Archives mensuelles : octobre 2017

Appel à communication – « L’écriture du « Nord du Nord » : construction d’images, confrontation au réel et positionnement dans le champ littéraire »

Bonjour,

Je vous prie de trouver, en pièce jointe, de la part d’Alain Guyot , l’appel à communication du colloque :

« L’écriture du « Nord du Nord » : construction d’images, confrontation au réel et positionnement dans le champ littéraire » qui se déroulera du 15 au 17 novembre 2018 à l’Université de Lorraine.

Nord du Nord CfP

Parution – « Economics and Literature: A Comparative and Interdisciplinary Approach »


Réédition – « Thomas Pavel, Univers de la fiction »


Call for papers – « Event, Dispositif, Agency in Literature, Theatre, and Beyond (from 1700 to our days) »

Call for papers

Event, Dispositif, Agency in Literature, Theatre, and Beyond (from 1700 to our days)

Workshop at the Free University Berlin – 11 January 2018

Organisers: Dr Alexei Evstratov and the Dahlem Humanities Center

evstratov@zedat.fu-berlin.de

Deadline for abstract submission: 25 October 2017

The workshop will address the problem of reconstructing “artistic” experience, where “artistic” is defined by an event’s sponsors, participants, or audience. We will approach this frame of experience not only as a set of rules of conduct, changing through time, but also as a site of knowledge production. While a certain emphasis will be placed on theatre and literature in Europe from 1700 to recent past, students of other areas and artistic media are encouraged to submit proposals. The workshop will bring together researchers working on approaches to experience and its reconstruction ‘from below,’ from both historical and theoretical perspectives, across geographical areas and art forms. While spurring reflection on the possible sources for the historical reconstruction of an experience framed as artistic, the workshop aims at a broad revision of the studies in ‘reception’ of the arts. This rethinking will draw on recent developments not only in everyday history, but also in the history of the senses and emotions, as well as in qualitative social history.

Keywords: art and experience, art and agency, subject and subjectivity, social history, sociology of the arts, reception, non-expert knowledge, interactions, social anthropology, art and ethnography, power, dispositif.

For full description, go to https://revolutiondaily.wordpress.com/2017/09/30/cfp-event-dispositif-agency-in-literature-theatre-and-beyond-1700-1914/

Dr Alexei Evstratov
POINT Fellow
Dahlem Humanities Center
Freie Universität Berlin
Habelschwerdter Allee 45
14195 Berlin Germany
http://www.fu-berlin.de/sites/dhc/nachwuchs/Evstratov/index.html
evstratov@zedat.fu-berlin.de
Chercheur associé

Centre de Recherches sur les Arts et le Langage
Ecoles des Hautes Etudes en Sciences Sociales
96, bd Raspail — 75006 Paris — France

http://cral.ehess.fr/index.php?1952
alexei.evstratov@ehess.fr

Appel à communications – « Revolution/Révolution »

Revolution/Révolution

Conférence en études françaises et francophones

Organisée par le département d’études françaises de l’université de Yale

6-7 avril 2018

Conférencière invitée : Madeleine Dobie (Université de Columbia)

“ La révolution littéraire et la révolution politique ont fait en moi leur jonction. ” (Victor Hugo, Tas depierres )

Nous employons plusieurs registres pour parler de révolutions, du politique au littéraire. En quoi un mouvement devient-il une révolution en gestation ? Qu’est-ce qui confère à un évènement l’étiquette « révolutionnaire » ?

Dans son sens étymologique, le terme « révolution » signifie un « pivotement », ce qui évoque simultanément une sédition politique ou doctrinaire radicale, et son prétendu contraire : un retour périodique à un point d’origine. La temporalité révolutionnaire demeure souvent insaisissable ou difficile à reconstruire, rendue plus obscure par des occultations délibérées, telle que la sublimation de la Révolution algérienne sous le nom «les événements », ou par la nature nébuleuse des actes révolutionnaires évoqués, comme l’illustre la « gender revolution ». Il est souvent difficile de situer les points de rupture avec le passé. En outre, délimiter le domaine du « révolutionnaire » nous invite à repenser incessamment la relation entre le passé et le présent, entre l’avenir et l’histoire ; maintes révolutions revêtent ainsi la date présumée de leur institution, comme c’est le cas pour « la Révolution de 1848 », celle de « Mai 68 », ou encore « la Révolution d’Août ». En quoi est-ce que les révolutions articulent et interrogent notre propre relation à l’Histoire, et inversement ?

Est-ce que l’idée de progrès assume une réinscription cyclique des événements du passé dans des contextes nouveaux, ou peut-on concevoir un futur radicalement autre  ? En quoi la notion de révolution peut-elle entraver les répétitions de l’Histoire ? Des sources aussi variées que Franz Fanon ( Les Damnés de la Terre ) et Hélène Cixous (« Le Rire de la Méduse ») conçoivent les ruptures révolutionnaires avec le passé sans équivoque, comme l’illustre Cixous lorsqu’elle déclare que « le futur doit cesser d’être déterminé par le passé ». Comment pouvons-nous continuer à théoriser ces discontinuités ? Comment la littérature peut-elle contribuer à enrichir la notion de révolution ?

Nous invitons les candidats à soumettre des présentations qui traitent du thème « Révolution » au sens large. Voici une liste non exhaustive des sujets possibles :

–Révolutions contre l’État français (ex : la Révolution française, la Révolution de Juillet, la Révolution de 1848, la Commune de Paris, etc.).
–Révolutions dans l’ancien empire colonial français (ex : la Révolution haïtienne, la Révolution algérienne, la Révolution d’Août, la Révolution tranquille, etc.).

–Mouvements révolutionnaires artistiques et littéraires (ex : la Pléiade, le Romantisme, la naissance du roman moderne, le Naturalisme et le Réalisme, le Symbolisme et la Décadence, le Surréalisme, l’écriture féminine, le Nouveau Roman, etc.).
— L’héritage de Mai 68 et ses renaissances (en littérature, en cinéma militant, etc.). –L’institutionnalisation du discours révolutionnaire en France.

–Mouvements réactionnaires au fascisme dans l’histoire de France.
— Mouvements radicaux dans l’histoire de la gauche politique française.
— Mythes de purification et régénération politiques en France.
— Redéfinitions de l’identité française dans les discours politiques et les productions culturelles.

Les étudiants de Master et de Doctorat sont invités à soumettre leur proposition de communication traitant de la culture de langue française. Elle ne devra pas dépasser 250 mots (en vue d’une communication d’une vingtaine de minutes, en anglais ou en français).

Les propositions devront être envoyées à l’adresse suivante : yalefrenchgradconference2018@gmail.com au plus tard le 15 décembre 2017, en spécifiant le titre de la présentation ainsi que le nom, l’adresse électronique et le département de l’auteur.

Pour toutes informations supplémentaires, veuillez consulter le site de la conférence : https://revolutionyalegradconference2018.wordpress.com

 

Appel à communication – « Le souper »

Cher Collègue,

Veuillez trouver ci-joint l’annonce d’un colloque organisé par Françoise Le Borgne et Alain Montandon sur le thème du souper qui se tiendra dans la dernière semaine de juillet 2018 à Charroux (Allier).

Les propositions de communication (titre, résumé d’une vingtaine de lignes, courte bio-bibliographie) sont à adresser le plus tôt possible et impérativement au plus tard le 30 décembre 2017 à :

Alain Montandon

Email : alain.montandon@uca.fr 

et/ou

Françoise Le Borgne

Email : francoise.le_borgne@uca.fr

Appel à communication Le souper

Appel à communication – «L’éditeur à l’œuvre : reconsidérer l’auctorialité ?»

L’éditeur à l’œuvre : reconsidérer l’auctorialité ? fin XVe s.-XXIe s.

Colloque international organisé par

Dominique Brancher, Gaëlle Burg (Université de Bâle) et Giovanni Berjola (Université de Nancy)

Université de Bâle, 11-12 octobre 2018

 

Qui fait le livre ?  Aux yeux du sens commun, la réponse semble évidente : l’auteur écrit un texte, qu’il confie à l’éditeur, lequel imprime le livre puis le publie. Il revient alors aux lecteurs de le consacrer en l’érigeant en œuvre littéraire. La distinction paraît claire entre création et publication. Or, on le sait, dans le cadre sociologique de ce que Dominique Maingueneau nomme l’« institution littéraire »[i], les choses sont plus complexes et moins tranchées. De même que l’auteur est à la fois une personne, l’écrivain, et un personnage incarné par le nom de l’auteur, l’éditeur ne saurait se réduire à un individu unique mais regroupe un ensemble d’intervenants. Comme le montre Roger Chartier, l’œuvre imprimée est le fruit d’une convergence de systèmes, d’acteurs et de pratiques, véritables « machineries sémantiques »[ii] qui dépassent l’intentionnalité du seul écrivain. Les notions d’instance auctoriale et d’instance éditoriale seraient ainsi plus pertinentes puisqu’elles désignent moins des personnes que des fonctions qui contribuent toutes deux à la genèse de l’œuvre et à son sens.

À la Renaissance, l’œuvre littéraire se présente, pour reprendre l’heureuse expression d’Anne Réach-Ngô, comme une « création collaborative »[iii] : à l’écriture créatrice de l’écrivain répond une « écriture éditoriale »[iv]. Cette dernière ne se superpose pas au travail initial de l’auteur mais fait partie intégrante d’un processus où création et publication s’amalgament. Celui qui en porte la responsabilité se nomme « imprimeur » ou « imprimeur-libraire » au XVIe siècle, tant les processus de conception, de fabrication et de vente de l’objet livre demeurent solidaires. Plus tard, avec l’apparition des mots « éditeur » et « édition » au sens moderne, on parlera de « libraire-éditeur » (1813). « Édition », attesté dès le deuxième tiers du XVIesiècle, a d’abord désigné l’action d’établir un texte en vue de sa parution et prend seulement, à la fin du XVIIe siècle, le sens de reproduire un texte, préalablement établi, par un procédé technique. Tardif (1738), le terme « éditeur » suit la même évolution sémantique, n’adoptant le sens de publication et de mise en vente d’ouvrages imprimés que vers 1775. Aujourd’hui, on distingue éditeur-papier et éditeur numérique, les pure players désignant des sociétés dont l’activité d’édition, de distribution, et d’infomédiation s’est développée exclusivement sur internet.

Ces transformations lexicales reflètent des évolutions ou des ruptures sur le plan des concepts ou des pratiques, conditionnées par le changement des supports et des techniques, ainsi que la spécialisation des fonctions. Mais à l’inverse, ces mêmes transformations masquent des constantes dans le travail de l’instance éditoriale, dès lors qu’on s’autorise à employer ce concept d’éditeur de manière diachronique aussi bien pour parler des livres imprimés de la première Modernité que des livres numériques. On peut ainsi étendre la réflexion sur le travail éditorial à la Renaissance à d’autres périodes : que l’on songe à la part que prennent les choix éditoriaux dans les succès littéraires depuis le XIXe siècle, période qui constitue, avec l’industrialisation de l’édition, un jalon important dans l’histoire du livre. L’œuvre de Jules Verne est, par exemple, étroitement liée au travail de son éditeur, Hetzel, qui ne manquait pas d’intervenir dans le processus créatif. L’édition contemporaine place désormais l’éditeur au centre de la sphère littéraire : les prix récompensent des auteurs qui portent les couleurs de leurs maisons d’éditions respectives. Parfois même, le livre est un produit de masse pensé et projeté par l’instance éditoriale avant d’être la création de l’instance auctoriale. Dans le domaine du numérique, la dimension collaborative de la création devient un principe éditorial à part entière. On peut se demander si la posture éditoriale a réellement évolué depuis la naissance de l’imprimerie. En définitive, quel est le poids véritable de cette instance dans la création littéraire ? On s’interrogera sur les dispositifs, les stratégies et les enjeux de ce processus en vue de reconsidérer la notion d’auctorialité.

Durant ce colloque nous privilégierons les études de cas s’inscrivant dans le champ de la littérature française de la Renaissance à nos jours. Voici une liste non exhaustive d’axes de recherche et de pistes de réflexion :

  • Axe législatif : contrat, droits d’auteur, responsabilité pénale de l’auteur, etc.
  • Axe éditorial : mise en texte, mise en livre, péritexte, publication et commercialisation, support papier/numérique, etc.
  • Axe sociologique : création collaborative, tension entre éditeur et auteur, choix éditoriaux, réception de l’œuvre, concurrence et émulation entre éditeurs, concours et prix littéraires, etc.

Les propositions de communication de 250 mots maximum, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer à l’adresse suivante : gaelle.burg@unibas.ch avant le 1er janvier[v] 2018.

 

[i] Dominique Maingueneau, Le Discours littéraire, Paris, Armand Col.in, « U », 2004, p. 41.

[ii] Roger Chartier, Pratiques de la lecture, « Du livre au lire », Paris, Rivages, 1985, p. 79.

[iii] Anne Réach-Ngô, « Du texte au livre, et retour : la production littéraire à la Renaissance, une création collaborative ? », pp. 29-47, Genesis, 41, 2015, p. 32.

[iv] Ibid., p. 32.

 

Colloque – «La formation des écrivains au XIXe siècle»

Bonjour.

Puis-je me permettre de signaler deux autres ouvrages qui proposent des analyses dans les perspectives du futur et très intéressant colloque sur la formation des écrivains au XIXe siècle ?

J’ai personnellement publié en 2004, un recueil d’articles intitulé : L’institution scolaire de la littérature française (1870-1925), Grenoble, ELLUG. Celui-ci aborde en particulier la question des vers latins dans la formation des poètes du XIXe siècle et étudie le cas de Rimbaud.

A la suite d’un colloque international organisé en juin 2016 dans le cadre du Labex OBVIL, Martine Jey, Pauline Bruley et Emmanuelle Kaës ont fait paraître cette année un volume intitulé L’écrivain et son école (XIXe-XXe siècles), Je t’aime moi non plus, Paris, Hermann.

Bien cordialement

JF Massol

Appel à communication – «La formation des écrivains au XIXe siècle»