Colloque – « Narrations auctoriales dans l’espace public : comment penser et raconter l’auteur ? »

Metz, Université de Lorraine, Île du Saulcy, salle Ferrari.

Jeudi 16 mai

9 h 00 Ouverture
Jacques Walter, directeur du Crem (Université de Lorraine), Carole Bisenius-
Penin (Crem, Université de Lorraine), Jeanne E. Glesener (Ipse, Université du
Luxembourg)

Président de séance : Jacques Walter (Crem, Université de Lorraine)

9 h 30 Patrick Modiano : la fabrique d’un auteur nobelisable
Clara Lévy (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, France)

10 h 00 De la narration auctoriale à la mise en scène des territoires et de la
littérature Mathilde Labbé (Université de Nantes, France)

[10 h 30] Pause

11 h 00 Discours institutionnel et postures auctoriales : le Centre national
de littérature et les écrivains luxembourgeois
Fabienne Gilbertz et Myriam Sunnen (Centre national de littérature,
Luxembourg)

11 h 30 La mise en fiction d’un « exotisme stratégique » Narrations et
positionnements auctoriaux dans les romans Écrivains d’Antoine Volodine et Je
suis un écrivain japonais de Dany Laferrière
Frederik Kiparski (Universität Mannheim, Allemagne)

[12 h 00] Déjeuner

Présidente de séance : Aurore Promonet-Thérèse (Crem, Université de Lorraine

14 h 00 Les « ateliers en résidence » de remue.net, une approche sociale,
impersonnelle et politique de la langue
Mathilde Roussigné (Aix-Marseille Université, France

14 h 30 Postures auctoriales au prisme du numérique
Karen Cayrat (Crem, Université de Lorraine, France)

15 h 00 Sayed Kashua et Kamel Daoud : écrire dans une autre langue que l’arabe
Mariamou Siby (Université Bordeaux-Montaigne, France)

[15 h 30] Pause

16 h 00 Table ronde : De la posture au métier : enjeux identitaires et
symboliques de la fonction d’auteur
Samantha Bailly, autrice, scénariste et vidéaste française, présidente de la
Ligue des auteurs professionnels et ex-présidente de la Charte des auteurs et
des illustrateurs jeunesse, Pascal Jourdana, directeur de La Marelle à la
Villa des auteurs (Friche la Belle de Mai, Marseille), ancien gestionnaire
d’une agence littéraire (Premières Impressions) et chroniqueur littéraire
(L’Humanité, Le Magazine littéraire…), Patrice Locmant, directeur général de
la Société des gens de lettres (SGDL) et ancien chef du bureau de la création
et de la diffusion du ministère de la Culture

20 h 00 Repas de gala

Vendredi 17 mai

9 h 00 Accueil

Présidente de séance: Carole Bisenius-Penin (Crem, Université de Lorraine)

9 h 30 Comment devient-on écrivain français ? Stratégie et postures chez
Hector Bianciotti
Marinela-Teodora Achim (Université Babeș-Bolyai, Roumanie)

10 h 00 Devenir auteur lorsqu’on est ingénieur. Le cas de Chetan Bhagat dans
la littérature indienne contemporaine de langue anglaise
Roland Lardinois (École des hautes études en sciences sociales, France)

[10 h 30] Pause

11 h 00 Le devenir-auteur de Marcel Proust, 1900-1904
Catherine Fhima (École des hautes études en sciences sociales, France)

11 h 30 Figures de l’auctorialité : des écrivains au festival Atlantide de
Nantes
Delphine Saurier (Audencia Business School, France)

[12 h 00] Déjeuner

Présidente de séance : Jeanne E. Glesener (Ipse, Université du Luxembourg

14 h 00 Bernard-Marie Koltès : de l’écrivain « vocationnel » à l’auteur
stratège
André Petitjean (Crem, Université de Lorraine, France)

14 h 30 Les auteurs et l’École : étude de formes d’auctorialité apprenante
Aurore Promonet-Thérèse (Crem, Université de Lorraine, France)

15 h 00 Les auteurs programmés en milieu scolaire
Tonia Raus (Université du Luxembourg)

Appel à contributions – « Accélération et vitesse : de la célérité dans les arts »

La revue numérique À l’épreuve est née en 2013 de l’enthousiasme de doctorants issus des diverses disciplines du RIRRA 21, centre de recherche rattaché à l’université Montpellier III. Il s’agit d’une revue à parution annuelle, ouverte à toutes les approches critiques mais favorisant l’interdisciplinarité et les études comparatives entre différentes aires linguistiques et médias. Pilotée au niveau universitaire par un comité scientifique international, sa rédaction est assurée tous les ans par une équipe de doctorants du RIRRA 21. L’appel à contribution est ouvert à tous les chercheurs.

La date limite d’envoi des propositions est fixée au 9 juin 2019. 

Journées d’études – « Autopsie de l’échec littéraire »

Nous avons le plaisir de vous adresser l’affiche et le programme des 8ejournées d’études du groupe COnTEXTES, sur le thème « Autopsie de l’échec littéraire ». Celles-ci se tiendront à l’Université Libre de Bruxelles les 16 et 17 mai prochains. En tant qu’elle participe de la consécration des auteurs et entretient des rapports intéressés avec la question de la valeur, l’histoire de la littérature a tendance à accorder beaucoup plus d’attention aux succès qu’aux échecs. Tout se passe comme si la distance temporelle qui sépare le chercheur de son objet avait figé la valeur des œuvres, constitué un panthéon immuable tout prêt à être « reconnu » et aux marges duquel il n’y aurait que des œuvres « mineures », en cela moins dignes d’être étudiées. La réussite, cependant, n’est que la pointe de l’iceberg littéraire. En se focalisant sur les « grands » écrivains, sur les « modernes », sur les « originaux », ne risque-t-on pas de donner une image sinon faussée, du moins (trop) partielle, de la littérature d’une époque ? Les huitièmes journées d’études du groupe COnTEXTES cherchent à mettre au jour les logiques de l’exclusion symbolique dans le champ littéraire. On s’intéressera aussi bien aux raisons de l’échec littéraire qu’aux luttes des agents pour l’échec d’autrui, aux réactions des auteurs face à leur échec, aux changements de fortune (de l’échec au succès, du succès à l’échec) ou encore aux différentes formes que revêt l’échec littéraire au fil des époques.  

Appel à contributions – « Quêtes littéraires, nº 9 : Maître(s) et disciple(s) »

Envisagés sous l’angle de leur étymologie, les deux termes clés évoqués dans le titre,maître et disciple, s’avèrent être foncièrement antonymiques. En effet, le magister latin issu de magis a la même racine indo-européenne meg(h) que le latin magnus ou bien le grec megas – tous signifiant « grand ». D’un autre côté, l’adjectif latin pullus que précède le radical discere (« apprendre »), les deux formant le substantif discipulus, désigne « petit » ou bien « jeune ». Ainsi, on se trouve d’emblée dans l’opposition, l’antagonisme, voire le conflit.

Cependant, considérée dans une perspective plus générale, cette étymologie peut également nous placer dans un champ plus vaste, celui que nous voulons situer au cœur des réflexions, à savoir celui des relations maître-disciple ainsi que des rôles qu’ils prennent l’un vis-à-vis de l’autre dans les littératures française et francophone à travers les siècles. Or, celles-ci abondent en exemples dont nous n’allons évoquer que quelques-uns pour signaler la diversité des rapports que la dyade maître-disciple peut développer.

Quel lien peut donc unir celui qui désire apprendre, s’instruire, à celui qui sait plus (magis) ? Et en sens inverse, qu’est-ce qui attire l’élève vers son professeur ? Leur relation est-elle basée sur l’admiration et la fascination comme celles qui font appliquer à Robert Greslou la méthode expérimentale du philosophe qu’il admire à une jeune fille amoureuse dans Le Disciple de Paul Bourget (1889) ? La formation finit-elle toujours par une confrontation échouée comme dans le cas du professeur-philosophe Bouteiller dans la trilogie de Maurice Barrès Le Roman de l’énergie nationale (1897-1902) ? S’agit-il d’une rivalité comme dans le jeu-enseignement que propose au Vicomte de Valmont la Marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos (1782) ? Quelle part y prennent la domination et la cruauté que met en scène Michel de Ghelderode dans sa pièce L’École des bouffons (1942) ?

Plusieurs pistes de réflexion se dessinent, tout en se recoupant et se recouvrant, lorsqu’on cherche des tropes figuratifs de la relation maître-disciple ou, de façon plus large, les élèves et leur professeur, l’élève et ses professeurs, les étudiants et leurs professeurs  :

  • l’accompagnement, la guidance : le maître en tant qu’accoucheur de la vérité que le disciple porte en lui-même sans en être conscient, selon la maïeutique socratique ;
  • le don : le maître comme révélateur de la vérité et des clés pour la comprendre, uni avec son disciple par l’amour, tel que le présente Søren Kierkegaard, communiant plutôt que communiquant avec son élève ;
  • l’empathie et la sympathie : l’imitation d’autrui et la compréhension d’autrui dans la relation maître-disciple (Max Scheler) ;
  • l’échange d’un « éros fait de confiance réciproque et, en vérité, d’amour » (George Steiner) ;
  • la destruction : celle du disciple par son maître, de même que celle du maître par le disciple (George Steiner).

Bien évidemment, en prenant pour thème du neuvième numéro de Quêtes littéraires, revue consacrée invariablement aux littératures française et francophone, les relations entre le maître et le disciple, nous entrons dans le torrent impétueux d’un fleuve littéraire dont aussi bien l’amont que l’aval regorgent de très intéressants textes narratifs, dramatiques et lyriques qui attendent d’être repêchés de l’oubli ou retirés des eaux pour une nouvelle (re)lecture ou analyse.

Sans être exhaustives, les pistes proposées font référence à quelques approches philosophiques pour rappeler la persistance du thème dans la réflexion humaine. Cet appel se propose d’être en même temps une invitation à la continuation des recherches qui ont déjà eu lieu et une attente à des apports nouveaux et originaux.

Calendrier

La date limite pour l’envoi de la proposition (titre + résumé d’environ 300 mots, brève notice biographique) à l’adresse quetes-litteraires@kul.pl est fixée au 15 mai 2019.  

Les propositions seront examinées par un comité de lecture.

Les auteurs des propositions seront avisés avant le 30 mai 2019.

Les normes de rédaction seront envoyées après l’acceptation de la proposition par le comité de lecture.

Langue des contributions : français.

Délai pour l’envoi des articles : le 15 septembre 2019.

La publication du neuvième numéro de Quêtes littéraires est prévue en décembre 2019.

Pour soumettre: https://czasopisma.kul.pl/ql/about/submissions

Parution – « Jules Verne et la culture médiatique. De la presse du XIXe siècle au steampunk »

Guillaume Pinson et Maxime Prévost (dir.), Jules Verne et la culture médiatique. De la presse du XIXe siècle au steampunk, Québec, Presses de l’Université Laval, «Littérature et imaginaire contemporain», 2019.

Textes de Claire Barel-Moisan, Thomas Carrier-Lafleur, Pascal Durand, Gérard Fabre, Nicolas Gauthier, Guillaume Pinson, Maxime Prévost, Jean Rime, Mélodie Simard-Houde, Bounthavy Suvilay, Jean-Christophe Valtat.

https://www.pulaval.com/produit/jules-verne-et-la-culture-mediatique-de-la-presse-du-xixe-siecle-au-steampunk

Conférence et colloques sur la liberté de création

Le groupe de recherche L’art en procès vous donne rendez-vous pour une conférence et deux colloques, tous consacrés à la liberté de création. Les travaux du groupe s’inscrivent dans une perspective pluridisciplinaire, entre études littéraires, droit et linguistique.

Le vendredi 10 mai 2019 de 14h à 15h, Anna Arzoumanov (Sorbonne Université) prononcera une conférence intitulée « Les juges face à la liberté de création. Les catégories de la jurisprudence française contemporaine » (J-4255, UQAM) : http://figura.uqam.ca/actualites/les-juges-face-la-liberte-de-creation-les-categories-de-la-jurisprudence-francaise
Le lundi 13 mai 2019 aura lieu la journée d’études internationale « Le théâtre au tribunal. L’affaire Golgotha picnic » (D-R200, UQAM) : http://figura.uqam.ca/actualites/le-theatre-au-tribunal-laffaire-golgotha-picnic
Les jeudi et vendredi 6 et 7 juin aura lieu le colloque jeunes chercheurs international « (Dé)limiter l’art. Définitions, représentations et usages de la liberté de création » (0405-DHQ, UQTR) : http://figura.uqam.ca/actualites/delimiter-lart-definitions-representations-et-usages-de-la-liberte-de-creation-colloque

Séminaire – « Analyse du discours et droit de la presse : regards croisés sur un objet commun »

Vous trouverez ci-dessous le programme de la prochaine séance du séminaire de jurilinguistique qui aura lieu en Sorbonne le 15 mai prochain.  

« Analyse du discours et droit de la presse : regards croisés sur un objet commun »

Séminaire tournant de jurilinguistique

Organisation Anna Arzoumanov, STIH (avec l’aide de Laurent Gautier, coordinateur du séminaire tournant de jurilinguistique).

15 mai 2019, 13h30-18h

Sorbonne Université, salle E659

13h30-14h30 Meizhen Liao (Central China normal university, Wuhan) « Chinese courtroom interruption and power »

14h30-14h50 pause 

14h50-15h30 Nathalie Droin (Université de Bourgogne, CREDESPO) « L’appréhension du rap par le juge dans le cadre de la prévention des discours de haine »

15h30-16h10-Dominique Lagorgette (Université de Savoie, LLSETI) : « Provocation à la discrimination ou chanson engagée ? Le rap conscient au tribunal »

Pause

16h30-18h00 Anna Arzoumanov (Sorbonne Université, STIH) et Arnaud Latil (Sorbonne Université, CERDI) « Distanciation, fiction, polyphonie : quelles catégories pour juger les discours de haine ? »