Appel à communications – 11e colloque étudiant du GRÉLQ

Bonjour,

Pour la 11e édition de son colloque étudiant, le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) invite les chercheuses et chercheurs de la relève à réfléchir aux processus collectifs de publication et de diffusion dans le monde du livre.

Intitulé « Livrer ensemble : les rouages collectifs de la chaîne du livre » et organisé par Karol’Ann Boivin, Mylène Fréchette et Virginie Mailhot, ce colloque aura lieu le vendredi 1er mars 2019 au Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke. Les propositions de communication devront être envoyées au plus tard le 16 novembre 2018.

Pour plus de détails sur cet appel, veuillez consulter le site Internet du GRÉLQ, ici : https://www.usherbrooke.ca/grelq/accueil/actualite-du-grelq/nouvelles-details/article/38264/

Bien à vous,

Virginie Mailhot

Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec
Université de Sherbrooke
J1K 2R1
(819) 821-8000, poste 67696

New release – Simone Murray, « The Digital Literary Sphere. Reading, Writing, and Selling Books in the Internet Era »

The Digital Literary Sphere. Reading, Writing, and Selling Books in the Internet Era

Simone Murray

John Hopkins University Press

ISBN: 9781421426099

256 p.

39,95£

PRESENTATION

Reports of the book’s death have been greatly exaggerated. Books are flourishing in the Internet era—widely discussed and reviewed in online readers’ forums and publicized through book trailers and author blog tours. But over the past twenty-five years, digital media platforms have undeniably transformed book culture. Since Amazon’s founding in 1994, the whole way in which books are created, marketed, publicized, sold, reviewed, showcased, consumed, and commented upon has changed dramatically. The digital literary sphere is no mere appendage to the world of print—it is where literary reputations are made, movements are born, and readers passionately engage with their favorite works and authors.

In The Digital Literary Sphere, Simone Murray considers the contemporary book world from multiple viewpoints. By examining reader engagement with the online personas of Margaret Atwood, John Green, Gary Shteyngart, David Foster Wallace, Karl Ove Knausgaard, and even Jonathan Franzen, among others, Murray reveals the dynamic interrelationship of print and digital technologies.

Drawing on approaches from literary studies, media and cultural studies, book history, cultural policy, and the digital humanities, this book asks: What is the significance of authors communicating directly to readers via social media? How does digital media reframe the « live » author-reader encounter? And does the growing army of reader-reviewers signal an overdue democratizing of literary culture or the atomizing of cultural authority? In exploring these questions, The Digital Literary Sphere takes stock of epochal changes in the book industry while probing books’ and digital media’s complex contemporary coexistence.

Table of contents


SIMONE MURRAY

Simone Murray is an associate professor (reader) in literary studies and the director of the Centre for the Book at Monash University. She is the author of Mixed Media: Feminist Presses and Publishing Politics and The Adaptation Industry: The Cultural Economy of Contemporary Literary Adaptation.

Appel à contributions – « Les transferts culturels : paradoxes et malentendus »

Appel à contributions
Les transferts culturels : paradoxes et malentendus

Université catholique de Louvain, 22-24 Mai 2019

Établie au cours des années 1980 dans un positionnement critique par rapport aux études comparées, la notion de transfert culturel couvre un ensemble de phénomènes de circulation, transformation et resémantisation entre différents espaces géoculturels. En tant que méthode de recherche supposée dépasser les cadres nationaux, l’étude des transferts culturels a inspiré un nombre croissant de travaux interdisciplinaires à la croisée des études littéraires (v. Lüsebrink 2008, Roland 2016), des études de la traduction (v. Göpferich 2007, Roig-Sanz & Meylaerts 2018), de l’histoire culturelle et de l’histoire de l’art (v. Espagne 2013, Middell 2014). Au-delà de la seule idée de déplacement de textes et d’objets entre une culture source et une culture cible, les transferts culturels visent à rendre compte de l’hétérogénéité de chaque sphère culturelle impliquée dans l’échange, ainsi que des logiques d’intersection et d’hybridité en identifiant notamment les enclaves, réseaux et vecteurs de circulation. Grâce aux perspectives offertes par l’histoire croisée (Werner & Zimmermann 2003) – qui tient compte de la réciprocité et de la dimension multidirectionnelle des transferts –, des études récentes se sont penchées sur la diversité, l’imbrication et la non-linéarité d’un large spectre de pratiques de transfert (dont les traductions) faisant ainsi l’écho d’instances et d’activités de médiation encore ignorées jusque-là (v. D’hulst 2012).

Malgré leur pertinence conceptuelle et la prolifération d’études de cas portant sur des médiateurs et phénomènes transfrontaliers, les études de transfert semblent avoir atteint un tournant. D’une part, Werner et Zimmermann (2003) ont déjà démontré que les objets, entités et pratiques issus de croisements n’échappent pas au piège des catégorisations (nationales) préétablies. D’autre part, tant l’effacement méthodologique de frontières, parfois aux dépens de l’historicité, que la constatation récurrente de l’imprédictibilité des transferts tendent vers un relativisme improductif. Ces incertitudes, accompagnées d’un manque de consensus parmi les théoriciens (v. Joyeux 2003), nous invitent à remettre en question la plus-value des transferts vis-à-vis de concepts connexes provenant e.a. des études postcoloniales, des études de traductions, de l’historiographie transnationale ou encore des études transculturelles.

Quelle/s spécificité/s peuvent encore revendiquer les transferts culturels ? Comment ces derniers peuvent-ils être pensés en dehors du contexte ouest-européen ? La notion de transfert peut-elle encore aider à surmonter/éliminer les frontières disciplinaires, linguistiques et nationales ? Ou, au contraire, les renforce-t-elle? Comment le chercheur doit-il aborder la non-linéarité et l’asymétrie des processus de transferts au travers des espaces et époques ? Est-il possible de mesurer l’impact d’un transfert et son « succès » relatif ?

Face aux paradoxes et malentendus que le concept engendre, ce colloque a pour objectifs de (re)penser la viabilité des transferts culturels et de questionner leurs outils, objectifs et cadres épistémologiques dans une perspective interdisciplinaire. Les enjeux principaux que nous entendons aborder sont associés – mais pas limités – à quatre thèmes : (1) linéarité, (2) frontières/limites, (3) concepts connexes/concurrents et (4) impact/succès.

(1) (Non-)linéarité : Si les transferts impliquent plusieurs sources et cibles mouvantes (institutions, langues, cultures, médiateurs/agents, etc.), comment aborder leur spatialité, directionalité et temporalité dans (ou en dehors) de la binarité source-cible ?

(2) Frontières/limites : Est-ce que les transferts et les traductions créent (Pym 1998), renforcent (Leerssen 2014) ou au contraire dépassent les frontières ? Quel est l’impact du positionnement du chercheur sur la manière dont il/elle conçoit les frontières et les limites ?

(3) Concepts connexes/concurrents : Le transfert est un phénomène culturel omniprésent, souvent mis en relation avec d’autres concepts issus de disciplines voisines (comme par exemple l’hybridité, le métissage, l’entre-deux, la transculturalité, la pluriculturalité, la traduction, les réseaux, le tiers-espace, etc.). Ces concepts connexes dépassent-ils les divergences de nature purement conceptuelle ? Sont-ils capables de jeter un nouvel éclairage sur les études de transfert, et vice-versa ?

(4) Impact/succès : Peut-on évaluer la/les fonction/s, l’impact et le succès des transferts à travers le temps ? Selon quels critères ? Quelles sont les conséquences des malentendus, et comment les inclure dans le champ de la recherche ? Quand et comment peut-on définir un transfert comme réussi, ou raté ? Que nous enseignent les transferts manqués ?

Nous attendons des contributions qui abordent une ou plusieurs de ces questions méthodologiques et/ou théoriques. Les langues de travail sont l’anglais et le français.
Les propositions de maximum 200 mots, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer aux deux adresses suivantes, Julie.crombois@uclouvain.be et elies.smeyers@uclouvain.be, avant le 30 octobre 2018.

Conférenciers confirmés :

  • Elke Brems (KU Leuven)
  • Diana Roig-Sanz (Universitat Oberta de Catalunya)

Comité d’organisation :

  • Julie Crombois (FNRS, UC Louvain)
  • Dirk Delabastita (U Namur)
  • Maud Gonne (FNRS, U Namur/UC Louvain)
  • Hubert Roland (FNRS, UC Louvain)
  • Elies Smeyers (FNRS, UC Louvain/U Gent)
  • Stéphanie Vanasten (UC Louvain)

Comité scientifique :

  • Marnix Beyen (U Antwerpen)
  • Lieven D’hulst (KU Leuven)
  • Jaap Grave (Westfälische Wilhelms-Universität Münster)
  • Joep Leerssen (Universiteit van Amsterdam)
  • Reine Meylaerts (KU Leuven)
  • Lut Missinne (Westfälische Wilhelms-Universität Münster)
  • Helga Mitterbauer (ULB)
  • Francis Mus (U Liège)
  • Arvi Sepp (VUB/U Antwerpen)

Lieu :

Collège Érasme
Place Blaise Pascal 1
1348, Louvain-la-Neuve
Belgique/Belgiumhttps://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/ecr/actualites/appel-a-contributions-les-transferts-culturels-paradoxes-et-malentendus.html

Maud GONNE
Chargée de recherche du FNRS
Langues et littératures germaniques – Traductologie

maud.gonne@unamur.be
http://staff.unamur.be/mgonne

Université de Namur ASBL
Rue de Bruxelles 61 – 5000 Namur
Belgique

Appel à communications : « Raconter l’Internet et les réseaux socionumériques »

« Raconter l’Internet et les réseaux socionumériques »

Appel à communications

Journée d’étude

3 mai 2019

Les technologies numériques occupent une place de plus en plus importante dans le roman contemporain. Les nouvelles habitudes de communication du 21e siècle, largement fondées sur des échanges par le biais de courriels, de messages textes, d’entrées de blogues ou de statuts et commentaires sur les réseaux sociaux, se voient incorporées à l’intrigue, qu’elles contribuent à faire progresser. La somme d’informations accessibles aux personnages à partir d’un moteur de recherche (ou, de manière plus pointue, de compétences en hacking) permet d’intégrer des données factuelles sans recourir à une omniscience de la narration ou à une quelconque figure de spécialiste. Le rapport renouvelé au temps créé par l’exploration à rebours d’un fil Facebook ou d’un compte Instagram ouvre des possibilités inédites au récit mémoriel. L’espace virtuel mais réel que déploient Google Earth ou Google StreetView invite à repenser de manière similaire la relation de voyage. Au plan thématique, ces innovations sont un prétexte à interroger les modalités contemporaines de socialité, de communication, de connaissance ou de perception, ainsi que leur incidence sur les identités et les représentations de soi. Elles suscitent également des questionnements plus vastes sur les notions de vérité et de mensonge à l’ère des flux d’information décentralisés, de même que sur les rôles et les pièges du numérique dans la prolifération de rumeurs ou l’alimentation de théories du complot. Au plan formel, l’intégration à la trame narrative de conversations ou de données telles que formatées par diverses plateformes et interfaces (Twitter, WhatsApp, Snapchat, etc.) confère à ces fragments médiatiques le statut de genre intercalaire, si ce n’est de quasi mise en abyme, dont l’écriture, la forme, le style contrastent et alimentent ceux de l’œuvre en son ensemble.

Cette journée d’étude vise à réfléchir à la présence du numérique dans le roman et à ses implications sur l’imaginaire contemporain. Les interventions, que nous souhaitons fondées sur des études de cas, chercheront à émettre quelques hypothèses sur ce que « peut » la littérature, pour reprendre la célèbre formule de Sartre, lorsque confrontée aux effets sémiotiques ou rhétoriques des innombrables dispositifs, applications, réseaux et logiciels qui balisent désormais le quotidien.

La journée d’étude, organisée dans le cadre des activités de Figura-NT2-Concordia, aura lieu le 3 mai 2019 à l’Université Concordia (Montréal). Jean-Jacques Pelletier, écrivain et philosophe, prononcera la conférence d’ouverture.

Les propositions de communication d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève notice biobibliographique, devront être soumises par courriel à Sylvain David (sylvain.david@concordia.ca) et Sophie Marcotte (sophie.marcotte@concordia.ca) au plus tard le 1er décembre 2018. Les réponses seront envoyées avant la pause des Fêtes.

URL : http://figura-concordia.nt2.ca/appel-raconter-linternet 

Appel à communications – « Étudier la culture : Enjeux – Approches – Horizons critiques »

Appel à communications pour un colloque que le Laboratoire Littératures,
Espaces et Sociétés de l’Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo organisera les 13 et 14 juin 2019 sur études culturelles africaines.


Prof. Salaka SANOU
Directeur du Laboratoire Littératures, Espaces et Sociétés
Université Ouaga I Pr Joseph KI-ZERBO
Burkina Faso

Appel à communication – Du style des idées (II) : les écrivains, la langue française et l’idée de nation (1870-1940)

Vous trouverez en pièce jointe l’argumentaire du colloque que Jean-Michel Wittmann et Stéphanie Bertrand organiseront au mois de juin prochain à Metz, sur Les écrivains, la langue française et l’idée de nation (1870-1940).
Le premier colloque du projet Dustyle des idées : nation(alisme) et littérature(1870-1940), qui s’est tenu au mois de juin dernier à l’Université du Luxembourg, a interrogé l’existence d’un « style nationaliste » en littérature française entre 1870 et 1920. Vous retrouverez le programme ici : https://langue-nation.event.univ-lorraine.fr/data/pages/du_style_des_idees_abstract_book_1.pdf.
Ce second volet propose d’élargir le corpus et l’empan chronologique, pour réfléchir plus largement aux représentations de la langue, en littérature, à une époque marquée par les idéologies nationalistes, et à la manière dont celles-ci contribuent à (re)construire l’identité nationale française.

Parution – « L’Europe des revues II (1860-1930). Réseaux et circulations des modèles »

L’EUROPE DES REVUES II (1860-1930)

Réseaux et circulations des modèles

Evanghélia Stead, Hélène Védrine dir.

PU Paris Sorbonne

ISBN : 979-10-231-0556-8

Date de publication : 06/06/2018

Nombre de pages : 986
 

Comment les revues se développent-elles et circulent-elles ? Quels sont les réseaux ou les stratégies qu’elles mobilisent, les modèles dont elles s’inspirent, qu’elles transforment ou qu’elles imposent, les formes et les contenus qu’elles empruntent à d’autres revues ou qu’elles diffusent auprès d’elles ? Ces questions se posent tout particulièrement entre 1860 et 1930, lorsque les revues littéraires et artistiques foisonnent en Europe, en une féconde rivalité, et tissent des trames d’échanges, de transferts et de relations culturels.

Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité immédiate de L’Europe des revues (1880-1920). Estampes, photographies, illustrations (2008, rééd. 2011), dont il reprend les postulats. Il invite à explorer les rapports entre les modèles esthétiques, idéologiques, graphiques et typographiques des périodiques dans l’espace européen. En problématisant la notion de réseau et en montrant ses diverses réalisations et manifestations – entre revues ou autour d’une revue –, il met fortement en avant la circulation des périodiques comme vecteurs d’idées, de formes, de sociabilités, d’idéologies et d’esthétiques.

Cet ample mouvement d’échanges, à la fois centrifuge et centripète, permet le brassage et le passage de nouvelles idées, de formes et d’esthétiques d’un pays à l’autre, la redéfinition des genres et des domaines. Il offre aussi un angle nouveau pour interroger l’émergence des revues spécialisées (d’art, de théâtre, de cinéma, ou de photographie). Il est actuellement relayé par de nombreuses initiatives numériques – de la mise à disposition des documents au profit du plus grand nombre à la reconstitution des réseaux historiques des périodiques et à la mise en relation croissante des publications, des documents et des archives.

En étudiant ses diverses manifestations selon ces orientations, le présent ouvrage tente d’éclairer à nouveaux frais le phénomène périodique et de mesurer son importance dans l’histoire culturelle imprimée et visuelle.

Sommaire complet :

Périodiques en réseau, par Évanghélia Stead & HélèneVédrine

PREMIÈRE PARTIE : NAISSANCE ET DIFFUSION DE QUELQUES MODÈLES

Diana Cooper-Richet, « Les grandes revues britanniques du XIXe siècle : modèles matriciels, vecteurs de transferts culturels et de pratiques éditoriales »

Jean-Pierre Bacot, « The Illustrated London News et ses déclinaisons internationales : un siècle d’influence »

Eliseo Trenc, « Les Illustrations en Espagne »

Sarah Al-Matary, « La publicité dans la première Ilustración Española y Americana (1869-1884) : un observatoire privilégié des transferts internationaux »

Marie-Linda Ortega, « Échos du Charivari en Europe : caricatures et dépendances dans la presse satirique illustrée madrilène des années 1860 »

Laurence Danguy, « Le Nebelspalter zurichois (1875-1921) : modèles et réseaux »

Évanghélia Stead, « Sonder la culture visuelle européenne : fleuve et déferlement d’images via la Revue illustrée »

Laurence Danguy, Vanja Strukelj, Francesca Zanella, « Circulations de modèles entre l’aire germanique et l’italie au début du XXe siècle : ouvrir un champ de recherches »

DEUXIÈME PARTIE : LES REVUES EN RÉSEAU

Daphné de Marneffe, « Visualiser l’espace des revues littéraires françaises des années vingt : pour une approche collective des revues littéraires »

Alexia Kalantzis, « Le réseau des revues entre France, Italie et Autriche : le Mercure de France, Leonardo et Hyperion »

Elisa Grilli, « De jeunes “rêveurs méridionaux” sous influence.
Circulation des textes et des images dans un réseau de revues :
Helios, Alma Española et Renacimiento (Madrid, 1903-1907) »

Vincent Gogibu, « Entre Bruxelles et Paris, deux revues et un réseau :
Le Spectateur catholique (1897-1900) d’Edmond de Bruyn et L’Occident (1901-1914) d’adrien Mithouard »

Blaise Wilfert-Portal, « Au temps du “cosmopolitisme” ?
Les revues parisiennes et la littérature étrangère, 1890-1900 »

Fabienne Fravalo, « L’art nouveau des revues : interactions et émulations dans la construction des styles nationaux »

Adriana Sotropa, « Autour du symbolisme : Ileana (1900-1901) et les revues bucarestoises d’avant-garde à la fin du XIXe siècle »

Anne Reynes-Delobel, « Revues, éditeurs et auteurs américains à Paris dans l’entre-deux-guerres »

TROISIÈME PARTIE : LES RÉSEAUX D’UNE REVUE

Jean-Louis Meunier, « Revues littéraires et artistiques françaises : Le Saint-Graal et ses contemporaines »

Michel Rapoport, « Regards sur le rôle des réseaux littéraires et artistiques franco-britanniques dans l’élaboration de The Yellow Book »

Sarah Jammes,« Pèl & Ploma : de revue catalane sous influence à revue européenne influente ? »

Claire Popineau, « La vie des lettres en réseau : la revue Vers et Prose comme média et communauté »

Mateusz Chmurski, « “Rien de plus triste dans ce monde qu’une revue humoristique polonaise !”
Mucha et la presse satirique polonaise dans le tronçon russe (1868-1914) »


Jean-Claude Gardes,« Der Wahre Jacob (1884-1933) : le succès d’un organe de parti à l’écart des circuits traditionnels »

Ursula E. Koch, « Munich-Paris. L’hebdomadaire satirique illustré Simplicissimus et ses relations avec la France (1896-1914) »

Xavier Galmiche, « Les Šibeničky [Petites potences] et l’internationale des revues satiriques anarchistes »

QUATRIÈME PARTIE : RÉSEAUX ET ÉCHANGES ENTRE LES GENRES ET LES MÉDIAS

Audrey Ziane, « Enquête archéologique en milieu fertile : les revues et les manifestes artistiques, généalogie d’un genre »

Céline Mansanti, « Un genre de l’entre-deux : la chronique étrangère dans quelques revues françaises et américaines de l’entre-deux-guerres »

Yoan Vérilhac, « Portraits et culture médiatique dans les petites revues symbolistes : hermétisme, clichés et vie littéraire »

Pierre Pinchon, « Exposer un réseau :
le cas des Essais d’art libre (1892-1894) et des Portraits du prochain siècle »

Dorothée Pauvert-Raimbault, « Les livres illustrés de Félicien Champsaur et les illustrations de presse : inspiration, circulation et moteur de la fictioné »

Julien Schuh, « Autour du Rire : généalogie et diffusion du synthétisme graphique dans l’espace médiatique fin-de-siècle »

Markéta Theinhardt, « L’art télégraphique ou l’allégorie de la vie moderne :
František Kupka dessinateur de presse »

Laurent Bihl, « Naissance d’une iconosphère ?
La circulation des images entre la presse montmartroise et les grands quotidiens »

CINQUIÈME PARTIE : ÉMERGENCE DES REVUES SPÉCIALISÉES

Marco Consolini, « Les revues de théâtre au XXe siècle : un champ de recherche à part entière »

Sophie Lucet, Romain Piana, « À la croisée des revues d’art et de théâtre : L’Art et la Scène (1897) »

Fabienne Fravalo, « Un champ et ses porosités : la revue d’art »

Paul Edwards, « Revues de photographie françaises et américaines (1890-1914) »

Ada Ackerman, « Les revues photographiques soviétiques des années vingt »

Christophe Gauthier, « Revues de cinéma en France des origines aux années trente : culture cinématographique et culture de masse »

SIXIÈME PARTIE : RÉSEAUX ACTUELS : NUMÉRISATION

Jean-Didier Wagneur, « Écosystèmes revuistes »

Mikaël Lugan, « Le blog Les Petites Revues : un outil bibliographique sur la toile »

Lorraine Janzen Kooistra, « Reconstruire les réseaux historiques de la circulation des imprimés à l’ère numérique : The Yellow Nineties Online et les périodiques esthètes fin-de-siècle »

Giorgio Bacci, Veronica Pesce, Davide Lacagnina, Denis Viva,« Spreading Visual Culture : revues, images et archives pour l’art contemporain »

Bibliographie générale

Présentation des auteurs

Index des noms

Index des revues Url de référence :
http://pups.paris-sorbonne.fr/catalogue/litteratures-francaises-comparee-et-langue/histoire-de-limprime-references/leurope-des-revues-ii-1860-1930

Séminaire « Transferts Culturels », 2018-2019

Chers collègues,
Le séminaire Transferts culturels se poursuit cette année 2018-2019 avec la
présentation de chantiers récents ou en cours dans le domaine de l’histoire
transnationale (histoire culturelle et histoire des sciences et des savoirs).
L’affiche et le programme détaillé figurent en pièces jointes. Les séances
sont ouvertes aux collègues et étudiants intéressés. Attention, les salles
varient selon les séances, comme précisé dans le programme.
La première séance de l’année aura lieu le vendredi 5 octobre de 9h30 à 12h30
au 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, dans la salle de l’IHMC (escalier D, dernier
étage).
Très cordialement,
Pascale Rabault-Feuerhahn

Transferts_culturels_2018-2019_Programme_compressed Transferts_culturels_2018-2019_Affiche-compressed

 

Parution – Philippe Desan, « Montaigne. Penser le social »

Philippe Desan

Montaigne Penser le social

Odile Jacob, septembre 2018

352 p. EAN13 : 9782738144980
 

Faire découvrir en Montaigne un penseur de la vie en société, de ses contraintes et de ses libertés : telle est l’ambition, originale et audacieuse, de l’ouvrage de Philippe Desan.

Les Essais ne se résument pas à un récit de soi, d’où l’appartenance sociale aurait été totalement effacée. Le moi de Montaigne est un moi en société. Et le but des Essais est de penser le rapport entre l’existence singulière et le social, l’individuel et le collectif.

C’est donc à la sociologie bien plus qu’à la psychologie qu’il nous faut avoir recours pour comprendre l’œuvre de Montaigne. Les grands thèmes de sa pensée, scepticisme et curiosité, relativisme culturel et civilité, se trouvent dès lors éclairés d’un jour nouveau, qui leur confère toute leur portée sociale et historique.

On découvre un Montaigne inattendu, loin de l’image du sage réfugié en sa bibliothèque, coupé du monde et de la vie en société. C’est à une leçon inédite de sociologie que l’on assiste alors, capable d’articuler ensemble individu et société, dans un monde de conflits et de violences où l’idéal d’honnêteté toutefois n’est pas totalement oublié.

Table des matières…

Philippe Desan est spécialiste de l’histoire des idées et de la Renaissance. Il occupe la chaire Howard L. Willett en histoire de la culture à l’Université de Chicago et dirige la revue Montaigne Studies. Il est l’auteur de Montaigne. Une biographie politique qui a fait date et qui a obtenu le prix Pierre-Georges-Castex de l’Académie des sciences morales et politiques. Il a reçu le Grand Prix de l’Académie française pour ses travaux sur Montaigne.

Voir le site de l’éditeur… Responsable : Ph. Desan Url de référence :
https://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-humaines/philosophie/montaigne_9782738144980.php

Appel à communications – « Terrorisme et littérature de la Révolution industrielle à aujourd’hui »

ATELIER 5

Conjoint avec l’Association canadienne des études francophones du dix-neuvième siècle

(ACÉF-XIX)

TERRORISME ET LITTÉRATURE DE LA RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

À AUJOURD’HUI

L’une des questions incontournables qui préside aux études sur le terrorisme est celle de savoir comment et pourquoi un être humain en arrive à considérer nécessaires, urgentes, essentielles, pour ne pas dire acceptables dans des conditions précises qui sont les siennes, des actions extrêmes, dont les conséquences irréversibles sont, par la nature même des actes en question, sanguinaires et destructrices. Répondre à cette question ne va évidemment pas de soi. Le terrorisme est un phénomène polymorphe, dont l’imprécision du terme même est lourdement polémique (le terroriste des uns est souvent le libérateur des autres, comme l’indique la formule), sans négliger le fait qu’il revêt des formes multiples autant dans la longue durée que dans des contextes différents à une même époque déterminée. Un anarchiste du XIXe siècle, un « nihiliste », un résistant au nazisme, un membre de l’I.R.A. provisoire, un militant des Tigres de la libération de l’Îllam tamoul, un acteur des Brigades rouges, un terroriste canadien adepte de l’État islamique, ou encore, un chef des milices indépendantistes de la Tchétchénie, ne partagent entre eux que le sombre titre de terroriste qui s’avère ici, comme souvent d’ailleurs, une épithète qui n’explique rien et qui, dès lors, camoufle avec peine une complexité qui ne peut se réduire à cette figure du mal qui hante de manière de plus en plus insistante l’imaginaire contemporain depuis bientôt deux siècles. 

Il ne reste pas moins qu’un pan important de l’imaginaire social occidental depuis la révolution industrielle se définit, en grande partie, par la terreur et par la peur (Boucher, David et Prévost, 2015). Cet atelier cherchera à s’interroger sur la représentation et sur l’imaginaire du terrorisme ainsi que sur les discours qui les sous-tendent, vaste domaine d’enquête qui se trouve au carrefour de l’analyse du discours, de la sociocritique, de la psychologie, de la sociologie de la déviance, de la géopolitique, des études religieuses, de l’histoire des idées et des mentalités. Car, en effet, le phénomène, tantôt rationalisé par ce que Bertrand Russell (1950) appelait ironiquement « la vertu supérieure de l’opprimé », tantôt réduit à la simple _expression_ du « mal » ou de la « folie », ne comporte ni essence ni univocité : « Si 40 ans de recherche nous ont appris quelque chose, c’est qu’il n’y a pas une explication valable pour toutes les formes de terrorisme, pas plus qu’il n’existe une seule explication pour les membres qui appartiennent à un même groupe terroriste » (Bloom, 2009). Nous partirons donc de l’hypothèse que, si le terrorisme est certes un phénomène politique, il est encore et surtout un phénomène de représentation et de discours. Il attire, il fascine, il répugne, il fait image, il est matière à propagande et à argumentation. Il se justifie aussi et se propage selon diverses modalités esthétiques et rhétoriques. Le terrorisme fait la une de la presse, mais encore et surtout il devient roman, film et télésérie. Nombreuses sont les œuvres qui lui ont donné sinon légitimité, du moins forme et voix, de Vingt Mille Lieues sous les Mers à Plateforme, en passant, notamment, par le théâtre de Victorien Sardou et par Les Justes de Camus.

La question est ainsi ouverte : comment en arrive-t-on là, comment se convertit-on à la terreur et, surtout, comment les discours et les représentations rendent-ils compte et accompagnent-ils ces processus? De quelle mimesis, finalement, le terrorisme relève-t-il? C’est à ces questions que souhaite réfléchir cet atelier en ce qui concerne les cultures de langue française, du XIXe siècle à aujourd’hui. 

Bibliographie provisoire :

Anderson, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, trad. de l’anglais, Paris, La Découverte, 2002 [1983].

Becker, Howard S., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, trad. de l’américain, Paris Métailié, 1985 [1963]. 

Bloom, Mia « Chasing Butterflies and Rainbows : A Critique of Kruganski et al’s., ‘Fully Commited : Suicide Bombers’Motivation and Quest for Personnal Significance’», Political Psychology, Vol. 30, n3, 2009.

Boltanski, Luc et Arnaud Esquerre, Vers l’extrême. Extension des domaines de la droite, Paris, Édition Dehors, 2014.

Borum, Randy, « Radicalization into Violent Extremism I : A Review of Social Science Theories », Journal of Strategic Security, Vol. 4, no4, Winter 2011.

Boucher, François-Emmanuël, Sylvain David et Maxime Prévost (dir.), Espionnage, complots, secrets d’État : l’imaginaire de la terreur, dossier paru dans Études littéraires, 46, 3 (automne 2015), p. 7-134. 

Bronner, Gérald, La Pensée extrême. Comment des hommes ordinaires deviennent des fanatiques, Paris, Denoël, 2009.

Davis, Mike, Buda’s Wagon. A brief History of the Car Bomb (2007), traduit en français par Petite histoire de la voiture piégée, Paris, Zones, 2007.

Foucault, Michel, Les Anormaux. Cours au Collège de France. 1974-1975, Paris, Gallimard / Le Seuil, 1999. 

Hobsbawm, Eric J., Les Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, trad. de l’anglais, Paris, Pluriel, 2012 [1959].

Khosrokhavar, Farhad, Radicalisation, Paris, EMSH, 2014.

McCauley, Clack et Sophia Moskalenko, « Mechanisms of Political Radicalization : Pathways toward Terrorism », Terrorism and Political Violence, Vol. 20, 2008.

Rigouste, Mathieu, L’Ennemi intérieur, Paris, La Découverte, 2011.

Roy, Olivier, Le Djihad et la mort, Paris, Seuil, 2016.

Russell, Bertrand, L’Autorité et l’individu, trad. de l’anglais, Sainte-Foy, Presse de l’Université Laval, 2008 [1949].

_______, «The Superior Virtue of the Oppressed», dans Unpopular Essays, Londres, Unwin Paperbacks, 1950, p. 69-75. 

Sageman, Marc, Undestanding Terror Networks (2004), traduit en français par Le Vrai visage des terroristes. Psychologie et sociologie des acteurs du Jihad, Paris, Denoël, 2005.

Silke, Andrew, « Courage in Dark Place : Reflections on Terrorist Psychology », Social Research, Vol. 71, no1, Spring 2004. 

Skinner, Quentin, Truth and the Historian (2010), traduit en français par La Vérité et l’histoire, Paris, Édition École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Toscano, Alberto, Fanaticism: The Uses of an Idea (2010), traduit en français par Le Fanatisme. Mode d’emploi, Paris, Édition La Fabrique.

Responsables de l’atelier :

François-Emmanuël Boucher

Collège militaire royal du Canada

boucher-f@rmc.ca

Maxime Prévost

Univeristé d’Ottawa

Maxime.Prevost@uOttawa.ca

Date limite pour l’envoi des propositions (250-300 mots) : le 5 janvier 2019. 

Les personnes ayant soumis une proposition de communication recevront un message des organisateurs de l’atelier avant le 20 janvier 2019 les informant de leur décision. L’adhésion à l’APFUCC ou à l’ACÉF-XIX est requise pour participer à cet atelier conjoint. Il est également d’usage de régler les frais de participation au Congrès des Sciences humaines ainsi que les frais de conférence de l’APFUCC ou de l’ACÉF-XIX. Ils doivent être réglés avant le 31 mars 2019 pour bénéficier des tarifs préférentiels. La date limite pour régler les frais de conférence et l’adhésion est le 15 avril 2019. Passé cette date, le titre de votre communication sera retiré du programme de l’APFUCC. 

Vous ne pouvez soumettre qu’une seule proposition de communication pour le colloque de 2019. Toutes les communications doivent être présentées en français pour l’APFUCC, en personne, même dans le cas d’une collaboration.

François-Emmanuël Boucher

Professeur titulaire | Professor

Département de langue française, littérature et culture |

Department of French, Literature, and Culture

Collège militaire royal du Canada | Royal Military College of Canada

CP 17000, Succ. Forces Kingston, Ontario

(Canada) K7K 7B4 Tél. : (613) 541-6000 ext.6436

Mail | Courriel: boucher-f@rmc.ca