Séminaire – “Sacralisation mémorielle. Approches littéraires”

EA 3943 – ECRITURES                                                 

Programme 5 : Sacralisation mémorielle (novembre 2013- mai 2014)

Deuxième séance : le 11 avril 2014

Approches littéraires

De 14h à 17h30, UFR ALL (Metz), A41

 

Présentation (30 min) + échanges

14h – 14h 30. Raymond MICHEL 

La sacralisation  esthétique : le cas de la littérature

L’observation la plus banale et la plus ordinaire nous montre que nos musées sont devenus nos  temples, nos œuvres d’art nos fétiches, nos stars médiatiques nos idoles. Tout le monde se souvient du scandale provoqué, à la fondation Lambert à Avignon, le 19 juillet 2007, par une artiste, Mme Rindy Sam, auteur d’un acte transgressif « impardonnable ». En effet, celle-ci, par un « geste d’amour incontrôlé », ou en mal de notoriété, a osé embrasser un monochrome blanc de Cy Twombly, en y laissant l’empreinte rouge de ses lèvres. Scandale, mais aussi procès ; au terme de celui-ci, elle a été condamnée par le tribunal correctionnel d’Avignon, le 16 novembre 2007, à verser 1000 euros de dommages et intérêts au propriétaire de la toile qui réclamait 2 millions d’euros, 400 euros de frais de restauration, 500 euros à La Fondation Lambert et 1 euro symbolique à l’auteur.

De même, pour ne citer que des exemples récents et peut-être plus sérieux, on a vu toute la communauté occidentale – parfois plus discrète et plus tolérante quand il s’agit de vies humaines ou des conditions d’existence, si l’on peut dire, de certaines populations – s’élever contre la destruction des bouddhas de Bâmiyân, s’alarmer du sort des collections des musées de Baghdâd ou de Damas, et craindre, fiévreusement, la destruction des mausolées et des manuscrits de Tombouctou. Ces exemples montrent que nous avons un rapport aux objets esthétiques, qui après tout ne sont que des choses parmi les choses, et à l’usage que nous en faisons une distance et une vénération qui sont propres au sacré.

De la même façon notre rapport à « La Littérature » – à L’Absolu littéraire, pour reprendre les mots de Jean-Luc Nancy et Philippe Lacoue-Labarthe – résulte, lui aussi, d’un long processus de sacralisation, que Paul Bénichou, dans Le Sacre de l’écrivain,  a bien mis en évidence. Il paraît donc utile, en restreignant notre champ d’investigation à la littérature, de nous interroger sur cette sacralisation esthétique : En quoi elle diffère de sa consœur religieuse ? Quels sont les gestes qui la constituent ? D’où émane l’impression de sacralité inhérente aux expériences esthétiques, en l’occurrence la lecture littéraire ? Nos modes de consommation postmodernes – où la notion  de fonctionnement devient plus importante que celle de « signification », de « représentation » ou d’« expression » – ne mettent-elle pas à mal cette sacralisation ? La sacralisation des expériences esthétiques ne peut-elle pas, néanmoins, apparaître comme une résistance à opposer aux différents flux qui traversent notre société et la privent de toute transcendance ?

Il nous semble que le recours aux travaux de certains anthropologues (Alfred Gell, Philippe Descola, entre autres) nous permettent de répondre à de telles questions – ou, du moins, de les mettre en perspective.

15h – 15h30. Sébastien MORT

Sacralisation mémorielle en politique aux Etats-Unis : les Pères Fondateurs comme figures du sacré dans le discours des conservateurs américains

Le phénomène contemporain de célébration des racines et des origines de la nation américaine donne lieu à un processus de mythification du moment révolutionnaire et de la figure des Pères Fondateurs. Ce phénomène, apparu concomitamment à la résurgence et l’affirmation du conservatisme dans les sphères politique et médiatique, semble être principalement le fait des conservateurs, qui se posent comme garants du projet initial des Pères Fondateurs et de l’intégrité de la Constitution.

C’est ce processus, et plus particulièrement l’effort des médias et commentateurs conservateurs pour naturaliser au sein de la société américaine une idéologie initialement à la marge, que se propose d’analyser cette communication.

16h – 16h30. Dominique RANAIVOSON 

Les prix littéraires comme forme de sacralisation : une réflexion à partir de Sylvie Ducas : La littérature à quel(s) prix? Histoire des prix littéraires (Paris, La Découverte, 2013)

Sylvie DUCAS montre en quoi les prix littéraires, en tant qu’instances officielles de consécration, tantôt sacralisent tantôt désacralisent les écrivains. La perspective historique lui permet d’avoir le recul sur les trajectoires des primés du XXè siècle.

Conclusions + Divers : 17h-17h30


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.