Archives mensuelles : septembre 2017

Parution – Paul Aron, «(Re)faire de l’histoire littéraire»

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution du dernier livre de la collection Liziba:

Paul ARON

8.00

(Re) faire de l’histoire littéraire

Mais qu’est-ce qu’une discipline scientifique ? La réponse à cette question n’est pas simple, surtout en sciences humaines […]. Dans la vision positiviste du XIXe siècle, les disciplines scientifiques étaient présentées dans une sorte de grand ta-bleau général des connaissances humaines, chacune pour sa part étant censée de se développer à l’infini. […] On sait au-jourd’hui que les choses sont moins simples. D’une part, parce que de nouvelles approches sont apparues, qui ont obtenu leur place dans le paysage […], et parce que l’interdisciplinarité ou le dialogue entre disciplines est devenu une nécessité. D’autre part, et c’est le plus important, parce que la définition de la science elle-même a évolué. Qu’en est-il alors de l’histoire littéraire ? Nous constatons qu’il y a des « littéraires », qu’ils exercent une fonction sociale repérable et dicible, et qu’ils s’intéressent à un objet spécifique. Ce petit livre, qui espère contribuer à former des historiens de la littérature, explore la discipline en la questionnant dans sa diversité.

Paul Aron est professeur à l’Université libre de Bruxelles. Il s’intéresse à l’histoire de la vie littéraire, aux relations entre les arts, la presse et la littérature. Il a dirigé et publié plusieurs ouvrages scientifiques, dont, avec Denis Saint-Jacques et Alain Viala (dir.), Le Dictionnaire du littéraire (rééd. PUF, « Quadrige dicos poche », 2010) ; avec Alain Viala, Sociologie de la littérature (PUF, « Que sais-je ? », 2006) ; avec Cécile Vanderpelen-Diagre, Edmond Picard (1836-1924) Un bourgeois socialiste belge à la fin du XIXe siècle (Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, 2013); avec Jean-Pierre Bertrand, Les 100 mots du surréalisme (PUF, 2014).

Paul Aron, (Re)faire de l’histoire littéraire, Paris, Aniwbe, coll. Liziba, 2017

http://www.anibwe.com/produit/paul-aron/

Appel à communications – «APFUCC, Atelier érotisme»

Atelier conjoint entre l’APFUCC et l’Association des études françaises du 19e siècle (l’ACÉF 19)

 

On lit souvent que notre époque est sursaturée d’imagerie, de scénarios, de topoï, même d’idéologies de caractère érotique, voire pornographique. À la pudeur d’autrefois qui servait de norme à la représentation courante autant de la femme que de l’homme et, par là, esquissait les paramètres acceptables de leur comportement social, s’oppose l’exhibitionnisme banal et quotidien des représentations publicitaires, livresques, cinématographiques, télévisuelles modernes, de celle ou de celui qui n’a plus froid aux yeux, et dont l’expression première sert à manifester l’inassouvissable soif du désir dans des termes et des représentations ingénieuses qui désignent sémantiquement et symboliquement le chemin qui a été parcouru dans l’ordre de la permissivité.

 

C’est que, depuis Freud et la psychanalyse ou – dans une perspective plus historico-positiviste – depuis la libéralisation des lois relatives à la censure sous la Troisième République (1881), l’imaginaire social a effectivement été caractérisé par une irrépressible extension de domaine du représentable, tant dans les domaines déconsidérés (presse érotique, pornographie) que légitimes (naturalisme, intellectualisation de la sexualité, de Bataille à Arcan). Quelques textes servent de jalons à cette avancée du représentable et du dicible : La Vénus à la fourrure de Leopold von Sacher-Masoch (traduit par Raphaël Ledos de Beaufort en 1902), la redécouverte et surtout la publication des Œuvres complètes du marquis de Sade (indissociable du procès intenté contre Jean-Jacques Pauvert le 15 décembre 1956), Histoire d’O de Pauline Réage (1954), Emmanuelle d’Emmanuelle Arsan (1959 à 1968), les séries SAS et Brigade Mondaine à partir des années 1970,  La Vie sexuelle de Catherine M. de Catherine Millet (2001), pour ne nommer que les plus évidents.

 

De plus – et cet angle original serait à travailler plus particulièrement dans le cadre de cet atelier – on peut observer qu’un certain nombre de pratiques et de représentations, à caractère sexuel, certes (le sadisme, le masochisme, la domination sous toutes ses formes), mais pas seulement (divers systèmes de pratiques et de représentations trash, comme le punk, le néo-gothique, l’hyper-violence du cinéma d’exploitation, la culture geek, le tatouage, l’investissement adulte de scénarios associés à l’enfance, comme les contes de fées, notamment via le cosplay) sont passés de la marginalité à la représentation courante, voire légitime, en devenant chargées d’érotisme. Tout se passe en somme comme si l’érotisme était l’une des grandes voies par lesquelles ce qui, à l’origine, demeurait dans les marges, parvenait à pénétrer le collectif anonyme et donc s’instituer en imaginaire social. L’érotisation de comportements autrefois scandaleux, honnis ou déviants servirait ainsi à reconfigurer le vaste et combien complexe territoire de l’acceptable en raison de processus divers, qui varient en raison de cultures et d’époque spécifiques, et dont la mécanique de légitimation est au cœur de cet atelier. 

 

Cet atelier multidisciplinaire cherchera donc à interroger tant ce pouvoir de légitimation souterrainement associé à l’érotisme que les voies de l’extension du représentable qui y sont attachées, dans la pluralité historique de leurs manifestations, qu’elles relèvent autant du religieux transgressif, du déviant, du trash, que de créations artistiques déconsidérées ou bien, à l’autre l’extrême du spectre, des avant-gardes et du pôle étroit de la production la plus restreinte, dans les cultures francophones (littérature, cinéma, peinture, photographie, théâtre et performances) d’hier et d’aujourd’hui.

 

Quelques axes de réflexions possibles :

 

Définir l’érotisme ou les discours sur les pratiques sexuelles non reproductives.

Les discours normatifs et les pratiques déviantes : l’évolution des frontières historiques et culturelles de l’acceptable, du scandaleux, de l’immoral, du criminogène et de l’érotisme.

Usure et obsolescence de l’érotisme.

La question des tabous sexuels et de l’érotisme : circonscrire le territoire chancelant de l’obscénité.

La culture pornographique : comprendre la désacralisation, la représentation et la commercialisation des pratiques sexuelles modernes

Le(s) refus des diverses légitimations possibles: la question du réactionnaire en matière de pratiques sexuelles.

La culture sexuelle trash et l’extension du domaine l’érotisme: sa naissance, sa nature et ses significations.

La transgression sexuelle et la liberté de conscience, la liberté d’expression et la liberté civique.

La libération sexuelle et le combat politique.

L’affirmation et la lutte pour l’acceptation des pratiques et des identités LGBT.

Le rôle de la lutte contre la censure dans les débats sur l’émancipation sexuelle.

L’art et la représentation du corps, de la chair et de l’érotisme.

Discours et représentation de la normalité sexuelle.

Responsables de l’atelier :

François-Emmanuël Boucher – Francois-Emmanuel.Boucher@rmc.ca (Collège militaire royal, Kingston)

 

Maxime Prévost – Maxime.Prevost@uOttawa.ca (Université d’Ottawa)

Date limite pour l’envoi des propositions (250-300 mots) :   le 15 décembre 2017

Les personnes ayant soumis une proposition de communication recevront un message de l’organisateur/de l’organisatrice de l’atelier avant le 15 janvier 2018 les informant de sa décision.

L’adhésion à l’APFUCC ou à l’ACEF 19 est requise pour participer au colloque. Il est également d’usage de régler les frais de participation au Congrès des Sciences humaines ainsi que les frais de conférence de l’APFUCC ou de l’ACEF 19. Ils doivent être réglés avant le 31 mars 2018 pour bénéficier des tarifs préférentiels. La date limite pour régler les frais de conférence et l’adhésion est le 15 avril 2018 au-delà de quoi le titre de votre communication sera retiré du programme.

Vous ne pouvez soumettre qu’une seule proposition de communication pour le colloque de 2018. Toutefois, il est possible de soumettre une communication dans un atelier conjoint et une autre dans un atelier de votre choix. Toutes les communications doivent être présentées en français (la langue officielle de l’APFUCC) en personne, même dans le cas d’une collaboration.

Maxime Prévost

Professeur agrégé

Département de français

Université d’Ottawa

Prolongation de l’appel à contribution – « Best-sellers et réseaux du livre »

Bonjour à tous,
Prolongation de l’appel à contribution : « Best-sellers et réseaux du livre » dans le cadre du séminaire d’enseignement et de recherche Master 2 « Livre : Création, Culture et Société » du CSLF (Université Paris Nanterre).

 

Cette année, ce séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, aura pour thème : « Best-sellers et réseaux du livre ».

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). 

Les propositions seront transmises par voie électronique avant le 15 novembre 2017 aux adresses suivantes :  sylvie.ducas@wanadoo.fr et camille.brachet@free.fr

Appel à communication en pièce jointe.

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre des Sciences en Littérature de langue Française (université Paris Ouest Nanterre La Défense), ouvert à des chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.


Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Renseignements pratiques :
Responsables :
Sylvie Ducas, maître de conférences HDR en littérature française à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense, CSLF
Camille  Brachet, maître de conférences en SIC, université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, DeVisu


Horaire du séminaire de recherche :
Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance

Lieu :
Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

Calendrier des séances :
Entre fin septembre et fin mars
Cordialement.
Sylvie Ducas et Camille Brachet

Parution – «Du genre dans la critique d’art / Gender in Art Criticism»

Chères et chers collègues,

Nous avons le plaisir d’annoncer la sortie de notre ouvrage collectif Du genre dans la critique d’art / Gender in Art Criticism.
Vous pouvez retrouver un rapide descriptif de l’ouvrage ainsi que son sommaire en consultant l’annonce ci-jointe ou en suivant le lien : http://pub.lucidpress.com/GenreCritiqueArt/
En vous souhaitant une bonne lecture !
Bien cordialement.
Marie Buscatto, Mary Leontsini, Delphine Naudier

Appel à communications – «SHARP 2018»

Bonjour,

Veuillez prendre connaissance de l’appel à communication pour le Congrès de SHARP, qui aura lieu à Sydney, en Australie, en juillet 2018.

——————————————————————————————————————–

On behalf of the SHARP 2018 Organising Committee, it is our distinct pleasure to announce that the abstract submission system for next year’s conference is now live. Further details can be found on the SHARP 2018 conference home page at:

http://sharp2018.sydney/

 

We have an exciting line-up of speakers:

Associate Professor Katherine Bode: Literary and Textual Studies, College of Arts & Social Sciences, Australian National University. Books: Reading by Numbers: Recalibrating the Literary FieldA World of Fiction: Digital Archives and the Future of Literary History.

Professor David Carter: Professor of Australian Literature & Cultural History, School of Communication & Arts, University of Queensland. Books: Always Almost Modern: Australian Print Cultures and ModernityDispossession, Dreams and DiversityIssues in Australian Studies.

Professor Richard Nile: Professor of Australian History and Head of Humanities, James Cook University, Cairns, Australia. Books: The Making of the Australian literary ImaginationThe Australian Legend and its Discontents.

Professor Zhiqiang Zhang: Author of The Publishing Research History of China in 20th Century (2004) and A Chronicle of Jiangsu Publishing Events from 77 B.C. to 1948 (1996), Professor Zhiqiang Zhang is based at Nanjing University.

 

Please also find attached our Conference flyer and our English, Chinese and French translations of the Call for Papers, with more to follow. Special thanks to Dr Xiang Ren, Dr Laure Philip and Dr Katie McDonough for translating.

We hope to see you in Parramatta and Sydney next year!

All best wishes

Jason

 

Jason Ensor BA, PGDip, MA, PhD

Manager, Library Digital Infrastructure

University Library

University of Western Sydney

P: (+61) 02 9852 5029

M: (+61) 0419 674 770

E: j.ensor@westernsydney.edu.au

W: http://library.westernsydney.edu.au/main/

W: http://www.jasonensor.com

Kingswood Campus T.5.40

SHARP-2018-Flyer

SHARP-2018-CFP-French

SHARP-2018-CFP-English

SHARP-2018-CFP-Chinese

Appel de textes – «Mémoires du livre / Studies in Book Culture»

Chers Collègues,

Voici l’appel de textes en vue du 19ème numéro de Mémoires du livre / Studies in Book Culture, intitulé : « Voyager dans la modernité : des moyens techniques aux supports imprimés de l’aventure / Adventure, from Technical Means to Print Media », et dirigé par Mélodie Simard-Houde (docteure de l’Université Laval et de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3).

 

Vous le trouverez, dans sa version bilingue, au bout de ce lien:

https://www.usherbrooke.ca/grelq/accueil/actualite-du-grelq/nouvelles-details/article/35517/

 

Merci de bien vouloir diffuser l’information,

Appel à contribution – «Ecrire le pays natal. La littérature du proche dans l’espace francophone européen (1880-1980)»

Chères collègues, chers collègues,

 

Vous trouverez ci-dessous et en pièce-jointe l’appel à contribution pour le colloque

« Écrire le pays natal
La littérature du proche dans l’espace francophone européen (1880-1980) »

organisé par le Centre de recherche bretonne et celtique (université de Brest).

 
Qu’elles soient qualifiées de littérature du « pays natal », de littérature du proche ou de littérature du local, comment définir, nommer et mieux comprendre les pratiques littéraires présentant une inscription spatiale et/ou une proximité sociale entre un auteur et ses contemporains ?
 
Pour tout renseignement : Mannaig Thomas, maître de conférences en littérature bretonne (mannaig.thomas@univ-brest.fr) et Jean-Pierre Dupouy, maître de conférences en littérature française (jeanpierre.dupouy@yahoo.fr).
 
Bien cordialement,
Mannaig Thomas et Jean-Pierre Dupouy
 
Écrire le pays natal
La littérature du proche dans l’espace francophone européen (1880-1980)
 
Brest, les 17 et 18 mai 2018
 
Centre de recherche bretonne et celtique (EA 4451)
Université de Bretagne occidentale (Brest)
 
 
La littérature à l’épreuve du proche
 
Qu’elles soient qualifiées de littérature du « pays natal », selon l’expression utilisée par Michèle Gorenc (2014), de littérature du proche ou de littérature du local, comment définir, nommer et mieux comprendre les pratiques littéraires présentant une inscription spatiale et/ou une proximité sociale entre un auteur et ses contemporains ? Ces pratiques littéraires ont pu faire l’objet de qualifications diverses : littérature « de terroir », « de province », « rustique », « régionale », « régionaliste », « d’expression française », etc. Ces qualifications ont souvent varié au gré de leur usage dans l’histoire littéraire française. Il nous semble que c’est principalement à partir du moment où les frontières du champ littéraire français (Bourdieu, 1991) sont établies – et les « grands écrivains » identifiés – que certaines pratiques littéraires sont reléguées à la marge du champ et que certains auteurs sont périphérisés par l’ajout d’un qualificatif les distinguant de ceux qui n’en portent pas. Or, toute littérature du proche n’implique pas le positionnement de son auteur à la périphérie du champ : pour quelles raisons certains écrivains restent-ils estampillés écrivains « régionaux », « régionalistes » ou encore « bretons », « occitans », « belges »… alors que d’autres, délestés de leur appartenance territoriale, peuvent acquérir une forme de légitimité littéraire au centre (Casanova, 2008) et y occuper parfois des positions dominantes ? Il s’agira de chercher à comprendre les raisons de la présence, comme de l’absence, de ces qualificatifs, mais aussi de se demander qui et ce qui labélise les écrivains, de l’apparition d’une littérature « régionaliste » et son apogée dans l’entre-deux-guerres – quand certains de ces écrivains acquièrent une reconnaissance nationale par l’obtention de prix littéraires (Thiesse, 1991) –  jusqu’au milieu des années 1970, période notamment marquée par la publication du Cheval d’orgueil de Pierre-Jakez Hélias.
 
On pourra se demander comment des qualifications territoriales (« régional », « régionaliste », « breton » ou « occitan »…) ou sociales (« paysan », « prolétarien »…) peuvent être acceptées (voire revendiquées) ou refusées par les auteurs participant au jeu littéraire (Lahire, 2006), si ces termes sont employés du vivant des auteurs, éventuellement par eux-mêmes ou si on peut constater des processus de labellisation ultérieurs, certains devenant ainsi, peut-être à leur insu, les porte-parole d’un territoire. Les instances de légitimation (prix littéraires nationaux ou régionaux, académies, anthologies, manuels scolaires, etc.) jouent sans doute un rôle prépondérant : leur étude devrait permettre de comprendre le positionnement d’un auteur dans le jeu et son évolution au fil d’une trajectoire littéraire, ainsi que de son éventuelle postérité.
 
Cette réflexion sur les écrivains du proche met également à l’épreuve des concepts de sociologie de la littérature :
– Quelle pertinence pour les notions de « champ » ou de « jeu » dans l’analyse des trajectoires de certains de ces écrivains ?
– Pourquoi la « double vie » (Lahire 2006) de certains auteurs – souvent polygraphes, à la fois écrivains, journalistes, mais aussi membres de diverses associations ou partis politiques, entrepreneurs touristiques, militants régionalistes et/ou nationalistes, etc. – semble-t-elle être particulièrement mise en avant dans leurs biographies alors que, pour d’autres, seul le littéraire est mentionné, éludant, de ce fait, toute activité extra-littéraire ?
– Comment se jouent les relations de domination littéraire dans un sous-champ lui-même dominé ? Les rapports de force, la conscience des hiérarchies et de leur poids y sont-ils comparables ?
– Quels enjeux artistiques, culturels, sociaux, politiques, idéologiques… ces pratiques littéraires revêtent-elles ?
 
Les organisateurs souhaitent privilégier les problématiques et les dynamiques du rapport au centre sans se limiter à l’étude de genres précis (roman, théâtre, poésie, presse…), ceci afin de chercher à comprendre les enjeux littéraires et sociaux que ces pratiques littéraires du proche impliquent.
 
 
Axes envisagés :
 
1- La genèse de l’écrivain du proche
Comment sont nées les figures de « l’écrivain régionaliste/du proche/du pays natal » et comment se reconfigurent-t-elles entre 1880 et 1980 ? La valeur littéraire du proche ou du local n’est pas la même selon les périodes et se définir ou être défini comme écrivain régionaliste sous la IIIe République, dans l’entre-deux-guerres, sous le régime de Vichy ou après Mai 68 ne recouvre pas les mêmes enjeux : quels facteurs littéraires, culturels, politiques ou sociaux permettent d’expliquer ces configurations/reconfigurations ?
 
2- La république locale des lettres
Qui sont les écrivains du proche ? L’inscription sociale et les conditions d’existence matérielle des auteurs pourront être analysées dans leur rapport au territoire. L’étude de leurs milieux d’origine, de leurs trajectoires sociales, mais également des réseaux littéraires dont ils font partie, de leurs éditeurs, des revues auxquelles ils collaborent, des lieux de sociabilité (Glinoer et Laisney, 2013) qu’ils fréquentent ou des institutions/organisations auxquelles ils appartiennent (académies, partis politiques, jurys de prix littéraires, etc.) devrait permettre de mieux comprendre l’inscription des auteurs dans le jeu. La question de la postérité  des écrivains pourra également être considérée dans cette perspective en analysant les différentes formes de reconnaissance posthume : les statues, les plaques, les noms de rue, les associations en hommage aux écrivains locaux, etc.
Dans quelle mesure l’analyse de ces trajectoires socio-littéraires selon la définition de la posture (Meizoz, 2007) pourrait-elle permettre de mieux comprendre des démarches singulières (la posture locale est-elle à interpréter comme la conséquence d’une déconvenue parisienne ou comme une forme, parfois temporaire, de distinction permettant de modifier son positionnement dans le jeu ?), mais également leur donner une interprétation plus collective révélant des formes de socialisation littéraire inscrites dans l’imaginaire social comme dans la mémoire du champ ?
 
3- Les règles du jeu littéraire
La notion de posture permet non seulement de prendre en compte la dimension externe de la présentation de soi, mais également la dimension interne des textes produits. En tant qu’observateur du monde qui lui est proche, que dit l’auteur de lui-même et du lieu qu’il décrit ? Le « petit pays » peut être présenté de multiples manières : un objet de curiosité, le conservatoire de certaines traditions, une manière de mieux comprendre la société dans son ensemble, une dénonciation de la modernité… La valorisation littéraire de l’autochtonie (Detienne, 2003) peut, par ailleurs, jouer chez certains le rôle de facteur d’identification, devenir un gage d’authenticité ou de légitimité… Cette recherche de l’authenticité peut également revêtir des formes linguistiques particulières en français (formes dialectales, patois [Bernardet, 2009], termes ou structures syntaxiques issus de langues régionales…). D’un point de vue stylistique, quels auteurs jouent, comme le suggère Thierry Glon (Blanchard et Thomas, 2014), sur l’effet de « disparate » en mélangeant les registres littéraires ? Comment s’expliquent, chez certains auteurs, cette variété linguistique et/ou cette diversité de registres ? Sont-elles des ressources mobilisées à certains moments de leurs trajectoires littéraires et moins à d’autres ? Dans quelle mesure permettent-elles à certains groupes d’affirmer leur existence littéraire et leur présence sociale (Serry, 2002) ?
 
 
Corpus concerné :
Est concerné par ce colloque, tout auteur de la période qui, par sa trajectoire, pourrait éclairer la question du rapport entre des pratiques littéraires et un territoire donné (natal au sens strict de l’état-civil ou prenant d’autres formes d’attachement), qu’il soit considéré comme une ressource littéraire ou, au contraire, qu’il fasse l’objet d’un effacement – définitif ou transitoire – dans la posture d’un auteur.
 
 
Comité scientifique : 
Jean-Pierre Dupouy, maître de conférences, CRBC-UBO
Yves Le Berre, professeur des universités, CRBC-UBO
Laurent Le Gall, professeur des universités, CRBC-UBO
Anne-Marie Thiesse, directrice de recherche, CNRS
Mannaig Thomas, maître de conférences, CRBC-UBO
 
 
Renseignements pratiques :
La durée de chaque communication ne devra pas excéder 25 minutes.
Les propositions de contribution (environ une page indiquant un titre et l’orientation générale du propos accompagnée d’une présentation succincte de l’auteur) sont à adresser avant le 15 novembre 2017 à Mannaig Thomas (mannaig.thomas@univ-brest.fr) et Jean-Pierre Dupouy (jeanpierre.dupouy@yahoo.fr). Les réponses aux propositions de contribution seront adressées courant décembre 2017. Une publication est prévue par les organisateurs.
 
 
Organisation :
Mannaig Thomas (MCF de littérature bretonne), Jean-Pierre Dupouy (MCF de littérature française), Université de Bretagne occidentale, Brest, CRBC (Centre de recherche bretonne et celtique).
 
 
Bibliographie :
Agulhon Maurice, « Le centre et la périphérie », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1992, tome III.
Ambroise Jean-Charles, « Écrivain prolétarien : une identité paradoxale », Sociétés contemporaines, 2001/4, n° 44, p. 41-55.
Andrieux Jean-Yves et Harismendy Patrick (dir.), Initiateurs et entrepreneurs culturels du tourisme (1850-1950). Actes du colloque de Saint-Brieuc (2-4 juin 2010) « Penser le développement touristique au xxe siècle », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.
Bernadet Arnaud, « L’oralité des dialectes : de la science à la littérature. La « langue patoise »  de Verlaine », Romantisme, 2009/4, n° 146, p. 87-99.
Bisenius-Penin Carole (dir.), La Lorraine des écrivains : création littéraire et territoire, Actes numériques des journées d’étude internationales des 1er et 2 décembre 2016 à Metzhttp://lalorrainedesecrivains.univ-lorraine.fr/actes-numeriques-des-journees-detude-internationales-la-lorraine-des-ecrivains-creation-litteraire-et-territoire-1-2-dec-2016-metz/ (consulté le 31 août 2017).
Blanchard Nelly et Thomas Mannaig (dir.), Des littératures périphériques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.
Bois Géraldine, « Le consentement à la domination littéraire. Degrés et diversité de ses formes chez les écrivains « les moins reconnus » de l’univers littéraire », Tracés, n° 14, ENS Éditions, 2008, p. 55-76.
Boivin Aurélien, Lüsebrink Hans-Jürgen, Walter Jacques (dir.), Régionalismes littéraires et artistiques comparés. Québec/Canada – EuropeQuestions de communication, série actes n° 22, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2014.
Bourdieu Pierre, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 89, 1991, p. 3-46.
Bourdieu Pierre, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1998 [1992].
Casanova Pascale (dir.), Des littératures combatives. L’internationale des nationalismes littéraires, Paris, Raisons d’agir, 2011.
Casanova Pascale, La république mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 2008 [1999].
Chevé Joëlle et Lacoste Francis (dir.), Le roman et la régionActes du colloque de Périgueux (19-21 janvier 2007), Périgueux, La Lauze, 2009. 
Denis Benoît et Klinkenberg Jean-Marie, La littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Editions Labor, 2005.
Detienne Marcel, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné, Paris, Le Seuil, 2003.
Dozo Björn-Olav et Provenzano François, « Comment les écrivains sont consacrés en Belgique », COnTEXTES, n° 7, 2010, http://contextes.revues.org/4637 consulté le 31 août 2017.
Dozo Björn-Olav, Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone, Liège, Presses universitaires de Liège – Sciences humaines, 2011.
Fournier Laurent-Sébastien et Privat Jean-Marie (dir.), Ethnologie(s) du littéraire, numéro d’Ethnologie française, tome 44, n° 4, 2014.
Glinoer Anthony et Laisney Vincent, L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013.
Gorenc Michèle, Les poètes du pays natal (1870-1890). L’exemple de Jean Aicard et de François Fabié, Paris, Honoré Champion, 2014.
Heinich Nathalie, Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 2000.
Lagrave Rose-Marie, Le village romanesque, Le Paradou, Actes Sud, 1980.
Lahire Bernard, La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.
Meizoz Jérôme, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine érudition, 2007.
Meizoz Jérôme, Ramuz, Un passager clandestin des lettres françaises, Carouge, Éditions Zoé, 1997.
Ponton Rémy, « Les images de la paysannerie dans le roman rural à la fin du dix-neuvième siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 17-18, novembre 1977,  p. 62-71.
Roche Agnès, Emile Guillaumin, un paysan en littérature, Paris, CNRS éditions, 2006.
Sagnes Sylvie (dir.), Littérature régionaliste et ethnologie, Arles, Museon Arlaten, Actes Sud, Carcassonne, Ethnopôle Garae, 2015.
Serry Hervé, « La littérature pour faire et défaire les groupes », Sociétés contemporaines, vol. 44, n° 4, 2001, p. 5-14.
Thiesse Anne-Marie, Écrire la France : le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, Presses universitaires de France, 1991.

Appel à contributions – «Numéro revue Parallèles»

Dans le numéro 32(1) de Parallèles, à paraître en avril 2020, nous nous intéresserons à la diffusion des lettres francophones de Belgique par le biais de la traduction.

Voir le fichier joint.

CFP Parallèles-Littérature francophone belge en traduction

Katrien Lievois

UAntwerpen

Departement Vertalers & Tolken

TricS – Translation, interpreting and intercultural Studies

Hoofdredacteur  Linguistica Antverpiensia NS – Themes in Translation Studies

https://www.uantwerpen.be/nl/personeel/katrien-lievois/site-personnel/

T +32 4 87 29 09 91

mailto:katrien.lievois@uantwerpen.be

Appel à communications – «Presse et littérature africaine(s)»

19 et 20 mars 2018 – Colloque – Université Paul Valéry – Montpellier 3 – RIRRA21

Presse et littérature africaine(s) 

Appel à communications

Ce colloque invite à réfléchir sur les relations réciproques entre la presse et la littérature africaine(s) au xxe et auxxisiècles. Depuis les bulletins coloniaux jusqu’aux revues en ligne en passant par les magazines illustrés et les grands quotidiens créés après les indépendances, le périodique a constitué, pour les écrivains issus d’Afrique, un support de publication décisif. Les travaux d’histoires littéraire, sociale et culturelle ont mis ces dernières décennies en avant les multiples formes de croisements entre presse et littérature : sur le continent  africain, ils se sont cependant plus timidement étendus aux contextes francophones, en dépit de quelques études pionnières (Ricard, 1987 ; Lüsebrink 2003 ; Thérenty 2014 ; Jaji, 2014 ; Bosch-Santana, 2014 ; Peterson, Hunter et Newell, 2016). C’est dès la fin du xixe siècle que la presse publiée en Afrique a offert des lieux d’expression aux écrivain·e·s, importants en quantité, et souvent cruciaux au niveau de leur contenu et de leur réception, comme l’a notamment montré Hans-Jürgen Lüsebrink dans un ouvrage invitant à reconsidérer l’histoire littéraire africaine traditionnelle, en élargissant le corpus canonique de langue française. Stephanie Newell a théorisé ailleurs la souplesse et la créativité du travail des auteur·e·s et de leurs publics dans la presse produite en Afrique occidentale britannique entre 1880 et 1940. Au-delà de la période coloniale, quelles continuités et quelles discontinuités touchent la presse africaine jusqu’à aujourd’hui ?

Plus encore qu’à la présence des auteur·e·s africain·e·s dans une presse européenne généraliste, une attention particulière sera portée à leurs prises de parole dans des parutions affichant leur rattachement à l’Afrique, qu’elles soient produites sur le continent, qu’elles soient destinées à un public national, africain ou encore diasporique. Si les revues intellectuelles, sur le modèle de Présence africaine ou de Black Orpheus, ou le magazine Drum en Afrique du Sud, ont été bien étudiés désormais (Mudimbe, 1997; Helgesson, 2007 ; Frioux-Salgas, 2009; Arndt, 2016), les journaux (comme Dakar-matin, devenu Le Soleil) et les magazines, parfois de grande diffusion, à l’image de Bingo : l’illustré africain, Awa : la revue de la femme noire, Jeune Afrique, ou, en langue anglaise African Parade et Joe, ont en effet été beaucoup moins abordés sous l’angle de leurs interactions avec la production littéraire qui leur est contemporaine. Ce sont pourtant des espaces où se mettent en place des sociabilités, des débats, et des dynamiques d’hybridation avec la littérature, qu’elle soit écrite ou orale (Frère 1999).

Comment ces périodiques, inscrits dans un espace public politisé, ont-ils aussi nourri la production littéraire africaine, à travers des références et des débats intellectuels propres, la place du divertissement, de certaines rubriques et de formes littéraires courtes (poésie, conte, nouvelle, feuilleton), ou les interventions d’écrivain·e·s journalistes ou pigistes ? Quels sont les espaces géographiques de référence de ces parutions, quant à leurs zones nationales de distribution, quant à la localisation de leurs publics, quant à leurs choix linguistiques, mais aussi quant à la place qu’elles réservent à un imaginaire cosmopolite ? En quoi le caractère éphémère et, souvent, transnational, de cette presse africaine modifie-t-il l’inscription de la littérature dans l’espace et dans le temps ? En d’autres termes, dans quelle mesure la prise en compte de la presse africaine permet-elle de penser un autre type de mondialisation des littératures que celle que produit un marché éditorial dominé par l’hémisphère nord ?

Les propositions s’appuieront de préférence sur un matériau empirique : un périodique ou un moment précis, des figures d’auteurs journalistes ou pigistes dont il s’agira de caractériser l’écriture dans la presse, ou ce que lui doit l’œuvre développée ailleurs, l’attention à tel ou tel texte littéraire présent dans ces parutions, en français, en anglais, et/ou dans des langues africaines. Elles pourront mettre l’accent sur des aspects méthodologiques : comment étudier, en effet, ce corpus extrêmement abondant (archives, numérisations, bases de données, analyses textuelles, contextualisation historique et sociale) ? Les communications pourront ainsi s’articuler autour des sujets suivants :

–       circulation de modèles, de rubriques et de textes (y compris d’une langue à l’autre, à l’échelle diasporique et transatlantique) ;

–      dynamiques de sociabilités, d’échanges et de réseaux entre écrivains, journalistes, financeurs, éditeurs ;

–       rôle de la presse dans la promotion, la circulation, l’institutionnalisation, la forme de la littérature africaine ;

–       trajectoires sociales et présences d’écrivain·e·s africain·e·s dans la presse : entretiens, portraits, critiques littéraires, journalistes.

Merci d’envoyer vos propositions (300 mots), avec un titre et une courte biographie (50 mots maximum) àcolloquepresseafricaine@gmail.com d’ici le 1er décembre 2017. La langue principale du colloque sera le français. Nous envisageons la publication d’un numéro de revue à la suite de ces rencontres.

Ce colloque, qui aura lieu les lundi 19 et mardi 20 mars 2018, en ouverture de la deuxième Semaine de la Francophonie de l’Université Paul Valéry, est organisé par Ruth Bush (Université de Bristol) et Claire Ducournau (Université Paul Valéry Montpellier 3 – RIRRA21), dans le cadre du projet “‘Popular’ print and reading cultures in francophone Africa”/“L’imprimé ‘populaire’ et les modes de lecture en Afrique francophone, financé par le Arts and Humanities Research Council (Royaume-Uni). Ce projet relève d’un partenariat entre l’Université de Bristol, l’Université Paul Valéry Montpellier 3, l’Institut Fondamental d’Afrique Noire-Cheikh Anta Diop, les Archives Nationales du Sénégal et le Musée de la Femme Henriette Bathily.

Bibliographie indicative :

Arndt, Lotte, Les Revues font la culture! Négociations postcoloniales dans les périodiques parisiens relatifs á l’Afrique (1947-2012), Trier, Wissenschaftlicher Verlag Trier, LuKA – Literaturen und Kunst Afrikas, Band 8, 2016.

Bosch Santana, Stephanie, « Migrant Forms: African Parade ’s New Literary Geographies », Research in African Literatures, vol. 45, n° 3, automne 2014, p. 167-187.

Frère, Marie-Soleil, « Le journaliste et le griot. Les traces de l’oralité dans la presse écrite africaine », Afrika Focus, vol. 15, n° 1-2, 1999, p. 13-47.

Frioux-Salgas, Sarah (dir.), « Présence Africaine : les conditions noires. Une généalogie des discours », Gradhiva, vol. 2, n° 10, 2009.

Helgesson, Stefan, « Shifting Fields: Imagining Literary Renewal in Itinerário and Drum », in Research in African Literatures, vol. 32, n° 2, 2007, p. 206–26.

Jaji, Tsitsi Ella (2014) « Bingo. Francophone African Women and the Rise of the Glossy Magazine », dans Newell, Stephanie et Okome, Onookome (dirs.), Popular Culture in Africa: The Episteme of the Everyday, London, Routledge.

Lüsebrink, Hans-Jürgen, La Conquête de l’espace public colonial: prises de parole et formes de participation d’écrivains et d’intellectuels africains dans la presse à l’époque coloniale (1900-1960), Frankfurt am Main, IKO-Verlag für Internationale Kommunikation, 2003.

Mudimbe, Valentin Yves (dir.), The Surreptitious Speech: Présence Africaine and the Politics of Otherness, 1947-1987, Chicago, London: University of Chicago Press, 1992.

Newell, Stephanie, The Power to Name: A History of Anonymity in Colonial West Africa, Athens, Ohio, Ohio University Press, 2013.

Peterson, Derek R., Hunter, Emma, Newell, Stephanie (dirs.), African Print Cultures. Newspapers and Their Publics in the Twentieth Century, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2016.

Ricard, Alain, Naissance du roman africain: Félix Couchoro, 1900-1968, Paris, Présence africaine, 2000.

Thérenty, Marie-Ève, « La Civilisation du journal entre histoire et littérature : perspectives et prospectives »French Politics, Culture & Society, vol. 32, n° 2, été 2014, p. 49-56.

19 – 20 March 2018  – Conference – Université Paul Valéry – Montpellier 3 – RIRRA21

African Literature and the Press

Call for papers

This conference will reflect on the reciprocal relationship between the press and African literature of the 20th and 21st centuries. From colonial news bulletins to online magazines, via illustrated glossy magazines and daily papers created after the independences, the press has been a decisive mode of dissemination for African writers. Research in literary, social and cultural history has highlighted in recent decades the multiple contact points between the press and literary form on the African continent, though to more a limited extent in francophone contexts (Ricard, 1987 ; Lüsebrink 2003 ; Bosch-Santana, 2014 ; Thérenty 2014 ; Jaji, 2014 ; Peterson, Hunter et Newell, 2016). The press published in Africa has offered a significant space to African writers since the end of the nineteenth century. In the francophone context Hans-Jürgen Lüsebrink’s pioneering work invites us to reframe early African literary history by expanding the canonical francophone African corpus. Elsewhere, Stephanie Newell theorises the innovation and creativity of authors and their publics in the press produced in British West Africa between 1880 and 1940. Beyond the colonial period, what continuities and discontinuities might emerge in the African press up to the present day ?

Our primary focus in this conference will be on the presence of African writers in the press produced on the African continent, and/or aimed principally at an African or diasporic audience. While intellectual journals such asPrésence Africaine or Black Orpheus and the South African magazine Drum, have been amply studied (Mudimbe, 1997; Helgesson, 2007 ; Frioux-Salgas, 2009; Arndt, 2016), newspapers (such as Dakar-matin, which became Le Soleil) and ‘big’ magazines (such as Bingo : l’illustré africainAwa : la revue de la femme noireJeune Afrique, or in English, African Parade and Joe) have only recently begun to be analysed in terms of their interaction with contemporary literary production. These are crucial spaces where debates and social networks leave their trace alongside dynamic exchanges with oral and written literary texts (Frère, 1999).

Inscribed in a politicised public space, how does the press nourish African literary production via its references and intellectual debates, the impulse to entertain, certain rubrics and literary forms (poetry, conte, short stories, serialization), and the interventions of writers as journalists ? What are the real and imagined geographical spaces of these publications in terms of their distribution, the location of their readership, their choice of language, and the space they reserve for a cosmopolitan imaginary ? How does the ephemeral and often transnational character of the African press modify the inscription of literature in time and space, beyond dynamics of centre-periphery ?How might the African press ‘world’ literature differently to the circuits of literary publishing located in the global North?

We welcome proposals drawing on empirical material: a periodical or a particular moment, specific journalists, authors or columnists and their writing styles in the press (and in turn what their subsequent or parallel literary writing might owe to that work in the press) ; analysis of literary texts presented in these publications in French, English, and African languages. Papers exploring methodological issues are also welcome : how can we study this abundant corpus (archives, digitization, databases, literary analysis, historical and social contextualisation)?

Further possible topics:

– The circulation of models, rubrics, texts (including from one language to another, on a diasporic and transatlantic scale)

– Modes of encounter, exchange and networking between writers, journalists, financers, publishers

– The role of the press in the promotion, circulation, institutionalisation, and forms of African literature

– Social trajectories and presence of African writers in the press : interviews, portraits, literary criticism, journalism

Please send abstracts (300 words) with a title and a short biography (50 words max) to: colloquepresseafricaine@gmail.com by 1 December 2017. The principal language of the conference will be French. We plan to publish a special issue from a selection of the papers presented.

The conference will take place on 19-20 March 2018 at the Université Paul Valéry, opening the second Semaine de la Francophonie. It is organised by Ruth Bush (Université de Bristol) and Claire Ducournau (Université Paul Valéry – Montpellier – RIRRA21), as part of an ongoing project on Popular print and reading cultures in francophone Africa, financed by the Arts and Humanities Research Council (UK). The project is in partnership with the Musée de la Femme Henriette Bathily, the Archives Nationales du Sénégal, and the Institut Fondamental d’Afrique Noire-Cheikh Anta Diop.

Indicative bibliography:

Arndt, Lotte, Les Revues font la culture! Négociations postcoloniales dans les périodiques parisiens relatifs á l’Afrique (1947-2012), Trier, Wissenschaftlicher Verlag Trier, LuKA – Literaturen und Kunst Afrikas, Band 8, 2016.

Bosch Santana, Stephanie, « Migrant Forms: African Parade ’s New Literary Geographies », Research in African Literatures, vol. 45, n° 3, automne 2014, p. 167-187.

Frère, Marie-Soleil, « Le journaliste et le griot. Les traces de l’oralité dans la presse écrite africaine », Afrika Focus, vol. 15, n° 1-2, 1999, p. 13-47.

Frioux-Salgas, Sarah (dir.), « Présence Africaine : les conditions noires. Une généalogie des discours », Gradhiva, vol. 2, n° 10, 2009.

Helgesson, Stefan, « Shifting Fields: Imagining Literary Renewal in Itinerário and Drum », in Research in African Literatures, vol. 32, n° 2, 2007, p. 206–26.

Jaji, Tsitsi Ella (2014) « Bingo. Francophone African Women and the Rise of the Glossy Magazine », dans Newell, Stephanie et Okome, Onookome (dirs.), Popular Culture in Africa: The Episteme of the Everyday, London, Routledge.

Lüsebrink, Hans-Jürgen, La Conquête de l’espace public colonial: prises de parole et formes de participation d’écrivains et d’intellectuels africains dans la presse à l’époque coloniale (1900-1960), Frankfurt am Main, IKO-Verlag für Internationale Kommunikation, 2003.

Mudimbe, Valentin Yves (dir.), The Surreptitious Speech: Présence Africaine and the Politics of Otherness, 1947-1987, Chicago, London: University of Chicago Press, 1992.

Newell, Stephanie, The Power to Name: A History of Anonymity in Colonial West Africa, Athens, Ohio, Ohio University Press, 2013.

Peterson, Derek R., Hunter, Emma, Newell, Stephanie (dirs.), African Print Cultures. Newspapers and Their Publics in the Twentieth Century, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2016.

Ricard, Alain, Naissance du roman africain: Félix Couchoro, 1900-1968, Paris, Présence africaine, 2000.

Thérenty, Marie-Ève, « La Civilisation du journal entre histoire et littérature : perspectives et prospectives »French Politics, Culture & Society, vol. 32, n° 2, été 2014, p. 49-56.

Parution – « Refus global. Histoire d’une réception partielle »

Chers colistiers,

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution aux Presses de l’Université de Montréal de mon ouvrage Refus global. Histoire d’une réception partielle : http://www.pum.umontreal.ca/catalogue/refus-global

J’y adopte une approche axée sur les études de la réception, l’histoire culturelle et la sociologie de la littérature susceptible d’intéresser plusieurs d’entre vous.

Bien cordialement,

 

Sophie Dubois

Chargée de cours – Université de Sherbrooke (A17)

Professeure de littérature – Collège Ahuntsic