Appel à contributions – « Médiations de l’antiracisme dans la littérature et les arts »

Médiations de l’antiracisme dans la littérature et les arts
Discours, représentations, pratiques
Alternative francophone
https://journals.library.ualberta.ca/af/index.php/af

Numéro spécial dirigé par Djemaa Maazouzi (Collège Dawson, Montréal)

Les études qui théorisent le racisme et l’antiracisme dans le contexte français notamment ont montré les diverses frontières et déplacements sociohistoriques de ces notions dans le discours social, dans les mouvements idéologiques, tant dans la sphère militante qu’au niveau de l’institution gouvernementale.  On peut définir le racisme comme une « croyance en l’hétérogénéité absolue de l’autre [qui] se manifeste […] principalement par l’affirmation (implicite ou explicite) de l’essence de l’autre [ou encore une croyance qui] tend à conserver la différence de l’autre en tant que groupe tout en niant la surgence de l’individu au sein du groupe.» (Guillaumin 2002 [1972], 112) L’antiracisme, quant à lui, peut être caractérisé par le fait qu’il réagit au racisme et interagit avec lui. À l’aune de cette dernière et étroite balise définitoire, l’antiracismese trouve l’objet de divers faisceaux critiques.

En effet, en dehors d’une option au minimum défensive, au maximum contre-offensive qui le confine dans un positionnement à vocation essentiellement éducative, pédagogique pour se déployer et faire progresser ses valeurs, l’antiracisme ne dispose que de l’antithèse pour mieux assoir sa thèse. Dès lors, puisque se situant du « bon » côté de l’histoire et des principes (de la Déclaration des droits de l’homme, des humanismes), l’antiracisme est, d’une part, aisé à promouvoir et à soutenir, logique à adopter par les uns et les autres, prompt à servir l’alibi de la bonne conscience de certains gouvernants. D’autre part, placé du côté des évidences, l’antiracisme relève de la position trop facile à camper ; cantonné dans la dénonciation, il est simplificateur de situations complexes et perd par là même son crédit, sa pertinence et sa virulence.

Dans certains mouvements anticolonialistes, sociaux, féministes, l’antiracisme peut prendre un visage paternaliste, fraternaliste, maternaliste.Dans d’autres formes militantes, les plus récupérées (et les plus dévoyées) lorsque relayées par les instances médiatiques et étatiques, l’antiracisme se fourvoie du droit à la différence au droit à l’indifférence, piégeant ses propres possibilités d’actions. Dans sa version institutionnalisée, il noie ses revendications de droits à l’égalité dans une dérive moraliste qui les transforme en droit (atrophié) à la tolérance. L’antiracisme s’avère, ainsi, sinon moyen hypocrite d’ôter aux acteurs antiracistes de la rue leur raison de lutter (car désormais pris en charge officiellement au sein des rouages gouvernementaux), un anesthésiant à la vigilance du racisme systémique ainsi qu’aux discriminations ordinaires. Enfin, considéré à travers les effets pervers qu’ont sur lui lesbrouillages du différentialisme et de l’assimilationnisme, l’antiracisme est devenu inefficace contre les offensives racistes. Il est même parfois l’agent direct de leur régénération, voire tremplin de nouvelles stigmatisations.

Considéré au prisme de toutes ces limites et instrumentations, l’antiracisme, réaction aux forces de la réaction (littéralement entendues comme celles qui s’opposent au progrès social et visent à rétablir les institutions antérieures), semble disposer de peu de latitude pour inventer, d’insuffisantes manières de se réinventer et d’être offensif en dehors des lieux (communs imposés et circonscrits) du racisme qui le fait exister.Pourtant, force est de constater que lorsque l’antiracisme rappelle son intransigeance quant au respect de la dignité humaine, il fait toujours acte de résistance. Il n’est ainsi pas nécessaire que le racisme frappe pour que l’antiracisme travaille en profondeur pour l’égalité entre les êtres : redonnant à évaluer l’application de ce principe dans tous les actes ordinaires du quotidien ou dans des situations considérées comme extraordinaires ; maintenant une conception exigeante du monde, des sociétés et des rapports entre les êtres et les groupes qui y évoluent.

Aussi conviendra-t-on que si les charges critiques de l’antiracisme peuvent servir de mise en garde contre des travers et des récupérations toujours potentielles, elles ne modifient en rien le fait qu’il demeure nécessaire, en tout temps, dans toute société, pour faire avancer le droit à tout être à la dignité et à la considération (être pris en compte et respecté). Mieux, l’antiracisme, lorsqu’il se dit et se montre ouvertement dans cet impératif de la primauté de la dignité humaine, perturbe une dominante bien-pensance, dérange le « politiquement correct » (quand celui-ci fraye avec le racisme ou arbore une façade antiraciste). Il met à l’épreuve le don, l’hospitalité, le care, lasolidarité et ouvre à nouveaux frais (et dette ?) leur sens. Il éveille des prises de conscience dans des contextes où l’indifférence et le déni participent à la perpétuation, à la reconduction voire à l’accentuation des discriminations. Parce qu’il les désigne, les dénonce et qu’il les juge inacceptables, il remet en question des modes d’expressions et des savoirs, des modes de vivre et de penser, des manières d’être et de faire. Il propose d’autres adresses à autrui, d’autres définitions des altérités, d’autres voies intersubjectives.

Postulant que l’antiracisme participe de l’action, qu’il est un travail toujours à mener contre une inclinaison sociale (collective ou individuelle) à construire ou à choisir une cible (sans ôter à ce phénomène ses ancrages sociaux, historiques, culturels et politiques précis), nous conviendrons qu’il fait en cela obstacle, qu’il est littéralement résistant : il est force à valeur intensive et contraire qui s’énonce, se montre, est transmise. Ce numéro d’Alternative francophonequi élargit les analyses en dehors du champ français, invite à une réflexion sur les médiations de l’antiracisme. Quel médium donne à l’antiracisme une forme, une matérialité, un dispositif, un type de reconnaissance institutionnelle ? Comment ce médium modèle l’antiracisme, le rend perceptible et intelligible au lecteur, à l’auditeur, au spectateur ?

Tout en soulignant l’importance des modes de transmission et de circulation (livre, film, webfilm, photographie, site et plateforme web, spectacle, performance), on s’intéressera aux discours, aux représentations, aux pratiques de l’antiracisme dans la littérature, au cinéma et dans les arts (théâtre, musique, peinture, sculpture, exposition, danse, etc.). Sont encouragées les études de cas qui accordent une attention particulière:

–      au déplacement de cible ;
–      à la fabrication du paria ;
–      à l’imbrication des dominations (race, classe, genre, handicap, etc.) ;
–      aux interactions entre des discriminations de diverses natures ;
–      à l’alliance entre antiracisme et d’autres positionnements (anticolonialistes, féministes,  anti-homophobes, pro-réfugiés-migrants-sans-papiers, etc.) ou encore
–      à des stratégies d’autodéfense (retournement des violences, recours à la violence symbolique ou effective, choix de la non-violence, etc.).

 

Bibliographie sélective 

Actuel Marxn° 38, « Le racisme après les races », 2005.
BALIBAR, Étienne,Droit de cité. Culture et politique en démocratie, Paris, Éditions de l’Aube, 2002, [PUF, 1998].
BARKER, Martin,The New Racism. Conservatives and Ideology of the Tribe, Londres, Junction Books, 1981.
COLLECTIF MANOUCHIAN, Dictionnaire des dominations de sexe, de race, de classe, Paris, Éditions Syllepses, 2012.
DELPHY, Christine, Classer, dominer. Qui sont les ‘‘autres’’ ?, Paris, Éditions La Fabrique, 2008.
ESSED, Philomena, Understanding Everyday Racism, An Interdisciplinarity Theory, Sage, Thousand Oaks, Ca, 1991.
FANON, Frantz,Peau noire, masques blancs, Paris, Éditions du Seuil, 1952.
FASSIN, Didier et FASSIN, Éric (dir.), De la question sociale à la question raciale. Représenter la société française, Paris, Éditions La Découverte, 2006.
GUILLAUMIN, Colette,L’idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Paris, Éditions Gallimard, « Folio essais », 2002 [1972].
HOUSE, Jim, « Antiracism and Antiracist Discourses in France from 1900 to the Present Day », Thèse de doctorat, Universityof Leeds, 1997.
LIAUZU, Claude, Colonisations, migrations, racismes, Paris, Éditions Syllepse, 2009.
LLOYD, Cathie, Discourses of Antiracism in France, Aldershot, Aschgate, 1998.
MBEMBE,Achille, Sortir de la grande nuitEssai sur l’Afrique décolonisée, Paris, Éditions La Découverte, 2010.
MBEMBE,Achille, Critique de la raison nègre, Paris, Éditions La Découverte, 2015.
MÉCHOULAN, Éric, Lire avec soin, Lyon, Éditions ENS, 2017.
MEMMI, Albert, Le racisme. Description, définition, traitements, Paris, ÉditionsGallimard, 1982. 
NOIRIEL, Gérard, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècles)Discours publics, humiliations privées, ÉditionsFayard, 2007.
REVUE DE(S)GÉNÉRATIONS, «  Être des allié.e.s », n° 28, 2017.
REVUE DE(S)GÉNÉRATIONS, «  Figure, figurants », n° 9, septembre 2009.
REVUE DE(S)GÉNÉRATIONS, «  La fin des crispations identitaires », n° 5, février 2008.
REVUELIGNES, « Ruptures sociales. Ruptures raciales », n° 21, novembre 2006.
REYNAUD PALIGOT, Carole, La République raciale – Paradigme racial et idéologie républicaine 1860-1930, Paris, Éditions PUF, 2006.
RUDDER Véronique de, POIRET Christian et VOURC’H François, L’inégalité raciste – L’universalité républicaine à l’œuvre, Paris, Éditions PUF, 2000.
SANDER, Gilman, The Jew’s Body, New York, Routledge, 1991.
TAGUIEFF,Pierre-André (dir.), Face au racisme. Tome 1- Les moyens d’agir,ÉditionsLa Découverte, 1991.
TAGUIEFF,Pierre-André (dir.), Face au racisme. Tome 2- Analyses, hypothèses, perspectives, ÉditionsLa Découverte, 1991.
TEVANIAN, Pierre, La mécanique raciste, Paris, Éditions Dilecta, 2008.
TODOROV, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien,Paris, ÉditionsRobert Laffont, 2000.
WALLERSTEIN, Immanuel et BALIBAR, Étienne,Race, nation, classe : les identités ambiguës,  Paris, ÉditionsLa Découverte, 1988.
WIEVIORKA, Michel, L’espace du racisme, Paris, Éditionsdu Seuil, 1991.

Échéance de publication

15 janvier 2019 
: envoi des articles par courriel à Djemaa Maazouzi (dmaazouzi@gmail.com) et Sathya Rao (srao@ualberta.ca).
Veuillez noter que les articles ne respectant pas le protocole de publication disponible sur le site du journal (https://ejournals.library.ualberta.ca/index.php/af/about/submissions#onlineSu bmissions) ne seront pas acceptés. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à vous adresser par courriel à Sathya Rao (srao@ualberta.ca).
Les articles seront évalués à l’aveugle par deux experts et la décision finale, éventuellement accompagnée de recommandations, sera envoyée par courriel à l’auteur dans un délai de 3 à 4 mois.

15 septembre 2019 : publication du numéro en ligne.

Djemaa Maazouzi, Ph.D
https://djemaamaazouzi.academia.edu

Collège Dawson
Département de français
dmaazouzi@dawsoncollege.qc.ca
Bureau 5E.2 

Adresse postale :
3040 Rue Sherbrooke O
Montréal, QC H3Z 1A4, Canada
Téléphone : (514) 931 8731

AFFINALappelMédiations de l’antiracisme10JUIN18

Parution – « Mélusine et Barbe-Bleue. Essai de sociopoétique »

Chers Amis et chers Collègues,

Nous avons le plaisir de vous signaler la parution de notre livre Mélusine et Barbe-Bleue. Essai de sociopoétique aux éditions Honoré Champion.

Cet ouvrage s’attache à deux mythes littéraires dans lesquels les représentations sociales sont particulièrement fortes, intéressantes, originales et significatives. La lecture sociopoétique analyse l’émergence, dans les différentes réécritures, de lectures nouvelles suivant des constellations socio-culturelles, politiques et historiques variées. La perspective comparatiste permet de mieux mettre encore en valeur l’importance historique, sociale et culturelle jouée dans la reprise de ces contes qui jouent sur la curiosité, la relation entre sexes, l’argent et le pouvoir.

Bien cordialement,

Alain Montandon

Guide Carnet liste socius

Événement – « Adorno en France (Paris Nanterre) »

Adorno en France
Journées d’étude franco-allemandes (GENACH Université de Liège/Sophiapol Paris Nanterre)
Paris Nanterre

Adorno in Frankreich
Deutsch-französische Studientage (GENACH Université de Liège/Sophiapol Paris Nanterre)
Paris Nanterre

Organisateurs : Thomas Franck (GENACH Université de Liège/Humboldt Universität zu Berlin), Jean-Baptiste Vuillerod (Université Paris Nanterre/Sophiapol)

Dates : 21-22 juin 2018

Jeudi 21 juin

10h
Accueil des participants

10h20-10h30
Mots introductifs des organisateurs et de Christian Berner

10h30-12h
Première table ronde : « Politiques de la Théorie critique »
Présidence : Christian Berner
Julia Christ : « 1933 – 1940 : même rupture ? La philosophie d’Adorno prise au piège de la continuité politique française »
Thomas Franck : « Croisements et interférences entre les dialectiques adornienne et goldmannienne : de la Dialektik der Aufklärung aux Recherches dialectiques »

12h13h30
Repas

13h30-15h
Deuxième table ronde : « Les conférences de Paris »
Présidence : Joana Desplat-Roger
Alain Patrick Olivier : « L’étranger et l’obscur dans la langue philosophique d’Adorno »
Danilo Scholz : « Adorno au Collège de France »

15h-15h30
Pause-café

15h30-17h
Troisième table ronde : « Esthétiques et traductions selon Adorno »
Présidence : Joana Desplat-Roger
Mark Potocnik : « Zurückübersetzen. Adornos Spätstil »
Grégory Cormann : « Notes sur les Notes sur Beckett »

Vendredi 22 juin

10h-12h
Quatrième table-ronde : « Problématiser la pensée française sous le prisme du dialogue adornien »
Présidence : Thomas Franck
Lucie Wezel : « Lyotard lecteur d’Adorno »
Jean-Baptiste Vuillerod : « Adorno et Löwith : deux interventions françaises contre Heidegger »
Frank Müller : « Correspondances critiques : Minder et Adorno contre le jargon ontologisant »

Présentation des journées

Les études adorniennes connaissent actuellement dans le domaine francophone un intérêt croissant, mais s’il est vrai que la pensée d’Adorno a été reçue tardivement en France, et de manière parcellaire – en distinguant notamment ses travaux de sociologie, d’esthétique et de philosophie –, il serait inexact de considérer qu’elle ait été complètement ignorée de son vivant. Ses liens avec plusieurs revues françaises telles que Diogène, Mercure de France, Preuves, Communications et Arguments ainsi qu’avec des personnalités comme Edgar Morin, Kostas Axelos, Lucien Goldmann et d’autres, montrent qu’il a en réalité innervé certaines tendances de la pensée française dès les années 1950. De plus, ses interventions à la Sorbonne en 1958 et au Collège de France en 1961 témoignent d’une prise en compte véritable du champ intellectuel français, particulièrement de l’importance en son sein de la philosophie de Heidegger, qui s’est révélée décisive pour l’évolution de la pensée du philosophe francfortois et pour l’élaboration de La Dialectique négative.
L’échange et le dialogue qui se sont construits entre Adorno et la France ne se résument nullement à une simple réception ou à une actualisation de sa théorie critique. Les pratiques naissant en France dans la continuité, plus ou moins conflictuelle, de ses interventions parisiennes, subissent très vite des orientations singulières, que l’on pense par exemple à la pratique du fragment moral dans Arguments ou à la fascination sémio-anthropologique pour l’industrie culturelle et les communications de masse qui se développe, autour de Morin, Barthes et Friedmann, dans Communications. Entre une radicalisation de la critique de l’industrie culturelle dans la continuité de la critique adornienne et une réaction réformiste à celle-ci, les évolutions du champ intellectuel français rendent possibles toute une série de déplacements permettant d’évaluer la portée du dialogue avec la philosophie francfortoise et d’une certaine surdité à celle-ci.
En retour, le rapport qui s’est progressivement construit entre le philosophe allemand et Paris  constitue un élément clef de sa pensée et de son œuvre, une forme d’espace propice au recul critique et à la réflexion philosophique. Transitant presque systématiquement par Paris lorsqu’il se rend à l’étranger ou lorsqu’il en revient, Adorno trouve en effet une forme de sérénité intellectuelle et un refuge pour la pensée apatride des Minima Moralia. Les passages successifs d’Adorno à Paris s’inscrivent dans des contextes sociopolitiques très différents et doivent être pensés dans leur singularité, comme autant de rapports d’une pensée – elle-même mouvante – à une historicité et à une géographie en mutation. Comment dès lors repenser la chronologie de l’œuvre adornienne à l’aune de ces différents moments parisiens, des interlocuteurs qu’il y rencontre et qui influencent ses orientations et intérêts théoriques ? En quoi certains contacts – que l’on pense sommairement à Jean Wahl et Georges Bataille en 1937, à Michel Leiris et René Leibowitz en 1951 ou encore à Samuel Beckett en 1958 – ont pu influer sur sa pensée ou au contraire illustrent une forme d’altérité et d’isolement du champ artistique français par rapport au champ philosophique allemand, ces moments parisiens permettant de mettre au jour les déplacements, les retournements, les inquiétudes et les intérêts intellectuels, parfois contradictoires, d’Adorno ? Dans le même temps, Paris restera pour lui d’une extrême importance en ce qu’elle a vu se succéder les réceptions les plus ambivalentes et originales des philosophes allemands, de Hegel à Heidegger, en passant par Marx, Schopenhauer et Nietzsche, autant d’interlocuteurs et de contradicteurs fondamentaux de la Théorie critique francfortoise. Les conférences au Collège de France constituent une véritable phase de préparation, d’expérimentation et de confrontation des idées fondatrices de la Dialectique négative, les trois conférences, prononcées en français, constituant en effet les bases de plusieurs parties de l’œuvre majeure du philosophe.
Ce sont ces différents aspects du rapport entre Adorno et la France que nous voudrions approfondir, en nous intéressant à sa réception de son vivant, c’est-à-dire aux interventions parisiennes d’Adorno et à ses relations, professionnelles et personnelles, avec les intellectuels français dans les années 1950 et 1960, mais également à sa réception posthume. Nous proposons donc d’investiguer, dans le cadre de ces journées d’étude, deux axes principaux de réflexion :
–    Un premier axe entend interroger la manière dont le champ intellectuel français, des informations et communications de masse à la sémiologie structurale en passant par les pratiques littéraires du Nouveau Roman, se développe en rapport et/ou en réaction, voire de manière indifférente, à la progressive réception d’Adorno en France. En quoi ses interventions, ses traductions et les commentaires dont il fait l’objet sont-ils les moteurs ou les freins de pratiques intellectuelles singulières en France ?
–    Dans la directe continuité de ce premier axe, les interventions françaises d’Adorno doivent selon nous être pensées à la fois comme des aboutissements en soi et comme des relances d’une pensée dialectique et dynamique. Il convient dès lors d’adopter un double point de vue sur les productions intellectuelles du philosophe ou influencées par lui : l’un qui étudie les productions dans leurs singularités, contextuelles, philosophiques, spatio-temporelles, et l’autre qui s’attache à ancrer chacune d’elles dans un processus philosophique plus large, englobant toutes les pratiques et les matérialités du discours, de la correspondance à l’ouvrage publié en passant par l’échange informel et la conférence publique, afin de comprendre l’importance qu’occupent les dialogues franco-allemands dans l’œuvre adornienne.

Präsentation des Tages

Die Adorno-Forschung findet derzeit wachsendes Interesse im französischsprachigen Raum. Zwar wurde Adornos Denken in Frankreich spät und immer stückweise rezipiert, wobei vor allem seine Arbeiten zur Soziologie, Ästhetik und Philosophie herauszuheben sind, aber es wäre doch verfehlt zu glauben, dass es zu seinen Lebzeiten völlig übergangen worden wäre. Seine Beziehungen zu verschiedenen französischen Zeitschriften wie Diogène, Mercure de France, Preuves, Communications und Arguments sowie zu Gelehrten wie Edgar Morin, Kostas Axelos, Lucien Goldmann und anderen bezeugen, dass er in der Tat bestimmte Tendenzen des französischen Denkens bereits seit den 1950er Jahren stimuliert hat. Überdies legen seine Auftritte in der Sorbonne 1958 und im Collège de France 1961 Zeugnis ab von seiner Auseinandersetzung mit den intellektuellen Kreisen Frankreichs und insbesondere mit der Bedeutung der Heidegger’schen Philosophie für sie, mit einem Denken also, das sich ja als so entscheidend für die geistige Entwicklung des Frankfurter Philosophen und für die Erarbeitung der Negativen Dialektik erwiesen hat.
Der Austausch und Dialog, der sich zwischen Adorno und Frankreich entfaltete, ist freilich keineswegs auf eine einfache Rezeption beziehungsweise eine Aktualisierung seiner kritischen Theorie beschränkt. Die Praktiken, die in Frankreich in der mehr oder weniger konfliktgeladenen Kontinuität seiner Pariser Auftritte entstanden, entwickelten sich sehr rasch in ganz spezifische Richtungen  – man denke nur an die Fragment-Praxis in Arguments oder an die semio-anthropologische Faszination gegenüber der Kulturindustrie und der Massenkommunikation, wie sie sich um Intellektuelle wie Morin, Barthes und Friedmann in der Zeitschrift Communications herausbildete. Zwischen der Radikalisierung der Kritik an der Kulturindustrie in der Nachfolge der Adorno’schen Kritik und einer reformistischen Reaktion auf dieselbe, zeigen die Entwicklungen im französischen Denken eine ganze Reihe von Verwerfungen, die es ermöglichen, die Bedeutung des Dialogs mit der Frankfurter Philosophie und einer gewissen Taubheit ihr gegenüber richtig einzuschätzen.
Im Gegenzug bildet die Beziehung, die sich allmählich zwischen dem deutschen Philosophen und Paris geknüpft hat – einer Stadt übrigens, die er als unbedeutend im derzeitigen industriellen und rationellen Entwicklungsprozess der modernen Gesellschaft ansah – , ein Schlüsselelement  seines Denkens und Werkes und stellt gewissermaßen einen Raum bereit, der kritischen Abstand und philosophische Reflexion fördert. Praktisch jede seiner Auslandsreisen führt über Paris, wo er in der Tat eine Form intellektuell heiterer Gelassenheit und geistiger Obhut für das „staatenlose“ Denken zu seinen Minima Moralia vorfindet. Adornos Pariser Aufenthalte schreiben sich in sehr verschiedenartige sozio-politische Kontexte ein und müssen in ihrer je eigenen Besonderheit gesehen werden, und zwar als Verbindungen eines selbst in Bewegung befindlichen Denkens zu einer jeweils anders sich darbietenden historischen und geografischen Situation. Wie also soll die Chronologie des Adorno’schen Werkes im Lichte der verschiedenen Pariser Aufenthalte und unter Berücksichtigung der jeweiligen Pariser Gesprächspartner, die seine theoretischen Ansichten und Interessen geprägt haben, neu überdacht werden? Inwieweit beeinflussten bestimmte Kontakte – wie etwa zu Jean Wahl und Georges Bataille 1937, zu Michel Leiris und René Leibowitz 1951 oder auch zu Samuel Beckett 1958 – möglicherweise sein Denken oder bezeugen im Gegenteil die Alterität beziehungsweise Isolation der französischen Kunstszene im Verhältnis zur deutschen Philosophie? So befragt, könnten vielleicht die Pariser Aufenthalte die bisweilen widersprüchlichen Verwerfungen, Umschwünge, Unsicherheiten und die intellektuellen Interessen Adornos neu beleuchten. Paris bleibt für ihn außerordentlich wichtig, weil ja dort die zwiespältigste und auch originellste Rezeption der deutschen Philosophie stattfand, von Hegel bis Heidegger über Marx, Schopenhauer und Nietzsche, also all der Denker, mit denen die Frankfurter kritische Theorie in Diskussion und Widerspruch steht. Die Vorträge im Collège de France stellen eine echte Phase der Vorbereitung, des Ausprobierens und des Gegeneinanderhaltens der Grundideen der Negativen Dialektik dar, zumal ja die drei in französischer Sprache gehaltenen Vorträge die jeweilige Basis mehrerer Teile dieses Adorno’schen Hauptwerks bilden.
All diese verschiedenen Aspekte des Verhältnisses zwischen Adorno und Frankreich wollen wir vertiefen und dabei seine Rezeption zu Lebzeiten genauer erforschen, das heißt seine Pariser Auftritte und seine beruflichen und persönlichen Beziehungen zu den französischen Intellektuellen in den 1950er und 1960er Jahren; aber darüberhinaus soll auch seine posthume Rezeption untersucht werden. Wir schlagen folglich vor, im Rahmen dieser Studientage die Reflexion in zwei Hauptrichtungen zu lenken:
–    Eine erste Fragestellung richtet sich auf die Art und Weise, wie die französische Intellektuellenszene sich im Verhältnis beziehungsweise in Reaktion oder gar Gleichgültigkeit gegenüber der sich intensivierenden Rezeption Adornos in Frankreich entwickelt, und zwar von der Masseninformation und kommunikation über die Praktiken des Nouveau Roman bis hin zur strukturalen Semiologie. Inwieweit sind seine Auftritte, die Übersetzungen seiner Schriften und die Kommentare zu seinem Werk Antrieb beziehungsweise Hemmschuh der jeweiligen intellektuellen Strömungen in Frankreich gewesen?
–    Im direkten Anschluss an diese Fragestellung sollten die französischen Auftritte Adornos unseres Erachtens zugleich als in sich abgeschlossene Denkprozesse und als Neuanstöße zu einem dynamischen dialektischen Denken reflektiert werden. Daher gilt es, seine und die von ihm beeinflussten intellektuellen Arbeiten unter zweierlei Gesichtspunkten zu untersuchen: einerseits durch die Erforschung der Abhandlungen in ihrer je eigenen kontextuellen, philosophischen, raum-zeitlichen Singularität und andererseits durch ihre jeweilige Verortung im weiteren Raum der philosophischen Entwicklung, wobei sämtliche konkrete Praktiken des Diskurses, des Verhältnisses zum publizierten Werk, des formlosen Austauschs und der öffentlichen Rede mit einbezogen werden sollten, um zum Verständnis für die Bedeutung der deutsch-französischen Dialoge für Adornos Werk zu gelangen.

Bibliographie sélective
Abensour (Miguel), « Malheureux comme Adorno en France ? », in Variations, n° 6 (La Théorie critique. Héritages hérétiques), Lyon, Parangon/Vs, 2005.
Abensour (Miguel) et Muhlmann (Géraldine), L’École de Francfort : la Théorie critique entre philosophie et sociologie, Tumultes, n° 17-18, Paris, Kimé, 2002.
Adorno (Theodor W.), Société : Intégration, Désintégration, Paris, Payot, coll. « Critique de la politique », 2016.
Franck (Thomas), « L’adornisme français des années 1950 », in Cahiers du GRM, n°12 (Matérialités et actualité de la forme revue), 2017.
Franck (Thomas), « The Reception of Adorno’s Critical Theory in France. From the Hegelian Conception of Totality to the Critique of Heidegger’s Ontology », May 2018, URL : https://orbi.uliege.be/handle/2268/222744
Jameson (Fredric), The Ideologies of Theory, London, Verso, 2008.
Jimenez (Marc), Theodor W. Adorno : art et idéologie. La théorie de l’art, Paris, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1973.
Kogler (Susanne), « Adornos Musikphilosophie in Frankreich », in Musik und Ästhetik, n°64, Stuttgart, Klett-Cotta, 2012, p. 88-96.
Langlet (Irène), « Inactualités des Mythologies ? », in Marielle Macé et Alexandre Gefen dir., Barthes, au lieu du roman, Paris, Desjonquères-Nota Bene, 2002, p. 127-132.
Olivier (Alain-Patrick), « La réception d’Adorno dans les institutions françaises d’enseignement : musicologie, sociologie, métaphysique », in Illusio, n° 12-13, 2014.
Raulet (Gérard), « L’appel de l’histoire. La théorie critique de l’école de Francfort face au contexte français », in Philosophiques, vol. 9, n° 1, 1982, p. 163-174.
Scholz (Danilo), « Tout seul dans le pays de l’heideggérianisme. Adorno conférencier au Collège de France », in Giuseppe Bianco et Frédéric Fruteau de Laclos (éds.), L’angle mort des années 1950. Philosophie et sciences humaines en France, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « La philosophie à l’œuvre », 2016.
Voirol (Olivier), « La Théorie critique des médias de l’École de Francfort : une relecture », in Mouvements, n° 61 (Critiquer les médias ?), Paris, La Découverte, 2010.
Voirol (Olivier), « Présentation », in Réseaux, n°166 (Revisiter Adorno), Paris, La Découverte, 2011, p. 9-28.
Wiggershaus (Rolf), Die Frankfurter Schule. Geschichte, Theoretische Entwicklung, Politische Bedeutung, München, Carl Hanser, 1986.

Affiche définitive Adorno en France

Parution – « Biens symboliques / Symbolic Goods n°2 »

Chères et chers collègues,

C’est avec plaisir que nous vous annonçons la publication du numéro deux de Biens symboliques / Symbolic Goods, revue de sciences sociales consacrée aux arts, à la culture et aux idées. Le dossier est consacré à la construction et aux usages des bases de données dans les études socio-historiques sur l’imprimé et la littérature. La table ronde traite également de bases de données consacrées à d’autres domaines comme l’opéra, les arts visuels, l’édition ou encore la philosophie.

Vous trouverez également dans ce numéro 2 un varia sur l’histoire de la « végéphobie » dans le mouvement animaliste en France et les rubriques suivantes : « Profession » sur l’activité d’archivage du web des bibliothécaires, « Regards sur » les études sur le journalisme, « Transmettre » à propos d’une expérience d’enseignement du travail artistique par l’ethnographie et une « note critique » sur deux ouvrages traitant des « productions et des mutations culturelles du Golfe à l’Océan ».

La revue numérique Biens symboliques / Symbolic Goods est entièrement en accès libre et tous les articles de dossier sont en version bilingue, français et en anglais. Pour mémoire, le dossier du numéro 1 est consacré aux « artistes ordinaires ». Vous pouvez consulter et télécharger les articles en PDF bilingue sur le site de la revue. Elle dispose également d’un carnet hypothèses proposant, tout au long de l’année, des compléments aux articles parus tels que des entretiens, des documents additionnels sonores ou vidéo et des billets sur les thématiques de la revue.

Nous lançons par ailleurs un un appel à articles sur la production télévisuelle et un appel à articles permanent pour des textes en varia et pour des propositions de dossiers thématiques. À l’issue du processus d’expertise, les articles de dossiers et varia sont systématiquement publiés en français et en anglais, le coût de la traduction étant pris en charge par la revue. N’hésitez pas à nous soumettre vos propositions.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Julienne Flory, secrétaire de rédaction : contact@biens-symboliques.net
Vous pouvez également suivre l’actualité de la revue sur sa page Facebook.

En vous souhaitant une bonne lecture,
Bien cordialement,

Claire Ducournau
Pour le comité de rédaction de Biens symboliques / Symbolic Goods

Parution – « Textualité de la mémoire et de l’histoire dans les langues de la littérature africaine »

Bonjour,

L’ouvrage intitulé Textualité de la mémoire et de l’histoire dans les langues de la littérature africaine est maintenant disponible.
Vous pouvez le commander ou le faire commander à partir de ce lien.
Merci de l’écho que vous réserverez autour de vous pour permettre la diffusion de cette information scientifique.

Bien cordialement.
https://www.edilivre.com/textualite-de-la-memoire-et-de-l-histoire-dans-les-langues-de-la.html/

OWONO ZAMBO
Dr en Sciences du langage et Littérature francophone
Qualifié Maître de Conférences des universités en France, CNU, section 9
http://livre.fnac.com/a8875638/Man-Bene-La-cour-des-grands-ou-les-independances-vues-d-Afrique?omnsearchpos=1

Événement – « Colloque, “Migrations in American Drama and Theater,” 4-6 juin 2018, I.D.E.A. (Université de Lorraine) »

Chers collègues,

Je vous transmets mon message ci-dessous, annonçant notre colloque la semaine prochaine sur le campus LSH (https://idea-udl.org/migrations/migrations-in-american-drama-and-theater-academic-program/).
Cordialement,
John Bak

 

*************************


Dear colleagues,
It’s my pleasure to announce the 5th International conference on American Drama and Theater, “Migrations in American Drama and Theater,” to be held on the Nancy campus of the Université de Lorraine from 4–6 June 2018.
Organized by the research center IDEA (“Théories et pratiques de l’interdisciplinarité dans les études anglophones”), the conference is co-sponsored by the American Theater and Drama Society (ATDS) and supported by the Spanish universities of Cádiz, Sevilla, and Madrid Autónoma, where the previous quadrennial conferences were held.
The conference keynote speakers include: Lee Bruer, director of the celebrated production of Un tramway nommé Désir at the Comédie Française in 2011; Maude Mitchell, American actress and producer; and Annette Saddik and Sue Abbotson, both professors and scholars of American drama and theater.

To view the conference program, please click on the following link:

https://idea-udl.org/migrations/migrations-in-american-drama-and-theater-academic-program/

Best, John

Parution – « Le Genre humain, n° 59. Chanter, rire et résister à Ravensbrück. Autour de Germaine Tillionet du Verfügbar aux Enfers »

sous la direction
de Philippe Despoix,
Marie-Hélène Benoit-Otis,
Djemaa Maazouzi
et Cécile Quesney
préface d’Esteban Buch

Les laboratoires de l’horreur et de la mort industrielle que furent les camps nazis ont paradoxalement aussi été des lieux de création. Création dans des conditions extrêmes, presque toujours clandestine et souvent le fait de simples amateurs pour qui elle constituait une ultime planche de liberté – ou de résistance. Ce fut le cas dans le camp pour femmes de Ravensbrück avec Le Verfügbar aux Enfers, pièce écrite fin 1944 par l’ethnologue Germaine Tillion (1907-2008) avec l’aide de ses compagnes résistantes déportées. Œuvre de survie collective, cette « opérette-revue » sans partition qui détourne avec humour un répertoire varié d’airs populaires éclaire de manière exemplaire les relations complexes entre mémoire musicale, création et résistance dans les camps.

Germaine Tillion est entrée au Panthéon le 27 mai 2015. Ce jour-là, le président de la République dit : « À Ravensbrück, cachée dans des caissons en carton, Germaine Tillion écrit une opérette, pour que le rire généreux de ses camarades déportées puisse répondre aux rictus lâches de leurs bourreaux. Oui, une opérette, pour pouvoir défier le mal par le rire. »

Dans sa préface, Esteban Buch écrit qu’« il revenait à une femme, Germaine Tillion, de contribuer au travail de mémoire collectif en faisant entendre aussi la musique du rire, éternellement libre, surgissant du fond sonore des enfers ».

 

Sommaire

Esteban Buch
Préface (13)

Philippe Despoix, Marie-Hélène Benoit-Otis, Djemaa Maazouzi et Cécile Quesney
Chanter, rire et résister à Ravensbrück. Autour de Germaine Tillion et du Verfügbar aux Enfers (17)

Contextes d’une création atypique
Insa Eschebach
Créer son propre lieu social : les activités culturelles dans le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück (25)

Julien Blanc
Humour et R.sistance chez Germaine Tillion : rire de (presque) tout (37)

Françoise Carasso
Styles de Germaine Tillion : pertinence et impertinence (55)

Germaine Tillion
« Il était une fois Ravensbrück » : entretien avec Mechthild Gilzmer (71)

Une opérette-revue à Ravensbrück
Nelly Forget
Témoignage sur l’improbable parcours d’un manuscrit : Le Verfügbar aux Enfers (95)

Donald Reid
Re-mémoration et créativité dans Le Verfügbar aux Enfers (107)

Philippe Despoix
Orphée à Ravensbrück ? Une revue de composition orale : mémoire phonographique et parodie (119)

Djemaa Maazouzi
D’une « distraction » paradoxale à Ravensbrück (137)

Cécile Quesney
Mettre en scène Le Verfügbar aux Enfers  (2007-2017) (157)

Marie-Hélène Benoit-Otis
Virtualités musicales dans l’opérette-revue de Germaine Tillion (175)

Annexe
Groupe de recherche « Mémoire musicale et résistance dans les camps »
Sources musicales et phonographiques du Verfügbar aux Enfers (191)


Djemaa Maazouzi, Ph.D
https://djemaamaazouzi.academia.edu
Collège Dawson
Département de français
dmaazouzi@dawsoncollege.qc.ca
Bureau 5E.2
Adresse postale :
3040 Rue Sherbrooke O
Montréal, QC H3Z 1A4, Canada
Téléphone : (514) 931 8731

Le Genre humain 59_presse_22052018

Appel à contributions – « Ouvrages pour compte rendu DFS janvier-mai 2018 »

English message will follow-

Bonjour,

Veuillez trouver en pièce jointe la liste des ouvrages proposés pour la section des comptes-rendus de la revue Dalhousie French Studies ainsi que le formulaire dans lequel vous trouverez les informations sur le format des recensions.

Les recensions sont maintenant disponibles en libre consultation sur le site Internet de la revue: https://ojs.library.dal.ca/dfs/index

Bien cordialement,

____________________

Greetings,

Please find attached the list of proposed books for DFS’ book review section as well as the form with the information about the format of the book reviews.

The book reviews are available for free access on the website of the journal using the following link:  https://ojs.library.dal.ca/dfs/index.

With best regards,

Jean-Jacques

Livres pour compte rendu DFS janvier-mai 2018

DFS – Protocole Book review

Événement – « Colloque «L’Imaginaire nord-américain de Jules Verne» »

Université d’Ottawa, 7 et 8 juin 2018

Ce colloque international est organisé par Guillaume Pinson (Université Laval) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa), dans le cadre du projet « Le Canada de Jules Verne : savoirs, représentations, imaginaire social » (subvention CRSH).

L’Amérique du Nord et les Nord-Américains sont omniprésents dans les Voyages extraordinaires : Marie-Hélène Huet y dénombre 85 personnages américains jouant un rôle de premier plan dans 26 romans, auxquels s’ajoutent les trois romans entièrement consacrés au Canada que Verne, dans une lettre du 31 mai 1887 à Louis-Jules Hetzel, appelle «mon pays de prédilection» (Le Pays des fourrures, 1873; Famille-sans-nom, 1889; Le Volcan d’or, première publication posthume en 1906). Il est pourtant fascinant de constater que, dans toute son existence, Jules Verne n’aura passé que quelques jours aux États-Unis et moins de vingt-quatre heures au Canada : tout son savoir sur l’ethnologie et les mœurs de ces pays lui proviennent de sources livresques et, surtout, de la presse contemporaine, tant quotidienne que périodique. Tel Phileas Fogg, Jules Verne est en effet un homme en prise directe sur le discours social de son époque, et qui se distingue par la maîtrise qu’il en affiche : tout ce qui s’écrit, se pense et se représente dans la presse et la littérature contemporaine pénètre ses notes de lecture et la composition de ses romans. Ainsi, son Amérique textuelle procède entièrement de l’imaginaire social ambiant, qui le nourrit et auquel il ajoute en retour des représentations marquantes.

Ce colloque se propose d’explorer certains aspects de cet imaginaire nord-américain, par le biais tant d’institutions (le Gun Club, le Weldon-Institute de Robur-le-Conquérant, par exemple) et de personnages spécifiques (le Ned Land de Vingt Mille Lieues sous les mers, le Stamp W. Proctor du Tour du monde en quatre-vingts jours) imaginés par Jules Verne que des types auxquels il donne une existence littéraire, ou la renforce : le Yankee, le Canadien, le Huron, l’Anglais, le Sudiste. À la confluence de savoirs précis et de l’invention romanesque, des textes tels que Nord contre Sud, Famille-sans-nom ou Sans dessus dessous proposent, collectivement, une ethnologie nord-américaine, à la fois informée et fantaisiste, dont nous examinerons les contours. Ce sera également sous l’angle d’un imaginaire géographique que les interventions pourront se situer, afin d’étudier l’exploration romanesque que Jules Verne effectue du territoire nord-américain : par exemple la vallée du Saint-Laurent dans Famille-sans-nom, le centre et le Nord du Canada dans Le Pays des fourrures, ou encore les États-Unis dans Le Testament d’un excentrique.

Nous poserons comme hypothèse que l’œuvre de Jules Verne constitue un point d’observation idéal pour cartographier certaines topiques de l’imaginaire social. En outre, on peut à juste titre voir en Verne un mythographe, c’est-à-dire un créateur de mythologies modernes : un certain nombre de personnages, de thèmes, de situations, de stéréotypes ethnologiques et de représentations géographiques participant de l’imaginaire social prennent leur origine, ou du moins trouvent leur exposition déterminante, dans son œuvre. Verne serait donc de ces écrivains qui, pour reprendre la terminologie de Cornelius Castoriadis, «instituent» l’imaginaire social. Comment expliquer la précision du savoir nord-américain de Jules Verne? Quel savoir livresque et médiatique était à la disposition d’un esprit français curieux du dernier tiers du XIXe siècle?

Programme

Journée 1 : Perspectives générales sur l’imaginaire géographique et américain

14h : Marc Angenot  (Université McGill) :

«Les États-Unis de Jules Verne et ceux des autres»

15h : Marc Brosseau (Université d’Ottawa) :

«Géographie littéraire et imaginaire géographique»

16h30 : Guillaume Pinson (Université Laval) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) :«Le Canada de Jules Verne : savoirs, représentations, imaginaire social»

Journée 2 : Verne en Amérique

9h30 : François-Emmanuël Boucher (Collège Militaire royal, Kingston) :

«Lorsque l’eschatologie maistrienne s’invite au Gun Club. Jules Verne et le salut par le sang»

10h : Thomas-Carrier-Lafleur (Université de Montréal) :

«L’Espace étatsunien comme modèle ludique. Coups de dés et voyages labyrinthiques dans Le Testament d’un excentrique»

11h : Kevin Even (Paris III) :

«L’Homme face à la nature dans les récits nords-américains de Jules Verne : l’anticipation d’un désastre»

11h30 : Gérard Fabre (CNRS, Institut Marcel-Mauss) :

«Max Réal dans Le Testament d’un excentrique : un personnage franco-américain en contrepoint»

13h : Claire Barel-Moisan (CNRS, ENS-Lyon) :

«Le Grand Nord Canadien, entre aventure et contre-utopie»

13h30 : Jean-Louis Trudel :

«La Construction de l’imaginaire vernien québécois au xixe siècle»

14h : Frédérick Bertrand (Université Laval) :

«La Spacialité nord-américaine dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours et Le Pays des fourrures»

15h : Antoine Blais-Laroche (Université Laval) :

«Le Récit insurrectionnel canadien : regards entre Jules Verne et François-Xavier Garneau»

15h30 : Nicolas Gauthier (University of Waterloo) :

«Des “Esquimaux” dans l’imaginaire vernien : quand Le Pays des fourrures relaie, façonne et détourne des stéréotypes»

16h30 : Cocktail et lancement du livre de Gérard Fabre, Les Fables canadiennes de Jules Verne (Presses de l’Université d’Ottawa)

Annonce – « Penser les relations entre médias (à nouveau disponible) »

Chers collègues,

nous avons le plaisir de vous informer que suite à une rupture de stocks, l’ouvrage est à nouveau disponible en version papier auprès de l’éditeur :

Penser les relations entre médias. Dispositifs transmédiatiques, convergences et constructions des publics

sous la direction de Laurent Di Filippo et Émilie Landais

Strasbourg, Néothèque, 2017, 319 p.

Présentation : L’évolution constante du paysage médiatique invite les chercheurs à repenser sans cesse les changements de société sous différents angles, qu’ils soient culturels, sociaux, économiques ou historiques. Dans cette optique, les travaux sur la notion de convergence, ainsi que sur celle de transmedia se sont multipliés depuis le début des années 2000. Ceux-ci permettent d’analyser les stratégies mises en place par les acteurs pour construire et penser les relations entre supports médiatiques.

Cet ouvrage propose d’examiner le rendement heuristique de ces notions. Il vise également à étendre ces réflexions à des problématiques et des théories générales en sciences humaines et sociales, en plaçant le facteur humain et en particulier la construction des publics au coeur des questionnements.

Laurent Di Filippo est docteur en sciences de l’information et de la communication et en études scandinaves. Il est chargé de recherche au sein de l’entreprise Ernestine et membre associé du Centre de recherche sur les médiations à l’Université de Lorraine. Ses travaux portent sur la reprise et la circulation d’éléments mythologiques traditionnels dans les productions culturelles contemporaines.

Émilie Landais est doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine et membre du Centre de recherche sur les médiations. Elle s’intéresse à l’émergence des études sur la pornographie dans les Sciences Humaines et Sociales.

Ouvrage publié avec le soutien du Centre de recherche sur les médiations, de l’École doctorale Fernand-Braudel et de l’UFR Sciences Humaines et Sociales – Metz et de l’Université de Lorraine.

Sommaire

Laurent Di Filippo, Émilie Landais – Dispositifs transmédiatiques, convergences et publics : construire et penser les relations entre médias

Conception des dispositifs et représentations des publics

Frédéric Marty – Les représentations du public enseignant chez les concepteurs de dispositifs numériques éducatifs. Le nouveau player du site.tv

Eva Sandri – Interroger la notion de dispositif transmédiatique au musée d’ethnographie : le cas du Museon Arlaten

Julie Pasquer-Jeanne – Les dispositifs de médiation éducative au Château de Versailles : Fiction, Transmédia et Multimodalité

Rosanna Contreras-Gama – L’approche transmédiatique dans les dispositifs photo-humanitaires et l’idée de « spectateur citoyen »

Pratiques hétérogènes parmi les publics

Marta Boni – Enjeux des dispositifs transmédiatiques comme cadres de l’expérience

Julien Falgas – Prendre en compte les pratiques non-contributives. Approche méthodologique de l’étude des pratiques (trans)médiatiques des lecteurs de la bédénovela Les Autres Gens

Cyril Brizard – La transphonographie à l’essai du metal symphonique de Nightwish et de ses amateurs : un voyage vers la création continuée

Changements et résistances

Camille Jutant – Pratiques transmédiatiques des publics de la culture : jeux en réalité alternée et jeux sur téléphone portable

Patrick Prax – Envisager la co-création dans les jeux en ligne comme média alternatif

Yannick Pourpour – Versionnement multisupport et surenchère technologique : conflits techniques et esthétiques

Pour plus d’information et pour commander l’ouvrage :  http://www.neotheque.info/2017/11/15/penser-les-relations-entre-medias-dispositifs-transmediatiques-convergences-et-constructions-des-publics/

Bonne lecture !

Cordialement
Émilie Landais,
Laurent Di Filippo

PRM_2017_introduction

PRM_2017_Sommaire