Appel à communications Congrès de Grenoble de l’association française de sociologie, RT 27

ASSOCIATION FRANCAISE DE SOCIOLOGIE

RT27 SOCIOLOGIE DES INTELLECTUELS ET DE L’EXPERTISE :
SAVOIRS ET POUVOIRS

Appel à communication pour le 4ème congrès de l’AFS, Grenoble, 5 – 8 juillet 2011
« Création et innovation »

Création, innovation et changement intellectuels

Créations et ruptures sont au cœur des dynamiques sociales et symboliques qui caractérisent les secteurs intellectuels et de l’expertise. Dans ces différents mondes sociaux, les innovations intellectuelles constituent des facteurs importants du changement social. Pour cette raison, la sociologie des intellectuels et de l’expertise a placé les phénomènes de création et d’innovation au cœur de son analyse. Elle considère généralement que ces faits sont collectifs et sociaux plutôt que les produits du « génie » individuel ou seulement d’une différence de talent. L’enjeu, pour le sociologue, consiste d’abord à repérer et à circonscrire les phénomènes d’innovation et de création, c’est-à-dire le plus souvent à restituer les luttes entre intellectuels pour la reconnaissance du nouveau (1). Une autre démarche peut viser à distinguer diverses formes d’innovation et de création et à restituer par-là la dynamique interne des mondes intellectuels (2). On tend alors à proposer une explication du changement intellectuel dont les modèles pourront être discutés dans le cadre de ce congrès (3). L’étude de l’innovation, de la création et du changement intellectuel ne saurait cependant se limiter à celle de ses causes et de ses formes : elle doit également s’interroger sur les usages et les effets dans d’autres sphères sociales des innovations issues des mondes intellectuels ainsi que sur les modalités de leur reconnaissance dans ces sphères (4). L’innovation et la création étant devenues des mots d’ordre de plusieurs politiques publiques et cercles scientifiques ou d’expertise, il sera aussi question de s’interroger de manière réflexive sur la sociologie du discours et des politiques favorisant l’innovation et la création (5).

1. Définition et identification de la création et de l’innovation

La première question à se poser est celle de la définition de la création ou de l’innovation intellectuelle et des critères permettant d’objectiver ce phénomène. La question est d’autant plus délicate qu’en sociologie des intellectuels, ces catégories d’« innovation » et de « création » sont tout autant des catégories « indigènes » que les intellectuels utilisent pour appréhender leur propre monde, pour définir leurs propres activités, que des catégories savantes permettant de décrire ce monde et ces pratiques de l’extérieur. Tout travail de définition ou d’objectivation du changement intellectuel passe donc par une étude des usages au sein des champs de production culturels des différentes catégories destinées à en rendre compte (« création », « innovation », « avant-garde », « révolution », « progrès », « avancée », etc.).

Tout effort de définition et de mesure de la création ou du changement intellectuel se trouve en outre confronté à la difficulté que la reconnaissance du caractère innovant d’une production littéraire ou philosophique, scientifique ou experte, constitue un enjeu de luttes au sein des champs de production culturels et que le sociologue risque de se transformer à son insu en arbitre de ces luttes s’il ne prend pas d’abord celles-ci pour objet d’analyse. En étudiant des questions aussi variées que les pratiques de citations en milieu académique, les processus d’entrée dans le « canon » littéraire ou philosophique des écrivains ou essayistes (via les dictionnaires et les encyclopédies mais aussi les histoires), l’effet de marquage que peut opérer l’inclusion dans une revue ou dans une collection réputées avant-gardistes, les logiques sociales d’attribution des prix et récompenses littéraires ou scientifiques ou encore la caractérisation des innovations dans le monde politique ou administratif, on pourra se demander à travers quelles modalités une œuvre ou un auteur, un individu ou un groupe, en viennent à être reconnus comme innovants par rapport à leurs prédécesseurs ou contemporains. Mesurer l’innovation à partir de la renommée ne permet toutefois pas de distinguer l’innovation de sa reconnaissance sociale, et interdit par conséquent de poser certaines questions comme celle des facteurs qui favorisent la réussite ou l’échec d’une innovation intellectuelle. On pourra par conséquent tenter aussi d’élaborer d’autres critères afin d’objectiver création et innovation intellectuelles.

2. Les formes de l’innovation en matière intellectuelle

Un deuxième ensemble de questionnements touche ici aux formes prises par l’innovation intellectuelle. On pourra tout d’abord se demander qui sont les agents du changement intellectuel et s’il est possible d’isoler des propriétés sociales ou des profils de carrière spécifiques qui les distingueraient. On pourra aussi interroger à travers des études de cas la thèse, classique depuis Merton, d’une propension plus grande à innover chez les outsiders ou marginaux au sein d’un champ (femmes, jeunes, étrangers, exilés, etc.) que chez ses membres les plus établis. De même, on pourra se demander si l’innovation théorique est d’abord le fait des agents multi-positionnés, situés autrement dit à la conjonction de plusieurs espaces sociaux ou disciplinaires et donc mieux à même d’opérer des hybridations dans le domaine théorique. On pourra également s’interroger sur les facteurs sociaux qui expliquent dans le contexte français la proximité plusieurs fois observée entre avant-gardes théoriques, artistiques et politiques. Les relations entre engagement politique et innovation ou avant-garde culturelle et intellectuelle seront particulièrement intéressantes à analyser.

On pourra également décrire les trajectoires qu’épouse le changement intellectuel, qu’elles s’apparent à une série de déplacements graduels ou au contraire à une rupture séparant clairement un avant et un après. Il est courant, depuis Schumpeter, de distinguer deux degrés distincts de l’innovation. Faut-il se présenter le changement intellectuel comme un processus continu ou, au contraire, comme une série de ruptures ou révolutions faisant se succéder desépistémè ou paradigmes incommensurables entre eux ? Le changement s’apparente-t-il à une accumulation de connaissances nouvelles ou au contraire à un retour cyclique des mêmes couples d’oppositions ? Peut-il se lire en termes générationnels, les nouveaux entrants au sein du champ cherchant, en proposant de nouvelles avant-gardes, à rendre caduques ou obsolètes les avant-gardes d’hier, désormais consacrées ? On pourra de même étudier comment s’exprime au sein des sciences humaines et sociales la tension entre un modèle, calqué des champs de productions artistiques, et fait de révolutions symboliques successives, et celui, emprunté aux sciences de la nature, fonctionnant par addition d’innovations locales dans un cadre qui se veut cumulatif.

3. Expliquer le changement intellectuel

Peut-on ensuite identifier des facteurs sociaux, plutôt que les seuls acteurs, qui présideraient à l’innovation voire au changement intellectuel ? Ceux-ci peuvent être envisagés à un niveau local, celui des interactions au sein des communautés d’artistes, d’écrivains, d’experts ou de chercheurs, comme au niveau plus vaste de la morphologie du champ intellectuel (effectifs, barrières à l’entrée, procédure d’évaluation, concurrences entre  disciplines etc.), ou des rapports économiques, sociaux ou politiques plus globaux. Il s’agira notamment de se demander comment peuvent être articulés des modèles explicatifs endogènes et des modèles privilégiant des facteurs exogènes. On pourra bien sûr revisiter ces modèles classiques à partir d’études de cas nouvelles, en se demandant par exemple ce que les crises économiques, les guerres, ou les changements de régime font à l’activité intellectuelle.

On tentera donc également de réfléchir aux processus plus graduels de changement intellectuel pouvant se réaliser à la faveur de jeux intellectuels plus routinisés et dans des conjonctures plus stables, mais conduisant sur le temps long à des changements tout aussi décisifs. On pourra par exemple se demander ce que ce changement graduel et continu doit aux dynamiques internes au champ intellectuel (jeu des luttes propres à chaque champ, concurrence entre disciplines, intensification des échanges culturels transnationaux etc.), aux dispositifs techniques ou économiques qui encadrent ces dynamiques (effet sur les biens intellectuels produits de la concentration accrue du secteur de l’édition, des transformations de la division du travail intellectuel ou de ses modes de financement par exemple), et à la réfraction au sein du champ de transformations socio-politiques plus larges (par exemple : effets sur la vie intellectuelle du déclin des partis communistes dans différents pays, ou des transformations des rapports sociaux de sexe, etc.)

4. La diffusion de la création et de l’innovation intellectuelles

Si l’on peut étudier quels facteurs sociaux favorisent la création intellectuelle, il faut aussi se demander, en sens inverse, ce que la création et l’innovation intellectuelles font au social, c’est-à-dire comment elles se diffusent d’un espace à l’autre et quels en sont in fine les effets. Le travail d’enquête suppose alors de se donner des indicateurs afin de retracer la circulation de ces innovations qui peuvent se matérialiser sous forme d’instruments bien identifiés (vaccins, logiciel informatique, mode de taxation…), mais aussi épouser des formes beaucoup plus « molles » et diffuses (circulation de concepts, catégories, cadres intellectuels ou idéologiques nouveaux). Qu’on parle de la « postérité politique de Marx », de la « révolution keynésienne », ou du « tournant néo-libéral », il est courant de décrire au prisme de paradigmes intellectuels les grandes scansions politiques de l’histoire et les politiques mises en œuvre par les gouvernements. On pourra par conséquent se demander quels facteurs favorisent la réussite dans d’autres espaces sociaux de certaines théories nouvelles, quand d’autres sembler demeurer objet de discussion entre savants.

À quelles conditions une production théorique ou littéraire nouvelle est-elle socialement utile ? Quelles logiques président aux usages profanes des sciences humaines et sociales ? À travers quels schèmes et catégories ces « profanes » s’approprient-ils ces productions savantes ou littéraires ? Quel est le rôle joué par les producteurs eux-mêmes dans la diffusion de leurs travaux ? Quels modèles d’intervention s’offrent à eux dans les différents espaces sociaux (expertise, publication de tribunes, signature de pétitions, engagement dans un parti ou une élection) ? Quel rôle jouent dans la diffusion des innovations intellectuelles les médiateurs que sont les éditeurs, libraires, journalistes, traducteurs etc. ?

5. L’expertise sur l’innovation et la création

L’innovation et la création ne sont pas seulement des mécanismes opérant dans les mondes intellectuels ; ils représentent également des objets d’expertise et de discours sur le monde social. Aux échelles locales, nationales et internationales, l’innovation et la création sont en effet devenues des mots d’ordre de l’action publique. On prête généralement aux secteurs qui les portent des vertus dans la croissance économique. On organise des politiques urbaines pour concentrer les entreprises et les individus qui interviennent pour créer ou pour innover. L’appel à la créativité est également un outil de management et il existe un ensemble de discours scientifiques et experts sur les « villes créatives », les « industries créatives » et même les « classes créatives ». On sera donc amené à réfléchir sur la socio-genèse de ces discours et de ces politiques ainsi que sur leurs protagonistes, leurs raisons d’être et leurs limites éventuelles.

Toutes ces thématiques sont indicatives. Les communications traversant plusieurs des cinq points qui viennent d’être évoqués sont bienvenues, leur séparation n’étant ici proposée qu’à titre d’exemple. Par ailleurs, les propositions s’inscrivant dans les autres axes du réseau thématiques 27 seront également prises en comptes. Ces axes peuvent être consultés à l’adresse suivante :http://www.socio-intellectuels.msh-paris.fr/?page_id=187. Enfin, toutes les sessions sont ouvertes à tous, sans restriction de statut ou de domaine de recherche. Sont donc invités à y participer tous les sociologues, qu’ils soient enseignants, doctorants ou chercheurs confirmés, travaillant dans des organismes publics, des sociétés d’études, des administrations ou des entreprises.

Les propositions de communications comprendront un titre et quelques mots clés et ne dépasseront pas 1500 signes (espaces compris). Merci d’indiquer : nom, prénom, adresse électronique, institution d’attache. Ces propositions devront parvenir à l’adresse suivante (socio-intellectuels@gmail.com) AVANT LE 23 JANVIER 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.