Archives mensuelles : août 2017

Appel à communication – « Sur la sociologie de la littérature africaine »

Colloque international

Organisé par David N’GORAN et Imorou ABDOULAYE

À L’UNIVERSITE FELIX HOUPHOUET-BOIGNY, Abidjan-Côte d’Ivoire

Du 21 au 22 septembre 2018

 

SUR LA SOCIOLOGIE DE LA LITTERATURE AFRICAINE

Textes, Théories et Socialités actuels : Un état des lieux

 

La sociologie de la littérature africaine est une discipline doublement fragile, presque située dans la zone la moins visible des études littéraires. En réalité, son histoire, ses frontières épistémologiques et méthodologiques, ses acteurs, etc. n’ont jamais été, à proprement dit, systématisés. Cela pourrait tenir d’au moins trois facteurs.

Le premier relèverait de l’hégémonisme disciplinaire tel qu’il établit une tension entre la doxa de la sociologie et celle de la littérature. On le sait : sous prétexte de scientificité, la sociologie a souvent discriminé la littérature, perçue comme une source peu fiable du savoir. Même quand les sociologues les plus « ouverts » à la littérature ou à la fiction, tentent de transcender ces cloisons étanches, c’est, principalement, en tant que « sociologues » intéressés par une lutte de positionnement au sein de leur discipline. Inversement, la littérature s’approprie l’axe de la lecture esthétique du texte en monopolisant la littérarité comme un objet réservé. Elle regarde ainsi avec méfiance toute incursion du discours sociologique dans le domaine littéraire. Dès lors, non seulement la science littéraire occupe une position de dominé dans son rapport à la sociologie, mais du point de vue de l’économie générale du savoir, le corpus littéraire (davantage s’il est africain) reste un objet de vague curiosité fixé en marge des institutions spécialisées (grandes revues scientifiques, travaux internationaux, intérêts institutionnels, problématique de financement, etc.)

Le deuxième facteur tient aux conditions même d’application des méthodes sociologiques au contexte africain. Ce dernier fut largement dominé par un ensemble de pesanteurs idéologiques d’obédience marxiste ou panafricaniste. De la sorte, la sociologie de la littérature africaine d’aujourd’hui (si elle existe) n’offre que des résidus d’un ensemble de représentations idéologiques : sociocritique marxisante, panafricanisme, lecture nationaliste, critique « Off shore » et autres idéologies anti-altérité blanche…).

Enfin, il semble qu’à la différence des disciplines de l’Histoire et de la Sociologie, la révolution épistémologique dictée par les situations coloniales et postcoloniales (Fanon, Balandier) des sociétés africaines n’est pas suffisamment actualisée ou réajustée en études littéraires africaines.  Dès lors, même s’il convient de ne pas oublier les travaux de chercheurs comme Bernard Mouralis, Pierre Halen, Romuald Fonkoua, Isaac Bazié , Anthony Mangeon, et bien d’autres, les tentatives en vue de mettre à jour les classiques comme Lylan Kesteloot, Jacques Chevrier, Barthelemy Kotchy, Thomas Melone, Guy Ossito Midohouan restent une tâche difficile.

L’objet de ce colloque est de faire l’état des lieux de cette discipline en repensant spécialement le rapport entre la littérature africaine et sa société, notamment les types de représentations qu’elles se renvoient mutuellement, à partir d’au moins trois axes non exclusifs et non exhaustifs :

AXE 1 : Histoire, Acteurs et Institution

  • Quels déterminants historiques pourraient conférer sa recevabilité à une sociologie de la littérature africaine en tant que discipline ?
  • Quels pourraient en être les acteurs avérés ?
  • Quelles sont les institutions (Revues, lieux académiques, réseaux, etc.) qui participent de sa prise en charge contribuant ainsi à lui donner corps ?
  • A quelle histoire sociale ou sociologie historique cette discipline pourrait-elle donner le jour ?

AXE 2 : Sociologie des sociologies du texte littéraire

  • Quelles sont les conditions sociales de production d’un discours sociologique sur le texte littéraire africain ?
  • Selon quel type de société africaine historiquement déterminée (colonial ? Postcolonial ?) ces lectures affirment-elles leur légitimité ?
  • Que valent encore les postulats sociologiques (sociocritique, théorie du discours social, théories de la lecture et de la réception, analyse institutionnelle, sociologie du champ littéraire, polysytèmes, etc.) en ce contexte africain ?

AXE 3 : Sociopoétique (écriture, fiction et socialité)

  • Quels corpus permettent-ils de lire en acte d’écriture fictionnelle ce que le texte littéraire dit de/à la société et inversement ?
  •  Selon quelles grilles de lecture peut-on tracer ou transcender la frontière entre le texte et le social ?
  • Quelles sociologies spontanées les écritures africaines actuelles, dans leurs langues spécifiques mettent-elles à jour ?
  •  Quels genres de la littérature ou de la fiction (romans, théâtre, poésie, mythes, cinéma, science-fiction, etc.) sont à même de formuler efficacement la dialectique du texte et sa société ? du rapport littérature/société, fiction/réel ?

Les propositions en français et/ou en anglais sont attendues pour le 30 décembre 2017 au plus tard aux adresses suivantes :  sociotexte018@gmail.comabdoulayeimorou02@yahoo.fr

 

 

 

 

Appel à contributions – « Du pragmatisme en sciences humaines. Bilan et perspectives »

Chers collègues,

nous avons le plaisir de vous transmettre le nouvel appel à contributions de la revue Interrogations :

Appel à contribution N° 27 – Du pragmatisme en sciences humaines. Bilan et perspectives.

Numéro coordonné par Mireille Diestchy et Julien Péquignot

« Considérer les effets, pouvant être conçus comme ayant des incidences pratiques, que nous concevons qu’a l’objet de notre conception. Alors, notre conception de ces effets constitue la totalité de notre conception de l’objet  » (Peirce, 1878, repris et traduit dans Peirce, 2002 : 248).

La fameuse maxime de celui qui est aujourd’hui considéré comme le fondateur du pragmatisme va bientôt souffler sa 140e bougie. Pourtant, et c’est l’une des motivations principales de cet appel, force est de constater que, si le “pragmatisme” est plutôt à la mode à l’heure actuelle dans le champ des sciences humaines, le terme est loin de faire consensus, à commencer par ce qu’il implique de la démarche de recherche. On peut même avancer qu’à mesure que l’emploi du mot se popularise, le concept s’opacifie, chaque occurrence, chaque obédience, chaque sensibilité, chaque projection ajoutant une couche qui, au mieux diffracte, au pire réfléchit les lumières épistémologiques des “pères fondateurs” du pragmatisme.

Au sein de disciplines très diverses, il semble qu’un mouvement, un (re)nouveau pragmatique se déploie depuis quelques années : très récemment, le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) a soutenu l’École thématique, « Pragmatisme et philosophie américaine au XXe et XXIe siècles » (29 mai – 3 juin 2017, Aussois) organisée par l’association Pragmata (qui regroupe des chercheurs d’institutions variées) ; un numéro de Tracés (2008) interrogeait les rapports des pragmatismes à la sociologie, l’histoire, la littérature, les sciences cognitives ; un article collectif paru dans Politix est revenu sur trente ans de « sociologie pragmatique » (Barthe et al., 2008) ; tandis que des travaux ont été écrits sur le sujet en géographie (Dussouy, 2010), en sciences de l’éducation (Frelat Kahn, 2013) ou encore en esthétique (Shusterman, 1992). Dans le même temps, les traductions ou nouvelles traductions de Peirce (à commencer par la série en cours de publication aux éditions du Cerf sous la direction de Claudine Tiercelin et Pierre Thibaud – 4 volumes parus sur 10 prévus), James (2007), Dewey (2014a) se multiplient. Enfin, symptôme autant que conséquence sans doute, la nomination de Claudine Tiercelin, spécialiste de Peirce, à la chaire de métaphysique et philosophie de la connaissance du Collège de France, qui n’a pas été sans remous dans les “milieux autorisés” (Lancelin, 2011), semble acter cette évolution. Loin d’être exhaustif, ce modeste tour d’horizon montre le regain pragmatique que connaissent les sciences humaines en France.

Plusieurs travaux ont récemment montré précisément comment et pourquoi William James (1907, 2007) ou plus tard John Dewey ([1920], 2014b) avaient incarné en France, et ailleurs parfois, le pragmatisme américain bien plus que Peirce ou Morris (1937, 1970), sans parler des thuriféraires nationaux souvent oubliés depuis (voir à ce sujet Chevalier, 2010 ; Schmitt, 2010 ; Pudal, 2011). Aujourd’hui encore, malgré les travaux de passeuses et (re-)découvreurs comme Claudine Tiercelin ou Gérard Deledalle pour ne citer que deux exemples, Peirce est sans doute le moins utilisé, le moins connu des fondateurs. Souvent vu comme une mode intellectuelle, associée au thème du religieux ou à l’esprit de la modernité, le pragmatisme est longtemps resté une curiosité en France. Ce complexe labyrinthe théorique, parfois jungle confuse, trouve son origine en partie dans les tous premiers temps du pragmatisme, en particulier en France. Il faut dire que très tôt, c’est plutôt des pragmatismes que du pragmatisme qu’il a fallu parler, ce qui fait dire à Peirce dès 1905, non sans amertume : « C’est pourquoi, voyant le “pragmatisme”, son rejeton, promu de cette façon, l’auteur pense qu’il est temps de dire adieu à son enfant et de l’abandonner à son plus illustre sort ; tandis qu’il revendique l’honneur d’annoncer, dans le but précis d’exprimer la définition originelle, la naissance du mot “pragmaticisme”, qui est assez laid pour être à l’abri des kidnappeurs » (Peirce, 1905 : 165-166 ; repris et traduit dans Peirce, 2003 : 26).

Les notions de pragmatique, pragmatisme, pragmaticiste, pragmatiste, socio-pragmatique, sémio-pragmatique, la pragmatique, divergent dans leurs emplois, enracinements et implications. Mais c’est également l’usage de chaque terminologie qui fait débat : l’emploi de sémio-pragmatique est loin de ne renvoyer qu’au modèle de Roger Odin (2000, 2011), tandis que la pragmatique en linguistique « donne lieu à de fréquentes et regrettables confusions » (Kleiber, 1982 : 3). L’idée même de pragmatisme reste, dans certains champs, assez exotique, voire incongrue, pour que ses partisanes et partisans en soient encore au stade d’une prudente présentation (Lefebvre, 2007). Très souvent, être “pragmatique/tiste”, avoir une approche pragmatique/tiste équivaut dans l’esprit et les actes de ceux et celles qui s’en revendiquent, à prendre en compte le contexte, à ne pas se contenter de la pure immanence et à se méfier de l’ontologie à œillères. Mais est-ce qu’être pragmatique/tiste peut se résumer à “la prise en compte du contexte” ? Ne faut-il pas sans cesse réinterroger les fondements philosophiques, épistémologiques des modes de pensée pragmatiques/tistes ? Peut-on être pragmatique/tiste sans le savoir et ne pas l’être tout en s’en réclamant ? Le pragmatisme est-il une obédience parmi d’autres, une posture ou une humeur qu’il revient à chacune et chacun d’adopter ou non, ou bien est-il possible de démontrer sa puissance heuristique et sa validité scientifique (ou le contraire), à côté ou au détriment d’autres paradigmes ? Autrement dit, ce numéro cherche à poser et commencer à renseigner des questions pragmatiques au pragmatisme : de quoi parle-t-on, pourquoi, où et comment s’en sert-on, à quoi, à qui, pour qui cela peut-il servir, etc. ?

Sans prétendre résoudre tous les questionnements ni résorber toutes les tensions ou en finir avec toutes les imprécisions, ce numéro a pour ambition d’interroger frontalement le concept de(s) pragmatisme(s), non pas tant per se avec une approche purement philosophique et épistémologique, mais justement “pragmatiquement” à travers les emplois qui en sont faits, les revendications attachées, les inclusions et exclusions impliquées, et bien entendu les résultats, les effets spécifiques et différentiables qui peuvent lui être attribués (à tort ou à raison, là est justement la question), « conçus comme ayant des incidences pratiques » (Peirce, 1878, 2002 : 248).

Ces incidences peuvent être de diverses natures. Sur les résultats de la recherche, leur validité et leur réfutabilité bien entendu, mais aussi sur la ou les méthodes permettant d’y parvenir, sur les modes de pensée et de postulat (rapports entre les recours à l’abduction, l’induction, la déduction) et ainsi sur les méthodologies (qu’est-ce que/y a-t-il une enquête pragmatique/tiste, une analyse pragmatique/tiste, un corpus, un terrain pragmatiques/tistes ?) Notre questionnement porte également sur les ancrages disciplinaires, les obédiences, les courants, les écoles à l’intérieur des disciplines, ou même les orientations pluri- ou transdisciplinaires qui incitent, invitent ou, au contraire, découragent ce type d’approches. Enfin, d’un point de vue institutionnel, vaut-il mieux, pour être publié.e, écouté.e, qualifié.e, faire carrière en tant que chercheur et chercheuse, enseignante et enseignant, être ou ne pas être pragmatique/tiste, le dire ou le taire, et de quelle tendance, de quelle chapelle, avec quel engagement ou distance, quelles références et quelles “impasses” ?

Si des contributions théoriques sont les bienvenues, les propositions s’attachant au retour d’expérience sur des travaux passés, des terrains d’études constitués ou en voie de constitution, des problématiques méthodologiques illustrées par des cas précis sont attendues. La question de la réception et des usages du ou des pragmatismes mérite aussi d’être posée. Y a-t-il eu des événements, des écoles, des individus ayant suscité un regain d’intérêt pour ce type d’approche, comme, par exemple, la réception en France de la sociologie américaine d’après-guerre ? Les transformations, les torsions, les hybridations du ou des pragmatismes avec d’autres paradigmes peuvent également être interrogées afin d’en comprendre l’usage par une analyse diachronique des évolutions. Les questionnements des auteures et auteurs, que cela soit sur leurs travaux et expériences ou sur ceux et celles d’autres chercheurs et chercheuses, que ces interrogations soient pragmatiques/tistes et/ou opposées au pragmatisme, sont également dans l’optique de ce numéro. La pluralité des ancrages disciplinaires, qui est au cœur de la ligne éditoriale de la revue l’est également dans ce cadre. Si des disciplines comme la sémiotique, la sociologie ou encore la philosophie par exemple, entretiennent des liens évidents avec le sujet, les contributions élargissant les champs habituels de questionnement seront les bienvenues : quid du.des pragmatisme.s en anthropologie, en psychanalyse, en information-communication, en sciences politiques, en histoire, en géographie, en musicologie, en lettres ou encore en droit.

Références bibliographiques

Barthe Yannick et al. (2013), « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, vol. 103, n° 3, pp. 175‐204.

Chevalier Jean-Marie (2010),« La réception de Charles S. Peirce en France (1870-1914) », Revue philosophique de la France et de l’étranger, vol. 135, n°2, avril-juin, pp. 179-205.

Dewey John ([1920] 2014b), Reconstruction en philosophie, trad. Patrick Di Mascio, Paris, Gallimard.

Dewey John (2014), L’expérience et la nature suivie de L’expérience et la méthode philosophique, trad. Michel Guy Gouverneur, Paris, L’Harmattan.

Dussouy Gérard (2010), « Pragmatisme et géopolitique – les opportunités méthodologiques d’une retrouvaille épistémologique », L’Espace politique, n°12 [en ligne], URL : https://espacepolitique.revues.org/1752 (consulté le 20 juillet 2017)

Frelat Kahn Brigitte (2013), Pragmatisme et éducationJames, Dewey, Rorty, Paris, Vrin.

James Williams (1907),Pragmatism : A New Name for Some Old Ways of Thinking, New York and London, Longmans, Green & Co.

James Williams (2007), Le pragmatisme. Un nouveau nom pour d’anciennes manières de penser, trad. De Nathalie Ferron, Préfaces, notes, chronologie et bibliographie de Stéphane Madelrieux, Paris, Flammarion.

Kleiber Georges (1982), « Les différentes conceptions de la pragmatique ou pragmatique où es-tu ? », L’Information Grammaticale, n° 12, pp. 3-8.

Lancelin Aude (2011), « L’inconnue du Collège de France », L’Obs [en ligne], URL :http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20110608.OBS4766/l-inconnue-du-college-de-france.html(consulté le 20 juillet 2017).

Lefebvre Martin (2007), « Théorie mon beau souci », Cinémas : revue d’études cinématographiques/Cinémas : Journal of Film Studies, vol. 17, n°2-3, pp. 143-192.

Mondeme Thomas, Lavergne Cécile (dir.) (2008), « Pragmatismes », Tracés. Revue de sciences humaines, n°15 [en ligne], URL :https://traces.revues.org/563 (consulté le 20 juillet 2017).

Morris Charles William (1937), Logical Positivism, Pragmatism and Scientific Empiricism, Paris, Hermann et Cie.

Morris CharlesWilliam (1970), The Pragmatic Movement in American Philosophy, New York, George Braziller.

Peirce Charles Sanders (1878), « How to Make our Ideas Clear », Popular Science Monthly, n°12, janvier, pp. 286-302.

Peirce Charles Sanders (1905), « What Pragmatismis », The Monist, n°2, Vol. XV, avril, pp. 161-181.

Peirce Charles Sanders (2002), Charles Sanders Peirce. Œuvres I. Pragmatisme et pragmaticisme, éd. et trad. de l’américain par C. Tiercelin et P. Thibaud. Paris, Éd. du Cerf.

Peirce Charles Sanders(2003), Charles Sanders Peirce. Œuvres II. Pragmatisme et sciences normatives, éd. par C. Tiercelin et P. Thibaud, trad. de l’américain par C. Tiercelin et al. Paris, Éd. du Cerf.

Pudal Romain (2011), « Enjeux et usages du pragmatisme en France (1880-1920). Approche sociologique et historique d’une acculturation philosophique », Revue française de sociologie, n° 4, Vol. 52, pp. 747-775.

Schmitt Arnaud (2010), « Le pragmatisme : une idée américaine », Revue française d’études américaines, n° 124, pp. 3-10.

Shusterman Richard (1992), L’art à l’état vif : la pensée pragmatiste et l’esthétique populaire, Paris, Minuit.

Lire l’appel complet et détaillé dans le fichier PDF en pièce jointe ou sur le site de la revue : http://www.revue-interrogations.org/AAC-No-27-Du-pragmatisme-en

Les articles, rédigés aux normes de la revue, sont à remettre au 31 décembre 2017, aux adresses électroniques suivantes :

mireille.diestchy@gmail.com

julien.pequignot@gmail.com

Ils devront répondre aux normes de rédaction présentées à l’adresse suivante : http://www.revue-interrogations.org/Recommandations-aux-auteurs

N’hésitez pas à diffuser cet appel au sein de vos réseaux.

L’appel à contribution pour le n° 26 – Le médiévalisme. Images et représentations du Moyen Âge est également toujours ouvert : http://www.revue-interrogations.org/AAC-No-26-Le-medievalisme-Images

Bien cordialement,

Le comité de rédaction

AAC N° 27 – Du pragmatisme en sciences humaines. Bilan et perspectives