Archives mensuelles : avril 2017

La fiction littéraire contemporaine face à ses pouvoirs – Journées d’étude STORYFIC

Cher.e.s collègues,

Les 4 et 5 mai prochains, l’Université de Liège accueillera les journées d’étude « La fiction littéraire contemporaine face à ses pouvoirs » organisées par Justine Huppe, Frédéric Claisse et Jean-Pierre Bertrand dans le cadre du projet STORYFIC. Vous trouverez le programme en pièce jointe de ce courriel, et davantage d’informations sur le projet et ces journées en consultant le carnet de recherche https://storyfic.hypotheses.org/


Denis Saint-Amand
MCF Invité UNamur
Collaborateur scientifique ULg
Site personnel / CV

Appel à articles – « Le corps social au XVIIIe siècle »

Le corps humain au XVIIIe siècle n’est plus oublié, stigmatisé ou jugé indigne par les philosophes, moralistes et gens de lettres. Le temps des Lumières voit au contraire émerger une littérature et une philosophie sensuelles où le corps trouve sa place, comme chez Rousseau ou Diderot. Certains penseurs matérialistes comme La Mettrie ont même pour ambition d’expliquer par le corps tous les phénomènes humains.

Peut-on pour autant parler d’une libération des corps par opposition aux corps contraints du Grand Siècle ? Les Lumières participent en effet d’un mouvement historique où l’évolution rapide de la médecine et des savoirs sur le corps correspondent à une saisie de plus en plus intime de celui-ci par les institutions. Le discours sur le corps va-t-il alors de pair avec le pouvoir sur la vie ? Que devient le corps saisi par le politique comme enjeu d’ordre, par les théoriciens politiques comme nécessité matérielle ou par la théorie sociale naissante comme base du « corps social » émergent ?

Ce recueil d’articles vise à explorer la prise en compte du corps dans les discours sur le fait politique et sur le fait social, mais également dans les discours du politique, et la manière dont ces discours contribuent à dessiner le corps même qui en fait l’objet ; comment le corps, loin de préexister au discours qui le qualifie, est transformé et même inventé par ce discours. Entre redéfinitions du corps et nouvelles formes de la contrainte, corps coupables et corps à protéger, l’étude de l’investissement du corps par le fait social à l’époque des Lumières permet de mettre en valeur ce qui se joue dans ce rapport.

Les études proposées concerneront le XVIIIe siècle au sens large, et pourront donc également étudier des auteurs ou des phénomènes qui ne sont pas considérés comme faisant partie des Lumières, voire s’y opposent. Elles pourront explorer la manière dont le corps est pris en compte dans les discours des pouvoirs politiques, des institutions sociales ou des théoriciens politiques et sociaux ; mais également les enjeux sociaux ou politiques des discours sur le corps issus de différents domaines (médecine, pédagogie, littérature, arts de la danse et du spectacle non exclusivement). Elles pourront explorer des corpus francophones ou non francophones. Des contributions issues des différentes disciplines des sciences humaines et sociales et des lettres sont les bienvenues.

 

Les propositions d’articles sont à envoyer à Capucine Lebreton (Université de Genève, équipe Herméneutique des Lumières) : capucine.lebreton@unige.ch

 

Calendrier :

30 juin 2017 : date limite d’envoi des propositions d’articles (une page maximum hors bibliographie).

17 juillet : acceptation des propositions.

1er novembre : réception des articles complets.

Publication du recueil prévue au premier semestre 2018.

Journée – « Cultures savantes, cultures populaires : Trajectoires de légitimation »

Journée « Cultures savantes, cultures populaires : Trajectoires de légitimation »

séminaire doctoral « TransLittéraires », E.A.  Textes et Cultures, projet LégiPop de la MESHS Nord

vendredi 5 mai, Université d’Artois (Arras) en Salle des colloques de  la maison de la recherche

 

Programme

9h : accueil et mot d’introduction

9h15 Francis Marcoin (U. Artois)  « Le cas littéraire de M. Hector Malot »

10h Marianne Closson (U. Artois)  « Le roman-feuilleton de la démonologie : Le Diable au XIXe siècle de Léo Taxil »

10h45 : pause

11h Anne-Isabelle François (Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques »

11h45 Sarah Lécossais (Paris 13, LabSic), « Les séries télévisées : “légitimité” d’un objet de recherche »

12h30-14h : déjeuner

14h : Marine Roussillon (U. Artois), « Romans de chevalerie: construction d’une lecture illégitime »

14h45 : Brigitte Buffard-Moret (U. Artois), « Quand les lettrés s’intéressent au “bon vieux temps” : la chanson populaire dans la poésie romantique »

15h30 : pause

15h45 Julie Assouly (U. Artois) , « Les frères Coen : un cinéma populaire élitiste ? »

Fin de la journée à 16h30

Colloque – « Hans Magnus Enzensberger / Constellations », Liège, 26-28 avril 2017

ANNONCE DU COLLECTIF « GENACH »
Chères et chers collègues,
Nous avons le plaisir de vous inviter au colloque international « Hans Magnus Enzensberger / Constellations » qui se tiendra à l’Université de Liège du 26 au 28 avril 2017. Vous pouvez en découvrir le programme ainsi que l’affiche en suivant les liens figurant au bas de ce mail.

Outre les conférences et communications de chercheurs issus des champs de la philosophie, des arts et sciences de la communication, des études littéraires et de la traductologie, deux événements exceptionnels rythmeront ces trois jours consacrés à l’écrivain, essayiste et théoricien des médias allemand H.M. Enzensberger :

– 26 avril 2017, à 20h, projection unique du film « Les fruits de la confiance » (Alexander Kluge 2009, vo. all. s-t. fr., avec Martin Wuttke, Helge Schneider, Michael Haneke, Joseph Vogl, Hans Magnus Enzensberger e.a.) au cinéma Churchill. Entrée gratuite pour les membres de la communauté universitaire, inscription souhaitée à l’adresse Culture@ulg.ac.be, en mentionnant le nom « Kluge » en objet de votre mail.

– le 28 avril 2017, à 20h, « David Murgia lit Enzensberger », lecture publique d’extraits d’essais et de poèmes de H. M. Enzensberger par le comédien David Murgia à la librairie « Livre aux trésors », Entrée gratuite.

Au plaisir de vous saluer à l’occasion de cet événement,

Grégory Cormann
Caroline Glorie
Jeremy Hamers
Céline Letawe
Mark Potocnik
Vera Viehöver

Le colloque « Hans Magnus Enzensberger / Constellations » est organisé par le groupe de recherche ARC-GENACH (Genèse et actualité des humanités critiques. France-Allemagne 1945-1980) en collaboration avec l’UR Traverses et le CEA (Centre d’études allemandes de l’Université de Liège).

Ce colloque bénéficie du soutien des partenaires suivants :
Faculté de Philosophie et Lettres, FNRS, Goethe-Institut Brüssel, Département des Relations extérieures et Communication, UR Traverses (MAP, Lemme), CEA (Centres d’études allemandes), Service de traduction et interprétation, Les Grignoux, DCTP, Librairie « Livre aux trésors ».

www.hme-conference.ulg.ac.be
Contact : hme-conference@ulg.ac.be

ANNEXES (disponibles sur le serveur jusqu’au 20/04/2018)
——————————————————

http://pubdoc.ulg.ac.be/files/20170420202848_1_f46073e059f1f7674e7eae9d2.pdf

http://pubdoc.ulg.ac.be/files/20170420202848_2_c2b9f996b29c3522938ddf9ff.pdf

Concours de bourses d’admission à la maitrise du GRÉLQ

Bonjour,

Le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) annonce l’ouverture d’un concours pour l’attribution de deux bourses d’admission à la maîtrise, d’une valeur de 5 000 $ chacune.

Veuillez consulter le document ci-joint pour connaitre les critères d’admission, les documents nécessaires à la présentation du dossier et les critères d’attribution.

Bourses grélq 2017

Les étudiant.e.s intéressé.e.s ont jusqu’au 20 septembre 2017 pour déposer une demande.

Cordialement,

Josianne Dubé

Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec
Université de Sherbrooke
J1K 2R1
(819) 821-8000, poste 67696

28 avril 2017 – « Qu’est-ce qu’un auteur, qu’est-ce que l’acte d’écrire ? » seconde séance du Séminaire La notion d’« auteur » au prisme des mutations socio-économiques de la filière du livre. Quelle remise en question dans les littératures de genre

Chèr.e.s collègues,

Nous sommes heureux de vous inviter à la prochaine séance du séminaire de recherche « La notion d’« auteur » au prisme des mutations socio-économiques de la filière du livre. Quelle remise en question dans le secteur des littératures de genre ? ».

Cette séance aura lieu le vendredi 28 avril de 14 h à 17 h dans la salle 401 de la Maison des Sciences de l’Homme (20, avenue Georges Sand, 92 210 Saint-Denis, Métro Front populaire, ligne 12).

« Qu’est-ce qu’un auteur ? Qu’est-ce que l’acte d’écrire ? « 

Interviendront dans cette séance :

Clara Lévy, Pr. en Sociologie de la littérature, Université Paris 8, Institut d’Etudes Européennes/Université Paris 8, LabTop-Cresppa;

 

Lionel Ruffel, Pr. en Littérature comparée et création littéraire, co-responsable du Master Création littéraire, Université Paris 8, Membre junior de l’Institut universitaire de France, LHE;

 

Alain Viala, Pr. émérite en Histoire et Sociologie de la littérature à l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle et Chaire d’Etudes françaises à l’Université d’Oxford.

Entrée libre sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Nous vous remercions de votre participation éventuelle et nous nous tenons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Au plaisir de vous retrouver et d’échanger le 28 avril 2017 à 14 h.

Bien cordialement,

Sylvie Bosser (Université Paris 8, CEMTI) et Bertrand Legendre (Université Paris 13, LabSIC)

Séminaire La notion dauteur au prisme des mutations socio-économiques dans la filière du livre. Quelles remises en question dans le secteur des littératures de genre

Journée d’étude – « L’Europe au miroir : un siècle de représentations des réfugiés » (Paris, 28 avril 2017)

Bonjour,

je vous prie de trouver ci-dessous et ci-joint le programme de la Journée d’étude pluridisciplinaire « L’Europe au miroir : un siècle de représentations des réfugiés » qui se déroulera à Paris le vendredi 28 avril prochain, en journée au Musée national de l’histoire de l’immigration et en soirée à la BULAC.
En espérant vous voir nombreux à cette occasion,
bien cordialement,
Frédérik Detue
MCF Université de Poitiers

L’EUROPE AU MIROIR

Journée d’étude pluridisciplinaire

sous la direction scientifique de

Frédérik Detue et Anouche Kunth

(FoReLL B3 / Migrinter)

L’enjeu de cette Journée d’étude n’est pas d’ajouter à la réflexion sur le bienfondé, l’évolution et les limites du statut de réfugié mais d’interroger, dans une perspective diachronique et interdisciplinaire, la réception des phénomènes de déplacement massif, d’apatridie et de dispersion migratoire, appelés à se répéter dramatiquement au long du xxe siècle, jusqu’à nos jours. Il sera postulé que les grandes scansions du refuge ont tendu aux sociétés européennes – et leur tendent encore, nonobstant l’édification supranationale de l’Union européenne – le miroir inversé de leurs propres constructions idéologiques, dans un contexte croissant de « judiciarisation du statut de l’homme » (Dzovinar Kévonian) et de territorialisation des appartenances nationales.

 28 avril 2017

Journée d’étude

MUSÉE NATIONAL DE L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION

AUDITORIUM

Matinée

9h45      Accueil des participants à l’accueil administratif du Musée

10h00    Introduction de la Journée d’étude

10h15-12h30   Catégories, pratiques, perceptions

                         Séance animée par Anouche Kunth (CNRS)

              Elie-Benjamin Loyer (Université Paris X Nanterre)

Du réfugié à l’indésirable : qu’est-ce que la justice doit faire des heimatlos dans l’entre-deux-guerres ?

              Julia Maspero (EHESS)

Des réfugiés russes d’avant-guerre parmi les personnes déplacées d’après-guerre : définition, enregistrement et prise en charge par les autorités françaises d’occupation d’Allemagne et d’Autriche (1945-1951)

              Caroline Zekri (Université Paris-Est Créteil)

« Tout d’abord nous n’aimons pas que l’on nous traite de réfugiés » : la fabrique de la « charité politique » au service de l’ordre national

 

12h30-14h00   Pause déjeuner

Après-midi

14h00-15h15   Représentations des réfugiés au cinéma

                         Séance animée par Marie Martin (Université de Poitiers)

              Jérôme Gidoin (Université Paris-Descartes Sorbonne)

Les représentations à l’écran de la Cinémathèque française de Maxime Samel, un enfant de rapatriés-réfugiés du camp de Sainte-Livrade-sur-Lot

              Lucie Leszez (EHESS)

Quand un film documentaire donne corps aux Spectres

 

15h15-15h40   Pause café

15h40-17h00   Représentations des réfugiés dans les écrits

Séance animée par Frédérik Detue (Université de Poitiers)

Mathilde Bataillé (Université d’Angers) & Beatrice Scutaru (Université de Padoue)

De Bucarest à Paris : l’écriture de l’exil chez Dimitru Tepeneag et Virgil Tanase

              Tristan Leperlier (CNRS)

Le refus du refuge : les écrivains algériens exilés en France dans les années 1990

17h00    Conclusion de la Journée d’étude

 

Table ronde

AUDITORIUM DE LA BULAC

Soirée

19h00-21h00       Réfugiés d’hier, réfugiés d’aujourd’hui : paroles croisées

                             Table ronde présidée par Richard Rechtman (EHESS)

Jamshid Golmakani (réfugié, exilé d’Iran depuis le début des années 1980)

              Carlos Pérez Gómez (réfugié, exilé du Chili depuis fin 1983)

              Nour Allazkani (réfugié, exilé de Syrie depuis 2013)

  

Informations pratiques

Venir au Musée national de l’histoire de l’immigration

Palais de la Porte Dorée
293, avenue Daumesnil – Paris 12e

Transports en commun

En métro : station Porte Dorée (ligne 8)
En bus : 46
En tramway : ligne T3a (Porte Dorée)

Venir à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC)

65 rue des Grands Moulins – Paris 13e

Transports en commun

En métro ou RER : station Bibliothèque François-Mitterrand (ligne 14 / RER C)
En bus : 27, 62, 64, 89, 132, 325
En tramway : ligne T3a (avenue de France)

Appel à communication – « La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours »

La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Colloque international
16-17 novembre 2017
Institut national d’histoire de l’art, Paris

Date limite pour les propositions : 21 mai 2017
À l’adresse suivante : florence.duchemin-pelletier@inha.fr

 

De L’Abeille haytienne (Haïti, 1817) à The New Era (Sierra Leone, 1855), de la Revista de Antropofagia (Brésil, 1928), en passant par Black Orpheus (Nigeria, 1957) ou encore Hawar (Kurdistan, 1932) et Ngáy Nay (Viêt Nam, 1935), la revue a été et est devenue, en plusieurs lieux du monde, un support d’expression critique générateur de modernité. Elle met à l’épreuve des pratiques artistiques, littéraires et politiques singulières, et se décline à la fois en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune. Souvent éphémère, opérant par touches et essais, la revue a permis à des groupes d’artistes, d’intellectuels, de structurer leurs ressources propres, leur vocabulaire, de produire une archive de la pensée et d’élaborer un récit alternatif.

Le colloque La revue culturelle dans le monde : révolution, subversion et émancipation de la fin du XVIIIe siècle à nos jours vise à accueillir des travaux dédiés à cet espace critique mondial, qu’il soit connecté ou pas, à un moment ou un autre de son histoire aux sphères artistiques et intellectuelles européennes ou marqué d’une volonté transnationale, et à sa généalogie. Ce colloque est une des manifestations du projet « Globalisation de l’art et périodiques culturels* » inauguré en 2016 à l’INHA, consacré à la valorisation des périodiques non-européens, en amont des empires coloniaux jusqu’à nos jours, tels qu’ils sont recensés et étudiés. Ce projet est constitué d’une base de données des revues en libre accès qui sera présentée à l’ouverture du colloque.

Il envisage les aires géographiques et culturelles sous l’angle de l’histoire de leur nomination et de leur distinction, mais aussi au travers des luttes communes, des cercles de sociabilités et des circulations esthétiques et conceptuelles qui les traversent. Son approche généalogique entend élargir le fait artistique à une histoire intellectuelle tout en dégageant la singularité de l’objet revue et des possibles qui s’y forment.

Nombre de revues ont disparu. Mais celles qui nous sont parvenues, ainsi que les nombreux projets de numérisation dont elles font actuellement l’objet, témoignent d’une activité éditoriale au service d’une pensée critique pratiquée à une échelle mondiale. Toutefois, les travaux consacrés à ces corpus ont peu de visibilité.

Ce colloque veut distinguer et valoriser les recherches sur ces objets pour l’étude historique et la compréhension des espaces géographiques et culturels convoqués, ainsi que leurs interrelations. Une place particulière sera accordée aux dynamiques contemporaines. Il a été précédé d’un cycle de journées d’études qui ont mis en valeur des travaux et des réflexions sur le sujet, autour de quatre temporalités, allant des révolutions de la fin du e siècle au présent postcolonial, en passant par la situation coloniale et les modernismes.

Les propositions pourront s’articuler autour des axes suivants, sans y être restreintes:

– Territoires et réseaux
Histoires de collectifs, de mouvements intellectuels ; identité des auteurs ; fonctionnement des comités ; rôle social et critique de la revue ; structures de diffusion ; lectorat…

– Formes et subversions
Rôle de la petite presse (little magazines) ; la revue comme espace ou miroir de la modernité ; expériences esthétiques, littéraires et linguistiques ; pratiques performatives ; modalités et contraintes juridiques ; rapports à l’autorité…

– Échanges et transferts
Appropriations et détournements conceptuels ; traductions ; circulations transnationales ; régionalisme, internationalisme, panculturalisme ; diasporas…

– Enjeux théoriques et matériels de la revue
Approches méthodologiques et pluridisciplinaires ; intertextualité, rapport texte-image ; ressources et conservation (projets d’archivage et de bases de données)…

– Perspectives contemporaines
Réactivation de revues historiques ; projets transnationaux ; pratiques numériques ; multilinguisme ; open access ; nouvelles esthétiques…

Les propositions porteront sur les espaces géographiques et culturels suivants :
Afrique, Afrique du Nord, Amérique centrale et du Sud, Asie, Asie de l’Ouest (Moyen-Orient), Mer des Caraïbes, Océan indien, Pacifique, territoires autochtones, ainsi, que ceux dits « continentaux », à l’exemple des espaces anglophone ou russophone, quand ils participent de dynamiques avec d’autres ensembles transnationaux.

Elles devront comporter un titre, un résumé de 300 mots en français ou en anglais, le nom de l’intervenant ainsi qu’une courte biographie.

Les langues du colloque sont l’anglais et le français en traduction simultanée.

 

Comité d’organisation
Zahia Rahmani – Institut national d’histoire de l’art
Florence Duchemin-Pelletier – Institut national d’histoire de l’art
Aline Pighin – Institut national d’histoire de l’art

Comité scientifique
Lotte Arndt – École supérieure d’art et design de Valence
Marie-Laure Allain Bonilla – Université de Bâle
Estelle Bories – Université Paris 3
Florence Duchemin-Pelletier – Institut national d’histoire de l’art
Mica Gherghescu – Bibliothèque Kandinsky, MNAM/Centre Pompidou
Émilie Goudal – CADIS–EHESS, Centre allemand d’histoire de l’art
Anne Lafont – Revue Perspective/ Institut national d’histoire de l’art
Morad Montazami –Tate Modern
Zahia Rahmani – Institut national d’histoire de l’art
Devika Singh – Université de Cambridge, Centre allemand d’histoire de l’art
Annabela Tournon – CETHA–EHESS, Centre allemand d’histoire de l’art

*Globalisation de l’art et périodiques culturels est un projet du programme de recherche collaborative « Globalisation, Art et Prospective », initié par l’INHA, qui regroupe un collectif plurilingue de chercheurs et acteurs de la scène artistique. Ce projet est soutenu par le Labex CAP, en partenariat avec, la Bibliothèque nationale de France, la Médiathèque du musée du quai Branly-Jacques Chirac, la Cité de l’architecture et du patrimoine, la Bibliothèque Kandinsky du Centre Georges Pompidou, et la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art.

www.inha.fr
Institut national d’histoire de l’art
Département des Études et de la Recherche
2, rue Vivienne – 75002 Paris

Atelier du livre BnF – « Lire en numérique : réalités et perspectives », jeudi 4 mai 2017

Cher·e·s collègue·s,

Nous avons le plaisir de vous transmettre le programme de la prochaine session des ateliers du livre de la Bnf, qui sera consacrée à la lecture numérique et dont la conférence inaugurale sera assurée par Roger Chartier.

En espérant vous y voir nombreux·ses,

Bien cordialement,

Cécile Rabot (CESSP)
& Marie Galvez (Bnf)

Programme Atelier du livre du 4 mai 2017

Les Ateliers du livre

Bibliothèque nationale de France – site François Mitterrand

En partenariat avec l’Université Paris Nanterre

Jeudi 4 mai 2017 – 14h00-19h30

Petit Auditorium – Entrée libre

Lire en numérique : réalités et perspectives
Dans le cadre de ses Ateliers du livre, inaugurés en 2002, la Bibliothèque nationale de France consacre une session annuelle à l’histoire du livre et de la lecture. Cette nouvelle édition se propose, au cours d’un après-midi de communications suivi d’une table ronde de professionnels, d’étudier la lecture numérique, ses réalités et perspectives.

« Lecture numérique »… L’expression peut sembler presque contradictoire tant la lecture reste encore pour beaucoup associée à la matérialité du papier et à la solidité du livre. Ordinateurs, tablettes, smartphones, et la rapidité de leurs flux audiovisuels, nous en détourneraient. Le numérique vient-il ainsi concurrencer la lecture ou peut-on concevoir une « lecture numérique » ?

A l’heure où des discours alarmistes déplorent une baisse de la « vraie » lecture, lente et solitaire, cet atelier entend discerner le vrai du faux et s’interroger, enquêtes à l’appui, sur ce que sont réellement les pratiques de lecture sur support numérique.

En quoi le numérique modifie-t-il nos manières de lire et les objets de nos lectures ? Quels sont les nouveaux usages qu’il entraîne ? Et pouvons-nous anticiper les évolutions de demain ?

Telles sont quelques-unes des questions qui seront abordées au cours de cet après-midi de communications qui réunira des spécialistes de différentes disciplines (histoire, sociologie, sciences de l’information, neurosciences), et sera suivi d’une table ronde de professionnels.

***
Conférence inaugurale de Roger Chartier

***
Programme complet de la manifestation et informations pratiques dans l’agenda culturel de la BnF à cette adresse :

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.atelier_livre.html?seance=1223926926391***

14h Ouverture
Sylviane Tarsot-Gillery,
directrice générale de la Bibliothèque nationale de France
Cécile Rabot, sociologue au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP), maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre, responsable du master métiers du livre et de l’édition

14h15 Conférence inaugurale
La lecture et ses supports
Roger Chartier,
professeur au Collège de France, Annenberg Visiting Professor à l’Université de Pennsylvanie, Philadelphie

Nouveaux usages ordinaires
15h Les différents types de lecture numérique
Claire Bélisle
, docteure en psychologie cognitive et ingénieure de recherche au CNRS en sciences humaines et sociales, auteure de Lire dans un monde numérique (Villeurbanne, enssib, 2011)

15h20 Une révolution dans les lectures numériques ? Une enquête sur les grands lecteurs
Gérard Mauger
, directeur de recherche CNRS émérite au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP), auteur de Lectures numériques : une enquête sur les grands lecteurs (Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2016)

15h40 La lecture numérique : approche psycho-cognitive
Thierry Baccino
, professeur de psychologie cognitive des technologies numériques à l’Université Paris 8, auteur de La Lecture numérique(Grenoble, PUG, 2015)

16h Questions

Nouveaux usages savants
16h15 Veille documentaire, sérendipité et économie de l’attention : un travail intellectuel renouvelé :l’exemple de Wikipédia
Rémi Mathis
, conservateur à la BnF, président de Wikimédia France de 2011 à 2014

16h35 La consultation des revues numériques par les chercheurs
Pierre-Carl Langlais
, docteur en Sciences de l’information et de la communication (CELSA-Paris Sorbonne)

17h Usages et usagers d’une bibliothèque numérique : l’exemple de Gallica
Philippe Chevallier
, responsable des études, délégation à la Stratégie et à la recherche, BnF

17h20 : Questions

17h45 – 19h15 Table ronde
Et demain ?

La table ronde sera consacrée aux moyens mis en place par les professionnels du livre pour s’adapter aux nouveaux usages de la lecture numérique et anticiper les évolutions de demain.

Animée par Denis Bruckmann, directeur des collections à la Bibliothèque nationale de France, avec :

Michael Dahan, président et co-fondateur de Bookeen
Nelly Guisse, directrice d’études et de recherche au CREDOC ;
Samuel Petit, co-fondateur de Sequencity, contributeur au format epub ;
Delphine Regnard, chargée de mission pour les ressources en lettres au ministère de l’Éducation nationale.


Pass BnF lecture/culture illimité à 15 € / an – Tout lire, tout voir, tout écouter ! – Acheter en ligne

Avant d’imprimer, pensez à l’environnement.