Parution – COnTEXTES – « Polémique autour d’un “blasphème”. Regards croisés sur l’affaire Golgotha picnic »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du 26e numéro de la revue COnTEXTES : codirigé par Anna Arzoumanov et Mathilde Barraband, il est intitulé Polémique autour d’un « blasphème ». Regards croisés sur l’affaire Golgotha picnic et est disponible intégralement en ligne.

Sommaire :

    Les réceptions de Golgotha picnic

    Revendiquer l’autonomie de l’art en régime contemporain

  • Mathilde Barraband : « Incroyable GarcíaGolgotha picnic ou le vacillement référentiel »

    L’hétéronomie à la française

  • Arnaud Latil : « Exprimer, provoquer ou exhorter. L’affaire Golgotha picnic à la lumière de la mutation du délit de provocation à la haine »

Entretien – « Writers and Politics in France »

John Raimo, a founding editor of the JHI Blog and PhD candidate at New York University, interviews Professor Gisèle Sapiro, director of research at the Centre national de la recherche scientifique and the director of studies at the École des hautes études en sciences sociales. They discuss her new book, Les écrivains et la politique en France: De l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie (Seuil, 2018) : https://jhiblog.org/2020/01/22/in-theory-john-raimo-interviews-gisele-sapiro-on-writers-and-politics-in-france/.

Parution – « Fictions “françaises”»

FICTIONS “FRANÇAISES”

N° 19 de Revue critique de fixxion française contemporaine (2019)

Numéro coordonné par Alexandre Gefen, Cornelia Ruhe et Oana Panaïte

Etudes

Entretien

Carte blanche

 

Appel à communications – « Littérature et télévision en Belgique francophone »

Journée d’études Textyles, organisée en partenariat avec les AML (Archives et Musée de la littérature) – Bruxelles, 4 décembre 2020

La question des relations entre littérature et télévision, qui, en France, a fait l’objet de travaux significatifs, reste à être explorée dans le contexte de la Belgique francophone. C’est dans cette perspective que cette journée d’études se donne pour objectif de mettre en lumière les formes de médiatisation du littéraire à la télévision belge ainsi que de cerner les modalités de la représentation audiovisuelle des écrivains et de leurs œuvres. 

Dès ses débuts, la télévision belge francophone se montre soucieuse d’ouvrir une plateforme et un espace critique dédiés à la littérature. Conformément à sa mission culturelle, la chaîne de service public RTBF diffuse des programmes spécialisés sous forme d’entretiens, de portraits, de chroniques, de reportages ou de tables rondes. Des émissions comme ÉcrituresEn toutes lettresSi j’ose écrire ou plus récemment Mille-feuilles et Livrés à domicile s’emploient à rendre compte de l’actualité éditoriale ou des œuvres du patrimoine, et nombreuses sont celles qui accordent une place de choix aux auteurs indigènes.

Grâce aux avancées en matière de numérisation du patrimoine audiovisuel, ces sources sont aujourd’hui plus accessibles aux chercheurs, notamment à travers la base de données de la Sonuma, une entreprise chargée de la sauvegarde et de la valorisation des archives institutionnelles de la RTBF. L’examen de ces collections invite à s’interroger sur les dispositifs mis au service de la médiation télévisuelle du littéraire : quels genres et formats sont mobilisés par les émissions et comment évoluent-ils au fil des décennies ? Qui sont les acteurs, instances et réseaux professionnels impliqués dans leur production ? Quel éclairage les sources audiovisuelles jettent-elles sur la vie littéraire en Belgique et comment informent-elles la mémoire du passé littéraire récent ?

Conjointement, il conviendra de s’intéresser à la présence des écrivains belges à la télévision. Comment ces auteurs investissent-ils la scène d’expression que déploie le nouveau média ? Dans le sillage de récents travaux portant sur les figurations médiatiques de l’écrivain et sur l’entretien littéraire, on cherchera à examiner les scénographies, les stratégies discursives et les démarches d’auto-présentation, ainsi que la manière dont ces interventions publiques donnent à penser l’articulation entre pratique littéraire et culture médiatique. Au-delà de la tribune qu’offrent les chaînes télévisées de leur pays d’origine, ces enjeux concernent également les passages des écrivains belges à la télévision française (voire plus généralement étrangère), de même que les apparitions d’écrivains français sur les plateaux de la RTBF.

Enfin, il y aura tout lieu de questionner les modes de convocation des œuvres littéraires au petit écran ainsi que l’imaginaire du littéraire qui se dégage du prisme cathodique. Au-delà des citations ou des références présentes dans les émissions, le corpus des adaptations télévisées d’œuvres littéraires belges mérite à ce titre d’être considéré. Inversement, on pourra réfléchir aux échos que suscite la télévision dans la sphère de l’écrit. Car, pour constituer une voie de diffusion et un outil de promotion privilégié, la télévision, symbole par excellence de la médiaculture contemporaine, ne manque pas de devenir à son tour un objet de représentation et d’alimenter la création littéraire.

En sollicitant des contributions qui pourront se focaliser sur un format, sur une série d’émissions, sur la trajectoire médiatique d’un écrivain ou d’un critique, ou encore sur une œuvre (documentaire, adaptation…) spécifique, et en favorisant le croisement des approches disciplinaires entre études littéraires, sociologie, analyse du discours et histoire culturelle, nous souhaitons développer une réflexion permettant d’apporter un éclairage diversifié sur un des aspects incontournables du fonctionnement de l’institution littéraire de la Belgique francophone dans la seconde moitié du XXe siècle.

Les propositions de communication (400 mots maximum, ainsi qu’une courte bio-bibliographie) sont à envoyer conjointement à Selina Follonier (selina.follonier@unil.ch), David Martens (david.martens@kuleuven.be) et Laurent Demoulin, directeur de Textyles (ldemoulin@ulg.ac.be), au plus tard le 15 avril 2020. Les réponses seront envoyées le 1er juin 2020 au plus tard.

Organisation : Selina Follonier (Université de Lausanne) et David Martens (KU Leuven)

Bibliographie sélective

BEYLOT Pierre, BENASSI Stéphane (dir.), « Littérature et télévision », CinémAction, n° 79, mars 1996, p. 171-231.

BOILLAT Alain, « Le déni de l’écrit à l’écran : l’écrivain, son œuvre et l’univers filmique », Décadrages, n° 16-17, 2010, p. 9-46.

BRASEY Édouard, L’Effet Pivot, Paris, Ramsay, 1987.

CHARAUDEAU Patrick, La Télévision : les débats culturels : « Apostrophes », Paris, Didier Érudition, 1992.

CLOSETS Sophie de, Quand la télévision aimait les écrivains : Lectures pour tous, 1953-1968, Bruxelles, De Boeck, 2004.

COHEN Nadja (dir.), « Écrivains à l’écran », Captures, vol. 2, n° 1, mai 2017, revuecaptures.org/dossier/écrivains-à-l’écran.

DELARUE Frédéric, À la croisée des médiations : les émissions littéraires de la télévision française de 1968 à 1990, thèse de doctorat en Histoire contemporaine, sous la dir. de Christian Delporte, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2010.

DELAVAUD Gilles, L’Art de la télévision : histoire et esthétique de la dramatique télévisée (1950-1965), Bruxelles ; Paris, De Boeck ; INA, 2005.

DUCAS Sylvie, « À défaut de génie… : la panthéonisation de Bernard Pivot », Communication et langages, n° 135, 2003, p. 73-86.

FOLLONIER Selina, « Audiovisuel et littérature », Fabula : Atelier de théorie littéraire, 2019, www.fabula.org/atelier.php?Audiovisuel_et_etudes_litteraires.

HÉRON Pierre-Marie, Écrivains au micro : les entretiens feuilletons à la radio française dans les années cinquante, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2010.

KAUFMANN Vincent, Dernières nouvelles du spectacle : (ce que les médias font à la littérature), Paris, Seuil, 2017.

LEJEUNE Philippe, « L’image de l’auteur dans les médias », Pratiques, n° 27, 1980, p. 31-40.

MARTENS David, MEURÉE Christophe, Secrets d’écrivains : enquête sur les entretiens littéraires, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014.

MARTENS David, MEURÉE Christophe, « L’intervieweur face au discours littéraire : stratégies de positionnement chez Madeleine Chapsal, Jacques Chancel et Bernard Pivot », Argumentation et Analyse du discours, n° 12, 2014, journals.openedition.org/aad/1639.

MEIZOZ Jérôme, La Littérature « en personne » : scènes médiatiques et formes d’incarnation, Genève, Slatkine, 2016.

PERONI Michel, De l’écrit à l’écran : livres et télévision, Paris, Centre Georges Pompidou, 1991.

PEYTARD Jean, « La médiacritique littéraire à la télévision », Semen, n° 5, 1993, journals.openedition.org/semen/7843.

PLISNIER Flore, Une histoire de la Radiodiffusion-télévision francophone belge de 1960 à 1977 : entre pluralisme, autonomie culturelle et tutelle politique, Bruxelles, Archives de l’État, « Studies in Belgian History », 2018.

PRIEUR Jérôme (dir.), « Littérature et télévision », Dossiers de l’audiovisuel, n° 29, janvier-février 1990.

TUDORET Patrick, L’Écrivain sacrifié : vie et mort de l’émission littéraire, Paris ; Latresne, INA ; Le Bord de l’eau, « Penser les médias », 2009.

YANOSHEVSKY Galia, L’Entretien littéraire : anatomie d’un genre, Paris, Classiques Garnier, « Études de littérature des XXe et XXIe siècles », 2018.

YANOSHEVSKY Galia (dir.), « L’entretien littéraire », Argumentation et Analyse du discours, n° 12, 2014, journals.openedition.org/aad/1622.

 

Appel à communications – « La Belle Époque a-t-elle été virale ? Circulation, diffusion, reproduction des images et des textes dans les périodiques au tournant du siècle (1870-1930) »

Université Paris Nanterre, 25-26 juin 2020

Date limite d’envoi des propositions : 6 avril 2020

Argumentaire

La fin du XIXe siècle peut être considérée comme l’achèvement d’un ensemble de
processus de systématisation et de rationalisation des techniques de
production et de diffusion de l’imprimé : au niveau technique, la mise au
point des procédés de reproduction photomécanique rendant possible la
reproduction à faible coût et sans perte d’information des images et des
textes ; au niveau rhétorique, le journalisme valorise des formes simples,
directes, qui augmentent l’efficacité communicationnelle.
Ces processus donnent naissance à des pratiques de réappropriation et de
rediffusion des images et des textes à une échelle massive à travers la
presse. On retrouve les mêmes récits, les mêmes illustrations, dispersées dans
des périodiques et des ouvrages différents, par un phénomène de dissémination
qui semble adopter les mécanismes de la contagion. Pour parler de ces
phénomènes, certains chercheurs ont alors délibérément choisi de transposer le
terme de viralité sur des objets culturels anciens ; c’est par exemple le cas
du projet « Viral Texts » de Ryan Cordell qui propose de s’intéresser au
phénomène de la « viralité » dans la presse du XIXe siècle en repérant de
manière automatisée toutes les reproductions textuelles d’une certaine ampleur
dans les journaux américains. Cette notion de viralité est liée à notre
culture numérique contemporaine : elle désigne la diffusion d’images et de
textes dans les réseaux sociaux (en particulier dans les médias non
conventionnels comme facebook ou twitter), impliquant une forme de circulation
épidémique : l’information serait comme un virus qui se propage de proche en
proche, avec des foyers de contamination, sans aucune stratégie globale de
communication puisque ce sont les usagers mêmes des réseaux qui choisissent ou
non la diffusion.
Le terme est fort, mais ne tend-il pas à effacer les particularités des
différentes formes de reproduction, de réappropriation, de variation sérielle
autour de quelques modèles qu’on retrouve à une échelle globale dans les
médias depuis le XIXe siècle ? La question que souhaite soulever ce colloque
est celle de la pertinence de l’application de la notion de viralité à la
culture (et plus particulièrement la culture de la presse) au tournant des
XIXe et XXe siècles, à travers l’étude de diverses problématiques :

Mécanismes de la viralité

Le concept de viralité recouvre des phénomènes qui ne relèvent pas forcément
du même niveau d’analyse. On tentera de multiplier les approches pour mieux
définir ces phénomènes :
– définitions de la viralité : quels sont les noms que l’époque attribue à ces
pratiques, et comment se distinguent-elles ? Comment le cadre législatif
s’adapte-t-il à ces phénomènes ? On tentera de distinguer le plagiat, la
reprise, la citation, le collage, l’hommage, l’imitation…
– rhétorique de la viralité : la pratique de la reprise, de la répétition
implique des choix de sélection, de transformation, de recontextualisation des
matériaux réutilisés. Assiste-t-on à l’émergence de normes collectives du
réemploi ?
– esthétique de la viralité : les formes les plus susceptibles d’être reprises
sont souvent des formes courtes, simples, frappantes ; la culture virale a-t-
elle des conséquences sur les valeurs esthétiques d’une époque ?
– sociologie et psychologie de la viralité : la reprise de textes et d’images
est un acte social ; qu’est-ce qui explique le potentiel viral de certains
contenus médiatiques ?

Typologie des objets viraux

Qu’est-ce qui fait l’objet de reproductions, de réappropriations, d’une
diffusion non contrôlée au XIXe siècle ? S’agit-il d’information, de message,
d’images, de modèles ? Les réalités sont multiples ; on cherchera à multiplier
les cas d’étude :

– fausses nouvelles (canards, serpents de mer, etc.)
– formes courtes (citations, formules, blagues…)
– récits (contes et nouvelles, faits divers)
– informations (journaux voleurs, faits divers)
– images (caricatures, illustrations, modèles graphiques)
– circulations transmédiatiques

Circuits de la viralité

On tentera de reconstruire les écosystèmes médiatiques qui autorisent la
viralité :

– acteurs : quelles sont les personnes qui produisent, se réapproprient et
font circuler les textes et les images ?
– techniques : quelles évolutions des techniques de reproduction matérielle
(clichage, stéréotypage, copier-coller) et aussi des techniques de
communication (télégraphie, messageries, radio) permettent la viralité ?
– réseaux : quels sont les circuits des objets viraux ?  quelles géographies
sociale, économique, médiatique émergent de l’analyse de ces circulations ?
– rythmes : à quelle vitesse sont diffusés les objets viraux ? que nous
apprennent ces rythmes sur les structures médiatiques de ces époques ?

Imaginaires de la contagion culturelle

Quels modèles sont utilisés pour penser ces phénomènes à l’époque ? On pourra
s’intéresser à l’imitation sociale chez Gabriel Tarde ou Gustave Le Bon, à
l’application du darwinisme à l’analyse de la communication, à l’imaginaire de
la colle et des ciseaux dans le journalisme, à l’identification de la rumeur à
une forme de contagion sociale…

Les propositions de communication (2000 signes maximum) devront être envoyées
à Julien Schuh (jschuh@parisnanterre.fr) avant le 6 avril 2020, accompagnées
d’une courte bio-bibliographie. La liste des propositions retenues sera
annoncée le 20 avril 2020. Le colloque se tiendra à l’Université Paris
Nanterre, les 25 et 26 juin 2020.

Organisation

Ce colloque est organisé par Julien Schuh (Université Paris Nanterre) dans le
cadre du projet IUF « Synthétismes fin de siècle : Littérature, art et
théâtre, entre culture de masse et avant-garde (1880-1910) » et de l’ANR
Numapresse (http://numapresse.org/).

Comité scientifique :

Marie-Ève Thérenty
Pierre-Carl Langlais
Guillaume Pinson
Stéphanie Dord-Crouslé
Sarah Mombert
Jean-Didier Wagneur
Adeline Wrona
Nejma Omari

Bibliographie

Blackmore Susan J., The Meme Machine, Oxford, Oxford University Press, 1999.
Bode Katherine, A World of Fiction: Digital Collections and the Future of
Literary History, University of Michigan Press, 2018.
Bolter, Jay David et Richard Grusin, Remediation. Understanding New Media,
Boston, MIT Press, 2000.
Cagé Julia, Hervé Nicolas, Viaud Marie-Luce, L’Information à tout prix, Bry-
sur-Marne, Ina, coll. Médias et humanités, 2017.
Dawkins Richard, Le Gène égoïste, trad. fr., Paris, Poches Odile Jacob, 2003.
Fourmentraux Jean-Paul et Popper Frank, L’œuvre virale : net art et culture
hacker, Bruxelles, la Lettre volée, 2013.
Garvey Ellen Gruber, Writing with Scissors : American Scrapbooks from the
Civil War to the Harlem Renaisssance, Oxford, OUP, 2013.
Jenkins Henry, Ford Sam, Green Joshua, Spreadable Media: Creating Value and
Meaning in a Networked Culture, New York, NYU Press, 2013.
Kendall Tina and Koster Kristin, « Critical Approaches to Cultural Recycling:
Introduction », Other Voices, n° 3.1, May 2007. URL : http://www.othervoices.org/3.1/guesteditors/index.php
Klucinskas Jean et Moser Walter (dir.), Esthétique et recyclages culturels :
Explorations de la culture contemporaine,  Ottawa, Les Presses de l’Université
d’Ottawa / University of Ottawa Press, 2004. Disponible sur Internet :
http://books.openedition.org/uop/2196
Latour, Bruno, Jensen, Pablo, Venturini, Tommaso et al., « “Le tout est
toujours plus petit que ses parties”. Une expérimentation numérique des
monades de Gabriel Tarde », Réseaux, n° 177, 2013/1, p. 197-232.
Leplatre Olivier et Tran Trung (dir.), L’image répétée Imitation, copie,
remploi, recyclage, revue en ligne Textimage, Le Conférencier, octobre 2012,
URL : http://www.revue-textimage.com/conferencier/01_image_repetee/sommaire.htm
Lessig Lawrence, Remix: making art and commerce thrive in the hybrid economy,
Londres, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, Bloomsbury,
2008.
Liddle Dallas, “The News Machine: Textual Form and Information Function in the
London Times, 1785–1885”, Book History, 19 (1), 2017, p. 132–68. URL:
http://doi.org/10.1353/bh.2016.0003
Sampson Tony D., Virality: Contagion Theory in the Age of Networks,
Minneapolis/London, University of Minnesota Press, 2012.
Scissors and Paste: https://osf.io/nm2rq/
Slauter Will, Who Owns the News? A History of Copyright, Stanford, Stanford
University Press, 2019.
St-Germain Philippe, La culture recyclée en dix chapitres réutilisables,
Montréal, Éditions Liber, 2012.
Thérenty Marie-Eve et Vaillant Alain (dirs.), Presse, nations et
mondialisation au XIXe siècle, Nouveau Monde, 2010.
Viral Texts Project : http://viraltexts.org/

Appel à communications – « La fabrique de la bande dessinée. Perspectives socio-logiques sur la bande dessinée»

Appel à communication pour un colloque international organisé dans le cadre de  l’Année de la bande dessinée 2020 

La bande dessinée a souvent été abordée au travers d’un prisme sémiotique, ce qui est en soi tout à fait légitime. Mais la bande dessinée ce n’est pas seulement un Texte, ou plutôt un hybride texte-image, c’est aussi des auteurs qui en font les scénarios et qui les dessinent, des éditeurs (et des imprimeurs ainsi que des distributeurs), petits ou grands, aux logiques plus ou moins expérimentales, des supports variés, de la revue au numérique en passant par l’album notamment, des festivals qui la célèbrent, du plus connu au plus méconnu, des libraires –souvent passionnés- qui la vendent, notamment dans des boutiques spécialisées, des bibliothécaires -non moins passionnés- qui la mettent en avant dans leurs médiathèques grâce à des expositions ou des conférences, des critiques également qui en parlent et singulièrement dans des revues papiers ou sur des sites internet…Bref, la bande dessinée c’est tout un monde de créateurs et de médiateurs qu’il faut décrire et analyser pour mieux le comprendre.

Il nous a semblé que, dans le cadre, de cette année 2020 consacrée à la bande dessinée, il serait peut être judicieux de faire le point sur les travaux qui rendent compte de ces différentes facettes du monde, complexe, de ceux qui font la bande dessinée. Autrement dit, il s’agit d’ouvrir la boite noire de la fabrique de la bande dessinée. L’approche ne peut être que pluridisciplinaire, c’est pourquoi il est bien question de socio-logies au pluriel, qui ne sont pas forcément des sociologies au sens disciplinaire du terme, mais au sens d’un type d’approche que peut pratiquer aussi bien le civilisationniste, le littéraire, que l’historien du présent et de la culture, le spécialiste d’information-communication comme le sémioticien ouvert à la question de la pluralité des supports.

Les mémoires, thèses, livres et articles se multiplient sur ces questions ces dernières années, il est temps d’essayer de dresser la carte de ce vaste paysage. Ce colloque voudrait être l’un des lieux où ces approches vont pouvoir à la fois s’exposer, se rassembler, se découvrir parfois, dialoguer, apprendre les unes des autres, bref s’enrichir mutuellement.

Les propositions devront se répartir entre cinq grands axes :

–    Le premier privilégiera des approches sous l’angle de ce que l’on peut appeler une socio-logie éditoriale, entre perspectives historique, sociologique et SIC ; la bande dessinée s’est construire en mobilisant de multiples supports (du journal au numérique, en passant par les revues spécialisées et l’album) qui ont donné lieu à de multiples logiques éditoriales dont l’analyse précise enrichit considérablement notre connaissance de l’histoire récente de la bande dessinée ;


–    Le deuxième voudrait s’intéresser aux travaux qui relèvent d’une socio-logie des professions (celle d’auteur ou d’éditeur, mais aussi celle de libraire ou de bibliothécaire, par exemple) et institutionnelle (sur les politiques publiques notamment), là encore entre sociologie politique, histoire et SIC notamment ;

–    Le troisième visera à l’exploration d’une socio-logie de la médiation entre sociologie de la lecture et des lecteurs, et celle des critiques, des militants et bédéphiles ou des fans et de tous les vecteurs de médiation , (à l’instar des festivals de bande dessinée par exemple) ;-    Le quatrième voudrait s’ouvrir au rapport entre art et bande dessinée, non sous l’angle esthétique mais sous celui de la socio-logie de l’art, ainsi que ceux de la socio-logie de la littérature et des approches socio-critiques ;

–    enfin, nous voudrions que ce colloque accueille une possible rencontre, longtemps différée, entre approches à vocation historienne/sociologique et approches sémiotiques/sémiologiques. Certains auteurs veulent rester sur leur quant à soi et penser notamment que la sémiotique ne gagne rien à cette (mauvaise) fréquentation qui, par construction, contrevient au sacro-saint principe d’immanence. D’autres –et c’est à eux que nous nous adressons- pensent, au contraire, qu’il devient urgent aujourd’hui de nouer le dialogue. Certains l’ont entamé (R. Baroni, P. Robert etc.), il faut le poursuivre. Ce colloque peut en être justement l’occasion. Toute main tendue de la sociologie à la sémiotique ou de la sémiotique à la sociologie sera ainsi la bienvenue.

Ces axes ne sont pas étanches et peuvent, bien évidemment, se croiser ou s’articuler : ainsi, travailler sur les fanzines peut renvoyer à la fois à la perspective qui relève de la sociologie de la médiation et des logiques éditoriales ; travailler sur le numérique amène souvent à s’interroger à la fois sur les éditeurs et sur les formes éditoriales (sémiotiques) etc.

Ce colloque voudrait d’abord se focaliser sur la bande dessinée européenne, mais sans exclure pour autant les travaux concernant les comics et le manga qui permettent de construire une approche comparative.

Nous voudrions privilégier ici une perspective temporelle relativement récente de la bande dessinée, soit environ depuis les années 60.
 
Soumission des communications : les propositions, de 2500-3000 caractères espaces compris, accompagnées d’une courte bio-bibliographie de 4 lignes, sont à envoyer à Pascal Robert et Carine Garrigou-Grandchamp  avant le 14 février 2020.

Les propositions seront évaluées par les membres du comité scientifique et les réponses seront retournées au plus tard fin mars.

Comité d’organisation

  • P. Robert (Enssib)
  • C. Garrigou-Grandchamp (Enssib)
  • B. Caraco (Strasbourg)
  • H. Champanhet (BML)
  • JM. Rampon (Science po Lyon)
  • L. Perticoz (Lyon 3)
  • P. Delisle (Lyon 3)
  • F. Henryot (Enssib)
  •  V. Branchu-Gendron (Enssib)

Comité scientifique

  • E. Souchier (Celsa/Paris IV)
  • E. Dacheux (Clermont-Ferrand)
  • J. Bonaccorsi (Lyon 2)
  • J. Baetens (Louvain)
  • B. Mitaine (Dijon)
  • JP Gabilliet (Bordeaux)
  • F. Chauvaud (Poitiers)
  • H. Garric (Dijon)
  • V. Alary (Clermont-Ferrand)
  • L. Perticoz (Lyon 3)
  • P. Delisle (Lyon 3)
  • P. Marion (Louvain-la-neuve)
  • R. Baroni (Lausanne)
  • S. Lesage (Lille)
  • P. Robert (Enssib)

Publication : les communications les plus pertinentes feront l’objet d’une sélection et d’une demande de rédaction d’un texte en vue d’une publication sous forme d’un ouvrage de la collection Papiers aux presses de l’Enssib ; elles seront éventuellement complétées par des travaux inédits qui, pour une raison ou une autre, n’auraient pas été présents au colloque.

Parution – « (Trans-)historicité de la littérature »

Les deux revues Acta fabula et Fabula-LhT publient sous le titre (Trans-)historicité de la littérature un double numéro dirigé par Lise Forment et Brice Tabeling, qui se propose de revenir sur l’hypothèse vivement discutée d’une historicité propre à la littérature :
 
— Fabula-LhT, n° 23, (Trans-)historicité de la littérature, dir. Lise Forment et Brice Tabeling, en ligne, 2019 : www.fabula.org/lht/23.
— Acta fabula, dossier 56, « (Trans-)historicité de la littérature », dir. Lise Forment et Brice Tabeling, en ligne, 2019 : https://www.fabula.org/revue/sommaire12526.php.
Ces deux numéros contiennent :
— cinq articles, sur des anthologies poétiques baroques, la notion de « bibliothèque intérieure », les livres imaginaires de Blaise Cendrars, une page de Dora Bruder de Patrick Modiano et Dernier Royaume de Pascal Quignard ;
— un essai sur la (trans-)historicité, la transhistoricité et la transitionnalité de la littérature ;
— une lettre sur les régimes d’historicité et de transhistoricité ;
— une « note pédagogique » sur le concours d’agrégation ;
— un entretien ;
— et huit comptes rendus d’ouvrages récents, dont plusieurs sont republiés pour l’occasion. 
Le tout réunit le travail de 18 chercheurs et chercheuses établies au Canada, aux États-Unis, en France, en Grande-Bretagne et en Suisse, soit :
Éva Avian (Sorbonne-Nouvelle), Maxime Cartron (Lyon 3), Adrien Chassain (Paris 8), Jérôme David (UNIGE), Laurent Dubreuil (Cornell), Lise Forment (Pau), Raphaëlle Guidée (Poitiers), Jean-Louis Jeannelle (Sorbonne), Jacob Lachat (UNIL), Augustin Leroy (Paris 8), Hélène Merlin-Kajman (Sorbonne-Nouvelle), Jessy Neau (Wilfrid Laurier), Mathieu Roger-Lacan (Paris), Michèle Rosellini (ENS Lyon), Véronique Samson, Brice Tabeling (Sorbonne-Nouvelle), Cosmin Toma (Oxford), Boris Verberk.

Appel à communication – « Dynamiques des rapports de force dans l’espace littéraire africain »

Appel à communication “Dynamiques des rapports de force dans l’espace littéraire africain”
 
Journée d’études doctorales, Vendredi 27 mars 2020 à Paris III – Sorbonne Nouvelle
Organisée par THALIM (UMR 7172, Paris III – Sorbonne Nouvelle), Centre Écritures (EA 3943, Université de Lorraine), Configurations Littéraires (EA 1337, Université de Strasbourg)
 

Séminaire – « La question de la violence »

Anthropologies de la violence: Rencontre avec Nicole Caligaris


Pour réfléchir aux liens de la littérature à la dimension anthropologique de
la violence, la quatrième séance du séminaire “La question de la
violence” (Paris 3/THALIM – Paris 7/CERILAC) prendra la forme d’une
discussion avec Nicole Caligaris autour de ses romans – dont La Scie
patriotique (1997), Okosténie (2008), Dans la nuit de samedi à dimanche
(2011), Le Paradis entre les jambes (2013) – et quelques textes d’autres
auteurs qui viendront enrichir l’échange.

Pour plus d’information sur le séminaire et la séance :
https://laviolence.hypotheses.org/

Jeudi 16 janvier 2020 – 17h
Salle Claude Simon, Maison de la recherche
4 rue des Irlandais, Paris 5e

Organisateurs:
Tancrède Rivière (Paris 7/CERILAC)
Alice Laumier (Paris 3/THALIM)

Parution – « L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016) »

Sort de presse en ce mois de décembre :

L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016)

par Sandra FEDERICI

“Après des débuts souvent précaires dans leurs pays d’origine, certains auteurs africains de bande dessinée sont arrivés à publier en Europe et, pour quelques-uns, à y bénéficier d’une solide reconnaissance. Mais si les conditions de départ semblent être similaires pour tous les auteurs, pourquoi certains arrivent-ils à publier dans les maisons d’édition qui ont un rayonnement international, alors que d’autres restent dépendant des commandes du secteur associatif, des fanzines ou des publications confidentielles à l’enseigne des “micro-éditeurs” ? L’approche sociologique permet ici une analyse rigoureuse des conditions de production, de circulation et de réception du neuvième art africain.”

Cet ouvrage est tiré d’une thèse soutenue en cotutelle internationale (Un. Lorraine / Un. Statale di Milano)

Référence : Federici, Sandra. L’Entrance des auteurs africains dans le champ de la bande dessinée européenne de langue française (1978-2016). Préface de Pierre Halen et Silvia Riva. Paris : L’Harmattan, coll. Logiques sociales – Études culturelles, 2019, 360 p. – ISBN : 978-2-343-15925-6.