Archives mensuelles : novembre 2017

Appel à contribution – « L’heure du conte (Paris, 1924-…) ou la réinvention d’une tradition »

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)

Laboratoire d’anthropologie sociale
(UMR 7130, Collège de France, CNRS, EHESS, France)

APPEL À ARTICLE

 

Cahiers de la littérature orale, 85, 2019/1

L’heure du conte (Paris, 1924-…)
ou la réinvention d’une tradition

coordonné par Nicole Belmont, Jean-Marie Privat et Marie-Christine Vinson

 

Les propositions sont à envoyer avant le 15 février 2018
sous forme de résumé plus titre (1 000 signes maximum)

à Nicole Belmont (nicole.belmont@college-de-france.fr)
Jean-Marie Privat (jean-marie.privat@univ-lorraine)
et Marie-Christine Vinson (mcv1@aliceadsl.fr)

clo_heure_du_conte_appel

Appel à communications – « Littérature francophone africaine et représentation du réel »

Colloque national

Littérature francophone africaine et représentation du réel

Blida 2 – 11 et 12 avril 2018 (Algérie)

 

La littérature francophone en Afrique a souvent été reçue comme une tentative plus ou moins claire de refléter la réalité complexe, mouvante et conflictuelle du continent. Ce constat indéniable trouve sa source dans le besoin lancinant des romanciers d’écrire leur monde en proie à la colonisation, à la guerre et aux désillusions qui accompagnèrent les lendemains amers des indépendances dont le prolongement fut parfois plus sanglant que la colonisation elle-même.

Néanmoins, ces constatations évidentes sur la relation entre le réel et la littérature en Afrique ont parfois desservi la dimension proprement littéraire de ces textes souvent réduits à des témoignages plus ou moins authentiques de réalités socio-politico-économiques comme le constate à juste titre Justin Bisanswa « La critique littéraire appliquée aux littératures africaines, ou plus généralement du « Sud » […] cherche souvent à lire « en miroir » une littérature témoignage. »[1].

En effet, ces œuvres ont souvent été perçues, comprises et étudiées prioritairement sous l’angle de l’appartenance géographique et culturelle de leurs auteurs et interprétées de façon à faire apparaître un rapport d’homologie entre les univers romanesques qu’ils tentent de créer et le monde africain. Ainsi, au lieu d’étudier comment le roman africain figure son monde par le biais d’un travail d’écriture qui n’obéit pas toujours aux codes traditionnels (occidentaux) du roman réaliste, au lieu de mettre en évidence la créativité même de ses formes, beaucoup d’approches thématiques ont cherché à donner un sens et une interprétation parfois étroite à des récits qui se veulent à la fois polysémiques et profondément créatifs sur le plan esthétique.

Notre colloque aura donc pour objectif de mettre en lumière la manière spécifique dont le genre romanesque, genre hybride par excellence, tente de représenter la complexité du réel sur un continent sans cesse tourmenté par des fléaux tragiquement cycliques.

Nous proposons les axes suivants :

  • Les littératures d’Afrique, littératures référentielles ?
  • Le témoignage, représentation réaliste, historique, subjective ?
  • La description, stratégies esthétiques et procédés littéraires.
  • Ecolittératures, l’écologie au prisme des littératures d’Afrique.
  • L’essai en Afrique subsaharienne et la représentation de la réalité.
  • Femmes en textes.
  • L’édition africaine, un gage d’indépendance ?

*

Modalités de soumission des propositions de communications (Résumés) et une brève notice biobibliographique (CV actualisé) :

  • Les langues : Les résumés doivent être rédigés en français et/ou en arabe.
  • Nombre de signes : de 800 à 1000 signes
  • Police : Times New Roman
  • Taille de la police : 12 – interligne (1.5pt)
  • CV : 5 à 10 lignes

Calendrier :

  • Appel à communication : le 10.11.2017
  • Date limite de l’envoi des propositions : 31/01/2018
  • Retour des avis aux auteurs : 10.03.2018
  • Date et lieu du colloque : le 11 et 12 avril 2018 – Université de Blida 2 (Algérie)
  • Parution des actes du colloque : Didacstyle – 2019

Contact :

Les propositions (en français et/ou en arabe) sont à envoyer à l’adresse suivante :

colloquenational.blida2@gmail.com

 

Comité scientifique :

Présidents d’honneur :

RAMOUL Khaled, (Professeur, Recteur de l’Université de Blida 2), Blida 2

ABDELLI Mohamed-Said (Professeur, Doyen de la faculté des Lettres et des Langues de l’université de Blida 2), Blida 2

 

BEKKAT Amina, (Professeure) Blida 2

BERERHI Afifa, (Professeure) Alger 2

CASTELLANI Jean-Pierre, (Professeur émérite) Tours

ROCHE Anne, (Professeure) Aix en Provence

HADJ-MILIANI, (Professeur) Mostaganem

LEBDAI Benaouda, (Professeur) Le Mans

LAZALI Karima, (Psychanalyste)

MAZAURIC Catherine, (MC) Aix en Provence

AMARI-ALLOUCHE Nassima, (MC) Alger 2

BENALDI Hassiba, (MC) Alger 2

BENALI Souad, (MC) Alger 2

KRIM Nawel, (MC) Alger 2

SAKHRI-FATMI Sabrina, (MC) Alger 2

SADOUNI Rachida, (MC) Alger 1

BRAHMI Fatima, (MC) Tlemcen

MEGNOUNI Souad, (MC) Tlemcen

DALI-YOUCEF Fatema-Zohra, (MC) Tlemcen

AMROUCHE Fouzia, (MC) M’sila

MOULOUDJ Rim, (MC) Blida 2

KOUIDER RABAH Sarah, (MC) Blida 2

ZEHARAOUI Meriem, (MC) Blida 2

HAMIDATOU Ali, (MC) Blida 2

BENDJAAFER Kamel (MC) Blida 2

BOUANANE Soumeya, (MA) Blida 2

BAQUEY Stéphane (MA) Aix en Provence

Comité d’organisation :

KOUIDER RABAH Sarah, Blida 2

ZEHARAOUI Meriem, Blida 2

MOULOUDJ Rim, Blida 2

HAMIDATOU Ali, Blida 2

BENDJAAFER Kamel Blida 2

BOUANANE Soumeya, Blida 2

HAMDAD Chanez, Blida 2

DERKAOUI Linda, Blida 2

KHAZROUNI Mohamed, Blida 2

LAOUAMI Hichem, Blida 2

KOUIDER RABAH Feth ezzehar, Blida 2

BELKACEMI Ghania, Blida 2

 

Responsables du colloque :

Dr KOUIDER RABAH Sarah ; Dr ZEHARAOUI Meriem & Dr MOULOUDJ Rim.

 

[1] Justin Bisanswa, D’une critique à l’autre : la littérature africaine au prisme de ses lectures. Notre Librairie, Revue des littératures du Sud, n°160, décembre-février 2006, pp. 65-72.

Événement – « Suburbia – Une archéologie du moment »

(Scroll down for English version)

Chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous convier au colloque international
« Suburbia – Une archéologie du moment. Suburbs in the arts and
literature of the English-speaking world » qui aura lieu les 16 et 17
novembre prochains à la Maison de la Recherche (MDR Amphi F417) de
l’Université Toulouse-Jean Jaurès, campus du Mirail.

La conférence inclura également deux lectures dans deux hauts lieux du
centre ville de Toulouse, l’Hôtel d’Assézat (mercredi 15 novembre) et
la Cave Poésie (jeudi 16 novembre).

Vous trouverez le programme en pièce jointe ainsi que sur la page du
laboratoire Cultures anglo-saxonnes:
http://cas.univ-tlse2.fr/accueil-cas/activites/colloques/colloque-international-suburbia-an-archeology-of-the-moment-suburbs-in-the-arts-and-literature-of-the-english-speaking-world–529828.kjsp?RH=ACCUEIL_CAS

L’inscription est gratuite, mais obligatoire pour le colloque
lui-même, à partir du lien suivant:
http://w3.colloquescprs.univ-tlse2.fr/spip.php?rubrique107&lang=fr

Informations pratiques:
http://cas.univ-tlse2.fr/accueil-cas/pratique/contacts/
http://www.univ-tlse2.fr/accueil/infos/pratique/adresses-et-acces/moyens-d-acces-au-campus-mirail-256988.kjsp

En espérant vous retrouver nombreux à cette occasion,
Bien cordialement,

Marie Bouchet, Nathalie Cochoy, Isabelle Keller-Privat et Mathilde Rogez

Dear colleagues,

We are delighted to invite you to join us in Toulouse for the
international conference « Suburbia – Une archéologie du moment.
Suburbs in the arts and literature of the English-speaking world » to
be held at the Université de Toulouse – Jean Jaurès on November 16 and
17 (Maison de la Recherche Amphi F417).

Highlights of the conference include two readings by the South African
novelist Ivan Vladislavic and the British poets Paul Farley and
Michael Symmons Roberts,
at the Hôtel d’Assézat (Wednesday November 15) and the Cave Poésie
(Thursday November 16).

The programme is attached and can also be found on the website of the
research group Cultures anglo-saxonnes:
http://cas.univ-tlse2.fr/accueil-cas/activites/colloques/colloque-international-suburbia-an-archeology-of-the-moment-suburbs-in-the-arts-and-literature-of-the-english-speaking-world–529828.kjsp?RH=ACCUEIL_CAS

Registration is free but compulsory for the conference itself:
http://w3.colloquescprs.univ-tlse2.fr/spip.php?rubrique107&lang=fr

Practical information:
http://cas.univ-tlse2.fr/accueil-cas/pratique/contacts/
http://www.univ-tlse2.fr/accueil/infos/pratique/adresses-et-acces/moyens-d-acces-au-campus-mirail-256988.kjsp

We are very much looking forward to welcoming you in Toulouse,

Marie Bouchet, Nathalie Cochoy, Isabelle Keller-Privat and Mathilde Rogez

 

Programme Suburbia

Parution – « Biens symboliques / Symbolic Goods [BS/SG] »

Bonjour à tou-te-s,

Une piqûre de rappel en vue de la journée de lancement de la revue Biens symboliques / Symbolic Goods [BS/SG], interdisciplinaire, bilingue, dont le n°1 est désormais en ligne et en accès libre (http://www.bssg.univ-paris8.fr/index.html ).

Vous trouverez en pièce jointe le programme et l’affiche de cet événement qui aura lieu demain vendredi 10 novembre à l’Hôtel de Ville de Paris sur le thème « Traduire/Transposer. Autour de la circulation transnationale des biens symboliques ». L’inscription à la journée est gratuite mais nécessaire, et se fait à l’aide du « framadate » suivantwww.framadate.org/bssg

La revue sera en outre aussi présente les samedi 11 et dimanche 12 novembre au Salon des revues, Halle des Blancs-Manteaux, au 48 rue Vieille-du-Temple, Paris IVe.
Au plaisir de vous voir à l’une ou l’autre de ces occasions,
 
Séverine Sofio et Wenceslas Lizé (rédaction en chef) – Celia Bense Ferreira Alves, Frédéric Chateigner, Claire Ducournau, Isabelle Gouarné, Mathieu Hauchecorne, Sophie Noël, Marc Perrenoud, Aurélie Pinto, Cécile Rabot, Jérémy Sinigaglia (comité de rédaction) – Julienne Flory (secrétaire de rédaction)

Parution – « Fictions du terrorisme dans l’espace francophone »

Tous les articles sont accessibles gratuitement en ligne et en téléchargement.

VOL. 2, NO 1 (2017)

FICTIONS DU TERRORISME DANS L’ESPACE FRANCOPHONE

Numéro spécial dirigé par Djemaa Maazouzi (Dawson College)

SOMMAIRE

ARTICLES

Djemaa Maazouzi
i-xii
Justine Huppe
1-18
Laura Fuchs-Eisner
19-36
Françoise Paulet Dubois
37-55
Valérie Dusaillant-Fernandes
56-74
Amine Mohamed Brahimi
75-91
Karim Zakaria Nini
92-104
Mohammed Yefsah
105-117

ENTRETIENS

Mingxing Wang
118-120
Mingxing Wang
121-129
Efstratia Oktapoda
130-144

COMPTES RENDUS

Image de la page couverture
C(h)ris Reyns-Chikuma
145-149

Parution – « Le Démon de la catégorie »

Annonce parution

 

ARZOUMANOV Anna, LATIL Arnaud, SARFATI LANTER Judith (éd.)       

Le Démon de la catégorie. Retour sur la qualification en droit et en littérature

2017, Sceaux, édition Mare & Martin, collection des Presses Universitaires de Sceaux

 

 

2017, Sceaux, édition Mare & Martin, collection des Presses Universitaires de Sceaux, 234 pages.

Sous la direction de Anna Arzoumanov, Arnaud Latil et Judith Sarfati Lanter.

Anna Arzoumanov est Maître de conférences à l’UFR de langue française de l’Université Paris-Sorbonne et chercheur de l’équipe Sens Texte Informatique Histoire (STIH).

Arnaud Latil est Maître de conférences HDR à l’Université Paris-Sorbonne et chercheur au Centre d’Etudes et de Recherches en Droit de l’Immatériel (CERDI) de l’Université Paris-Saclay.

Judith Sarfati Lanter est Maître de conférences en Littérature comparée l’Université Paris-Sorbonne, membre du Centre de recherche en littérature comparée (CRLC) et du Labex OBVIL.

 

 

À l’heure où tout le monde s’accorde à remarquer une certaine judiciarisation du monde de l’édition, nombreux sont les littéraires et les

juristes qui appellent de leurs voeux un dialogue entre leurs deux disciplines qui ont en commun d’être fondées sur l’interprétation. Encore faut-il pour éviter les malentendus parler une même langue et réfléchir aux conditions de ce dialogue. C’est pourquoi ce livre s’interroge sur la question des catégories mobilisées dans les deux disciplines lorsqu’il s’agit de qualifier pour interpréter. Désignent-elles toujours une même réalité ? Sont-elles mobilisées avec une visée identique ? En comparant les deux disciplines, il s’agit dans ce livre d’éclairer les fonctions heuristiques mais aussi normatives de ces catégories et d’en interroger la pertinence, voire les aspects dogmatiques.

 

 

Sommaire :

Introduction

Anna ARZOUMANOV, Arnaud LATIL et Judith SARFATI LANTER

 

I L’INTERPRÉTATION, ENTRE LITTÉRATURE ET DROIT

Y a-t-il une loi dans ce tribunal ? « Radicalisation autodestructrice » à propos de l’interprétation Thomas HOCHMANN

Le style comme circonstance atténuante ou aggravante d’une censure ? Les considérations littéraires dans la mise à l’Index du Paris de Zola Jean-Baptiste AMADIEU

Le contrat de communication. Une catégorie qui interroge le droit à propos de l’humour Patrick CHARAUDEAU

 

II DES CATÉGORIES COMMUNES

De l’art délicat de la démonologie. Qualifier les mouvements dans l’enfer des catégories en isme Yves-Édouard LE BOS

L’œuvre en droit et en littérature Edouard TREPPOZ

« La non-fiction au tribunal. Peut-on faire parler et penser des personnages réels ? » Mathilde BARRABAND

La responsabilité du fait des personnages Didier BOUTHORS

 

III DES CATÉGORIES EN MOUVEMENT

Les catégories juridiques à l’épreuve de la littérature Nicolas DISSAUX

La distinction des res et des personae dans Les Animaux dénaturés Fabrice DEFFERRARD

Jocandi causa : la catégorie du « jeu littéraire » dans l’étude des poésies à scandale de la Renaissance et de leur censure André BAYROU

 

IV DES CATÉGORIES EN CONSTRUCTION

Les catégories de l’identification et de la distanciation dans les procès de fictions Anna ARZOUMANOV

Proximités sémantiques et écarts lexicaux entre droit et critique littéraire Hélène MAUREL-INDART

Table-ronde : Les procès littéraires du point de vue des avocats Christophe BIGOT et Emmanuel PIERRAT

 

 

pour commander le livre

https://www.lgdj.fr/themes/droit-15/le-demon-de-la-categorie-9782849343203.html

Colloque – « L’écrivain-traducteur. Ethos et style d’un co-auteur »

Chers et chères collègues,

Voici en pièce jointe le programme d’un colloque sur l’ethos et le style
des écrivains-traducteurs, organisé par Thalim et l’UMR Litt&Arts, et
dont le premier volet se tiendra à Grenoble les 9-10 novembre avant la
session parisienne les 18 et 19 janvier 2018. En parallèle, se tient
jusqu’au 15 novembre une exposition sur une expérience de
rétrotraduction menée par une quarantaine de traducteurs et Gérard Macé;
si jamais vous passez par Grenoble, vous trouverez ci-dessous des
précisions sur ces « Epreuves de l’étranger »:

https://bibliotheques.univ-grenoble-alpes.fr/actualites/epreuves-de-l-etranger-une-experience-de-traduction-et-de-retrotraduction-avec-gerard-mace-259600.kjsp 

Ecrivain-traducteur_programme_ethos_HD_SB-1

Appel à communication – « Trajectoires transfuges. La langue et le corps dans l’entre-deux des classes sociales »

Trajectoires transfuges

La langue et le corps dans l’entre-deux des classes sociales

Journée d’étude

Montréal

14 mars 2018

 

Cette journée d’étude entend ouvrir un espace de réflexion collective sur le concept de « transfuges » à partir de la manière dont il permet de penser les déplacements entre des classes sociales, et se propose d’interroger, sous ce thème, un ensemble de parcours qui se trouvent dans des situations perpétuelles d’entre-deux.

Plus fréquemment mobilisé en France qu’au Québec, ce concept est notamment mis en acte dans les œuvres d’Annie Ernaux (1983, 1997), de Didier Eribon (2010) et d’Édouard Louis (2014, 2016) qui, en faisant le récit de leur éloignement d’un milieu populaire par la fréquentation des institutions scolaires et l’acquisition (tardive) de « capital culturel », témoignent des contradictions et des conflits vécus dans un double écart du monde familial d’origine et du monde d’arrivée dont ils ne maîtrisent que partiellement les codes sociaux. Au-delà des acceptions qui lui accordent le sens restrictif de « désertion » ou de « trahison » appliqué au changement d’allégeance à un pays ou à un parti (Jaquet 2014), la notion de « transfuges » telle que nous l’entendons fait ainsi principalement référence aux trajectoires d’intellectuel·le·s de première génération (Mauger 2004; Naudet 2013; Canisius, Doray, Bonin, Groleau et Murdoch 2010). En tant qu’individus, les transfuges se trouveraient partout nulle part et développeraient ce que Bourdieu a nommé un « habitus clivé » (1997).

Les études de Martine Leibovici (2013) et de Chantal Jaquet (2014) proposent déjà quant à elles de penser la pluralité des formes que peut prendre la figure du « transfuge/transclasse ». En plus de s’appliquer aux « migrations de classes » qu’effectuent les intellectuel·le·s de première génération, le concept de « transfuges » renvoie à un ensemble de situations d’entre-deux, dans lesquels les individus contestent l’idée d’une « identité » qui constituerait un « noyau immuable résistant au changement » (Jaquet 2014 : 107). Les « transfuges » référeraient ainsi à celles et à ceux qui manifestent une capacité d’adaptation au fil de leurs déplacements à travers différents espaces sociaux (Schütz 2003; Sayad 1999; Wright 1945; Djebar 2005) et qui opèrent, parmi les nombreux moyens adoptés pour s’ajuster, une désidentification dans un processus simultané (et toujours imparfait) d’identification à autre chose. Leurs dispositions étant modulées, apprises ou copiées, elles attesteraient la force normalisatrice à l’œuvre dans divers milieux en même temps qu’elles défieraient la naturalisation de traits, de savoirs, de comportements ou de postures liés à des groupes présumés immuables. Les reconfigurations effectuées par ces individus adviennent dans un rapport dynamique avec la langue et le corps, « lieux » où se concrétisent les rapports de pouvoir, mais également d’où ils peuvent être interrogés, contestés, modifiés ou subvertis.

Figures en marges, l’apparition des transfuges dans la sphère publique (universitaire et artistique) pose entre autres la question des « sujets légitimes » de la connaissance et des représentations. À la fois matérielles et idéelles, ces réflexions sont indissociables du contexte dans lequel ces trajectoires de transition se déploient comme de leur mise en forme dans les discours qui en rendent compte. Cette journée d’étude a ainsi pour but d’éclairer divers lieux de tensions chez les transfuges à partir de leurs manifestations et de leurs représentations littéraires, artistiques ou sociales, autour des questions suivantes, ni mutuellement exclusives, ni exhaustives :

Comment définir le concept de transfuge? Qu’est-ce que les transfuges nous apprennent sur la normativité sociale et le caractère construit des normes et des codes, notamment en lien avec la langue et les corps? Interrogeant la perméabilité des frontières, les transfuges participeraient-ils à dénaturaliser l’ordre social et les hiérarchies? Comment les transfuges problématisent-ils la question d’une identité immuable en oscillant entre authenticité et falsification? Comment penser les trajectoires des transfuges au-delà d’un raisonnement en termes de volonté idiosyncrasique? En quoi les trajectoires de transfuges invitent-elles à revoir les catégories de perception sociale? De quelle manière se manifestent les emprunts (stylistiques, esthétiques, linguistiques, corporels) à une culture/norme dite légitime? En quoi les parcours de transfuges génèrent-ils une position autoréflexive autour de certains marqueurs (corporels, langagiers, vestimentaires, etc.)? Quels sont les liens entre l’écart qui caractérise la posture des transfuges et qui leur permet de s’observer soi-même et l’autoréflexivité des manifestations littéraires des trajectoires de transfuges? À partir d’expériences éprouvées et subjectives, de quelle nature sont les changements apportés à la langue (registre, vocabulaire, jargon) au cours des trajectoires transfuges? Quelles habitudes corporelles et langagières avez-vous dû quitter (ou intégrer) selon les milieux à travers lesquels vous vous êtes déplacé·e·s?

 

Modalités

Les chercheur·e·s en sciences humaines, en sciences sociales et en littérature, ainsi que les chercheur·e·s indépendant·e·s, les artistes, les écrivain·e·s et tout autres acteur·trice·s sociaux qui ne seraient pas affilié·e·s à des établissements d’enseignement et de recherche, sont convié·e·s à réfléchir aux transfuges à la fois comme concept et comme type de trajectoires en portant une attention soutenue aux altérations auxquelles sont soumis la langue et les corps. Les études qui mettraient en lumière le caractère dynamique, imbriqué et mouvant des appartenances de classes, de groupes sexuels minoritaires, femmes, personnes queers, immigrant·e·s, racisé·e·s et/ou en situation de handicap comme autant de figures et de potentielles trajectoires « transfuges » sont largement encouragées.

La journée d’étude se tiendra le mercredi 14 mars 2018 à Montréal. (Lieu exact à déterminer.)

Les présentations seront d’une durée de 20 minutes. Nous vous invitons à nous faire parvenir une proposition de communication d’un maximum de 350 mots, accompagnée d’un titre et d’une courte notice biographique incluant votre nom, votre université d’attache et votre champ disciplinaire s’il y a lieu. Les propositions devront être envoyées au plus tard le 5 décembre 2017 à l’adresse suivante : transfuges2018@gmail.com.

 

Organisatrices :

Sandrine Charest-Réhel

Université d’Ottawa et CÉLAT (Université du Québec à Montréal)

 

Karianne Trudeau Beaunoyer

Université de Montréal

 

Références

BOURDIEU, Pierre (2003). Méditations pascaliennes. Paris : Éditions du Seuil.

CANISIUS KAMANZI, Pierre, Pierre DORAY, Sylvie BONIN, Amélie GROLEAU et Jake MURDOCH (2010). « Les étudiants de première génération dans les universités : l’accès et la persévérance aux études au Canada ». Canadian Journal of Higher Education/Revue canadienne d’enseignement supérieur, 40(3), 1-24.

DJEBAR, Assia (2007). Nulle part dans la maison de mon père. Paris : Fayard.

ERNAUX, Annie (1983). La place. Paris : Gallimard.

———— (1997). La honte. Paris : Gallimard.

ERIBON, Didier (2010). Retour à Reims. Paris : Flammarion, coll. « Champs. Essais ».

JAQUET, Chantal (2014). Les transclasses ou la non-reproduction. Paris : Presses Universitaires de France.

LEIBOVICI, Martine (2013). Autobiographies de transfuges. Karl Philipp Moritz, Richard Wright, Assia Djebar. Paris : Éditions Le Manuscrit, coll. « L’esprit des lettres ».

LOUIS, Édouard (2014). En finir avec Eddy Bellegueule. Paris : Seuil, coll. « Cadre rouge ».

———— (2016). Histoire de la violence. Paris : Seuil.

MAUGER, Gérard (2004). « Annie Ernaux, « ethnologue organique » de la migration de classe », dans Annie Ernaux, une œuvre de l’entre-deux (p. 177‑204). Arras : Artois Presses Université.

NAUDET, Jules (2013). « Par-delà les spécificités nationales : comprendre les expériences de mobilité sociale en France, aux États-Unis et en Inde ». Sociologie du travail, 55(2), 172–190.

SAYAD, Abdelmalek (1999). La double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré. Paris : Éditions du Seuil.

SCHÜTZ, Alfred (2003). L’étranger : un essai de psychologie sociale, suivi de L’homme qui revient au pays. Paris : Allia.

WRIGHT, Ricard (1965). Black boy jeunesse noire. Paris : Gallimard.