Parution – numéro de revue sur la (dés)identification de la figure de l’artiste

Bonjour,

Nous sommes heureux de vous annoncer la parution du dernier numéro de la revue Proteus consacré à la (dés)identification de la figure de l’artiste faisant suite au colloque organisé à l’université de Lorraine en partenariat entre l’EA Écritures et l’ED APESA de l’université Paris1. Le numéro, avec édito et introduction au dossier, est téléchargeable gratuitement en pdf à :  http://www.revue-proteus.com/Proteus14.pdf.

Vous pouvez aussi télécharger les articles indépendamment en naviguant depuis la page des numéros parus : http://www.revue-proteus.com/parus.html.

Enfin, vous trouverez ci-dessous le sommaire du numéro ainsi que l’édito,

En vous souhaitant une bonne lecture,

Cordialement,

Phoebe Clarke et Bruno Trentini

Sommaire

(dés)identification de la figure de l’artiste

La figure de l’artiste et la valorisation du stigmate – introduction au dossier

Phoebe Clarke et Bruno Trentini 4

L’artiste pauvre : identité sociale et artistique

Phoebe Clarke (Université Paris i, Acte) 8

Mike Kelley et la (dé)construction identitaire

Clara Guislain (Université Paris I-HiCSA) 16

Figures de l’artiste et reconnaissance de l’expérience esthétique selon les milieux sociaux – Pour un nouveau paradigme de la culture et de l’art

Fabrice Raffin (Université Picardie Jules Verne – Habiter le monde) 24

Art et identité – Cas chinois et leçons théoriques à en tirer

Frédéric Le Gouriérec (Université de Poitiers-CRIHAM) 32

La défiguration des identités artificielles dans l’œuvre littéraire et picturale de Percival Everett

Edina Zvrko (Université Paris 8-Littérature, Histoire, Esthétique) 42

Makhubu, Seriti Se, Basupa Tsela – Où nous en sommes selon Lerato Shadi

Katja Gentric (University of the Free State de Bloemfontein/Centre Georges Chevrier

de l’université de Dijon) 51

Identité de l’artiste / Altérité de l’œuvre – Trois « portraits »

Paul Bernard-Nouraud (EHESS, Cral) 65

Hors-thème

International with monument : l’affaire Koons

Miguel Egaña (Université Paris i, Acte) 81

Édito

La Renaissance et Léonard de Vinci, notamment pour déconstruire le modèle de l’artiste-artisan, ont décrit l’art comme cosa mentale. Cette idée a concomitamment lutté contre celle de l’artiste inspiré par les dieux ou les muses que décrivait déjà Platon dans son Ion. Les siècles qui ont suivi, et le xviiie siècle en particulier, ont toutefois réhabilité ces discussions par le biais du thème du génie. Ainsi quelque chose échappe à nouveau à l’artiste, qui ne peut ni acquérir ni enseigner ce qui fait son artisticité, et ce quelque chose renvoie à ce qui dépasse les hommes : la nature et Dieu. Or, avec la relative déchristianisation des sociétés occidentales, l’artiste a perdu sa spécificité et a dû rechercher une nouvelle source d’inspiration – la source divine semblant parfois tarie. Ce changement accompagne une nouvelle manière de penser la place de l’artiste au regard des œuvres d’art, comme si la désacralisation de la création artistique permettait une meilleure consécration de l’artiste. L’hagiographie vasarienne des artistes est devenue une mythologie barthesienne.

Cette petite histoire de l’artiste, brossée à grands traits, doit être mise en relation avec toutes les autres descriptions – plus ou moins originales et fantasques – dont les artistes ont été affublés : être inspiré des dieux et génial, c’est une chose, mais l’artiste évoque aussi une forme de folie, de dépression mélancolique, de marginalité ou encore de mégalomanie. À toutes ces facettes s’ajoute encore le mythe persistant de l’artiste maudit et pauvre jusqu’à sa mort – qui cohabite très bien avec celui de l’artiste riche sans aucun mérite.

Autant l’identité sociale de l’artiste semble plurielle et contradictoire, autant la volonté de la ranger dans une boîte bien étiquetée est claire et singulière : les artistes n’échappent pas aux démarches d’Othering et de marginalisation. C’est précisément ce processus de stigmatisation telle que l’a théorisé Erving Goffman et sa proximité aux démarches visant à donner une définition de l’artiste que questionnent ce numéro 14 de la revue Proteus. Si tant est que cette démarche définitionnelle a été pertinente, l’est-elle encore ? Les nombreuses formes artistiques rendent-elles seulement difficile ou totalement impossible toute tentative de subsumer les artistes sous un trait identitaire commun ? Avant d’essayer de le faire, il est important d’interroger les présupposées et les éventuelles conséquences épistémiques de cette démarche analytique qui, nécessairement, court le risque d’être réductrice. Aussi, même si là n’est pas le but qu’elle vise, elle peut donner l’illusion d’expliquer de manière déterministe ce qui fait que telle personne est ou n’est pas artiste.

Au-delà et en-deçà de la (dés)identification de la figure de l’artiste et de son rôle au regard de la société, les articles de ce numéro se saisissent également d’identités plus restrictives et revendiquées par les artistes – identités qui peuvent avoir un impact sur l’œuvre et sa réception.

Phoebe Clarke et Bruno Trentini


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.