Appel à communications – « Sociopoétique du genre »

Journées d’études préparatoires au n°4 de la revue en ligne Sociopoétiques

Jeudi 29 et vendredi 30 mars 2018

MSH de Clermont-Ferrand

 

La revue Sociopoétiques (http://sociopoetiques.univ-bpclermont.fr/) du Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, EA 4280 – Université Clermont Auvergne) se propose d’étudier les représentations sociales du masculin et du féminin en littérature pour son quatrième numéro.

Après plusieurs décennies de réticence au cours desquelles il était intégré outre-Atlantique, le genre semble désormais installé dans la recherche littéraire française. On assiste ainsi, depuis quelques années, à une multiplication des ouvrages qui le mobilisent, dans le sillage du livre de Christine Planté, La Petite Soeur de Balzac. Essai sur la femme auteur (Paris, Seuil, 1989 ; réédité aux PUL en 2015). Ce champ de la critique reste toutefois pour partie impensé dans ses frontières et son extension. Interroger ses résonances avec d’autres méthodologies de la littérature et construire des interactions est une démarche souhaitable, complémentaire à l’interrogation sur sa tradition critique propre, pour assurer le maniement de cet outil en littérature et son acclimatation. La question que souhaite poser le numéro de Sociopoétiques à travers une série d’études de cas est la suivante : « En quoi la sociopoétique aide-t-elle à penser le genre ? ».

Les affinités entre les deux champs d’analyse que sont les études genre et la sociopoétique, fondées sur la transdisciplinarité de cette dernière, suffiraient à justifier leur croisement. La sociopoétique veut initier de nouvelles analyses de la poétique grâce à une approche socio-culturelle des textes. En tant qu’appréhension des représentations sociales comme éléments dynamiques de la création littéraire, elle exige en amont une étude des représentations sociales de l’objet littéraire qu’elle se propose d’éclairer. Elle fait donc le pont entre les disciplines traversées et mobilisées par le genre, et en ce sens elle peut fournir des outils précieux pour évaluer le rôle de la littérature dans les représentations sociales des identités sexuées et, réciproquement, le rôle des représentations genrées dans l’activité littéraire. Par son regard précis et diachronique, qui privilégie le micro-textuel pour interroger ses manifestations dans un corpus transhistorique ou panoramique, elle donne à ces deux perspectives de recherche une profondeur historique et culturelle.

Dans le vaste champ de recherche ainsi défini, il s’agira ici d’interroger les représentations littéraires françaises et étrangères des identités sexuées, tout champ culturel et toute période confondus. Genre et rôles sociaux, genre et codes (amoureux, comportementaux, de civilité, vestimentaires ou autres), genre et lieux sont, parmi d’autres, autant de pistes possibles.

Calendrier :

Les propositions de communication (titre, résumé et courte bio-bibliographie) sont attendues pour le 15 janvier 2018 à l’adresse suivante : laetitia.hanin@hotmail.com. Les notifications d’acceptation sont faites au fur et à mesure de la réception des propositions.

Les articles seront attendus pour le 31 décembre 2018.

Responsable : Laetitia Hanin

 

Élément de bibliographie :

Pour une définition de la sociopoétique, voir Alain Montandon, « Sociopoétique », Sociopoétiques, n°1, Mythes, contes et sociopoétique, URL : http://sociopoetiques.univ-bpclermont.fr/mythes-contes-et-sociopoetique/sociopoetiques/sociopoetique

 

Responsable :

Laetitia Hanin

adresse

MSH de Clermont-Ferrand, amphi 220

Parution – « La Gens Flaubert »


Appel à communications – « Économie. Littérature. Langue »

Économie. Littérature. Langue

VIIe Congrès international du Centre d’Étude de Culture Économique

de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg

4-6 juin 2018

 

L’objectif de ce congrès est d’analyser les relations entre l’économie, la langue et la littérature dans le contexte de la constitution d’une culture économique et d’un capital (industriel, financier, symbolique, humain) qui forme un système global où la société contemporaine (son économie, sa politique et sa culture) se reflète et se représente dans son ensemble, avec toutes ses singularités et ses contradictions.

Le congrès sera l’occasion d’entendre des économistes, des anthropologues, des historiens, des linguistes, des spécialistes de littérature ou de philosophes, des sociologues, mais aussi des éditeurs, des écrivains, des critiques littéraires – en un mot, ceux qui jouissent encore du luxe de la lecture.

À l’issue du congrès paraîtront des actes qui rassembleront les différentes communications. Prenant acte de la dimension internationale, transdisciplinaire et plurilingue de l’événement, les sessions plénières se dérouleront sur le mode de la traduction simultanée : pour cette raison, les textes des communications devront être adressés au comité organisateur au minimum dix jours avant le début des échanges. Il sera possible de les reprendre ultérieurement en tenant compte des remarques et des commentaires des responsables de l’édition du volume collectif qui doit voir le jour pour récapituler les résultats du congrès.

THÈMES

L’économie comme rhétorique
Le développement de la philosophie, de la critique littéraire et de la sociologie a poussé les économistes à prendre en compte la question de la signification linguistique dans leurs approches. La reconnaissance du caractère littéraire de la langue des textes économiques a par ailleurs attiré l’attention sur la rhétorique, l’herméneutique, l’analyse du discours et la recherche, à travers l’utilisation de métaphores et d’autres tropes, d’auxiliaires efficaces pour convaincre. La langue du texte, par nature figurative, ouverte à la diversité des interprétations et tissée de citations et de références, a suscité un intérêt croissant des chercheurs. Parallèlement à cette prise en compte de l’importance de la rhétorique et du discours dans le savoir économique, on a pris conscience du fait que l’économie réelle était elle-même rhétorique et ancrée dans la langue, que la capacité à échanger et commercer découle de la faculté de parler de l’homme. Par là-même, l’objet de la réflexion des économistes apparaît comme particulièrement chargé sur le plan discursif, protéiforme et polyphonique. Dans cette perspective, on propose de réfléchir aux thèmes suivants :

– Le texte économique : interprétation et déconstruction

– La rhétorique des différents courants de la pensée économique et des divers auteurs de la discipline

– Savoir économique et mécanismes de fonctionnement de la communauté scientifique (notamment, rôle des index, des rédacteurs et des organismes de subvention)

– Métaphores, récits et métarécits en économie

– La langue de l’économie : diversité et spécificités, problèmes de traduction

– La théorie économique comme métalangue

La langue comme phénomène socio-économique

La langue et l’économie, la politique linguistique et la politique économique ne se trouvent pas simplement prises dans des rapports mutuels : elles sont déterminées l’une par l’autre. L’étude économique de la langue analyse cette dernière ainsi que les phénomènes linguistiques comme des phénomènes économiques. En abordant la question des politiques linguistiques, les économistes se concentrent sur ses motivations et ses conséquences économiques, car à la base de l’élaboration et de la réalisation des politiques linguistiques se trouvent souvent (et très fréquemment au premier chef) des intérêts économiques de la part des différentes parties impliquées. Les changements dans la situation linguistique (notamment ceux liés à telle ou telle politique économique) sont susceptibles d’avoir une influence sur le bien-être matériel des personnes, sur leur statut économique et leurs perspectives. À son tour, la politique économique, même si elle ne poursuit pas en théorie de buts qui ont trait à la langue, est capable d’influence la situation linguistique, ainsi que les langues elles-mêmes et leur utilisation. Dans cette perspective, on étudiera les thèmes suivants :

– Lois économiques du développement de la langue

– Liens réciproques entre les situations économique et linguistique

– Motivations, buts et instruments économiques dans les politiques linguistiques

– Histoire économique et histoire de la langue

– Économie de la traduction

– Analyse des gains et des pertes de la politique linguistique

– Impérialisme linguistique

L’économie en littérature

Il s’agit ici de suivre l’apparition, l’affirmation et les actualisations contemporaines de la pensée économique dans le texte littéraire – depuis les mythes antiques, le texte biblique et les dialogues philosophiques, en passant par la poésie du Moyen Age et la scolastique, la tragédie classique du XVIIe siècle, jusqu’au sommet de la tradition littéraire de l’époque classique du capitalisme, le roman réaliste du XIXe siècle, qui offre de nombreuses variantes génériques, idéologiques et politiques au XXe siècle, mais aussi dans la littérature postmoderne contemporaine, où l’écrivain n’a pas pour seul instrument de travail la langue, mais aussi les marques et les tendances.
À ce titre, il faut attirer l’attention sur une série d’articulations importantes dans les relations entre la littérature et l’économie, lesquelles peuvent se décliner ainsi :

– Qu’est-ce que la critique littéraire peut dire de l’économie ?

– L’analogie entre la linguistique et l’économie est-elle fondée ?

– De quelle manière l’économie (la structure) du texte reflète-t-elle la structure du sacrifice (le don, son acceptation, sa destruction) caractéristique du capitalisme ?

La littérature comme économie

Il est indispensable de considérer la littérature comme une institution socio-économique en se représentant les relations des écrivains et des éditeurs, autant du point de vue de l’historien sur l’affirmation du droit d’auteur qu’à travers le prisme de la consolidation d’un « esprit du capitalisme » dans le processus littéraire, tout particulièrement en lien avec le développement de l’activité journalistique, de la presse à grand tirage à destination du grand public comme des élites intellectuelles et de la constitution des grands empires éditoriaux européens.

La question n’est pas tant celle de l’histoire des hausses et des baisses des honoraires des écrivains que celle d’une analyse de l’influence des considérations économiques sur l’authenticité de l’expérience littéraire, la valeur qui s’y affirme ou s’y dévalue dans le mouvement de la capitalisation de la littérature. Ainsi, dans cette perspective la thématique générale du congrès peut être déclinée en plusieurs problèmes qui s’offrent à l’analyse et à l’investigation :

– Écrivains et éditeurs

– La question des droits d’auteur dans le comportement de l’écrivain

– Histoire comparée des honoraires d’auteur

– Questions financières dans la presse papier et électronique

– Valeur de la littérature comme expérience et coût du travail de l’écrivain

 

À savoir :

  • Date-limite d’envoi des propositions : 10 février 2018
  • On mentionnera dans la proposition : nom et prénom complets, institution de rattachement, grade ou titre universitaire, titre de la communication en russe ou en anglais et français résumé de la proposition en 2000 signes. Les propositions seront envoyées par le lien disponible sur le site du congrès (http://csecconference.tilda.ws/) ainsi que par courrier électronique (csec@smolny.org). L’objet du message devra suivre le modèle Nomdefamille_Titredelacommuncation. Les auteurs seront informés de la réponse du comité d’organisation avant le 10 mars 2018.

Les organisateurs du congrès seront également heureux de recevoir des propositions d’organisation de session, comprenant la description de la session et au minimum quatre propositions de communications.

 

Langues : russe, anglais, français, italien

 

Conditions de participation :

La participation au congrès est gratuite.

Les frais de transports et d’hébergement sont à la charge des participants.

 

Comité d’organisation :

Alexey Kudrin (Université d’État de Saint-Pétersbourg)

Danila Raskov (Université d’État de Saint-Pétersbourg)

Deirdre McCloskey (Université de Chicago)
Pierre Glaudes (Université Paris Sorbonne)
Valerii Anashvili (Journal Logos, Moscou)
Serguey Kropotov (Université économique d’État de l’Oural)
Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Denys Kadochnikov (Université d’État de Saint-Pétersbourg)
Serguei Fokine (Université d’État de Saint-Pétersbourg,Université nationale d’économie de Saint-Pétersbourg)
Aleksandr Pogrebniak (Université d’État de Saint-Pétersbourg)
Irina Prokhorova (Novoe Literaturnoe obozrenie)
Ivan Boldyrev ( Université nationale de recherches « Haute Ecole d’Economie)
Francesco Spandri (Università degli Studi Roma Tre)
Petar Bojanich (Institut de philosophie et de sciences sociales de l’Université de Belgrade)
Ekaterina Cherepanova (Université fédérale de l’Oural)

Parution – « Lecture phénoménologique du discours romanesque »

Thomas Franck
Lecture phénoménologique du discours romanesque
Rhétorique du corps dans le roman existentialiste et le Nouveau Roman
Lambert-Lucas / « Le Discours philosophique »
2017
ISBN 978-2-35935-223-8
288 pages

Ce livre propose une lecture phénoménologique du roman existentialiste
et du Nouveau Roman dont les mutations rhétoriques
sont profondément influencées par ce courant philosophique.
L’impulsion de la phénoménologie, interrogation sur les rapports
entre réalité phénoménale, conscience individuelle et
corps, permet aux romanciers de résoudre une série d’impasses
propres au réalisme du XIXe, ce qui renforce le rôle dominant du
genre romanesque dans la littérature et plus généralement dans
la culture. Mettant au centre de ses réflexions l’appréhension du
monde par des corps situés, orientés au sein d’une chair indivise
indissociable de ce qui la constitue comme signe, la philosophie
de Merleau-Ponty propose des catégories et une série d’outils
herméneutiques pour l’analyse critique de ces œuvres, et en
particulier du rôle qu’y joue la corporéité. La fécondité des
catégories phénoménologiques merleau-pontiennes mises à
l’épreuve de romans de Camus, Sartre, Beauvoir, Simon,
Sarraute et Robbe-Grillet permet d’envisager un enrichissement
méthodologique de l’analyse du discours littéraire.

Call for Papers – « Conference Glocal Places of Literature »

CfP: Conference Glocal Places of Literature

Please take note of the following CfP for a conference hosted by the English Department at Göttingen University. The organizers welcome papers by doctoral candidates and postgraduates.

Deadline: January 31, 2018

Contact: Marleen Knipping (marleen.knipping@phil.uni-goettingen.de; North American Studies, University of Göttingen) and Julia Kroll (julia.kroll@phil.uni-goettingen.de; Anglophone Literature and Culture, University of Göttingen)


Interdisciplinary Conference “Glocal Places of Literature: Production – Distribution – Reception”

University of Göttingen (Germany)

June 28-30, 2018

In times of global deterritorialisation and transnational cultural exchange, the prominence of local places of production and reception has become more, rather than less, significant: Writers’ museums, for example in Weimar and Stratford-upon-Avon, Orhan Pamuk’s Museum of Innocence in Istanbul, chapbook presses across the globe, literary institutions such as Copenhagen’s LiteraturHaus, UNESCO Cities of Literature, for instance in Cracow and Prague, and slam events in many cities have emerged in the digital age. Local literary cultures partake in global communication practices and contribute to “a sense of place which . . . includes a consciousness of its links with the wider world, which integrates in a positive way the global and the local” (Massey 1994). Accordingly, we intend to explore if the local and the global can still be perceived as conflicting concepts. Produced locally, but often distributed and read globally, are literary cultures characterized by the ways in which the global and the local interact and add to ‘glocal’ practices?

This conference aims at investigating the shifting interconnection between literatures and place in the twenty-first century on three intersecting planes: literary production, distribution, and reception. We invite contributions that discuss the issue of the changing role of real and imagined, local and global, virtual and physical places of literature in an international context. We want to bring together scholars from all fields within literary and cultural studies, as well as from disciplines such as the sociology of literature, human geography, book studies, and museology.

Topics may include but are not limited to:
· Places of production, old and new (e.g. corporate and independent publishing houses and self-publishing businesses; creative writing programs and workshops; writers-in-residence programs and artist-run spaces)
· The materiality of local productions (e.g. typesetting, printing, and book design today; objects such as the author’s desk or the mimeograph)
· Local literatures and global marketability (e.g. translations; transnational literary awards; book reviews)
· Forms of distribution, physical and virtual (e.g. the brick and mortar vs. the online bookstore; magazine and publisher subscriptions vs. Twitterature or Flash Fiction)
· Places of reception (e.g. houses of literature, readings and performances, literary salons, book clubs, museums, archives, and libraries vs. online forums and the bookternet)

This conference invites German- and English-language contributions that cover a wide range of reflections on literature and place. We particularly welcome papers by doctoral candidates and postgraduates.
Please submit a short proposal (approx. 300 words, in English or German) and a short biographical note to Marleen Knipping (marleen.knipping@phil.uni-goettingen.de; North American Studies, University of Göttingen) and Julia Kroll (julia.kroll@phil.uni-goettingen.de; Anglophone Literature and Culture, University of Göttingen) by January 31, 2018 . Notification of decision: February 28, 2018.
Conference Organizers: Marleen Knipping and Julia Kroll (University of Göttingen).

Parution – « La gens Flaubert » de Thierry Poyet

Thierry Poyet

La gens Flaubert – La fabrique de l’écrivain entre postures, amitiés et théories littéraires

Lettres modernes Minard / Classiques Garnier, 2017

ISBN: 9782406057420

618 p.

 

La vérité de Flaubert passe par une série de postures et un rôle actif dans le monde littéraire. Fort d’avoir constitué la gens Flaubert, l’écrivain a lu et critiqué ses proches pour mieux forger et imposer sa propre théorie littéraire jusqu’à connaître l’apothéose du romancier flaubertien.

Table des matières

Parution – « AWA: la revue de la femme noire »

Chères et chers collègues,

Dans le cadre d’un projet en cours portant sur des magazines africains parus dans les années 1950 – 1970, nous sommes heureuses de vous annoncer la parution récente, en accès ouvert, d’une version numérisée de l’un des premiers magazines féminins et indépendants d’Afrique francophone, AWA: la revue de la femme noire, fondé par Annette Mbaye d’Erneville à Dakar en 1964. Tous les numéros peuvent être consultés à l’adresse suivante: www.awamagazine.org Vous y trouverez notamment des textes littéraires, des articles sur la politique, l’émancipation féminine, la mode ou le monde du travail.

Ce projet de numérisation a été mené dans le cadre d’un partenariat entre l’Université de Bristol (Royaume-uni), l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (France), l’Institut Fondamental d’Afrique Noire-Cheikh Anta Diop (Sénégal) et les Archives nationales du Sénégal.

Dans le cadre de ce projet, une exposition consacrée à cette revue a été inaugurée au Musée de la Femme Henriette-Bathily (Dakar) le 3 novembre 2017, et restera ouverte au public jusqu’en janvier 2018 (en voici une rapide présentation sur RFI).

Cette exposition voyagera en mars à Montpellier: elle sera inaugurée dans le cadre d’un colloque qui aura lieu à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 (RIRRA21) les 19 et 20 mars 2018, colloque intitulé ‘Presse et littérature africaine(s)’. Nous vous rappelons que la date-limite, toute proche, pour envoyer vos propositions de communications pour ce colloque est fixée au 1er décembre 2017. Vous trouverez ici l’appel à communications

Bien cordialement,

Ruth Bush (University of Bristol) et Claire Ducournau (RIRRA21 – Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Lancement – « Biens symboliques / Symbolic Goods. Numéro Artistes ordinaires »

Chères et chers collègues,
Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement de Biens symboliques / Symbolic Goods, revue de sciences sociales consacrée aux arts, à la culture et aux idées.
Cette revue numérique est entièrement en accès libre et tous les articles de dossier sont en version bilingue, français et en anglais.
Le dossier du numéro 1 est consacré aux « artistes ordinaires ». Vous pouvez consulter et télécharger les articles en PDF bilingue sur le site de la revue : biens-symboliques.net
Vous y trouverez également d’autres rubriques, et notamment une table ronde autour des lectures de l’ouvrage de Claude Grignon et Jean-Claude Passeron Le Savant et le populaire.
La revue lance par ailleurs un appel à articles permanent pour des textes en varia et pour des propositions de dossiers thématiques : http://revue.biens-symboliques.net/165
À l’issue du processus d’expertise, les articles de dossiers et varia sont systématiquement publiés en français et en anglais, le coût de la traduction étant pris en charge par la revue. N’hésitez pas à nous soumettre vos propositions.
Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Julienne Flory, secrétaire de rédaction : contact@biens-symboliques.net
En vous souhaitant une bonne lecture,

Bien cordialement,

Cécile Rabot
Pour le comité de rédaction de Biens symboliques / Symbolic Goods

Appel à communications – « Une virile imposture? Construction du jeune homme dans la littérature »

Appel à communications

 

COLLOQUE « Une virile imposture? Construction du jeune homme dans la littérature »

Université du Québec à Montréal, 18-19 octobre 2018

 

       Force, courage, sens de l’honneur, goût de la conquête, de la gloire, sens du sacrifice, patriotisme, valeur de la belle mort (au combat et héroïquement), contrôle de soi, puissance sexuelle, etc. Il en faut beaucoup pour être un homme, un « vrai ». Ou plutôt, il en faut beaucoup pour être un homme viril.

Bâtie à coup de stéréotypes, la virilité semble bien une construction sociale toujours historiquement située et utilisée pour théoriser la supériorité du masculin sur le féminin. Mais pour la philosophe Olivia Gazalé, les femmes ne sont pas les seules victimes de ce mythe de la virilité. Les oppresseurs seraient eux aussi oppressés par leur propre outil de domination [Gazalé, 2017]. Les hommes, constamment contraints de faire la preuve de leur masculinité, tentent de répondre tant bien que mal aux injonctions qu’imposent les stéréotypes de la virilité. Réduits à un nombre limité de caractères et de valeurs supposés les consacrer en tant qu’hommes, ils sont amputés d’une grande partie de leur vie psychique, sociale et familiale. Les masculinités gagneraient ainsi à s’emparer, comme les féministes l’ont fait et continuent de le faire, du profond travail de déconstruction des lieux communs et stéréotypes aliénants.

Pour Françoise Héritier, « l’âge d’homme, c’est le trou noir et le référent ultime » [Héritier, 1996:303]. Notre société peine à voir et à penser les normes de la masculinité, ce qui en fait un terrain fertile pour la reproduction des rapports de genre et de pouvoir. Néanmoins, ces dernières années sont marquées par l’émergence de réflexions sur les hommes. La recherche universitaire s’empare enfin de la question et remet en cause le supposé état de crise de la virilité.  

L’anthropologue Mélanie Gourarier émet l’hypothèse que l’état de crise serait constitutif de la virilité et ne serait, non pas la marque de son affaiblissement, mais l’outil de son affermissement : « la rhétorique de la crise de la masculinité […] [devrait être] ainsi appréhendée comme une ressource discursive potentiellement mobilisable, d’ailleurs historiquement mobilisée, afin de reproduire un ordre social qui, passant pour menacé, se transforme, s’ajuste et se normalise » [Gourarier, 2017:11]. Alors, comment devenir homme quand les repères et les modèles donnés sont constamment perçus comme étant en danger ? 

Le mythe de la virilité et son état de crise permanent nous apparaissent ainsi, plus que jamais, une question qu’il convient de poser à la littérature puisque celle-ci se révèle être un terrain propice à leur déconstruction. Les romans font partie des rares lieux où il est possible de révéler cette imposture en mettant fin à l’idée d’une prétendue transparence et essentialité de la virilité. Ils appuient sur les zones d’ombre qui entourent ce mythe en mettant en scène, non pas une virilité triomphante, mais une virilité du désarroi.

À partir d’angles critiques divers (ethnocritique, sociocritique, psychanalytique, historique, philosophique, etc.), ce colloque voudrait interroger la place de la littérature dans ce travail de déconstruction. Comment se façonne l’identité individuelle et sociale du jeune homme face aux injonctions à la virilité dans les textes ? Comment les œuvres littéraires éprouvent le modèle pour exposer l’imposture qu’est la virilité ? La littérature peut-elle être un lieu de reconfiguration de la masculinité face aux changements sociétaux ?

Ce colloque voudrait  proposer plusieurs axes de réflexion:

 

La figure du guerrier : force, courage et sacrifice

Pendant longtemps, la virilité a été assignée à diverses formes de sacrifices : sacrifice de soi pour la patrie, de son enfance, de ses émotions, de sa féminité, etc. L’exigence de rationalité ou l’impératif politique de la virilité ont souvent pris la forme d’un sectionnement de soi. L’idéal militaire et ses valeurs sont aussi accompagnés d’une grande part d’abnégation. Aujourd’hui, alors que le service militaire a été abandonné,  l’esprit guerrier s’actualise et prend des formes nouvelles. Comment certains jeunes hommes vont-ils construire leur identité virile en introduisant des valeurs guerrières dans de nouveaux lieux ? Dans quelle mesure les personnages littéraires expriment-ils ce morcellement et cette perte d’une part de l’identité ? Comment luttent-ils pour conserver leur intégrité ? 

 

Paternité : quand les hommes engendrent des hommes

Le rôle du père dans la construction des jeunes hommes est présenté comme essentiel. Mais il est curieux de constater qu’une grande partie des discours produits sur la figure paternelle ne chante pas ses mérites mais en pleure plutôt l’absence ou la défaillance : pères faibles, mous, écrasés par les mères, absents, morts, divorcés, abusifs, etc. Or, cette chute de la figure paternelle reste une problématique de la construction masculine. Le jeune garçon semble avoir besoin d’un homme pour en devenir lui-même un. Alors seuls les hommes peuvent-ils engendrer des hommes? 

 

Sexualité : puissance et impuissance 

Les hommes ont fait reposer leur virilité sur leur sexe : la puissance du phallus, cet organe « en plus », serait le symbole de leur supériorité. Mais il est aussi la cause de leurs malheurs puisqu’il est un membre faillible. Les hommes sont ainsi hantés par l’angoisse de l’impuissance et remettent en question leur masculinité quand leur corps n’est plus sous leur contrôle. La sexualité est le haut lieu des injonctions à la virilité : puissance phallique mais aussi génésique, désir sexuel constant, capacité à donner du plaisir, etc. La sexualité est également un outil de domination qui fait appel aux valeurs belliqueuses. Dès lors, comment construire son identité en dehors de ces schémas ? Comment les personnages réinvestissent ou renoncent-ils à une certaine sexualité et quelles conséquences sur l’identité? 

 

La maison des hommes : construction, reproduction et hiérarchisation

« Quand on est entre nous, on n’a pas à se gêner ». L’existence de lieux de l’entre-soi masculin est attestée dans de nombreuses sociétés par les historiens : clubs, cafés, chambres parlementaires, etc. Si les femmes sont parvenues à infiltrer tant bien que mal ces haut lieux de la virilité, ces derniers parviennent à se redessiner ailleurs. Cet entre-soi masculin permettrait de produire et reproduire la virilité entre les pairs tout en fabriquant de la hiérarchie entre eux : c’est aux yeux du même que l’on est validé comme « vrai » homme. L’apprentissage de la virilité se fait ainsi entre hommes, à travers des processus initiatiques : bizutage, performances physiques, « faire ses preuves », etc. Comment la communauté influe-t-elle sur la construction des jeunes hommes? Peut-on se construire contre les pairs et à quel prix?

 

 

MODALITÉS DE SOUMISSION

            Cet appel à communications s’adresse en particulier aux chercheurs travaillant en littérature d’hier à aujourd’hui, mais reste ouvert à d’autres approches disciplinaires (anthropologie, psychanalyse, histoire, histoire de l’art, philosophie, sociologie, études cinématographiques, etc.).

 

Les propositions de communication, en français, d’une page maximum, accompagnées d’une notice biobibliographique (mentionnant affiliation institutionnelle, axes de recherche et publications majeures), doivent parvenir avant le 15 février 2018 par courriel à l’adresse suivante : imposturevirile@gmail.com

 

Une publication des actes du colloque est prévue.

 

COMITÉ D’ORGANISATION

Véronique CNOCKAERT (Université du Québec à Montréal)

Émilie BAUDUIN (Université du Québec à Montréal)

Marion CAUDEBEC (Université du Québec à Montréal, Université Toulouse Jean Jaurès)

Jordan DIAZ-BROSSEAU (Université du Québec à Montréal)

Lien vers le Centre de recherche Figura

Événement – « L’histoire des bibliothèques : état de la recherche (2) »