Archives de l’auteur : mariannebg

Conférence – « Transnational and Transmedial circulation of literature »

Bonjour,

veuillez trouver ci-dessous et en PJ le programme de ce colloque. Les inscriptions à l’IEA doivent se prendre auprès de tristan.leperlier@gmail.com.

Cordialement,

Tristan Leperlier

PS:

The Transnational and Transmedial Circulation of Literature

 

Conference Programme

 

 

 

January 22, 2018. EHESS, 105 Bd Raspail. 75006 Paris. Amphitheater François Furet.

 

 

17:00 Introduction : Gisèle Sapiro and Tristan Leperlier

 

 

17:10-17:40 – David Damrosch (Harvard), “Vérité cinématique: Reality effects in transnational and global literature and film”. Chair : Jean-Marie Schaeffer

17:40-19:00 – Round-table : Elleke Boehmer, Stefano-Maria Evangelista, Laura Marcus, Tiphaine Samoyault. Moderators : Gisèle Sapiro and Jean-Marie Schaeffer

 

Dinner at Le Charivari, 143 Boulevard Raspail.

January 23, 2018. Institute of Advanced Studies of Paris, 17 Quai d’Anjou, 75004 Paris

 

Morning session

The circulation of literature in (post)colonial and/or authoritarian contexts.

Chair and discussant : Elleke Boehmer (Oxford)

 

9:30-11:00

 

Claire Ducournau (Univ. Montpellier), “African literary festivals and world literature: from the map to the territory”

 

Madeline Bedecarré (EHESS), “Fake Internationality? Prizes and the Circulation of Francophone African Authors”

 

Laura Pennacchietti (University of Manchester), “Postcolonial writers in the global literary marketplace: the case of Italy”

 

Coffee break

 

 

 

11:15-12:45

 

Laetitia Zecchini (CNRS), “What Filters through the Curtain»: Reconsidering ‘Indian’ modernism, travelling literatures, and little magazines in a Cold War context”

 

Analia Gerbaudo (UNL), “The import of theories in the field of literary studies (Argentina, 1976-1986): between clandestine and institutional practices”. 

 

Sadia Agsous (EHESS), “Palestinian Translators of Hebrew Literature: Translation as a Social Practice and a vehicle for cultural exchange”.

 

 

Lunch at L’Orangerie, 28 rue Saint-Louis en L’ile.

Afternoon session

Translatio: from text to images.

Chair and discussant: Laura Marcus (Oxford)

 

14:00-15:30

 

Delia Ungureanu (University of Bucarest), “The Surreal Real: Proust, Woolf, and World Cinema”.

 

Clara Royer (CEFRES, Prague), “Novels are written to God, scripts are sent to a director… » Imre Kertész as the scriptwriter of Fatelessness”.

 

Alexis Brown (Oxford): “Constructing National Film through Literature: Contemporary British Adaptation”.

 

Coffee break

 

15:45-17:15

 

Dominic Davies (Oxford), “Comic, City, Archive: Public Space, Private Lives and Post-War Reconstruction in Recent Lebanese Graphic Memoirs”.

 

Diana Roig (Open University of Catalonia), “Transnational Translation Policies in the Interwar Period (1925-1946): The International Institute of Intellectual Cooperation and Its Agents.”

 

Lilas Bass, Delia Arribas Guijarro, Tristan Leperlier, Gisèle Sapiro (EHESS), “Literary agents as cardinal intermediaries of World Literature”.

 

 

17:15-17:45 : Discussion introduced by Vered Shemtov (Stanford), and concluding remarks by Stefano-Maria-Evangelista and Gisèle Sapiro.

The transnational and transmedial circulation of Literature(2)

Conférence – « Édition critique et contraintes de collection. L’exemple de la Bibliothèque de la Pléiade »

Chers collègues, chers étudiants,
 
Lundi 29 janvier 2018 de 15h30 à 17h30, le centre de recherche Figura et l’équipe Travaux sur les arts du roman auront le plaisir de recevoir Gilles Philippe (U. de Lausanne) pour une conférence intitulée : « Édition critique et contraintes de collection. L’exemple de la Bibliothèque de la Pléiade ».
La séance sera animée par Jane Everett.

Attention, un changement de salle a eu lieu: la conférence se tiendra salle 738 du pavillon Leacock à l’U. McGill.

Gilles Philippe est professeur de linguistique française à l’Université de Lausanne. Ses travaux portent sur l’histoire des imaginaires langagiers et des pratiques stylistiques aux xixe et xxe siècles. Il est notamment l’auteur de Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française (1890-1940) (Gallimard, 2002), Flaubert savait-il écrire ? Une querelle grammaticale (1919-1922) (Ellug, 2004), Le Français, dernière des langues. Un procès littéraire (PUF, 2010), Le Rêve du style parfait (PUF, 2013) et French Style. L’accent français de la prose anglaise (1880-1930) (Les Impressions nouvelles, 2006). Ses travaux portent par ailleurs sur la génétique textuelle, et il collabore régulièrement à la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard), pour laquelle il a édité des récits de Georges Bataille et d’Albert Camus (2004 et 2008), ainsi que des pièces et des textes autobiographiques de Jean-Paul Sartre (2005 et 2010). Il a également dirigé pour cette collection les Œuvres complètes de Marguerite Duras (4 t., 2011 et 2014) et préfacé l’édition des Œuvres romanesques de Georges Bernanos (2015).

Parution – Louis Wiart, « La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique »

La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique 

Louis Wiart

 

Paris, Presses de l’ENNSIB

ISBN : 979-10-91281-97-3

Pages : 352

Prix : 29,00 €

 

Un grand nombre de sites web se présentent aujourd’hui comme des services de réseautage social dédiés au livre.
Quels sont les publics qui les fréquentent, quels sont leurs usages ? Quels sont les acteurs engagés dans ce domaine d’activité, quelles sont leurs stratégies et leurs modèles économiques ?
Telle est l’ambition centrale de cet essai : appréhender la prescription littéraire dans le contexte historique, technique, social et économique qui marque son inscription dans l’industrie du livre à l’heure du web social.

Louis Wiart a soutenu en 2015 une thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13, consacrée aux réseaux sociaux littéraires et à la prescription de livres sur Internet. Il est actuellement titulaire d’une chaire en communication et professeur à l’université libre de Bruxelles. Il est aussi membre associé du Labex ICCA et du LabSIC à l’université Paris 13.

 

TABLE DES MATIERES 

Sommaire

Introduction générale

Partie I. Cadre théorique et méthodologique

  • Introduction
  • Chapitre I. Définition et caractéristiques des réseaux socionumériques de lecteurs
  • Chapitre II. La prescription littéraire et ses implications économiques
  • Chapitre III. Méthodologie et démarche de recherche

Partie II. Analyse des conditions de l’offre de prescription

  • Introduction
  • Chapitre I. Le fonctionnement des réseaux : approche historique et technique
  • Chapitre II. Le marché de la prescription littéraire en réseaux

Partie III. Analyse des conditions de la demande de prescription

  • Introduction
  • Chapitre I. Le public et les usages des réseaux socionumériques de lecteurs
  • Chapitre II. La distribution des activités prescriptives

Conclusion
Bibliographie
Annexes
Liste des illustrations
Lire l’introduction sur le site de l’éditeur. 

 

Responsable : Elisabeth Noël
Adresse : Publications,Presses de l’Enssib, 17-21 bd du 11 Novembre 1918,69623 Villeurbanne cedex

Événement – « Champs littéraires et intellectuels en révolution »

Appel à communication – « La commande (XIIIe-XVIIe s.) : acteurs, contrats et productions »

Appel à communication : « La commande (XIIIe-XVIIe s.) : acteurs, contrats et productions »

 

Le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de l’université de Tours (UMR 7323) s’associe à l’Unité de recherches Transitions. Moyen Âge et première Modernité de l’université de Liège et au laboratoire Trame (Textes, représentations, archéologie et mémoire de l’Antiquité à la Renaissance) de l’université de Picardie pour organiser des rencontres doctorales internationales en trois volets.

Les premières rencontres, Transition(s) : concept, méthodes et études de cas (XIVe-XVIIe s.), se tiendront à Liège les 30 et 31 janvier 2018. À Amiens, les 29 et 30 mai, aura lieu le deuxième volet Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe-XVIIe s.). Le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance organisera le troisième volet de ces rencontres les 10 et 11 juillet 2018 autour du thème de « La commande (XIIIe-XVIIe s.) : acteurs, contrats et productions ».

Toute production peut être interrogée à l’aune de la commande dont elle a fait l’objet. Les conditions de commande d’œuvres à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne ont donné lieu à des études relativement nombreuses dans le domaine de l’histoire de l’art. L’approche pluridisciplinaire de nos rencontres doctorales nous invite à élargir ces questionnements en nous penchant sur les différents types de productions artistiques, qu’elles concernent la peinture, la sculpture, l’architecture, la musique, le théâtre, la danse, la littérature ou la philosophie. Les contributions porteront sur tous ces types de productions, matérielles ou immatérielles, pérennes ou éphémères, conservées ou non, et pourront interroger les axes de recherche suivants :

  • Les acteurs : la réflexion peut porter sur le rôle des protagonistes : commanditaires, exécutants et éventuels intermédiaires. Il convient d’interroger le statut du commanditaire : s’agit-t-il d’un individu ou d’une collectivité ? Quelles sont ses connaissances techniques, scientifiques, spécifiques au domaine en question ? La commande prend-elle place dans un cadre civil, religieux ou privé ? Le statut social, la formation ou encore l’éventuelle renommée du ou des exécutant(s) peuvent apporter des éclairages à cet axe de recherche. Enfin, existe-t-il des intermédiaires entre ces protagonistes ? Qui sont-ils et quel est leur rôle ? L’étude des rapports entre les acteurs de la commande et des réseaux ainsi constitués mérite également d’être exploitée.
  • Les contrats : La question des intermédiaires œuvrant entre les protagonistes de la commande est au cœur de cet axe de recherche. Les intervenants sont invités à questionner la nature des sources exploitées (contrats, comptabilités, correspondances, mandements, quittances, etc.). Quelles informations peuvent nous apporter ces documents produits dans le cadre de commandes privées, religieuses ou civiles ? Quelle est la nature des clauses contenues dans un contrat d’ouvrage ? Il convient de s’interroger sur les rapports économiques entretenus par les commanditaires et les exécutants. Outre ces questionnements sur les écrits, une réflexion sur les autres manières de passer commande peut être menée.
  • Les modes de production : Tous les types de production sont concernés. Par conséquent, il faut envisager d’étudier les procédés de création et de mise en œuvre. Une production commandée diffère-t-elle d’une production destinée à être proposée à la vente par d’autres canaux ? Afin d’appréhender les différents modes de production des œuvres, les interventions pourront s’intéresser à un volet plus technique concernant les modes de fabrication. Elles peuvent être présentées sous l’angle de l’histoire économique à travers l’étude des aspects matériels (matériaux, fournisseurs, gestion financière).

Modalités pratiques :

Les interventions, d’une vingtaine de minutes, s’inscriront dans des champs disciplinaires variés : histoire, histoire de l’art, littérature, philosophie, musicologie. Elles porteront prioritairement sur l’Occident de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. Les communications pourront être données en anglais, français ou italien et feront l’objet d’une publication.

Les propositions de communication, émanant de doctorant·es ou jeunes docteur·es, devront être envoyées au plus tard le 20 février 2018 (lafont_marie@outlook.com ; manon.gac@gmail.com) et contenir un résumé de 200 mots. Dans votre courriel, nous vous remercions de préciser votre parcours en quelques lignes et le sujet de votre thèse.

Colloque – « « Ceci est mon corps ». La performance d’écrivain : spectacle, stratégie publicitaire et invention poétique »

« Ceci est mon corps ». La performance d’écrivain : spectacle, stratégie publicitaire et invention poétique

31 janvier, 1er-2 février 2018

Colloque international – festival de lectures performances organisé par le centre de recherche RIRRA21 (Université Paul-Valéry, Montpellier 3) 

 

Mercredi 31 janvier : Salle des colloques 1, Saint-Charles

 

9h00 : Accueil des intervenants

Ouverture du colloque par Patrick Gilli, président de l’université Paul Valéry Montpellier 3

Mot de bienvenue de  Claude Eveno, président de la maison des écrivains et de la littérature  (MEL)

 

Séance 1 : Performances d’écrivains. Premières approches. Présidence : Marie Bourjea

9h15-10h00 Introduction par Catherine Soulier (Université Montpellier 3), Marie-Eve Thérenty (Université Montpellier 3) et Galia Yanoshevsky (Bar-Ilan University)

10h00-10h30 Alain Vaillant (Université Paris 10 Nanterre), La performance d’écrivain à l’ère de la modernité, entre communion et mystification

Pause

11h00-11h45 Interaction Pierre Alferi – Michel Murat

11h45-12h15 Jérôme Meizoz (Université de Lausanne), Nomi Nomi, à cheval sur la frontière linguistique

12h15-12h45 Jeff Barda (Université de Cambridge, Murray Edwards College), « Techniques du corps » chez quelques poètes français contemporains

Pause-déjeuner

Séance 2 Lectures et spectacularités. Présidence : Didier Plassard

13h45-14h30 Interaction Nathalie Quintane – Maxime del Fiol

14h30-15h00 Vincent Laisney (Université Paris 10 Nanterre), « Se lire entre soi ce que l’on fait ». Une scénographie de la lecture cénaculaire

15h00-15h30 Olivier Bara (Université Lyon 2), Lire son théâtre pour le faire jouer : performances de dramaturges devant le comité de lecture de la Comédie française (XIXe-XXe siècles)

Pause

16h00-16h45 Interaction Enzo Cormann – Didier Plassard

16h45-17h15 Paul Aron (Université libre de Bruxelles), Le monodrame, une éphémère tentative de lecture théâtralisée

17h15-17h45 Michel Murat (Université Paris-Sorbonne, ENS), Les poètes de la « modernité négative » : un degré zéro de la performance ?

17h45-18h15 Céline Pardo (Université Paris-Sorbonne), Dire sans lire : une leçon de lecture publique (Tarkos, cipM 1997)

 

18h30 Cocktail dînatoire

 

20h00 : Soirée de performances au théâtre de la Vignette

Avec Anne-James Chaton, Alban Lefranc, Louise Desbrusses, Camille de Toledo

 

Jeudi 1er février : Théâtre hTh

 

Séance 3 : Poétiques du corps. Présidence de séance : Laurent Berger

9h30-10h00 Benoît Cottet (Université Paris 8), Le corps, la voix, le geste et l’objet texte : Charles Pennequin et Dominique Jégou, Yoann Thommerel

10h00-10h30 Clément Dessy (Warwick University), Du corps du texte au corps de l’écrivain : l’expérience chorégraphique de la lecture

Pause

11h00-11h30 Annick Jauer (Université Aix-Marseille), La « performance de ténèbres » de Pascal Quignard

11h30-12h15 Interaction Christophe Fiat – Gilles Bonnet

 

Pause-déjeuner

Séance 4 : Dispositifs frontaliers. Présidence de séance : Florence Thérond

14h00-14h45 Interaction Jérôme Game – Catherine Soulier

14h45-15h15 Gilles Bonnet (Université Lyon 3), Qu’est-ce que la LittéraTube ?

15h15-15h45 Violaine Sauty (Université Montpellier 3, Université libre de Bruxelles), « Habiter seul la ville totale et ouverte ». Performances de l’« être-là » chez Joy Sorman, Philippe Vasset et François Bon

Pause

16h15-16h45 Agnès Blesch (Université Paris 8), Cartographie de la conférence dans la littérature française contemporaine

16h45-17h15 Valérie Nahon (Université libre de Bruxelles), Performance d’écrivain et journalisme artialisé. Sur une évolution des rapports entre presse et littérature

17h15-18h00 Interaction Muriel Pic – Sylvie Gouttebaron

 

18h30 : Collation dînatoire

 

20 heures : Soirée de performances à hTh

Avec Jean-Pierre Bobillot, Thomas Clerc, Jérôme Game, Olivia Rosenthal.

 

 

Vendredi 2 février 2018 : Site Saint-Charles, auditorium

 

Séance 5 : Stratégies publicitaires/inventions poétiques. Présidence de séance Alix de Morant

9h00-9h45 Interaction David Christoffel – Galia Yanoshevsky sur l’entretien

9h45-10h15 Elisabeth Pillet (Université Montpellier 3), « Un poète dans ses œuvres » au cabaret montmartrois : Jehan Rictus

10h15-10h45 Marion Brun (Université Paris-Sorbonne), La performance académique sous les sunlights

Pause

11h15-11h45 Adeline Wrona (Université Paris-Sorbonne), Houellebecq performeur de soi

11h45-12h30 Interaction Christian Prigent – Jeff Barda

Pause-déjeuner

Séance 6 : Remédiations et représentations de la performance. Présidence de séance : Claire Ducournau

13h30-14h00 Nana Ariel (Tel Aviv University), Modernist Types: Typography as Reading Instructions

14h00-14h30 Emmanuel Reymond (Université Paris 8), La performance au cœur d’un écosystème de publications : le cas des dispositifs poétiques

14h30-15h00 Corinne Saminadayar-Perrin (Université Montpellier 3), La littérature au corps. Histoire de ma vie de George Sand

15h00-15h30 Jan Baetens (Université de Leuven), Le personnage de l’écrivain dans le roman-photo

Pause

16h00-17h30 Table ronde « Retour sur performances » animée par Marie-Eve Thérenty. Avec Jean-Pierre Bobillot, Anne-James Chaton, Thomas Clerc, Louise Desbrusses, Alban Lefranc et Nathalie Garraud ou Olivier Saccomano, directeurs du théâtre hTh.

 

Clôture du colloque.

 

 

Responsable :

Marie-Eve Thérenty

adresse

Université Montpellier 3, Montpellier

Parution – « Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires »

Boris Gobille

Le Mai 68 des écrivains 

Crise politique et avant-gardes littéraires

CNRS

Culture & Société

2018

 


Parution – Robert Dion, « Des fictions sans fiction ou le partage du réel »

Référence bibliographique : Robert Dion, Des fictions sans fiction ou le partage du réel, Les Presses de l’Université de Montréal, collection « Espace littéraire », 2018. EAN13 : 9782760638433.

 

Notre époque a soif de réalité et les médias se chargent bien volontiers de l’étancher. À travers le fouillis des reality shows, des blogues et des confessions de toute nature, comment l’oeuvre littéraire arrive-t-elle à tirer son épingle du jeu, à fonder son droit à parler du monde comme il va ?

Il semble que la littérature, au cours des dernières décennies, ait renoué tant bien que mal avec l’idée de s’inscrire de plain-pied dans le réel, s’attachant à surmonter les clivages entre document et fiction, archive et récit, pour parvenir à une vérité qui n’est soumise ni aux clichés du roman ni à l’épreuve d’un réel impossible.

Entre « fiction sans fiction » et non-fiction tentée par les artifices de l’imaginaire, les oeuvres étudiées ici cherchent à retrouver quelque pertinence sociale en réinventant les modalités de ce réalisme qui a fait de la littérature un fantastique instrument de connaissance de l’homme et du monde.

Robert Dion est professeur au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ).

 

Table des matières

Remerciements 9

Introduction 11

Une soif de réel 12

Des fictions du réel 14

Écrire le réel 16

La personne, l’histoire, le fait divers 18

Chapitre i – Fluidités de W. G. Sebald 23

Les stratégies scripturales 25

Les stratégies réflexives 37

Chapitre ii – Un vertige nommé Jan Karski (roman) 47

Le dispositif 50

Construction fictive, construction historique 55

L’ekphrasis initiale 56

Fonctions du résumé 61

Une plongée dans l’intériorité du témoin 64

Chapitre iii – Être et n’être pas (Louis Hamelin, Hélène Frédérick) 75

Les fabrications d’Hamelin 77

Les floutages de Frédérick 86

Chapitre iv – Documenter, imaginer (Carl Leblanc) 99

Un cœur à Auschwitz, le film 102

Une fiction du réel 108

Chapitre v – ​D’une (auto)biographie l’autre (Éric Plamondon) 123

La fiction autobiographique 125

Linéarité, unicité 127

Le modèle Brautigan 134

L’ellipse, l’ekphrasis et la liste 139

Chapitre vi – Le monstrueux et le banal (Régis Jauffret) 147

Un récit de l’entre-deux 150

Une fiction sans effets réels ? 156

Les résonances éthiques 159

Chapitre vii – ​Parcours de vies : la collection « l’Un et l’Autre » 169

Un portrait 171

Un élargissement 179

La question du contemporain 183

Conclusion 195

Références bibliographiques 203 

 

Des fictions sans fiction

 

Séminaire – « La vie des œuvres !/? »

Bonjour,
Voici le programme du séminaire de recherche intitulé cette année :

LA VIE DES OEUVRES !/?

16h30 – Amphi 3, UFR ALL, Ile du Saulcy, Metz

Au plaisir de vous y rencontrer.
Roland Huesca

 

Janvier

22/01 Roland Huesca : La présence et l’effacement : « Biodrame », « Autofiction » et autres mise en « Je »

29/01 Anne Boissière : Entrer dans la danse du « manège de Petit Pierre »

 

Février

5/02 Nathalie Heinich : Axiologie des œuvres : l’art et la sociologie des valeurs 

12/02 Agnès Callu : Être amoureux de l’amour des œuvres

 

Mars

12/03 Esteban Buch : À propos de « L’Isle joyeuse » de Debussy: pour une théorie du climax

26/03 Alexandra Moreira da Silva : Comme un noyau d’olive : la langue en héritage

Parution – « Politique de l’autobiographie »

Politique de l’autobiographie Engagement et subjectivités

Sous la direction de

Jean-François Hamel,
Barbara Havercroft et Julien Lefort-Favreau

Si la critique littéraire des dernières décennies a réaffirmé avec force la fonction politique de la fiction littéraire et réactivé la notion d’engagement à propos du roman, qu’en est-il des récits non fictionnels qui reposent sur le pacte autobiographique? Cet ouvrage cherche à identifier, à travers l’examen d’une série de textes se situant à la frontière de l’espace privé et de l’espace public, les points de rencontre entre les écritures de soi et des enjeux politiques de la littérature depuis la Seconde Guerre mondiale.

En interrogeant la part politique des pratiques de subjectivation et des technologies de soi à l’œuvre dans les écritures autobiographiques, les auteurs cherchent à aller au-delà des références explicites au bruit et à la fureur de l’histoire contemporaine. Quel rapport à la vie politique entretiennent les textes qui aspirent à la transparence d’un dire vrai, à ce que Michel Foucault appelait « le courage de la vérité » ? En quoi l’écriture autobiographique, par sa fonction testimoniale, rend-elle lisibles les tensions idéologiques constitutives des subjectivités politiques ? Comment le récit de soi contribue-t-il à accroître la puissance d’agir du sujet et sa capacité de résistance aux dispositifs oppressifs du pouvoir ? Faisant la part belle à la littérature française contemporaine, ce collectif montre la diversité de stratégies d’élucidation de soi par lesquelles le sujet de l’écriture parvient à démêler le réseau de déterminations identitaires et s’efforce d’infléchir le tracé du devenir collectif.

Avec des textes de Mathilde Barraband, Yves Baudelle, Bruno Blanckeman, Simon Brousseau, Anne-Renée Caillé, Nicole Caligaris, Éric Chevrette, Laurence Côté-Fournier, Jean-François Hamel, Barbara Havercroft, Élise Hugueny-Léger, Jean-Louis Jeannelle, Audrey Lasserre, Julien Lefort- Favreau, Pascal Michelucci, Joëlle Papillon, Pascal Riendeau, Anne Roche, Françoise Simonet-Tenant et Julie St-Laurent.

 

Politique de l’autobiographie Engagements et subjectivités

Éditions Nota Bene

Collection Contemporanéités

396 p. 29,95 $

ISBN : 978-2-89518-588-8

En librairie : 15 janvier 2018