Appel à contribution – « La singularité », n° 34 de Tracés. Revue de sciences humaines

From: Christelle Rabier [mailto:christelle.rabier@gmail.com]

 Chères et chers collègues

  Veuillez trouver

ici

un appel à contributions pour le n°34 de la revue Tracés, intitulé « La singularité » et dirigé par Samuel Hayat, Judith Lyon-Caen et Federico Tarragoni.

 La revue reçoit et évalue des articles en anglais, même si la publication in fine suppose la traduction en français de l’article accepté pour la publication papier.

 La date limite d’envoi des propositions de contribution est fixée au 15 avril 2017, et celle d’envoi des articles au 1er juin 2017.

 Cordialement,

 Christelle Rabier, pour Tracés

 Résumé

Le numéro 34 de la revue Tracés accueillera des contributions portant sur la question de la singularité, telle qu’elle est saisie par les sciences humaines et sociales. La singularité, définie ici comme l’unicité d’individus en relation avec d’autres individus également autonomes, mais non interchangeables, se trouve en effet au cœur de plusieurs phénomènes d’importance. D’abord, la singularité donne lieu à de fortes controverses épistémologiques sur les manières de construire et d’étudier les cas singuliers en sciences humaines et sociales. Ensuite, la singularité et sa critique sont au centre de certaines pratiques sociales spécifiques, en particulier dans les domaines de l’écriture, de la culture, de l’art. Enfin, la singularité peut apparaître comme un élément central de processus sociohistoriques caractéristiques de la modernité dite occidentale. Les contributions attendues pourront se saisir de tout ou partie de ces questionnements, dans une optique théorique et/ou empirique.

Argumentaire

Les sociétés contemporaines sont travaillées par la question de la singularité, comme idéal de réalisation de soi, comme système de représentations à travers lesquelles les individus se construisent, comme agrégat de valeurs et de normes spécifiques, poussant à l’authenticité, à la différence, à l’épanouissement. De ce point de vue, la singularité prolonge, accentue et déplace la dynamique d’individualisation, mise en lumière par l’anthropologie comparatiste de Louis Dumont, qu’ont connue les sociétés modernes occidentales entre les XVIIIe et XIXe siècles (Dumont, 1983). Dans ces sociétés, l’individu a acquis, en tant qu’individu, une place de plus en plus centrale dans l’organisation sociale, sous les espèces d’une égalisation des conditions et des droits et d’une centralité nouvelle de l’autonomie individuelle dans la plupart des sphères sociales – la famille, l’école, la vie professionnelle, la religion. Cependant, lorsqu’on parle de singularité, on fait référence à quelque chose de plus spécifique au sein de cette dynamique fondamentale : de manière provisoire, on peut dire que la singularité met l’accent sur l’unicité d’individus en relation avec d’autres individus également autonomes, mais non interchangeables (à la différence par exemple des individus considérés par les modèles d’économie néoclassique ou par l’individualisme méthodologique). En conséquence, la valorisation de la singularité conduit, dans sa focalisation sur l’individu singulier, à l’impératif de cultiver sa différence par rapport à autrui dans une démarche visant à « trouver le sens de son existence dans la différence par rapport aux autres » (Rosanvallon, 2013, p. 359). Jeu de l’égal et du différent, du même et de l’autre, de l’unique et du multiple, la singularité est au centre d’analyses et d’interrogations contemporaines dont ce numéro de la revue Tracés entend se faire l’écho.

Suite de l’argumentaire Le Service des Technologies de l’Information de l’UdeS veut vous mettre en garde contre « traces.hypotheses.org » qui semble être une tentative de fraude envers ici : https://traces.hypotheses.org/1713


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *