Annonce – Séminaire: “Écrivains juifs de langue française”

Ecrivains juifs de langue française

Séminaire proposé par Maxime Decout et Nelly Wolf

Séance 3 : « Le silence des Trente Glorieuses »

Mercredi 16 avril 2014 de 17h à 19h

L’après-guerre s’ouvre une période d’amnésie et de refoulement mémoriel qui
pèsent sur l’expression de la judéité en littérature. Les voix du judaïsme
oriental (Albert Memmi) se fondent dans les problématiques de la
décolonisation ; celles du monde ashkénaze sont confinées au témoignage sur
les camps et l’extermination (Schwartz-Bart, Wiesel). A la fin des années 60,
cette période s’achève. La génération née après la guerre (Modiano, Raczymow)
renoue les fils rompus d’une écriture juive.  Les œuvres de Perec, Doubrovsky
ou Gary évoluent : alors qu’auparavant la judéité y était cryptée ou passée
sous silence, elles  s’ouvrent désormais à l’évocation d’une mémoire trouée et
d’une identité inquiète.

Pour éclairer ces évolutions, la séance s’organisera dans un premier temps
autour de l’écrivain Henri Raczymow, qui parlera de son œuvre. Dans la seconde
partie, Claude Burgelin présentera Georges Perec dont il fut l’ami et auquel
il a consacré de nombreux travaux.

Intervenants

Henri Raczymow, écrivain (dernier ouvrage  paru : Un garçon flou, roman,
Gallimard, 2014)

Claude Burgelin, professeur émérite de littérature contemporaine à
l’université Lyon 2

Université Charles de Gaulle-Lille III, Maison de la recherche, salle F042

Rue du Barreau
59653 Villeneuve d’Ascq Cedex

Informations : nelly.wolf@wanadoo.fr  maximedecout@yahoo.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.