L’Empreinte du social dans le roman depuis 1980

L’Empreinte du social dans le roman depuis 1980, sous la direction de Michel Collomb, Publications de l’Université Montpellier III, 2005, 301 pages, 18 euros. Disponible au Service des Publications de l’Université Paul-Valéry, 34199 Montpellier Cedex 05 et en librairie.

 

Peut-on parler d’un « retour du social » dans le roman depuis 1980 ? Les communications réunies dans ce volume s’interrogent sur ce qui semble être une tendance de la nouvelle littérature : les romanciers contemporains manifestent un souci de la société plus marqué que leurs prédécesseurs et évoquent plus souvent et de façon plus précise les maux qui affectent les sociétés dans lesquelles ils vivent. Alors que le roman depuis Flaubert, Kafka et Joyce avait renoncé à se concevoir comme figuration et mode de connaissance de l’histoire sociale pour s’affirmer avant tout comme fait esthétique, il semblerait qu’il retrouve aujourd’hui sa vocation historico-sociale et que même des auteurs connus pour donner le primat à la forme et à l’expression littéraires, manifestent une curiosité sociologique plus aiguë, répondant à la complexification toujours plus grande des phénomènes sociaux. En se féminisant, en promouvant des écrivains venus de la périphérie, le roman contemporain donne accès à des expériences de vie beaucoup plus différenciées qu’auparavant. Son étude ne permettrait-elle pas de distinguer les linéaments d’une interprétation du social, spécifique au genre romanesque et fondée sur des repères, qui suivent désormais des clivages inédits et expriment un imaginaire social à nouveau très vivace ? Les études réunies dans ce volume traitent d’écrivains dont la notoriété s’est imposée depuis une vingtaine d’années : Jean Echenoz, Patrick Deville, Annie Ernaux, Pierre Bergounioux, François Bon, Hervé Guibert, Marie Redonnet, Sylvie Germain, Marie NDiaye, Michel Houellebecq, Antoine Volodine, Fred Vargas, Christian Oster, parmi les auteurs français, auxquels s’ajoutent des romanciers représentatifs des nouvelles tendances du roman à l’étranger comme Botho Strauß, Mounsi, Mehdi Charef, Kristien Hemmerechts, Russell Banks, Raymond Carver, Uwe Johnson, Bernhard Schlink, Hanif Kureishi, Renan Demirkan et Chang-rae Lee. Elles constituent les actes du colloque tenu à Montpellier, en février 2004, avec le soutien du Pôle universitaire européen de Montpellier, du Conseil général de l’Hérault et du Centre d’étude du xxe siècle de l’université Paul-Valéry.

 

Avec la participation de Bruno Blanckeman, Hélène Boisson, Elisa Bricco, Isabelle Charpentier, Stéphane Chaudier, Jeanne-Marie Clerc, Michel Collomb, Philippe Marty, Jochen Mecke, Marie-Élaine Mineau, Pascal Mougin, Annie Pibarot, Isabelle Rabadi, Anne Segura, Gérard Siary, Mirjam Tautz, Florence Thérond, Jean-Bernard Vray.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.