Parution – Bernabé Wesley, « L’oubliothèque mémorable de L.-F. Céline. Essai de sociocritique »

Bernabé Wesley, L’oubliothèque mémorable de L.-F. Céline,

Presses Universitaires de Montréal, collection « Cavales », 2018.

EAN13 : 9782760639850.

 

Nous attendons d’un livre qu’il nous mette en garde contre les dangers diététiques du bifteck, qu’il revienne sur l’histoire du scoubidou et qu’il évoque les raffinements de la dentelle. Les derniers romans de Céline, soit D’un château l’autre, Nord et Rigodon, font tout cela. Mais leur interrogation première concerne l’amnésie de la société française d’après-guerre. Comment une nation réécrit-elle le passé en fonction des intérêts du présent ? Et comment un « salaud » aurait-il des choses intéressantes à dire sur la mémoire d’un peuple ? Sans chercher à condamner ni à réhabiliter l’auteur, cet essai se veut une analyse des symboles, des motifs et des usages de l’amnésie collective telle qu’elle est mise en scène dans ses derniers romans. Ceux-ci racontent une version illégitime de la Seconde Guerre mondiale au prisme de genres désuets, d’intertextes issus du patrimoine littéraire, d’archaïsmes linguistiques et d’allusions historiques. Ces lignées littéraires perdues sont réactualisées par l’écriture afin de révéler les trous de mémoire collectifs.

 

Ce livre propose une lecture originale des derniers textes romanesques de Céline. Il examine leur inventivité linguistique, leur humour, leur étrangeté, parfois, et surtout leur portée critique à l’égard des représentations de la mémoire d’une société qui veut oublier la guerre qui vient de s’achever, tout en en gardant à jamais le souvenir.

Bernabé Wesley est chercheur postdoctoral à l’UQAM, en littératures de langue française. Membre actif du Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST), de Figura et de la Société des études céliniennes, il a publié dans la Revue des Sciences humaines, @nalyses, les Cahiers Figura, Études littéraires, les Cahiers ReMix et plusieurs autres.

Feuilleter l’ouvrage…

Url de référence :
https://pum.umontreal.ca/catalogue/loubliotheque-memorable-de-l_-f_-celine

 

https://groups.openedition.org/sympa/arc/listesocius/2018-11/msg00009/87943.jpg

Parution – revue COnTEXTES, n°21, « L’anticipation dans les discours médiatiques et sociaux »

Cher.e.s collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 21 de la revue Contextes, consacré à l’anticipation dans les discours médiatiques et sociaux. Il est disponible en ligne intégralement à l’adresse https://journals.openedition.org/contextes/6494.

Veillez trouver ci-dessous le sommaire de ce numéro.

Bien cordialement,
Matthieu Letourneux et Valérie Stiénon

L’anticipation dans les discours médiatiques et sociaux

Revue COnTEXTES, n°21 : https://journals.openedition.org/contextes/6494

Précédant la science-fiction, dont l’émergence est identifiée aux premières collections éditoriales spécialisées apparues dans les années 1950, la littérature d’anticipation francophone est rarement considérée pour elle-même au-delà des figures de Jules Verne, Rosny aîné et Maurice Renard. Les études rassemblées dans ce numéro étudient cette production en l’inscrivant dans ses multiples contextes. Elles soulèvent ainsi des questions cruciales : quelle est la part éditoriale, médiatique et collective du genre ? En quoi l’inscription des textes dans des supports de diffusion et des cohérences discursives (feuilleton, livre de prix, littérature pour la jeunesse, vulgarisation) engage-t-elle des discours de sens et de valeurs différents ? Peut-on rendre compte des dynamiques intertextuelles et architextuelles qui organisent et définissent cette production ? Comment les discours sociaux prennent-ils sens dans leurs actualisations médiatiques ?

Atelier du livre de la BnF

Atelier du livre : D’hier à demain, bibliothèques & publics empêchés Quel accès au livre et à la lecture pour les publics en situation de handicap ou hospitalisés ?

En partenariat avec l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques & l’École nationale des chartes

Que faut-il entendre par « publics empêchés », cette _expression_ souvent reprise aujourd’hui lors de journées d’étude professionnelles comme dans les circulaires officielles, et dont les contours peuvent parfois paraître flous ?
Si la nature de cet « empêchement » a pu varier selon le contexte historique et politique dans lequel on l’emploie, celui-ci renvoie toujours à un accès difficile et le plus souvent impossible aux bibliothèques et à la lecture, principal vecteur de l’accès à la culture et au savoir. À l’Époque moderne, l’empêchement a pu être social en raison du faible taux d’alphabétisation de la population et de l’offre très réduite en matière de bibliothèques. En temps de guerre, l’empêchement d’accéder aux livres est souvent politique, ou bien les conditions matérielles (bombardements, incendies…) ne permettent pas aux lecteurs de gagner les bibliothèques. Aujourd’hui, on définit l’empêchement à partir de caractéristiques individuelles, comme une impossibilité physique de se déplacer en bibliothèque (personnes hospitalisées, placées sous main de justice…) ou d’accéder à la lecture de caractères imprimés du fait d’un handicap, physique ou cognitif.
C’est l’empêchement lié à un handicap ou à une maladie qui sera au centre de l’après-midi d’étude qu’organise la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec l’École nationale des chartes et l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques. Il s’agira d’étudier, dans une approche historique et contemporaine inédite, la relation établie au fil du temps entre bibliothèques et publics empêchés de lire. Des représentants de nombreuses institutions, associations et bien sûr bibliothèques interviendront aux côtés de chercheurs, juristes ou historiens de la culture, au cours d’une après-midi qui s’annonce riche d’échanges et permettra de faire dialoguer passé et présent autour de cette question.

14h Ouverture
Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la Bibliothèque nationale de France

14h10 Introduction

Yves Alix, directeur de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques

14h30 L’évolution de l’histoire du droit en faveur des publics empêchés de lire
Noë Wagener, maître de conférences en droit public à l’université Paris-Est Créteil

Bibliothèques et publics empêchés de lire du fait d’un handicap :
de l’accueil sur place au développement d’une offre de services

14h50 Les dispositifs d’accessibilité à la BnF
Carole Roux-Derozier, chargée de mission pour l’accueil des publics en situation de handicap à la BnF, et Chloé Cottour, responsable de l’édition adaptée aux personnes handicapées à la BnF

15h20 L’INJA et la naissance du livre par Louis Braille
Roxane Jeseck, responsable des relations extérieures de l’Institut National des Jeunes Aveugles, et Agathe Liénard, documentaliste au CDI de l’Institut National des Jeunes Aveugles

16h00 Les activités de la médiathèque Valentin Haüy
Laurette Uzan, responsable de la Médiathèque de l’Association Valentin Haüy

16 h 20 -16 h 40 : pause

16h40 Le pôle sourd de la médiathèque de la Canopée la Fontaine
Anne-Laurence Gautier, directrice-adjointe et chargée de l’action culturelle de la médiathèque la Canopée la Fontaine (Ville de Paris)

17h00 Edition Adaptée, outils d’animation, ateliers participatifs : Signes de sens, 15 ans d’actions en faveur de l’accès à l’Information et à la Culture pour tous

Sébastien Sellier, responsable communication et partenariats de « Signes de sens »

Quel accès au livre et à la lecture pour les publics hospitalisés ?

17h20 Introduction : État des lieux et enjeux
Thierry Claerr, chef du bureau de la lecture publique, département des bibliothèques, au Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture

17h40 Le réseau des médiathèques des patients et des personnels de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris
Claudie Guérin, coordinatrice des médiathèques et centres de documentation de l’AP-HP


18h00 Une bibliothèque destinée aux blessés pendant la Première Guerre mondiale
Jérôme Van Wijland, directeur de la bibliothèque de l’académie de médecine

Programme_-_Atelier_du_livre_du_22_novembre_2018

Colloque – « L’ethnocritique aujourd’hui. 30 ans de recherches avec Jean-Marie Privat »

L’ethnocritique aujourd’hui. 30 ans de recherches avec Jean-Marie Privat

Colloque international

En partenariat avec l’Université de Lorraine/CREM, l’UQAM/Figura et l’EHESS/IIAC-LAHIC

Metz – Université de Lorraine, Île du Saulcy, UFR-ALLL, salle A 208

Sous la direction de V. Cnockaert, M. Scarpa et M.-C. Vinson

Jeudi 22 novembre

9h Accueil

9h45  Ouverture

Pierre Degott (directeur de l’Ufr ALL), Jacques Walter (directeur du Crem), Véronique Cnockaert, Marie Scarpa et Marie-Christine Vinson (organisatrices)

10h-12h30 – Ethnocritique 1. Oralités et littératies

  • Modératrice : Kathie Birat (Université de Lorraine)

Projection d’extraits de l’entretien de Jean-Marie Privat avec l’anthropologue Jack Goody (juillet 2011, Cambridge)

– Véronique Cnockaert (Université du Québec à Montréal, Figura/Leal)

« Ensauvagements scripturaires et écritures liminoïdes »

– Marceline Laparra (Université de Lorraine, Crem)

« Oralités, littératies et logocentrisme scolaire »

– Thierry Wendling (EHESS, IIAC-Lahic)

« Images, ethnographies et littératures : regards d’aujourd’hui sur Pierre Bruegel l’Ancien »

Discussion

14h-16h15  Ethnocritique 2. Transactions énonciatives et échanges symboliques

  • Modérateur : Thierry Wendling (EHESS,IIAC-Lahic)

– Jean-François Bert (Université de Lausanne, IHAR)

« Parler, c’est à la fois agir et penser. Marcel Mauss et la pragmatique du langage »

– Sophie Ménard (Université du Québec à Montréal, Figura/Leal)

« Mal s’accorder. Les ratés des échanges dans L’Assommoir de Zola »

-Jean-Marie Privat (Université de Lorraine, Crem)

« La théorie des Fées (Perrault/Bakhtine/Mauss) »

Discussion

16h30-17h45   Table ronde 1. L’ethnocritique avec Jean-MariePrivat

  • Modératrice : Marie Scarpa (Université de Lorraine,Crem)

Avec la participation d’Ammar Benkhodja, Valérie Blanchemanche, Astrid Bouygues, Alice Delmotte, Françoise Doumazane Ménand, Guillaume Drouet et Eugénie Fouchet.

Présentation de l’anthologie Un itinéraire ethnocritique

Vendredi 23 novembre

9h-11h15         Ethnocritique 3. Ethnocritique et études littéraires

Modératrice : Claire Maniez (Université Grenoble Alpes,Ilcea4/Cemra

– Jérôme Meizoz (Université de Lausanne)

« Écrire l’enfance en posture d’ethnographe: retour sur Séismes (2013) »

– Claude Meyer (Université de Lausanne)

« Un lieu moins commun. La dés-écriture du collectif dans quelques contes de Maupassant »

– Sylvie Sagnes (EHESS, IIAC-Lahic)

« Alentours de la Maison aux cents fenêtres : médiation par/de la littérature »

Discussion

11h30-12h15 Présentation de la collection « EthnocritiqueS » (PUN-Éditions universitaires de Lorraine) et lancement du nouveau site www.ethnocritique.com

14h-16h       Ethnocritique 4. Ethnocritique et études littéraires (suite)

  • Modérateur : Henri Mitterand (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3/Columbia University)

– Pierre Popovic (Université de Montréal, Crist)

« Jean-Marie Privat, poète »

– Jeanne Bem (Université de La Sarre)

« Le motif du voile dans Madame Bovary et dans L’Éducation sentimentale »

Discussion

15h30-16h  Littérature et anthropologie

Entretien entre Henri Mitterand et Jean-Marie Privat à l’occasion de la parution du dossier thématique des Cahiers naturalistes (no 92, automne 2018) consacré aux ‘Ethnocritiques zoliennes’

16h15-17h30      Table ronde 2. La revue Pratiques et les médiations culturelles et littéraires

  • Modérateur : Raymond Michel (Université de Lorraine, Crem)

Projection de KiosqueS (1989, 18 min., collectif d’enseignant·e·s et de parents du collège Paul-Éluard, Les Minguettes, Vénissieux)

– Marie-Christine Vinson (Université de Lorraine, Crem)

« Les médiations : ses lieux, ses liens »

– André Petitjean (Université de Lorraine, Crem)

« Jean-Marie Privat et la revue Pratiques »

– Yves Reuter (Université de Lille, Théodile-Cirel)

« Jean-Marie Privat ou l’insoutenable résistance du social »

& Claire de Guillebon (directrice de la programmation du Festival Le Livre à Metz)

RESPONSABLE :

V. Cnockaert, M. Scarpa , M.C. Vinson

Appel à communications – « Illustration & Adaptation »

Chers collègues,
IDEA co-organise, avec les Equipes d’Accueil TIL, CALHISTE et ILLE, un colloque international portant sur « Illustration & Adaptation ». Il aura lieu à l’Université de Bourgogne, à Dijon, les 10 et 11 octobre 2019. Vous en trouverez l’appel à communications ci-dessous. Je vous remercie de bien vouloir le diffuser à vos réseaux, collègues et doctorants susceptibles d’être intéressés.
Bien cordialement,
Nathalie Collé, IDEA
Nathalie Collé
Université de Lorraine, Nancy
UFR Arts, Lettres et Langues
Co-directrice E.A. IDEA
http://idea-udl.org/
http://idea-udl.org/members/colle/

Bureau A210 Tel (00 33) (0)3 72 74 31 35

appel à communications

« ILLUSTRATION ET ADAPTATION »

Colloque international organisé par TIL et Illustr4tio

Université de Bourgogne, 10 & 11 octobre 2019

 

Conférenciers invités : Kamilla Elliott (Lancaster University, Royaume-Uni),

Dave McKean (Royaume-Uni) et Kate Newell (Savannah College of Art and Design, États-Unis)

 

Le groupe de recherche lllustr4tio organise un colloque international bilingue (anglais/français) portant sur les rapports entre illustration et adaptation. Cette rencontre scientifique a pour but de permettre aux spécialistes de différentes disciplines de confronter et faire dialoguer pratiques, méthodologies et apports théoriques. En effet, plusieurs champs coexistent sans toutefois profiter des avancées dans leurs domaines respectifs. Si l’illustration est un objet légitime au sein des études intermédiales (Gabriele Rippl, dir., A Handbook of Intermediality, De Gruyter Mouton, 2015), rares sont les travaux interrogeant son statut comme forme d’adaptation, à l’exception d’ouvrages tels que Rethinking the Novel/Film Debate (Cambridge UP, 2003) de Kamilla Elliott ou Expanding Adaptation: From Illustration to Novelization (Palgrave, 2017) de Kate Newell. De manière générale, la conceptualisation de l’illustration pose la question des rapports entre adaptation et intermédialité. Elle peut servir de point de départ au rapprochement fructueux des deux champs, que Lars Elleström appelle de ses vœux dans son essai « Adaptation and intermediality » (Thomas Leitch, dir., The Oxford Handbook of Adaptation Studies, Oxford UP, 2017)

Nous invitons donc les spécialistes et praticiens de l’illustration, de l’adaptation et de l’intermédialité à interroger la nature et la fonction des liens théoriques et épistémologiques entre leurs objets d’étude. Les communications prendront appui sur les travaux récents dans ces domaines et porteront sur l’aire anglophone en particulier, mais sans exclure d’autres aires culturelles, de la période moderne à la période contemporaine. Nous encourageons les participants à réfléchir aux thèmes et questions suivants dans cette liste non exhaustive :

  • L’illustration comme forme d’adaptation : l’illustration comme pratique intermédiale peut-elle contribuer à (re)définir l’adaptation ? En retour, les théories de l’adaptation permettent-elles d’affiner la définition de l’illustration ?
  • Points de contact et de confrontation entre les champs de l’illustration et de l’adaptation : quelles sont les frontières de l’illustration ? Dans le sillage des travaux de Henry Jenkins, par exemple, comment penser la convergence des études sur l’illustration et des études sur l’adaptation ?
  • La transmédiation entre l’illustration et les autres média (textes, romans graphiques, BD, jeux vidéo, peinture, théâtre, film, série télévisée, documentaire, publicité, etc.) : approches théoriques et pratiques artistiques.
  • Professionnalisation des illustrateurs : Quelle est leur conception de l’adaptation ? La structure du marché de l’édition et la nature des contrats éditoriaux incitent-t-ils les artistes à envisager leur production comme une forme d’adaptation ? Quel est le rôle des cursus des écoles d’art ?

Les résumés, de 500 mots maximum (en anglais ou en français), accompagnés d’une bio-bibliographie de 100 à 150 mots, doivent nous parvenir pour le 1er mars 2019 aux deux adresses suivantes :

sophie.aymes@u-bourgogne.fr et shannon.wells-lassagne@u-bourgogne.fr.

Retour : début avril 2019.

Le programme sera fixé en mai 2019.  La publication d’un ouvrage incluant une sélection d’articles est prévue.

Comité scientifique :

Sophie Aymes (Université de Bourgogne, France), Nathalie Collé (Université de Lorraine, France), Brigitte Friant-Kessler (Université Polytechnique des Hauts-de-France, France), Xavier Giudicelli (Université de Reims, France), Christina Ionescu (Mount Allison University, Canada), Maxime Leroy (Université de Haute Alsace, France), Ann Lewis (Birkbeck, University of London, Royaume Uni), Gabriele Rippl (Universität Bern, Suisse), Shannon Wells-Lassagne (Université de Bourgogne, France).

Co-organisateurs :

ea 4182 til, Texte Image Langage, Université de Bourgogne Franche-Comté

ea 4343 calhiste, Cultures, Arts, Littératures, Histoire, Imaginaires, Sociétés, Territoires, Environnement, Université Polytechnique des Hauts-de-France

ea 2338 idea, Interdisciplinarité Dans les Études Anglophones, Université de Lorraine

ea 4363 ille, Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes, Université de Haute Alsace

 

Illustr4tio : https://illustrationetwork.wordpress.com/

Call for papers

“ILLUSTRATION AND ADAPTATION”

International conference organised by TIL and Illustr4tio

University of Burgundy, 10 & 11 October 2019

 

Keynote speakers: Kamilla Elliott (Lancaster University, UK), Dave McKean (artist, UK)

and Kate Newell (Savannah College of Art and Design, USA)

 

Illustr4tio’s forthcoming bilingual international conference will deal with the relationship between illustration and adaptation. It aims to allow specialists from different disciplines to compare and exchange on practice, methodology, and theoretical frameworks. Indeed, several fields co-exist without necessarily acknowledging advances in their respective domains. If illustration is a legitimate object of study within intermedial studies (Gabriele Rippl, ed., A Handbook of Intermediality, De Gruyter Mouton, 2015), there are few works that investigate the status of illustration as adaptation, with the exception of works like Kamilla Elliot’s Rethinking the Novel/Film Debate (Cambridge UP, 2003) and Kate Newell’s Expanding Adaptation: From Illustration to Novelization (Palgrave, 2017). More generally, the conceptualisation of illustration introduces questions about the relationship between adaptation and intermediality. It can serve as a starting point for the intersection of the two domains, something Lars Elleström calls for in his essay “Adaptation and Intermediality” (Thomas Leitch, ed., The Oxford Handbook of Adaptation Studies, Oxford UP, 2017).

We invite specialists and practitioners of illustration, adaptation and intermediality to address the theoretical and epistemological links between their respective objects of study. Papers can make use of recent work on these domains and can deal with the English-speaking world, from the Modern to the Contemporary period, as well as other cultures. We encourage participants to reflect on the following themes and questions in this non-exhaustive list:

  • Illustration as a form of adaptation: can the example of illustration as an intermedial practice participate in redefining what we mean by adaptation? Conversely, can adaptation theory help reappraise illustration as a subject matter and a field of research?
  • Intersections between the realms of illustration and adaptation: what are the boundaries of the field of illustration? In the wake of Henry Jenkins’s works, how can one theorize the convergence between illustration and adaptation?
  • Transmediation between illustration and other media (texts, painting, graphic novels, comics, video games, theatre, film, television series, documentaries, advertising, etc.): theoretical approaches and artistic practices.
  • Professionalisation of illustrators:  what approach to adaptation do illustrators have? How to their briefs or commissions impact the perception of illustration / adaptation? What is the role of art school curriculae in this phenomenon?

Proposals of 500-word total (in French or in English) accompanied by a brief biography (100-150 words) should be sent by March 1, 2019 to Sophie Aymes (sophie.aymes@u-bourgogne.fr) and Shannon Wells-Lassagne (shannon.wells-lassagne@u-bourgogne.fr).

Notification: early April 2019

The program will be finalised by May 2019. A volume of selected papers will be published.

Scientific committee:

Sophie Aymes (Université de Bourgogne, France), Nathalie Collé (Université de Lorraine, France), Brigitte Friant-Kessler (Université Polytechnique des Hauts-de-France, France), Xavier Giudicelli (Université de Reims, France), Christina Ionescu (Mount Allison University, Canada), Maxime Leroy (Université de Haute Alsace, France), Ann Lewis (Birkbeck, University of London, UK), Gabriele Rippl (University of Bern, Switzerland), Shannon Wells-Lassagne (Université de Bourgogne, France).

Organising committee:

ea 4182 til, Texte Image Langage, Université de Bourgogne Franche-Comté

ea 4343 calhiste, Cultures, Arts, Littératures, Histoire, Imaginaires, Sociétés, Territoires, Environnement, Université Polytechnique des Hauts-de-France

ea 2338 idea, Interdisciplinarité Dans les Études Anglophones, Université de Lorraine

ea 4363 ille, Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes, Université de Haute Alsace

Illustr4tio: https://illustrationetwork.wordpress.com/

Appel à communications – colloque Nelly Arcan

 

Bonjour à tous.tes,
Ci-dessous un appel à communications pour le colloque Nelly Arcan qui se tiendra les 16 et 17 septembre 2019 à l’EHESS (Paris).
Date limite de soumission des propositions (400 mots) : 31 mars 2019.
N’hésitez pas à diffuser dans vos réseaux !
Merci d’avance et bien à tous.tes,
Lilas Bass

Soutenance de thèse – « Aux origines du surréalisme (1917-1924) »

Soutenance de thèse de doctorat en Littérature française de Damiano De Pieri
 
Aux origines du surréalisme (1917-1924) : « Un nouveau temps du verbe être »
dirigée par Marie-Paule Berranger et Rosanna Gorris Camos
La soutenance aura lieu à l’Université de Vérone le 15 novembre à 10h dans la salle 1.13, Vicolo Campofiore 2, 37129 à Vérone, et sera suivie par un pot afin de célébrer avec convivialité ce moment. Je vous prie de me confirmer une semaine avant votre participation pour m’organiser au mieux. À ce propos, j’ai prévu également une présentation de ma thèse à Paris pour la rentrée 2019 dont je vous donnerai les détails prochainement.
Résumé
Cette thèse se propose de reconsidérer la naissance du surréalisme dans la période entre 1917 et la publication du Manifeste du surréalisme en 1924. La première partie se concentre sur les années 1917-1918 et montre comment Aragon, Breton et Soupault ont tissé leurs réseaux pour s’insérer dans le champ littéraire avant de créer la revue Littérature. En même temps le désir et la nécessité de publier pour atteindre la légitimité entrent en conflit avec un esprit de groupe et des exigences différentes révélant une délicate stratégie entre adhésion et subversion. Le prétexte d’un essai sur le lyrisme demandé par Reverdy à Breton est l’occasion de mesurer la distance qui se creuse entre les trois amis et la génération des poètes aînés afin d’apprécier les chemins qu’ils ont emprunté pour renouveler l’écriture de la poésie en allant vers l’horizon plus ambitieux d’une critique du langage. Dans la deuxième partie, qui traite des 1919-1924, est d’abord considéré le rapport entre la poésie et l’espace public à la lumière de l’essor de la presse. Enfin, à partir des revues artistiques et littéraires est esquissée une cartographie des tendances esthétiques et idéologiques d’où émerge le surréalisme. Le corpus est constitué par les revues qui « entourent » Littérature, c’est à dire qui forment le premier cercle autour de cette revue, au sens où elles sont mentionnées dans les rubriques consacrées aux revues et où elles accueillent parfois la signature des poètes du sommaire. Cet échantillon représentatif du champ littéraire permet de montrer le socle commun du surréalisme naissant aux modernistes et aux avant-gardes et, inversement, les lignes de fuite qui les distinguent. Cette étude s’inscrit ainsi à la croisée de la sociologie, de l’histoire et de la poétique.

Séminaire – « Histoire et littérature, 1800-1950 »

Séminaire de Judith Lyon-Caen, EHESS

Histoire et littérature, 1800-1950

 

2018-2019

 

Les vendredis de 11 h à 13 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2018 au 7 juin 2019. Pas de séance le 14 décembre 2018

Comment faire de l’histoire avec de la littérature ? Que fait-on, en histoire et en sciences sociales, quand on prend pour objet cette réalité aux contours instables et constamment discutés qui est désignée comme « littérature » ? Ce séminaire s’intéresse aux formes de présence et de dissémination de la littérature dans le monde social depuis l’époque romantique jusqu’aux lendemains de la Seconde guerre mondiale. On y explore les voies d’une histoire du recours à la littérature, qui concerne des écrits littéraires reconnus aussi bien que des formes inaperçues de présence du littéraire, qui s’intéresse aux producteurs de la littérature comme à ses lecteurs, qui cherche à décrire l’ensemble des gestes qui inscrivent la « littérature » dans le monde social, comme activité sociale, réalité matérielle, ensemble pratiques dotées de valeur, horizon possible de l’écriture. Cette histoire s’interroge sur ce que ce qui est désigné comme littérature fait au monde, sur la ressource qu’elle constitue pour ceux qui y recourent, en particulier, sur la manière dont elle oriente, structure le monde social dans lequel elle s’inscrit. Le séminaire interroge de manière globale les relations entre histoire et littérature, dans toutes les dimensions de la question, mais le travail s’organise aussi autour de deux principaux terrains d’enquête, dont l’exploration, pour des raisons de calendrier, pourra s’entremêler : le premier concerne la modernité du XIXe siècle. Ici il s’agit de comprendre comment la littérature a pu être investie pour formuler l’expérience socio-historique des femmes et des hommes du XIXe siècle – certes selon des amplitudes sociales et locales variables. Cet investissement, individuel et collectif dans la littérature, s’éprouve intensément autour de la révolution de 1848, dont le séminaire de 2018-2019 explorera particulièrement l’après-coup. Le second terrain d’enquête concerne le recours à la littérature dans les camps et les ghettos de l’Europe occupée par les nazis. Des poèmes composés et lus dans le ghetto de Varsovie à la littérature du retour des camps, l’écriture de littérature a été intensément investie face à la destruction nazie, pour résister et témoigner. C’est à partir de ces pratiques qu’on se propose de revenir sur les questions d’histoire et de littérature relatives au témoignage, et de réfléchir sur une manière d’intégrer l’histoire des écrits et du fait littéraire à l’historiographie de la Shoah.
Un certain nombre de séances seront consacrées à des présentations de travaux de chercheurs et d’étudiants. Elles seront annoncées en cours d’année.

Programme indicatif

9, 16, 23 novembre 2018 : La littérature à la trace. Introduction, problématiques, méthodes.

 

30 novembre, 7 et 21 décembre : Autour de 1830. Instituer la littérature, instituer le social.

 

11, 18 et 25 janvier 2019 : Autour de 1848. La littérature dans l’événement. Visibles engagements, invisibles ralliements

 

1er février. « Littérature au camp » : introduction d’un objet de recherche

 

8 février : séance donnée dans le cadre du séminaire La guerre transmise. « Prises d’écriture en temps de catastrophe »

 

15 février. Interlude : matérialités (XIXe siècle)

 

22 février : colloque international « La nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah »

 

Vacances d’hiver

 

15, 22 mars. Les Règles de l’art et leur dossier historique.

 

29 mars, 5 et 12 avril, 19 avril. Enquêter sur l’administration de la littérature, 1850-1870

 

Vacances de printemps

 

10, 17, 24, 31 mai. « Littérature au camp ». Histoire de l’écrit et historiographie de la Shoah

 

7 juin. Bilan

 

Séminaire – « Savoirs du témoignage, XXe-XXIe siècles »

Savoirs du témoignage

XXe-XXIe siècles

Frédérik Detue, maître de conférences à l’Université de Poitiers,

Charlotte Lacoste, maîtresse de conférences à l’Université de Lorraine,

Judith Lyon-Caen, directrice d’études à l’EHESS (CRH-GRIHL, CRH-HHS) – Cette enseignante est référente pour cette UE.

2e et 4e vendredis du mois de 15h à 17h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2017 au 14 juin 2018

Ce séminaire collectif s’intéresse aux pratiques et aux formes de l’écriture de témoignage depuis le début du XXe siècle, selon une approche interdisciplinaire qui considère la production d’écrits, leurs modalités de publication, leurs circulations et leurs appropriations comme autant d’actions dans l’histoire, et comme autant d’événements, et non pas seulement comme des sources possibles sur ces événements. Actions dans l’histoire, événements d’écriture, bien des écrits ne sont désignés comme « testimoniaux » qu’à distance de leur première effectuation. Les cadres matériels, moraux, institutionnels (judiciaires ou disciplinaires par exemple) de ces premières effectuations, mais aussi l’ensemble des opérations qui qualifient tel ou tel écrit comme « témoignage » sont au cœur de nos questionnements. Ainsi nous interrogeons-nous par exemple sur les idiomes du témoignage, ses épistémologies et les temporalités qu’elles dessinent, sur l’émergence et les usages de catégories contemporaines comme « littérature de témoignage » ou « genre testimonial », ou encore « littérature documentaire ».

De la Première guerre mondiale au génocide des Tutsi au Rwanda, de la Shoah à la guerre d’Algérie, la question du témoignage occupe une place croissante dans les savoirs sur les violences extrêmes de notre temps. Ce séminaire cherche à faire dialoguer des « savants du témoignage », des chercheurs qui s’intéressent au témoignage dans des contextes historiques multiples et selon les horizons disciplinaires variés des sciences sociales. Il s’ouvre aussi à des praticiens du témoignage, dans les arènes artistique, littéraire ou judiciaire, qui se tiennent parfois à la charnière des champs et des postures. Car le propre de la question du témoignage – comme catégorie utilisée par les acteurs et/ou construite par les chercheurs ou les institutions – est souvent de produire du brouillage dans les catégorisations, les positions, les discours. De produire de l’inclassable. D’où l’intérêt, à notre sens, de chercher à esquisser des perspectives, de partage ou de clivage, qui n’écrasent pas la spécificité des pratiques, des gestes, des objets testimoniaux envisagés.

Séminaire bi-mensuel ouvert aux étudiant.e.s de master, 6 ECTS

 

Programme de l’année 2018-2019

 

SÉANCE 1. 9 novembre.

Introduction, par Charlotte Lacoste et Judith Lyon-Caen

 

SÉANCE 2. 23 novembre.

Cycle Témoignage et roman, 1.

Témoignage et fiction, par Frédérik Detue, Charlotte Lacoste et Judith Lyon-Caen

 

SÉANCE 3. 14 décembre.

Cycle Témoignage et roman 2.

Mathilde Zbaeren (Université de Lausanne) : « Délégation du témoignage ou invisibilisation du témoin ? Ce que le roman contemporain fait au témoignage »

 

SÉANCE 4. 11 janvier.

Cycle Témoignage et roman 3.

Jonathan Barkate (Univ. Paris-Est MLV) : « Témoignage et roman chez Joseph Kessel et Romain Gary » 

 

SÉANCE 5. 25 janvier.

Cycle Témoignage, justice et droit, 1.

Franck Leibovici et Julien Seroussi : « Des dispositifs poétiques à la Cour pénale internationale »

 

SÉANCE 6. 8 février.

Atelier : des mémoires multidirectionnelles

 

SÉANCE 7. 22 février

Colloque EHESS : « La nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah »

 

SÉANCE 8. 22 mars.

Cycle Témoignage au cinéma, 1.

Olga Byrska, Malena Chinski, Judith Lyon-Caen : « Le temps du ghetto (Frédéric Rossif, 1961), des voix à l’écran »

 

SÉANCE 9. 12 avril

Cycle Témoignage, justice et droit, 2.

Olivier Leclerc (CNRS) : « ‘Qui mieux abreuve, mieux preuve’ ? Le témoignage en justice et les raisonnements probatoires »

 

SÉANCE 10. 10 mai

Cycle Témoignage au cinéma, 2.

Marc Weymuller : « Le témoignage dans La Promesse de Franco, 2013 » (séance animée par Jonathan Barkate et Claire Laguian)

 

SÉANCE 11. 24 mai

Cycle Témoignage au cinéma, 3.

Frédérik Detue : « Témoignage et re-enactment dans Tadmor (2016) de Monika Borgmann et Lokman Slim »

 

Séance 12. 14 juin

Bilan et conclusions

Colloque – « Documenter les ‘expériences du choc’ de la migration »

Bonjour,

 

je vous prie de trouver ci-joint le programme du colloque international pluridisciplinaire « Documenter les ‘expériences du choc’ de la migration » qui se déroulera à la MSHS de Poitiers, ainsi que sur deux sites de la ville de Poitiers (l’Espace Mendès-France et le cinéma Le Dietrich), du 7 au 9 novembre 2018.

 

Ce colloque clôture le programme de rencontres scientifiques « Représenter l’expérience de la migration » (2016-2018). La problématique des représentations et des savoirs sur les migrations a été abordée sous l’angle des récits et des images que produisent les personnes migrantes pour documenter leurs expériences (Journées d’étude en mars et en novembre 2016) ; puis sous celui des discours, des récits et des images qui, depuis un siècle, ont représenté de manière dissensuelle la figure du.de la « réfugié.e » (Journée d’étude, avril 2017). Le colloque a pour ambition à la fois d’approfondir et d’étendre les réflexions engagées au cours de ces différentes étapes, en gardant le cap établi à partir de la notion d’expérience : en ouvrant la parole aux personnes migrantes, en l’ouvrant également à différents acteurs sociaux, il se situera du côté de ces personnes en situation de migration qui, le plus souvent exilées et « illégalisées », ont vécu des expériences « où le choc est devenu la norme » (Walter Benjamin).

 

Le colloque réunira des expert.e.s venu.e.s de France, de Suisse, du Royaume-Uni, du Maroc et du Canada : personnes migrantes, militant.e.s associatif.ive.s, écrivain.e.s, metteures en scène, réalisateur.rice.s et chercheur.euse.s de différentes disciplines (anthropologie, cinéma, droit, géographie, histoire, linguistique, littérature, sciences politiques, sociologie, théâtre) y échangeront leurs observations et leurs analyses avec le public.

 

Les personnes qui souhaitent y participer sont invitées à s’inscrire : http://paiementenligne.univ-poitiers.fr/FoReLLIS-Migration2018/inscription/etape1.php

 

Outre le programme, vous trouverez toutes les informations relatives à l’événement, et notamment l’argumentaire, sur la page dédiée au colloque sur le site du laboratoire FoReLLIS de l’Université de Poitiers :

http://forell.labo.univ-poitiers.fr/non-classe/documenter-les-experiences-du-choc-de-la-migration-international-conference-documenting-the-shock-experiences-of-migration/

 

Des informations complémentaires sur les travaux des différent.e.s intervenant.e.s sont par ailleurs diffusées régulièrement sur la page Facebook de l’événement :

https://www.facebook.com/events/359274648144527/

Colloque_Flyer-site-FoReLLIS

En vous remerciant de votre attention,

 

bien cordialement,

 

Frédérik Detue

MCF Littérature générale et comparée

Codirecteur du master Littératures, arts et sciences sociales

Université de Poitiers / Laboratoire FoReLLIS (B3)

forell.labo.univ-poitiers.fr/membres/detue-frederik/

https://univ-poitiers.academia.edu/FrédérikDetue