La temporalité institutionnelle des cénacles

Joseph JURT : Les groupes littéraires dans la deuxième moitié du XIXe siècle

Paul ARON : Le symbolisme : groupe littéraire et habitus mondain

Daniel GROJNOWSKI : Des Groupes et des Œuvres. Zutiques, Hydropathes, Incohérents

Caroline CRÉPIAT : Les logiques de connexion au Chat Noir (1882-1897)

Antoine PIANTONI : De l’école au groupe : le cas des poètes fantaisistes

David VRYDAGHS : Du rôle des outsiders dans la dynamique du groupe surréaliste français. Le cas de René Crevel

Michel LACROIX : Les revues québécoises et la hantise de la chapelle

Olivier LAPOINTE : Posture collective et survie organisationnelle. L’exemple de la fondation de l’Académie canadienne-française

Aline MARCHAND : Le Nouveau Roman, du cliché minuscule à la majuscule institutionnelle

Gérald PURNELLE : Le Groupe de Liège autour de Jacques Izoard

* *

Denis SAINT-AMAND est docteur en langues et lettres de l’Université de Liège. Il codirige les revues COnTEXTES et Parade sauvage. Il est notamment l’auteur de La Littérature à l’ombre. Sociologie du Zutisme (Classiques Garnier, 2012) et Le Dictionnaire détourné(PUR, 2013).

Parution – « Sociopoétiques » n°1, « Mythes, contes et sociopoétique »

Sociopoétiques n°1, « Mythes, contes et sociopoétique », Presses Universitaires Blaise Pascal, 2016.

Presses universitaires Blaise Pascal

Parution : octobre 2016
Consultation en accès libre sur : http://sociopoetiques.univ-bpclermont.fr/mythes-contes-et-sociopoetique

Présentation de la revue :

La revue en ligne Sociopoétiques a un double objectif. Elle entend d’abord cerner au plus près un concept critique qui, s’il se fonde sur les liens entre matière sociale et littérature dans une démarche qui croise les disciplines, se distingue d’approches frontalières par sa dimension de poétique textuelle et par l’intérêt qu’il accorde aux micro-lectures et au tissu verbal. Le terme est parlant : il ne s’agit pas plus de sociocritique que de sociologie de la littérature, car le domaine des interactions sociales et de leurs représentations est ici envisagé comme un réservoir d’éléments dynamiques de la création littéraire. Il s’agit d’analyser la manière dont les représentations et l’imaginaire social informent le texte dans son écriture même.

Le terme de « Sociopoétique » existe, à tel point qu’il donne lieu à des emplois incertains et s’ouvre à une polysémie dangereuse. C’est pour cette raison que la présente revue donnera voix à des méthodes critiques voisines, avec lesquelles elle entend dialoguer pour enrichir les perspectives du lecteur et pour permettre de mieux cerner les contours qui lui sont propres.

Le second objectif de la revue Sociopoétiques est plus démonstratif. Dans le sillage des travaux d’Alain Montandon, fondateur du concept et Président d’honneur de la revue, des analyses variées et concrètes nourriront chacun des numéros à venir.

Présentation du numéro :

La sociopoétique s’attache à examiner comment l’écriture travaille, consciemment ou moins consciemment, les représentations sociales et permet d’appréhender ces dernières « comme éléments dynamiques de la création littéraire» (A. Montandon, dir., Sociopoétique de la danse, Paris, Anthropos, 1998, p. 1) : « Il s’agit d’analyser la manière dont les représentations et l’imaginaire social informent le texte dans son écriture même. » (Ibid.) Or, en tant que phénomènes, les représentations sociales se présentent sous des formes variées, plus ou moins complexes. Elles sont liées à la réception, à l’intégration et à l’interprétation consciente ou non des faits de société par l’écrivain. Elles peuvent se traduire en images qui condensent un ensemble de significations, en systèmes de référence qui permettent de mieux cerner un ensemble de données et de leur conférer un sens, ou encore en catégories qui servent à classer les circonstances, par exemple. On voit quelle peut être l’importance de l’interface du psychologique et du social dans le contexte concret où sont situés individus et groupes, associés à différents systèmes de valeurs culturels et à différents codes et idéologies en fonction de leur appartenance sociale spécifique. […]

Sommaire :

DOSSIER

Essai d’approche sociopoétique de la figure de Cassandre
Véronique Léonard-Roques

Fille de Priam et d’Hécube, Cassandre est cette princesse troyenne de la mythologie gréco-romaine qui, inspirée par Apollon, prédit en vain la chute de Troie.

La Femme de Loth aux XXe et XXIe siècles ou la Mémoire endeuillée
Aurélia Hetzel

Loth, parce qu’il était juste, fut sauvé de la destruction de Sodome avec sa femme et ses filles. Au matin, les anges qu’il avait protégés de la perversité des habitants enjoignirent la famille de quitter la ville sans se retourner. « Or la femme de Loth regarda en arrière, et elle devint une colonne de sel » (Gn 19, 26). L’histoire, hautement symbolique, est célèbre.

De la conscience de soi au Moi comme fin
Ariane Ferry

[…] les Hamlet ne sont jamais intéressés que par eux-mêmes ; solitaires, ils sont par là même stériles. (Ivan Tourgueniev)

Blanche-Neige et la prise de parole, du conte au mythe
Pascale Auraix-Jonchière

Le personnage de Blanche-Neige et son histoire évoquent aujourd’hui comme hier le conte rendu célèbre par les frères Grimm dès la première édition des Kinder und Hausmärchen de 1812.

Mythographie sandienne et lecture sociopoétique : Lélia, Jeanne, Astrée et Prométhea
Isabelle Hoog Naginski

George Sand, c’est bien connu, a publié dans les années quarante une série de romans que la critique de l’époque s’est empressée de dénigrer et de juger « socialistes », le mot étant à prendre dans un sens fortement négatif, équivalent de néfaste ou de pernicieux, mais sans signification politique précise.

Variations, retournements, inversions mythiques : la figure du Passeur dans Le Cavalier et son ombre de Boubacar Boris Diop
Liana Nissim

Si j’ai choisi pour mon titre des expressions empruntées à une page d’Alain Montandon illustrant la sociopoétique des mythes, c’est qu’elles définissent d’une manière accomplie des techniques d’écriture qui – tout en se liant étroitement à la représentation de la réalité contemporaine – structurent les romans de Boubacar Boris Diop.

Sociopoétique des mythes et herméneutique : les anamorphoses du Monstre d’Ismaïl Kadaré
Ariane Eissen

Selon les spécialistes des littératures de l’ex-bloc de l’Est, si des auteurs aussi variés que Mikhaïl Boulgakov, Christa Wolf ou Ismail Kadaré ont eu recours à la parabole, c’est en raison de son oblicité, afin de pouvoir ruser avec la censure car la forme autorise par définition une pluralité de lectures.

SOCIOPOÉTIQUES ?

Sociopoétique
Alain Montandon

Nous considérons la sociopoétique moins comme une méthode que comme un champ d’analyse qui, nourri d’une culture des représentations sociales comme avant-texte, permet de saisir combien celui-ci participe de la création littéraire et d’une poétique.

VOIX CONTEMPORAINES

La fabrique de l’imaginaire, le mythe, la société et l’histoire chez Sylvie Germain
Sylviane Coyault, Sylvie Germain

Dans un numéro de « sociopoétique » consacré aux mythes littéraires, il était naturel d’inviter Sylvie Germain, puisque son œuvre répond aux trois questions qui se posent ici : une poétique qui s’empare aussi bien du mythe – ou des légendes – pour parler de la violence de l’histoire ou de la brutalité de la société.

VARIA

Ne pas coucher dans son lit
Philippe Antoine

Le voyageur qui s’éloigne de son chez soi et accepte volontairement de perdre ses repères est confronté à quelques impératifs : se déplacer, manger, dormir. Pour l’homme du XIXe siècle la question de la halte et du repos se pose nécessairement avec une plus grande acuité qu’aujourd’hui et, bien évidemment, différemment selon les contrées traversées.

Pots de chambre, clystères et canules dans la revue Le Chat Noir
Caroline Crépiat

En cette fin du XIXe siècle, le rapport à l’ordure diffère du nôtre. En effet, rares sont les W.-C. domestiques et personnels ; les champs visuel et olfactif, privés comme publics, sont dès lors occupés par la matière.

RECENSIONS

Hanan Hashem, Émile Augier, Alexandre Dumas fils, Victorien Sardou. Dramaturgie du savoir-vivre sous le Second Empire. L’Harmattan, 2015, 290 p.
Alain Montandon

On ne saurait dire, comme l’indique l’auteur, que le théâtre de ces trois auteurs répond à des préoccupations très contemporaines, ce qui justifie l’oubli dans lequel toutes ces pièces sont en général tombées.

Valérie Stiénon, La Littérature des physiologies. Sociopoétique d’un genre panoramique (1830-1845), Paris, classiques Garnier, « Etudes romantiques et dix-neuviémistes », 2012, 354 p.
Pascale Auraix-Jonchière

Cet ouvrage substantiel, parfaitement documenté, à la plume alerte et précise, cerne en 320 pages denses et structurées un objet pourtant fuyant.

Adresse : 4 rue Ledru63057 Clermont-Ferrand Cedex 1

Prix de recherche des associations dix-neuviémistes – édition 2017

Bonjour,
Serait-il possible de diffuser sur votre liste cette annonce pour un prix de recherche destiné à couronner une thèse portant sur le XIXe siècle (littérature, philosophie, histoire, sociologie, histoire de l’art, etc.)? Merci d’avance.
Très cordialement,

Victoire Feuillebois,
pour le CL 19
Désireux de récompenser et promouvoir les travaux de chercheurs portant sur le XIXe siècle, le Comité de Liaison des Associations Dix-neuviémistes (CL 19) a créé un prix annuel destiné à couronner une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle portant sur le XIXe siècle (1789-1914). Ce prix est décerné pour la seconde fois en 2017, dans l’esprit du CL 19, qui réunit sociétés savantes, groupes de recherche, musées, bibliothèques et institutions culturelles concernées par l’étude du XIXe siècle.

ARTICLE 1 – Modalités d’attribution

Le Prix sera attribué tous les ans par le Président du jury du Prix de recherche des associations dix-neuviémistes, sur proposition du jury réuni pour examiner les travaux soumis. Le jury peut proposer de ne pas attribuer le Prix si aucune des thèses déposées ne lui paraît avoir les qualités requises.

ARTICLE 2  – Conditions d’attribution

Les candidats, de nationalité française ou étrangère, devront avoir soutenu avec succès, au cours des deux années précédant la date de son dépôt auprès du jury, une thèse de doctorat ou un mémoire de troisième cycle rédigé(e) en français et portant sur le XIXe siècle (1789-1914).

ARTICLE 3  – Montant

Le montant du Prix est fixé chaque année par le jury du Prix. Ce Prix est destiné à aider à la publication de la thèse et à la poursuite des travaux de recherche du lauréat. Outre le Prix de recherche, des accessits pourront être attribués à deux autres candidats au plus, afin de récompenser la qualité de leurs travaux et de favoriser par des moyens non-financiers la publication et la diffusion de leur recherche.

ARTICLE 4  – Jury

Le jury du Prix de recherche du CL 19 est présidé par M. Jérôme Farigoule, directeur du Musée de la Vie romantique. Le jury est composé, en plus du président, de douze à quinze membres issus des différentes associations représentées au sein du CL 19, sur la base du volontariat. La liste des membres du jury est publiée chaque année. Le jury se réserve le droit de faire appel à des experts indépendants pour exprimer leur avis sur les thèses proposées.

ARTICLE 5 – Modalités de candidature

Les candidats au Prix de recherche doivent fournir, en format .pdf exclusivement, la thèse de doctorat ou le mémoire de troisième cycle soumis au jury, la copie d’une pièce d’identité, une attestation de l’obtention du diplôme de troisième cycle, le rapport de soutenance et un C.V. sans liste de publications : ce dossier sera adressé par mail à l’adresse suivante :bureaudeliaisonxix@gmail.com avant le 31 décembre 2016.

NB : pour l’édition 2017, on acceptera les travaux soutenus entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2016. 

Les candidats qui n’auraient pas reçu leur rapport de soutenance à la date de clôture de l’appel pourront compléter leur dossier de candidature en l’adressant par courriel dans les premiers jours de janvier, en mentionnant dans le mail de candidature que la pièce sera envoyée plus tard.

Le Prix récompense un travail de troisième cycle (thèse ou doctorat) : les travaux de Master ne sont pas admis à concourir.


Le CL 19 est un réseau visant à encourager les synergies entre associations et institutions dix-neuviémistes et à assurer la promotion des activités en rapport avec notre sujet commun.

Programme du séminaire de J. Lyon-Caen – Histoire des usages sociaux de la littérature

Programme du séminaire de Judith Lyon-Caen

 

Les usages sociaux de la littérature, XIXe-XXe siècles

 

2016-2017

 

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2016 au 2 juin 2017.

Pas de séminaires les 31 mars et 21 avril. Séance exceptionnelle le 28 avril.

 

Ce séminaire propose une histoire des usages de la littérature qui associe l’étude des formes d’action par l’écriture littéraire à celledes lectures, des appropriations, des savoirs sur les écrits conçus, reçus, qualifiés comme littéraires au XIXe et au XXe siècles. On cherche à dégager des modes historiquement et socialement situés de production de la croyance en la « vérité de la littérature » – c’est-à-dire en la puissance de figuration, de représentation, de description ou d’intervention des écrits littéraires. La potentialité cognitive ou historiographique de la littérature, qui interroge de longue date les sciences sociales, fait ainsi l’objet d’une série d’analyses situées.

 

 

En 2016-2017, on poursuivra le travail engagé sur les « historiographies romanesques » du XIXe siècle et sur la figuration de l’expérience sociale dans les écrits littéraires du XIXe siècle.

Ces questions seront abordées dans le cadre d’une réflexion plus générale sur la possibilité d’une histoire non littéraire de la littérature. Par histoire “non littéraire”, j’entends une histoire qui ne soit pas prise d’emblée dans les mises en récit produites par ou dans la littérature elle-même ; une histoire qui regarde le fait littéraire comme un fait pleinement historique, et qui s’intéresse donc aux formes de présence, disséminées, multiples, de la littérature dans l’espace social du premier XIXe siècle : il s’agit de saisir la manière dont l’existence de la littérature (comme valeur, corpus, institution…) affecte toute prise d’écriture (dans les écritures personnelles ou administratives par exemple) ; il s’agit de saisir la présence matérielle de la littérature dans l’espace urbain (à Paris) ; il s’agit de décrire, dans cette perspective, les gestes et les pratiques (d’écriture, d’impression, d’édition, de publication, de mise en circulation, de lecture) qui font exister, dans les décennies romantiques, la « littérature » comme phénomène de la vie collective.

Comment décrire cette historicité du fait littéraire en s’affranchissant des narrations de l’histoire littéraire ? Les dossiers présentés, consacrés aux décennies 1830 et 1840, tenteront d’esquisser une réponse tout en explorant, autant que possible, des aspects méconnus, inaperçus ou effacés, de la production littéraire des décennies post-révolutionnaires.

 

  1. 4 novembre 2016.

Introduction: terrains, objets et méthodes d’une histoire des usages de la littérature 

 

  1. 18 novembre 2016.

L’hermite au Louvre ou l’homme de lettres oublié (1830)

 

  1. 2 décembre 2016

La littérature (d’)adultère : Indiana, de George Sand (1832)

 

  1. 16 décembre 2016

Lire/Aimer/Mourir : les amants de Montmorency – I (Paris, 1835) 

 

  1. 6 janvier 2017

Une littérature pour la vie réelle : Emile Souvestre (1835)

 

  1. 20 janvier 2017

Comment entrer en littérature ? La littérature vue d’en bas (1836-1842)

 

  1. 3 février 2017

Les « enfants perdus de la poésie » : retour sur Camille Bernay

 

  1. 3 mars 2017

Lire/Aimer/Mourir : les amants de Montmorency II (Chars – Seine et Oise, 1838)

 

  1. 17 mars 2017

Articles de Paris : la littérature et la ville (1840)

 

Pas de séminaire le 31 mars

  1. 28 avril 2017 (exceptionnellement, en remplacement de la séance du 21 avril)

Romanciers aux champs : George Sand et Eugène Sue 

 

  1. 5 mai 2017

Romans de la vie quotidienne : Paul de Kock (une enquête collective)

 

  1. 19 mai 2017

La littérature, le peuple, l’insurrection (1848)

 

  1. 2 juin 2017

Conclusions

Ces lieux où l’on pense

Chers collègues,

Je vous prie de trouver, ci-joint, un appel pour une journée d’étude que
nous souhaitons organiser, Aurélie Mouton et moi-même (avec l’aide de
quelques collègues extérieurs) de manière assez interdisciplinaire, sur
les musées, théâtres, bibliothèques, etc.

161009-appel-premiere-journee-ces-lieux-ou-l%27on-pense

N’hésitez pas à le relayer, et bien sûr à y participer si le sujet vous
intéresse.

bien cordialement,

François Mairesse