Séminaire – Transferts culturels 13 janvier 2017 La Grèce au prisme de l’Europe occidentale

Chers collègues,
la prochaine séance du séminaire Transferts culturels, consacrée à La
Grèce au prisme de l’Europe occidentale, aura lieu le 13 janvier 2017 de
9h30 à 12h30 en salle Pasteur (salle de philosophie), au premier étage
du Pavillon Pasteur (Ecole normale supérieure 45 rue d’Ulm). Le
programme figure ci-dessous. Celui de l’année est consultable sur le
site de l’UMR 8547: http://129.199.13.46/spip.php?rubrique198
Avec nos bien cordiales salutations,
Michel Espagne, Pascale Rabault-Feuerhahn, Anne-Marie Thiesse

13 janvier 2017 / La Grèce au prisme de l’Europe occidentale

Ourania Polycandrioti, Athènes : Traductions, éditions et transferts
culturels en temps de crise. Le cas de la France et de la Grèce pendant
les années 1940-1975

Le rôle particulier des institutions, des professeurs, des traducteurs
et des éditeurs en tant que vecteurs culturels est évident pour
quiconque étudie les transferts culturels. L’importance de ces
médiateurs en ce qui concerne la diffusion des oeuvres littéraires et
des idées, la formation du contexte et des images de réception, ainsi
que les politiques de traduction, les politiques
éditoriales et culturelles devient d’autant plus significative pendant
les périodes de crise (guerres, crises sociales et politiques,
dictatures etc.), au cours desquelles les censures diverses, les
interdictions ainsi que les choix éditoriaux apportent des dimensions
nouvelles aux multiples interactions culturelles (politisation de la
littérature, manipulations et appropriations diverses, corrélations
idéologiques, constitution de réseaux, etc.). Nous nous proposons
d’approfondir ces questions en mettant en lumière les rapports entre la
France et la Grèce, pendant la période mouvementée des années 1940-1975,
et notamment en étudiant le rôle des institutions telles
que l’Institut français et l’École française d’Athènes ainsi que les
activités de certains personnages tels que Roger Milliex, Robert
Levesque, Jean Ballard, et d’autres.

Sandrine Maufroy, Paris : L’hellénisme de Wilhelm von Humboldt

L’exposé sera une présentation de l’ouvrage paru aux éditions Demopolis
L’hellénisme de Wilhelm von Humboldt et ses prolongements européens, qui
regroupe des interprétations et une traduction des principaux textes de
Humboldt consacrés à la Grèce. La mise en évidence d’une présence
grecque en Allemage et d’une présence de la Grèce allemande en Europe
est liée au nom de Humboldt, dont les relations avec des philologues et
des archéologues méritent d’être particulièrement analysées : Christian
Gottlob Heyne, Friedrich August Wolf, Friedrich Gottlieb Welcker, August
Boeckh ou encore Heymann Steinthal. Les sciences de l’Antiquité,
l’histoire de l’art et la pratique des beaux-arts sont marquées par la
pensée néo-humaniste. Chez Humboldt, celle-ci s’accompagne d’une
activité traductrice ; il s’est lui-même longuement employé à traduire
Pindare et Sophocle et a développé des réflexions théoriques sur la
traduction. Etude de la langue grecque et réflexion linguistique sont
liées chez Humboldt : c’est aussi comme linguiste qu’il reste dans
l’histoire intellectuelle allemande, et l’étude de son rôle dans la
fondation de cette discipline implique de comprendre le passage de
l’unicité grecque à la pluralité des langues naturelles. La Grèce de
Humboldt est certes la Grèce antique, mais elle inclut aussi une
attention aux périodes postérieures à la période classique, jusqu’à la
Grèce moderne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.